Les « communautés » chinoises en Côte d’Ivoire : analyse comparative de l’hétérogénéité des acteurs, de leur intégration et des territoires en Afrique de l’Ouest (par Xavier Aurégan, février 2012)

19 février 2012
Par

Working paper n°7 - PDF à télécharger

A propos de l'auteur:

Doctorant à l’Institut Français de Géopolitique, Xavier Aurégan étudie depuis 2006 les relations sino-africaines. La thèse qu’il prépare sous la co-direction d’Alain Gascon et d’Alphonse Yapi-Diahou s’intitule "Géopolitique de la Chine en Côte d’Ivoire". Elle se veut l’aboutissement de plusieurs années de recherche et d’études de terrains en Afrique de l’Ouest dont deux mémoires sont issus et publiés aux Éditons Universitaires Européennes.

xavierauregan@hotmail.com

Résumé

L’hétérogénéité des migrants chinois en Afrique de l’Ouest et des territoires sur lesquels ils sont implantés révèle les disparités ou similarités inhérentes aux Etats étudiés. Cette contribution propose certains éléments d’analyse, issus d’études de terrain effectuées dans cinq Etats ouest-africains entre 2007 et 2010. De fait, quelle est l’influence des migrations chinoises dans ces capitales, ces quartiers, voire ces rues, transformés pour partie en Chinamarket ? Quelles activités exercent ces « nouveaux » migrants, ont-elles un rapport au territoire pratiqué, et quelles comparaisons pouvons-nous déjà tirer, à l’échelle de l’Afrique de l’Ouest francophone ?

Summary

The heterogeneity of Chinese immigration in West Africa as well as the diversity of the territories on which they are located reveals differences and similarities inherent to each state studied in this article. This contribution offers some analysis built from field studies conducted in five West African states between 2007 and 2010. What is the influence of Chinese migration on these cities, these areas and even those streets which sometimes come across as homegrown Chinamarket. What activities do these 'new' migrants have? What is their link to the aforementioned local territories? And finally, what parallel can we already draw on the scale of the French West Africa?

Resumen

La heterogeneidad de los inmigrantes chinos en África Occidental y los territorios en los que se encuentran revela diferencias y semejanzas inherentes a los Estados estudiados. Esta contribución ofrece un análisis, después de estudios realizados en cinco estados de África Occidental entre 2007 y 2010. De hecho, ¿cuál es la influencia de la migración china en estas ciudades, estas zonas, incluso las calles, por parte transformada en Chinamarket?​​ ¿Cuáles son las actividades de estos "nuevos" inmigrantes, tienen una relación con el territorio que practican, y cuáles son las comparaciones que ya se puede dibujar, a escala del África occidental?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les ressortissants chinois installés en Côte d’Ivoire seraient environ 2 500. Cette estimation, recoupée auprès des officiels ivoiriens et chinois et ne tenant pas compte des migrants temporaires et expatriés – fonctionnaires, ouvriers, techniciens et ingénieurs employés dans les sociétés de BTP [1]– pourrait donc être revue à la hausse en incluant ces derniers [2]. Quoiqu’il en soit, le nombre de Chinois en Côte d’Ivoire est plus élevé qu’au Mali et au Sénégal, mais inférieur à la Guinée ou au Cameroun[3]. Si les estimations diffèrent, les représentations, elles, sont à peu de choses près identiques dans ces Etats de l’Afrique de l’Ouest. Plus qualitative que quantitative, l’analyse de l’implantation chinoise en Afrique de l’Ouest apparaît paradoxale : si chaque territoire [4] présente ses spécificités économiques, sociales et historiques, une relative homogénéité peut toutefois se dégager, alors même que l’hétérogénéité des migrants, de leurs activités et donc de leurs implantations, fournit des éléments de comparaisons contredisant cette apparente cohésion. De fait, la Côte d’Ivoire et sa capitale économique Abidjan, représente à la fois les multiples activités chinoises exercées en Afrique de l’Ouest mais reste un cas unique dans cette zone géographique étudiée.

Les « politiques » migratoires mises en place localement, plus subies que préparées ou organisées, sont également le reflet des relations bilatérales avec la République populaire de Chine. Plus ou moins ancienne, dense, riche et multisectorielle, cette coopération joue un rôle substantiel dans l’installation des migrants chinois. Les territoires « sinisés », où l’on peut parfois parler de petits chinatown et chinamarkets, sont donc à la fois des représentations matérielles, offrant certaines opportunités géographiques et économiques, et, une volonté individuelle et collective d’organiser ce territoire, propice au développement des activités.

Dans tous les cas de figure, l’implantation des migrants chinois provoque un aménagement, une réorganisation – réelle ou subjective – du territoire. Malgré leur faible nombre, la présence chinoise soumet l’observateur et l’habitant à de nouvelles manières de voir, d’apprécier et de vivre ces capitales ouest-africaines. Pour des raisons pratiques, nous ne retiendrons ici que le cas d’Abidjan. Des éléments de comparaisons (avec les cas maliens et sénégalais) seront néanmoins intégrés. D’autre part, inclure la Mauritanie et le Burkina Faso serait peu pertinent. La République islamique de Mauritanie, car le nombre de ressortissants chinois y est extrêmement faible (500 au maximum, sans les salariés des sociétés). Le Burkina Faso quant à lui, partenaire de Taïwan, n’accueille que très peu de Chinois dits continentaux [5]. En revanche, le Sénégal (environ 1 500 Chinois), le Mali (entre 1 500 et 2 000) et la Côte d’Ivoire, Etats francophones et frontaliers [6], permettent certains parallèles intéressants. Si des ressortissants chinois exercent leurs activités dans plusieurs villes de l’intérieur de la Côte d’Ivoire (Gagnoa, Daloa ou San Pedro par exemple), Abidjan est naturellement l’agglomération où les « communautés » étrangères sont les mieux implantées. Peu orientées vers les relations interétatiques, déjà largement abordées (Aurégan, 2007 et 2008), cette description analytique tente plutôt de mieux comprendre la pluralité des acteurs et de leurs présences. Majoritairement installés à partir des années 2000, les huá qiáo (华侨) [7] d’Abidjan se sont progressivement fixés sur trois territoires distincts, où les activités diffèrent. Ces dernières sont étroitement liées aux fonctions originelles des quartiers (ou communes) et aux catégories sociales qui y vivent. Il s’agit de Marcory (Zone IV), de Cocody (II Plateaux), et d’Adjamé.

1. Adjamé, le carrefour commercial incontournable

La commune d’Adjamé est progressivement devenue le « quartier riz chinois » puis le « quartier rouge » [8]. Situé au Nord du Plateau, Adjamé est un quartier populaire, multiethnique, voire « populeux » (Haeringer, 1969 : 234), où l’habitat de type cour commune (Document 2) représente près de 70 % des logements. Sa gare routière – la plus importante du pays – transporte quotidiennement des milliers de voyageurs en Côte d’Ivoire et dans la sous-région. Par ailleurs, l’insécurité et l’insalubrité font régulièrement la une des journaux abidjanais. Adjamé est malgré tout l’espace choisi par plusieurs dizaines de Chinois qui y ont installé leurs échoppes (Document 1). Les marchandises débarquées du port autonome d’Abidjan et importées de Yiwu ou du Guangdong sont exposées derrière les comptoirs ou à même le sol. Environ 20 % des commerces sont en 2011 gérées par ces ressortissants chinois, ayant acheté ou louant ces petites surfaces aux anciens propriétaires et reconvertis : les commerçants historiques d’Adjamé, les Ivoiriens ou allochtones et migrants d’origine syro-libanaise.

