La Forêt Modèle de Campo Ma’an au Cameroun : analyse géopolitique (par Michela Ravelli, juillet 2012)

A propos de l’auteur:

Michela Ravelli a soutenu son mémoire de Master 2 Recherche à l’Institut Français de Géopolitique en septembre 2011. Il s’agit d’une analyse géopolitique de la Forêt Modèle de Campo Ma’an au Cameroun.
Ce working atlas est issu de ce travail de recherche.

michelaravelli@gmail.com

Résumé :

L’année 2005 marque la création de l’Association Forêt Modèle de Campo Ma’an (CaMaMF) dans un territoire au Sud du Cameroun, celui de l’Union technique opérationnelle (UTO) de Campo Ma’an.

Son objectif étant de prôner le développement à travers l’atténuation des conflits et la promotion du consensus, l’Association Forêt Modèle se révèle en tant qu’un instrument innovant de gouvernance territoriale, qui fait appel à une vaste participation de toutes les couches de la société. C’est un lieu qui polarise tous les acteurs, y compris ceux qui ont toujours été écartés de la prise de décisions.

La CaMaMF est une entité nouvelle qui prend place au milieu de conflits entre les emprises territoriales existantes, exercées par les acteurs précédemment installés – agro-industries, exploitants forestiers, le Parc National – et les emprises des nouveaux intervenants, rattachés à des grands projets de développement, qui s’accaparent des portions du territoire et se superposent à un maillage déjà complexe.

Dans un territoire si vaste et si peu peuplé – 771 668 ha pour une population d’environ 60 338 âmes selon le recensement le plus récent – est-ce que la revendication des terres, dont les populations bantoue et pygmée se sentent dépossédées, traduit un « manque » réel d’espace pour vivre, où est-elle la représentation de situations plus complexes ?

Working atlas n°4 – PDF à télécharger (VF)
Working atlas n°4 – PDF à télécharger (anglais)

Le FN à Paris: la fin d’un cycle ? (par Matthieu Jeanne, juillet 2012)

Working paper n°8 – PDF à télécharger

A propos de l’auteur :

Professeur agrégé, Matthieu Jeanne enseigne l’Histoire-Géographie dans un collège de Seine Saint-Denis. Il est actuellement doctorant à l’Institut Français de Géopolitique. Dans le cadre de ses recherches, il a collaboré à plusieurs reprises avec la rédaction du Nouvel Observateur pour le supplément ParisObs. La thèse qu’il prépare sous la direction de Béatrice Giblin s’intitule Analyse Géopolitique de Paris. Elle accorde une place centrale aux rivalités de pouvoirs qui s’exercent sur la capitale à travers l’analyse spatiale des comportements électoraux et l’étude des mutations sociales et urbaines de Paris.

matthieu.jeanne@club-internet.fr

————————————————————————————————————–

Au premier tour des élections présidentielles de 2012, Marine Le Pen a recueilli près de 13,95% des suffrages des électeurs inscrits à l’échelle nationale. C’est une nouvelle progression après le scrutin présidentiel de 2002, où Jean-Marie Le Pen et Bruno Mégret avaient rassemblé ensemble 13,28% du corps électoral. Ces deux poussées ont suscité une production scientifique importante en sciences politiques et géographie électorale visant à analyser les ressorts politiques et spatiaux du vote frontiste. Ces analyses se sont focalisées tôt sur les espaces les plus favorables au vote d’extrême-droite à l’échelle nationale notamment la France du Nord, de l’Est et l’arc méditerranéen [Alidières, 2004; Alidières 2012] et, à l’échelle régionale, les espaces périurbains et ruraux [Ravenel, Buléon et Fourquet, 2003; Le Bras, 2002]. Peu d’études ont analysé une autre évolution majeure du vote frontiste : le reflux de ce dernier au centre des espaces métropolitains. Le premier d’entre eux, l’agglomération parisienne, fut dans les années 1980 un bastion du FN, quand ce dernier apparut soudainement sur la scène politique nationale. D’abord élu poujadiste en 1956, Jean-Marie Le Pen, son leader fait de Paris son fief dès 1983 [Lacoste, 1986, p.601]. Au contraire, aujourd’hui, la capitale figure parmi les territoires les plus réfractaires à l’extrême-droite. En 2012, Paris intra muros est au sein des communes peuplées de plus de 30 000 habitants celle qui accorde le moins de suffrages au Front National. Cette évolution est-elle unique sur le territoire français ou au contraire caractéristique des centre-villes ? Quelles sont les origines de cette nouvelle géographie électorale ?
Il convient d’abord d’analyser le vote frontiste à Paris en le comparant, à l’échelle nationale, aux autres centres des espaces métropolitains pour en mesurer sa spécificité. Néanmoins, le vote parisien ne peut se comprendre sans l’analyse au plan local du contexte économique, social et culturel [Giblin, 2012], et celui de l’ensemble de l’aire urbaine parisienne, de laquelle on ne peut extraire la capitale. Il faut donc s’interroger sur la spécificité du vote parisien  à l’échelle francilienne[1].

