La Forêt Modèle de Campo Ma’an au Cameroun : analyse géopolitique (par Michela Ravelli, juillet 2012)

A propos de l’auteur:

Michela Ravelli a soutenu son mémoire de Master 2 Recherche à l’Institut Français de Géopolitique en septembre 2011. Il s’agit d’une analyse géopolitique de la Forêt Modèle de Campo Ma’an au Cameroun.
Ce working atlas est issu de ce travail de recherche.

michelaravelli@gmail.com

Résumé :

L’année 2005 marque la création de l’Association Forêt Modèle de Campo Ma’an (CaMaMF) dans un territoire au Sud du Cameroun, celui de l’Union technique opérationnelle (UTO) de Campo Ma’an.

Son objectif étant de prôner le développement à travers l’atténuation des conflits et la promotion du consensus, l’Association Forêt Modèle se révèle en tant qu’un instrument innovant de gouvernance territoriale, qui fait appel à une vaste participation de toutes les couches de la société. C’est un lieu qui polarise tous les acteurs, y compris ceux qui ont toujours été écartés de la prise de décisions.

La CaMaMF est une entité nouvelle qui prend place au milieu de conflits entre les emprises territoriales existantes, exercées par les acteurs précédemment installés – agro-industries, exploitants forestiers, le Parc National – et les emprises des nouveaux intervenants, rattachés à des grands projets de développement, qui s’accaparent des portions du territoire et se superposent à un maillage déjà complexe.

Dans un territoire si vaste et si peu peuplé – 771 668 ha pour une population d’environ 60 338 âmes selon le recensement le plus récent – est-ce que la revendication des terres, dont les populations bantoue et pygmée se sentent dépossédées, traduit un « manque » réel d’espace pour vivre, où est-elle la représentation de situations plus complexes ?

Working atlas n°4 – PDF à télécharger (VF)
Working atlas n°4 – PDF à télécharger (anglais)

Le FN à Paris: la fin d’un cycle ? (par Matthieu Jeanne, juillet 2012)

Working paper n°8 – PDF à télécharger

A propos de l’auteur :

Professeur agrégé, Matthieu Jeanne enseigne l’Histoire-Géographie dans un collège de Seine Saint-Denis. Il est actuellement doctorant à l’Institut Français de Géopolitique. Dans le cadre de ses recherches, il a collaboré à plusieurs reprises avec la rédaction du Nouvel Observateur pour le supplément ParisObs. La thèse qu’il prépare sous la direction de Béatrice Giblin s’intitule Analyse Géopolitique de Paris. Elle accorde une place centrale aux rivalités de pouvoirs qui s’exercent sur la capitale à travers l’analyse spatiale des comportements électoraux et l’étude des mutations sociales et urbaines de Paris.

matthieu.jeanne@club-internet.fr

————————————————————————————————————–

Au premier tour des élections présidentielles de 2012, Marine Le Pen a recueilli près de 13,95% des suffrages des électeurs inscrits à l’échelle nationale. C’est une nouvelle progression après le scrutin présidentiel de 2002, où Jean-Marie Le Pen et Bruno Mégret avaient rassemblé ensemble 13,28% du corps électoral. Ces deux poussées ont suscité une production scientifique importante en sciences politiques et géographie électorale visant à analyser les ressorts politiques et spatiaux du vote frontiste. Ces analyses se sont focalisées tôt sur les espaces les plus favorables au vote d’extrême-droite à l’échelle nationale notamment la France du Nord, de l’Est et l’arc méditerranéen [Alidières, 2004; Alidières 2012] et, à l’échelle régionale, les espaces périurbains et ruraux [Ravenel, Buléon et Fourquet, 2003; Le Bras, 2002]. Peu d’études ont analysé une autre évolution majeure du vote frontiste : le reflux de ce dernier au centre des espaces métropolitains. Le premier d’entre eux, l’agglomération parisienne, fut dans les années 1980 un bastion du FN, quand ce dernier apparut soudainement sur la scène politique nationale. D’abord élu poujadiste en 1956, Jean-Marie Le Pen, son leader fait de Paris son fief dès 1983 [Lacoste, 1986, p.601]. Au contraire, aujourd’hui, la capitale figure parmi les territoires les plus réfractaires à l’extrême-droite. En 2012, Paris intra muros est au sein des communes peuplées de plus de 30 000 habitants celle qui accorde le moins de suffrages au Front National. Cette évolution est-elle unique sur le territoire français ou au contraire caractéristique des centre-villes ? Quelles sont les origines de cette nouvelle géographie électorale ?
Il convient d’abord d’analyser le vote frontiste à Paris en le comparant, à l’échelle nationale, aux autres centres des espaces métropolitains pour en mesurer sa spécificité. Néanmoins, le vote parisien ne peut se comprendre sans l’analyse au plan local du contexte économique, social et culturel [Giblin, 2012], et celui de l’ensemble de l’aire urbaine parisienne, de laquelle on ne peut extraire la capitale. Il faut donc s’interroger sur la spécificité du vote parisien  à l’échelle francilienne[1].

Enfin, au sein du territoire parisien, l’étude des évolutions spatiales du vote FN depuis 1988 apportent des premières clés d’explication du reflux de l’extrême-droite. Cette approche multiscalaire est au coeur même de l’analyse géopolitique.

1. Le vote FN à Paris depuis 1983 : apogée et déclin

Comme sur l’ensemble du territoire français, le Front National connaît une ascension fulgurante dans le paysage politique parisien dans les années 1980. La comparaison des différents scrutins permet d’établir la chronologie précise de l’essor et du déclin du Front National à Paris.

Graphique 1: Le FN à Paris aux différents scrutins, en % des inscrits.

De 1983 à 1992, le parti de Jean-Marie Le Pen surgit brutalement sur la scène parisienne. Marginal aux élections présidentielles de 1974, absent au scrutin de 1981, Jean-Marie Le Pen apparaît soudainement en 1983 en parvenant pour la première fois à se maintenir au second tour des élections municipales de 1983 dans le 20ème arrondissement. Le FN provoque ici sa première triangulaire. Ce succès lui permet de siéger au Conseil de Paris[2] à partir de ce scrutin, sa progression est rapide. En 1984, aux élections européennes, le FN recueille plus de 15% des suffrages exprimés dans l’ensemble de la capitale, soit 8,48% des inscrits. Deux ans plus tard, lors élections législatives qui se déroulent au scrutin proportionnel, le Front National obtient à l’échelle nationale un groupe de 35 députés. Parmi eux figurent deux élus parisiens, Jean-Marie Le Pen et Edouard Frédéric-Dupont. En 1988, au premier tour des élections présidentielles, pour la première fois il rassemble à Paris plus de 10% des inscrits. Enfin, l’année suivante, aux élections municipales, le FN poursuit sons ascension. Il progresse par rapport au scrutin municipal précédent en recueillant plus de 58 000 voix, soit 4,76% des inscrits, et en provoquant quatre triangulaires dans les quartiers populaires de l’Est et du Nord parisien[3]. En 1992, la progression du FN ralentit, mais le parti semble s’installer durablement dans le paysage politique parisien.

Cette courte séquence électorale, 1988-1992, constitue l’apogée du votre frontiste à Paris. En effet dès 1989, malgré sa présence au deuxième tour dans quatre arrondissements, le FN n’obtient aucune représentation au Conseil de Paris. Aucune fusion des listes n’est alors envisagée avec le RPR et lorsque les listes FN se maintiennent, leurs résultats au second tour demeurent trop faibles. Surtout, à partir de 1995, le FN commence à décliner : aux élections présidentielles, il perd alors plus du tiers de ses électeurs.

Ce reflux est en partie lié à la baisse de la participation assez sensible dans les quartiers populaires dans lesquels le FN obtenait ses meilleurs résultats sept années auparavant[4]. Néanmoins, il conserve un « pouvoir de nuisance » [Alidières, 2012, p.27] face à la droite. Aux élections municipales de la même année, il provoque 5 triangulaires dans le Nord et l’Est parisien qui contribuent à la défaite de plusieurs maires de la majorité sortante. En effet, dans 5 arrondissements le FN parvient toujours à dépasser le seuil minimum de 10% des exprimés nécessaire pour se maintenir au second tour.

Enfin, la décennie 2001-2010 confirme le déclin du FN à Paris. En 2001, aux élections municipales, le FN ne parvient à se maintenir nulle part au second tour : il ne rassemble nulle part 10% des exprimés. Malgré les succès qu’elle remporte lors des élections présidentielles de 2002 et des élections régionales de 2004 au niveau national, l’extrême-droite demeure marginale à Paris. à la fin de la période, en 2012, pour la première fois, le FN progresse de nouveau. Il profite en partie de la désaffection dont pâtit Nicolas Sarkozy, notamment dans les quartiers populaires[5].

Mais il ne parvient pas à rassembler plus de 62 000 électeurs, soit deux fois moins qu’en 1988 au même scrutin.

Cette chronologie faite d’une ascension fulgurante et d’un lent déclin entamé dès 1995 se distingue nettement de l’évolution nationale. La comparaison des résultats obtenus aux scrutins présidentiels l’illustre clairement.

Graphique 2 : Evolution comparée du vote FN en France et à Paris au premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

En France, sur le long terme, les positions du FN progressent lentement dans l’électorat de 1988 à 2012. Seul le scrutin présidentiel de 2007 marque une rupture : du fait du transfert massif de voix de l’extrême-droite vers l’UMP dans certaines régions, le FN marque un recul inédit. Néanmoins, si, en 2002, on ajoute aux voix obtenues par Jean-Marie Le Pen celles de Bruno Mégret, l’extrême-droite semble connaître à l’échelle nationale une hausse régulière. La situation est inverse à l’échelle parisienne.

2. L’évolution singulière du territoire parisien au sein des métropoles françaises

A l’échelle nationale, le territoire parisien n’est pas le seul à connaître une baisse importante du vote FN. Au coeur de chaque aire urbaine, dans les centre villes des grandes agglomérations [Ravenel, Buléon et Fourquet, 2003; Lévy et Le Bras, 2012], le FN obtient désormais ses résultats les plus faibles.  Les villes-centre[6] des plus grandes agglomérations connaissent ainsi un reflux du vote FN depuis 1988. L’étude des villes-centre des 10 aires urbaines les plus peuplées en 2009 permet néanmoins de mettre en valeur l’évolution divergente de ces espaces urbains selon leur position dans l’espace français mais aussi la singularité du territoire parisien.

Graphique 3 :Le vote Le Pen aux présidentielles dans les villes-centre des 10 aires urbaines les plus peuplées, en % des inscrits

Sur le long terme, dans l’ensemble des espaces centraux des 10 premières aires urbaines à l’exception de Lille le vote FN décroit. Surtout, le comportement électoral de ces espaces se singularise. En 1988, les villes-centre des métropoles se répartissent de façon presque égale autour de la moyenne nationale du résultat obtenu par Jean-Marie Le Pen. A l’Est, à l’exception de Paris, les métropoles (Marseille-Aix, Nice, Strasbourg, Lyon et Lille) votent plus massivement pour l’extrême-droite que l’ensemble du territoire français. Au contraire, les métropoles situées à l’Ouest accordent moins de suffrages à l’extrême-droite. En 2012 seules les villes-centre de l’arc méditerranéen se distinguent par un vote frontiste plus élevé que la moyenne nationale. Dans la majorité de ces espaces moins de 10% des inscrits accorde son suffrage à l’extrême-droite. Enfin, le territoire parisien se distingue des autres espaces centraux. Dans la capitale, la baisse est plus forte et le FN est presque marginalisé : la formation d’extrême-droite y rassemble moins de 5% des inscrits. De fait, Paris est désormais la ville où l’on vote le moins pour le FN.

La cartographie du vote FN à l’échelle communale sur le territoire français en 2012 permet de préciser les fractures nationales et régionales observées précédemment.

Carte 1 : Le vote Front National à l’échelle des communes.

L’opposition des zones de force en rouge (supérieures à la moyenne nationale) et des zones de faiblesse en bleu (inférieures à la moyenne nationale permet de distinguer deux lignes de fracture dans la géographie électorale du FN : une ligne Le Havre-Valence-Montpellier [Alidières, 2012] et une forte opposition entre les centres et les périphéries à l’échelle des agglomérations. Toutefois, les espaces les plus réfractaires au vote Front National ne recoupent que partiellement les espaces centraux des grandes agglomérations. C’est le cas, à l’Ouest d’une ligne Rouen-Montpellier : on repère facilement les centres des agglomérations de Caen, Rennes, Saint-Nazaire, Nantes, Bordeaux et Toulouse. ils offrent tous peu de suffrages au Front National. Néanmoins, dans cette France occidentale, le vote FN est faible aussi dans des espaces ruraux ou faiblement urbanisés, tels que la Bretagne, le Limousin ou les Pyrénées. A l’Est de cette ligne, les espaces urbains centraux semblent moins réfractaires au vote Front National, où seuls les centres des agglomérations parisienne et lyonnaise se distinguent réellement par la faible adhésion à l’extrême droite. Mais dans l’arc méditerranéen et la vallée du Rhône les bastions frontistes sont aussi des espaces urbains densément peuplés. L’Ile-de-France est un des espaces les plus contrastés : le vote FN y est très faible dans un espace central assez vaste, et au contraire très élevé dans les périphéries régionales.

3. L’exacerbation des contrastes spatiaux du vote FN en Ile-de-France

Graphique 4 : Le Front National en France, en Ile-de-France et à Paris. Premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

L’étude diachronique des résultats obtenus par le FN en Ile-de-France permet de préciser la spécificité de ce territoire parisien. Paris est au coeur d’une région dont l’évolution est inédite. D’abord sur l’ensemble de la période le vote pour l’extrême-doite connaît une forte érosion. Ensuite, depuis 1995, l’Ile-de-France accorde moins de suffrages à l’extrême-droite que l’ensemble du territoire français. Cette tendance s’accentue depuis 2002. En 2012, Marine Le Pen y obtient 4,5 points de moins que sur l’ensemble du territoire français. Ainsi, l’Ile-de-France est devenue la région la plus réfractaire au FN alors qu’elle constituait une zone de force du parti de 1974 à 1986 [Bon, Cheylan, 1986, p.251]. En 1986, sur les 35 députés frontistes élus au scrutin proportionnel, 10 étaient issus des 8 départements franciliens.
Néanmoins, au sein de l’espace francilien, le reflux du vote frontiste n’est pas homogène. Alors que l’extrême-droite se maintient dans les quatre départements périphériques, elle régresse assez fortement à Paris et dans les trois départements de la petite couronne.

Carte 2 : Le vote FN de 2002 à 2012 par commune au premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

La baisse de l’audience de l’extrême-droite entre les scrutins de 2002 et 2012 à l’échelle francilienne cache en réalité des évolutions opposées. La hausse de l’écart-type de la distribution communale du vote FN (5,86 en 2012 contre 4,42 en 2002) traduit bien l’accentuation des contrastes de la géographie du vote frontiste. Au coeur de l’agglomération francilienne (Paris, Hauts-de-Seine, Nord du Val-de-Marne et Ouest de la Seine-Saint-Denis, l’extrême-droite régresse de 2002 à 2012. Bien qu’elle ne soit pas aussi faible en 2012 qu’en 2007, la tendance est à la baisse. Aux limites départementales de la petite et de la grande couronne, le FN paraît assez stable. En revanche, aux marges de l’Essonne et de la Seine-et-Marne, le vote FN prospère. Marine Le Pen dépasse les résultats obtenus par son père et Bruno Mégret dix ans auparavant.
Le clivage politique fondé sur la distance aux villes [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.469] observé dès 2002 ne cesse donc de se renforcer. En effet, depuis ce scrutin, le candidat frontiste obtient dans le coeur des agglomérations un score plus faible que dans les périphéries urbaines et rurales. Le maximum est atteint entre 20 et 50 km du centre des agglomérations. Si les géographes s’accordent sur l’importance de la distance à la ville dans l’explication du vote, les analyses divergent sur l’origine de ce dernier. Jacques Lévy et Hervé Le Bras estiment pour leur part que la localisation de l’habitat est devenu un élément plus prédictif de l’orientation politique que les distinctions socio-économiques [Lévy, Le Bras, 2012]. A l’opposé, Jean Rivière dénonce le piège du spatialisme [Rivière, 2012] et appelle à l’analyse des déterminants sociaux contextuels. De fait, le gradient d’urbanité est bien l’illustration des dynamiques socio-spatiales centrifuges à l’oeuvre dans les grandes agglomérations. Les classes populaires sont aujourd’hui sur-représentées loin des centre-villes du fait du prix du foncier et de la géographie de l’emploi. Du fait de la pénurie de logements sociaux en Ile-de-France et de la hausse du prix du foncier, certaines familles aux revenus modestes ont été contraintes de s’installer dans l’Oise [Giblin, 2012b]. Pour autant, la composante spatiale du vote n’est pas à négliger. Même quand les géographes s’efforcent de neutraliser les effets de la structure sociale, en dissociant vote réel et vote théorique[7], le FN demeure sous-représenté au coeur des aires urbaines et sur-représentés entre 20 et 50 km des centre-villes [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.476]. Le vote FN semble alors exprimer un sentiment d’abandon [Giblin, 2012b] et une part du ressentiment lié à une relégation spatiale subie : à l’évidence, il constitue une défiance à l’égard des élites économiques et politiques qui résident dans les territoires centraux des agglomérations. Le sociologue Jean Viard évoque ainsi les rancoeurs face à « l’indifférence urbaine au prix de l’essence » et à « un certain soutien bobo-écologiste à la hausse répétée des carburants »[8]. Mais le vote FN traduit aussi les angoisses qui président au choix du repli spatial des habitants des espaces périurbains: la volonté de se mettre à distance de la grande ville et la crainte d’être « rattrapé par la banlieue » [Fourquet, 2012, p.51]. Ici géographie sociale et géographie politique se conjuguent. Les différents votes des classes populaires traduisent donc leur localisation dans l’espace urbain mais aussi les stratégies résidentielles qu’elles adoptent.

4. Au coeur de la métropole parisienne, les évolutions du vote parisien

Lorsque Jean-Marie Le Pen se présente en 1974 aux élections présidentielles, il obtient 0,77% des inscrits dans l’ensemble de la capitale. La distribution de ses résultats est relativement homogène à l’échelle de la capitale. Ces derniers oscillent entre 0,47% dans le quartier Monnaie (6ème arrondissement) et 1,16% dans le quartier Chaussée d’Antin (dans le 9ème arrondissement).

Carte 3 : Les zones de force du vote frontiste en 1984 et 1988, en % des inscrits

La période 1983-1986 constitue pour le Front National une phase de « décollage » [Mayer 2002, p.31] au cours de laquelle la géographie du vote frontiste est assez changeante. Après le premier succès de Jean-Marie Le Pen dans le 20ème arrondissement en 1983, le Front National s’implante dans l’ensemble de la capitale et parvient à fédérer des électorats très différents. Aux élections européennes de 1984, l’extrême-droite obtient ses meilleurs résultats dans les arrondissements bourgeois (7ème, 8ème, 16ème) quand le 13ème arrondissement plus populaire est le territoire qui résiste le mieux à la poussée frontiste. Le discours lepéniste s’adresse alors à un électorat de droite déçu, exaspéré par la victoire des socialistes. La mobilisation des beaux quartiers traduit la radicalisation de l’électorat conservateur qui ne se reconnaît pas la candidature de Simone Veil qui symbolise la politique progressiste de Valéry Giscard d’Estaing [Mayer, 1987, p. 902]. Le FN profite d’une crise de représentativité des grands partis traditionnels [Giblin, 2005, p.170].

Le RPR est dépassé par la frange la plus à droite de son électorat. Le PCF perd quant à lui son rôle sa fonction tribunitienne en participant au gouvernement, puis en le soutenant au parlement.

Dès les élections législatives de 1986, le Front National remporte ses plus grands succès dans les quartiers périphériques du Nord et de l’Est parisien d’Epinettes à Charonne. Le discours lepéniste est désormais tourné vers la dénonciation de l’insécurité et la stigmatisation de la présence immigrée. C’est donc dans les quartiers à forte présence étrangère, spécialement maghrébine et turque, que Jean-Marie Le Pen remporte ses plus grands succès. Le FN s’implante dans les quartiers de gauche [Giblin, 2012a, p.5] et séduit un électorat populaire confronté au quotidien aux difficultés que peut poser l’intégration d’une population étrangère qui a rapidement crû. L’électorat conservateur de l’ouest est quant à lui revenu vers l’UDF et le RPR préférant, à l’occasion d’élections décisives, un vote non plus protestataire, mais utile.

Carte 4 : Le FN de 1974 à 2007 aux élections présidentielles, en % des inscrits.

A partir de 1995, la décrue du vote frontiste semble se réaliser en deux temps. Le reflux du FN se concentre d’abord dans les quartiers populaires précédemment décrits. Seuls trois quartiers « résistent » : La Chapelle, Goutte d’or et Pont de Flandres. La géographie du vote frontiste à Paris devient alors plus homogène (écart-type fortement réduit en 1995 et 2002). A partir de 2007, le vote FN se marginalise et, à l’échelle du quartier, seuls trois quartiers dépassent le seuil de 6% des inscrits

Le reflux du FN à Paris paraît de prime abord assez paradoxal. Le territoire parisien réunit en effet de nombreuses caractéristiques sociologiques propices à l’implantation durable de l’extrême-droite : chômage, violence individuelle et fortes proportions d’immigrés maghrébins [Bon, Cheylan, 1988, p.245]. Si le chômage n’atteint pas des records dans la capitale, en revanche la présence des étrangers y est plus forte qu’ailleurs [Pinçon, Pinçon-Charlot, 2004, p. 31] et la violence y demeure très élevée[9].

En effet, quand le FN fait irruption dans le paysage politique parisien entre 1983 et 1988, la capitale connaît tout d’abord une forte augmentation du poids des étrangers depuis plus de 20 ans. à Paris, du fait de la baisse démographique et de la hausse du nombre d’étrangers et de naturalisés, la part des étrangers est exceptionnellement élevée. Elle est passée de 8% en 1962 à 16,61% en 1982[10]. Si l’on compte les naturalisés, près d’un parisien sur cinq est d’origine étrangère en 1982. Malgré cela, dès la période 1984-1986, le FN obtient dans la capitale des résultats plus faibles que l’on attendrait en fonction de la corrélation observée à petite échelle, à l’échelle des départements français, entre le vote frontiste et la présence des immigrés maghrébins [Bon, Cheylan, 1988, p. 256; Perrineau, 1997, p.146]. Alors que Paris est le département accueillant la plus forte proportion d’étrangers avec la Seine-Saint-Denis, la capitale n’arrive qu’en 9ème position des départements accordant le plus de suffrages exprimés au Front National en 1984 et en 20ème position en 1986 [Mayer, 1987]. Néanmoins, à grande échelle, la géographie du vote FN est étroitement corrélée à la présence des populations étrangères dès 1986 : +0.40 avec la proportion des Maghrébins à l’échelle du quartier en 1986 [Mayer, 1987]. Mais la baisse constatée du FN dès 1995 vient contredire cette relation. Elle ne correspond en aucune façon à un recul de la population étrangère à Paris. Si cette dernière a atteint son poids maximum dans la population parisienne en 1982, elle demeure importante au cours des décennies suivantes et sa hausse est continue si on y ajoute les naturalisations. Surtout, cette corrélation a aujourd’hui quasiment disparu. Aux élections présidentielles de 2007, elle est quasi nulle : le coefficient de corrélation entre vote FN et présence étrangère est de 0,008[11](0,086 si l’on prend en compte les immigrés). En 2012, la corrélation est même devenue négative (-0,15 et -0,05). La présence étrangère peut donc expliquer la chronologie de la croissance du vote FN, sa géographie dans la décennie 1980, mais elle se révèle inefficiente pour expliquer sa décrue.

L’insécurité apparaît par ailleurs comme un des éléments les plus prédictifs du vote FN, comme l’a démontré Bernard Alidières.

« Alors que le rôle de l’immigration a éte fortement discuté, la question de l’insécurité a été presque totalement délaisseée dans les analyses du «symptôme Le Pen». Pourtant, ce que l’on a pu observer très précisément à l’échelle d’une ville moyenne comme Tourcoing, où le FN obtient en 1984 son meilleur score pour les villes de plus de 30 000 habitants [Alidières, 2004, 2006], se vérifie pour l’ensemble de la France: la percée électorale du Front national a été précédé par une nette hausse de la délinquance constatée entre le milieu des années 1970 et 1983. (…) Les zones de force du vote FN se localisent dès 1984 (et jusqu’à aujourd’hui) exclusivement à l’est de cette même ligne, là même où est enregistrée la plus forte dégradation de la sureté » [Alidières, 2012a, p. 22]

C’est en Ile-de-France et à Paris que cette violence progresse le plus de 1997 à 2006 [Alidières, 2012a, p.31] et c’est dans ces mêmes espaces que le Front National régresse le plus sur cette même période et qu’il obtient en 2012 ses plus mauvais résultats.

En réalité, plus que l’insécurité ou l’importance relative de la présence des différentes communautés étrangères, ce sont les évolutions des structures sociales et politiques des quartiers où ces dernières sont installées qui éclairent le reflux du vote Le Pen à Paris. En effet, depuis 1982, la population parisienne a connu un important renouvellement et de profondes mutations sociologiques. Si les ménages qui ont quitté la capitale ne sont pas majoritairement issus des classes populaires, en revanche, au sein des arrivants les classes supérieures sont surreprésentées [Korsu, Wenglenski, Aguiléra, Proulhac, Massot, 2007, p.107]. Aujourd’hui la capitale est marquée par une sur-représentation des cadres et professions intellectuelles supérieures (CPIS) et sous-représentation des classes sociales populaires. Au total, ces dernières ont perdu presque neuf points dans la population des ménages parisiens entre 1982 et 1999, alors qu’elle n’en ont perdu que six en France [Clerval, 2008, p.155].

Dans les espaces du vote du FN de 1986, le changement sociologique est radical. Au recensement de 1982, dans les quatre arrondissements les plus favorables au FN, si l’on s’en tient à la seule population française – qui peut donc être inscrite sur les listes électorales – les ouvriers et employés sont majoritaires. 26 années plus tard, ce n’est plus le cas. Seul le 19ème arrondissement compte plus d’ouvriers et d’employés que de cadres et professions intellectuelles supérieures. Ailleurs, c’est le contraire. Et les seconds sont presque deux fois plus nombreux que les premiers dans le 10ème arrondissement (46% de CPIS).

Tableau 1: Les ouvriers et les employés dans la population active française à Paris.

1982 2008
10ème arrondissement 51% 26%
11ème arrondissement 50% 23%
18ème arrondissement 55% 31%
19ème arrondissement 56% 37%
20ème arrondissement 54% 34%
(Source : RGP 1982, 2008.)

Les premiers bastions du FN au Nord et à l’Est ont donc disparu en grande partie du fait du fort renouvellement de population. Désormais dans les 10ème et 11ème arrondissement, on observe une sociologie et une pyramide des âges particulières : les jeunes actifs (25-40 ans), fortement diplômés y sont fortement surreprésentés. Or ce sont ces derniers qui grâce à leur capital culturel sont aujourd’hui les réfractaires aux thématiques de repli identitaire développées par le Front National [Fourquet, Mergier, 2011] et au contraire plus sensibles aux valeurs d’ouverture et de tolérance [Fourquet, 2012]. Ce même phénomène a été aussi observé à l’étranger, notamment en centre ville de la Haye [Wouter, Sako, 2012, p.107].

La dernière explication du repli du FN à Paris tient au jeu des acteurs politiques. Aussi massifs que soient les flux de population, ils ne peuvent à eux seuls expliquer une évolution des comportements électoraux contraire à celle observée à l’échelle nationale. A partir du début des années 1990, le contexte politique parisien devient défavorable à la croissance du FN. Le départ de Jean-Marie Le Pen de la capitale constitue une première brèche. Elu conseiller de Paris en 1983, puis député en 1986, Jean-Marie Le Pen perd successivement ses deux mandats politique parisien : en 1988 lors des élections législatives organisées au scrutin majoritaire et en 1989 lors des élections municipales. Son départ pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur lors des élections régionales de 1992 prive le FN parisien et francilien d’un leader très médiatique. En 1995, l’efficacité de la campagne de Jacques Chirac qui cible un électorat populaire avec des thématiques sociales empêche le FN de progresser dans la capitale. Dans son fief, le Maire de Paris conserve une grande popularité et parvient alors à capter une partie de l’électorat populaire qui s’était tourné vers le FN sept ans plus tôt. La scission de 1998 fragilise ensuite particulièrement l’appareil militant parisien et francilien [Alidières, 2012b] qui peine à se trouver un nouveau leader avant le parachutage éphémère de la fille du leader historique du FN, Marine Le Pen. Cette dernière hésite avant 2007 à choisir une stratégie territoriale claire. Elle est d’abord candidate aux élections législatives à Paris en 1993, dans la 16ème circonscription qui correspond au 17ème arrondissement. Elle est ensuite élue conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais de 1998 à 2004. En 2004, elle se présente cette fois en Ile-de-France : elle est élue au Parlement européen et au conseil régional d’Ile-de-France. Ce n’est qu’en 2007 que Marine Le Pen décide de s’implanter à Hénin-Beaumont, une commune ouvrière de 26 000 habitants située dans l’ancien bassin minier du Pas-de-Calais. Les hésitations politiques de Marine Le Pen achèvent de fragiliser le FN en Ile-de-France, toujours dépourvu de leader depuis 2007.

Conclusion

Après une rapide ascension de 1984 à 1988, et près de 20 ans de déclin, le FN semble assez marginalisé dans le paysage politique parisien. Traditionnellement, l’Ile-de-France, et singulièrement Paris, est un creuset politique, un lieu propice à la formation d’idées neuves [Lacoste, 1986, p.602]. C’est ainsi à Paris que s’est développé le courant écologiste dès les élections municipales de 1977. Apparu spectaculairement à Paris, le FN est désormais solidement ancré dans certains territoires français. Il n’est plus une formation aux idées neuves, pour qui Paris constitue une « scène sur laquelle il est utile de monter pour faire une carrière de haut niveau » [Le Bras, 2002, p.180]. Au-delà des mutations sociologiques profondes de la population parisienne, essentielles pour comprendre le déclin du FN dans la capitale, il faut certainement aussi prendre en compte cette notion de cycle politique qui s’achève désormais.


[1] Les limites de l’aire urbaine ne coïncident pas exactement avec les frontières de l’Ile-de-France. Néanmoins, les résultats électoraux sont collectés à l’échelle départementale puis régionale. L’étude du territoire francilien est donc plus aisée.

[2] Jean-Marie Le Pen est le seul Conseiller de Paris. Il ne peut pas fonder de groupe politique.

[3] Le FN parvient à se maintenir dans les 10ème, 18ème, 19ème et 20ème arrondissement.

[4] Les distributions de la baisse de la participation et du recul du FN sont corrélées positivement (0.19).

[5] Les évolutions du vote Sarkozy et du vote Le Pen sont corrélées négativement (-0.29) et plus encore dans les arrondissements populaires du Nord et de l’Est (-0,31).

[6] Les villes-centre des agglomérations ne recoupent pas exactement les espaces de centre-ville que l’on définit par la spécificité des fonctions urbaines, la densité de population et la morphologie urbaine. Les espaces peuvent déborder des limites administratives des villes-centre. Au contraire, certaines villes-centre intègrent dans leur territoire de façon marginale des espaces s’apparentant à de la banlieue ou du périurbain. C’est le cas de Marseille, dans laquelle les quartiers Nord qui s’apparent à des espaces de banlieue sont pourtant dans le territoire communal (Giblin, 2012). Néanmoins, pour la collecte des résultats électoraux, la prise en compte des limites communales administratives est plus aisée.

[7] Le modèle de Johnston définit le vote théorique comme le vote attendu pour un espace donné en fonction de sa structure sociale. On projette sur cet espace le comportement électoral de chaque CSP au niveau national. Ce modèle permet donc d’estimer le vote d’une zone comme si chaque électeur avait voté conformément au comportement des électeurs sondés nationalement. [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.474]

[8] Tribune de Jean Viard dans Libération, 3 mai 2012.

[9] Frédéric Bon et Jen-Paul Cheylan retiennent deux critères pour mesurer la violence individuelle : le port d’arme prohibée et les outrages et violences envers les agents de l’autorité. A chaque fois, Paris figure dans les territoires les plus touchés par ces formes de violence (Bon, Cheylan, 1988, p.246)

[10] Source : RGP, Insee.

[11] Source : Chiffres de l’INSEE 2006 par quartiers.

Bibliographie

Alidières, B., 2004, « Anciens et nouveaux territoires du vote Front national : le cas du Nord-Pas-de-Calais », Hérodote, 2004/2 N°113, p. 48-67.

Alidières B., 2012a, « Les temps du vote Front national et de ses représentations», Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 18-37.

Le Bras, H., Une autre France, Paris : Odile Jacob, 2002

Alidières B., 2012b, »Le vote Marine Le Pen en 2012 : quelle progression ? », Working-atlas pour l’Institut Français de Géopolitique.

Clerval, A., 2008, La gentrification à Paris intra-muros : dynamiques spatiales, rapports sociaux et politiques publiques, Thèse sous la co-direction de Petros PETSIMERIS et de Catherine RHEIN

Bon, F., Cheylan, J-P.,1988, La France qui vote, Paris : Hachette.

Fourquet, J., Mergier, A., 2011, Le point de rupture, Enquête sur les ressorts du vote FN en milieux populaires, Fondation Jean Jaurès.

Gibin, B. (dir), 2005, Nouvelle géopolitique des régions françaises, Paris: Fayard.

Giblin, B., 2012a, « Extrême droite en Europe : une analyse géopolitique », Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 3-17.

Giblin, B., 2012b, « La géographie du FN, une carte aux contours de plus en plus nets », Libération, 26 avril 2012.

Korsu, Wenglenski, Aguiléra, Proulhac, Massot, 2007, Paris à l’épreuve de la déconcentration, Paris: Belin.

Lévy, J., Le Bras, H., « La France des marges s’est fait entendre le 22 avril », Le Monde, 25 avril 2012, pp.8-9Lacoste, Y, (dir), 1986, Géopolitique des régions françaises, Paris : Fayard.

Le Bras, H., 2002, Une autre France, Paris : Odile Jacob

Mayer, N., 1987, « De Passy à Barbès : deux visages du vote Le Pen à Paris », Revue français de science politique, 37ème année n°6, pp.891-906.

Mayer, N., 2002, Ces Français qui votent Le Pen, Flammarion.

Rivière, J., 2012, « Vote et géographie des inégalités sociales : Paris et sa petite couronne », Métropolitiques, 16 avril 2012. URL : http://www.metropolitiques.eu/Vote-et-geographie-des-inegalites.html

Perrineau, P., 1985, « Le Front National : un électorat autoritaire », Revue politique et parlementaire, p.24-31

Perrineau, P., 1997, Le symptôme Le Pen, Paris : Fayard.

Ravenel, L., Buleon, P. , Fourquet, J., Vote et gradient d’urbanité: les nouveaux territoires des élections présidentielles de 2002″, Espace, populations et sociétés, 2003-3, p.469-482

Salmon, F., 2001, Atlas électoral de la France, Paris : Seuil.

Van Gent Wouter et Musterd Sako, « Les transformations urbaines et l’émergence des partis populistes de la droite radicale en Europe. Le cas de la ville de La Haye », Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 99-112

Le vote Marine Le Pen en avril 2012: quelle progression ? (par Bernard Alidières, mai 2012)

A propos de l’auteur :

Bernard Alidières est docteur en géographie-géopolitique à l’lnstitut Français de Géopolitique de l’Université Paris-VIII.
Il est l’auteur de « Géopolitique de l’insécurité et Front national », chez Armand Colin (2006).