Les commerçants chinois occupent plus d’une trentaine de box, ou échoppes, au rez-de-chaussée des immeubles des rues Dougoutigui, Daouda Diarra et Sorry Traoré et parallèles au boulevard Nangui Abrogoua, situés entre la mairie et le forum des marchés. Autant détaillants que grossistes, ils ouvrent et ferment très tôt leurs commerces « pour la sécurité »[9]. Il est vrai qu’Adjamé ne bénéficie pas d’une excellente réputation, et pour cause, ce quartier volontiers frondeur est régulièrement le théâtre de manifestations et de marches contestataires. Lors de ces évènements auxquels j’ai pu assister, rares sont les rideaux levés. Le « quartier rouge » est alors vidé de l’habituelle agitation – voire tohu-bohu – qui y règne. Ayant principalement quitté les provinces côtières du Sud-Est de la Chine, à l’image du Mali et du Henan (comme au Sénégal où environ 75 % des commerçants sont originaires de cette province rurale), les commerçants chinois emploient toujours des locaux. Servant à la fois de traducteurs, d’hommes à tout faire, de négociateurs voire d’agents de sécurité et de médiateurs, ils sont dans la quasi-totalité des cas des hommes, jeunes de préférence et ayant parfois acquis des bases linguistiques par les bourses offertes par le gouvernement chinois (environ quinze bourses annuelles en Côte d’Ivoire, le triple au Sénégal). En moyenne, ils sont payés 40 000 F CFA par mois (près de 61 €), n’exigent aucune augmentation « sinon on est renvoyé » et affirment être « exploités » par ces commerçants asiatiques « très travailleurs » et « durs en affaires ». L’image du Chinois laborieux, peu soucieux du confort et peu négociateur est ainsi omniprésente en Afrique de l’Ouest, et ce dans l’ensemble des activités occupées par ces ressortissants.

S’ils sont acceptés par la majorité de la population pour l’apport et la vente de marchandises made in China à bas prix – et donc accessibles au plus grand nombre, versus les produits européens vendus dans les supermarchés à capitaux libanais – et pour les emplois directs et indirects créés – employés, vendeurs ambulants et sédentaires[10] – certains acteurs voient la présence des marchands chinois comme une redoutable concurrence qu’il faut à tout prix limiter. La communauté libanaise est ainsi largement hostile et reçoit l’appui des organisations ivoiriennes et sénégalaises. A Dakar, en août 2004, la CNES (Confédération nationale des employeurs du Sénégal), la Chambre de commerce et les commerçants libanais ont répondu à l’appel de l’UNACOIS (Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal). Ils manifestèrent durant trois jours[11] contre la présence des détaillants chinois installés le long de l’historique et symbolique boulevard du général de Gaulle[12]. En Côte d’Ivoire, c’est à Adjamé en novembre 2007 que l’invitation de la FENACCI (Fédération nationale des commerçants de Côte d’Ivoire) à été entendue par des centaines de Libanais et Ivoiriens, soucieux de garder, comme à Dakar, leur monopole commercial. Un commerçant libanais installé à Adjamé, « Sam », a participé à cette grève : il voulait par cette action « faire la guerre contre eux ». Eux, ces Chinois « qui ne paient pas d’impôts, qui ont beaucoup d’avantages et sont protégés ». Ayant fermé son commerce pendant six journées, il affirme, et c’est une constante, que l’arrivée massive des Chinois entre 2006 et 2007 a totalement modifié la physionomie du quartier. Les négoces ne bénéficient pas de marquages visuels spécifiques, contrairement à Dakar. Ces commerces sont hétérogènes : ils peuvent prendre l’apparence de comptoirs – à l’image de Dakar, dans lesquels le client ne peut qu’observer les marchandises – ou de petites surfaces marchandes ouvertes sur la rue et les marchandises vendues par les femmes à même le sol (photographies n° 1 et 2). Essentiellement composé d’échoppes libanaises et « africaines » avant 2005, Adjamé a vu les Chinois racheter progressivement les locaux. M. Zhao par exemple, installé depuis 2008, a lui-même négocié avec un Libanais. Il vend désormais entre mille et deux mille paires de chaussures par jour.

(Intérieur d’une échoppe chinoise à Adjamé et marchandises chinoises vendues par une commerçante ivoirienne non-déclarée. Abidjan, mars 2009.)

Les commerçants chinois implantés au cœur de ce cluster[13], à Adjamé, ont donc profité d’infrastructures existantes dans un quartier historiquement tourné vers le commerce (textile notamment, Document 2).

Carte n° 2 : Les Chinois n’ont pas inventé le commerce à Adjamé

Source : Duchemin A. (1979) Atlas de Côte d’Ivoire, Paris, ORSTOM, Abidjan, IGT, planche D3a. Carte Sphaera n° 15477 de (et avec l’accord) de l’IRD.

Pour d’évidentes questions économiques, de logistique et de sécurité, les nouveaux arrivants ont suivi leurs compatriotes. Seulement, travailler à Adjamé ne veut pas dire y vivre ! Aucun acteur interrogé n’a d’ailleurs démenti cette réalité connue de l’ensemble des abidjanais : les Chinois vivent aux II-Plateaux. Comme à Dakar, les commerces sont plus ou moins éloignés des lieux de résidence.

Au Mali, marché relativement peu attractif, si plusieurs commerçants sont présents à Ségou ou Sikasso, il n’existe à ce jour aucun regroupement spatial « visible » à Bamako – ou « concentration résidentielle » (Fournet-Guérin, 2009 : p. 547). Une dizaine de commerces sont toutefois visibles à proximité de la gare ferroviaire, place de la Liberté. A l’image de M. Chen, originaire du Xinjiang[14] et propriétaire d’une échoppe. Installé depuis 2004 avec sa famille composée de quatre personnes et membre de l’ARCM (Association des ressortissants chinois au Mali)[15], il vend principalement des chaussures pour hommes et des scooters. Car pour des raisons essentiellement économiques, mais également historiques, les Chinois, au Mali, investissent dans des activités peu présentes en Côte d’Ivoire ou au Sénégal. Par exemple, les motocyclettes et scooters nommés Djakarta, la quincaillerie ou l’électroménager. Selon plusieurs témoignages, l’ARCM s’emploie à obtenir des autorités locales un territoire où les commerçants pourraient se regrouper et former un Chinamarket malien. Pour des raisons logistiques, économiques et de visibilité, ce Chinamarket bamakois serait le premier espace urbain sinisé africain créé en partenariat avec l’administration.

Débarqués au port sec de Sotuba, à l’Est de la capitale malienne, les conteneurs ayant transité par Abidjan ou Dakar sont à 80 % composés de marchandises chinoises[16]. Présentées au Grand marché de Bamako mais également dans les villes intérieures (Ségou, Sikasso, Markala…), elles représentent un éventail extrêmement varié (des bijoux au tissu, en passant par le thé, les ustensiles de cuisine à l’électroménager) et peuvent concurrencer la faible industrie locale, telle la pile Sigelec, du nom de la société industrielle de générateurs électriques au Sénégal. Cette concurrence « déloyale » est un reproche fréquemment entendu lors des entretiens, ainsi que la qualité de ces produits made in China. D’ailleurs, « comme je le dis toujours, à Noël, tous les enfants peuvent avoir un cadeau, même s’il ne dure que deux jours ! »[17].

En République islamique de Mauritanie (RIM) et à Ouagadougou, les rares commerçants sont si dispersés que les rencontrer tient parfois du hasard. Surtout, l’intérêt, pour une étude pertinente, demeure faible. L’influence de la Chine en RIM est ailleurs (infrastructures, fer et pêche : Aurégan, 2008). Les marchandises asiatiques sont pourtant visibles. A Nouakchott, sur le marché Capitale, des commerçants maures proposent des jouets, ustensiles et vêtements achetés dans l’un des quatre supermarchés chinois de la capitale mauritanienne. La majorité des produits sont toutefois importés par les Mauritaniens eux-mêmes, tel M. Cheikh Ahmed, qui se déplace deux fois par an en Chine (Yiwu ou Guangdong) ou à Dubaï. D’autres points de vente proposent les made in China : les magasins à 350 Um (environ 1 €), où tous les articles chinois sont donc fixés à ce prix.