Enfin, au sein du territoire parisien, l’étude des évolutions spatiales du vote FN depuis 1988 apportent des premières clés d’explication du reflux de l’extrême-droite. Cette approche multiscalaire est au coeur même de l’analyse géopolitique.

1. Le vote FN à Paris depuis 1983 : apogée et déclin

Comme sur l’ensemble du territoire français, le Front National connaît une ascension fulgurante dans le paysage politique parisien dans les années 1980. La comparaison des différents scrutins permet d’établir la chronologie précise de l’essor et du déclin du Front National à Paris.

Graphique 1: Le FN à Paris aux différents scrutins, en % des inscrits.

De 1983 à 1992, le parti de Jean-Marie Le Pen surgit brutalement sur la scène parisienne. Marginal aux élections présidentielles de 1974, absent au scrutin de 1981, Jean-Marie Le Pen apparaît soudainement en 1983 en parvenant pour la première fois à se maintenir au second tour des élections municipales de 1983 dans le 20ème arrondissement. Le FN provoque ici sa première triangulaire. Ce succès lui permet de siéger au Conseil de Paris[2] à partir de ce scrutin, sa progression est rapide. En 1984, aux élections européennes, le FN recueille plus de 15% des suffrages exprimés dans l’ensemble de la capitale, soit 8,48% des inscrits. Deux ans plus tard, lors élections législatives qui se déroulent au scrutin proportionnel, le Front National obtient à l’échelle nationale un groupe de 35 députés. Parmi eux figurent deux élus parisiens, Jean-Marie Le Pen et Edouard Frédéric-Dupont. En 1988, au premier tour des élections présidentielles, pour la première fois il rassemble à Paris plus de 10% des inscrits. Enfin, l’année suivante, aux élections municipales, le FN poursuit sons ascension. Il progresse par rapport au scrutin municipal précédent en recueillant plus de 58 000 voix, soit 4,76% des inscrits, et en provoquant quatre triangulaires dans les quartiers populaires de l’Est et du Nord parisien[3]. En 1992, la progression du FN ralentit, mais le parti semble s’installer durablement dans le paysage politique parisien.

Cette courte séquence électorale, 1988-1992, constitue l’apogée du votre frontiste à Paris. En effet dès 1989, malgré sa présence au deuxième tour dans quatre arrondissements, le FN n’obtient aucune représentation au Conseil de Paris. Aucune fusion des listes n’est alors envisagée avec le RPR et lorsque les listes FN se maintiennent, leurs résultats au second tour demeurent trop faibles. Surtout, à partir de 1995, le FN commence à décliner : aux élections présidentielles, il perd alors plus du tiers de ses électeurs.

Ce reflux est en partie lié à la baisse de la participation assez sensible dans les quartiers populaires dans lesquels le FN obtenait ses meilleurs résultats sept années auparavant[4]. Néanmoins, il conserve un « pouvoir de nuisance » [Alidières, 2012, p.27] face à la droite. Aux élections municipales de la même année, il provoque 5 triangulaires dans le Nord et l’Est parisien qui contribuent à la défaite de plusieurs maires de la majorité sortante. En effet, dans 5 arrondissements le FN parvient toujours à dépasser le seuil minimum de 10% des exprimés nécessaire pour se maintenir au second tour.

Enfin, la décennie 2001-2010 confirme le déclin du FN à Paris. En 2001, aux élections municipales, le FN ne parvient à se maintenir nulle part au second tour : il ne rassemble nulle part 10% des exprimés. Malgré les succès qu’elle remporte lors des élections présidentielles de 2002 et des élections régionales de 2004 au niveau national, l’extrême-droite demeure marginale à Paris. à la fin de la période, en 2012, pour la première fois, le FN progresse de nouveau. Il profite en partie de la désaffection dont pâtit Nicolas Sarkozy, notamment dans les quartiers populaires[5].