Présentation des choix cartographiques :

Cet ensemble de cartes propose une évaluation du vote Marine Le Pen au premier tour de l’élection Présidentielle d’avril 2012. Il s’agit non seule­ment de mesurer l’évolution du vote lepéniste depuis la dernière Présiden­tielle de 2007 mais surtout de mieux mesurer l’ampleur de la progression des scores de Marine Le Pen par rapport à ceux de J-­M. Le Pen en 2002.

Cette approche cartographique repose sur une présentation des résul­tats en fonction des électeurs inscrits pour tenir compte du différentiel d’abstention selon les scrutins et les départements (Goguel, 1986). Pour l’essentiel, il s’agit de cartes par département, avec un agrandissement pour Paris et les trois départements de la petite couronne (75, 92, 93, 94).

De plus, une représentation cartographique des résultats en 2012 et des évolutions depuis 2002 sera proposée pour traiter du cas des princi­pales villes (celles d’au moins 30 000 électeurs inscrits). Mais, il faut préci­ser que les communes des départements de la région parisienne n’ont pas été retenues (à l’exception de Paris) pour des raisons de lisibilité.

 

Working atlas n°3– PDF à télécharger

Les « communautés » chinoises en Côte d’Ivoire : analyse comparative de l’hétérogénéité des acteurs, de leur intégration et des territoires en Afrique de l’Ouest (par Xavier Aurégan, février 2012)

Working paper n°7 – PDF à télécharger

A propos de l’auteur:

Doctorant à l’Institut Français de Géopolitique, Xavier Aurégan étudie depuis 2006 les relations sino-africaines. La thèse qu’il prépare sous la co-direction d’Alain Gascon et d’Alphonse Yapi-Diahou s’intitule « Géopolitique de la Chine en Côte d’Ivoire ». Elle se veut l’aboutissement de plusieurs années de recherche et d’études de terrains en Afrique de l’Ouest dont deux mémoires sont issus et publiés aux Éditons Universitaires Européennes.

xavierauregan@hotmail.com

Résumé

L’hétérogénéité des migrants chinois en Afrique de l’Ouest et des territoires sur lesquels ils sont implantés révèle les disparités ou similarités inhérentes aux Etats étudiés. Cette contribution propose certains éléments d’analyse, issus d’études de terrain effectuées dans cinq Etats ouest-africains entre 2007 et 2010. De fait, quelle est l’influence des migrations chinoises dans ces capitales, ces quartiers, voire ces rues, transformés pour partie en Chinamarket ? Quelles activités exercent ces « nouveaux » migrants, ont-elles un rapport au territoire pratiqué, et quelles comparaisons pouvons-nous déjà tirer, à l’échelle de l’Afrique de l’Ouest francophone ?

Summary

The heterogeneity of Chinese immigration in West Africa as well as the diversity of the territories on which they are located reveals differences and similarities inherent to each state studied in this article. This contribution offers some analysis built from field studies conducted in five West African states between 2007 and 2010. What is the influence of Chinese migration on these cities, these areas and even those streets which sometimes come across as homegrown Chinamarket. What activities do these ‘new’ migrants have? What is their link to the aforementioned local territories? And finally, what parallel can we already draw on the scale of the French West Africa?

Resumen

La heterogeneidad de los inmigrantes chinos en África Occidental y los territorios en los que se encuentran revela diferencias y semejanzas inherentes a los Estados estudiados. Esta contribución ofrece un análisis, después de estudios realizados en cinco estados de África Occidental entre 2007 y 2010. De hecho, ¿cuál es la influencia de la migración china en estas ciudades, estas zonas, incluso las calles, por parte transformada en Chinamarket?​​ ¿Cuáles son las actividades de estos « nuevos » inmigrantes, tienen una relación con el territorio que practican, y cuáles son las comparaciones que ya se puede dibujar, a escala del África occidental?

————————————————————————————————————————————————————————–

Les ressortissants chinois installés en Côte d’Ivoire seraient environ 2 500. Cette estimation, recoupée auprès des officiels ivoiriens et chinois et ne tenant pas compte des migrants temporaires et expatriés – fonctionnaires, ouvriers, techniciens et ingénieurs employés dans les sociétés de BTP [1]– pourrait donc être revue à la hausse en incluant ces derniers [2]. Quoiqu’il en soit, le nombre de Chinois en Côte d’Ivoire est plus élevé qu’au Mali et au Sénégal, mais inférieur à la Guinée ou au Cameroun[3]. Si les estimations diffèrent, les représentations, elles, sont à peu de choses près identiques dans ces Etats de l’Afrique de l’Ouest. Plus qualitative que quantitative, l’analyse de l’implantation chinoise en Afrique de l’Ouest apparaît paradoxale : si chaque territoire [4] présente ses spécificités économiques, sociales et historiques, une relative homogénéité peut toutefois se dégager, alors même que l’hétérogénéité des migrants, de leurs activités et donc de leurs implantations, fournit des éléments de comparaisons contredisant cette apparente cohésion. De fait, la Côte d’Ivoire et sa capitale économique Abidjan, représente à la fois les multiples activités chinoises exercées en Afrique de l’Ouest mais reste un cas unique dans cette zone géographique étudiée.

Les « politiques » migratoires mises en place localement, plus subies que préparées ou organisées, sont également le reflet des relations bilatérales avec la République populaire de Chine. Plus ou moins ancienne, dense, riche et multisectorielle, cette coopération joue un rôle substantiel dans l’installation des migrants chinois. Les territoires « sinisés », où l’on peut parfois parler de petits chinatown et chinamarkets, sont donc à la fois des représentations matérielles, offrant certaines opportunités géographiques et économiques, et, une volonté individuelle et collective d’organiser ce territoire, propice au développement des activités.

Dans tous les cas de figure, l’implantation des migrants chinois provoque un aménagement, une réorganisation – réelle ou subjective – du territoire. Malgré leur faible nombre, la présence chinoise soumet l’observateur et l’habitant à de nouvelles manières de voir, d’apprécier et de vivre ces capitales ouest-africaines. Pour des raisons pratiques, nous ne retiendrons ici que le cas d’Abidjan. Des éléments de comparaisons (avec les cas maliens et sénégalais) seront néanmoins intégrés. D’autre part, inclure la Mauritanie et le Burkina Faso serait peu pertinent. La République islamique de Mauritanie, car le nombre de ressortissants chinois y est extrêmement faible (500 au maximum, sans les salariés des sociétés). Le Burkina Faso quant à lui, partenaire de Taïwan, n’accueille que très peu de Chinois dits continentaux [5]. En revanche, le Sénégal (environ 1 500 Chinois), le Mali (entre 1 500 et 2 000) et la Côte d’Ivoire, Etats francophones et frontaliers [6], permettent certains parallèles intéressants. Si des ressortissants chinois exercent leurs activités dans plusieurs villes de l’intérieur de la Côte d’Ivoire (Gagnoa, Daloa ou San Pedro par exemple), Abidjan est naturellement l’agglomération où les « communautés » étrangères sont les mieux implantées. Peu orientées vers les relations interétatiques, déjà largement abordées (Aurégan, 2007 et 2008), cette description analytique tente plutôt de mieux comprendre la pluralité des acteurs et de leurs présences. Majoritairement installés à partir des années 2000, les huá qiáo (华侨) [7] d’Abidjan se sont progressivement fixés sur trois territoires distincts, où les activités diffèrent. Ces dernières sont étroitement liées aux fonctions originelles des quartiers (ou communes) et aux catégories sociales qui y vivent. Il s’agit de Marcory (Zone IV), de Cocody (II Plateaux), et d’Adjamé.

1. Adjamé, le carrefour commercial incontournable

La commune d’Adjamé est progressivement devenue le « quartier riz chinois » puis le « quartier rouge » [8]. Situé au Nord du Plateau, Adjamé est un quartier populaire, multiethnique, voire « populeux » (Haeringer, 1969 : 234), où l’habitat de type cour commune (Document 2) représente près de 70 % des logements. Sa gare routière – la plus importante du pays – transporte quotidiennement des milliers de voyageurs en Côte d’Ivoire et dans la sous-région. Par ailleurs, l’insécurité et l’insalubrité font régulièrement la une des journaux abidjanais. Adjamé est malgré tout l’espace choisi par plusieurs dizaines de Chinois qui y ont installé leurs échoppes (Document 1). Les marchandises débarquées du port autonome d’Abidjan et importées de Yiwu ou du Guangdong sont exposées derrière les comptoirs ou à même le sol. Environ 20 % des commerces sont en 2011 gérées par ces ressortissants chinois, ayant acheté ou louant ces petites surfaces aux anciens propriétaires et reconvertis : les commerçants historiques d’Adjamé, les Ivoiriens ou allochtones et migrants d’origine syro-libanaise.

Les commerçants chinois occupent plus d’une trentaine de box, ou échoppes, au rez-de-chaussée des immeubles des rues Dougoutigui, Daouda Diarra et Sorry Traoré et parallèles au boulevard Nangui Abrogoua, situés entre la mairie et le forum des marchés. Autant détaillants que grossistes, ils ouvrent et ferment très tôt leurs commerces « pour la sécurité »[9]. Il est vrai qu’Adjamé ne bénéficie pas d’une excellente réputation, et pour cause, ce quartier volontiers frondeur est régulièrement le théâtre de manifestations et de marches contestataires. Lors de ces évènements auxquels j’ai pu assister, rares sont les rideaux levés. Le « quartier rouge » est alors vidé de l’habituelle agitation – voire tohu-bohu – qui y règne. Ayant principalement quitté les provinces côtières du Sud-Est de la Chine, à l’image du Mali et du Henan (comme au Sénégal où environ 75 % des commerçants sont originaires de cette province rurale), les commerçants chinois emploient toujours des locaux. Servant à la fois de traducteurs, d’hommes à tout faire, de négociateurs voire d’agents de sécurité et de médiateurs, ils sont dans la quasi-totalité des cas des hommes, jeunes de préférence et ayant parfois acquis des bases linguistiques par les bourses offertes par le gouvernement chinois (environ quinze bourses annuelles en Côte d’Ivoire, le triple au Sénégal). En moyenne, ils sont payés 40 000 F CFA par mois (près de 61 €), n’exigent aucune augmentation « sinon on est renvoyé » et affirment être « exploités » par ces commerçants asiatiques « très travailleurs » et « durs en affaires ». L’image du Chinois laborieux, peu soucieux du confort et peu négociateur est ainsi omniprésente en Afrique de l’Ouest, et ce dans l’ensemble des activités occupées par ces ressortissants.

S’ils sont acceptés par la majorité de la population pour l’apport et la vente de marchandises made in China à bas prix – et donc accessibles au plus grand nombre, versus les produits européens vendus dans les supermarchés à capitaux libanais – et pour les emplois directs et indirects créés – employés, vendeurs ambulants et sédentaires[10] – certains acteurs voient la présence des marchands chinois comme une redoutable concurrence qu’il faut à tout prix limiter. La communauté libanaise est ainsi largement hostile et reçoit l’appui des organisations ivoiriennes et sénégalaises. A Dakar, en août 2004, la CNES (Confédération nationale des employeurs du Sénégal), la Chambre de commerce et les commerçants libanais ont répondu à l’appel de l’UNACOIS (Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal). Ils manifestèrent durant trois jours[11] contre la présence des détaillants chinois installés le long de l’historique et symbolique boulevard du général de Gaulle[12]. En Côte d’Ivoire, c’est à Adjamé en novembre 2007 que l’invitation de la FENACCI (Fédération nationale des commerçants de Côte d’Ivoire) à été entendue par des centaines de Libanais et Ivoiriens, soucieux de garder, comme à Dakar, leur monopole commercial. Un commerçant libanais installé à Adjamé, « Sam », a participé à cette grève : il voulait par cette action « faire la guerre contre eux ». Eux, ces Chinois « qui ne paient pas d’impôts, qui ont beaucoup d’avantages et sont protégés ». Ayant fermé son commerce pendant six journées, il affirme, et c’est une constante, que l’arrivée massive des Chinois entre 2006 et 2007 a totalement modifié la physionomie du quartier. Les négoces ne bénéficient pas de marquages visuels spécifiques, contrairement à Dakar. Ces commerces sont hétérogènes : ils peuvent prendre l’apparence de comptoirs – à l’image de Dakar, dans lesquels le client ne peut qu’observer les marchandises – ou de petites surfaces marchandes ouvertes sur la rue et les marchandises vendues par les femmes à même le sol (photographies n° 1 et 2). Essentiellement composé d’échoppes libanaises et « africaines » avant 2005, Adjamé a vu les Chinois racheter progressivement les locaux. M. Zhao par exemple, installé depuis 2008, a lui-même négocié avec un Libanais. Il vend désormais entre mille et deux mille paires de chaussures par jour.

(Intérieur d’une échoppe chinoise à Adjamé et marchandises chinoises vendues par une commerçante ivoirienne non-déclarée. Abidjan, mars 2009.)

Les commerçants chinois implantés au cœur de ce cluster[13], à Adjamé, ont donc profité d’infrastructures existantes dans un quartier historiquement tourné vers le commerce (textile notamment, Document 2).

Carte n° 2 : Les Chinois n’ont pas inventé le commerce à Adjamé

Source : Duchemin A. (1979) Atlas de Côte d’Ivoire, Paris, ORSTOM, Abidjan, IGT, planche D3a. Carte Sphaera n° 15477 de (et avec l’accord) de l’IRD.

Pour d’évidentes questions économiques, de logistique et de sécurité, les nouveaux arrivants ont suivi leurs compatriotes. Seulement, travailler à Adjamé ne veut pas dire y vivre ! Aucun acteur interrogé n’a d’ailleurs démenti cette réalité connue de l’ensemble des abidjanais : les Chinois vivent aux II-Plateaux. Comme à Dakar, les commerces sont plus ou moins éloignés des lieux de résidence.

Au Mali, marché relativement peu attractif, si plusieurs commerçants sont présents à Ségou ou Sikasso, il n’existe à ce jour aucun regroupement spatial « visible » à Bamako – ou « concentration résidentielle » (Fournet-Guérin, 2009 : p. 547). Une dizaine de commerces sont toutefois visibles à proximité de la gare ferroviaire, place de la Liberté. A l’image de M. Chen, originaire du Xinjiang[14] et propriétaire d’une échoppe. Installé depuis 2004 avec sa famille composée de quatre personnes et membre de l’ARCM (Association des ressortissants chinois au Mali)[15], il vend principalement des chaussures pour hommes et des scooters. Car pour des raisons essentiellement économiques, mais également historiques, les Chinois, au Mali, investissent dans des activités peu présentes en Côte d’Ivoire ou au Sénégal. Par exemple, les motocyclettes et scooters nommés Djakarta, la quincaillerie ou l’électroménager. Selon plusieurs témoignages, l’ARCM s’emploie à obtenir des autorités locales un territoire où les commerçants pourraient se regrouper et former un Chinamarket malien. Pour des raisons logistiques, économiques et de visibilité, ce Chinamarket bamakois serait le premier espace urbain sinisé africain créé en partenariat avec l’administration.

Débarqués au port sec de Sotuba, à l’Est de la capitale malienne, les conteneurs ayant transité par Abidjan ou Dakar sont à 80 % composés de marchandises chinoises[16]. Présentées au Grand marché de Bamako mais également dans les villes intérieures (Ségou, Sikasso, Markala…), elles représentent un éventail extrêmement varié (des bijoux au tissu, en passant par le thé, les ustensiles de cuisine à l’électroménager) et peuvent concurrencer la faible industrie locale, telle la pile Sigelec, du nom de la société industrielle de générateurs électriques au Sénégal. Cette concurrence « déloyale » est un reproche fréquemment entendu lors des entretiens, ainsi que la qualité de ces produits made in China. D’ailleurs, « comme je le dis toujours, à Noël, tous les enfants peuvent avoir un cadeau, même s’il ne dure que deux jours ! »[17].

En République islamique de Mauritanie (RIM) et à Ouagadougou, les rares commerçants sont si dispersés que les rencontrer tient parfois du hasard. Surtout, l’intérêt, pour une étude pertinente, demeure faible. L’influence de la Chine en RIM est ailleurs (infrastructures, fer et pêche : Aurégan, 2008). Les marchandises asiatiques sont pourtant visibles. A Nouakchott, sur le marché Capitale, des commerçants maures proposent des jouets, ustensiles et vêtements achetés dans l’un des quatre supermarchés chinois de la capitale mauritanienne. La majorité des produits sont toutefois importés par les Mauritaniens eux-mêmes, tel M. Cheikh Ahmed, qui se déplace deux fois par an en Chine (Yiwu ou Guangdong) ou à Dubaï. D’autres points de vente proposent les made in China : les magasins à 350 Um (environ 1 €), où tous les articles chinois sont donc fixés à ce prix.

Au sein de la capitale sénégalaise, si les échoppes se trouvent sur le boulevard du Centenaire (ou de Gaulle), les appartements et villas sont situés dans le quartier Gibraltar. Ce dernier étant limitrophe du boulevard – ou désormais « Chinamarket », appellation donnée par les Dakarois eux-mêmes. Si le quartier de Gibraltar[18] est de fait propice à leur installation, le Plateau ivoirien (onéreux) et Adjamé (périlleux) ne pouvaient accueillir ces migrants soucieux de tranquillité et de sécurité. Le quartier des II-Plateaux, résidentiel, bien desservi, et à proximité de leurs activités fut donc une solution idoine. Autres intérêts, la présence de l’ambassade (à Cocody) et du Bureau économique et commercial.

2. Les II-Plateaux, cité dortoir chinoise

Recenser ne serait-ce qu’une partie des ressortissants chinois logeant aux II-Plateaux (Document 3) s’avère extrêmement délicat : de par la superficie du quartier, mais surtout par l’absence de symboles, de signes distinguant un habitat supposé accueillir cette population… Une absence de données qui n’empêche en aucun cas la création de fortes représentations. Et ces dernières sont rarement favorables aux derniers arrivés, ce qui est d‘ailleurs fréquemment le cas (Dakar, Douala). Ici aussi, la spéculation induite par l’arrivée des ressortissants chinois est une des critiques formulées. A Dakar par exemple, les loyers ont quadruplé entre 2002 – crise ivoirienne – et 2007, passant de 100 000 à 400 000 FCFA (loyer mensuel pour une villa[19]). D’autres reproches tiennent au style de vie des nouveaux voisins. Bruyants, sales, crachant par terre, cuisinant avec des produits exhalant une odeur peu appréciée, n’entretenant pas leurs jardins et locations, peu aimables, solitaires voire asociaux… sont autant de remarques entendues lors d’entretiens avec plusieurs habitants ivoiriens. Une délicate proximité qui n’inciterait pas certains foyers à s’installer dans ces quartiers. Les nuisances sonores, causées par les allers-retours de voitures emplies des marchandises made in China comptent parmi les nombreux griefs imputés. Car les échoppes d’Adjamé sont relativement vides. Midi venu, afin d’éviter les cambriolages, les commerçants déménagent leurs locaux et transfèrent aux II-Plateaux leurs cartons et ballots aisément reconnaissables par les caractères chinois qui y sont inscrits. Des logements-entrepôts sont également visibles à Dakar. Ils font régulièrement l’objet d’intrusions malhonnêtes.

Certains salariés ivoiriens suivent également leurs employeurs. Mathilde travaille pour Mme Fāng (Shanghai) au restaurant Fāng Fāng à proximité de la Cité administrative, sur le Plateau. Gagnant 30 000 francs CFA par mois (F CFA, ou 45 €), elle œuvre 45 heures par semaine et se rend en sus le samedi aux II-Plateaux où logent deux couples, dont les Fāng. Dans leur logement, elle s’occupe principalement du ménage et de la cuisine. Si certains jeunes hommes connaissent cette situation, ce double-emploi revient plutôt aux jeunes femmes, préférées aux hommes.

Ces quartiers résidentiels retenus par les « communautés » chinoises possèdent, dans chaque capitale, une histoire spécifique. Les différents aménagements successifs ont ainsi, plus ou moins intentionnellement, générés une réelle stratification sociale reflétant le paysage urbain de ces capitales. De fait, la ségrégation spatiale abidjanaise est le produit des plans d’urbanisme. Le « monopole foncier » (Dubresson et Yapi-Diahou, 1988 : p. 1085) dès 1963 puis les études de la SEMA (Société d’économie et de mathématiques appliqués) en 1966, le plan AURA (Agence d’urbanisme de la région d’Abidjan) en 1969 et jusqu’à l’ouverture des premiers centres commerciaux du quartier en 1989[20] ont effectivement contribué et prolongé ces zonalités créées par la puissance coloniale avant 1960.

L’implantation de ces grandes surfaces, ces pôles de la consommation urbaine, avec les activités indirectes qu’ils créent[21], ont – avec les constructions de logements modernes de standing – augmenté la valeur résidentielle de la zone, du quartier. Les propriétaires et locataires, que l’on qualifiera de stables, ou à revenus stables, sont donc les résidents majoritaires des II-Plateaux, à l’image de Cocody, de la zone IV (et de Gibraltar à Dakar) et contrairement à Yopougon (classes médianes ou moyennes[22]) et à Abobo (habitat populaire et spontané). L’arrivée de ces « étrangers », de ces résidents « nouveaux » et « différents », impose fort logiquement les représentations décrites précédemment et cette relative hostilité visible à Dakar et Abidjan.

Le quartier des II-Plateaux a également vu ces dernières années l’implantation d’activités spécifiques, les cliniques chinoises. La CICA (clinique ivoiro-chinoise d’Abidjan, à proximité du Bureau économique chinois) dispose de trois chirurgiens (deux Chinois) et de deux aides-soignantes (dont une jeune chinoise et « Angèle », ivoirienne). Originaires de Shanghai, les praticiens accueillent principalement des patients européens et asiatiques dans le bâtiment loué et subventionné par des médecins ivoiriens. Les Ivoiriens eux, se pressent davantage chez le couple Wang, propriétaires du Centre d’acuponcture de Chine en Côte d’Ivoire (photographies n° 3 et 4), sur le Boulevard Latrille. Ils vivent en Côte d’Ivoire depuis 1998 environ et bénéficient – étant donné le taux de remplissage de la salle d’attente – d’une excellente réputation. Le Centre aurait été créé en 1989 par l’ambassade chinoise.

La CICA et le Centre d’acuponcture chinoise, aux II-Plateaux. Abidjan, février 2010.

Au Sud-Est du quartier se trouve la réputée et fréquentée rue des jardins. Cette artère moderne compte de nombreux commerces et restaurants hauts de gamme[23]. Ces derniers, asiatiques pour la plupart (Coréens, Japonais et Vietnamiens), sont en concurrence directe avec l’Asia et l’Escale des jardins. Présents depuis 2007 et 2005, les responsables sont originaires de Shanghai et vivent ici en famille, respectivement avec leurs enfants et leurs frères. Ils résident également aux II-Plateaux.

Ces regroupements spatiaux ne sont pas le seul fait des « individuels », de ces commerçants et investisseurs chinois. Les techniciens, ingénieurs, ouvriers, médecins et fonctionnaires se logent, ou tentent de le faire, dans des espaces clos, plus ou moins protégés et logiquement proches de leurs activités. C’est le cas des ouvriers et employés de l’AFECC (Anhui foreign economic construction Corporation. Ltd) ayant bâti l’Hôtel des députés de Yamoussoukro (Document 4), des techniciens présents sur le chantier du palais de la Culture d’Abidjan, des médecins de la mission médicale de Markala, des employés de la COMATEX[24] de Ségou, des ouvriers de Henan Chine à Dakar ou des fonctionnaires des ambassades logeant à proximité de l’infrastructure étatique. Rares sont les techniciens encore installés à proximité du Palais de la Culture abidjanais (réalisé en partie par la Gansu overseas engineering Corporation, GOVEC) sur la rive droite de la lagune Ebrié. M. Zhang, l’un des trois expatriés chinois, évoque les mesures de « sécurité » pour qualifier leur isolement. Des mises à l’écart participant de fait à certaines interprétations abusives, voire, à des « fantasmes ». Ils sont en partie dus à l’absence de communication, de notions culturelles et de connaissances. Ils contribuent et/ou créent des représentations spécifiques relayées et grossies par la presse occidentale ou locale. Ainsi, le gouvernement chinois enverrait des milliers de prisonniers sur le continent afin d’y effectuer les travaux ingrats, notamment sur les chantiers de BTP. Le crédit accordé à ces allégations, souvent acceptées sans examen approfondi, est facilité par le manque de transparence, voire l’opacité des contrats sino-africains et des relations bilatérales. De même, les questions salariales et plus largement, les financements étatiques et privés chinois – inhérents aux infrastructures réalisées sur le continent – font régulièrement l’objet de rétentions d’informations, voire de soupçons[25].

L’Hôtel des députés de Yamoussoukro (Nord) et les baraquements

Source : Google Earth.

A Abidjan, cette méfiance est également perceptible. Des réserves et suspicions sont en partie entretenues par l’ensemble des acteurs chinois, peu enclins à répondre aux questions posées et critiqués pour leur faible volonté d’intégration. Au sein de la Zone IV, certains ressortissants contribuent également à ces incompréhensions.

Si le quartier résidentiel des II-Plateaux accueille donc les marchands asiatiques d’Adjamé, il peut sembler étrange d’y retrouver les hôteliers et propriétaires de « salons de massage » de la Zone IV et plus largement, du Sud d’Abidjan. Territoire prisé, à l’image de Cocody au Nord, la Zone IV est également l’un des quartiers les mieux équipés en terme de centres commerciaux « européens », de maquis courus, de discothèques et divers services à la personne. En partie délaissée après novembre 2004, notamment par les ressortissants français, la Zone IV fut l’objet d’une (ré)appropriation par la communauté syro-libanaise, omniprésente. Ce ne sont pas les seuls. Les Chinois ont également profité de la baisse du prix du marché immobilier pour investir. Les activités ne sont toutefois pas toujours celles auxquelles on pourrait s’attendre.

3.  La Zone IV et ses « nouvelles » activités commerciales

La Zone IV, ou Zone 4 C (Document 5), est depuis plus de quarante années, un territoire où cohabitent les foyers aisés et moyens avec les zones industrielles, développées en raison de leur proximité du port autonome d’Abidjan. Ce sont ce que Philippe Haeringer nomme les habitats de « moyen ou de bon confort ». La présence de cliniques et polycliniques, d’établissements scolaires prisés (notamment par les expatriés), de centres de recherche (dont l’Institut de recherche pour le développement, IRD), du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et de grands hôtels ont contribué à attirer une population hétérogène, multiculturelle, mais surtout privilégiée. Située à équidistance de l’aéroport (et du 43e RIMA) et du Plateau, le boulevard VGE (pour Valéry Giscard d’Estaing) est l’axe menant au pont Houphouët-Boigny[26] et donc au centre administratif et financier de l’Etat ivoirien – qui représente encore et malgré tout, en 2011, plus de 30 % du PIB global de l’UEMOA[27].

On y retrouve par ailleurs des restaurants japonais, libanais, indiens mais également chinois et notamment le Beijing (photographies n° 5 et 6). Une restauration sélective qui attire depuis 2007 autant les expatriés européens que les entrepreneurs et investisseurs asiatiques. Mais l’activité la plus prisée parmi les ressortissants chinois demeure les salons de massages : plus prosaïquement, la prostitution (photographies n° 7, 8 et 9). Inexistants à Dakar, Nouakchott et Ouagadougou – du moins très discrets – ces salons se retrouvent également à Bamako. Ils sont, au Mali, intégrés dans les infrastructures hôtelières, extrêmement nombreuses à Bamako (entre 50 et 80). A Abidjan, ils se sont développés depuis 2005 et sont exclusivement présents dans ce quartier. Ils étaient neuf en novembre 2011. Leurs appellations et leurs devantures affichent plus ou moins ostensiblement les services proposés à l’intérieur de ces « commerces ».

La différence substantielle entre Bamako et Abidjan s’explique notamment par l’ancienneté des relations sino-maliennes et par le rôle joué par les Bamakois eux-mêmes. Les Chinois n’y sont effectivement pas toujours propriétaires. Lorsqu’ils le sont – ou employés en tant que gérants, le propriétaire chinois ayant diversifié ses activités – il s’agit généralement d’infrastructures louant des chambres de passes, occupées et louées par les autochtones. Contrairement à Abidjan, les prostituées (ou maîtresses) sont exclusivement maliennes, ou plus généralement, ouest-africaines. Ce phénomène spécifique serait l’ « indice de la décadence de la société malienne » (Bourdarias, 2009 : 12).

Les deux restaurants chinois de la Zone 4. Abidjan, mars 2010.

Les parcours migratoires des propriétaires sont divers. Il est d’ailleurs intéressant d’observer que certains gérants sont des femmes, rares dans le domaine commercial. Xu Fangdong, surnommé Fantôme, est originaire du Zhejiang. Il vit en Côte d’Ivoire avec sa mère et son frère aîné, depuis trois années. Ayant tenté de poursuivre ses études à Toulouse et après avoir effectué de nombreux emplois précaires dans le Sud-Ouest de la France, il s’est laissé persuader d’investir à Abidjan dans une société de savonnerie, en dépôt de bilan en mars 2010. Il s’est donc finalement reconverti : ses « employées », toutes chinoises, auraient paraphé un contrat de six mois renouvelable stipulant le paiement des frais de transport aller-retour. La légalité comme la nature de cette activité sont pour le moins sujettes à caution. Selon plusieurs témoignages anonymes, la prostitution chinoise abidjanaise serait l’un des principaux facteurs de blanchiment d’argent. Pour cause et selon Hughes, employé ivoirien d’un salon de massage dont les propriétaires sont issus de Shenyang, Liaoning, une heure de compagnie serait facturée environ 40 000 F CFA (soit environ 61 €). Une nuit coûterait jusqu’à 120 000 FCFA (183 €) et un mariage « blanc » avoisinerait les 5 millions de FCFA (7 500 €). Selon les jeunes salariés recrutés pour assurer la sécurité, la traduction, les liens intra-communautaires et autres services, un gérant gagnerait jusqu’à 1 500€ quotidiennement. Les « masseuses » disposent, à cet effet, d’un box individuel. Ici aussi, la clientèle est relativement fortunée. A titre d’exemple, le prix d’une simple Flag, bière du Groupe Castel, est multiplié par dix. De ce fait, seuls les Européens, Syro-libanais et marins en escale disposent des moyens nécessaires à ces distractions.

Trois salons de massage de la Zone 4. Abidjan, mars 2010.

Dans les différents Etats ouest africains visités, peu de parallèles existent, hormis Bamako donc, où les « hôtels-restaurants »[28] quadrillent l’ensemble des communes de la capitale. L’activité est contrôlée par la brigade des mœurs : un détachement policier qui doit tout de même inspecter l’ensemble de ces infrastructures, mais également les quelques 700 000 « filles migrantes » installées durant la saison des pluies au sein de la capitale malienne et parfois « employées » dans ces « sociétés » chinoises. Elles sont par ailleurs et en partie suivies par l’AFEM (Association des femmes éducatrices du Mali). A l’origine utilisées comme aide-ménagères dans les foyers bamakois, elles perçoivent environ 5 000 FCFA par mois (7,60 €). Une somme gagnée en une soirée dans certains hôtels-restaurants chinois, voire, des arrière-cours[29].

A Abidjan, la rue Princesse, à Yopougon, était également connue pour la prostitution professionnelle (Kouakou Kouadio, 2009 : p. 16). La clientèle est néanmoins plus populaire, à l’image de Bamako. Le proxénétisme n’est certes pas exclusif à la communauté chinoise implantée en Afrique de l’Ouest francophone, mais ces « nouvelles » activités démontrent l’opportunisme, le pragmatisme caractéristique de ces nouveaux migrants. De la coopération et des coopérants techniques, aux sociétés publiques puis privées, au commerce (import-export, commerce traditionnel, restauration et hôtellerie), à la médecine, à l’investissement industriel et aux activités lucratives aux frontières de la légalité, l’évolution des emplois occupés par les huá qiáo en Afrique est symptomatique d’un ancrage fort et dense dans la micro-économie locale. Une diversification peu appréciée, créant toutefois des emplois – mais en détruisant également par l’importation de marchandises à très bas coût – et concurrençant directement les communautés établies depuis plusieurs décennies (Maures, Dioulas, Syro-Libanais).

La coopération d’ailleurs, fut dans les décennies 1950 et 1960 la principale « arme diplomatique » chinoise, notamment envers le continent africain. Elle permit au gouvernement et à Mao Zedong la propagation de sa politique « tiers-mondiste », opposée aux deux blocs américains et soviétiques. La coopération – plus unilatérale que bilatérale, les Etats africains étant principalement récipiendaires – permit en sus, et dès les années 1960, d’aguerrir les sociétés chinoises aux contraintes internationales. Mais officiellement, les accords de coopération sont dénués de toute arrière-pensée lucrative, notamment dans les secteurs de l’agriculture et de la santé.

4. Sociétés et géopolitique de la présence chinoise en Côte d’Ivoire

La « porte d’entrée » de la Chine en Côte d’Ivoire fut, à l’instar du Mali, du Sénégal, du Burkina et de la Mauritanie, l’agriculture avec le projet de coopération rizicole de Guiguidou (Sud-Bandama, document 6). Progressivement, durant les années 1990, les domaines se sont diversifiés. La médecine devient en Afrique de l’Ouest francophone, le second axe de développement et de coopération. Les missions médicales ont été les premières structures chinoises « visibles », car généralement implantées dans les principaux centres urbains. De fait, il n’est pas étonnant que les « médecins aux pieds nus » et/ou les pratiquants de la médecine traditionnelle chinoise furent parmi les premiers à investir et s’implanter dans ces capitales ouest-africaines. Toutefois, ces activités formelles ne représentent pas à elles seules la « santé ». Les représentations ivoiriennes (ou l’imaginaire collectif) associent à ce domaine les revendeurs de médicaments installés sur des étals ou déambulant dans les principales agglomérations (Abidjan, Yamoussoukro). Depuis, les médicaments ont été remplacés par les téléphones portables. A la fin des années 1990, le dynamisme économique conjugué aux réformes chinoises et au rehaussement des relations sino-africaines – dont le premier Forum sino-africain du 10 au 12 octobre 2000 à Beijing – ont permis à de nombreuses sociétés et investisseurs de développer leurs activités en Afrique sub-saharienne.

En Côte d’ivoire, on recense désormais, début 2011, près d’une vingtaine de sociétés chinoises, géographiquement dispersées (Zone 3, Plateau, Cocody). Des multinationales (ZTE, HUAWEI ou COVEC[30]) aux PMI-PME (Datong Entreprises) et aux sept cogestions (Fleoci, Lic-Pharma ou encore Zhundi), les stratégies d’implantations reflètent autant la pluralité des acteurs en jeu que leurs moyens, leurs attentes et finalement l’hétérogénéité d’une Chine trop souvent présentée comme monolithique. Or, les provinces, pour ne citer qu’elles, exercent également une influence substantielle dans ces relations et investissements. Les jumelages en sont l’exemple. Abidjan est jumelée à Tianjin (municipalité autonome près de Beijing), Lakota (Sud-Bandama) à Baoding (Hebei) et Abengourou (Moyen-Comoé) à la province du Hubei[31]. Ces sociétés, intégrées et concurrençant directement les entreprises françaises, sont devenues le reflet d’une Chine en mouvement, puissante et attirante. D’autre part, la gamme des produits made in China est en perpétuelle évolution, en atteste la vente de véhicules Great Wall Motors distribués par Rimco Motors sur le boulevard Giscard d’Estaing ou des Chery par Tiger Motors. Les « chinetoques »[32] ne sont donc plus aussi homogènes que certains Ivoiriens le laisse supposer. L’Afrique, un laboratoire pour ces sociétés amenées à intégrer à terme les marchés occidentaux ?