Au sein de la capitale sénégalaise, si les échoppes se trouvent sur le boulevard du Centenaire (ou de Gaulle), les appartements et villas sont situés dans le quartier Gibraltar. Ce dernier étant limitrophe du boulevard – ou désormais « Chinamarket », appellation donnée par les Dakarois eux-mêmes. Si le quartier de Gibraltar[18] est de fait propice à leur installation, le Plateau ivoirien (onéreux) et Adjamé (périlleux) ne pouvaient accueillir ces migrants soucieux de tranquillité et de sécurité. Le quartier des II-Plateaux, résidentiel, bien desservi, et à proximité de leurs activités fut donc une solution idoine. Autres intérêts, la présence de l’ambassade (à Cocody) et du Bureau économique et commercial.

2. Les II-Plateaux, cité dortoir chinoise

Recenser ne serait-ce qu’une partie des ressortissants chinois logeant aux II-Plateaux (Document 3) s’avère extrêmement délicat : de par la superficie du quartier, mais surtout par l’absence de symboles, de signes distinguant un habitat supposé accueillir cette population… Une absence de données qui n’empêche en aucun cas la création de fortes représentations. Et ces dernières sont rarement favorables aux derniers arrivés, ce qui est d‘ailleurs fréquemment le cas (Dakar, Douala). Ici aussi, la spéculation induite par l’arrivée des ressortissants chinois est une des critiques formulées. A Dakar par exemple, les loyers ont quadruplé entre 2002 – crise ivoirienne – et 2007, passant de 100 000 à 400 000 FCFA (loyer mensuel pour une villa[19]). D’autres reproches tiennent au style de vie des nouveaux voisins. Bruyants, sales, crachant par terre, cuisinant avec des produits exhalant une odeur peu appréciée, n’entretenant pas leurs jardins et locations, peu aimables, solitaires voire asociaux… sont autant de remarques entendues lors d’entretiens avec plusieurs habitants ivoiriens. Une délicate proximité qui n’inciterait pas certains foyers à s’installer dans ces quartiers. Les nuisances sonores, causées par les allers-retours de voitures emplies des marchandises made in China comptent parmi les nombreux griefs imputés. Car les échoppes d’Adjamé sont relativement vides. Midi venu, afin d’éviter les cambriolages, les commerçants déménagent leurs locaux et transfèrent aux II-Plateaux leurs cartons et ballots aisément reconnaissables par les caractères chinois qui y sont inscrits. Des logements-entrepôts sont également visibles à Dakar. Ils font régulièrement l’objet d’intrusions malhonnêtes.

Certains salariés ivoiriens suivent également leurs employeurs. Mathilde travaille pour Mme Fāng (Shanghai) au restaurant Fāng Fāng à proximité de la Cité administrative, sur le Plateau. Gagnant 30 000 francs CFA par mois (F CFA, ou 45 €), elle œuvre 45 heures par semaine et se rend en sus le samedi aux II-Plateaux où logent deux couples, dont les Fāng. Dans leur logement, elle s’occupe principalement du ménage et de la cuisine. Si certains jeunes hommes connaissent cette situation, ce double-emploi revient plutôt aux jeunes femmes, préférées aux hommes.

Ces quartiers résidentiels retenus par les « communautés » chinoises possèdent, dans chaque capitale, une histoire spécifique. Les différents aménagements successifs ont ainsi, plus ou moins intentionnellement, générés une réelle stratification sociale reflétant le paysage urbain de ces capitales. De fait, la ségrégation spatiale abidjanaise est le produit des plans d’urbanisme. Le « monopole foncier » (Dubresson et Yapi-Diahou, 1988 : p. 1085) dès 1963 puis les études de la SEMA (Société d’économie et de mathématiques appliqués) en 1966, le plan AURA (Agence d’urbanisme de la région d’Abidjan) en 1969 et jusqu’à l’ouverture des premiers centres commerciaux du quartier en 1989[20] ont effectivement contribué et prolongé ces zonalités créées par la puissance coloniale avant 1960.

L’implantation de ces grandes surfaces, ces pôles de la consommation urbaine, avec les activités indirectes qu’ils créent[21], ont – avec les constructions de logements modernes de standing – augmenté la valeur résidentielle de la zone, du quartier. Les propriétaires et locataires, que l’on qualifiera de stables, ou à revenus stables, sont donc les résidents majoritaires des II-Plateaux, à l’image de Cocody, de la zone IV (et de Gibraltar à Dakar) et contrairement à Yopougon (classes médianes ou moyennes[22]) et à Abobo (habitat populaire et spontané). L’arrivée de ces « étrangers », de ces résidents « nouveaux » et « différents », impose fort logiquement les représentations décrites précédemment et cette relative hostilité visible à Dakar et Abidjan.

Le quartier des II-Plateaux a également vu ces dernières années l’implantation d’activités spécifiques, les cliniques chinoises. La CICA (clinique ivoiro-chinoise d’Abidjan, à proximité du Bureau économique chinois) dispose de trois chirurgiens (deux Chinois) et de deux aides-soignantes (dont une jeune chinoise et « Angèle », ivoirienne). Originaires de Shanghai, les praticiens accueillent principalement des patients européens et asiatiques dans le bâtiment loué et subventionné par des médecins ivoiriens. Les Ivoiriens eux, se pressent davantage chez le couple Wang, propriétaires du Centre d’acuponcture de Chine en Côte d’Ivoire (photographies n° 3 et 4), sur le Boulevard Latrille. Ils vivent en Côte d’Ivoire depuis 1998 environ et bénéficient – étant donné le taux de remplissage de la salle d’attente – d’une excellente réputation. Le Centre aurait été créé en 1989 par l’ambassade chinoise.

La CICA et le Centre d’acuponcture chinoise, aux II-Plateaux. Abidjan, février 2010.

Au Sud-Est du quartier se trouve la réputée et fréquentée rue des jardins. Cette artère moderne compte de nombreux commerces et restaurants hauts de gamme[23]. Ces derniers, asiatiques pour la plupart (Coréens, Japonais et Vietnamiens), sont en concurrence directe avec l’Asia et l’Escale des jardins. Présents depuis 2007 et 2005, les responsables sont originaires de Shanghai et vivent ici en famille, respectivement avec leurs enfants et leurs frères. Ils résident également aux II-Plateaux.

Ces regroupements spatiaux ne sont pas le seul fait des « individuels », de ces commerçants et investisseurs chinois. Les techniciens, ingénieurs, ouvriers, médecins et fonctionnaires se logent, ou tentent de le faire, dans des espaces clos, plus ou moins protégés et logiquement proches de leurs activités. C’est le cas des ouvriers et employés de l’AFECC (Anhui foreign economic construction Corporation. Ltd) ayant bâti l’Hôtel des députés de Yamoussoukro (Document 4), des techniciens présents sur le chantier du palais de la Culture d’Abidjan, des médecins de la mission médicale de Markala, des employés de la COMATEX[24] de Ségou, des ouvriers de Henan Chine à Dakar ou des fonctionnaires des ambassades logeant à proximité de l’infrastructure étatique. Rares sont les techniciens encore installés à proximité du Palais de la Culture abidjanais (réalisé en partie par la Gansu overseas engineering Corporation, GOVEC) sur la rive droite de la lagune Ebrié. M. Zhang, l’un des trois expatriés chinois, évoque les mesures de « sécurité » pour qualifier leur isolement. Des mises à l’écart participant de fait à certaines interprétations abusives, voire, à des « fantasmes ». Ils sont en partie dus à l’absence de communication, de notions culturelles et de connaissances. Ils contribuent et/ou créent des représentations spécifiques relayées et grossies par la presse occidentale ou locale. Ainsi, le gouvernement chinois enverrait des milliers de prisonniers sur le continent afin d’y effectuer les travaux ingrats, notamment sur les chantiers de BTP. Le crédit accordé à ces allégations, souvent acceptées sans examen approfondi, est facilité par le manque de transparence, voire l’opacité des contrats sino-africains et des relations bilatérales. De même, les questions salariales et plus largement, les financements étatiques et privés chinois – inhérents aux infrastructures réalisées sur le continent – font régulièrement l’objet de rétentions d’informations, voire de soupçons[25].