Mais il ne parvient pas à rassembler plus de 62 000 électeurs, soit deux fois moins qu’en 1988 au même scrutin.

Cette chronologie faite d’une ascension fulgurante et d’un lent déclin entamé dès 1995 se distingue nettement de l’évolution nationale. La comparaison des résultats obtenus aux scrutins présidentiels l’illustre clairement.

Graphique 2 : Evolution comparée du vote FN en France et à Paris au premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

En France, sur le long terme, les positions du FN progressent lentement dans l’électorat de 1988 à 2012. Seul le scrutin présidentiel de 2007 marque une rupture : du fait du transfert massif de voix de l’extrême-droite vers l’UMP dans certaines régions, le FN marque un recul inédit. Néanmoins, si, en 2002, on ajoute aux voix obtenues par Jean-Marie Le Pen celles de Bruno Mégret, l’extrême-droite semble connaître à l’échelle nationale une hausse régulière. La situation est inverse à l’échelle parisienne.

2. L’évolution singulière du territoire parisien au sein des métropoles françaises

A l’échelle nationale, le territoire parisien n’est pas le seul à connaître une baisse importante du vote FN. Au coeur de chaque aire urbaine, dans les centre villes des grandes agglomérations [Ravenel, Buléon et Fourquet, 2003; Lévy et Le Bras, 2012], le FN obtient désormais ses résultats les plus faibles.  Les villes-centre[6] des plus grandes agglomérations connaissent ainsi un reflux du vote FN depuis 1988. L’étude des villes-centre des 10 aires urbaines les plus peuplées en 2009 permet néanmoins de mettre en valeur l’évolution divergente de ces espaces urbains selon leur position dans l’espace français mais aussi la singularité du territoire parisien.

Graphique 3 :Le vote Le Pen aux présidentielles dans les villes-centre des 10 aires urbaines les plus peuplées, en % des inscrits

Sur le long terme, dans l’ensemble des espaces centraux des 10 premières aires urbaines à l’exception de Lille le vote FN décroit. Surtout, le comportement électoral de ces espaces se singularise. En 1988, les villes-centre des métropoles se répartissent de façon presque égale autour de la moyenne nationale du résultat obtenu par Jean-Marie Le Pen. A l’Est, à l’exception de Paris, les métropoles (Marseille-Aix, Nice, Strasbourg, Lyon et Lille) votent plus massivement pour l’extrême-droite que l’ensemble du territoire français. Au contraire, les métropoles situées à l’Ouest accordent moins de suffrages à l’extrême-droite. En 2012 seules les villes-centre de l’arc méditerranéen se distinguent par un vote frontiste plus élevé que la moyenne nationale. Dans la majorité de ces espaces moins de 10% des inscrits accorde son suffrage à l’extrême-droite. Enfin, le territoire parisien se distingue des autres espaces centraux. Dans la capitale, la baisse est plus forte et le FN est presque marginalisé : la formation d’extrême-droite y rassemble moins de 5% des inscrits. De fait, Paris est désormais la ville où l’on vote le moins pour le FN.

La cartographie du vote FN à l’échelle communale sur le territoire français en 2012 permet de préciser les fractures nationales et régionales observées précédemment.

Carte 1 : Le vote Front National à l’échelle des communes.

L’opposition des zones de force en rouge (supérieures à la moyenne nationale) et des zones de faiblesse en bleu (inférieures à la moyenne nationale permet de distinguer deux lignes de fracture dans la géographie électorale du FN : une ligne Le Havre-Valence-Montpellier [Alidières, 2012] et une forte opposition entre les centres et les périphéries à l’échelle des agglomérations. Toutefois, les espaces les plus réfractaires au vote Front National ne recoupent que partiellement les espaces centraux des grandes agglomérations. C’est le cas, à l’Ouest d’une ligne Rouen-Montpellier : on repère facilement les centres des agglomérations de Caen, Rennes, Saint-Nazaire, Nantes, Bordeaux et Toulouse. ils offrent tous peu de suffrages au Front National. Néanmoins, dans cette France occidentale, le vote FN est faible aussi dans des espaces ruraux ou faiblement urbanisés, tels que la Bretagne, le Limousin ou les Pyrénées. A l’Est de cette ligne, les espaces urbains centraux semblent moins réfractaires au vote Front National, où seuls les centres des agglomérations parisienne et lyonnaise se distinguent réellement par la faible adhésion à l’extrême droite. Mais dans l’arc méditerranéen et la vallée du Rhône les bastions frontistes sont aussi des espaces urbains densément peuplés. L’Ile-de-France est un des espaces les plus contrastés : le vote FN y est très faible dans un espace central assez vaste, et au contraire très élevé dans les périphéries régionales.