Soutenues pour partie par l’ambassade et par le Bureau économique et commercial, les sociétés chinoises ne sont pas épargnées par le conflit ivoirien. Fin connaisseur de la région, l’ambassadeur Wei Wenhua – auparavant au Mali – exerce un numéro d’équilibriste, à savoir, ne pas afficher trop ostensiblement sa préférence au camp Gbagbo. Le diplomate a consacré en janvier 2008 Alassane Dramane Ouattara « grand ami de la Chine » et s’est entretenu le 30 mars 2010 à Bouaké avec plusieurs responsables des Forces Nouvelles. Une volonté de la part du gouvernement chinois de ne pas prendre officiellement parti. Une non ingérence devenue maxime depuis 1955 et la conférence de Bandung. Seulement, ce déplacement au Nord de la « zone de confiance » était par ailleurs l’occasion de négocier avec les Com’zones (les commandants de zones issus des FAFN[33]) la sécurité des commerçants et marchandises chinoises transitant entre Abidjan et l’hinterland, soit, le Niger, le Faso et le Mali.

Cette neutralité chinoise affichée est quelque peu démentie par plusieurs faits et réalités économiques. Les échanges économiques ont été multipliés par deux entre 2001 et 2003 et par cinq entre 2001 et 2010[34]. Sur la cinquantaine de visites bilatérales effectuées depuis l’établissement des relations le 2 mars 1983, plus de trente se sont déroulées après l’accession au pouvoir de Laurent Gbagbo le 22 octobre 2000. Les étroites relations entre les deux partis, le PCC (Parti communiste chinois) d’une part et le FPI (Front populaire ivoirien) d’autre part, ont notamment été relayées par la presse locale en 2002 et le 23 avril 2009 lors de la visite d’une délégation chinoise. L’ambigüité de la position chinoise est également perceptible dans le domaine de la Défense. Il y eu trois visites officielles en 2001 et la vente d’armes et munitions pour près de 2,4 millions de dollars en 2007 – certes, à relativiser avec les 18 millions de dollars, la même année, par la Russie. La Côte d’Ivoire sous embargo depuis 2005 a recherché et accueilli cette Chine généreuse et avenante. Indésirable à Paris, Laurent Gbagbo s’est effectivement tourné vers Beijing qui le lui rend bien : à Gagnoa, ville natale du Président sortant, un hôpital est en construction (le seul actuellement en Côte d’Ivoire, photographie n°10 et document 6). La personnalisation des relations bilatérales est exacerbée par la suspension des travaux de la Commission mixte de coopération sino-ivoirienne. Ce dispositif de consultation bipartite, créé en 2001, permettait une relative transparence. Ce n’est plus le cas depuis décembre 2010.

Hôpital de Gagnoa en construction (par la GOVEC). Gagnoa, février 2010.

Le don agricole est à mettre en parallèle avec celui effectué le 8 mars 2011, où l’ambassadeur remettait au ministre de l’Agriculture, le Dr Issa Malick Coulibaly (ancien opposant), des produits agricoles et matériels mécaniques d’une valeur de 1,5 milliards de francs CFA (environ 2,3 millions €). Ce dernier déclarait : « A ce moment précis où notre pays traverse l’une des plus grandes crises de son histoire, ce don de produits agricoles et de matériels mécaniques pour la relance de la riziculture, est un signe fort qui témoigne du soutien indéfectible de la Chine, grand producteur de riz, au peuple souverain de Côte d’Ivoire »[35]. Médiatisé, ce don a en particulier été repris par la RTI (Radio télévision ivoirienne), organe officiel qui y voit ici la reconnaissance implicite par la Chine de l’élection du Président sortant, et du gouvernement Aké N’Gbo. Autre manœuvre politico-économique, la mission en Chine du port autonome d’Abidjan, afin de contourner l’embargo décrété le 15 janvier 2011 par l’Union Européenne et soutenu par la France. Une dizaine de sociétés se sont entretenues avec Marcel Gossio, Directeur Général de la seconde infrastructure portuaire subsaharienne, après Durban. Ces stratégies de contournement sont enfin l’occasion « d’isoler » Alassane Ouattarra, présenté comme proche de Ouagadougou. La capitale burkinabé qui reste encore en 2011, le principal relai africain voire mondial de Taipeh.

Conclusion

Si plusieurs activités chinoises sont visibles sur le Plateau, à Cocody et plus généralement en Côte d’Ivoire (villes de l’intérieur), ces regroupements spatiaux (Adjamé, II-Plateaux et Zone 4) témoignent d’une réelle dispersion urbaine. Contrairement à d’autres minorités (Syro-libanais[36], Dioulas et Maures), les migrants chinois s’installent prioritairement dans ces métropoles dynamiques et accessibles, connues et fréquentées par leurs prédécesseurs. La diffusion spatiale vers les autres centres urbains reste modeste, voire quasi inexistante au Sénégal, en Mauritanie[37] ou au Burkina Faso. Les différentes implantations sont également localisées dans ces quartiers centraux, possédant une certaine valeur symbolique (Dakar, Abidjan).

Ces migrants ne peuvent donc être qualifiés de communautés et de diasporas, ne formant pas un groupe social et/ou économique homogène. Seuls les commerçants installés à Adjamé et Dakar pourraient présenter les caractères spécifiques inhérents (utilisation du même espace urbain, utilisation des réseaux…). A Dakar, les commerçants majoritairement originaires du Henan, plus ou moins en lien avec la société Henan China, ne peuvent aucunement être assimilés aux Chinois de Bamako et d’Abidjan, où la dispersion géographique est manifeste. De plus, très peu de migrants contractuels restés après leurs missions sont visibles en Côte d’Ivoire, contrairement au Mali et au Sénégal, où jusqu’à la fin des années 1980, les diplômés étaient employés dans les entreprises étatiques (Kernen et Vulliet, 2008 : p. 75).

Par ailleurs, ces quartiers ou territoires à visibilité chinoise ne font que très rarement l’objet d’appropriation foncière. La location (qui présente ses avantages en cas de troubles politico-économiques) reste majoritaire. Elle est surtout rendue obligatoire par l’appréhension des Ivoiriens à céder à des « étrangers » des terrains qui font d’ailleurs l’objet récurrent de litiges. De même, l’ancrage des ressortissants chinois reste limité. Rares sont ceux ayant effectué la démarche de l’apprentissage du français par exemple. A l’opposé, de plus en plus nombreux sont les Ivoiriens à se rendre à l’Université de Cocody suivre les cours de chinois qui y sont dispensés. A l’avenant, l’implication dans la vie locale (politique, associative…) est exceptionnelle. Ces cloisonnements sociaux, linguistiques et économiques ne sont pas le seul fait des Chinois, mais la création de l’ARCM au Mali ou de l’ARCCI (Association des ressortissants chinois en Côte d’Ivoire) et le développement des quartiers « sinisés » indiquent cette volonté commune de rassemblement. Un communautarisme, toute proportion gardée, également perceptible en Europe, aux Etats-Unis, au Canada… et en Asie. En comparaison, l’implantation des commerçants chinois au Mali – diffuse sur le territoire – peut être perçue comme le signe d’une intégration réussie. La bienveillance du gouvernement – mais également de la population – symbolise par ailleurs cette relation cinquantenaire empreinte de « solidarité et de fraternité »[38]. De fait, l’orientation politique des dirigeants ouest-africains a en quelque sorte modelé et produit la migration et l’implantation des Chinois dans ces Etats. Les « Chinois de Modibo » versus les « Français d’Houphouët » ?

Les Chinois en Afrique de l’Ouest francophone sont donc à la fois des immigrants récents (Côte d’Ivoire) et lointains (Mali). Ils sont régulièrement victimes de stigmatisations, de déclarations sinophobes, de xénophobie – prenant surtout un aspect économique. Les représentations inhérentes à ces acteurs de la Chine-Afrique sont surtout en rapport avec leurs activités : les « privés » (commerçants), dénoncés et imposant une « concurrence déloyale » et les « publics » (fonctionnaires et contractuels), participant au développement de l’Afrique.

L’autonomie des migrants marchands est prégnante : l’entreprise, le commerce, l’ « emporium », structurent cette population asiatique. Ce « pôle central » qu’est l’entreprise créé des « marchés ethniques du travail », un « réseau de réseaux » où rares sont les Chinois ne profitant pas de ces opportunités socio-économiques (Ma Mung et Guillon, 1992 ; Ma Mung, 2009). La solidarité ethnique permet donc une relative unité, et, une entraide communautariste[39] (prêts, embauche, aides matérielles et conseils divers).[40]

Plus flexibles que les « anciens » (ceux des coopérations économiques et les migrants contractuels), plus hétérogènes, aux parcours et de milieux et profils socio-économiques disparates, souvent diplômés, ces acteurs de la « Chinafrique » par le bas imposent une dynamique permettant une appréhension plus fine de cette thématique globale que sont les relations sino-africaines. En général peu attachés au pays d’accueil, ils perçoivent d’autant plus les territoires d’insertion, d’implantation, comme des centres urbains économiquement intéressants, attrayants, attractifs mais surtout, provisoires. Cette « représentation diasporique » n’est certes pas exclusive au continent africain. Mais plus qu’ailleurs (Paris, San Francisco ou Vancouver par exemple), l’activité et donc la migration en Afrique est, à de rares exceptions, une étape dont il faut se contenter. Motivée par la recherche de meilleures conditions de vie et de profits mercantiles, la migration en Afrique, est finalement un moindre mal, ou, « faute de mieux » (Bourdarias, 2009 : p. 20).

Cette présence ambivalente permet toutefois la création d’emplois, informels notamment. Elle permet également une concurrence, tirant de facto les prix vers le bas – car ayant cassé le monopole des importateurs locaux.

En revanche, leur intégration limitée[41], leur propension à la discrétion (contrairement aux Libanais par exemple, réputés plus expansifs), leur(s) réseau(x) – opaques de l’extérieur – leurs activités et la concurrence directe et indirecte créent les représentations largement reprises par les médias occidentaux et exploitées par certaines organisations patronales, syndicales, voire politiques. Ces clivages existent d’ailleurs également entre les différents groupes composant cette « communauté » chinoise, plus fragmentée qu’elle laisse le supposer et elle-même traversée par certains conflits. Selon leurs origines, leurs ancienneté, leurs souhaits et perspectives, leurs discours s’inscriront de fait dans des temporalités et souhaits très diverses – que l’on retrouve dans toutes les capitales et catégorisables, pour schématiser, selon leurs activités. Multiscalaire, la relation Chine-Afrique souffre de méconnaissances mutuelles. L’apprentissage, pour les uns comme pour les autres, sera inévitablement source de conflits d’intérêts et d’enjeux économico-politiques substantiels. Mais le slogan wéiguó fúwù (为国服务)[42] est trompeur : ces migrants économiques travaillent essentiellement dans un cadre personnel et familial, les liens avec la représentation officielle qu’est l’ambassade devenant rares, hormis dans certains cas exceptionnels[43].

Contrairement au Mali, et en cela plus proche du Sénégal, le marché ivoirien et sa situation géographique permettent cette implantation – que l’on doit ici qualifier de récente. Si les « privés », ces Chinois non étatiques, ne s’occupent finalement que rarement de la (géo)politique, il semble indiscutable que cette dernière ait une influence, même indirecte, sur ces huá qiáo. La construction de la nouvelle ambassade à Cocody (une des plus vastes en Afrique de l’Ouest), le conflit post-2002, l’implantation réussie des commerçants à Adjamé et les excellentes relations avec Laurent Gbagbo sont plusieurs facteurs à prendre en compte dans cette analyse. Cet Etat pivot ouest-africain qui attire pourrait donc voir progressivement plusieurs quartiers se siniser. Déjà, ils remplissent tous un rôle spécifique (commerce, logement, et, prostitution et restauration). La crise de 2002 n’ayant que très modérément affecté leur implantation, celle de 2010-2011 changera-t-elle leurs représentations ?


[1] Henan Chine, CNLC, China Overseas ou COVEC.
[2]Selon M. Tié, du Centre de promotion des investissements, les Chinois seraient 3 000 en Côte d’Ivoire (y compris les migrants contractuels). Ils auraient été jusqu’à 6 000 avant 2000 (coup d’Etat et élection de Laurent Gbagbo).
[3]Se reporter aux mémoires de la bibliographie. Les ressortissants chinois sont estimés à environ 5 000 au Cameroun et 3 000 en Guinée (Conakry).
[4]Mauritanie, Sénégal, Mali, Burkina Faso et Côte d’Ivoire.
[5]Paradoxalement, les Taïwanais installés à Ouagadougou sont moins nombreux que les Chinois (RPC). Malgré la reconnaissance de Taipeh en 1994, plusieurs dizaines de commerçants et entrepreneurs chinois vivent dans la capitale burkinabé et à Bobo Dioulasso. Ce, en l’absence de représentation diplomatique.
[6]Respectivement aux 144e, 160e et 149e rangs de l’indicateur de développement humain du PNUD. Ces États sont classés au 117e, 134e et 100e rang en terme de PIB par parité de pouvoir d’achat (CIA Factbook 2010) et comptent 12,3 ; 13,8 et 21,05 millions d’habitants en 2010 (CIA Factbook 2010).
[7]Terme polysémique désignant les Chinois d’outre-mer (migrants temporaires ou non).
[8]Qualificatifs donnés par les commerçants ivoiriens et libanais.
[9] Entretien avec M. Liu originaire de Quanzhou, Fujian. Ouvrant entre 7 et 8h, il ferme à 13h.
[10] Les vendeurs ambulants ou bana-bana en Wolof, sont des hommes et femmes achetant, parfois à crédit, des marchandises chinoises qu’ils revendent dans les quartiers des capitales africaines voire dans les villes et villages des pays respectifs. En Côte d’Ivoire par exemple, cette démarche est favorisée par la présence de la gare routière à proximité des marchands chinois. A Abidjan comme à Dakar, nombreux, ou plutôt nombreuses sont les femmes installées devant les boutiques chinoises. Elles ne paient pas directement de taxes au propriétaire asiatique mais vendent à l’unité pour son compte. Les chaussures (de 100 à 2 000 F CFA la paire) sont les marchandises les plus prisées et visibles.
[11] L’UNACOIS a également saisi la Commission nationale de la concurrence, une structure de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture dakaroise (Bertoncello et Bredeloup, 2009 : p. 53).
[12]Où est célébrée l’indépendance de la République.

[13]Surface urbaine où les activités présentent une certaine homogénéité (exemple du quartier d’affaires de La Défense à l’Ouest de Paris).
[14] Les ressortissants chinois au Mali sont majoritairement originaires du Sichuan et du Henan.
[15]Présidée par M. Chei, de Tianjin, ancien Directeur de l’UMPP (Usine malienne de produits pharmaceutiques, cogestion sino-malienne). Créée en 2005, suite au match Mali-Togo où plusieurs boutiques et bars chinois furent vandalisés, elle recense plus de 300 adhérents et se veut une organisation d’entraide, de règlement de conflits, de solidarité et de promotion de la culture chinoise.

[16] Selon Aïda Bocoum, commerciale de Maersk Line, société spécialisée dans le transport international de marchandises. Entretien effectué en février 2008.
[17] Phrase de M. Papa Nall Fall, Conseil de la République sénégalaise pour les affaires économiques et sociales.
[18] Encore récemment peuplé de fonctionnaires, ayant déserté le quartier avec la spéculation foncière due en partie par l’achat et la location d’habitats par ces commerçants chinois mais également par le transfert d’organisations internationales et de ses salariés, fuyant le conflit ivoirien. [19]De 150 à 600 Euros environ.

[20] Le premier Super Hayat a ouvert, aux II-Plateaux, rue des Jardins, en 1989.
[21] Les établissements privés d’enseignement supérieur sont par exemple très nombreux dans ce quartier.
[22]Ces « en-haut des en-bas [et] en-bas des en-haut » (Savina, Antoine, Dubresson et Yapi-Diahou, 1985 : p. 56).

[23] On y trouve par exemple des tailleurs réputés ou des commerces proposant du textile fabriqué ou inspiré de la mode occidentale.
[24] La Compagnie malienne des textiles, société anonyme, est une cogestion sino-malienne (80 et 20 %) depuis 1994. Les conflits sociaux y sont récurrents, notamment entre 2000 et 2004. Elle emploie actuellement 1 400 travailleurs.
[25]Depuis 2008, l’ambassade chinoise à Abidjan ne m’a toujours pas accordé d’entretien, malgré mes innombrables relances.

[26] Ce « pouls de la ville ». Le pont Charles de Gaulle est ouvert à circulation en juillet 1967 (Haeringer, 1969 : p. 234).
[27]Union économique et monétaire ouest-africaine. La Côte d’Ivoire y est suspendue depuis le 7 décembre 2010. L’Union reconnaît en effet l’élection de Alassane Dramane Ouattara.

[28] Sujet confirmé par deux articles parus en 2009 (Bertoncello et Bredeloup, 2009 : p.51) ; (Bourdarias, 2009 : p. 12).
[29] Des Chinois arrêtés, Les Echos, n° 3045 du 04 mars 2008.

[30] ZTE et Huawei sont spécialisées dans le secteur des télécommunications ; COVEC dans le BTP.
[31] En Afrique de l’Ouest, Ouagadougou et Dakar – paradoxalement – sont jumelées à Taipeh.
[32] Terme utilisé par les clients ivoiriens pour désigner les marchandises chinoises (notamment de contrefaçon).
[33] Forces Armées des Forces Nouvelles
[34] De 90 à 400 millions d’euros et de 90 à 160 millions d’euros.
[35] Abidjan Tribune, 09 mars 2011.
[36] Que l’on peut considérer comme les anciens « agents essentiels de l’économie de traite classique » (Fournet-Guérin, 2009 : p. 545). Une diffusion spatiale s’est progressivement effectuée durant le XXe siècle.
[37] La présence de ressortissants chinois à Nouadhibou est strictement liée aux activités portuaires.
[38] Discours de Amadou Toumani Touré à Ségou, le 25 octobre 2010 lors du lancement des travaux de l’autoroute Bamako-Ségou : http://french.news.cn/afrique/2010-10/26/c_13576641.htm
[39] Le Centre de promotion des investissements, en Zone 4, apporte une aide aux ressortissants chinois : transport, hébergement, conseils et informations économiques, liens entre les sociétés…
[40] Les premières études de terrain ivoiriennes n’ont pas encore affiné et analysé ces réseaux (selon l’origine géographique, sociale…).
[41] Afin de nuancer ces propos, citons ces deux mères de famille. Yu Hong Wéï à Ségou, mariée à Ahmadou Coulibaly (Directeur commercial de la COMATEX) et mère de quatre garçons et Mme X, à Gagnoa, vivant avec sa fille et son fils. Originaires du Sichuan où son mari, cuisinier, est resté, elle a ouvert une clinique très fréquentée dans le centre-ville après avoir vécu à Abidjan et Daloa.
[42] Servir le pays (de l’étranger).
[43]Pont aérien entre la Chine et la Lybie, février-mars 2011. Le ministère des Affaires étrangères chinois conseille ses ressortissants de quitter la Côte d’Ivoire le 24 mars 2011.

Références bibliographiques

ALDEN Chris (2007) China in Africa, United Kingdom, Zed Books, 154 p.
ALDEN Chris, LARGE Dan et SOARES DE OLIVEIRA Ricardo (2008) Chine-Afrique : facteur et résultante de la dynamique mondiale, Afrique contemporaine, 2008/4, n° 228, pp. 119-133.
AMPIAH Kweku et NAIDU Sanusha (2008) Crouching Tiger, Hidden Dragon: Africa and China, University of Kwazulu Natal Press, 357 p.
ANDRESY Agnès, MARTEAU Jean-François et RABALLAND Gaël (2010) La Chinafrique, mythes et réalités, Etudes, 2010/9, Tome 413, pp. 151-162.
AUREGAN Xavier Les enjeux géopolitiques de la « percée » chinoise au Sénégal, Mémoire de l’Institut Français de Géopolitique, IFG-Paris VIII, 2007, 193 p.
AUREGAN Xavier Les enjeux géopolitiques de la Chine en Afrique de l’Ouest : études de cas au Mali et en Mauritanie, Mémoire de l’Institut Français de Géopolitique, IFG-Paris VIII, 2008, 178 p. BERTONCELLO Brigitte et BREDELOUP Sylvie (2006) La migration chinoise en Afrique : accélérateur du développement ou « sanglot de l’homme noir » ?, Afrique contemporaine, 2006/2, n° 218, pp. 199-224.
BERTONCELLO Brigitte et BREDELOUP Sylvie (2007) De Hong Kong à Guangzhou, de nouveaux « comptoirs » africains s’organisent, Perspectives chinoises, 2007/1, 16 p.
BERTONCELLO Brigitte et BREDELOUP Sylvie (2009) Chine-Afrique ou la valse des entrepreneurs-migrants, REMI, vol. 25, n° 1, pp. 45-70.
BEURET Michel et MICHEL Serge (2008) La Chine a-t-elle un plan en Afrique ?, Afrique contemporaine, 2008/4, n° 228, pp. 49-68.
BEURET Michel et MICHEL Serge (2008) La Chinafrique – Pékin à la conquête du continent noir, Paris, Grasset, 348 p.
BOURDARIAS Françoise (2009) Migrants chinois au Mali : une pluralité de mondes sociaux, REMI, vol. 25, n° 1, pp. 7-24. CAO Huhua,
DEHOORNE Olivier et ROY Vincent (2006) L’immigration chinoise au Canada : logiques spatiales et nouvelles territorialités, Norois, 2006/2, n° 199, pp. 11-22.
CHAPONNIERE Jean-Raphaël (2008) L’aide chinoise à l’Afrique : origines, modalités et enjeux, L’économie politique, 2008/2, n° 38, pp. 7-28.
CHEN Michael-Xiaobao, GOLDSTEIN Andrea, PINAUD Nicolas et REISEN Helmut, China and India: What’s in it for Africa?, OECD Development Centre, 95 p.
CICUREL Michel (2010) La Chine à la quête du monde, Commentaire, vol. 33, n° 131, pp. 659-666.
COURET Dominique (1997) Territoires publics et espace urbain à Abidjan. Quand gestion urbaine revendications citadines composent…, Karthala-ORSTOM, pp. 429-458.
DJEGUEMA Adebayo (2006) Crises et recompositions dans les modes d’habiter et les pratiques sociales à Abidjan, 42ème Congrès ISoCaRP, 2006, 19 p.
DUBRESSON Alain et YAPI-DIAHOU Alphonse (1988) L’Etat, « le bas », les cours : exclusion sociale et petite production immobilière à Abidjan (Côte d’Ivoire), Tiers-Monde, Tome 29, n° 116, pp. 1083-1100.
DUPRE Mathilde et SHI Weijing, La présence chinoise en Afrique de l’Ouest : le cas du Mali et du Bénin, AFD, Paris, août 2008, 49 p.
ETIENNE Gilbert (2010) La Chine et les Chinois de l’extérieur, Relations internationales, 2010/1, n° 141, pp. 99-109.
FOURNET-GUERIN Catherine (2009) Les Chinois de Tananarive (Madagascar) : une minorité citadine inscrite dans des réseaux multiples à toutes les échelles, Annales de Géographie, 2009/5, n° 669, pp. 543-565.
GABAS Jean-Jacques (2008) Les pays émergents et la coopération internationale, in L’enjeu mondial. Les pays émergents, Presses de Sciences Po, pp. 221-234.
GUERIN Emmanuel (2008) Bailleurs émergents et gouvernance mondiale de l’aide au développement : où en est la Chine en Afrique ?, IDDRI, n° 3, pp. 105-118.
GUERRERO Dorothy-Grace et MANJI Firoze (2008) China’s new role in Africa and the South, United Kingdom, Fahamu, 258 p.
HAERINGER Philippe (1969) Structures foncières et création urbaine à Abidjan, Cahiers d’études africaines, vol. 9, n° 34, pp. 219-270.
HAZARD Éric, DE VRIES Lotje, ALIMOU BARRY Mamadou et AKA ANOUAN Alexis, L’impact de l’émergence chinoise et indienne en Afrique – Étude de cas sur le Sénégal,
ENDA Prospectives Dialogues Politiques, 75 p. HUGON Philippe (2010) Les nouveaux acteurs de la coopération en Afrique, Revue internationale de politique de développement, n° 1, pp. 99-118. KERNEN Antoine (2007) Les stratégies chinoises en Afrique : du pétrole aux bassines en plastique, Politique africaine, n°105, pp. 163-180.
KERNEN Antoine et VULLIET Benoît (2008) Petits commerçants et entrepreneurs chinois au Mali et au Sénégal, Afrique contemporaine, 2008/4, n° 228, pp. 69-94.
KIPRE Pierre (1985) Villes de Côte d’Ivoire 1893-1940, Abidjan, Les Nouvelles Editions Africaines, Tome I, pp.5-29, 212-232 ; Tome II, pp. 7-25 ; 255-281.
KOUAKOU KOUADIO Clément (2009) Jeunes et pauvreté urbaine dans les pays en développement : Cas de la côte d’ivoire, Revue africaine de l’Intégration, vol. 3, n° 1, 34 p. LAMBERT Denis (2009) Géopolitique de la Chine, Paris, Ellipses, 549 p.
LEIMDORFER François (1999) Enjeux et imaginaires de l’espace public à Abidjan, Politique africaine, vol. 74, pp. 51-75.
MA MUNG Emmanuel et GUILLON Michelle (1992) Dispositif économique et ressources spatiales : éléments d’une économie de diaspora, REMI, vol. 8, n° 3, pp. 175-193.
MA MUNG Emmanuel (2000) La diaspora chinoise, géographie d’une migration, Paris, Ophrys, 175 p.
MA MUNG Emmanuel (2009) Diaspora et migrations chinoises, in Christophe Jaffrelot (ed.), L’enjeu mondial, Paris, CERI-L’Express, pp. 235-244.
NIQUET Valérie (2006) La stratégie africaine de la Chine, Politique étrangère, pp. 361-374.
PARENTEAU René et CHARBONNEAU François (1992) Abidjan : une politique de l’habitat au service du plan urbain, Cahiers de géographie du Québec, vol. 36, n° 99, pp. 415-437.
PISANI-FERRY Jean (2010) La Chine, l’économie mondiale et l’Europe, Commentaire, vol. 33, n° 131, pp. 649-658.
SAVINA Annie Manou, ANTOINE Philippe, DUBRESSON Alain et YAPI-DIAHOU Alphonse (1985) « Les en-haut des en-bas et les en-bas des en-haut ». Classes moyennes et urbanisation à Abidjan (Côte d’Ivoire), Tiers-Monde, Tome 26, n° 101, pp. 55-68.
SECK Assane, Dakar métropole ouest-africaine, Mémoire de l’Institut fondamental d’Afrique Noire, IFAN-DAKAR, N°85, 1970, pp. 51 à 94 ; 95 à 120 ; 128 à 139 ; 148 à 172 ; 191 à 213 ; 217 à 219 ; 439 à 489.
SEKA Pierre Roche et KOUAKOU KOUADIO Clément (2008) Relations économiques entre la Chine et l’Afrique : Le cas de la Côte d’ivoire, Abidjan, CREA, 27 p.
VIRCOULON Thierry (2007) La nouvelle question sino-africaine, Etudes, 2007/11, Tome 407, pp. 451-462.
YAPI-DIAHOU Alphonse (2000) Manipulations foncières sur les zones industrielles dans les villes africaines, Bulletin de l’APAD, n° 19, 9 p.

Un renouveau du vote Front national ? (par Bernard Alidières, avril 2011)

A propos de l’auteur :

Bernard Alidières est docteur en géographie-géopolitique à l’lnstitut Français de Géopolitique de l’Université Paris-VIII.
Il est l’auteur de « Géopolitique de l’insécurité et Front national », chez Armand Colin (2006).

 

Présentation des choix cartographiques :

Cet ensemble de cartes propose une approche de l’évolution du vote FN aux élections régionales à trois niveaux spatiaux :

­ 1) Le niveau national par département, avec un agrandissement pour Paris et les trois départements de la petite couronne (75, 92, 93, 94)

­

2) Le niveau régional du Nord­ Pas­ de­ Calais pour lequel on a privilégié les principales villes et représenté les résultats par des figurés ponctuels proportionnels au nombre d’électeurs inscrits par commune (au dessus de 3500 électeurs inscrits) plutôt qu’un simple figuré zonal à l’intérieur des limites communales (ce type de re­ présentation masquant les fortes différences du nombre d’inscrits selon les com­munes). Par ailleurs ces cartes font apparaître les limites de l’ancien bassin minier qui, même vingt ans après la fermeture du dernier puits en 1991, conserve certains traits spécifiques, notamment une population d’un million d’habitants répartie dans un chapelet de cités minières sans grand centre urbain ainsi qu’une assez forte pré­ sence de personnes issues de l’immigration maghrébine de Lens à Valenciennes.

­

3) Le niveau infracommunal de la ville de Tourcoing selon le découpage en 49 bureaux de vote (de 1000 à 2000 inscrits chacun). C’est dans cette ville que s’est formé un des premiers et des principaux bastions du FN dans le Nord ­Pas­ de­ Calais de 1984 à 1997 [Alidières 2006].

Cette approche cartographique repose également sur une présentation des ré­ sultats en fonction des électeurs inscrits afin de prendre en compte les fortes varia­ tions de l’abstention selon les lieux et selon les années, suivant en cela les recom­ mandations de François Goguel : « Les pourcentages ont tous été calculés par rap­ port au nombre d’électeurs inscrits et non à ceux des suffrages exprimés : la propor­ tion de ceux­ci varie parfois trop d’un scrutin à un autre, pour que le rapprochement de cartes en pourcentages de suffrages exprimés, successivement consacrées à une même force politique, puisse être valable » (Goguel 1986).

Pourtant, bien que tous les commentateurs aient insisté sur la forte progression de l’abstention en 2010, presque toutes les cartes présentées (y compris celles de l’évolution des votes de 2004 à 2010 ou de 2007 à 2010) dans les diverses publica­ tions se basent sur des résultats en suffrages exprimées (à l’exception notable de celles proposées par F. Salmon).

 

Working atlas Bernard Alidières – PDF à télécharger

 

 

Les forces politiques en Catalogne à la veille des élections autonomiques de 2010 (par Cyril Trépier, mai 2010)

A propos de l’auteur :

Allocataire de recherche CRAG-IFG, Cyril Trépier est doctorant en géopolitique à l’Institut français de géopolitique. La thèse qu’il prépare sous la direction de Barbara Loyer (Université Paris VIII) et Félix Ovejero (Universitat Autonoma de Barcelona), s’intitule Analyse géopolitique de l’indépendantisme en Catalogne, et accorde une place centrale aux positionnements des entrepreneurs catalans face au mouvement indépendantiste.

ctrepier@yahoo.fr

 

Working atlas de Cyril Trépier – PDF à télécharger

 

 

Les enjeux électoraux et géopolitiques du scrutin régional à Paris et en Île-de-France (par Matthieu Jeanne, mars 2010)

Working paper n°6 – PDF à télécharger

A propos de l’auteur :

Professeur agrégé, Matthieu Jeanne enseigne l’Histoire-Géographie dans un collège de Seine Saint-Denis. Il est actuellement doctorant à l’Institut Français de Géopolitique. Dans le cadre de ses recherches, il a collaboré à plusieurs reprises avec la rédaction du Nouvel Observateur pour le supplément ParisObs. La thèse qu’il prépare sous la direction de Béatrice Giblin s’intitule Analyse Géopolitique de Paris. Elle accorde une place centrale aux rivalités de pouvoirs qui s’exercent sur la capitale à travers l’analyse spatiale des comportements électoraux et l’étude des mutations sociales et urbaines de Paris.

matthieu.jeanne@club-internet.fr

Résumé

Malgré l’abstention annoncée par les enquêtes d’opinion, les enjeux électoraux et géopolitiques du scrutin régional des 14 et 21 mars sont de taille. Il s’agit d’abord du contrôle du conseil régional d’Île-de-France, la région la plus peuplée et la plus riche de France. Au-delà de la rivalité médiatique qui oppose le sortant socialiste Jean-Paul Huchon et la ministre Valérie Pécresse, chaque camp politique joue gros dans cette élection. La droite unie, mais affaiblie par l’impopularité de Nicolas Sarkozy, doit prouver qu’elle peut rallier l’électorat de centre-droit. C’est la condition pour reconquérir les collectivités territoriales perdues ces dernières années. A gauche, la concurrence entre les différentes formations au premier tour définira le rapport de forces pour les prochaines échéances électorales : législatives de 2012 et élections des conseillers territoriaux en 2014.

 ————————————————————————————————————————————————————

 

1. Quelle participation ?

L’intérêt porté par les électeurs pour le renouvellement du conseil régional est la première inconnue. En 2004, la mobilisation avait été relativement faible, avec des différences bien marquées spatialement. Les territoires périphériques socialement ou géographiquement avaient ainsi connu une plus forte abstention que les territoires centraux.

Participation aux scrutins de 2004 et 2009 (en %)
Régionales  2004 Européennes 2009
75 62,73 49,67
77 60,90 37,23
78 62,30 43,95
91 62,47 42,20
92 63,08 45,57
93 56,42 32,87
94 60,04 40,82
95 59,25 38,05
Total 61,17 42,06

 

Lors du dernier scrutin, les européennes de 2009, l’abstention et les disparités spatiales se sont accentuées. Alors qu’en 2004 l’écart de participation entre les départements était inférieur à 7 points, il atteint en 2009 près de 17 points. Quand un Parisien sur deux vote, seul un habitant sur trois de Seine-Saint-Denis se rend aux urnes.

Le premier enjeu de ces élections est donc la capacité des formations politiques à mobiliser leur électorat sur l’ensemble des territoires. La gauche pâtira-t-elle de la très faible mobilisation de ses bastions traditionnels ? La droite parviendra-t-elle à remobiliser l’électorat de l’ouest francilien qui, dans une manifestation de défiance inédite, a massivement boudé les urnes en 2009 ?

2. Quel sera le pouvoir de nuisance du Front National ?

L’extrême droite connaît un reflux continu depuis 2004. Son assise électorale s’érode et se fragilise à chaque scrutin. Ainsi, au scrutin présidentiel de 2007, alors que les formations politiques gouvernementales bénéficient toutes du sursaut de participation, le FN enregistre un de ses résultats les plus faibles (en % des suffrages exprimés) et ne parvient pas à mobiliser l’ensemble de son électorat. En cinq ans, entre les deux scrutins européens, l’extrême droite perd la moitié de ses électeurs, en partie du fait du départ de Marine Le Pen. Le FN, dénué de tête de liste populaire, connaîtra-t-il la même évolution au scrutin régional de 2010 ?

L’extrême droite (FN+MNR) en Île-de-France

Suffrages obtenus En % des suffrages exprimés
Régionales 2004 492 159 13,43%
Européennes 2004 242 611 8,85%
Présidentielles 2007 430 562 7,54%
Européennes 2009 123 199 4,40%

La seconde interrogation réside dans la distribution spatiale de son électorat. Le Front National connaît une nouvelle géographie électorale : apparu dans les quartiers populaires de Paris ou de première couronne, il est désormais mieux implanté dans les périphéries de l’Île-de-France, en particulier en Seine et Marne, dans le sud de l’Essonne ou le nord-ouest des Yvelines. Le scrutin de 2009 a confirmé cette distribution spatiale puisque malgré un recul global du vote frontiste, certaines communes ont vu ce vote progresser aux marges de la région. Qu’en sera-t-il en 2010 ?

3. Le double enjeu de l’UMP

Capter les électeurs de centre-droit

La droite obtient depuis plus de 20 ans de bons résultats en Île-de-France, supérieurs à ceux qu’elle obtient au niveau national. Néanmoins, comme sur le reste du territoire français, elle est affaiblie par le positionnement centriste du Modem. Et ce, malgré le niveau élevé atteint au premier tour par la formation politique de Nicolas Sarkozy depuis 2007. En effet, avec la disparition de l’UDF, l’UMP a perdu ses réserves traditionnelles de voix pour le deuxième tour. En 2004, la droite pouvait compter sur le report des suffrages obtenus par André Santini. Le « recentrage » du Modem ne le permet plus, d’autant plus que les résultats obtenus par celui-ci sont plus faibles depuis 2009.