L’Hôtel des députés de Yamoussoukro (Nord) et les baraquements

Source : Google Earth.

A Abidjan, cette méfiance est également perceptible. Des réserves et suspicions sont en partie entretenues par l’ensemble des acteurs chinois, peu enclins à répondre aux questions posées et critiqués pour leur faible volonté d’intégration. Au sein de la Zone IV, certains ressortissants contribuent également à ces incompréhensions.

Si le quartier résidentiel des II-Plateaux accueille donc les marchands asiatiques d’Adjamé, il peut sembler étrange d’y retrouver les hôteliers et propriétaires de « salons de massage » de la Zone IV et plus largement, du Sud d’Abidjan. Territoire prisé, à l’image de Cocody au Nord, la Zone IV est également l’un des quartiers les mieux équipés en terme de centres commerciaux « européens », de maquis courus, de discothèques et divers services à la personne. En partie délaissée après novembre 2004, notamment par les ressortissants français, la Zone IV fut l’objet d’une (ré)appropriation par la communauté syro-libanaise, omniprésente. Ce ne sont pas les seuls. Les Chinois ont également profité de la baisse du prix du marché immobilier pour investir. Les activités ne sont toutefois pas toujours celles auxquelles on pourrait s’attendre.

3.  La Zone IV et ses « nouvelles » activités commerciales

La Zone IV, ou Zone 4 C (Document 5), est depuis plus de quarante années, un territoire où cohabitent les foyers aisés et moyens avec les zones industrielles, développées en raison de leur proximité du port autonome d’Abidjan. Ce sont ce que Philippe Haeringer nomme les habitats de « moyen ou de bon confort ». La présence de cliniques et polycliniques, d’établissements scolaires prisés (notamment par les expatriés), de centres de recherche (dont l’Institut de recherche pour le développement, IRD), du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et de grands hôtels ont contribué à attirer une population hétérogène, multiculturelle, mais surtout privilégiée. Située à équidistance de l’aéroport (et du 43e RIMA) et du Plateau, le boulevard VGE (pour Valéry Giscard d’Estaing) est l’axe menant au pont Houphouët-Boigny[26] et donc au centre administratif et financier de l’Etat ivoirien – qui représente encore et malgré tout, en 2011, plus de 30 % du PIB global de l’UEMOA[27].

On y retrouve par ailleurs des restaurants japonais, libanais, indiens mais également chinois et notamment le Beijing (photographies n° 5 et 6). Une restauration sélective qui attire depuis 2007 autant les expatriés européens que les entrepreneurs et investisseurs asiatiques. Mais l’activité la plus prisée parmi les ressortissants chinois demeure les salons de massages : plus prosaïquement, la prostitution (photographies n° 7, 8 et 9). Inexistants à Dakar, Nouakchott et Ouagadougou – du moins très discrets – ces salons se retrouvent également à Bamako. Ils sont, au Mali, intégrés dans les infrastructures hôtelières, extrêmement nombreuses à Bamako (entre 50 et 80). A Abidjan, ils se sont développés depuis 2005 et sont exclusivement présents dans ce quartier. Ils étaient neuf en novembre 2011. Leurs appellations et leurs devantures affichent plus ou moins ostensiblement les services proposés à l’intérieur de ces « commerces ».

La différence substantielle entre Bamako et Abidjan s’explique notamment par l’ancienneté des relations sino-maliennes et par le rôle joué par les Bamakois eux-mêmes. Les Chinois n’y sont effectivement pas toujours propriétaires. Lorsqu’ils le sont – ou employés en tant que gérants, le propriétaire chinois ayant diversifié ses activités – il s’agit généralement d’infrastructures louant des chambres de passes, occupées et louées par les autochtones. Contrairement à Abidjan, les prostituées (ou maîtresses) sont exclusivement maliennes, ou plus généralement, ouest-africaines. Ce phénomène spécifique serait l’ « indice de la décadence de la société malienne » (Bourdarias, 2009 : 12).

Les deux restaurants chinois de la Zone 4. Abidjan, mars 2010.

Les parcours migratoires des propriétaires sont divers. Il est d’ailleurs intéressant d’observer que certains gérants sont des femmes, rares dans le domaine commercial. Xu Fangdong, surnommé Fantôme, est originaire du Zhejiang. Il vit en Côte d’Ivoire avec sa mère et son frère aîné, depuis trois années. Ayant tenté de poursuivre ses études à Toulouse et après avoir effectué de nombreux emplois précaires dans le Sud-Ouest de la France, il s’est laissé persuader d’investir à Abidjan dans une société de savonnerie, en dépôt de bilan en mars 2010. Il s’est donc finalement reconverti : ses « employées », toutes chinoises, auraient paraphé un contrat de six mois renouvelable stipulant le paiement des frais de transport aller-retour. La légalité comme la nature de cette activité sont pour le moins sujettes à caution. Selon plusieurs témoignages anonymes, la prostitution chinoise abidjanaise serait l’un des principaux facteurs de blanchiment d’argent. Pour cause et selon Hughes, employé ivoirien d’un salon de massage dont les propriétaires sont issus de Shenyang, Liaoning, une heure de compagnie serait facturée environ 40 000 F CFA (soit environ 61 €). Une nuit coûterait jusqu’à 120 000 FCFA (183 €) et un mariage « blanc » avoisinerait les 5 millions de FCFA (7 500 €). Selon les jeunes salariés recrutés pour assurer la sécurité, la traduction, les liens intra-communautaires et autres services, un gérant gagnerait jusqu’à 1 500€ quotidiennement. Les « masseuses » disposent, à cet effet, d’un box individuel. Ici aussi, la clientèle est relativement fortunée. A titre d’exemple, le prix d’une simple Flag, bière du Groupe Castel, est multiplié par dix. De ce fait, seuls les Européens, Syro-libanais et marins en escale disposent des moyens nécessaires à ces distractions.

Trois salons de massage de la Zone 4. Abidjan, mars 2010.

Dans les différents Etats ouest africains visités, peu de parallèles existent, hormis Bamako donc, où les « hôtels-restaurants »[28] quadrillent l’ensemble des communes de la capitale. L’activité est contrôlée par la brigade des mœurs : un détachement policier qui doit tout de même inspecter l’ensemble de ces infrastructures, mais également les quelques 700 000 « filles migrantes » installées durant la saison des pluies au sein de la capitale malienne et parfois « employées » dans ces « sociétés » chinoises. Elles sont par ailleurs et en partie suivies par l’AFEM (Association des femmes éducatrices du Mali). A l’origine utilisées comme aide-ménagères dans les foyers bamakois, elles perçoivent environ 5 000 FCFA par mois (7,60 €). Une somme gagnée en une soirée dans certains hôtels-restaurants chinois, voire, des arrière-cours[29].

A Abidjan, la rue Princesse, à Yopougon, était également connue pour la prostitution professionnelle (Kouakou Kouadio, 2009 : p. 16). La clientèle est néanmoins plus populaire, à l’image de Bamako. Le proxénétisme n’est certes pas exclusif à la communauté chinoise implantée en Afrique de l’Ouest francophone, mais ces « nouvelles » activités démontrent l’opportunisme, le pragmatisme caractéristique de ces nouveaux migrants. De la coopération et des coopérants techniques, aux sociétés publiques puis privées, au commerce (import-export, commerce traditionnel, restauration et hôtellerie), à la médecine, à l’investissement industriel et aux activités lucratives aux frontières de la légalité, l’évolution des emplois occupés par les huá qiáo en Afrique est symptomatique d’un ancrage fort et dense dans la micro-économie locale. Une diversification peu appréciée, créant toutefois des emplois – mais en détruisant également par l’importation de marchandises à très bas coût – et concurrençant directement les communautés établies depuis plusieurs décennies (Maures, Dioulas, Syro-Libanais).