3. L’exacerbation des contrastes spatiaux du vote FN en Ile-de-France

Graphique 4 : Le Front National en France, en Ile-de-France et à Paris. Premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

L’étude diachronique des résultats obtenus par le FN en Ile-de-France permet de préciser la spécificité de ce territoire parisien. Paris est au coeur d’une région dont l’évolution est inédite. D’abord sur l’ensemble de la période le vote pour l’extrême-doite connaît une forte érosion. Ensuite, depuis 1995, l’Ile-de-France accorde moins de suffrages à l’extrême-droite que l’ensemble du territoire français. Cette tendance s’accentue depuis 2002. En 2012, Marine Le Pen y obtient 4,5 points de moins que sur l’ensemble du territoire français. Ainsi, l’Ile-de-France est devenue la région la plus réfractaire au FN alors qu’elle constituait une zone de force du parti de 1974 à 1986 [Bon, Cheylan, 1986, p.251]. En 1986, sur les 35 députés frontistes élus au scrutin proportionnel, 10 étaient issus des 8 départements franciliens.
Néanmoins, au sein de l’espace francilien, le reflux du vote frontiste n’est pas homogène. Alors que l’extrême-droite se maintient dans les quatre départements périphériques, elle régresse assez fortement à Paris et dans les trois départements de la petite couronne.

Carte 2 : Le vote FN de 2002 à 2012 par commune au premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

La baisse de l’audience de l’extrême-droite entre les scrutins de 2002 et 2012 à l’échelle francilienne cache en réalité des évolutions opposées. La hausse de l’écart-type de la distribution communale du vote FN (5,86 en 2012 contre 4,42 en 2002) traduit bien l’accentuation des contrastes de la géographie du vote frontiste. Au coeur de l’agglomération francilienne (Paris, Hauts-de-Seine, Nord du Val-de-Marne et Ouest de la Seine-Saint-Denis, l’extrême-droite régresse de 2002 à 2012. Bien qu’elle ne soit pas aussi faible en 2012 qu’en 2007, la tendance est à la baisse. Aux limites départementales de la petite et de la grande couronne, le FN paraît assez stable. En revanche, aux marges de l’Essonne et de la Seine-et-Marne, le vote FN prospère. Marine Le Pen dépasse les résultats obtenus par son père et Bruno Mégret dix ans auparavant.
Le clivage politique fondé sur la distance aux villes [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.469] observé dès 2002 ne cesse donc de se renforcer. En effet, depuis ce scrutin, le candidat frontiste obtient dans le coeur des agglomérations un score plus faible que dans les périphéries urbaines et rurales. Le maximum est atteint entre 20 et 50 km du centre des agglomérations. Si les géographes s’accordent sur l’importance de la distance à la ville dans l’explication du vote, les analyses divergent sur l’origine de ce dernier. Jacques Lévy et Hervé Le Bras estiment pour leur part que la localisation de l’habitat est devenu un élément plus prédictif de l’orientation politique que les distinctions socio-économiques [Lévy, Le Bras, 2012]. A l’opposé, Jean Rivière dénonce le piège du spatialisme [Rivière, 2012] et appelle à l’analyse des déterminants sociaux contextuels. De fait, le gradient d’urbanité est bien l’illustration des dynamiques socio-spatiales centrifuges à l’oeuvre dans les grandes agglomérations. Les classes populaires sont aujourd’hui sur-représentées loin des centre-villes du fait du prix du foncier et de la géographie de l’emploi. Du fait de la pénurie de logements sociaux en Ile-de-France et de la hausse du prix du foncier, certaines familles aux revenus modestes ont été contraintes de s’installer dans l’Oise [Giblin, 2012b]. Pour autant, la composante spatiale du vote n’est pas à négliger. Même quand les géographes s’efforcent de neutraliser les effets de la structure sociale, en dissociant vote réel et vote théorique[7], le FN demeure sous-représenté au coeur des aires urbaines et sur-représentés entre 20 et 50 km des centre-villes [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.476]. Le vote FN semble alors exprimer un sentiment d’abandon [Giblin, 2012b] et une part du ressentiment lié à une relégation spatiale subie : à l’évidence, il constitue une défiance à l’égard des élites économiques et politiques qui résident dans les territoires centraux des agglomérations. Le sociologue Jean Viard évoque ainsi les rancoeurs face à « l’indifférence urbaine au prix de l’essence » et à « un certain soutien bobo-écologiste à la hausse répétée des carburants »[8]. Mais le vote FN traduit aussi les angoisses qui président au choix du repli spatial des habitants des espaces périurbains: la volonté de se mettre à distance de la grande ville et la crainte d’être « rattrapé par la banlieue » [Fourquet, 2012, p.51]. Ici géographie sociale et géographie politique se conjuguent. Les différents votes des classes populaires traduisent donc leur localisation dans l’espace urbain mais aussi les stratégies résidentielles qu’elles adoptent.