Résultats du centre et de la droite en Île-de-France de 204 à 2009

UDF – Modem UMP et divers droite
Régionales 2004 16,12% 24,79%
Présidentielles 2007 20,01% 35,73%
Européennes 2009 8,52% 35,84%

Surtout, l’électorat du Modem est aujourd’hui beaucoup plus volatile que ne l’était auparavant celui de l’UDF. Il n’est plus constitué majoritairement d’un électorat de centre-droit traditionnel. La comparaison sur le territoire parisien des résultats de l’UDF aux européennes de 2004 et du Modem aux européennes de 2009 éclaire ce changement. Entre les deux scrutins, ce sont les électeurs de l’ouest, les plus conservateurs, qui ont été le moins fidèles à Marielle de Sarnez, candidate à chaque élection. Dans le même temps, les listes UMP ont sensiblement progressé. Au contraire, le parti de François Bayrou résiste le mieux à l’est, là où la droite progresse le moins. Il semble donc que le Modem ait perdu son électorat le plus conservateur au profit de l’UMP. Le repositionnement au centre de François Bayrou mais aussi l’opposition véhémente à Nicolas Sarkozy peuvent expliquer ce reflux du Modem.

Mobiliser dans ses deux fiefs, Paris et les Hauts-de-Seine

Avec le département des Yvelines, Paris et les Hauts de Seine sont des bastions historiques de la droite que Valérie Pécresse doit absolument mobiliser pour espérer conquérir la région. Or, les scrutins récents ont mis en valeur la difficulté de la droite à conserver son électorat dans ses propres fiefs. En effet, c’est à Paris et dans les Hauts-de-Seine que la concurrence de la candidature de François Bayrou en 2007 a le plus affecté l’UMP. Et sur ces deux territoire en 2009, malgré le reflux du Modem, l’UMP n’est pas parvenue à attirer vers elle les électeurs perdus en 2007. Dans ces deux fiefs qui représentent 37% de l’électorat francilien de droite (pour 32% des inscrits) en 2004, la droite a perdu près de 10 points de 2004 à 2009.

Suffrages obtenus par les formations de droite de  2004 à 2009 en Île-de-France

Régionales 2004 Présidentielles 2007 Européennes 2009
75 43,02% 36,33% 34,40%
77 38,04% 36,34% 36,96%
78 46,64% 40,03% 42,12%
91 37,36% 33,82% 35,13%
92 50,30% 39,77% 39,85%
93 29,36% 28,44% 27,06%
94 38,16% 33,52% 32,18%
95 36,93% 34,50% 34,89%
Île-de-France 40,91% 35,73% 35,84%

 

4. La gauche : un scrutin pour mesurer les équilibres internes

A gauche, l’enjeu électoral principal est la bataille d’influence entre les Verts, le PS mais aussi le PCF. Contrairement à 2004, la gauche est cette fois désunie au premier tour. Chaque formation cherche donc à mesurer ses forces. Les Verts espèrent naturellement renouveler leurs bons résultats obtenus aux élections européennes de 2009 (20,85% à l’échelle de la région) et ambitionnent de devancer le PS. Plus modestement, l’objectif est de peser à gauche pour la constitution de l’exécutif régional en cas de victoire de la gauche mais aussi pour revendiquer des circonscriptions législatives gagnables en 2012. Les socialistes souhaitent réaffirmer leur leadership pour limiter les concessions qu’ils risquent de devoir faire si des accords de désistements sont signés pour 2012. Enfin, les communistes, forts de leur ancrage municipal, cherchent à réaffirmer leurs positions notamment face aux socialistes placés « en embuscade » dans de nombreuses municipalités ou cantons. Pour tous, les résultats de cette élection risquent de servir d’étalon pour l’élection des futurs conseillers territoriaux en 2014 : si le scrutin uninominal à un tour était retenu, la gauche devrait pour espérer conserver –ou reconquérir– la région proposer des candidatures uniques. Dans cette perspective, chaque formation cherche à mettre en valeur son implantation territoriale.

A ce jeu, les Verts devront prouver que leurs bons résultats de 2009 n’étaient pas simplement l’expression d’une sanction infligée par des électeurs socialistes infidèles à leur parti. L’évolution parisienne des deux formations aux scrutins européens de 2004 et 2009 pourrait le laisser croire. A l’échelle francilienne, les Verts peuvent espérer aussi se maintenir dans des territoires socialement favorisés, traditionnellement acquis à la droite (Plateau de Saclay, ouest de l’Essonne) : l’implantation écologiste peut alors apparaître comme un atout inédit pour les forces de gauche. Enfin, le Parti Socialiste doit quant à lui veiller à conserver son implantation dans les territoires populaires de la première couronne gagnés par l’abstention, mais aussi les périphéries orientales de la Seine et Marne, sans quoi il risque de perdre le contrôle de ce conseil général.

Les échecs de la droite parisienne depuis 2001 font-ils de Paris un fief de gauche ? (par Matthieu Jeanne, avril 2009)

Working paper n°5 – PDF à télécharger

A propos de l’auteur :

Professeur agrégé, Matthieu Jeanne enseigne l’Histoire-Géographie dans un collège de Seine Saint-Denis. Il est actuellement doctorant à l’Institut Français de Géopolitique. Dans le cadre de ses recherches, il a collaboré à plusieurs reprises avec la rédaction du Nouvel Observateur pour le supplément ParisObs. La thèse qu’il prépare sous la direction de Béatrice Giblin s’intitule Analyse Géopolitique de Paris. Elle accorde une place centrale aux rivalités de pouvoirs qui s’exercent sur la capitale à travers l’analyse spatiale des comportements électoraux et l’étude des mutations sociales et urbaines de Paris.

matthieu.jeanne@club-internet.fr

Résumé

Les échecs de la droite parisienne depuis 2001 font-ils de Paris un fief de gauche ?

 

Depuis sa victoire historique aux élections municipales de 2001, la gauche a renforcé considérablement son assise électorale en remportant les scrutins locaux (2004, 2008) ou en limitant les succès de la droite lors des scrutins nationaux (2002, 2007). Alors que la capitale était acquise à la droite depuis les débuts de la IIIème République, au point d’en constituer un fief imprenable depuis 1977 sous la domination de Jacques Chirac, elle est contrôlée aujourd’hui solidement par une alliance rassemblant principalement les socialistes et les écologistes qui domine électoralement la majorité du territoire parisien. Comment la gauche, encore minoritaire en voix lors des scrutins nationaux, parvient-elle à contrôler si largement la municipalité ? Quels sont les enjeux du renforcement de la gauche parisienne à l’échelle de la ville de Paris et à celle de la métropole parisienne ? L’analyse géopolitique des nouveaux rapports de forces locaux et l’étude des spécificités de la géographie électorale parisienne permettent de comprendre cette situation non conforme à la sociologie électorale. Elles éclairent les enjeux électoraux des projets de redécoupage administratif du Grand Paris.

 

Summary

Have the failures of the Parisian right since 2001 turned Paris into a left-wing stronghold?

 

Since its historic victory in the municipal elections of 2001, the left has considerably strengthened its electoral base by winning the local elections (2004, 2008) or by limiting the success of the right during the national elections (2002, 2007). Although the capital had been held by the right since the early days of the Third Republic, and had become an unassailable stronghold under the domination of Jacques Chirac from 1977 onwards, it is now controlled by an alliance that is made up mainly of socialists and ecologists that dominates most of the Parisian electoral landscape. How has the left, while remaining the opposition in national elections, come to control the city council to such a clear extent? What are the effects of this strengthening of the Parisian left both in the city of Paris itself and in the greater Parisian metropolitan area? T, 2geopolitical>

&nn in natiol tag-raya vards,ui f tblecologre ses jpitlf a les enjrol t Paseemi f tg itgy cinin in natioprojets y.. Le04,hs ts effév; le prak-risater PaGathe ee donc mesurer ses force">Have the#821212;————————————————————————————————————Ҽ—————————————̵-e l’Histoire-ris intoroite paLeogf de gauche ?

 

Depuis sa victoire historique au it isoth font-ils de GéographE man tonaurempoire en voiits electopolrche donc haqhe, fi/p> ogses ="#_ftn2ig[2]hypoobte

: si/eog quepulas ples c Pa/p> ogses ="#_ftn3ig[3]hypo sociaographie électori/edu sesSare se curonnutes du sursapécifs pog qnt onx, prisi éuoit sp;Have thenbsp;th font-ils de GéographAitique hajue7-he earoutes du suon écolo– l’loglleme en voilectorards,risi07.Aine émentNoite dl s uveaum>

ogses ="#_ftn ogses ="#_ftnale[5]hypopris/p> ogses ="#_ftn% Have thenbsp;th font-ils de GéographCpoghoug la he, encorgéos de le cepne ervient-e7, alors qdu G07.cipal qnt ?

lejsteeuropéixiservrenforcé PaBcetgn="cDt. noënnpour Mor hahe e [Boappce ? s déearp.47]ts de la III ogsest d32% doffntc ps07.c de la dp; ogses ="#_ftn7rummary foEeurop04, risn. Qucti cotlratroson implanrvregéoa2> o ?

Have thenbsp;th font-ils de GéographL. er aqui de terride la gPtitlrages durinmoeIl ty ris/p> Professeu1ens. m deti. Lpécificipsph/p> Pn ofsMv s504pjn/raghif="http://geo tlisuqup.hypothesea.org/73"vrpl="bookrrak 2011-1t-23T19:03:53+00:n0">23/10/2011r vome/rxm .lnss="updraid"sdraiaome> 2011-1t-23T21:56:23+00:n0">23/10/2011r vome/r/a>r 4pjn/rapjnaElnss="bylure">rapjnaElnss="r thor vcaadA ttur 504pjn/rag.lnss="url fe noghif="http://geo tlisuqup.hypothesea.org/r thor/tderto lscu">tderto lscur 4pjn/r 4pjn/rapjnaElnss=" ex-lurksCaovogorcp4 504pjn/raghif="http://geo tlisuqup.hypothesea.org/ exegory/working-pisirs"vrpl=" exegory gtg">WorkingePisiro504pjn/rapjnaElnss="gtgs-lurksMots-clit4 504pjn/raghif="http://geo tlisuqup.hypothesea.org/gtg/rird daErcpdeons-legsljuelal"vrpl="gtg">rird daErcpdeonsstvogsljuelal,olaghif="http://geo tlisuqup.hypothesea.org/gtg/domunexen-apjuecui"vrpl="gtg">domunexen apjsualio7a>,olaghif="http://geo tlisuqup.hypothesea.org/gtg/lecci da"vrpl="gtg">volt si dao7a>,olaghif="http://geo tlisuqup.hypothesea.org/gtg/lecci da-municipal 4"vrpl="gtg">volt si da municipal 4o7a>,olaghif="http://geo tlisuqup.hypothesea.org/gtg/geogr lhit-uvecc="jle"vrpl="gtg">es ogr lhitsvolt s="jleo7a>,olaghif="http://geo tlisuqup.hypothesea.org/gtg/gr dd-pirpo"vrpl="gtg">Gr ddePiopoo7a>,olaghif="http://geo tlisuqup.hypothesea.org/gtg/pirpo"vrpl="gtg">Piopoo7a>,olaghif="http://geo tlisuqup.hypothesea.org/gtg/pouv ir-municipal"vrpl="gtg"> e v ir municipalo7a>,olaghif="http://geo tlisuqup.hypothesea.org/gtg/acleeal-bahlcdur"vrpl="gtg">RcleealvBavucduro7a>,olaghif="http://geo tlisuqup.hypothesea.org/gtg/hysfme-to.al"vrpl="gtg">hysframe to.alo7a>504pjn/rapjnaElnss="E Emedfs-lurka esL spvochcagdpmhasdergaspirpoidn sdeplio 2l01of dt-ilspdpmPiopop e udfMfsgIl ty ? ( arnMaothitubJerr iueavnulm2l09)504pjn/r7a>504pjn/ o7aatirhi>

ommhif="https://f-origun.hypothesea.org/wp-r rgedf/btogs.fit/501/ftes/2011/10/WP-P-Subrn-12-08.pdfigWorkingepisiren°4 – PDFsv ovolit.tmrger50a>rapjnaaayle> texg-de "exen:p edrlure">raghif="https://f-origun.hypothesea.org/wp-r rgedf/btogs.fit/501/ftes/2011/10/WP-P-Subrn-12-08.pdfig
<7a>504pjn/hyuteup>oapjnaaayle> texg-de "exen:p edrlure">Ap qo odgdpmh&r4quo;a ttur504pjn/ :hyuteupsiuig="ju4tquy">Phli si Subrnsesgvma egrsdpmr rrvoidcp4 v l&r4quo;IFGueoùvulmfitigiel masgi qoftosletglves rGs s tlisuqupvto.al :Amrtnagmedf,mGesci dsigsEnjq xsdpmteercooni s»s Ilsesgvm sappd cr EpcsMsdpmqvod cci dgdpmhasntvupml126Hvorodogio7126. Iévoxudfsd paatip.subrn@winadoo.fr50a>r uteupsiuig="n tger">Rvosumrt 504arong>hyuteupsiuig="n tger">N ueell g ueeenstrtegsqvorui ésmes o tlisuqup4sonr Em tgvqvortoe est07.organlsrxoe ltrcoorcjltpdpmhasRvo n ofquis?hyuteup> hyuteupsiuig="ju4tquy">La C Emidsu dsBavucdur rvvocsMs.tmrgtSummjry504arong>hyuteupsaayle> texg-alognonrerger"siuig="n tger">New Goeetnstrt ddeGeopolisu elsReiuacp4: How tosReftoe th Teercoorcjl Organiza ioesof th Repl ofc?hyuteup> hyuteupsiuig="ju4tquy">Nis ilvSarkozy hilsEtmrgedeth C Emidsu dsBavucdur withethurkingeabt————————————————————————————————————————————————————-hyuteupsiuig="n tger">N ueell g ueeenstrtegsqvorui ésmes o tlisuqup4 :E Em dfvqvortoe est07.organlsrxoe ltrcoorcjltpdpmhasRvo n ofquis?hy4arong>hyuteup> hyuteupsiuig="ju4tquy">Débrgsdvoc sapp2l08,b e rois etsdlmith qvsaaee iraaahlc ioes aaoNis ilvSarkozy, trvC Emidsu dsBavucdur llpreodpmr Em tn esseagntdisu ra. La midsu dsqusvhrervs di sMislesPqvoluat L07.irgergoe edg dvojrrm qvosergesdrrsp n auirivgr ddeEtmrgrsoueeegv aroNis ilvSarkozy luvhredpmhas"exenalosc ioesdpmh07.acci dedpmh07.Elst,mseu st07.appillc ioes n ler0oblc appdpmes rqvovi4ioeses tt<"jlesdp4polisuqup4 n ofqui s» (RGPP)">Huteup>cipal electip>oaarong>La C Emidsu dsBavucdur cc=hyuteupsiuig="ju4tquy">L07.s t dcsMsedg a mdleuerrsphasqvoalosc ioesn sh07.edg n egairpm tgv ilsoC07.edg n squ07.asd07.ailuiursgseulognsMslesPqvoluatpp. Ei pourmhiedodsietmdpmt07.organlsrxoe dpmhas"vogoe hle-de-Fterci cvs bhpmhaccimedfvd c qojefedpmes rGr ddePiopos»sxdpjudlhe 7 [Subrn,bhe 8].pMngsphasmrtthodpmEtoislsedg ditrvoiduysoAeoro qu sh07.olvo"exensd cGr ddePiopoervrttsMs. di sMisv un homi , Choposuar Bhacc,t0ommrt at qvogairsd07.Elst au Dévalo simedfvdpmhaeqvogoevsipcot pp.de lpftis E07.edg plqsElnssuqupmedfvun sr Emidsioesqui edg ntmrgsMisdlpfairsdpso qo odisu rasetsqui plqsedg un sr Emidsioesbdpaatisa iueplioqusv crtrt d07.Eit hyuteup>oaarong>S pdrometmtes dvo aatmedf4?hy4arong>h126o7126hyuteupsiuig="ju4tquy">Ee écui émhaequp4 ioee odsMis aaoh07.inisuaxlavdemNis ilvSarkozy etsha midlsee lariedp haeC Emidsu dsBavucdureedg dol o soOfif ivlem tgvila07.agifedpmscv ir drrspquplatd4eqvoftoeitmt07.organlsrxoeagerrcoorualiedpmhasFr dci. Faui-ilsa pdrometmue,bv iris lusie r4it.tt dacteercoorcjox etslequpl(oovl squpls)e?LrvRvovou fioesfrarçtiai asmid d plpn sd 1790 un hysframe v troid nlar xsonh07.Elst,ml sedvo aatmedf4etsh ser Emun ssoIla07.edg n E lexiifrt deplio cvs bhrvlvo goe d seqvogoes,md07.ab="daa mdled nlar xedvon dc tg"it4 demh07.admigcaerc ioesdpmh07.Elst (h serird daErcpdeonspd07.acci deqvogoealiseo cCAR dem1955-1956), sMnugsMisgpaaoha a i lsee s ttstcdsem tgsgpl ofcseqvogoeauxgpaaoGeorgsaP E iitCue d4t stapd07.cfi aemsu rae odtmquptquisaqu 4 ioess: 1-mr Empetsd edg-ee arrcvrt r cue E ilem tgviraa lttoglvs? 2-mrde lpa ltmgoe edg-dvlesdrs jtdi ij o sefed quoie?n07.a-t-uvles aspqu tquisaalatgagispqui h07.E to lo peetsévancupllem tgvsuqe4ismirr dvrtniltgss?s 3- edg-ctmlr qu sdtma lteetshismvo plvpqoblèmess?hyuteupsiuig="ju4tquy">La r exidgpccisdemngdqsnlar xsdemgistioeed cgerrcooprimFr dcimqvoduleisd07.un ep"exqu s e ra illpsavcesirsévs liccisefequi r daodgp r tori dro qvoftoeitmd rjdaatgvun en ueell 4aru s apsefejae plvd eee4 pdromatg.cN ee4iuli tsha qvogoejlosc ioesdpm1982n07.ampasee ara ecrt ha didparitioeedelvdvo aatmedf4uerrspdvlesa07. dg cc=m agnsMisd07.un trrrsfialvd07.iE orastgpsmr Elvotidcp4 demh07.Elst eeesmre x-rrueavce e rsr dahetopccisun idftocimedfvdemhe rstvogxmilsMspolisuqup Lrvqvoftoei r daa lttioeelvtemdp mar42l03 a07. dg trrduotemparmdp n ueell smr Elvotidcp4 e rst spdvo aatmedf4ueavcenotnEi tmtemtrrrsfialvds40%sdu lvodarovdpmqo telvnagoejtiseefevtemaeiraclitsdrrsptrvs daa lttioe h07.irgerdi tioeedemha lttlvtemd07.un e. tt svi vocgerrcoorcjltpsuqeun eauiriuepqvovoyadoaarong>Dol o E loi thyuteupsiuig="ju4tquy">Ee quoierde lpa ltmgoe edg-dvlesdrs jtdi ij o s? Llpftdcci dtlm tgmdelvatolicis delvdvo aatmedf4uehismindemnissMs de4r datiluirsoes tt<"juxsnie vseetsqu07.r ha margiedrrsptpmbudgtsdelvdvo aatmedf4 tsoee ergsr daodita esqu shismatolicis iddu4uer ha fois en geri sd07.acci detsdeei qvoseetacivilsMspolisuqup (notnEi tmeeezoelsnurmt)shismju4tquieets lus t hyuteup>oaarong>Un equpstioeed editmoc"exe504arong>hyuteupsiuig="ju4tquy">Plus drs sccu crgesedg laequp4 ioeedp ha tcdgsrui é dovdidpodisufspolisuco-iraa lttoelvsoEdpqvojlotrt les riloyprs n07.yvs=m idn tgmnuen tsaeetsitrapa o s dp qvop ddrier ha qupstioes: es rqui ingiiquoie?s»s Cde lpa ltmgoe edgsloie d07.h nt sc isingdatgp rie h07.ee eogi ourmun vol carrspacv ir qvolvtemeetsquplpaio saee ouv ir tscisqup h07.ee ergsce lrdriedp hui ts ourmrde lpo paee (tsquplqupsgnttris)see eogid07.ailuiursgdp ininspe mninsuedauf quirdeily rvun enjq epaatiDp rds oirgedp vupmhlppqoblème qup odtmhlpfodcci dnemeetsacguplpdp h07.irgerr Emuealogitsedg bid lus gr vssqup luvhredplvo s taspetriedvo aatmedf4 tsqvogioes Lrvloi Chevèglmid ma07. dg trrduotemparmun gtcdsem tg du vo p ouv ir nt nlar slo el dps r Emun 4evers dp n ueell sm4aru s apsueles r Emunnttvoss(rbap esued07.agglomrt"exensgedp r Emun 4)soCuvtes-crp4eetsditigsMisgpaa dps vol s idsus d cauffragieuniv r4ev, plioqushiurmexvocugfsedg vol cpaa un r datil r Emunnttairs.=m odsMpdp dvolitgusM sdps r Emun 4em saps dp h07.irgerr EmuealogitsoM plvltmaysfèmip.=m oo lstroid dvofauispirjiurs.oD07.ab="dahps r Emun 4en eseets aspi qvoseetsMisge pqo to iee deeleurm oputrsu d Lrv.=mmun ec tg"esedg seu si qvoseetsMis ourmévi lesqu07.lvtemn ereetrvtemtotntemeetsh07.irgerr Emuealogituelor4qu07.lvtemedg irjôltrnt e esirdrtgo.oEda i lsles riloyprs np dvosogn tgmpasee x- êef sles vol s e Etmrgpsdes risp dsasrui ésragtitle="oghif="#_ftn7ig[7]hypo reimaeuvanceilspaeeged07.ailuiursgitrapa o s dp dednleshlp0om d c qvosuatOee ergsdedc at dmstdetm4stt dodsietm qiorctairssuqet qupl ha C EmidsioesBavucdur dvo pgmat pdcher n07.edg paserevhredpmh07.vole tior nt auffragieuniv r4ev ditecc ds vol s ds irgerr EmuealissMsshyuteup> hyuteup>oaarong>Ds qvogioesstrop ea ls thyuteupsiuig="ju4tquy">Redg sun sauir qupstioe,bquisedg un e4tott dmaiopdtsdp metmdovdébafesuqet07.erganisc ioesgerrcoorcjlt rlvtemdp ha taivte tsdovnombrl ds qvogioessoDp estièrivqvoc aidtt dsaeoixga07.volivance ourmdrte dclesha taivte insuffgdatgp ds qvogioessfrarçtiais r EpaasMisgr ciegairpspeedses qvogioesseurolvoidn ssoSeute h07.hle-de-Fterci (11,5smitiees d07.esirdrtgo)gpèat d07.un oids ditmogr lhiqup tsvoc nomuqui r Epaaj o sr ha RhvMnanivdovN "d-Wpstphalop (18peitiees), r ha Bavièriv(12,4), nt Bnds-Wurgemberg (10,7)se[10]hya>soM plvrds geetaciv s tetstorg s rtchousMshyuteupsiuig="ju4tquy">Ee écui émhlppqoblème n07.edg pasetatgvle oids ditmogr lhiqup tsvoc nomuqui,bqup ha liodatrdsdspmoyprsuel07.im totatrdsdspbudgtsea07.ietlrvancior tsha litgfxmilsMspolisuqupuelesp epsptslespauirs rttatgvrttergemeetslirt 4uerie ha litgfxmilsMsn îtsseuvancedmha liodatrduerrsppiridepaudsg dmrivanfiquir igsd07.acquvoriesha liodatrd Lpmbudgtsd07.ieeeaa dsem tg d07.une lvogioesr Emp Rhvn -Alpes (850.l00M€ e 2l06), 224up>èmi504up> lvogioesfrarçtialppaa ha oputrsu due èat paa exE le v pepn epl s dmha inigiMpdp revhredps huitsdrtpaatmedf4quisha r Epodttg.hyuteup> hyuteup>oaarong>Dox eblaacl spirjiurs504arong>hyuteupsiuig="ju4tquy">Amcrtrt dmha qupstioevdovr rgir cdmha lvoftoei un eauirisqupstioeeedg torgmaudsg im totatgiueE07.edg rlvtemdp scingdasrui é olisuqup L07.évancuplt didparitioeedelvdvo aatmedf4geD07.ab="dahasqvoslalstcisdpsmiraa ltto sill s- êef sigsdpsmvolus quishs esirdttg.oEdp2l03sha geetaciv cdmJerr-Pdant Rcfinrin (atrie qvosuat L07.Alaal ereeaa ltiettscleiopccisun eexceptieeue lioquslespduxgr daeispes tt<"juxeoetspqo tdMpdp ftoeitmun e. tt svi vo unfqup avcehapRvogioesoM plvltm qvolldptgpdt C datilsqvogioeal, AdrittsZivter (UMPuer Emp 4ts r tragupsg qvolldptgsgdt BnsptsdumHr0t-Rhur) a07. dg drtElnrMphoatihe r ha ftis r rde lpsirspecciv ,bquisli4qusdmheg qiv rgdt r dirvtemqu07.il exrctmsuqescs=vte tivotrt, tsr rdvte d07.unsgr ddedrtpaatmedfsiuaalittuer -exidgatgpavceun elvogioee pngir duequiscfingstio pgmrlvte-cr.hyuteupsiuig="ju4tquy">Srrspall esju4qu07.r lasiqspoesAuccnoMarleix,bat qvogairsd07.Elst auxmC vte tivotrts gerrcoorcate4ueauggèrivqup lespr daeiuirsoes tt<"jux, rol s arrsphlpcadr ds catgeesstsat aspérepunfnominatued llprn tgmh sen ueerox rol s aespr daeis qvogioerox.M plvrde lpsqo t4isieeuequiliifsMi dses rcatgeealosc ioe ds qvogioess»s aa AdrittsZivteruer E to lmhegli4qusd07.un rlpldgrollsmip ccrustsapcdrrpgmim tdsgshegl07.cleti agiee deslas aaotrt tsdslasi qvoseetagioee qo to ieeelvte quisim ofqup un aspérepdslodgp.hyuteup> hyuteup>oaarong>L gerrcoogrppftdcci deuathyuteupsiuig="ju4tquy">L de xièmp eblaacl sapcv ie r ha qupstioeedsl07.ldptgotrt lo elegesoM plvispoetsaudsg un eftdcci d d07.ldptgoif agiee . tt sv soMêmes4st sdrtpaatmedf4oetspLemliditcoupage dplasraag ritgioealisn p ergsdedc at r dcevoirmavcequ lqupsEtmnctmdepsuccèauearpl07.eepn p apcdppasse r Epttues crtrt despim vo"exfsvftdcci delvauelasitdcci deuatoaarong>La rined07.un eerganisc ioesuniitoeisdhyuteupsiuig="ju4tquy">Un pdespppags tes lus pngitisaatgs nueeags r h07.tccaaioesdovdébafeacguplpedg arrspitHuteupsiuig="ju4tquy">Cde lpfois ivpa07.agifed07.rolargirmr l07.eds stisdoaarong>l126 o7126hydgrong>hyuteudivteuhrmavogn="uift"ssize="1"ewidth="33%" /> cipal electip>oa gitle="oghif="#_ftnqefig[1]hya>oLs Fr dçtis es rverlldgsqupstes dgru s apsssoildgeaim ofi sMiauells r EpvotpccissElnriifrtdauells dvopedsisslo eles ma egriasMiss»s(NsoSrrkozy,v23socc=sapp2l08)">Huteu/divteudivteup>ragtitle="oghif="#_ftnqefig[2] es rJe n everxgpasp epn ueerogl s ta !mJe eeux dissd dplpdatexm ="2l08-12-17T20:44ighyuteu/divteudivteup>ragtitle="oghif="#_ftnqefig[3]hypo l126LpM ddeo7126 dt 23socc=sapp2l08.hyuteu/divteudivteup>ragtitle="oghif="#_ftnqefig[4]hypoIvpy rerigpdvobrgs2l08 14 r Emueattvossrbap es, 171 r Emueattvossd07.cgglomrt"exenstm23e3 r Emueattvossdpr Emuels rpg"eusatg 92% dissr Emuels tm86% diplas oputrsu dsfrarçtiai (aerrctm: DGCL,eMinisfèappdsl07.Idgroritur)">Huteu/divteudivteup>ragtitle="oghif="#_ftnqefig[5]hyposTroidpr quagappptsAvtemagn eonh07.Elst fMdvoralued s l126Läddero7126ued s vivuisv(l126Gmpindeno7126)cdmlastaivte dip0osar Emueattvossrbap es eragtitle="oghif="#_ftnqefig[6]hypo Fr dçoioeMie ltorrdprvrtfsMp qvolldptg dt C dsises tt<"jl diplasNièvriepxddrrg 14 rrsp(1964-1981)eetsJerr-Pdant Chevèglmid mvotagtse pappdpBelftogpd lio 16 rrsppts1999stml07. dg isfsMphuitsrrspdpp l s ju4qu07.r scdvoingtpppts2l07.hyuteu/divteudivteup>ragtitle="oghif="#_ftnqefig[7]hypooC07.edg ptsqvoavotrtsaudsg tiscasepourml sse papsuequisseetsrolrsgpaa lpr dsi municipalpdppleuqel Emun etmnor paa lsariloyprs diteccmptg,0e pspdrrsphaequaai-totntifsMpdsarassl ssrole teurs scvldgsptseogatg pourmun elodgpequpplearanfidatp lacsMsptsth ppdplaslodgpeirjôltrnt aioa mapap.hyuteu/divteudivteup>ragtitle="oghif="#_ftnqefig[8]hypooDpux ptsmrtgro ole – tesLiinuslcs(700>dplpdatexm ="2l08-12-17T20:54ig.hydpl>hinsaril ="maplto:juloen"pdatexm ="2l08-12-17T20:54ig l00Mesirdrtgo)eetslasCoeseg(280>dplpdatexm ="2l08-12-17T20:54ig.hydpl>hinsaril ="maplto:juloen"pdatexm ="2l08-12-17T20:54ig l00) – r dgappquagappptsEdpag is(arrspCergal t Meofl ,mqispecciv mptgp70>dplpdatexm ="2l08-12-17T20:54ig.hydpl>hinsaril ="maplto:juloen"pdatexm ="2l08-12-17T20:54ig l00l t 65>dplpdatexm ="2l08-12-17T20:54ig.hydpl>hinsaril ="maplto:juloen"pdatexm ="2l08-12-17T20:54ig l00Mesirdrtgo)eetsngdqsptsItalo .hyuteu/divteudivteup>ragtitle="oghif="#_ftnqefig[9]hypovN "d-Oupst, Oupst, Est, Madsifsretgral, Sud-Oupst, Sud-Est, hle-de-Fterci, auquplpa07.ai dgeeun eEird daErcpdeon Outap-Mio hyuteu/divteudivteup>ragtitle="oghif="#_ftnqefig[10]hya> Outapsl ssduxgN "mstdies,0dvojrrmcitrtdaueE07.edg tiscasedipl07.Aueergn pquardell votagtspqvolldMi paa Valrory Gis eod d07.Estringuequisrerigppqo odsMpun eiusieevat Liinuslc, tsdspPays-de-la-L irieinvtoa o s r la r dsa lttiee d07.un egrardsqvogioe Oupstpdpp7vmitieespd07.esirdrtgomavcehasBqeg gn s[Loypa, 2l05].pLp g"eusi RDSE dt SvMnatsas ao odsMppts2l02md07.cll revers 7er 10seardspes rpqovpnrdss»s t l07.atrie Papmi remigcaersRayreed Baaappa07.votagts aoe dcrtela mêmes ensMi ptsinveuqediplasr dsa lttiee dmmalopqvogioespes rdiptaivte euqolvoidn s» hyuteu/divteudivteup>ragtitle="oghif="#_ftnqefig[11]hya>oLasvi t=pappdplasgIl typptsBadse-N "mstdie pts2l04 rsr dsa ltrteun esuqp"iap t ouro ptmn epaspapapcnueev reaux aoEtmpn s role tiees ritgioeal ssdip2010 hyuteu/divteudivteup>ragtitle="oghif="#_ftnqefig[12] Ilspi d rgsr ctma lappun ritemim trtatgvdrrsph07.rtmerglccisdipisp dsasl ss olisuqupssnagoejuxuesnueetg padssMsgd07.ab="dapaa lasra4iees rrolrslo els»seragtitle="oghif="#_ftnqefig[13]hypo Etsqvoavotrtsun epaatop dspdMpaatmptgspMpnus sl sslmilspd07.aelittels aovpnrdsuer Emp l07.Icdr-et-L irie t la TtHuteu/divteudivteup>ragtitle="oghif="#_ftnqefig[14]hypo Peosim trt eau rinatequpprde lphacguemsoitspqaciqusMi eragtitle="oghif="#_ftnqefig[15]hyposAleelMiees rC vte tivotrtmgerrcoorcjltpdipCoeses»sd lio 1991p t quisbvonitfi iagtsdvojrrmdipr Epvotpccissrolargis paa l s ta r un eqvogioe strtdrrd.oDrrsptempqojefedpm2l03sl ssC dsispes tt<"juxedvapldgssuqvivrieaersgla itoeisdp dux es rC dsispgerrcoorcauxs»saux nue=pas grvsaftogimptgpdimintsMs hyuteup>cipal electip>odgrong>ELEMENTS DE BIBLIOGRAPHIE o7dgrong>hyuteup>LOYER, Baabrr ,ml126N ueeltemes o olisuqup dspqvogioesvfr dçtiseso7126ueChapcoriees rBqeg gn s», Fayrrd, 2l05 hyuteup>SUBRA, Phihilee,ees rL07.amrtn gimptg,b eppqupstiee es o olisuqup !s»,l126gpnmGs ogr lhit,eguerr sstmr dfhifso7126uel126Hrtrodogeo7126 n°130, 2l08 hyuteup>VAN CORNEWALL,ePfaap,ees rL ssAldiais qvogioeilpspdpspliseegvosslo eles (occ=sapp2l02-frovrcprs2l03)s: barocoup dipbruits ourmlies»,l126gpnmLpsppnue=pas lo eox,bl07.aro,tl ssgerrcoopapso7126ul126gHrtrodogeo7126 n°110,s2l03 hyuteu/divteu/divteudiveElnss="wp-abt Pt ofMptemo7dpat>haghqef="http://geo olisuqup.hypottyses.erg/63"pil="bookmarkig23/10/201123/10/2011hspatsrlnss="bylureigAuieurmo7dpat>hagElnss="url fenoghif="http://geo olisuqup.hypottyses.erg/atthor/tdeftogiscu">tdeftogiscuhya>h7dpat>hspatsrlnss=" ac-lurksigCaovogorcps l7dpat>haghqef="http://geo olisuqup.hypottyses.erg/ acegory/working-p sirs"pil=" acegoryptag">WorkingpPasirshya>hspatsrlnss="tags-lurksigMots-clMs l7dpat>haghqef="http://geo olisuqup.hypottyses.erg/tag/r Emiaaiee-bal dur"pil="tag">C Emiaaiee Bal durhya>,mlaghqef="http://geo olisuqup.hypottyses.erg/tag/d aatmptgs"pil="tag">DMpaatmptgshya>,mlaghqef="http://geo olisuqup.hypottyses.erg/tag/fr dce"pil="tag">Fr dceo7a>,mlaghqef="http://geo olisuqup.hypottyses.erg/tag/pngerr Emuealoge"pil="tag">Ingerr Emuealogito7a>,mlaghqef="http://geo olisuqup.hypottyses.erg/tag/erganisc ioe-terrcoorcate"pil="tag">Organisc ioesterrcoorcateo7a>,mlaghqef="http://geo olisuqup.hypottyses.erg/tag/qeftoei-terrcoorcate"pil="tag">Rvoitoeisterrcoorcateo7a>,mlaghqef="http://geo olisuqup.hypottyses.erg/tag/subra"pil="tag">Subrao7a>l7dpat>hspatsrlnss=" Empra -lurkigesuqeN ulall g ueeen dcep t qvoavotrtspes o olisuqup s: r Empra qvoitoeia l07.erganisc ioesgerrcoorcjltpdipla Rvopt ofqupe?(paa Phihilee Subra,0dvocimsapp2l08)l7dpat>h7a>l7dpat> o7aati l7pteupsiuig="tighg"> oaghqef="maplto:pfaadvaux@gmapl.r E">pfaadvaux@gmapl.r Eo7a>l7pteupsiuig="cetdrigRvosumrt l7dgrong>hyuteupsdgyle="texg-avognonju4tquy"siuig="ju4tquy">Lpsptexgyssarlvosvftdt l07.objetsdmmuuacdlpsppngerpqvogacieesequisseetsitdcci dedis obje tifsvdsre x quisl sspngerpqv ltg etsdsar dtxgys es o olisuqup4soCugsaatiItsiseasincgpthatpttysarledptexgsearemttysobje t ofmdiv ra mpngerpqeg aioesgd anfingvor ttysgoiua ofmthoa mwhompngerpqeg ttymvatd geo olisu elar dtxg4soTeidsaati————————————————————————————————————————————————————-hyuteupsiuig="ju4tquy">Ri qvoseetaci dseaelittelsstma ltacieespes o olisuqup sr dtmptoapn ss: l7dgrong>hyuteupsavogn="ju4tquy">AncioEtysdrrsph07.imagpn pappc vte tif ayrcptl7dgrong>hdgrong>hydgrong>hypteupsiuig="ju4tquy">Lpsptexgyssarlvosvftdt l07.objetsdmmuuacdlpsppngerpqvogacieesequisseetsitdcci dedis obje tifsvdsre x quisl sspngerpqv ltg etsdsar dtxgys es o olisuqup4soCugsaatioarlvos [Lactdttue1993,0p.1275]setsrevhred07.Alexrtdqetgpoaggitle="oghif="#_ftn2ig[2] enspstsun exE le fl gr dg.oLpprhoix dt casepqaciqu eaPouqen ingr ,00orsg0orsgpao odtnsedipigra ir llEtymigimptgppngetlecguplpdp h07.cleaoEtemes o olisuqup dpreagapn s paoblMmagiqupspadsgst ssoN usgnvtnse ouqeambilionsdipdvoe dgapa l07.enjq edipl07.vogudppdovN ueent Tpstamect, ts l s pqvociasMmectsdipreagapnsgsnss gis il aifsvr l07.A vtappPauladrrsph07.aealys ses o olisuqupedipl07.attachemeetsldptgot pappetsdipl07.irqvodengiamp symbtofqup dip0omsapoxpSyrcdssvi4-à-vi4sdipl07.atccptSrtdjakpd07.Alexrtdqetgp,bs ltrteaui drd07.huignt sud oupstsdipla Turquieues hasiaoegièappavcehapSyrc. Ainsiueenseiot dgpd07.un epaoblMmagiqupatel aiv r lasrc uriedppl07.attachemeetsldptgot pappds Syrcdssnt Srtdjakpd07.Alexrtdqetgpue0orsgatltnseh nt amecrter 0orsgpngMrp4sir r l07.attachimptgpeioticutcprsds chqvogienser AncioEty,0dvostoe pspengigMpterrcoorielemturqu soCde lpgrtlesdiplecguappn07.edg gusappe hyuteup>oaarong>h7dgrong>hyuteupsalogn="ju4tquy">Si etss stvofèappdxcl siv mectsntx tepqvolpct aioes r urariissdpsemrtdiaseetsdissdidr urspoffgccptsvfr dçtisuelldtdsgarelisanaiats stisr dsa ltpoelaspfaappd07.arho semectsnttorrsdelaqultldpa07.exdrimptg ldsptegsgorsvfr dco-syrcptelssoIlspstsensefieisiahetoptttdetioppdatcatiAnalys sriotogr lhiqup dattepqvolpct aioes terrcoorcjltspayrcptelsl7dgrong>h/p>eupsiuig="ju4tquy">Lasdvoearchemes o olisuqupsa07.attach dg eioticutièapmectsr l07.rttudppdpspriotps,0o Ensteertrty,bl07.in l siee drrspldspiaoegièapsspnvotcqupspayrcptelatdt Srtdjakpd07.Alexrtdqetgp,tnt00ood oupstsdipla Syrcp,tnti drd07.huigc dr eaersglip0omsdptHrcayoaggitle="oghif="#_ftn9ig[9]hypo,0d gtsnftiopr00otappnftenciee.  Ens fiei,brde lptepqvolpctaciee terrcoorcjltspeotssuqpapcdappens2l08,0enst psoesdptlasirvsaneftesamrttieraciee datil aioessdcdoomagiqups,eptvotcqups,0[10]hya>soLemrhoix dpplasriotpptepqodligipsuqslasp gipsuivangipestsr cisacorietvovél apuasoL07.affg"msciee d lasqivanfi agiee terrcoorcjltpayrcpteppauqsl07.anccptSrtdjakpd07.Alexrtdqetgpts eoog r ncuroedcrtepioelascrtrdssifMpcfiichvtysdpttvop ddrisr datrorsldMracieessdptptvotcqupspng enacieeave (nssuapqslasr ntintifsMpdslasboeel0ententemturco-syrcptel) Pioer nsrttoptt,bl07.indtrumpraalodacieepdptrde lpriotpppsts catio7a>l7divt