La coopération d’ailleurs, fut dans les décennies 1950 et 1960 la principale « arme diplomatique » chinoise, notamment envers le continent africain. Elle permit au gouvernement et à Mao Zedong la propagation de sa politique « tiers-mondiste », opposée aux deux blocs américains et soviétiques. La coopération – plus unilatérale que bilatérale, les Etats africains étant principalement récipiendaires – permit en sus, et dès les années 1960, d’aguerrir les sociétés chinoises aux contraintes internationales. Mais officiellement, les accords de coopération sont dénués de toute arrière-pensée lucrative, notamment dans les secteurs de l’agriculture et de la santé.

4. Sociétés et géopolitique de la présence chinoise en Côte d’Ivoire

La « porte d’entrée » de la Chine en Côte d’Ivoire fut, à l’instar du Mali, du Sénégal, du Burkina et de la Mauritanie, l’agriculture avec le projet de coopération rizicole de Guiguidou (Sud-Bandama, document 6). Progressivement, durant les années 1990, les domaines se sont diversifiés. La médecine devient en Afrique de l’Ouest francophone, le second axe de développement et de coopération. Les missions médicales ont été les premières structures chinoises « visibles », car généralement implantées dans les principaux centres urbains. De fait, il n’est pas étonnant que les « médecins aux pieds nus » et/ou les pratiquants de la médecine traditionnelle chinoise furent parmi les premiers à investir et s’implanter dans ces capitales ouest-africaines. Toutefois, ces activités formelles ne représentent pas à elles seules la « santé ». Les représentations ivoiriennes (ou l’imaginaire collectif) associent à ce domaine les revendeurs de médicaments installés sur des étals ou déambulant dans les principales agglomérations (Abidjan, Yamoussoukro). Depuis, les médicaments ont été remplacés par les téléphones portables. A la fin des années 1990, le dynamisme économique conjugué aux réformes chinoises et au rehaussement des relations sino-africaines – dont le premier Forum sino-africain du 10 au 12 octobre 2000 à Beijing – ont permis à de nombreuses sociétés et investisseurs de développer leurs activités en Afrique sub-saharienne.

En Côte d’ivoire, on recense désormais, début 2011, près d’une vingtaine de sociétés chinoises, géographiquement dispersées (Zone 3, Plateau, Cocody). Des multinationales (ZTE, HUAWEI ou COVEC[30]) aux PMI-PME (Datong Entreprises) et aux sept cogestions (Fleoci, Lic-Pharma ou encore Zhundi), les stratégies d’implantations reflètent autant la pluralité des acteurs en jeu que leurs moyens, leurs attentes et finalement l’hétérogénéité d’une Chine trop souvent présentée comme monolithique. Or, les provinces, pour ne citer qu’elles, exercent également une influence substantielle dans ces relations et investissements. Les jumelages en sont l’exemple. Abidjan est jumelée à Tianjin (municipalité autonome près de Beijing), Lakota (Sud-Bandama) à Baoding (Hebei) et Abengourou (Moyen-Comoé) à la province du Hubei[31]. Ces sociétés, intégrées et concurrençant directement les entreprises françaises, sont devenues le reflet d’une Chine en mouvement, puissante et attirante. D’autre part, la gamme des produits made in China est en perpétuelle évolution, en atteste la vente de véhicules Great Wall Motors distribués par Rimco Motors sur le boulevard Giscard d’Estaing ou des Chery par Tiger Motors. Les « chinetoques »[32] ne sont donc plus aussi homogènes que certains Ivoiriens le laisse supposer. L’Afrique, un laboratoire pour ces sociétés amenées à intégrer à terme les marchés occidentaux ?

Soutenues pour partie par l’ambassade et par le Bureau économique et commercial, les sociétés chinoises ne sont pas épargnées par le conflit ivoirien. Fin connaisseur de la région, l’ambassadeur Wei Wenhua – auparavant au Mali – exerce un numéro d’équilibriste, à savoir, ne pas afficher trop ostensiblement sa préférence au camp Gbagbo. Le diplomate a consacré en janvier 2008 Alassane Dramane Ouattara « grand ami de la Chine » et s’est entretenu le 30 mars 2010 à Bouaké avec plusieurs responsables des Forces Nouvelles. Une volonté de la part du gouvernement chinois de ne pas prendre officiellement parti. Une non ingérence devenue maxime depuis 1955 et la conférence de Bandung. Seulement, ce déplacement au Nord de la « zone de confiance » était par ailleurs l’occasion de négocier avec les Com’zones (les commandants de zones issus des FAFN[33]) la sécurité des commerçants et marchandises chinoises transitant entre Abidjan et l’hinterland, soit, le Niger, le Faso et le Mali.

Cette neutralité chinoise affichée est quelque peu démentie par plusieurs faits et réalités économiques. Les échanges économiques ont été multipliés par deux entre 2001 et 2003 et par cinq entre 2001 et 2010[34]. Sur la cinquantaine de visites bilatérales effectuées depuis l’établissement des relations le 2 mars 1983, plus de trente se sont déroulées après l’accession au pouvoir de Laurent Gbagbo le 22 octobre 2000. Les étroites relations entre les deux partis, le PCC (Parti communiste chinois) d’une part et le FPI (Front populaire ivoirien) d’autre part, ont notamment été relayées par la presse locale en 2002 et le 23 avril 2009 lors de la visite d’une délégation chinoise. L’ambigüité de la position chinoise est également perceptible dans le domaine de la Défense. Il y eu trois visites officielles en 2001 et la vente d’armes et munitions pour près de 2,4 millions de dollars en 2007 – certes, à relativiser avec les 18 millions de dollars, la même année, par la Russie. La Côte d’Ivoire sous embargo depuis 2005 a recherché et accueilli cette Chine généreuse et avenante. Indésirable à Paris, Laurent Gbagbo s’est effectivement tourné vers Beijing qui le lui rend bien : à Gagnoa, ville natale du Président sortant, un hôpital est en construction (le seul actuellement en Côte d’Ivoire, photographie n°10 et document 6). La personnalisation des relations bilatérales est exacerbée par la suspension des travaux de la Commission mixte de coopération sino-ivoirienne. Ce dispositif de consultation bipartite, créé en 2001, permettait une relative transparence. Ce n’est plus le cas depuis décembre 2010.

Hôpital de Gagnoa en construction (par la GOVEC). Gagnoa, février 2010.

Le don agricole est à mettre en parallèle avec celui effectué le 8 mars 2011, où l’ambassadeur remettait au ministre de l’Agriculture, le Dr Issa Malick Coulibaly (ancien opposant), des produits agricoles et matériels mécaniques d’une valeur de 1,5 milliards de francs CFA (environ 2,3 millions €). Ce dernier déclarait : « A ce moment précis où notre pays traverse l’une des plus grandes crises de son histoire, ce don de produits agricoles et de matériels mécaniques pour la relance de la riziculture, est un signe fort qui témoigne du soutien indéfectible de la Chine, grand producteur de riz, au peuple souverain de Côte d’Ivoire »[35]. Médiatisé, ce don a en particulier été repris par la RTI (Radio télévision ivoirienne), organe officiel qui y voit ici la reconnaissance implicite par la Chine de l’élection du Président sortant, et du gouvernement Aké N’Gbo. Autre manœuvre politico-économique, la mission en Chine du port autonome d’Abidjan, afin de contourner l’embargo décrété le 15 janvier 2011 par l’Union Européenne et soutenu par la France. Une dizaine de sociétés se sont entretenues avec Marcel Gossio, Directeur Général de la seconde infrastructure portuaire subsaharienne, après Durban. Ces stratégies de contournement sont enfin l’occasion « d’isoler » Alassane Ouattarra, présenté comme proche de Ouagadougou. La capitale burkinabé qui reste encore en 2011, le principal relai africain voire mondial de Taipeh.