4. Au coeur de la métropole parisienne, les évolutions du vote parisien

Lorsque Jean-Marie Le Pen se présente en 1974 aux élections présidentielles, il obtient 0,77% des inscrits dans l’ensemble de la capitale. La distribution de ses résultats est relativement homogène à l’échelle de la capitale. Ces derniers oscillent entre 0,47% dans le quartier Monnaie (6ème arrondissement) et 1,16% dans le quartier Chaussée d’Antin (dans le 9ème arrondissement).

Carte 3 : Les zones de force du vote frontiste en 1984 et 1988, en % des inscrits

La période 1983-1986 constitue pour le Front National une phase de « décollage » [Mayer 2002, p.31] au cours de laquelle la géographie du vote frontiste est assez changeante. Après le premier succès de Jean-Marie Le Pen dans le 20ème arrondissement en 1983, le Front National s’implante dans l’ensemble de la capitale et parvient à fédérer des électorats très différents. Aux élections européennes de 1984, l’extrême-droite obtient ses meilleurs résultats dans les arrondissements bourgeois (7ème, 8ème, 16ème) quand le 13ème arrondissement plus populaire est le territoire qui résiste le mieux à la poussée frontiste. Le discours lepéniste s’adresse alors à un électorat de droite déçu, exaspéré par la victoire des socialistes. La mobilisation des beaux quartiers traduit la radicalisation de l’électorat conservateur qui ne se reconnaît pas la candidature de Simone Veil qui symbolise la politique progressiste de Valéry Giscard d’Estaing [Mayer, 1987, p. 902]. Le FN profite d’une crise de représentativité des grands partis traditionnels [Giblin, 2005, p.170].

Le RPR est dépassé par la frange la plus à droite de son électorat. Le PCF perd quant à lui son rôle sa fonction tribunitienne en participant au gouvernement, puis en le soutenant au parlement.

Dès les élections législatives de 1986, le Front National remporte ses plus grands succès dans les quartiers périphériques du Nord et de l’Est parisien d’Epinettes à Charonne. Le discours lepéniste est désormais tourné vers la dénonciation de l’insécurité et la stigmatisation de la présence immigrée. C’est donc dans les quartiers à forte présence étrangère, spécialement maghrébine et turque, que Jean-Marie Le Pen remporte ses plus grands succès. Le FN s’implante dans les quartiers de gauche [Giblin, 2012a, p.5] et séduit un électorat populaire confronté au quotidien aux difficultés que peut poser l’intégration d’une population étrangère qui a rapidement crû. L’électorat conservateur de l’ouest est quant à lui revenu vers l’UDF et le RPR préférant, à l’occasion d’élections décisives, un vote non plus protestataire, mais utile.

Carte 4 : Le FN de 1974 à 2007 aux élections présidentielles, en % des inscrits.

A partir de 1995, la décrue du vote frontiste semble se réaliser en deux temps. Le reflux du FN se concentre d’abord dans les quartiers populaires précédemment décrits. Seuls trois quartiers « résistent » : La Chapelle, Goutte d’or et Pont de Flandres. La géographie du vote frontiste à Paris devient alors plus homogène (écart-type fortement réduit en 1995 et 2002). A partir de 2007, le vote FN se marginalise et, à l’échelle du quartier, seuls trois quartiers dépassent le seuil de 6% des inscrits

Le reflux du FN à Paris paraît de prime abord assez paradoxal. Le territoire parisien réunit en effet de nombreuses caractéristiques sociologiques propices à l’implantation durable de l’extrême-droite : chômage, violence individuelle et fortes proportions d’immigrés maghrébins [Bon, Cheylan, 1988, p.245]. Si le chômage n’atteint pas des records dans la capitale, en revanche la présence des étrangers y est plus forte qu’ailleurs [Pinçon, Pinçon-Charlot, 2004, p. 31] et la violence y demeure très élevée[9].