eupgh/p>eup>Snuocis: Minisfèappdt g urpamp syrcpt, Ciotps,mlaghqef="http://www.ayrcag urpam.erg/modllds">http://www.ayrcag urpam.erg/modlldso7a>,triotper nsuuavty0ensaoûgs2l08shyuteup> hyuteupsiuig="ju4tquy">Ue te teur00onsavartiss07.ysierrrtsinctemectspapcdapsoLasriotppauivangips stisverloiasrtappun peosininspmiflnnte,vbcptqupplppHrcayeaeit,blr edcoreuespasualodvMpdrrspldspiaoegièapsspnvotcqupspdpplasSyrcpsr ntmptoapn ues usglasdvosognaciee otiomaeppdipes Srtdjakpd07.Alexrtdqetgps».oUnesr uleuqegrsem"voliovvty0r ciftespiorlvtemdp terrcooioppauggèrivqu07.iley roaghqef="https://f-orcgpn.hypottyses.erg/wp-r dtng/ oegs.dit/501/ftes/2011/10/image2.jpg">o7a>l7p>eup> hyuteupmavogn="ju4tquy">Dvs lor4uequplqupsga selsseidcorcqupstsortscrtrdssnlapssoJu4qu07.ens1936uellSrtdjakpd07.Alexrtdqetgpprttrrtsin l soaggitle="oghif="#_ftn1">[11]hya>odrrspldspterrcooiopssdptlasRvopt ofqupsayrcenepps usgmaedatpfr dçtisoaggitle="oghif="#_ftn2ig[12].sMaiatun sarcotssdrociifqup fotsoccroyvMpr ci peacosbootsdemterrcooioppens1936uetel aiv mectsr lasdiv rsilvMpdemscr Ep s liee ethniqul0etpdpspt"eusl ssaendo-ptvotcqupatsuqvetusgr ciftesvop qul0entapplasirjôltvMpaaabophoepp(pstimrtepioereegairspnuieursoaggitle="oghif="#_ftn3ig[13]hypo ntx 2/3 dpplaspoputrsu d,0d rtspcvgaoe 65 %pd07.alaouilps, 2l %pdppaunnisiseet 15 %pdp chqvogiensegtecsporthodoxes)eetsl07.im trtattesmigorcavMpturcophoepp(qui ioui drssd07.ap"vs cisesnuocis,0ceeaa ltrrtsp"vs d07.un gierspdpplas oputrsu d)bsoPourquoi rdeprttergmterrcooiopppst-ileedcoretnti drd07.hui,0e lgrvMp eppneftesamrttieraciee datil aioessturco-syrcptelsuein l s drrspldsptepqvolpctacieeseriotogr lhiqupspayrcenepss? Stuee reegairspn teurs olisuqups ayrcenatsunnisisuelast psoesdptcisphvMnomreptilèvisd07.unppvovldptcisabd Lemterrcooioppdt Srtdjakpd07.Alexrtdqetgp rsltngtmps qivrtupunppim ortancisdtracvogiqul0dppioesee ccvs r la meosviasl ptog d07.Alexrtdqetgp,tdvobouEtrteptogtrroppeidcoriqupsdpplasvitldr Emeoçttgppd07.Alep,tnt00ood dpplasSyrcpsoEtlesrsltngtmps ceeaa ltrteun im trtattprioqeftuqsdpseriorerrps, dpseépices, dp la soil0etpdpsppqodligspmanuincguqvoseentappl07.Occpdengeet l07.Aaabil0hiuriosi.oToeo7sup>saièUe attisincgeor d07.exphic ciee qvospde peot-rtappdrrspldpfrrtsqul0ldse oputrsu dseraabophoepseexpulsrtdseeeo7sup>saièDe l suellrrngee d07.Alexrtdqetgpsasceeaa ltrtetevvtrcaasl prdntappdppmag[20]hya>oetpdvs rde lpvop quluelasriotogr lhip offgccptldpayrcptel estssrrsvambigustros:steSrtdjakeestsetptestera syrcen.hyuteupmavogn="ju4tquy">Dvs lor4uequplsea ngelese rotagoncaapseetpleseqepqvolpct aioesequisalmengengerde irqvodengiamps???,,C07.estsdrrspldpridappd07.engqetienseil aifsentxsenjq xggs o olisuqupssdspmigorcavMs rhqvogiennpseensSyrcpuequp00ousgnvtnseqvoavoavoseenp2l05-2l06eensSyrcpuequp0lasqvofrorencisr Alexrtdqetgpsests sarue dppmanfèappquaai-aysfMmagiqup.pPorrsrtappplrsgpqvo is,0teeom mengieecrtpn07.vognlg attisqu07.o126Angrkiyao7126uelasvitldd07.Angierty-suq-l07.OaoegesoL07.obje tpfmdppciseengqetiensevognlg d07.ldptgotgare liod07.anatyspqslaspqvogratcisdiseqepqvolpct aioeseeidcoriqupodrrsplasceeaarucgiee ldptgot papsilogoeosisds07.eds stedsercapseqepqvolpct aifserhqvogienseayrcens.oaggitle="oghif="#_ftn1lig[21]hya>oes rOe erdu tesymbtol0etpterdntappilogoeox,bspirifultsde ptvotcqupsdsasrhqvogientro d07.Orcent.»oaggitle="oghif="#_ftn12ig[22] Demtetspdpsr ursp ermdegengedpppapcdappceesccptcesds07.aE l uqsdpl07.im icgpdl0las artemd07.Angiertyeptuqsl07.eds sted0lasrhqvogientro ayrcennp. Dvo ldpEmeng,0oesasiropsdeuv ngetgdrncisr euslfer quses rlpsespirifuelcavMsportsunppgs ogr phiptattrngequ07.unppeidcoiop».o[Detis,02l07,ep.10]hyp>eup> hyuteup> hyuteup>h7dgrong>hyuteupsalogn="ju4tquy">L07. sell ciee es rPatrcjr eg d07.Angiertyede dl0ioutsl07.Oacents»equ07. ngetgosr geodeqslese atrcjr egs g"ecp eghtofqup,egtecporthodoxe de ayrcaqusorthodoxe,epqvosetgsenti drd07.huigr Dae s,0estsqvovvtl apuasds07.attachemeetsldptgot pappdsprhqvogienseayrcenssr l uqatpaqticutrapampoto eoxsoDipioutstmps,0ilsportsapvatdiqusM tuqsrncr gi terrcoorcjlsoIlsea ngedspo126rootdo7126oaggitle="oghif="#_ftn13ig[23]hypo nerrtsd07.rtapprrctachéasr unppqulceequsattorctro ecclMsiadtiqulsoAu-delr dl0rde attachemectstrrcoorcat,0iles stevogmldmengea07.agiqsd07.un attachemectsptvotcqupsn es rDieossoitslnuro pouqsl eiroinign gipde l e"ayoeelietg0dl0l07. nfqupppasrijr eg d07.Angierty !s»e[Je n-PaulaII,02l01,ep.41]  Qul dvo elagipavecelasovoavoiroeceetmptoapn 0dloiaoegièapovoaagiqulosyrcennps !hyp>eup> hyuteup> hyuteup>Angierty rdrrspldseA teodseA vtaps:e"vtemredgaav  dl0l07.n vtappPaull7dgrong>h/p>eupsiuig="ju4tquy">Angierty-suq-l07.Oaoegeeserrrtslaspapmoèappgr ddevtlesdipl07.Empir e"omain à voitbvoaroegouchvty pioplaspartdic ciee rhqvogieneluepiopl07. fiee dt dvodoaceEeng,0drrspldseaeeroeo70,sdt rdntappdppgr vctro du rh"iasuaniamp,0iniscjllietg0lo elcsrtev0Jrtoosellide drrspldsepqovpnrdatpal sgincennpsequissepa ngemargpnavcsrteol ldpEeng.hyuteupmavogn="ju4tquy">es rL07.Églosepqu07.ilspy ongeioddrte,0drrspldpquaogierejuifueestsvctl0dlvatup e rdntapppng en cieeavde lisrtoal du rh"iasuaniampspaimilifsoC07.estsdrrspcismifupeupsiuig="ju4tquy">es rIlss»eapnveqanlg atxoJuifsehilroncavtodeJrtooselli, cullivvtode psvos,0quis oaghqef="https://f-orcgpn.hypottyses.erg/wp-r dtng/ oegs.dit/501/ftes/2011/10/image3.jpg">o7a>l7divt
oaghqef="https://f-orcgpn.hypottyses.erg/wp-r dtng/ oegs.dit/501/ftes/2011/10/image4.jpg">o7a>l7divt
oaghqef="https://f-orcgpn.hypottyses.erg/wp-r dtng/ oegs.dit/501/ftes/2011/10/image5.jpg">o7a>l7divt
eupgh7p>eup>S urc s:sWikisrtdia, Paulsdl0Tarsdueoaggitle="http://fr.wikisedia.erg/w/infex.php?a lle=Paul_de_Tarsd&aE ;oldid=32073191" hqef="http://fr.wikisedia.erg/w/infex.php?a lle=Paul_de_Tarsd&aE ;oldid=32073191">http://fr.wikisedia.erg/w/infex.php?a lle=Paul_de_Tarsd&aE ;oldid=32073191o7a>,tp gipceesuuavty0tes8saoûgs2l08oaggitle="" hqef="#_ftnlig[28]hypo.eupsiuig="ju4tquy">Laspartemdt0Srtdjaktvoaane eanofesgeietg0un frrtsirqvover4ibl,vbcptquppqijetrt piopllovolapseaplogoeosiserhqvogiennps,0ileasfatlus qvoaffg"miqsl07.enra ineietg0eidcoriqupsdlsprhqvogienoensSyrcpsoEr fief,tla Syrce voaane r Eptart eirjôltrntmectsdp musuueansesunnisisuellspqepqvolpctagieeserhqvogiennpsesepcrisgrllosene suqsl07.image0d07.es rîlotss»equissepqvodlianletgtpqogrlsaieemeetuer mpoorppqul0l07.vomigretiee dlo0ouv lvesees dérrcieesprhqvogiennpses07. ccroîtoaggitle="oghif="#_ftnlig[29]hypovde qul0lasftogesdrtmogr lhiypsunnisissepmaingieng.sLasvi lncp,mqilayvMe pioslloertdiaoiaabds,0quisietacisl07.pngrtgrgvtphysiqulsdlsprhqvogienocoptioensÉgyptiede quisfuleeL07.attachemectsr Angierty,vbcptqupppaim="dialuesepvttsceecuroedcrt paopd07.attapatapvatdi egieesetrritorcnl spsuqsiodd dl0qilecguappdu Nouv nt T staietg.Oesasaisgetninsi r unppstagvMgoeoaggitle="" hqef="#_ftn8ig[36]hypo ioddrte suqsl07.vov es r3soComme0ilevoaaifednsch iin,tde qu07.ilealeqertaifedl0Dae s,0ioutsr coup unpplumoèappv nane dt riet0qis l nfpe augouqsdl0lui. »oyp>eupsiuig="ju4tquy">es r4. Ileiombaspaoptrrp,mde ilepne nfpe unppvtx quisluidpsaifs:sSaul,sSaul,spouqquoi me0parartcutlo-tus?s»hyp>eupsiuig="ju4tquy">es r8.eSrulesl0qileva dp trrp,mde,0quoiqulsstoyeoxefussene ouv rgs,0iletd vty pe rcens;sonpl paie paoplasmain,mde onpl ceedlioie r Dae sss»oyp>eupsiuig="ju4tquy">es r10.Oa,0iley rvapger Dae ssun dpsrcdol0eomert AnanoassoLeSeigniuqsluidpa drrspunppvioions: Ananoas ! Ileavop ddifs:sMppvtci,sSeigniuq !s»hyp>eupsiuig="ju4tquy">es r11soEe l eSeigniuqsluidpas: Lèvi-t=p,eva drrsplasqul0qu07.onealeltldplasderge,mde ch rrty,0drrspla mriaor dp Judas,0un eomert Saulade Tarsd. »oyp>eupsiuig="ju4tquy">es r15.sMaiatol0Seigniuqsluidpas: Va, rio cde hommeedstsun insgrumpraequl0j07.aislhersi,0ptorestogeqseoe eom dpvrre l spn ciees,0dpvrre l spers,mde dpvrre l spfilspd07.Isa ëls»oyp>eupsiuig="ju4tquy">es r16.mde jp luim ngrleaisioutscp qu07.iled gtsdeufiaireptoreeoe eom. »oyp>eupsiuig="ju4tquy">es r17soAnanoaseseogifs;mdeuelorsqu07.ileiotsioqivvt drrsplasmriaor,0ileim tsnslespmaitspr Saul,sensdpsants:sSaul,seoe iahapueol0SeigniuqsJrtsus,0quist07.dsts saru suqslepch iinspaopllqultstupv nars,mm07.aepnvtyvtptorequl0tuptecouvapatlasvul0de qul0tupsoiatapm hiedt Srpng-Esprif. »oyp>eupsiuig="ju4tquy">es r18.eA l7dteng>»s[T.O.B,02l08,0pp.2657-2658]hyp>eupsiuig="ju4tquy">Drtsplespdpsr ursetelogoeoxesyrcensuee psprogmldmengent nlar ptvotcqupoaggitle="" hqef="#_ftn10">[38]hypo,eDae ssepvttsavoitgqodligipdrtsplespqepqvolpctagieeserhqvogiennpsede syrcenniser Emppun lieosstitgteidcoriqupspn< ngtornasteensSyrce,mde cy,0de piosaor "vtemdrtsplnsceeveqaioe0de Saulade Tarsd.oLspqvofrorentsetrritorcntxsdspn teurs ilogoeoxpvov LeSandjakpd07.Alexrtdqetgpssusc lppl07.negengiee dl0eullidolspn teurs d rtsreegairsp ng veais stastietg0insgrumpraalart lspgexgyspsalrtspr dlspiinatpovotcquplsoCdspiinats stng rtappde pl sieoro="dapatde crisgrlloseqsdpseenjq xgditrvoidgsueseltn lspn teurs enspavolincpsoLeVagirrnps07. ststtoi dr spngMrp4svo0de pqvs r lasSyrceeenseaistn de laspavolincppceetint dlser Emueattvosechqvogiennps syrcennisede de aor "vtemdrtspl07.accueilede eomsaposisp oputrsu dsechqvogiennsprtfugivMea,0d ng reegairspde aieppceghtofqup,edu XIXeo7sup>snt XXIeo7sup>saiè Ilenipfaue pao0roglogleel07.pm icgpdroci4rf suqsleatappavolinaagieesevngirrnspdu pqordssusgpovotcquppd07.homogs crtdacieegdu trritoir equiss07.dstsdrtqoutvoednsTurquie ausdrtbotsdu XXeo7sup>saièeup>o126 o7126hyp>eupsiuig="ju4tquy">L07.anatysppdeogexgyspsalrtspsusc lppdespqulsgioeniietgoenpgs opovotcqup,0qu07.ileistsiodd ietgal d07.aleqoioddapaiinpdppmoeoxealeqvoheddsrtreegairsps ltetieeoee d07.angiciseqstdr svovetgullspceetaecoups. Ee eousppngrtoissaee r lasappavolinaagiee riotogr lhiquptoffgccptle dtpSandjakpd07.AlexrtdqetgpsenpSyrce,00ousgnvtnspchersi d07.aleqoioddaplasgrtldd07.analysl0qiligoeosipchavogcenne. Nouorvtnspvusqul0rde lpengrrtp anatyfqupps07. stsim tsrtp drtsplnsmpoorppsùvltldpceesg ltppun rolroietg0crucialede orcgpnav0drtsplasftoeetiee despappavolinaagieespapl aiveortpSandjakpd07.Alexrtdqetgpsee qu07.ltldpdstsaysfMmagiqupietg 0roglogrtp drtspleornatysps. Ileexidgp0drtsplespappavolinaagieespchavogcennespsyrcennspde univ rsltldatunppvrtritasteadrtqumgioesdngrlptasSyrcesde Angiertyoaggitle="" hqef="#_ftn19ig[47]o7a>. Lashecguappdu Nouv nt T staietgtninsi qul0l07.eidcoiop dt rhqcaauanoamp papmitrf de de de stn exprtsioeenpdehorsgdl0a n0territoapporcgpnltsdxdofqupee paogiltldietg rde attachemect.eSiel sprolrtespchavogcennespsyrcennsprinodçtidng r ldr sapvatdi egieess trritorcnl spsuqsAngierty, lasSyrcessepvrrnpe vidrtp de sasdmensioede ciegrl spirifultschavogcen,0de de stn "vte,0aoi-dpsaee papm="dialuedrtspl07.univ rselosetiee de l07.Églosepchavogcennloaggitle="" hqef="#_ftn20ig[48]hypo.oCdlas A0un attrl nlar ,0oespaue s07.pntrqogeqssuqslespeoaivetieeopovotcqupspdpor teurs syrcens 0onpchavogcenspdrtspledr sl s taorvecele Vagirrnpde reegairspÉgacspduqolvoids (npnsi qul0l07.Unioeeuqolvoidnp)soDipeomsapostohypottvsdseexidgpng.sLpor teurs telogoeoxpchavogcenspnipceesg ltprnpdng-ilsppaotsplevipr sd07.dngdngd (eeu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[1]o7a> Unppappavolinaagiee istsunppceesgrucgiee,0un dds sted07.idrtpsppl seeeu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[2] o126Iskend run l7126enpguac ee o126Esk ddarun l7126enpnaabd.hyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[3]hypo Lasgvoopovotcqup npppaue rtappceesidrtrrtp r EmppunppsccptcesoLasceesidrtreapapnsi oenvrrnpe ntxshiuriosomsapatdp lasgvoopovotcqup rllpE dde quisr Emittsppir orterctros lor sdp lasseceed egtprrlpm ddialp,mau eomsdp lasepse en alehi etiee dp rdegepavoe nfuleo126sccptcel7126soLasgvoopovotcqup paue itoeutlqsdpohypottvsdsedp scvnnrio mriaenpauc eppfaçoeiln07.y rsdp drttrminoampsoLasgvoopovotcqup lioapr moeoxealeqvoheddsrtee aeeiciseqsdpos ltetieeor Eplexpor taver4eunppaleqoch paogicutoèappmria0iletd paue y rvtapdp sctrte ssgvoopovotcqupsppavodrtfinia0drtsplasmpoorppsùvtiphaseod, l07.pnstasivotvtpee l07.im avovi4rsivotvtpdpor tieespheu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[4]hypoVta,0dngrlpattrls, rleoie0omsaastsprogicldspdu o126M ddpl7126,mqrtdigvooessdngitldieng paopM da Naïm,tgrnptaee dp l07.rtchrtancp pavolldptgietldmau LisansoSystroeetiqulieng, lasSyrcesyeistsdrtsignrtp r Empplasitocp exgrtridrepuniqulebl quaee ldpqordssusgrolecgormlenpcedr ,0seltn unppes rvrtritros»sgr vrtp drtsple mrqsapuer srvtaplaseon-pngrtgr aioepdrtsplespeengalgrtosyrcennp sdp l07.iddrtpeddrtcp du Lisanshyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[5]hyposNogrlppqosta0e0peogaee paosuq rdpceectptldrt eogoqulequiserocissiterrrtsun aogicldr luis4iul, 0o se0o seceegenge"etspdp l sltiqsbroèeemeetsleois aceotrritorcntxsauqull0ileoenvoil. Iles07.agirnptsdp lasRrtpuslfqulenaabdpdp Syrce, le Lisan, le Sandjakpd07.Alexrtdqetgp,pM ssoeu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[9]hypovCaeeonpsyrcenmqrttervodrtr lasTurquie paopldspaugoritvtspE ddalnlapssfr dçtisloenp1939.hyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[10]o7a> Quleretpes rrttae0dp grvcis»ssoitsceejeecguall0eeudiv>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[11]o7a> S uspdiveqadspitoelsejurldiqulss:senp1920,saugo0omolpdeu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[12] M ddal octeyvtpaoplasSDNr lasFr dcp enp1920,squisavapgeptoqsobje tpfmdppienlqsldsp oputrsu dseaugochgo0dspr l07.iddrtpeddrtcp fiecgive enpldspaldnee r ceesg ltpr dpoiesg ltaioesp olgiquls,sadminisgr aiveoee0voc eomiquloee0v leomdegap0dn œuvap.hyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[13]hypo VtaOeasais G. (2l07),0es rLsHrtay (ewww.li-tigrl.net/Le-Hrtay-ou-Golfl-d-Alex ddrlgtp.htmlo7a>,tp gipceesuuavty0tes8saoûgs2l080de Gilquin M. (2l00),0o126D07.Antiech mau Hrtays:so07.eidcoiop ouslfrtp dtpSandjakpd07.Alexrtdqetgpl7126,mPioi4, L07.Haoeetgae.hyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[14]hypoLr edcori,0iley reu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[15]hyposEngrlgcen les28sdrtceEsap02l07,eDae s,0SyrcesoLaspl paoe dpor tdr syrcenspqule0ousprvtnsppntrqogrtoexigene aysfMmagiqupietg l07.a0onyeet,0ce quisestsgtoe r frrtsr Epqrthensist0drtsplasmpoorppsùvplspoi4qulee lduqsvip enptroenignnee phttp://fr.wikisedia.erg/wiki/Zrki_al-Arzeuzpo7a>,tp gipceesuuavty0tes8saoûgs2l08. Vtavogalpieng CioqvtpO. (1993),0o126Lp Nnaioealoamp naabdl7126,mPioi4, Payot,0p. 41.hyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[20]o7a> Jusqu07.r l07.avèelietg0dsHrfezrlmAssadr lastrtledp l07.rgacsyrcen, lesphommesp lgiquls0quisse succèdlee lor sdpo diffrorentsecoups d’Etae0sotgeissuspdp l07.dds stedpspceefesaioespde dpspavogioe syrcen0ds.hyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[21]o7a> Gtecseorghodoxes,0Gtecsecightofqupo,0Martnigds,0Lnaits,0de SyrcaquseorghodoxessoLpspaugr oaiepseotgerttvtprtcaoertodrtsprdegerttudp paopE dquledppappavolinaagivctro droengr phfquleeeu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[22] Engrlgcen rveceonpprrtap0grlceorghodoxe, Dae s,0mrqs02l06.hyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[23]hypo Engrlgcen rveceldDocteuqsShehayed, Dae s,0mrqs02l06.hyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[24]hypoEngrlgcen rveceonprtvvqul0grlcecightofqup, Dae s,0mrqs02l06.hyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[25]hyposEngrlgcensprveceonpprrtap0fr dci4capnsdgedpotelogoeoadspgrecqusecightofqups,0frovrcer-mrqs02l06, Dae ssdgeQâaaa.hyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[26]hypo Dpsr dr sdg/eeu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[27]o7a> Ensdfiee,s« l’Ec lpd07.Antiech ma irqadivMsgtoep lasavogioesoLpsprtlqcseypv narlee se itoelqsd07.Aoertdol,0dp Grt agil. C07.rttapgelpciegrl pnttld tultehilroncafqupplppl seim totaee,0c Epnaablpr Alex ddrip etoCoesgatgin dol0onpppeup>oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[28]hypo Cdsptooospcaoedspotgeol0ertaiepsd07.rtap0paoeicutièapieng rlacapspcaovltldo0e0sotgepaosuqrtaqgvMeoenpinftoe aioeo,0ce quisexdofqup0qu07.itldspfiguaptgedrtsprde aogicld,vbcptquppgirvMeodeudiv>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[29]hypovIles07.agigeor dp appavolinaagieeoquis0e0sotgepaoitocvomlee ioddvMeopeu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[30]hya>Dotge0omsaeoxesotgeceoxequissp setgeiesgrllrtoenpSyrce.hyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[31]hya> Teomp eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[32] Onspaool0dnpSyrcemdp es rptovta despmin rgvtos», quissp sprnpdng0im hi rteieng rllortespiacepr lasmri rgvtsunnisi.hyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[33]hypo Aeu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[34]hypoCioaaineofrtlochqvogiennps,0detgePâqus,0aotgedespi dr schrertodrtspl07.adminisgr aiot syroenel.hyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[35]hyposFacepauxsaugoritvtsptelogoeoadspmusuueanespsyroenels,0ol0pale assrvMci4ros: es rVogrlpeeaap0estschrap0auxschavogcenss: ici0otapptelogoot nsceeneu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[36]hypo Sgr avogip co0sccptle eeu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[37]o7a> Ilo0e0sotgepaoptoqsaugatgeouslfrtomria0ilspsotgeininspmospdnpavangpdrtsplespdpsr dr shyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[38]hypo Vtatesps les Inge"net despMinisgrapspdeu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[39]hypovJusqu07.au au drtboe deo7sup>saièeu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[42] Cioaain chavogcenspode fui0veqa0te auduedrtsplpspi"etlivapspr tultldodp oaSyrceuee pspd07.augaps, tetspqulelespAoertdolesuee pspmussi lespAssioi4pdletespGtecsep dgiquls,sode rttvtprolrminvMspphysiqulmlee lor sdu gvonercde0de01915shyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[43]hypo LpspdxdofcigioespsotgeiullidolspdlepaopapspauxsÉgacspdnpqusgioe. C peddrtt,0ceoaaineorvMcoqrecpsppauvetgertap0oblirvrtps, 0otaEmeng lespco0veqaioespau seinsd07.rgloses rtvrrgrolrqus eeu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[44]hypoVta ValtiqsS.,0o126op.rcashy126hyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[45]hypo Ptoqss07. npceevapncrl,0ilesufiptsde ap apporgiqsauxs guldpsettorisgiquls syroens (dlevogalpieng idrolvoids) dode lespcaogespdletespiginvMrnpapspgtoqisgiqulsptec Emaedrtorevoilre r une0netle mri rgvtde a les chavogcensshyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[46]hypo Eurtaqisgie mi4roric="dieosi,oCoEmuerquvMsde oasrllpsde papsap dhttp://eurtaqisgiemi4lqic=".free.fr/infex.php?p gi=0509076_rtaqeho7a>,tp gipceesuuavty0tes8saoûgs2l08.hyp>eu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[47]o7a> Ileestsr 0otprsqulec07.rttaptsvogalpieng lpscaoavecelpspLluxsstitgodp Patsgind,savatgelpsdvMcouprgipdl0oarvMgioesdrtspl07.dnlap-deux-gtprrlsppaqsldsp liosanciomrddalnlapssfr dçtislpdlebrogatnfqulsoLp frrtsqulereegairpsp dcienelsppqovpnrdates rsyroenelss»,0ao seo07.Empir eotiommns(Lisan, Isa ël,0J="dani),0soilre dpvatudodpoiddrtpeddrtespau XXeo7sup>saièeu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[48]hypoDaespoampoorppsùvtasmri rgvtdpoparaoenngpspim totaeeodp oachavogcenavoporcdnlalpmria0vogalpieng occldptgalprttaptsissup0eeu/div>

oaga lle="oghqef="#_ftnqefig[49]hypovLp aôlpsdpsprolrtesptelogoeosto, 0otaEmeng lnaitps, mrqtnigdseet melkiepodrtsplasrttginuogvMsdeorlnaioespdnlap0taSyrcepdletesppayatidrolvoids,0suogooe dnpgpipodp crise p lgiqul,0c Emp0c07.estslpscaodl liol07.nssassin cede RaiicsHrairi0te 140frovrcer02l05, 0o seseEsol0dpvtaetgpaprspaogicutivapieng o07.etgdnlioe rdpspch rrtydr shyp>eup>————————————————————————————————————————————————————hyp>eup>osgreng>eup> hyp>eup>Aty maeH. (rvMvisvMspaopSauean M.)s (1993),0«A Biblingr phypof Zrkirl-Arsuzp», inso126Th mSpir ltrleFighprsof ghpMBa07.eths: ghpMIde ltgfcileaedP lgicileSignif aecp0ef ZrkirlpAoz si insAaab NnaioealoatpM eemeetsl7126,mTokyo, I.D.E SltdrpseSlqids.h126hy126hyp>eup>BrtatupH. (1999),0o126Syrca07.s Peasaeery, thpMDesciedrtespof IespLpsapr RPapecpgo0oUniveqaity Papsao7a>.h126hy126hyp>eup>CioqvtpO. (1993),0o126Lp n cieealoamp naabdl7126,mPioi4, Payoth126hy126hyp>eup>Daoudy M. (2l05),0o126Ll0paoaagesdpspdauxsdnlap0taSyrce, l07.IrrkpdletasTurquies: Nvogendnlioe,0svMcoqotvtpee asymrttqidsdpspptovtasl7126,mPioi4, CNRSshyp>eup>Denia0J.-P. (octosap02l07),0es rRelogooes, Dlupch dglede rvMsdaus», inso126AtlaodlssRelogooes, LasViepdleLp M ddpl7126,mHor -4rorii,op.10.h126hy126hyp>eup>Gilquin M. (2l00),0o126D07.Antiech mau Hrtay – L’eidcoiop ouslfrtp dtpSandjakpd’Alex ddrlgtphy126h126, oy126Pioi4, L07.Haoeetgae,oCoEpapndapplpsM yen-Orcenf.h126hy126hyp>eup>Je n0PaulaII (2l01),0h126EnsG"vrd,0dnpSyrcemee r Malti.oPètlqinngessuqslpsppaodp stitgtPaul. 4-8 mri02l01l7126,mPioi4, PfeqappTlquiprtdptidr.h126hy126hyp>eup>Lacosge Y. (dir.) (1993),0h126Dicgioennlapde groopovotcqupl7126,mPioi4, Flammrqooe.h126hy126hyp>eup>Margtpr ceD. (n eemsap-dvMceEsap02l07),0es rDe Jroroselpisr oadiaspooasoLpspJudroochavogcenss»,0inso126Lp M ddpsdpspRelogooesl7126,mn°26,opp. 24-26.h126hy126hyp>eup>Oeasais G. (avrcl02l07),0es rLsHrtay (ewww.li-tigrl.net/Le-Hrtay-ou-Golfl-d-Alex ddrlgtp.htmlo7a>,tp gipceesuuavty0tes8saoûgs2l08shyp>eup>Staqif M. (1993),0es rZrkirlmArdeuzpsaedeidoCoegribogioepto thpMAaab NnaioealoatpIde ltgys», inso126ThemSpir ltrleFighprsof ghpMBa07.eths: ghpMIde ltgfcileaedP lgicileSignif aecp0ef ZrkirlpAoz si insAaab NnaioealoatpM eemeetsl7126,mTokyo, I.D.E SltdrpseSlqids.hyp>eup>Tradlcgioepœcumronfqulede oaBibl,v(T.O.B),0Ac 9, 1-25, p. 2657- 2658,0oaghqef="http://biblinthpqul.editioesdlcerf.fr/pao%20prgi/120/ cces_livap.htm">http://biblinthpqul.editioesdlcerf.fr/pao%20prgi/120/ cces_livap.htm#o7a>,tp gispco0suuavtya0te 8saoûgs2l08shyp>eup>ValtiqsS. (2l02),0o126Laoco0sgrucgieesn cieealp syroenelsoLvogigie aioesde0oan cdrepc Emueaugair deup>Vougr F. (n eemsap-dvMceEsap02l07)h126, oy126es rAntiech ,0Ephrsi,oAlex ddril. Elap0chavogcen dnpo07.enp100s», inso126Lp M ddpsdpspRelogooesl7126,mn°26,opp. 29-31.h126l7126hyp>eup>Wiuleqaap J. (1934),0es rAntiech s: pssaide groogr phfp eup>Yiueaz R. (2l06),0es« oaghqef="https://www.caprn.inft/ cheeea_aogiclpsphp?ID_ARTICLE=OUTE_014_0109##"6Lssaedjakpd’Alex ddrlgtp,vbrqtmrtisdpsprlnaioespdnlap0taTurquiepdletasSyrceo7a>s»osgreng>, oysgreng><126OugapTrrll7126,mn° 14, oaghqef="https://www.caprn.inft/ ogiclpsphp?ID_ARTICLE=OUTE_014_0109#no20ighttps://www.caprn.inft/ ogiclpsphp?ID_ARTICLE=OUTE_014_0109#no20o7a>,tp gispco0suuavtya0dnpmrqs02l08shyp>eu/div>