Conclusion

Si plusieurs activités chinoises sont visibles sur le Plateau, à Cocody et plus généralement en Côte d’Ivoire (villes de l’intérieur), ces regroupements spatiaux (Adjamé, II-Plateaux et Zone 4) témoignent d’une réelle dispersion urbaine. Contrairement à d’autres minorités (Syro-libanais[36], Dioulas et Maures), les migrants chinois s’installent prioritairement dans ces métropoles dynamiques et accessibles, connues et fréquentées par leurs prédécesseurs. La diffusion spatiale vers les autres centres urbains reste modeste, voire quasi inexistante au Sénégal, en Mauritanie[37] ou au Burkina Faso. Les différentes implantations sont également localisées dans ces quartiers centraux, possédant une certaine valeur symbolique (Dakar, Abidjan).

Ces migrants ne peuvent donc être qualifiés de communautés et de diasporas, ne formant pas un groupe social et/ou économique homogène. Seuls les commerçants installés à Adjamé et Dakar pourraient présenter les caractères spécifiques inhérents (utilisation du même espace urbain, utilisation des réseaux…). A Dakar, les commerçants majoritairement originaires du Henan, plus ou moins en lien avec la société Henan China, ne peuvent aucunement être assimilés aux Chinois de Bamako et d’Abidjan, où la dispersion géographique est manifeste. De plus, très peu de migrants contractuels restés après leurs missions sont visibles en Côte d’Ivoire, contrairement au Mali et au Sénégal, où jusqu’à la fin des années 1980, les diplômés étaient employés dans les entreprises étatiques (Kernen et Vulliet, 2008 : p. 75).

Par ailleurs, ces quartiers ou territoires à visibilité chinoise ne font que très rarement l’objet d’appropriation foncière. La location (qui présente ses avantages en cas de troubles politico-économiques) reste majoritaire. Elle est surtout rendue obligatoire par l’appréhension des Ivoiriens à céder à des « étrangers » des terrains qui font d’ailleurs l’objet récurrent de litiges. De même, l’ancrage des ressortissants chinois reste limité. Rares sont ceux ayant effectué la démarche de l’apprentissage du français par exemple. A l’opposé, de plus en plus nombreux sont les Ivoiriens à se rendre à l’Université de Cocody suivre les cours de chinois qui y sont dispensés. A l’avenant, l’implication dans la vie locale (politique, associative…) est exceptionnelle. Ces cloisonnements sociaux, linguistiques et économiques ne sont pas le seul fait des Chinois, mais la création de l’ARCM au Mali ou de l’ARCCI (Association des ressortissants chinois en Côte d’Ivoire) et le développement des quartiers « sinisés » indiquent cette volonté commune de rassemblement. Un communautarisme, toute proportion gardée, également perceptible en Europe, aux Etats-Unis, au Canada… et en Asie. En comparaison, l’implantation des commerçants chinois au Mali – diffuse sur le territoire – peut être perçue comme le signe d’une intégration réussie. La bienveillance du gouvernement – mais également de la population – symbolise par ailleurs cette relation cinquantenaire empreinte de « solidarité et de fraternité »[38]. De fait, l’orientation politique des dirigeants ouest-africains a en quelque sorte modelé et produit la migration et l’implantation des Chinois dans ces Etats. Les « Chinois de Modibo » versus les « Français d’Houphouët » ?

Les Chinois en Afrique de l’Ouest francophone sont donc à la fois des immigrants récents (Côte d’Ivoire) et lointains (Mali). Ils sont régulièrement victimes de stigmatisations, de déclarations sinophobes, de xénophobie – prenant surtout un aspect économique. Les représentations inhérentes à ces acteurs de la Chine-Afrique sont surtout en rapport avec leurs activités : les « privés » (commerçants), dénoncés et imposant une « concurrence déloyale » et les « publics » (fonctionnaires et contractuels), participant au développement de l’Afrique.

L’autonomie des migrants marchands est prégnante : l’entreprise, le commerce, l’ « emporium », structurent cette population asiatique. Ce « pôle central » qu’est l’entreprise créé des « marchés ethniques du travail », un « réseau de réseaux » où rares sont les Chinois ne profitant pas de ces opportunités socio-économiques (Ma Mung et Guillon, 1992 ; Ma Mung, 2009). La solidarité ethnique permet donc une relative unité, et, une entraide communautariste[39] (prêts, embauche, aides matérielles et conseils divers).[40]

Plus flexibles que les « anciens » (ceux des coopérations économiques et les migrants contractuels), plus hétérogènes, aux parcours et de milieux et profils socio-économiques disparates, souvent diplômés, ces acteurs de la « Chinafrique » par le bas imposent une dynamique permettant une appréhension plus fine de cette thématique globale que sont les relations sino-africaines. En général peu attachés au pays d’accueil, ils perçoivent d’autant plus les territoires d’insertion, d’implantation, comme des centres urbains économiquement intéressants, attrayants, attractifs mais surtout, provisoires. Cette « représentation diasporique » n’est certes pas exclusive au continent africain. Mais plus qu’ailleurs (Paris, San Francisco ou Vancouver par exemple), l’activité et donc la migration en Afrique est, à de rares exceptions, une étape dont il faut se contenter. Motivée par la recherche de meilleures conditions de vie et de profits mercantiles, la migration en Afrique, est finalement un moindre mal, ou, « faute de mieux » (Bourdarias, 2009 : p. 20).

Cette présence ambivalente permet toutefois la création d’emplois, informels notamment. Elle permet également une concurrence, tirant de facto les prix vers le bas – car ayant cassé le monopole des importateurs locaux.

En revanche, leur intégration limitée[41], leur propension à la discrétion (contrairement aux Libanais par exemple, réputés plus expansifs), leur(s) réseau(x) – opaques de l’extérieur – leurs activités et la concurrence directe et indirecte créent les représentations largement reprises par les médias occidentaux et exploitées par certaines organisations patronales, syndicales, voire politiques. Ces clivages existent d’ailleurs également entre les différents groupes composant cette « communauté » chinoise, plus fragmentée qu’elle laisse le supposer et elle-même traversée par certains conflits. Selon leurs origines, leurs ancienneté, leurs souhaits et perspectives, leurs discours s’inscriront de fait dans des temporalités et souhaits très diverses – que l’on retrouve dans toutes les capitales et catégorisables, pour schématiser, selon leurs activités. Multiscalaire, la relation Chine-Afrique souffre de méconnaissances mutuelles. L’apprentissage, pour les uns comme pour les autres, sera inévitablement source de conflits d’intérêts et d’enjeux économico-politiques substantiels. Mais le slogan wéiguó fúwù (为国服务)[42] est trompeur : ces migrants économiques travaillent essentiellement dans un cadre personnel et familial, les liens avec la représentation officielle qu’est l’ambassade devenant rares, hormis dans certains cas exceptionnels[43].

Contrairement au Mali, et en cela plus proche du Sénégal, le marché ivoirien et sa situation géographique permettent cette implantation – que l’on doit ici qualifier de récente. Si les « privés », ces Chinois non étatiques, ne s’occupent finalement que rarement de la (géo)politique, il semble indiscutable que cette dernière ait une influence, même indirecte, sur ces huá qiáo. La construction de la nouvelle ambassade à Cocody (une des plus vastes en Afrique de l’Ouest), le conflit post-2002, l’implantation réussie des commerçants à Adjamé et les excellentes relations avec Laurent Gbagbo sont plusieurs facteurs à prendre en compte dans cette analyse. Cet Etat pivot ouest-africain qui attire pourrait donc voir progressivement plusieurs quartiers se siniser. Déjà, ils remplissent tous un rôle spécifique (commerce, logement, et, prostitution et restauration). La crise de 2002 n’ayant que très modérément affecté leur implantation, celle de 2010-2011 changera-t-elle leurs représentations ?