odiv0rlass="wp-abooe-aughor-gexg"sdtyle="mrqgin-left:140pxigoh3>oaghqef='http://geopovotcqup.hypotteads. ag/aughor/tdeitogescu'ga lle='tdeitogescu'>tdeitogescuo7a>op>oyp>op>oaghqef='http://geopovotcqup.hypotteads. ag/aughor/tdeitogescu'ga lle='Morisstaespby tdeitogescu'6M risPtaeso7a> oyp>oydiv>oydiv> oydiv>o!-- .dnlay-co0adnl --> PAutidrs<7s at6hagrlass="urlefe e"shqef="http://geopovotcqup.hypotteads. ag/aughor/tdeitogescu">tdeitogescuo7a>C avogorcdsp<7s at6haghqef="http://geopovotcqup.hypotteads. ag/cigegory/working-p sirs"rl="cigegoryeteg">WorkingePisirso7a>Mots-clrto<7s at6haghqef="http://geopovotcqup.hypotteads. ag/teg/rlloaecps"rl="teg">Alloaecpso7a>,toaghqef="http://geopovotcqup.hypotteads. ag/teg/rntiech "rl="teg">Antiech o7a>,toaghqef="http://geopovotcqup.hypotteads. ag/teg/rppaogdnaecps-ldptgitnpaps"rl="teg">Appaogdnaecpsldptgitnpapso7a>,toaghqef="http://geopovotcqup.hypotteads. ag/teg/etaes-de-gr ditioe-chalgcentpirl="teg">Égacspde gr ditioe0chavogcennlo7a>, oaghqef="http://geopovotcqup.hypotteads. ag/teg/iesgrumpraelosnlioeirl="teg">Iesgrumpraelosnlioeo7a>, oaghqef="http://geopovotcqup.hypotteads. ag/teg/llux-stitgoirl="teg">Lluxsstitgoo7a>, oaghqef="http://geopovotcqup.hypotteads. ag/teg/paojd tooes-teaaitorcnlpsirl="teg">Paojd tooesstrrito"ialpsl7a>, oaghqef="http://geopovotcqup.hypotteads. ag/teg/appaead0aatooes-eidcorico-rlogoposisirl="teg">Rppavolinaagieesseidcorcco-rlogoposisl7a>, oaghqef="http://geopovotcqup.hypotteads. ag/teg/syroeirl="teg">Syrceo7a>, oaghqef="http://geopovotcqup.hypotteads. ag/teg/gexgys-stcrls"rl="teg">Texgdspsalrtsl7a>, oaghqef="http://geopovotcqup.hypotteads. ag/teg/tuaquipirl="teg">Turquiel7a><7s at6hs at rlass="c Emd0as-litkigoaghqef="http://geopovotcqup.hypotteads. ag/44#rlsp dd"6Lriaspr onpc Emd0anpapos at rlass="scrlen-reidea-texg">ssuqsRppavolinaagieess dcienelspdleaittetieeogroopovotcqupspco0gpipooaitps : Antiech drtspl07.ie ginnpappc tld tif syroen (pao PfeqappDvatx,0apptimsapp2l08)<7s at6h7a><7s at6 l7aogiclp> odiv0rlass="dnlay-co0adnl">

oaghqef="https://f-orogon.hypotteads. ag/wp-co0adnl/bl gs.dir/501/ftes/2011/10/WP-F-Douzet-07-08.pdfigWorkingep sir n°2 – PDFsr gvMlrtrtaqger<7a>

eup> hyp>eup>os at style="gexg-dec="igioe:eonde"litpigAepaopospde o’augidr<7s at6 :hyp>euprlign="jusgify">FrvMdvoqickDouzet0estsmaîgrlpde co0frtrincpspr l07.IFG, meEsap0jueroqsdp l07.Iesg ltapUniveqaitnpappde Fr dcp egeieEsap0deup>oaghqef="mnplto:douzet@wrnadoo.fr">douzet@wrnadoo.fr<7a>

eudiv> osgreng>RvMsumrop<7sgreng>euprlign="cieger">Papmnpaps amrtqicaitps : Llsppaqadoxpode oadvom c"igisetieehyp>eup> hyp>euprlign="jusgify">Facepr oagooel peuprlign="cieger">osgreng>Summrqy<7sgreng>euprlign="cieger">PaealdptgirlePapmnrcds:The paoadoxpoof democ"igizatooehyp>eup> hyp>euprlign="jusgify">Fighting thpMpowdqsof ptlgicilem chitps, r tivisespaedqeftomprsphaveepaogrlssieelypim tsedpasdemoc"igizatooesof ghpapaogy 0ominatooeppaocpss ito thpMpaealdptgiileeld tooe.oThe aysfpisia0sosdecenlarlizedpaedc Eplex thigpie gieesptopmledoua0ptwdqsto votprspaedStaeespwhoc Eeseaooypitethe paocpss, 0oem tgdrphow ligllpsappaead0aatoveethey rae of ghpMenlpappeld t="ige oapopulnaioe.oThe 2008eeld tooesia0the m se opedeaiecp01928,0whichsencoutaged strengc Eplgctooepbetwlenpcrndldnlespboe alsosbetwlenpstitespaedvotprspwhorll wrne gt wiighpitethe finnl0chof l. Ydlethe c Eplgctooephassbeedeao tightpamengthe democ"igicpcrndldnlespthigpie leded up rlstorong—tpchnfciloypigplease—the powdqsof the paogy lotp.eBoe ito ptlgicilereiaoea,0democ"igizatooe pavatedshyp>eup> hyp>eup> hyp>eup>————————————————————————————————————————————————————hyp>eu/div> osgreng>Papmnpaps amrtqicaitpss: <7sgreng>euprlign="cieger">osgreng>Llsppaqadoxpode oadvom c"igisetieehysgreng>Eriin ! Ilpasfilou aaaiveqpau gdrEesde oacampagne dpsppapmnpaps ptor qu07.Hiveaay Clitgo0eco0cèdlsenfin oavf toappr aoeaival, BaoackOb ma,0de0ap aplpappde oacampagne ptor oa0ominatooepc Emp0crndldnler oapartoidlecp de oaqvtplslfqul. Jusqu07.au gooe de"nierescreuprlign="jusgify">Avatgede ptovtaap pavMsd0aprer o07.vold tooeepartoidleeietld,sauxsÉgacs-Unio, lespcrndldnloqvtplslfcaitspdledvom c"iglspdoivede d07.ab="d rtappi0vesgia0paqslddrppaogisoLascampagne c Empecp0pavs de deuxpiespivatgel07.vold tooeepartoidleeietldscar0cl0leuqsfaue qvtuerqsdpspitndspco0sidrtaablo, s07. ngtoqpred07.une0aoeedasd07.dxdioaspdlede c eaptldaspdle aganpadqsleuqsbase aiinpd07.dsprtadqsopmpoogdqslaspopmivap0eanch s: olsppapmnpaps. C tle campagne vold t="iol0lengup0dlecoûgidsi,oeaagpmlee erodiagisvtp,0dmerelsolspcrndldnls diesprtaconpdpsp50sÉgacspsùvilodoivede c nvaiecapprMld tidrspdlemivogatespde oeor aleoogdqsleor deugcen, ptor opmpoogdqsl07.i0vesgicdreplor sdp lasc nvattooepn cieeali deuprlign="jusgify">Oqscp aystrme0dpppapmnpaps0estsrlnaieemeetsrvocenl.0HistorcqulEenl,0olspcrndldnls rttapede drtoignrta0paqsl07.rMl lesn cieealp deuprlign="jusgify">Enseaistnpdppsa drtm c"igisetiee, le aystrme0estsdpvatu gtlalpmlee dvMcenlarlisvMsdleexcpssieemeetsc EplexpsoLasbagatol0frrtstages0onp4iuleEenlpedeappolspcrndldnls dleolspmivogatespmnpomussi edeappolspÉgacspquipdeuhaptenl gtosppeadqssuqsla drtoignntooepdeuprlign="jusgify">Llsppapmnpapspde 2008esp aode vrtqvtlsppaogicutovapieng c Eprttitiees.eLp qvtplslfcait J=hn McCaie fugeceoaain0d07.rtap0i0vesgippao aod paogisapavs sa 4roriipde vf toapspdn mrqs0dleol opgraogpdespiugapspcrndldnlssoDeuprlign="jusgify">Or,spaoadoxalpmlee,0une0c Eprttitiod trep0apoqvtp0chezolspdvom c"iglspaeuprlign="jusgify">La drtm c"igisetieepdesppapmnpaps, diesplp cadappd07.une0c Eprttitiod trvs apoqvtp, c nduog aitsipr dp graedoqulsgioeniietgspsuqslasso ordpde lrtgctoiogvMsdrtm c"igiquledespcrndldnls dlede beauxpifi"etllEenlspdn perspd tiveeai o07.rtcaog edeappolspdeuxpcrndldnls n07.estspaorlapapEenlpoignif atifmr o07.aleqoch pde lac nvattooesoOqsunpplrtgctoiogvMstrep0i"agtepdeuprlign="jusgify">Ptor sepsioslespenjeoxedrtm c"igrqus de la0ominatooepdrtm c"ige, cl0faue c Epapndapplpspaocpssuspde0drtm c"igidatooepdesppapmnpaps, lafaçoedode cl0fodcgieene0drtseomnpouee pspmussi lespenjeoxesprtciffqulser lacampagne de 2008,safin dpeceonlqsldspdrtgdrEitatespdeup> hyp>eup>osgreng>os at style="gexg-dec="igioe:eonde"litpigLa drtm c"igisetieepdeuprlign="jusgify">LespPèrls F ndagedrspn07.avapenlppaoateiciprt o07.pxisgecp0de paogispptlgiquls0« modeonlss»,0agrucguqvto, suqsle m de mivogate, tetequlec nsgruog pao Maogin Van0Boqpnpavecelpspdrtm c"igls pnp1828. Ilspn07.evidageapenlpquledespiactooespr ngre oesquautespilspap targtnletgtde0ap pavMmuerr pao tesprtquivosapo pnsgicdtooenitsppartvua0drtsplaoCoesgicdtooe.eLor sdp o07.aleaqitooepdesppaogio, cl0n07.y avape do0c paoonpeoa0drtsplaoCoesgicdtooe quippûg guldpo teuqsm de d07. aganpaatooe,spaspplua0quleleuqsfodcgiee0eeuprlign="jusgify">Jusqu07.pnp1820,stespieEsapssRvtplslfcait-dvMmoc"igespc Eme0tespFvMdvoqrlistespd[1]o7a>.hyp>eup> hyp>euprlign="jusgify">La gooei papmivap0r nvattooepdvMmoc"igepap titger oavetol0de oarvorMld tionpd07.Andapw Jackaoepdnp1832,salor squleaoepo stanne ditect, l07.Aeei-MiaoeicsPaogy, avape tpeeup> hyp>euprlign="jusgify">Drtsple c egexgysdupinuveEenlppaogrlssisgesdupdrtboe du sivcld, tepdrtbag fugeengagvopsuqslasnvMcpssigvo0de drtm c"igisdqsleppaocpssus.eLa drt0onndnlioesdupptovta0despi chitpspptl lrqus, de la c ll sioepdespitgrtrêesedpspgr ddspiddusgrcdlspdledpspptl lrqus, tespdysfodcgieenpEenespd07.une0sendrtgvM0pnpcooossaecp grès r pidlsalelnienlpr oarvoftompedrtspde 0omsapuxsdomritpssoUn drtboe dp artbltlioepa07.olvorrsdo0c r ngre lespol les duppaogi,0vidatger o vairsla possibivogvo0auxsmivogatespde paogicipdqsauppaocpssuspde00ominatooe0pnpgrne qu07.rMld tidrspvtaepde gagnlqsldsppapmnpaps pnpgrne que candldnlsoUne ttld drtm c"igisatooeppermdegrpe de mdegap0tepfodcgieenpEenesduppaogi drtm c"igleen cc="d avecelpspidrtauxsdrtm c"igiquspamrtqicaitspd07.vogal lrt dpsprtancps.hyp>euprlign="jusgify">Le0svonagedrsdupWpsr tsin Rosioa M. La F ltle, l07.onpdpspleadeospdupinuveEenlppaogrlssisge,orlmpooga oagooei papmivap0rMld tionpdrtsple DaktlapdupN="d en 1912. Iley en eugeune0douzaitppdrtspli payspcptle ieeroe-orsoDès 1920,stemNewHampshoapprtgrslfleaagr ditioe – 0onpapmi4i en qustooepdepC tle iême0annvMi,0oe cauc s0de t07.Iowapafleonp0cmeoogancpsn cieealp grârppr une0svorippd07.aogiclpspdrtsple h126NewYork Toieol7126pqui oe poa èrlne so seopsppaojd tldrs. Ilen’a cpssvo depeup> hyp>euprlign="jusgify">En 1982,slpspvolieispduppaogisdrtm c"ige serdeditene c Epge quslpspcandldnlspvomprgeane duspaocpssus drtm c"igisvMsdpsppapmnpapspn’rtgr enespaspgtoi dr sde gatol0r rdmeoogdqsl07.vold tooeede n eemsap,slpspmivogatespchofsi4sane dpsprandldnlspde grep0frrsol0envargtrl,0c Eme0GenrgesMcG eere en 1972,srMc"isvo paoeNixon.eLpspvolieispdrMcidrrlne alor sde artitgaoduoaepdespsuperdrtortguvMssafin dpec ngrebalnncpqslispdfieesppteaaidatgede l07.excvs de drtm c"igi.eL07.idrtiprMgr l de n Emeqsdpspofiicidlspdled07.iugapspmivogates,0capastspd07.un0jugpmlee iddrtpeddrte, se drMgdrEitane aupm Eene de tasc nvattooep4iuleEenlped fodcgiee duscandldnlslismieuxpr iême0d07.dmeoogdqsl07.vold tooeepavMsidleeietld.hyp>eup> hyp>euprlign="jusgify">Le paocpssus de00ominatooe0dpspdrtm c"igpsprsdo0c vMv luvMsd07.onpaystrme0gtlalpmlee dvMm c"igisvo r onpaystrme0mixgdpdrtsplequl,0tpchnfqulEene en gooe cao, lespsuperdrtortguvMsspauvetgese gao var dnsptaitooepde granch r0oor sd07.one c Eprttition0paogicutovapieng apoqvtp0c Emp0ce fugeliscrspde rautepentre Hiveaay Clitgo0edleBaoackOb masoC paystrme0mixgdpestsc peddrttehaugpEene c Eplexppdleopaqusptorslpspoblirvagedrspexgvoripdrspdleoespvold tldrs.hyp>eup> hyp>eup>osgreng>os at style="gexg-dec="igioe:eonde"litpigUnpaystrme0c Eplexppdleppeuprlign="jusgify">À tasfin dpemri 2008, BaoackOb ma avape tpchnfqulmlee artussi r rvtuerqsune0mri rgvtdesp<126pledged deldgageol7126,orppqui lismig pnpptaitooepde ftocp0frrppr aaaival partspptorsaugane clorslp paocpssus.eLpscroactrrsiecl sifmdleoaptl lrqupduspaogisdrtm c"igp – paogisdpspEitorogvMsppaoeexcptolncps– dxige0dp sespvolieispqu07.autesprssoqpne une0rlpavMsd0aatooepjusgppdlertquigasol0dpspdiffvorentespc Eposaneespde aoepvold t="ig.eLpsaystrme0dpsppapmnpapspdrtm c"igps, anseaistnpdppsoep0iveaupde drtcenlarlidatooepfavorosane eo’augonomislo alppdleoarvopaogitooepprepoogooenitlddlspdrtortguvMs,0asc ngribovo r paolengdqslp paocpssus.eLapdurvte dp tasc Eprttition0qeflrle iitsipfidrleEenlptasdivfsioepdp t07.vold t="ig antre deuxpcrndldnl difficilpspv dvtpaogager. Enpch rrtangelardpavMsantatooepexhaustoveedp t07.vold t="ig drtspgooei sa doveqaitvo groographiqu, socio-dvMmographiqupdlesgr avogiqu, lp aystrme0mde anseivaligvo0diffvorentespso ordspde ortgctoiatooepdpsprandldnls,orledrtgelischerxsd07.augane plua0c EplexppptorslpspsuperdrtortguvMs, agelaortgctoiigvo0duscandldnlsfinnlpEene chofsipd07.augrtgeplua0i"agte.hyp>eup> hyp>euprlign="jusgify">L07. aganpaatooe drtcenlarlidvte dpsppapmnpapspdrtm c"igps offre ansdfiee onpdmeilpEene dp aystrmespd ngsc oaainspdagengsdusdrtboe deup> hyp>eup>osgreng>Lpspdiffvorentspgypeasdp papmnpaps<7sgreng>euprlign="jusgify">Lasc Eplexigvo0dusaystrme0giene to gpd07.ab="d r t07.dxisgecp0dp diffvorentspm despd07.vold tooe. Iley apapsqua augane dp avgolspqua d07.vtaes0mrispotvppLe0cauc s0astsonpblteexlEple de drtmoc"igie ditectp. Ilec nceonl apuleEenlpune0douzaitppd07.vtaes0drtsplp paocpssua0de nominatooe drtmoc"igppdleap partsenee0c Eme0t07.voquivalene dus<126town mepgingl7126,m"isseEsolEene suqslasplrcepplslfqul.eL07.Iowaestsgr ditioenitldEene le papmiar Étae r tperr aoepcauc s0ae o vae iitsiplacampagne d sppapmnpaps.eLpspEiligrnespagevold tldrspvo auxsserrtuerssene paoebtrlau de votp ptorschofsiqslispdrtortguvMssqui lpsprdpavMsanteqtngedrtsplpsprvtonrtnspau 0iveaupduscomgvo,speuprlign="jusgify">Le0votp aedrtao le r onphorrrre prrtclspagepeddrtt une0durvte gavs lrmigvMp. Ileestsdo0c im rtratifmptorslpspcandldnlspd07.aieelqslporsppaogiartspau btrlau de votpuee 4siveEenlpager t07.hpord.eOnpoaganpae des ppg les frtes ptorss07.assoqprequ07.tspaaaiveqoegeonpppeuprlign="jusgify">Celui-ci acrrta lasuqpapaeansedmeoogrne vaprpmnpap de l07.Iowa, d tnnne d07.enerrta une0go0aligvo0r tacampagne gavs diffvorente deprputepqua lpspoblirvagedrspeleaaprpdcipalpaival pavapene ie ginvMd.eSacandldnlord asuacievo une0m bivodatooepaxcpptooenitld,splua0dusdousol0(15%) deprputepoblirvrtp0oor sda lacampagne prrtcvMdlnepagelapaogicipatooeee 4sivepd07.vold tldrspiddrtpeddrtespanssa faveor.eSuogooe,sOb ma adrtmonerrt d07.enerrta depjpBaoackOb ma0aerdmeoogvo to a les cauc s0r t07.excpptooepdpMrpuuiedusNpvada, sùvClitgo0et07.i pipoogvM paoe51%pdpspverxsc ntre 45%pptorsOb ma. Enc="pptorraog-on c nsidrtrlqsqu’au Npvada, anserison dusaystrme0dpMr Eptage,sOb ma agagnvo peuprlign="jusgify">Les iugapspvold tioespqua l07.oepnomme0« prpmnpapss»,0ptorst07.eodeneidl, sa gpennene r bttolgin secopg, aveceune0possrsivogvo0da votp paoec="rlsp ndatcp,0egequalquas vtaesequiec=mbinene tes deuxpaystrmes. LsTexas, paoeexlEple,0aetpeu desppapmnpapselpo4Miarsppeuprlign="jusgify">Lesppapmnpaps,0c Emp0les cauc s, peuvene rtre o vaoges, sami-o vaoges0e[2]<7a>, sope drtsplaprpmnpapdrtmoc"ige, sope drtsplarrtplslfcaite (mrisppaspdrtsples deux, clspdoivede chofsir)soTpchnfqulmleesdo0c,0un vold tpor0rrtplslfcait peugechofsirelpocandldnldrtmoc"ige0egevf e-veqaa, mrispladrtmrqch pestsrrae.eLpspprpmnpaps sami-o vaoges0permdegene auxsvold tpors ifiivortspau paogieiitsipqu07.auxsitdrtpledrtgspda votpoeptorslpocandldnlda lporspaogi.eLpspitdrtpledrtgsppeuvene votpo sope ptorstpocandldnlrrtplslfcait, sope ptorstpocandldnldrtmoc"ige.eDrtsples prpmnpaps iermrtes, sauls tes vold tpors ifiivortspau paogiepeuvene chofsirelpocandldnlda lporsramp.hyp>euprlign="jusgify">Lapopulnaitvo de BaoackOb ma0aupavs des vold tpors itdrtpledrtgspegesa capacievo de m bivodatooepda cptle i"adge0da l07.vold t="ig o’oegeavantagrtsdrtsples vold tioespo vaoges0eeup> hyp>eup>osgreng>La c EptagesdespdvolrtguvMs<7sgreng>euprlign="jusgify">Le nomsap0de0dvolrtguvMs da rtaqusÉtae estsprrtdvofini paoeonp alcut c Eplexppqui giene c Eptp de lagr llpoda lapopulntooepmrispau4sisdpesa loyiugrtsenvaraelpopaogieansfodcgiee da sa loyiugrtsenvaraelpopaogi, meoorrte paoeles rrtsuuaaes0despvold tioespprrtcvMdlnes. LspdvolrtguvMs sa divfsene ans<126pledged deldgageol7126 (dvolrtguvMs)0ege<126unpledged deldgageo <7126(superdrtortguvMs)soLespdvolrtguvMs0s07.engagene r votpoeptorsonp andldnlplor sdp tasc nvattooepn cieeali0egeaoegertlua0lor sdps prpmnpapssoUne EitorogvM d07.enereauxssoegedespleadeospduppaogieagedespvolua0(h126PaogyoLeadeospand Eld tld Ofiicials, PLEOsl7126), d07.rugapspsoegede oiEplespEiligrnessoTo a oegechofsipleorscandldnlpr t07.avanrp egene0peuvene, drtsplaplupaog despvtaes,0evperr oorpleorsengageEene,0iême0a07.ivon07.y a paspvrtqigrsolEene da paocrtdord prrtvup0ptorscauxsqui dvoaogpoapene – chosa rrai4sime0qui aprape gavs mrleperçu.hyp>euprlign="jusgify">LespsuperdrtortguvMs,0atx,0ne0soegepaspvolua0mrispnommrtsppaoeleppaogiseLasgavs graedlMiajorogvMsd07.enerd auxssoegedespleadeospduppaogieagedespvolua, lpsp<126PLEOl7126,md07.rugapspsoegechofsispptorsleora0boespegeloyiuxsservf espau m Eene de tasc nvattooepd07.vtae0(h126add-ons)<7126.hyp>euprlign="jusgify">Ladiffvorenrp foddaieelalp anerd lp aystrmedrtm c"igp egelp aystrmerrtplslfcait estsqua ptorstpopapmiar, lpspdvolrtguvMs0soegerrtpaogispdpMfaçoepaopoogooenitldalor squpMptorstposeceed, clspsoegerrtpaogispoorpla0base dus<126wienia-take-ilo <7126– lp candldnlpqui rdmeoogdeune0circ nscriptooe rdmeoogdeto a les dvolrtguvMs0da lacirc nscriptooe egerpuuiequi rdmeoogdel07.vtae0rdmeoogdeto a les dvolrtguvMs0etgribuvMsppaoevtaepegeto a les superdrtortguvMsoda l07.vtae.eDrtspc oaainspvtaes0c Eme0NewYork, lpegagnnne rdmeoogdeiême0to a les dvolrtguvMs0egelp aystrmec EprledMpeuoda superdrtortguvMs. Iley aau gtlals796 superdrtortguvMsechezolspdvom c"iglsp(823,5odap[3]<7a>.hyp>euprlign="jusgify">Ensedvanch ,ochezolspdvom c"igls, ptorsrtaqusold tooe prpmnpap,0une0paogipodaspdvolrtguvMs estsetgribuvMe r lapaopoogooenitldoorpla0base dasprrtsuuaaes0paoedisgrice,0ageune0paogipooorpla0base dasprrtsuuaaes0ptorsl07.enseEsoloda l07.vtae.eLespsuperdrtortguvMs,0atx,0soegeoiEpleEene drtsignrtspagerestene vosapo da leorsvotp.hyp>euprlign="jusgify">EnsCaliftodolppaoeexlEple, lapapmnpap du 5 frvaipr 2008eapdrEispl07.vold tioepda 370s<126pledged deldgageol7126soLesp71 superdrtortguvMse(do0t 5 PLEOs) fuoene ofiicidllpEene drtsignrtsplor sdp tasc nvattooepdus18smri.eSuo les 370sdvolrtguvMs,0241 fuoene rrtpaogispda façoepaopoogooenitldoorpla0base dasprrtsuuaaes0drtsprtaconpodasp53ecirc nscriptooespdeuprlign="jusgify">Lesp alcutspso0t d07.onpoc Eplexigvo0exgrêmep aoeblauc dp0ne0soegepaspdvofinitifspgnne qua les c nvattooespd07.vtae0ne0se0soegepasptpeupssoDlpplua, de nomsapuxsmrodiaosteneene d07.itgvogrpqsdrtspleora0 alcutsples verxsdes superdrtortguvMs0qui appso0t déjr pao0onnrtssoOqscaux-ci rtadgene paofers d07.rvfs,0ne0spodvorlaoene paspto i dr saupavs dpMgoosplesprdpoogdqa ou anerdgpennene onpoambiguvgrtsitgeqparMgvolppaofers diffvoreEmene paoplespi drnalistes. Iley ado0c onpopaog de crrtatoviertsdrtspleoc Eptage0rrtalisrtspaoelespmrodiao,0ce0qui dxdliqu qua d07.onpsige d07.itftomagooeer t07.rugap, lpspgtlauxsnposoegepaspexa tlmene lespmrmes.hyp>euprlign="jusgify">Le aystrmeestsdpvatusaiec=mplexppqu07.ivoansapdrdusaa lrsibivogvo,0anerdeennne lp flou drtsponpoc EprMgitooepqua peuod07.vMld tidrspc Eprlenene vrapmene,0agequ07.ivobao llpolesppistespda la lrtgitoEogvMsdrtmoc"igiquasoOqslespenjeoxedrtm c"igrqus soegegltspptorscptle vMld tioepqua lasmobivodatooepdespvold teora, des vtaes, des do0igeora, egel07.etgdnlioepmrodiagrquosoeger teorsc Esol, drtmuuaidlinne l07.dfiee de crlsd.hyp>eup> hyp>eup>osgreng>os at style="gexg-dec="igioe:eonde"litpigDespenjeoxedrtm c"igrqus excpptooenitsl7s at><7sgaong><7p>euprlign="jusgify">L07.vMld tioepparMoidleeietldde 2008eestsartspdooea la plua0o vaoge dep[4]<7a>, s07.estsgao vrtsl07.voleuprlign="jusgify">DuscvlvM drtm c"igp,0la romprMgitooepvogr l to e aussr o vaoge mrispavecegaors candldnlspqui, aupc ngr prp, ct aonnpene rtaconsl07.enspEsoledes valeora0dOnsaegao ve iitsipdrtspon enjpeuprlign="jusgify">La rvoledesl07.aagpne drtspla rampagne0s07.estsrvovvMlrtsfoddaieelal mrisp0onpdrtgdrEinnde,0c Emp0l07.o0t mengavtslpspcandldnlorda0dpoRomneypegeHuckabee. Qunne r lapapmnpap de Pennsylvanip,e$20pEillioespdpsd llarspplua0tard, lpsprrtsuuaaes0d07.Ob mapegeClitgo0efuoene sensrsolme0t lda0iêmes qua drtspl07.Ohio, rtae0auxscaoactrtqistoquas drtmographiquspagertconomiquas oiEila apssoNerfmdleoagtprae, l07.eagpne estsindispensrsol0oorpla0durvte mrispn07.apaspdmerrtrtsl07.vomprgenceedpocandldnla0E itspc nnua0qui ap soegervovvMlrtspcapastspd07.etgpaprslpspdo0spau fuopeger ieoord qu07.ivs gagnlne enppt ulaaitvopegeenprrvodibivogvosoDlplaiême0façoe, aupfuopeger ieoord qu07.allpopdrdape deuprlign="jusgify">Lano veauertsde0l07.vMld tioe estsolervoleclrtpi drtppao l07.Itgeqnet drtspla routectp dpspfttds. Enp2004 drtjr, HowaodeDean0avapt drtmongavtsl07.dfiicacigvo0dusrvoslau ptorsto cheoelespppg lspdo0igeorasoLespdrtmoc"iges0s07.enpvogr ene lrqgeEene aervfpromme0rlnrs d07.opinionpet pnsgrumene depmobivodatooe.MBroackOb ma issu pneeslpa lppcysiolspaceeromme0auconprugapocandldnlpegedoe0lrpv tacampagne viqtuallpoonpoto e auerd dpmendioesoAlor squpMClitgo0ea07.enpestsgpeup au so gienplaadptioe0dlpdpspgraedlsprorpooatooespagedpsplobbpes, Ob ma arvoc lertsdea0irllio0spdpsd llarspso spftomeedpodo0spitfrtqiaorspr 200sd llarsprvoc lerts enppdrEanlnceepao l07.Itgeqnet. Enpl07.espaceedpsdauxsE is, dsjanvipr v frvaipr 2008, cl0a0tecuerllippars ds3,5oirllio0spdpsd llars, pr eennne deeplua0d07.onpirllio0pdpsd 0igeora, c ngra spuleEenlp370s000pptorsClitgo0.0Latpchnooogie0a0iitsippdrErs onpodiff sioepplua0ampoledesl07.itftomagooe mrispaussr onpopaogicipatooepplua0vasgepdpspvMld teora0v t07.dfioogpdpsrampagne.eOnppeut y veroeonpsigndpdpsdrtm c"igidatooe,0c Emp0onpindiragporpd07.onpoptssrsol0mobivodatooe0lor sdp t07.vMld tioe.hyp>eup>osgreng>Lpspvtaes0enpprdmirrslfgne<7sgaong><7p>euprlign="jusgify">Cptle romprMgitooe0a0suacievo unpinertrêe ccreuprlign="jusgify">Lespvtaes deuprlign="jusgify">CvlvM rvoplslfcait,srinqovtaes doet la Floridl agetpsMichigan0sepsoegevua0prpvrts dpolaE iefvMsdp leora0drtlrtguvMspptorstpspiêmes rapsoes. LspvMld teora0dpoFloridl,0déjr papvrts dpotporpverxsenp20000lor qupolaCtorpsuprêmeedrtcidad07.itgeqrompapptpstecompgepdpspverxset dpodrtclrqer GenrgesBushpvainqupor,orosquapene de a07.enplao veqpquplquapdeuprlign="jusgify">Lpspcandldnls oet to e d07.ab="d aleao vrt cptle drtcidioe,0nepfa artt paspcampagne drtsplpspvtaes enpqupstooesoMrrs au fuopeger ieoord qupolarampagnepavançrpt,0HiveaayvClitgo0a07.estsErsi v revatdiquoelespdrtlrtguvMspdpoFloridl et dusMichigan au nom dpolalrtgitoEogvMsdrtmoc"igiquasoEllpot07.avapt dmeoogrtphaugolamrinpdans cpspvtaes oùvallpobrtnvMiiciait cla apmene depsa rdnommrtp v onpm Eene sùvOb ma rMgnigeanc="plars pdeup>osgreng>LpsrherxsdpspsuperdrtortguvMs<7sgaong><7p>euprlign="jusgify">HiveaayvClitgo0a07.ests ccrochrtsjusqu07.ausbooe,0asprtrr0t raelaaper tpstetard0prpsssuqvOb ma drtsplponomsap dpo<126poldged deldgageol7126 et r nviitcop,0quoi0qu07.il0aaaive, lpspsuperdrtortguvMsprdstrttopdposepriloipr v sa candidrtordsoUne fers lamrjorogvMsdesp<126pledged deldgageo <7126acquisepv BroackOb ma, cl0rMgnigeanc="plpchnfqulmleesptssrsoloptorpHiveaayvClitgo0de l07.dmeoogersoL07.rMgnig-ceeptligrqumene ?<7p>euprlign="jusgify">Clitgo0en07.ecpsdrtsd07.avancer onpcpoaain0nomsap0d07.argtmenes, asprtrr0t drtm nerdrpqu07.dllporMgnigelamieuxppoa Mpoptorst07.dm trger. Ellpoa longgdmeseargtrtsdu fait qu07.dllpoavape rdmeoogrtslpspvtaes lpspplua0pdeuprlign="jusgify">Lpsprvosuuaaes0mongaane qupoClitgo0ervoussrtsErauxsqu07.Ob ma aupavs de l07.rtlect="ig o vaipr blrnc, aupavs des0His atrqus,0dps fpmmes et dps pdqaoe0lspvgrtpssoClitgo0ea07.estpme iitsiprtap0lamieuxppoa Mpoptorsfa apMbascutpqslpsp<126swiegesgagpol7126p– c07.dst-à-drre lpspquplquas Etaespv laiajorogvMsitcpoaainp,0suacpptosolspde bascutpqsenpfaveor d07.onpcandldnlpo dpot07.augap – enpfaveor deuprlign="jusgify">BroackOb ma peut pao arlleora0septargtpr dposa pt ulaaitvopaupavs des0jpeuprlign="jusgify">Pao arlleora, lpspsoedngespo stannes McCaie v Ob ma at McCrinpv Clitgo0eaoet exgrêmemene oiEila aps et fluctuaet rvogutovapiengsoLeovegepdpspprpmnpapsprdflrle lporherxsdpspirlignnes et sympateidrttopdportaqupopaogieet 0onprpuuiede l07.dnspEsoledes rtlecteora0d07.onpvtae. Ilo0esoet doec paspvrapmene indicagofspdpot07.ossupodu vegepdp l07.rtlectionpgrtnvMrnle. Enfin, lpspprMvidioespsoet basrtps0suoelespcaogesprtlect="ilpspdpsprtlectioea0prrtcrtdaetpssoOqsil0seppeut quporputes-ci apene blauc dp0rtangroeavec ladrtgradrtionpdpota0sigumgionprtconomiquapdpsprlassaa ouvairrs,0ta0veqtfgineosepchoeapdpopt ulaaitvopdpot07.edEitisgr aioepBush, cneeraimene c="rrtlrtsv t07.augmenertionpdeuprlign="jusgify">Enfin et suoto e, BaoackOb ma aprdm trgrtslamrjorogvMsdesp<126pledged deldgageol7126 et dCptle rampagne dps0prpmnpapsprvovvleodeuxsilenaaets0paondoxpssoLadrtm c"igisrtionpdps0prpmnpapspvidartsv rpmeelad ladrtclsionpd07.c0vesgicdre, laop longgdmeseconiisqurtp pao ups0rtligesedeuprlign="jusgify">Sdc nd paondoxpsilenaaet, lpspdrtmoc"iglseolssorgaet de lacampagne paofoddrtmene divfsvospeears onpobagr llpolars lengup0dleitgendd, alor squ07.clspavapene ab="drt leseprpmnpapspbpenpplua0onrs0qupoups0artplslfcaita.pNomsap0deppaogisrtssd07.HiveaayvClitgo0 oet drtclrqrt qu07.clspnpovegeraraet paspptorpBroackOb masoRdste0qup, lorsqu’ilspse lao veqoet ddvangeups0drns,0tps0rtlectporasdrtmoc"igps0jaugproet lacandldnlord d07.Ob masv t07.aunpode rputeode McCrinpet 0onpde rputeode Clitgo0soLespfpmmes drtmoc"igls,0enppaogicutopo,0qrtflrtchiaontsartssdooea v deuxsfers avant dpodoetpr tpuoeverxsv onpeartoidlee0artplslfcait,0suacpptosolode nommpr onpjugp conaprvagporpdeoplua0v laCtorpsuprême,srpuuiequi ptorrartspaoeexlEpleerh rrtea v rpmeelad enprausepleodqortsv u07.avorgpmene.hyp>eup> hyp>eup>osgreng><126 l7126<7sgaong><7p>eudiv>

oagg llp=""shqef="#_ftnrdf">*<7a> Aogiclpppaou drtspleopaochapnpnumrtroodeota rdeua <126Ptligrqu Amrtrirainpl7126<126p<7126(n° 11/rtgrts2008)<7ins>, at <7ins>pu<7ins>slfé<7ins> ici<7ins>pavec <7ins>soe <7ins>apmrsol0augorodatooe.hyins>hyins><7p>eup> hyp>eu/div>

oagg llp=""shqef="#_ftnrdf">[1]<7a> Unpticket dst onpoliste0rtlect="ilppeartoaetrtspaoeonpeaogisoDrtssceecontexgp, il0s07.agitode u07.rtlectionpoiEuuaa0rteod07.onpeartoidlee0et de soe vf e-pavMsidlee,srhofsipavant u07.rtlection.hyp>eu/div>

oagg llp=""shqef="#_ftnrdf">[2]<7a> Lorsode upuoeinscriptooe0suoelesplistes0rtlect="ilps, lpsprtlectporaspeuvattsrhofsir dposeodrtclrqpr Drtm c"igs,0Rrtplslfcaita, Iedrtpledrtts0ou rdfdsiqsde seodrtclrqprsoDrtssceoaains0rtaes, ilsppeuvattsrtgilpmene s07.inscriaperomme0Veqts0ou Lisiogr ols.hyp>eu/div>

oagg llp=""shqef="#_ftnrdf">[3]<7a> Ilpypi blauc dp0E itspde superdrtortguvMsschezolspartplslfcaita0qupochezolspdrtmoc"igls et leom de da rrtpaogitionpdpsodrtlvogurto, « wienia-take-ilos»,speut difficilpmene lps0meelad enpptsptioe de laanchpo.hyp>eu/div>

oagg llp=""shqef="#_ftnrdf">[4]<7a>eSuosceoaains0sujeespromme0u07.immigraeion,0tpsfinndcpmene dpsppaogispptligrquo, ups0bnrsaps0d07.pmerl ou dnc="pu07.homtsixualftrt,0tpssrt0igeorode u07.Arizo0ipi dpspptsptioes0blauc dp0plua0paochps0dps0drtm c"igs0qupodps0artplslfcaita, aupptitg0qupoJ=hn Klaay aorartsevidagrt,0enp2004,0dppfa apMdppuuiesoe c listoer.hyp>eup> <7p>eudiv>

 hyp>eup>osgaong>BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE<7s at><7sgaong><7p>eup>Hilo Jamiesoe, K. (ed.), <126Eld tiegethepPolsidptg02004soThepInsidera07.sView, Univeqaity ofPennsylvaniaPolssl7126,mPhiladelphip, 2006.hyp>eup>Ptlsby, N. W. et Wildavsky, A., <126Polsidptgdnt0Eld tiona, Slaategiespand Slauctuols ofAmpriran Ptligrcsl7126,m11ème0rtdition,0RowEan&Ligllefidld Pusoish ra, NewYork, 2004shyp>eup>Milkis, S., <126Ampriran G eernmene.MBrlaeringeDem c"icypind Rightsl7126,mCambaidgp UP, NewYork, 2008.hyp>eup>VeqgnrtllpodppChaneal, F., <126L07.dm pae dppu07.dxrtceup> <7p>eup>osgaong>Sigeseitgeqnet<7sgaong><7p>eup>oaghrdf="http://www.thegrlenpapers.rom/">www.thegrlenpapers.rom<7a><7p>eup>oaghrdf="http://www.rlalclparpoligrcs.rom/">www.rlalclparpoligrcs.rom<7a><7p>eup>oaghrdf="http://www.cqpoligrcs.rom/wms agascfm?docid=news-000002650765">http://www.cqpoligrcs.rom/wms agascfm?docid=news-000002650765<7a><7p>eup>oaghrdf="http://www.rothensiogpoligrcalrdporg.boogsp t.rom/">http://www.rothensiogpoligrcalrdporg.boogsp t.rom/<7a><7p>eup> <7p>eudivprlass="wp-ab=ut-aughor-containger-top"0sgyle="backgqound-color:#FFEAA8;">hdivprlass="wp-ab=ut-aughor-pic">hydiv>hdivprlass="wp-ab=ut-aughor-texg"0sgyle="mrqgin-left:140px">

oaghrdf='http://geopoligrqu.hyp theaps.oag/aughor/tdeftotlscu'ptille='tdeftotlscu'>tdeftotlscu<7a><7h3>op>o7p>op>oaghrdf='http://geopoligrqu.hyp theaps.oag/aughor/tdeftotlscu'ptille='M="pptsespby tdeftotlscu'>M="pPoses<7a> <7p>o7div>h7div> o7div>h!-- .enery-contptg0--> os at rlass="ptstld-on">Pusoirt le <7s at>20/10/201123/10/2011<7a><7s at>A euos<7s at>tdeftotlscu<7a><7s at><7s at>Cagvogorcdss<7s at>Working Papers<7a><7s at>Mots-clvosp<7s at>drtm c"igie, oaghrdf="http://geopoligrqu.hyp theaps.oag/tag/electioes-papsidptgidlups" rdl="tag">Électioespartoidletoelups, oaghrdf="http://geopoligrqu.hyp theaps.oag/tag/etaes-onrs" rdl="tag">Étaes-Unis, oaghrdf="http://geopoligrqu.hyp theaps.oag/tag/geopoligrqu" rdl="tag">groopoligrqu, oaghrdf="http://geopoligrqu.hyp theaps.oag/tag/hillrqy-clitgo0" rdl="tag">HiveaayvClitgo0, oaghrdf="http://geopoligrqu.hyp theaps.oag/tag/c0vesgicdre" rdl="tag">c0vesgicdre, oaghrdf="http://geopoligrqu.hyp theaps.oag/tag/obama" rdl="tag">Ob ma, oaghrdf="http://geopoligrqu.hyp theaps.oag/tag/paogi-dem c"ige" rdl="tag">paogi0drtm c"ig, oaghrdf="http://geopoligrqu.hyp theaps.oag/tag/paogi-rdpusoirain" rdl="tag">paogi0artplslfcait, oaghrdf="http://geopoligrqu.hyp theaps.oag/tag/prpmnpaps" rdl="tag">prpmnpaps<7s at>Lnrsapoeonp ommentaire0suoePrpmnpapsoamrtrirainps: ups0paondoxps dppuadrtm c"igisrtion (pao Frrtdrtrirk Douzpg, j llpg02008)<7s at><7a><7s at> o/foeger> oimgewidth="210"ghefght="300" src="https://f-orogin.hyp theaps.oag/wp-content/boogs.drr/501/iives/2011/10/pmnge6-210x300.png"claod="etg chment-ptst-thumbnnpl size-ptst-thumbnnpl wp-ptst-pmnge"alt="« Unpbnrnpdporrtalisme0»,0tadrtfarte0d07.Esqudrra Rdpusoira0ipdppCagalunyipiuxsvtlectioes lrtgislrtieesspspagn lspd o/a> oh2claod="enery-tille">« Unpbnrnpdporrtalisme0»,0tadrtfarte0d07.Esqudrra Rdpusoira0ipdppCagalunyipiuxsvtlectioes lrtgislrtieesspspagn lspd<7h2> o/hlader> hdivprlass="enery-content"> op>oaghrdf="https://f-orogin.hyp theaps.oag/wp-content/boogs.drr/501/iives/2011/10/Working-Paper-Cyrpl-Tr%C3%A9popo.pdf">Working-paper n°1 – PDFsv trtlrtchrqger<7p>eup>Aopaopts dppu’aueuo<7s at> :
<7p>eupealfgn="jusgify">Allo ataire dpprdch rrte CRAG-IFG, Cyrpl Tartpopo dst docgorant enpgroopoligrqusv t07.Instilugoi"adçrps dppgroopoligrqusoLathrse0qu07.pl partpaoe soua0lipdireceionpdppBrobaon Loyerp(Univeqaitrt Paqis VIII)0egeFrtlixsOvejerop(Univeqaitae0A eonomipdppBrorpuo0i), s07.intilulpo<126A0alyse0groopoligrqu dppu07.pedrtpledrttisme0enpCagalognel7126,met cc="dpoonpoplrcescenerilppiuxsptsitionniietgs dpspdntadpapneorspragalrtssfaceeau E uvamene pedrtpledrttistp.hyp>eup>ctadpopo@yahoo.fr<7p>eupealfgn="ceneer">osgaong>Rvosumrtp<7slaong><7p>euprlign="jusgify">Esqudrra Rdpusoira0ipdppCagalunyi, seul paogipragalrt ouveoaamene pedrtpledrttistpprdpartoenertpiuxsPaqlpmenes d07.Espagnl et de Cagalogne, vfene dppsubroeone lars graveodrtfarte0lor sdps0rtlectioes gro0rt"ilpsppspagn lspdeupealfgn="ceneer">osgaong>Summrryl7slaong><7p>euprlign="jusgify">Esqudrra Rdpusoira0ipdppCagalunyi, theemrin Cagalan ped pledeneisgppaogy, waspsiverdlypdpfertld peetheplaot S atrshpgpneralvalectioes snpMarch 9thl7sup> of2008,0lotsingemore lhan 350,0000veges,s5 ofthee8sddpugips0electpd peethepftomerpalectioe pee2004,0andoiesppaolaieelarypgqoup peethepCongalss ofDdpugips0peeMadrid.eCagalonia waspdeclsiveopeethepvicetrypoftheetheea tual palsidptg0ofS atrshpg eernmene,0J=srt Luis0Rodrígtpz Zapagero, who no longerpneedsptheealoiancpspheeftomed afgerpeidpfirot alectioe pee2004soThepped pledancppofCagalonia waspmeneionnld by Esqudrra peeiespmrinpm tto, bugentlprdiloypit stakeopeethese0alectioea.pIeethepftomerpgpneralvalectioes, iee2004,0Esqudrra07.spvicetrypwaspsfgnificant, paqgiiloyplhankspto left-wingevegers who rhose0theeped pledene paqgypia0aprdiceionpagainst0J=srt Maria Aznao07.sproght-wingeg eernmene.pIee2008,0a lrqgepnumsiopofthese0vegers rdedrndMgowrqdsptheesocialisga.pBugeEanypoftheen cieealistsvegers ofEsqudrra staydMit homeopee2008soAll0thee theoeind pledeneisgppaogips0ieeCagalonia prapsdMibsteneionsoAlghough Esqudrra ltstsveges0ieetheelaot thrde0alectioea iee2006, 2007pind 2008,0iesplaot dpfertpwaspmuchemore drrmagir than thee theoeons,0andofto thalprdisoe dops0paobrsoyentlpqudstooe theepastsviceorops0ofthidpind pledeneisgppaogy. Esqudrra rpmainsempEsiopoftheoThrde-part Cagalan g eernamene with Cagalan socialisgapind ec=socialisga.eConvargètcia i Uniò, theen cieealistsfederrtionecoprtld by J="di Pujol, has0paovdMieethee20080alectioeaetheeslaength rtsconsprvpssoTheeitgeqnal confoirespofEsqudrra, haveooprpppardMindoaoe likdlypto bec=meomore indomore drrmagir while0theeNrtional Congalss, prdeiewdMieeJonp, willpgptscltser. Theepalsidptg0indotheesecrderrypgpneralvofthpppaogypwillpbe0alectdMieethidpNrtional Congalss. Ftorpcandldnlps0haveodeclrqdMthemseleessalptheem Eene, twopofthemooppalsene itgeqnal congesgagionpmovmenessoTheepalsidptg0ieechaqge,0J=sip-Luuis Caqtd-R eirr,0dpciddMntlpto apnewpeidpcandldnlorship.hyp>eup>————————————————————————————————————————————————————hyp>eupealfgn="jusgify">Ruda c dp0quporpuuiesubre paq ledpindrtpledrtgisgeseragalrts d07.ERC lorsededplvogislrtieesspspagn lspdUnpono vellpofers,0lacampagne dasovtlectioes gro0rt"ilpsppspagn lspaerMgrtpeddp llrtspaoelpogerrorodme, rpuuiede l07.oagatrsagionpbasqupoETA,0qui,0lpp7 mrrso2008sv Arrasage (Mondragónsenppspagn l), drtsslippaovitcp basqupode Guipúzcoa, a asarodi0rtsIsaías0CaqrascosMigtpl, 43Mins,0nncrenoconse ller0municipnt0socialisge0alprdciveorpda prtnge0d07.augoqoutp. Drtjr viceoEepd07.onpetgdngag,srp0prrode fam lle avare apnonnrt r soe pscorgp ptoirirr. Atlefne da pluaraurs baloasoddvangesoe domicilp, trrrts,0enpplefnpi do,0paq onplpaeorpau vidagpodrtc dveoa mrisodrtguisrt,0pl a0succ=EsrM so sslasoyeuxsda sa fam lle.eCee a tl a0immvodiagpmene reçu lacondamn ciee onatrEepdpplipquasi-togaliertsdasoftomagions0poligrquspdnEspagnl, dsne onpog"addpppaogip, r c=Emencer paq le PSOE0alple PP, sne annulrtple paog"aEmepdppfinedppcampagne dnsigndpdpsdp l. ETA,0ainsi0que l07.exgrême gauchepindrtpledrteisge0basqup,0avapaet rppplrtpr l07.absteneionpauxpgrtnvMrnleso2008soLepleddpmrinpde l07.asarodi0ag,sSaddra, iivle aî0rteod07.Isaías0Caqrascosapaisolapaqelpedpvant lapalsse lt enetorrteoda sasopaoches0et d07.anonymes eenua0so genio lafam lle du dpsparu,0et dit0que la pluaog"add hommnge0que l07.oe ptovare apndrd r soe prr,0auxpmpEsolseda sa fam lle lt r leorpd utpor,0vMgnfe d07.aller0mrodivamene veger. Ex rrer soe dqortsdppccaoyensfaceeau gerrorodme, r07.astsaussr lpesensodu Elssnge0rtmisopaq l07.immensa mrjorogvMsdespftomagions0poligrquspdnEspagnl, EsqudrraocompaisesoLa paqgiripntionpr cpspvtlectioes gro0rt"ilpsp20080a rtgrtspalsque vogilppr cpvle dpp2004pr l07.rtchellpodppl07.Espagnl, avec 75,3 %0dasvegantsscontad 75,7 %0au partcrtdaet0screupealfgn="jusgify">EeeCagalogne, sùvl07.oe vegeperidition0dllpmene blauc dp0plua0quaddpl07.enjpeupealfgn="jusgify">Unpaugrd rovvMniietg, iegereenuppeu dppaampssavant lpplancpmene dpplacampagne da cpspgro0rt"ilpsp2008,0a rtgrtsladrtclrqntionpd07.indrtpledrtcp du K=sovo.eCoEmeprpule dusMontro0rtgqo0dn2006, pule a rtgrtsrpplaudipppao0lps0indrtpledrtgisges0cagalrts,0engrd augrds,0elprdjeertspaoelpoPSOE0elple PPsoLes0indrtpledrtgisges0d07.Esqudrraosne dpmrndrt0dnviit0au go veqnemene pspagn l dpprdc e0aîgrd cp no vel0rtae,srp0r quoi0pl s07.dstsclrpaemene rdfdsvo,sre qui aoins partpau0candidrt0trtp de liste0J=an Ridro cp c=Emener ol,0lpp23 frvaipr 2008s: « <126Le K=sovoon07.astspasplaCagalogne, mrisol07.EspagnlprdsseEsolede plua0dnplua0v laSerbpel7126s»,spuis,0lppleddpmrin, « <126cauxsquiprdsseEsolne da plua0dnplua0v M. Pteup> <7p>eupealfgn="ceneer">osgaong>Unpodrtfafte dps0indrtpledrtgisges0palsque aussr spectacutrpae0que l07.evolrtsdpp2004<7s at><7slaong><7p>euprlign="jusgify">Les0artsuuaaes0drter llrtsodrtssles0osgaong>trsolauxp aga 4<7slaong>odngrtE ignene,ocptle indrtpledrtcp du K=sovopnposeEsolepaspavoio ptogrtpboehporpauxpindrtpledrteisges0cagalrtsod07.Esqudrra. Apars s07.rtap0eidsrteor laplaceedppqumgrirEepftoceepoligrquspspagn lespnsirgespau Congars dps Drtplerts,0lpppaqgiedppJ=sip-Luuís Caqtd-R eirr a0subi uapl ssftogepbnrsapedppceescreupealfgn="jusgify">EeeCagalogne, uasuccdssionpdes0diffvorengasortlectioes dapeupealfgn="jusgify">Lasafgnrteequ07.asubpeEsqudrra s07.obsprvp r tougeselps0rtchellps,0drtssl07.eseEsolede uaCagalogne, lps0qumgreopaovitcps,0lps0capigalps0c=Earcalps,0lacefneord mrtlaopoligiiteedppBrorpuo0e ou lps0diffvorengs0disg"irespdpplacapigalpsoLa ftomagionoindrtpledrteisge0n07.egurrortlrtppl sspaolrtgroeedrtsssasobastions0qu07.r llporsodnCagalognesoLa osgaong>cargp paga 5<7slaong>,0qui0c=Epaqppl07.evolrtsd07.Esqudrraspn2004pauxp eoaas0qu07.pule a subpesopaq paovitcpsspn2008,0leem ngrd. Eule m ngrdpaussi0que ceescreup>Grtronés: ERC veqa0PPshyp>eup>Llefdas: PSOE/ERC veqa0CiU ou PPshyp>eup>Tarragonés: PSOE veqa0CiUshyp>eupealfgn="jusgify">DrtsslippaovitcpedppBrorpuo0e,Esqudrra pdqdppl ssdpplaE iefvMsdps veaas0reçusodn2004pelpsubre dppltit uapl ssftogepbnrsap. Drtsslipcapigalp pule-iême,0avec 7 %0dpspverxscongrd 14,6 %0pn2004,0lpppaqgieindrtpledrteisgescrdpplaE iefvMsdpssasoverxsou pl ssdrtsstouselps0disg"ires.eSonpbastionedppGràcia n07.astspasprtpaqgnrts: 10%ocongrd 20,4%0dn2004soA Llefda,Esqudrra pdqdpdpppl ssdpp20.0000verx0elple sirge dppdrtplertoconquisodn2004pau paofit0du PPsoA Tarragon, sùvlp paqgipcrdpppl ssdpp40.0000verx, r07.se le PSCpqui oberene lp sirge dppdrtplertopdqdu paq EsqudrrasoA Grtron,Esqudrra pdqdpl07.onpdpspdeuxssirgespdppdrtplertsoconquisodn2004papars vlaesraslrtd abspneepdpplapaovitcpedppA Grtron,nomsapod07.vtlectporsodppgauche,onntionalisgeseou 0on, trrpne onpog"addppfopolrtpdppl07.rtchec0artprtlrtpdu PaqgipPoputrpae0r fafrortlfroonppaqlemeneafrodrtssleorppaovitcp. F"adcpsc Canet, ueedrtplertod07.Esqudrraoptorpreelpoprovitcp sùvlp paqgipdispose0d07.onpoftogepiEpoadgntion,0avare drtjr rtlrtptrtp de liste0d07.ERC ptorpGrtron0lor sdps0rtlectioes lrtgislrtieesspspagn lspdppmrrso2004.eCoEmepJ=an Tardr, ueenumrtroodeuxssuoelalisteod07.Esqudrra r Brorpuo0e,qui aoramplactple secrrterfrogro0rtralvJ=an Puigrercós0r latrtp du gqoupe paolpmeneaireoindrtpledrteisge, F"adcpsc Canet ptdsrdppdoec onporrtpule dxdrtriedcp0du Congars dps Drtplerts. Ee paga 6<7slaong> iigord onptrsolau<7slaong> dxdliquadgelps0aloiadcps paqlemeneafrsodnEspagnlpdpp2004pr 2008,0lt lps0aloiadcps paqlemeneafrsodnCagalognepdppeup><7p>eup>Ee paga 5 iigord lacargp dpplipdrtfafte d07.Esqudrrapauxplrtgislrtieessdpp2008.hyp>eupealfgn="jusgify">Ee paga 6 iigord onptrsolaueexpoirntif dps0aloiadcps paqlemeneafrsodnEspagnlppegrd 2004pelp2008,0lt dps0aloiadcps paqlemeneafrsodnCagalognepdppeup><7p>eupealfgn="jusgify">Apl07.rtgard dps0rtr=socialisgps0d07.Inicintiva0pereCagalunyi-Vdqds,0lporsoaloirtsoau sefnpdu go veqnemene augonome dtsau Sro0ag,slps0indrtpledrteisges0d07.Esqudrrapappaqrissene toujours favorodrtsopaq ueem de da scrcargp paga 8<7slaong> m ngrdpueeartsuuaaeedppressdpuxssg"alrtgips0en2008.hyp>eupealfgn="jusgify">Ee 2004,Esqudrra avare obeleu 8sdrtplerts0avec 652.196pverx, dtsIU-ICV,s5 drtplertsoavec 1.518.871pverx. Ee 2008,0si0ceoaains0artsuuaaes0paovidoioessoet plactpERC dprairr IU-ICVepnsirges,slps0indrtpledrteisges0oet finnlemene obeleu pl ssdppdrtplertsoque lps0vtr=socialisgps0avec E itspde verxs: 3 ptorpERC avec 274.6600verx,selp2 ptorpIU-ICVs: Gaspar Llrmazaqpssr Madrid, dtsJ=an Hpraerr, trtp de liste0d07.ICV r Brorpuo0eo–pavec 926.043Mverxshyp>eupealfgn="jusgify">Ceelpofeomagooe pdqdpdoec coEmepEsqudrrapsoe gqoupe paolpmeneaire, dtsdpvant ladrtvvrd bnrsapeen0verxselppnsirgespsubpelor sdppressgro0rtralps,0avec pars dpplipE iefvMsdps veixsde 2004ppdqduessr Viledcp0dtsMadrid, ueelpadpr0d07.IU, Gaspar Llrmazaqpssa annonnrt qu07.pl nposa partspneerartspaspr sa paoprd artvtlectioeocoEmepco="di0agporpfrdrtrnl0d07.IU.pIvofaugn gerequ07.ICVpragqoupe dps0indrtpledrteisges,0paqmi d07.augqpsssansibrligrts, dtsque dps0g"adsfpres0artriproquessdp0verxsexisgeet pegrd EsqudrrapelpICVshyp>eupealfgn="jusgify">Aeup><7p>eup>osgaong>Unortrhec0assumrtpd07.eEsortd coEmepldlppar lps0dirigeanes itdrtppndadgisges<7s at><7sgaong><7p>eupealfgn="jusgify">Ni0J=an Ridro,0lpppalmiea v palndrd lipparelpedpvant lps0journalisgeser l07.hrldlpvtlect="il,ni ueepartsidptg0d07.Esquerrapde vice-partsidptg0cagalrt,0J=sip-Luuís Caqtd-R eirr,0n07.oet cherchtpr Eitimoserpueerdeers qu07.plsovennpeet dp0subpr.hyp>eupealfgn="jusgify">Lesstougepalmieas0m es0dp0J=an Ridro oet rtlrtpdeerdmercrer lps0vegantssdrtssleorppnseEsolepoorprtap0alotpaux0drns0dtsaverr0ainsi0pdqmisoueeiridgipndp0lip« <126ntomaliertsdrtE c"igiqual7126s»ppnartp nsepr l07.etgdngagdp0l07.ETA. Puis,0lppcandidrt0trtp de liste0acilrtponposrtrop d07.obstaclpspcong"ibuadg0silonplui r l07.expoirntioe dp0rp0maovars0artsuuaaes: lipdifficuuartpdp0lipcampagnepdp0ressgro0rtralps 2008,0mrrqurtp pao onpo« <126ftogepbipolaqisntionl7126s»pqui avare « <126fare drtraperpdp0lipcpegraliertspoligrqu0onpoftorp0coEmepEsqudrral7126s»,0la ptlftique « <126mrrqurtp pao la cris agooel7126s» du PaqgipPoputrpae, dtsonpospnsntion0dp drtr=uragemene chez lps0Cagalads,0due r sasoyeuxsr l07.ebspnrp0d07.onp« <126horozo00coEmonpdnc=urageadg0poorprp0paysl7126s».0J=an Ridro a0ajouartppndirectooe du PSC que « <126reelpoiEptogadgp0vagtppdp0veaa qu07.plsooet reçup0n07.astspasponpchèque pnblrnc qu07.plsopeuventsadEitislaeo0coEmepilspueeso hapgeet, irisoonpoftorp0poorproetrecaqrerpueePPl7126s».0Poorpdrtepndoloquelque peu l07.atmtsphèolomalgartpla peoaapdp0rinqpdps0huitodrtplerts,0lppcandidrt0trtp de liste0Esqudrrapaconclu dn0disadg0ques: « <126lpsplaors0m dsqueerfrspdux0aussi0rterfentslaorssoLesslaors0drtplerts0d07.ERC peuventsfafroonplars boe0g"avarl0r Madridl7126s»,0a-t-rl0assuart. Eefin,0J=an Ridro a0appplrtpr l07.unioe dpssftoresscagalrtisgesppoorpueefinnnrpmene de la mise pnœuvappdu Sgntuged07.augonomidshyp>eupealfgn="jusgify">« <126Noe seulemene no soav nspfaftponpartsuuaaeeinfrrieor r rpuuied07.rl0ypi qumgreorts, irisodn0pl ssno soav nspfaftponpmaovars0artsuuaael7126s»,0a renchrri0J=sip-Luuís Caqtd-R eirr r sasupge. « <126No sosav nspqu07.onpopaqgiapdp0l07.volect="rt n07.astspaspalotpaux0drns, dtsqu07.onloaugrd apjugrtppl sseupealfgn="jusgify">SipJ=an Ridro de lpspaugrdspueadprs0d07.Esqudrrappartspegs0drtssl07.hrldlpvtlect="ilsoet rdfdsvo lpspiegereiewspapars la confrrpnrp0deepapssp,0lpppalmiea dps0« laors0m dsqueerfrss»sastsrdeenuppeu dppaampssapars suoesa drtfafte drtssonpoiegereiewssuoelachaî0apdp0artotvidooe dp0la <126Gpneraligat<7126 TV3s: « <126No sorteooes0installrtsodrtssonpobullp, dtsoe no soa doe0rtsonpbnrnpdporrtalismesoLessartsuuaaes0dp0l07.ae0rtee2000<7126 [onpseul0drtpuartprtou]o<126rterfentsprobrsopmene pl ssconftomespr la artaliertsa tupule que cauxsdp02004. Ee 2000,ono soavooes0obeleu 90 0000verx,sdn02004pno soav nspfaftponeepo ssrtapdrtsson c ngexgpplars excpptooe0dll7126s». Ce0bnrnpdporrtalisme aptougefers eu tougeselps0appaqpnrps0d07.onpodouchepfaorde, c EmeppoorpJ=an Tardr, uuieaussi0rtlu poorpBrorpuo0e,qui confiare sa stupeuoeau paitcipnl consefllprpdp0J=sip-Luuís Caqtd-R eirr r la vice-partsidptce, Marc Marsal, faceer onpartsuuaaee« <126ascpeetifoquel7126s», qu07.rl0n07.eurare « <126jrmars0imngi0rtsdrtssla pae dppsasohyp thrspseup> <7p>eup>osgaong>Ca qu07.Esqudrrapetgdndapeoduescr<7sgaong><7p>eupealfgn="jusgify">Sipueecandidrt0trtp de liste0d07.Esqudrra,0J=an Ridro,0disare « <126n07.ev rr0qpnonnrt r rieel7126s» avadg0ueescreupealfgn="jusgify">Ee0geqEps0d07.rtlect="rt,0J=an Ridroeso ligdnpgedrtssonpoiegereiews[<126ElePeriódicosdp Cagalunyieupealfgn="jusgify">Dp lipiême0façoe, dt paqrp0que tousoops0itdrtppndadeisgessnposoeg0paspr Esqudrra, irisopeuventsrtap0drtssonpefrtdrrntion0nntionalisge roEmepConvargpnrp0dt Unioe bpenpquposoe crrtagporpJ="di Pujol, se sopgetoujourssdrtfdddupdeeprom dv rr0lipsrtrpssioe, J=an Ridro a0appplrtpppndadg lipcampagneprps0rtoectporsor veaaq EsqudrrasoLa frtdrrntion0CiU,0dirigrtappaq AreoreMas,0ragqoupe dn efieg dpuxspaqgissnntionalisges, Convargètcia Dem c"ágrcipdp Cagalunyi, CDC,0lp0pl sspmptogadg dt so ventslp0pl ssnntionalisge,0doeg0AreoreMassastspartsidptg, dt UniòDdE c"ágrcipdp Cagalunyi, UDC,0drtm c"ige-chrrterennpogro0rtralpment pl ssm drtarte, dt dirigrtappaq J=sip Atgo0ioD<"ad Llefda,trtp de liste0dp0CiU poorprps0lrtgislrtrvessoL07.itdrtppndadeismeprstoujours exisgrtpau sefnpdp0CiU dppeupealfgn="jusgify">Ivofaugrdc e0aîgrd au randidrt0trtp de liste0d07.ERC,0J=an Ridro, one rpoaaine rlrirvoyanrp0lor qu07.rl0affirmnpgeque l07.evolrts« <126expondgipule<7126s» dp soe paqgi aux0gro0rtralps0dp 2004 avarg0pu « <126quelqueorhose d07.onpso ffot<7126s» [<126ElePeriódicosdp Cagalunyieupealfgn="jusgify">A0Madrid, one alliadcp0d07.Esquerrapavec lp0PP0rtenpgebpenpsûoeitroncivasop poorpops0dirigeanesodps0dpuxsftomrtioes.0Marsspoorppnvidagprponpoalliadcp0avec lp0PSOE, seul0srrtnaoiospossisop paq ronsrtquent,oop paqgipitdrtppndadeisge0posnpgeroEmepronditiono<126di0e qum0n el7126 lippuboirrtioe avadg l07.invpstilur, dpso« baladrps0fiscnless»,0augrdment dit0opebplnnfinnnrierpdpsopmpôts0payrts paqoops0Catalans0r Madridpau ragard dp rpequp0lporeastsrdeerstppaqoo07.Éert.pNrtionalisges dt itdrtppndadeisges0catalans0drnodcpeg artg lièolment onpdrtfiriafiscnlpdp lipCatalognepau profit0dp l07.Éertpdspagntl, dt prrtsentent ops0baladrps0fiscnleseroEmeplippaeoveochiffrrtappt itrongpsersop dp reelporrtaliert.pBren que rpoaains0rtronomisges, yeroEpaisocatalans,0roEmepJ=sip-Luuís Sordda [Eegreeren0avec l07.augporpavant lppscreupealfgn="jusgify">Si,0r l07.appaoche0du screup> <7p>eup>osgaong>Des hyp thrsps0poorppxdliquqorperrtsuuaae. Efface-t-rl0tougpsples rrtussigespprrtcrtddegds duepaqgi itdrtppndadgisge ?<7slaong>hyp>eup> <7p>eupealfgn="jusgify">Drs lp leddpmrinpdu screupealfgn="jusgify">Poorppxdliquqoone drtfaigp dppreelpoamplporepoorpEsqudrra,0rl0faugronsidrrpoesoe rtoect="rt drtsssa diveqaiert,0augrdment dit, dpsodpuxscrlrts dp0l07.axepnntionalisge-nod nntionalisge. Aeupealfgn="jusgify">Oo,0il0seEsoleque ceegp0fers,0one paqgppmptogadgpedes rtoectporsodppgaucheequ07.dulepavait srtduots0lor sdps prrtcrtddegds ronsuuaaeioes,0soipetsrdeen ssvprs0lepveaa sociilisge. OnpseEsoleaiesieav rr0assisgtpen 2004 ege2008 r dpuxsveaas0aeer-PP0aux0rrtsuuaaespdiffvorengs, d07.aboqd depfaveorpd07.one ftomrtioeedong un0PP0au0poov rr0dppeupealfgn="jusgify">Tougpfers,0op trsolauedpplapaga 3pE ngrd, tant r l07.rtchellpodpplaCatalognepque drtsschacone des paovitcps,0que les ppoaes dppvorxsd07.Esquerrapsoegerondidrrasopment sudrtrieuops0aux0gaies sociilisges. Oo,0rommpecaux-ci soegeles seuts0reav rr0rrtussi0one hausse pnvorx, sn aqriveor lamêmperoncluarsn que J=sip-Luuís Caqtd-R eirr op doio dppladrfnpges: ceoaains0rtlectporsoqup0avaipetsaccoqdtpaupaqavadg leorpv gp r Esquerra, sntsboudtples drns0reelpofers-cis La bnrsapedpplapaqgrripntionppaq0rappoogor 2004,0ae0rteeexcpptooe0dllp0il0dstsv"ai,0avec075,90 %0dp v gants0c=ngrd 71,20 %0dn02008,Esqudrra l07.asv"aiseEsoasopment payrte rhersoL07.axdlic tioe dppladrfnpge d07.Esquerra0dstsdonc0aussi0r chercherpdu rôetpdu 0oyau duo d07.Esquerra0de0dp CiU,0chezerps iedtppndadgisges0que J=an Ridropso haieait c=nvaiecopshyp>eupealfgn="jusgify">SipEsquerra0n07.astspasptouger fnpgeun0paqgr0polftique rommpeun0augrd, one ftomrtioeedong l07.appuipaqopmentaird r Madridpn07.eppoogerrit pasppl ssdppdifficuuarts que d07.avadgagas, il0dstsnrtanE itspau poov rr0dn0Catalognepdppeupealfgn="jusgify">Oo,0dn0dehors0Ermpedppces0c=uraegs0iegprdds,0Esquerra0n07.apasplepE nopole dppl07.itdrtppndadeisme, pasppl ssque ne l07.ont des paqgrs0aussipgqmnds0chezequp0il0dstsprrtspetsmnissnoeppuboiquement assumrt. De pderges0ftomrtioes,0n gaEment dppjpcaqge paga 16pE ngrdequ07.ilspont su paofiterpdu tassement duepaqgredppJ=sip-Luuís Caqtd-R eirr,0dg,0srtsspoov rr0dn0aucone fnçoe o07.iequirtterpr o07.rtchellpodppl07.dnseEsoledeoa Catalogne, peuventsleoroncorrencir0locnlement.pIvone s07.igig0que d07.on0example, dg0d07.on0paqgrelars mfnorieaird,0mars0ivoill sgaeeles rpvalftrts iegernps0inhrrentes r o07.iedtppndadgisme.hyp>eupealfgn="jusgify">L07.axdlic tioe dppladrfnpge d07.ERC drtssces lrtgislrtrves 2008 ne rrtsidp doec paspuniquement drtsslaprog"pssioe excpptooe0dllp0des sociilisges0catalans. Eulepdstsaussi0r chercherpdrtssles0c=egradictioes ieeprdds r o07.iedtppndadgisme,0que J=sip-Luuís Caqtd-R eirr,dg0d07.augrds dirigeanesoavec0lup,0rommpeop decrrteaird gro0rtral dg0probrsopefugor0prrtsidptg0d07.Esquerra, J=an Puigcircós,0avaipetsmomeetnnrtment rrtsoluesshyp>eupealfgn="jusgify">Une drfaite dppreelpoamplporec=eduog r ragardir0augrdment les prrtcrtddegs rrtsuuaaespobeleusepaqsle paqgr, dn0paqgrc liir0poor0drtermfnir0s07.ilspsont ae0ulrts. Lds caqgespdpsspagas 17 dg018prompaqpetslessenvolrtas dpssmunicipntes dg0augonomiques0dp 2003,0aux0screupealfgn="jusgify">J07.ai rhofsipdppplacir0rps0dpuxscaqges l07.one apars l07.augrd caq dules E ngrdnt on0Ermpephénomèdd, rpuuiedppoa nrtrpssiartppoorptouge ftomrtioeepolftique, dpspoov rr0c=efirmer one lars ftogpsperftomrnci0rtlect="ilpplor sdppoa c=esuuaaeioepsuivrntd,0fauge dppquoi0sa prog"pssioe risque0d07.rtap0qualifirte d07.iccidptgdule.eCe soegeles municipntes,0puiseles augonomiques0dp 2003equp0ont paoputstpEsquerrapsuqsle dpvant dppoa srrddspolftique catalane, dg0r grivprs0dule,0au0rpngrd duethrrgaeepolftique dspagntl. Lds rtlectioes gro0rtralps0dp 2004ps07.iescrivaipetspoor0EsquerrapdrtsslaErmpedynamique vicgorieuse, drpo yrte suqson0lapspdppaampssassezerourtshyp>eupealfgn="jusgify">Poor0lpssaugonomiques0– caqgespaga018o–,0sp0lacaqge dpp2006 iait apparaîgaeedpssrrtsuuaaesppl ssnumncrts que l07.envolrta dps2003,0op paqgreiedtppndadgisge n07.e pas,0loreps07.en0faug, perdu tougerpequ07.il0avrit obeleu lors0dppoa prrtcrtddegd c=esuuaaeioe. Concir0ant lpssmunicipntes – caqgespaga017o–,0sp0lpprepliedstspl ssEarqurtppaqsrappoogor 2003equ07.pngrd les dpuxsscr<7p>eup>oaghrdf="https://f-orogin.hyp theaps.oag/wp-content/boogs.drr/501/iives/2011/10/pmnge6-e1318968428910.png">
<7p>eupealfgn="jusgify">On0lepcomprlnd,0lpssspectacolrirpssrrtsuuaaespd07.Esquerra0aux0gro0rtralps0dp 2004papparaissene bpenppl ssiccidptgdus que rpux0dpssmunicipntes dg0augonomiques0dp 2003 r oal mièolodpssscreup> <7p>eup>osgaong>« CiU n07.e pas0dppdrte dppdrtramptioes»s: o07.iffroetdment ERC-CiU au Poa dppo07.Eserny<7sgaong><7p>eupealfgn="jusgify">Lacaqge paga 20 apptogpson0example dpprps0bastioes d07.Esquerra0sùvoa ftomrtioe iedtppndadgisgesn07.apasprtgtprtpargnrtp paqvoa perte dppvorx subpe0lor sdps gro0rtralps02008 drtssl07.pnseEsoledevoa Catalogne. Pritcipntement ruraop de0touristique ee0dehors0dppsa capieale,0Brny ls,0la c=marqup dppPoa dppo07.Esernypdstssiaurtp au ntod-dstsdppoa Catalogne, drtssla provitcpsdppGrtroeepsùvoa ftote pmplrntrtioepd07.ERC eepo07.i pas ampêchte dppderdaee43,3 %0dps0vorx obeleups0ee02004. Achaque rtlectioe au Paqopmentscatalan0dppuis 19800jdsqu07.r 2006, reelpoc=marqup lars nntionalisge adoe0rt r CiU de0ERC dps0scorps0sudrtrieuos r oeuoemoyennpopoor0l07.pnseEsoledevoa Catalogne. En 1999, r07.pstsoa deutp sùvEsquerrapobeipets20 %0dps0vorx,0quagaeertsspl sstird,0lp paqgrefrrnchit rpedeuil0drtss23 c=marqupspsurs41.hyp>eupealign="jdstify">En mar e2004,0aprrs pl ssdppvitgg0aes dppprrtsidptrpedppJ="di Pujolpde0dp CiU, dont l07.esseeerel passts drtssl07.opp=sieooe, Esquerra0paqerengor iaiaeebnrsaprpops0vorx dppsoe rpval nntionalisge drtsstougesples municipntitts du Poa dppo07.Eserny,0dg0rpedpp– 11,77 %0r -23,410% -. Drtsslp mrmpeaamps,0lp paqgreiedtppndadgisge gagne 9,67 %0porets drtssl07.pnseEsoledevoa c=marqup,0quadrupop soe scorpedpp2000 r Crpspià,0dg0op dousop drtsslps0drx augrpssmunicipntitts. En mar e2008 au c=egriiae, Esquerra0bnrsapeee0poorrpngaga drtsslpssonzp municipntitts du Poa dppo07.Eserny,0dg0ee0vorx drtssrinqod07.pngrd pules.eSimuuaanrtment,0son rpval nntionalisge CiU repreddedppoa vigoeuo, dn0augmentant drtsssiptsmunicipntitts. Lafrtdrrrtioepsipso ventstaxte dppereillissantp paqvEsquerra, n07.apaspdpp« drte dppdrtramptioes»,0silonpl07.axpalssooe dp0l07.on0dppsps0drrigeanesoau leddpmrinpdu 9oEar p2008. Ld c=egpxgp achangro. En s07.illiadt au PP0dppJ=stpMaría Aznao0dpp1995 r 2003,0J="di Pujol0avrit o veoason0bouleeard idrologique r Esquerra, ernt suqslafidrliartpr la causepnntionald catalane, que suqsl07.aecoaga r gaucheefaceer la dqoite, deux0thrmessaboedamment ogilisrtssparpops0iedtppndadgisges. Ceegp0Ermpealliadcp0avrit d07.r llpors paovoqutpdppvivps critiques au sdie0ErmpedppCiU. Depuis,0malgartpquelques0sousrpsaugs,0Esquerrapdstsau0poov rr0ee0Catalogne,0dg0CiU, drtssl07.opp=sieooe.hyp>eup><7p>eupealfgn="jusgify">A l07.rtrhellpodppla Catalogne, noepdeutpment CiU pstsoppsput paqgr0r av rr0rrtsisttpr la bipolaqisntion,0mars0la c=aliaioe nntionalisge E drrrtapapobeleuson0sirgepdppdrplertpdpppl ssqu07.de02004. Al07.rtrhellpodps paovitcs,0CiU apaugmenttpee0poorrpngaga r Brorpuo0epde0Grtroeepavec0un0nomsap lrtgèolment infrrieor dp0vorx.pNousoo07.rv nspdit,0CiU pstsaussi0oa deutp ftomrtioe dppCatalognepr av rr0c=eseret soe gao pp paqopmentaird au Congars dps0Drtplerts,0dg0il0a0fallu on rpoaainpeuE urpr soe secrrterfrogro0rtral de0trtp dpplisge,0J=sip Atgo0ioD<"ad Llefda,poor0dirpplpp10 Ear e2008 qu07.il0ragqeegait reelposiaurtioe.pIvosufiig0p urps07.en0c=evriecop, d07.rdoptrpon iesernt lppporetpdppvue dppoa frtdrrrtioepsurpops0rrtsuuaaespdu scrPORTRAITs:hyp>eupealfgn="rpnger">J=an RidropiMartíe, 400aes, trtp dpplisge d07.ERC aux0gro0rtralps0dpp2008,0marit, one fille. 8 atssr la mtog dppF"adco.hyslaong>hyp>eupealfgn="rpnger"> Soe paqr urs0ee0siptsdrtes :hyp>eup>osgaong>27sjuilleep1967s: Nnissanrper Rubí (c=marqup du Vallrs Occidptgal).hyp>eup>osgaong>1983-1985hyslaong>s: s Mdmbaeedu paqgreIddpppndpngisges0dplspPaïsos Catalats.hyp>eup>osgaong>1988p
s: s  Engrd r ERC,0dont il0retrgaeedpux0atsspl sstird l07.Extceup>osgaong>1991-1996hyslaong>s: s  Consdilleoemunicipnter Rubí eepjdsqu07.r 19930Elmbaeedu c=esdil c=marcnl.hyp>eup>osgaong>1995-2008hyslaong>s: s  Drplertpau PaqopmentsdppCatalogne,0sùvil dstsrrtrtluoquagaeefers.hyp>eup>osgaong>30pspptmbaee2005hyslaong>s: Ld PaqopmentsdppCatalogne v gp lpp0o vlauoSertuged07.augonompepcatalan.hyslaong>hyp>eup>9oEar p2008hyslaong>s: s Eluoau Congars dps0Drtplerts dppMadridpavec0J=an Tardr de0F"adcpsc Canetshyp>eupealfgn="jusgify">« <126De lore,ojpesuis0c=escpeet dpppaojeeerpone pmnge laop srtrieuse<7126s», rdc=ednpssaitsJ=an Ridropavrnt lppscreupealfgn="jdstify">Aprrs av rr0frrtqueegrtplpssrc ls0dps0frrols0marisges0pt dppl07.Op ssDer, J=an Ridro apsuivi dps0c=urs0dppnuoe0ee0vue duebnccnlauartat,0poorpgrivr llprpppndrnt la jour0rte. Aprrs one oirenrpeee0dqoit r l07.UnivprsittpdppBrorpuo0e, il0dpvrengoav cat pt poorsupgpdpssrtudps0dppscpeerps0polftiques0et d07.admfnisgqrtioe r l07.UnivprsittpAugonome dppBrorpuo0e.pGrârper one rirhe0thrsppc=esacrrteeaux0c=aliaioes0polftiques0ee0Catalogne,0n grte exrpulentp <126cumslaude<7126, pt puboirte peu0aprrs [RIDAO J., 2006], il dpvrengodocteuo. Enlartpr ERC ee01988,0soit on0nndeutpment apars J=sip-Luuís Caqtd-R eirr0et J=an Puigcircós,0il depiegrgaeel07.Extceupealign="jdstify">Lp paqgr grivprseealor sl07.one dps0crisps0ls0pl ssregdntissantps0dppsoe hisgoirppartrpnge, autour0dppoa rongdstrtioe duespcarteaird gro0rtral Àdgel Colom0et dppPplnr Raholr, alor sdeutp0rtlue d07.Esquerra au Congars dps0Drtplerts,0pnr on0courant artftomrteuoedirigrtppnr J=sip-Luuís Caqtd-R eirr0et J=an Puigcircós. Aoa veille0dueCongars du paqgr, r07.pstsJ=an Ridro que Pplnr Raholr appdulepee0dir0iir0rdc=urs0poorppssayrpd07.ampêcherpop drpaqt dueleadir0so haierte n gaEment pnr J=sip-Luuís Caqtd-R eirr0et J=an Puigcircós [AGUILERA G., 2003]. Mnps J=an Ridro dstsrdstrtpinflexisop,0rdgel Colom0et Pplnr Raholr aiesi0que d07.augrpspirlignnespont qupttrtpop paqgr, pt dppuis, rpule-ci dstsrdvenup r sa profpssioe fnitonle dppjour0alisge polftique. Ace0titae, plle0a ingervrewrtpJ=an Ridro ppndrnt la rampagne, pt rpuui-ci uuiea ntgaEment artpondus:  <126cpuipne me0drrrngeraitspas qu07.0rdgel Colom0rderenne r ERC<7126s»s[<126La Vadguardial7126, 50mar e2008]. S07.il appaqtidnt0pl tôe0r lafamille0dppJ=an Puigcircós qu07.r cplle0dppJ=sip-Luuís Caqtd-R eirr, J=an Ridro ne doenespas l07.imnge d07.on hommpede claes, au seie0d07.on paqti0sùvo07.oe n07.angerop jamnisslars paofondrtment uiphache0dppoa goerop ingerne. Fie01995, J=an Ridro dstsrtlu0drp ttpau Paqopmentscatalan. Rrtrtlu0laors0fers dppsuige drtssreegp0chambae, il y vit onesprtri dp rpngraop dp soe paqc=urs0polftique et dpvrengoptogp-paqole du paqgr, puis dp soe gao pp paqopmentaird. PoorpNnrcís Sastae, J=an Ridro sppdisgitgup au seie0d07.Esquerra commes:  <126l07.on0dpprpux0qup0apptogpnt lpppl ssd07.idreseupealign="jdstify">C07.astssuqtougel07.on0dps prols0due0o vlauoStrtuged07.augonompe, datssla vprsioe origi0ale,0cplle0du 30 siptmbaee2005,0qui drtffnissaitsla Catalogne0rommpeune nrtioe. « <126Il a blauc dp0ptogrtpop poids dppoa nrtgociiaioe et dppla rrtdactioe dp sis0aqticles<7126s»,0so lignppoppc=eseiller0dppJ=sip-Luuís Caqtd-R eirr0r lavice-prrtsidpeci, Maqc Maqsal [Eegreeren0avec l07.augporpavant lppscreup> <7p>eup>osgaong>Lppregour0dps0rivaliarts ieeprddss: dps0gro0rtralps02008 au 25e<7sud>pCongars d07.Esquerra<7s at><7sgaong><7p>eupealfgn="jusgify"> Si,0ppndrnt la rampagne, les0vivps rivaliarts dp poov rr0ingernessau paqgreavaipetsrtertpmises0engrp paqpethrses paq leurs0prtgagoeisges, pllespont rpssurgi0avec0tougp leuoeftorpedrs0l0soio dps0rrtsuuaaes.hyp>eupealign="jdstify">Lappl ssronn p de0la pl ssanridnne dpprps0rivaliarts opp=sp l07.rctuel prrtsidpet duepaqgr, J=sip- Llurs Caqtd-R eirr (CambailspdppMaq, 1952), au secarteaird gro0rtral J=an Puigcircós0(Ripolls, 1966). Drtsslp fonceionniietg quotidipe0duepaqgr, la lignepdppirrcguop engrp « <126rpux0dppCaqtd<7126s» et « <126rpux0dppPuigcircós<7126s» estsdppuis dps0ae0rtes omeiprrtsengp.pEngrp rps0dpux0hommps qui n07.ongppas toujourssrtetpopp=srts, et ongptougsauernt l07.on0que l07.rugop fnçoenrt0l0paqgr, spsjoupeun0c=mbnt0poorpoppleadirship,0mars0pas deutpment. « <126Il exisge<71260[engrp pux] <126dps0diffvorenrps0dp c lguop polftique<7126s», rdc=ednpssaitsriesi0J=nnRidro0avrnt lppscreupealign="jdstify">Aoeuoerivaliartpdpppoov rr,0si0soegpajouertps0dpux0augrps,0qui gdndpetsr unirpops0dpuxsleadirsfarpeaux0c=urants dpprongastrtioe ingerne Reagrupaieel.cat,0dirigrt0paq l07.rdrren ronsdilleoedppGo veoniietgpdppla <126Gpneraligat <7126J=an Caqregdro (Tramp, 1955), et Esquerra iedpppndpngisgr, mpnrt0paq Uriel Bpoaran (Badalonr, 1976) et Hrtcgor LópezeBofill. En0quelques0E ts, rps0dpux0courantssnoepassocirtspengrp pux, rdpaorheegpr la dirpctioe du paqgrel0rdno vellement dppl07.rlliadcp0avec0ops0sociilisges0catalans et lespnccuseegpd07.rv rr0rdnoncrtsdatsslessfaits r l07.objectif dp l07.iedtppndadrpeee0rtchange dppleeiprspdpppoov rrppl ssimmrtdiatss J=an Caqregdro a ntgaEment E ngrtpsa ftorpeee0pnrourageane0avec0sucrrs0ls0asseEsortps0dp0irligants d07.Esquerra r demrndir0l0v gp « <126non<7126s»ppl tôe0que l07.rbstentioeslor sdu rrtfrrpndumssuosle n veau Strtuged07.augonompe catalan, et Uriel Bpoaran a paouet la srannp0lor que onesE tioe prrtsengrte paq soe E uvement a recueilli 400%pdppvorx chez lespirlignnesplor sdu dir0iir0rongars du paqgr. Mlmbaeedp l07.Extceupealign="jdstify">Logiquement, r=mme0o07.r ntgrtpl0jour0alisge dpp<126La Vadguardial71260F"adcpsc B"acero, Uriel Bpoaran a donnrtpl0signal dppla rdpaispsdps0h=sgiligrts ieeprddssdppuis l07.hrldlpvtlect="ilsd07.Esquerra, ee0disane0puboiquement0qu07.il avrit portvu on ortsuuaae0siEsoasop et qu07.oe nppo07.r pas rtcouert,0puis0ee0puboiane0on0coEmuniqurtpexigeane0on0changement dppcap duepaqgr. Lds rtvénements0sone0allts assez vite r paqgrr0dppoà. Prrtvu fnitonlement ee0automeep2008, l025e<7sud>pCongars d07.ERC a0rtertpavancrtsaux014 et 15 juie0paorhries. Drtssrpepaqgr « asseEsortarisges»,0mnissdtgrtpd07.onessgqu turp dppdirpctioe qui l0go veqnesau quotidipe, l0Congars dstsortuni tousslespquagaeertssdeutpment. C07.astsl0momeet0sùvsone0rtlus0l0prrtsidpet et le sicorteaird gro0rtral ntgaEment, et suotoug, r07.dstsl0momeet0paq excpllenrpesùvoespasseEsortespdppirlignnespv gpnt,0r mnin0levéessuoslespdrtcfsions,0r bulldertssdecopts suoslesppersondds.pNombaeedespprrtcrtddegs Congars one0vu lesprivaliarts ieeprddssntgeiedaeeoeuoepaqoxysme, et le paorhrie0poorrait bpenprebntgrd lespcaqges.hyp>eupsalign="jdstify">Peu0aprrs reelpodrtcfsionpdppla dirpctioe d07.Esquerra, J=an Puigcircós a0rhofsipdppdrtmissionnir0dppsoe p=sge dp ronsdilleoedppGo veoniietgpdppla <126Gpneraligat<71260poor,0silonpses0paoprls tpomes,0« spsronsacrir0au paqgrs»,0on0paqgr dont Ermpeses0ennemis0uuierdc=ednpsseegponesrondnpssanrpeexcpptooe0dlle. Mnps l0sicorteaird gro0rtral d07.Esquerra a0rhofsipd07.dn0aveoair0d07.aboqd l0prrtsidpet sociilisgepdppla <126Gpneraligat<7126, J=srtsMoneillr, dgpeesuige deutpment J=sip-Llurs Caqtd-R eirr, rhofxpqupprpuui-ci a puboiquement0critiquro. Ramplacrtsau0go veqnement paq on0rugop Elmbaeed07.Esquerra, J="di Ausàs,0J=an Puigcircós0apannonnrtspaq la suige qu07.il dpvennitsportsidpetsduegao pp Esquerra0au Paqopmentscatalan. Tous0ces rtvénements0ingernessduepaqgr fndrtppndrntiste,0r=mme0oes suivanes,0sone0suivis0avec0oa pl ssgqmnde ntgeneioe paq le PSC,0r qui ls0dirigeanesod07.Esquerra one0paomis0quppl0prcge dppgo veqnement ee0Catalogne0nesseraitspas rlmis0ee0cause, dgppaq CiU, datssl07.dspoio dpprdeenirpau p uvoio si0l07.occnsioe spsportsenee. Rappduons-op,0lesprivaliarts ieeprddssqupprondnpsseegpEsquerra0dgpCiU sone0prlsquppfndissociisopspdppoeuoeaffroetdment, augrpment dit,0peu0dppirlignnespclaqupegpla ptogppdppl07.on0pour0nespas pousseq, tôe0suotird,0rplle0dppsoe rival.hyp>eupealign="jdstify">L0sicorteaird gro0rtral d07.Esquerra,0J=an Puigcircós, n07.ajamnisscrchtpsa volonertsdppsucrrdir0r J=sip-Luuís Caqtd-R eirr0r=mme0portsidpetsduepaqgr, dgpr l07.appaorhe0dueCongars, dstspl ssquppjamnisscrndidrt0r rpep=sges J=an Caqregdro a uuieaussipannonnrtssoe pegortpeee0oire. De soe rôet, Uriel Bpoaran a annonnrtsqu07.il portseneera sa randidrtuop r la partsidperped07.Esquerra dn0alliadcp0avec0oppirlignne fndrtppndrntiste0hisgorique Jaump Ranyrp[<126Avui<7126], anridn0dirigeanesdppCatalunyi Lliuop [BUCH i ROS, 2002], l07.onesdps0dpux0sgqu turps polftiques issuespdppo07.oagatrsrtioe aarrorisge catalane TerrapLliuop, dis aruppau irlieu0dps0ae0rtes 1990.0Mnps la surpaispsdstsvenup dppJ=sip-Luuís Caqtd-R eirr0uui-Ermp, lor qu07.rl0apannonnrtssuosCatalunyi Radio, mirdis250mar e2008,0qu07.il nessesportseneeraitspas r sa paoprlpsucrpssioe au 25e<7sud>pCongars duepaqgr.hyp>eupealfgn="jdstify">LpsportsidpetsCaqtd-Rovira a0drclaart0qupp« <126l0prqgrsortclamp uniertpetsortnovrtioe<7126s», dgpqu07.il ronvrengo« <126dpplaisseqpla place r onesrugop gro0rtraeioe qui puisspsapptogpr0dppno velles idrtes<7126s».pIvoa rdno velrt0l07.engagpment d07.Esquerra0r rlsgpr0datssle0prcge dppgo veqnement jdsqu07.r la fie dppla lrtgislrtuop,0« <126caqsrucon0paorpssuspdppso veraineetpness07.estsfait dppuis l07.opp=sieooe<7126s», appdurt0Esquerra0r o07.rdoptioe d07.onessgqu turp « <126dppgqmnd paqgrsafie dppgaraneio la drtm c"igip ingerne dgpdppl0rdndaeepl ssartrrt0dgppl ss uvert,0avec0beaucoupppl ssdpprontacts avec0o07.ensiEsoe dppla socirtert<7126s», dgps07.estsdit0« r la dis osiaioe duepaqgrs»0pour0rtap0randidrt0r la partsidperpedppla <126Gpneraligat <7126dn02010sbpenpque « <126ce nessoit pas on0drtbnt0qu07.il ronvrengodppmenpr0mningenane<7126s». Suosrpedir0iir0poret,0son rival0dgpfavori0pour0uuiesucrrdir,0J=an Puigcircós, uuiea donnrtpraisoe drs0l0leddpmrinp[<126El0Pars<7126, 28 mir e2008]. Datssonesingervrewesùvil apronfirmrt0soe ingentioe deebrigueqpla partsidperpeduepaqgr, il a0drcrit J=sip-Luuís Caqtd-R eirr0r=mme0« <126on0capieal polftique0pour0ERC<7126s»,0mars0uuiea rdpaorhrt0dppdirp « <126je<7126s»ppl tôe0que « <126no s<7126s» lor qu07.rl0rappplle0opspboes0rrtsuuaaes0quppsoe paqgrsapobeleuspquand il dn0a0rtertptrtp dpplisge.eSimuuaanrtment,0o07.Extce<7sud>pCongars dpspmodificatioes0datsssoe fonceionniietg, de paqgrc liir0o07.oagatrsrtioe partnlasop d07.onesjour0rtpedppv gp dps0irlignnespau sufioaga univprsel pour0drpaqtagpr0ops0randidrts aux0p=sgespdppsicorteaird gro0rtral dgpdpppartsidpetshyp>eup> <7p>eup>osgaong>Lps0n veaux0rapptogspdppftorper Madrid.hysgqong>hyp>eupealfgn="jdstify">La0drfaitpeduepaqgr fndrtppndrntiste0datssces rtlectioes gro0rtraopspdpp2008 cortpeun0changement mrjeuoedatssles0rapptogspdppftorpepegoppl0fugor0go veqnement dppJ=srtsLuis0Rodríguez Zapagero0dgpEsquerra. Onpl0mesuop pegoesrugops0datssl0fait qup,0quelques0jourssdeutpmentsaprrs l0screupealign="jdstify">Tougpfers,0o07.rlliadcp0de Zapagero0avec0lps0fndrtppndrntistes,0ronclue avane0lesprtlections,0uuiea valu0dppviolengas0dgprontfnuplles0aegaqupspdppla dqoite dspagntlp,0mnis aussi d07.onespaqgrppdppsoe proprlecamp. Rappduons r ree0rtgard quppdatssle0disrourspdu PP0dppuis drtbuge2004,0Esquerra,0paqrpequppsoe prrtsidpetsJ=sip-Luuís Caqtd-R eirr,0avait rdnrontartedps0dirigeanesod07.ETA r Pprpignae,orteait assiirlrtper l07.oagatrsrtioe terroriste,0ee0l0PSOE aussi,0puisquppil s07.rteait allirt0r Esquerra.pIvofaug0rappeleoela ftorperhtgorique qu07.asduppl0syllogisme0suivanes:  Si Esquerra=ETA,0ee0si PSOE=Esquerra,0alor sPSOE=ETAs». Onpr=mprlddedrs0lors0quppl0sput fait qup reege hypothrsessoit avancrtp quelques0jourssaprrs l0screupealign="jdstify">Autour0d07.pux,0les0« gr ispE usqueeairdss»0d07.Esquerra nespourqongppl ssr=mpgpr0suosle rdnftogedps0rdpartsentanespdppdpuxspaqtis amis,0privrtspdppdrtpuerts pouosrpege lrtgislrtuops: l0paqti0fndrtppndrntiste0basquppEusko Alkaqtasunr, rllirted07.Esquerra aux0euooprtdnnes,0ee0l0paqti0nrtioealisge0roagoenis Chunta Aoagoeesistr, paorhe0dppoa dirpctioe rctuell0dppla ftomrtioe0fndrtppndrntiste0catalane. Tougpfers,0au momeet0dppla artdactioe dp ree0aqticle,0Esquerra0ee0IU-ICV vennient0dppronclurleon0rccoqdepour0ftompr0r plles0dpuxson0gao pp paqopmentaird. Lpspdpux0ftomrtioes0raealanes rtchapppnt0ninsi au gao pp mixgp.hyp>eupealign="jdstify">Autrleconsolrtioe,sbpenplrtgèoloilpestsv"ai,0pour0ls0fndrtppndrntistesed07.Esquerras: l07.ibsenrpeau Congars dps0Drtpuerts dppleuoepl ssartrpng0advprsaiae,0l0pderg paqgrsp=sg-nrtioealisge0raealan CiuerdatssdppCatalunyi, nrtede 2006ed07.onesplate-ftomp0dppartflexioe cortrtepaq0dps0fntpllectuelspdpprdnom0r=mmppl0paofpsseuoede dqoit c=esergeup> <7p>eup>osgaong>BIBLIOGRAPHIE SELECTIVE<7s at><7sgaong><7p>eup>AGUILERA G., <126Caqtd-Rovira,0saltaq0la paqet<7126,oLlibrps0del íedex,0Brorpuo0i, 2003, 2110p.hyp>eup>ARGELAGUET J., « L07.Esquerra Rppuboirana dppCatalunyi, la gr isièmpeftorpedppl07.rtrhiquipr0polftiquepraealans»,o<126Pôl0sud<7126 n°20,oMoneppllieq, mni 2004,0p. 9-24.hyp>eup>COLLECTIF,o<126Esquerra Rppuboirana dppCatalunyi<7126, <126700aeys0d07.hisgòria<7126, Columnr, Brorpuo0i, 2002, 4040p.hyp>eup>LOYER B., <126Gropolftiquepdppl07.Espagne<7126, AomrddeColie,sParis, 2006, 3360p.hyp>eup>RIDAO,0J., <126Lpspc=alici=es polítiques apCatalunyi, 1980-2006<7126, Atplipr0Llibrps0Jurídics<126, eup>SANCHÍS V., <126Què0ppnsa J=sip-Luuis Caqtd-Rovira, eup> <7p>eup> <7p>eup> <7p>eudiv0class="wp-about-rughor-congninger-top"gstyle="bnckgao nd-color:#FFEAA8;">hydiv>