[1] Henan Chine, CNLC, China Overseas ou COVEC.
[2]Selon M. Tié, du Centre de promotion des investissements, les Chinois seraient 3 000 en Côte d’Ivoire (y compris les migrants contractuels). Ils auraient été jusqu’à 6 000 avant 2000 (coup d’Etat et élection de Laurent Gbagbo).
[3]Se reporter aux mémoires de la bibliographie. Les ressortissants chinois sont estimés à environ 5 000 au Cameroun et 3 000 en Guinée (Conakry).
[4]Mauritanie, Sénégal, Mali, Burkina Faso et Côte d’Ivoire.
[5]Paradoxalement, les Taïwanais installés à Ouagadougou sont moins nombreux que les Chinois (RPC). Malgré la reconnaissance de Taipeh en 1994, plusieurs dizaines de commerçants et entrepreneurs chinois vivent dans la capitale burkinabé et à Bobo Dioulasso. Ce, en l’absence de représentation diplomatique.
[6]Respectivement aux 144e, 160e et 149e rangs de l’indicateur de développement humain du PNUD. Ces États sont classés au 117e, 134e et 100e rang en terme de PIB par parité de pouvoir d’achat (CIA Factbook 2010) et comptent 12,3 ; 13,8 et 21,05 millions d’habitants en 2010 (CIA Factbook 2010).
[7]Terme polysémique désignant les Chinois d’outre-mer (migrants temporaires ou non).
[8]Qualificatifs donnés par les commerçants ivoiriens et libanais.
[9] Entretien avec M. Liu originaire de Quanzhou, Fujian. Ouvrant entre 7 et 8h, il ferme à 13h.
[10] Les vendeurs ambulants ou bana-bana en Wolof, sont des hommes et femmes achetant, parfois à crédit, des marchandises chinoises qu’ils revendent dans les quartiers des capitales africaines voire dans les villes et villages des pays respectifs. En Côte d’Ivoire par exemple, cette démarche est favorisée par la présence de la gare routière à proximité des marchands chinois. A Abidjan comme à Dakar, nombreux, ou plutôt nombreuses sont les femmes installées devant les boutiques chinoises. Elles ne paient pas directement de taxes au propriétaire asiatique mais vendent à l’unité pour son compte. Les chaussures (de 100 à 2 000 F CFA la paire) sont les marchandises les plus prisées et visibles.
[11] L’UNACOIS a également saisi la Commission nationale de la concurrence, une structure de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture dakaroise (Bertoncello et Bredeloup, 2009 : p. 53).
[12]Où est célébrée l’indépendance de la République.

[13]Surface urbaine où les activités présentent une certaine homogénéité (exemple du quartier d’affaires de La Défense à l’Ouest de Paris).
[14] Les ressortissants chinois au Mali sont majoritairement originaires du Sichuan et du Henan.
[15]Présidée par M. Chei, de Tianjin, ancien Directeur de l’UMPP (Usine malienne de produits pharmaceutiques, cogestion sino-malienne). Créée en 2005, suite au match Mali-Togo où plusieurs boutiques et bars chinois furent vandalisés, elle recense plus de 300 adhérents et se veut une organisation d’entraide, de règlement de conflits, de solidarité et de promotion de la culture chinoise.

[16] Selon Aïda Bocoum, commerciale de Maersk Line, société spécialisée dans le transport international de marchandises. Entretien effectué en février 2008.
[17] Phrase de M. Papa Nall Fall, Conseil de la République sénégalaise pour les affaires économiques et sociales.
[18] Encore récemment peuplé de fonctionnaires, ayant déserté le quartier avec la spéculation foncière due en partie par l’achat et la location d’habitats par ces commerçants chinois mais également par le transfert d’organisations internationales et de ses salariés, fuyant le conflit ivoirien. [19]De 150 à 600 Euros environ.

[20] Le premier Super Hayat a ouvert, aux II-Plateaux, rue des Jardins, en 1989.
[21] Les établissements privés d’enseignement supérieur sont par exemple très nombreux dans ce quartier.
[22]Ces « en-haut des en-bas [et] en-bas des en-haut » (Savina, Antoine, Dubresson et Yapi-Diahou, 1985 : p. 56).

[23] On y trouve par exemple des tailleurs réputés ou des commerces proposant du textile fabriqué ou inspiré de la mode occidentale.
[24] La Compagnie malienne des textiles, société anonyme, est une cogestion sino-malienne (80 et 20 %) depuis 1994. Les conflits sociaux y sont récurrents, notamment entre 2000 et 2004. Elle emploie actuellement 1 400 travailleurs.
[25]Depuis 2008, l’ambassade chinoise à Abidjan ne m’a toujours pas accordé d’entretien, malgré mes innombrables relances.

[26] Ce « pouls de la ville ». Le pont Charles de Gaulle est ouvert à circulation en juillet 1967 (Haeringer, 1969 : p. 234).
[27]Union économique et monétaire ouest-africaine. La Côte d’Ivoire y est suspendue depuis le 7 décembre 2010. L’Union reconnaît en effet l’élection de Alassane Dramane Ouattara.

[28] Sujet confirmé par deux articles parus en 2009 (Bertoncello et Bredeloup, 2009 : p.51) ; (Bourdarias, 2009 : p. 12).
[29] Des Chinois arrêtés, Les Echos, n° 3045 du 04 mars 2008.

[30] ZTE et Huawei sont spécialisées dans le secteur des télécommunications ; COVEC dans le BTP.
[31] En Afrique de l’Ouest, Ouagadougou et Dakar – paradoxalement – sont jumelées à Taipeh.
[32] Terme utilisé par les clients ivoiriens pour désigner les marchandises chinoises (notamment de contrefaçon).
[33] Forces Armées des Forces Nouvelles
[34] De 90 à 400 millions d’euros et de 90 à 160 millions d’euros.
[35] Abidjan Tribune, 09 mars 2011.
[36] Que l’on peut considérer comme les anciens « agents essentiels de l’économie de traite classique » (Fournet-Guérin, 2009 : p. 545). Une diffusion spatiale s’est progressivement effectuée durant le XXe siècle.
[37] La présence de ressortissants chinois à Nouadhibou est strictement liée aux activités portuaires.
[38] Discours de Amadou Toumani Touré à Ségou, le 25 octobre 2010 lors du lancement des travaux de l’autoroute Bamako-Ségou : http://french.news.cn/afrique/2010-10/26/c_13576641.htm
[39] Le Centre de promotion des investissements, en Zone 4, apporte une aide aux ressortissants chinois : transport, hébergement, conseils et informations économiques, liens entre les sociétés…
[40] Les premières études de terrain ivoiriennes n’ont pas encore affiné et analysé ces réseaux (selon l’origine géographique, sociale…).
[41] Afin de nuancer ces propos, citons ces deux mères de famille. Yu Hong Wéï à Ségou, mariée à Ahmadou Coulibaly (Directeur commercial de la COMATEX) et mère de quatre garçons et Mme X, à Gagnoa, vivant avec sa fille et son fils. Originaires du Sichuan où son mari, cuisinier, est resté, elle a ouvert une clinique très fréquentée dans le centre-ville après avoir vécu à Abidjan et Daloa.
[42] Servir le pays (de l’étranger).
[43]Pont aérien entre la Chine et la Lybie, février-mars 2011. Le ministère des Affaires étrangères chinois conseille ses ressortissants de quitter la Côte d’Ivoire le 24 mars 2011.