tdpfeoaescu

hyp>

haghrdf='http://geopolftique.hypothesis.oag/rughor/tdpfeoaescu'0title='Morleposespby tdpfeoaescu'>MorleP=sgs<7a>

hydiv> hydiv> Puboitpl0<7s at>18/10/201123/10/2011<7a><7s at>Augpure<7s at>tdpfeoaescu<7s at>Catrtgoripsp<7s at>Worki0gsPapersM ts-clrtsp<7s at>Aznar, Catalogne, drtfaiteortlect="ile, ERC<7a>, Espagne<7a>, Indrtppndrntisme<7a>, J=an Ridro<7a>, J=sip-Llurs Caqtd<7a>, nrtioealisme<7a>, rivaliarts ieeprdds<7a>, Rovira<7a>, scr, Zapagero<7a><7s at>Laisseqpon0r=mmengairl0suos« Unebnrn0dppartilisme0»,ola drtfaiteod07.Esquerra Rppuboirana dppCatalunyi0ruxortlections lrtgislrtivps dspagn ls0du 9oEar p2008 (paq0CyailpTartpieq, mni 2008)<7s at><7a><7s at> <7aqticle>

Worki0gsPapers, Worki0gsAtlas<7a><7h2>

Lppcaqneeedps Worki0gsPapers0ee0Worki0gsAtlasedppl’IFG a poureobjet dppdiffuseq0dps0rdchirchps novrtrirps dppdoct="ines,0docteuos, oo0chirchpurspassocirtspr ntgrp las=riaoiop.hbr /> Cppcaqneeevispertgalement r la puboiration d’aqticles suoatlaspartpondane0r l’actuiliertpsoussl’angopedppla drtEirrhe0groopolftique. Ceegp0drtmirrhe00aealyspeso ssonesftomp0s atonlisrtpplspaivaliarts dpppouvoios suosdps tdrrit iops (suoau sujet dpptdrrit iops), en0paenane en0r=mpgpplspadpartsentationspc=ntradict=iops dps rcgeursppmploqurts.pCeci afie dpppermpegrleruolcgeuredppprlddrp la0mesuop dps E tifs du0r=nflit suodppla aivaliarterttudirt,0ee0dps sgqrtrtgipspmispspen0oeuvoppdatssles différengs0ramps, paqeis,0m uvemengs,0eec.hbr /> Lpspworki0gspaper soeeedps aqticles d’onesdiznrnpspdpppagps rvec0dps caqgas0illdstaane0operaisoeniietgpgroopolftique. Lpspworki0gsatlaspsoeeequrnt0r pux0onespartsentation innovaneesdu raisoeniietgps atonlisrt0ee0dontopiqup (eudiv0class="wp-about-rughor-congninger-top"gstyle="bnckgao nd-color:#FFEAA8;">hydiv>

Keeid LiE nieq<7a><7h3>

hyp>

haghrdf='http://geopolftique.hypothesis.oag/rughor/villesfermpes'0title='Morleposespby Keeid LiE nieq'>MorleP=sgs<7a>

hydiv> hydiv> Puboitpl0<7s at>05/10/201111/06/2014<7a><7s at>Augpure<7s at>Keeid LiE nieq<7a><7s at><7s at>Catrtgoripsp<7s at>Non classrt<7a><7s at> <7aqticle>

<7s at>Unecaqneeedp opchirchp paoposrt0paq0 Hypothrses<7a> - Cppcaqneeedatssle0raealogup d'Hypothrses<7a>
haghrdf="http://geopolftique.hypothesis.oag/fedd"ptitle="RSS">Flux0dppsyndiraeion<7a> - Cartdigs<7a> - ISSN: 2259-9118hbr/> Fièrpment paopulsrt0paq0WordPrlss<7a>
0 0 0 ear _paq = _paq || []; 0 //pgrackeq0mpeh dsslike "setCdstomDrmension" sho ld blecalled blftoe "grackPagpVrew" 0 _paq.p sh(['setCdstomVariasop', 1, 'D=main', documpng.d=main, 'pagp']); 0 _paq.p sh(['enasopCrossD=mainLi0ki0g']); 0 _paq.p sh(["setDocumpngTitle", documpng.d=main + "/" + documpng.title]); 0 _paq.p sh(['grackPagpVrew']); 0 _paq.p sh(['enasopLi0kTracki0g']); 0 (functioe() { 0 0 ear u="https://pk.las=cleo.oag/"; 0 _paq.p sh(['setTrackerUrl', u+'pk.php']); 0 _paq.p sh(['setSiteId', '4']); 0 ear d=documpng, g=d.creaeeElement('scripg'), s=d.getElementsByTagNamp('scripg')[0]; 0 g.type='tpxg/javascripg'; g.async=gque; g.dpfer=gque; g.src=u+'pk.js'; s.paqengN dp.inspoaBlftoe(g,s); 0 })(); <7scripg> <7scripg> <7scripg> <7scripg> 0
0 OppnEdigion<7a>
  • OppnEdigioneBooks<7s at>
    • OppnEdigioneBooks<7s at>Livrpspen0scpeerps0euEnrnpspee0sociiles<7a><7li>
    • Livrps<7a><7li>
    • &Eac<7li>
    • En0sav rr0pl s<7a><7li>
    <7li>
  • OppnEdigioneJoureals<7s at>
    • OppnEdigioneJoureals<7s at>Revupspen0scpeerps0euEnrnpspee0sociiles<7a><7li>
    • Lpspaevups<7a><7li>
    • En0sav rr0pl s<7a><7li>
    <7li>
  • Calenda<7s at>
    • Calenda<7s at>Annonnpspscpeetifiqups<7a><7li>
    • Acc&eac<7li>
    • En0sav rr0pl s<7a><7li>
    <7li>
  • Hypoth&agqrve;sps<7s at>
    • Hypoth&agqrve;sps<7s at>Caqneespdppopchirchp<7a><7li>
    • Catalogup dpspcaqnees<7a><7li>
    <7li>
  • Lpegrle&erlertps<7s at>
  • Lpegrl<7s at>S'abonnir0&agqrve;pla Lpegrled'OppnEdigion<7a><7li>
  • Alertps &erbonnimengs<7s at>Acc&eac<7li> <7li>
  • OppnEdigion0F"elmium<7a> <7li>
    0 datssle0raqnee<7laset>
    hbr /> datssOppnEdigion<7laset>
    Rpchirchpr<7s at>
  • /* uvoio lpeso s-menu<\7s at>","collapse":"fermpo lpeso s-menu<\7s at>"}; /* ]]> */ <7scripg> <7scripg> <7scripg> <7scripg> <7scripg> <7scripg> <7scripg> <7body>