Références bibliographiques

ALDEN Chris (2007) China in Africa, United Kingdom, Zed Books, 154 p.
ALDEN Chris, LARGE Dan et SOARES DE OLIVEIRA Ricardo (2008) Chine-Afrique : facteur et résultante de la dynamique mondiale, Afrique contemporaine, 2008/4, n° 228, pp. 119-133.
AMPIAH Kweku et NAIDU Sanusha (2008) Crouching Tiger, Hidden Dragon: Africa and China, University of Kwazulu Natal Press, 357 p.
ANDRESY Agnès, MARTEAU Jean-François et RABALLAND Gaël (2010) La Chinafrique, mythes et réalités, Etudes, 2010/9, Tome 413, pp. 151-162.
AUREGAN Xavier Les enjeux géopolitiques de la « percée » chinoise au Sénégal, Mémoire de l’Institut Français de Géopolitique, IFG-Paris VIII, 2007, 193 p.
AUREGAN Xavier Les enjeux géopolitiques de la Chine en Afrique de l’Ouest : études de cas au Mali et en Mauritanie, Mémoire de l’Institut Français de Géopolitique, IFG-Paris VIII, 2008, 178 p. BERTONCELLO Brigitte et BREDELOUP Sylvie (2006) La migration chinoise en Afrique : accélérateur du développement ou « sanglot de l’homme noir » ?, Afrique contemporaine, 2006/2, n° 218, pp. 199-224.
BERTONCELLO Brigitte et BREDELOUP Sylvie (2007) De Hong Kong à Guangzhou, de nouveaux « comptoirs » africains s’organisent, Perspectives chinoises, 2007/1, 16 p.
BERTONCELLO Brigitte et BREDELOUP Sylvie (2009) Chine-Afrique ou la valse des entrepreneurs-migrants, REMI, vol. 25, n° 1, pp. 45-70.
BEURET Michel et MICHEL Serge (2008) La Chine a-t-elle un plan en Afrique ?, Afrique contemporaine, 2008/4, n° 228, pp. 49-68.
BEURET Michel et MICHEL Serge (2008) La Chinafrique – Pékin à la conquête du continent noir, Paris, Grasset, 348 p.
BOURDARIAS Françoise (2009) Migrants chinois au Mali : une pluralité de mondes sociaux, REMI, vol. 25, n° 1, pp. 7-24. CAO Huhua,
DEHOORNE Olivier et ROY Vincent (2006) L’immigration chinoise au Canada : logiques spatiales et nouvelles territorialités, Norois, 2006/2, n° 199, pp. 11-22.
CHAPONNIERE Jean-Raphaël (2008) L’aide chinoise à l’Afrique : origines, modalités et enjeux, L’économie politique, 2008/2, n° 38, pp. 7-28.
CHEN Michael-Xiaobao, GOLDSTEIN Andrea, PINAUD Nicolas et REISEN Helmut, China and India: What’s in it for Africa?, OECD Development Centre, 95 p.
CICUREL Michel (2010) La Chine à la quête du monde, Commentaire, vol. 33, n° 131, pp. 659-666.
COURET Dominique (1997) Territoires publics et espace urbain à Abidjan. Quand gestion urbaine revendications citadines composent…, Karthala-ORSTOM, pp. 429-458.
DJEGUEMA Adebayo (2006) Crises et recompositions dans les modes d’habiter et les pratiques sociales à Abidjan, 42ème Congrès ISoCaRP, 2006, 19 p.
DUBRESSON Alain et YAPI-DIAHOU Alphonse (1988) L’Etat, « le bas », les cours : exclusion sociale et petite production immobilière à Abidjan (Côte d’Ivoire), Tiers-Monde, Tome 29, n° 116, pp. 1083-1100.
DUPRE Mathilde et SHI Weijing, La présence chinoise en Afrique de l’Ouest : le cas du Mali et du Bénin, AFD, Paris, août 2008, 49 p.
ETIENNE Gilbert (2010) La Chine et les Chinois de l’extérieur, Relations internationales, 2010/1, n° 141, pp. 99-109.
FOURNET-GUERIN Catherine (2009) Les Chinois de Tananarive (Madagascar) : une minorité citadine inscrite dans des réseaux multiples à toutes les échelles, Annales de Géographie, 2009/5, n° 669, pp. 543-565.
GABAS Jean-Jacques (2008) Les pays émergents et la coopération internationale, in L’enjeu mondial. Les pays émergents, Presses de Sciences Po, pp. 221-234.
GUERIN Emmanuel (2008) Bailleurs émergents et gouvernance mondiale de l’aide au développement : où en est la Chine en Afrique ?, IDDRI, n° 3, pp. 105-118.
GUERRERO Dorothy-Grace et MANJI Firoze (2008) China’s new role in Africa and the South, United Kingdom, Fahamu, 258 p.
HAERINGER Philippe (1969) Structures foncières et création urbaine à Abidjan, Cahiers d’études africaines, vol. 9, n° 34, pp. 219-270.
HAZARD Éric, DE VRIES Lotje, ALIMOU BARRY Mamadou et AKA ANOUAN Alexis, L'impact de l'émergence chinoise et indienne en Afrique - Étude de cas sur le Sénégal,
ENDA Prospectives Dialogues Politiques, 75 p. HUGON Philippe (2010) Les nouveaux acteurs de la coopération en Afrique, Revue internationale de politique de développement, n° 1, pp. 99-118. KERNEN Antoine (2007) Les stratégies chinoises en Afrique : du pétrole aux bassines en plastique, Politique africaine, n°105, pp. 163-180.
KERNEN Antoine et VULLIET Benoît (2008) Petits commerçants et entrepreneurs chinois au Mali et au Sénégal, Afrique contemporaine, 2008/4, n° 228, pp. 69-94.
KIPRE Pierre (1985) Villes de Côte d’Ivoire 1893-1940, Abidjan, Les Nouvelles Editions Africaines, Tome I, pp.5-29, 212-232 ; Tome II, pp. 7-25 ; 255-281.
KOUAKOU KOUADIO Clément (2009) Jeunes et pauvreté urbaine dans les pays en développement : Cas de la côte d’ivoire, Revue africaine de l’Intégration, vol. 3, n° 1, 34 p. LAMBERT Denis (2009) Géopolitique de la Chine, Paris, Ellipses, 549 p.
LEIMDORFER François (1999) Enjeux et imaginaires de l’espace public à Abidjan, Politique africaine, vol. 74, pp. 51-75.
MA MUNG Emmanuel et GUILLON Michelle (1992) Dispositif économique et ressources spatiales : éléments d’une économie de diaspora, REMI, vol. 8, n° 3, pp. 175-193.
MA MUNG Emmanuel (2000) La diaspora chinoise, géographie d’une migration, Paris, Ophrys, 175 p.
MA MUNG Emmanuel (2009) Diaspora et migrations chinoises, in Christophe Jaffrelot (ed.), L’enjeu mondial, Paris, CERI-L’Express, pp. 235-244.
NIQUET Valérie (2006) La stratégie africaine de la Chine, Politique étrangère, pp. 361-374.
PARENTEAU René et CHARBONNEAU François (1992) Abidjan : une politique de l’habitat au service du plan urbain, Cahiers de géographie du Québec, vol. 36, n° 99, pp. 415-437.
PISANI-FERRY Jean (2010) La Chine, l’économie mondiale et l’Europe, Commentaire, vol. 33, n° 131, pp. 649-658.
SAVINA Annie Manou, ANTOINE Philippe, DUBRESSON Alain et YAPI-DIAHOU Alphonse (1985) « Les en-haut des en-bas et les en-bas des en-haut ». Classes moyennes et urbanisation à Abidjan (Côte d’Ivoire), Tiers-Monde, Tome 26, n° 101, pp. 55-68.
SECK Assane, Dakar métropole ouest-africaine, Mémoire de l’Institut fondamental d’Afrique Noire, IFAN-DAKAR, N°85, 1970, pp. 51 à 94 ; 95 à 120 ; 128 à 139 ; 148 à 172 ; 191 à 213 ; 217 à 219 ; 439 à 489.
SEKA Pierre Roche et KOUAKOU KOUADIO Clément (2008) Relations économiques entre la Chine et l’Afrique : Le cas de la Côte d’ivoire, Abidjan, CREA, 27 p.
VIRCOULON Thierry (2007) La nouvelle question sino-africaine, Etudes, 2007/11, Tome 407, pp. 451-462.
YAPI-DIAHOU Alphonse (2000) Manipulations foncières sur les zones industrielles dans les villes africaines, Bulletin de l’APAD, n° 19, 9 p.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , ,

Posté dans : Working Papers

Laisser un commentaire


Carnets de recherche