En effet, quand le FN fait irruption dans le paysage politique parisien entre 1983 et 1988, la capitale connaît tout d’abord une forte augmentation du poids des étrangers depuis plus de 20 ans. à Paris, du fait de la baisse démographique et de la hausse du nombre d’étrangers et de naturalisés, la part des étrangers est exceptionnellement élevée. Elle est passée de 8% en 1962 à 16,61% en 1982[10]. Si l’on compte les naturalisés, près d’un parisien sur cinq est d’origine étrangère en 1982. Malgré cela, dès la période 1984-1986, le FN obtient dans la capitale des résultats plus faibles que l’on attendrait en fonction de la corrélation observée à petite échelle, à l’échelle des départements français, entre le vote frontiste et la présence des immigrés maghrébins [Bon, Cheylan, 1988, p. 256; Perrineau, 1997, p.146]. Alors que Paris est le département accueillant la plus forte proportion d’étrangers avec la Seine-Saint-Denis, la capitale n’arrive qu’en 9ème position des départements accordant le plus de suffrages exprimés au Front National en 1984 et en 20ème position en 1986 [Mayer, 1987]. Néanmoins, à grande échelle, la géographie du vote FN est étroitement corrélée à la présence des populations étrangères dès 1986 : +0.40 avec la proportion des Maghrébins à l’échelle du quartier en 1986 [Mayer, 1987]. Mais la baisse constatée du FN dès 1995 vient contredire cette relation. Elle ne correspond en aucune façon à un recul de la population étrangère à Paris. Si cette dernière a atteint son poids maximum dans la population parisienne en 1982, elle demeure importante au cours des décennies suivantes et sa hausse est continue si on y ajoute les naturalisations. Surtout, cette corrélation a aujourd’hui quasiment disparu. Aux élections présidentielles de 2007, elle est quasi nulle : le coefficient de corrélation entre vote FN et présence étrangère est de 0,008[11](0,086 si l’on prend en compte les immigrés). En 2012, la corrélation est même devenue négative (-0,15 et -0,05). La présence étrangère peut donc expliquer la chronologie de la croissance du vote FN, sa géographie dans la décennie 1980, mais elle se révèle inefficiente pour expliquer sa décrue.

L’insécurité apparaît par ailleurs comme un des éléments les plus prédictifs du vote FN, comme l’a démontré Bernard Alidières.

« Alors que le rôle de l’immigration a éte fortement discuté, la question de l’insécurité a été presque totalement délaisseée dans les analyses du «symptôme Le Pen». Pourtant, ce que l’on a pu observer très précisément à l’échelle d’une ville moyenne comme Tourcoing, où le FN obtient en 1984 son meilleur score pour les villes de plus de 30 000 habitants [Alidières, 2004, 2006], se vérifie pour l’ensemble de la France: la percée électorale du Front national a été précédé par une nette hausse de la délinquance constatée entre le milieu des années 1970 et 1983. (…) Les zones de force du vote FN se localisent dès 1984 (et jusqu’à aujourd’hui) exclusivement à l’est de cette même ligne, là même où est enregistrée la plus forte dégradation de la sureté » [Alidières, 2012a, p. 22]

C’est en Ile-de-France et à Paris que cette violence progresse le plus de 1997 à 2006 [Alidières, 2012a, p.31] et c’est dans ces mêmes espaces que le Front National régresse le plus sur cette même période et qu’il obtient en 2012 ses plus mauvais résultats.

En réalité, plus que l’insécurité ou l’importance relative de la présence des différentes communautés étrangères, ce sont les évolutions des structures sociales et politiques des quartiers où ces dernières sont installées qui éclairent le reflux du vote Le Pen à Paris. En effet, depuis 1982, la population parisienne a connu un important renouvellement et de profondes mutations sociologiques. Si les ménages qui ont quitté la capitale ne sont pas majoritairement issus des classes populaires, en revanche, au sein des arrivants les classes supérieures sont surreprésentées [Korsu, Wenglenski, Aguiléra, Proulhac, Massot, 2007, p.107]. Aujourd’hui la capitale est marquée par une sur-représentation des cadres et professions intellectuelles supérieures (CPIS) et sous-représentation des classes sociales populaires. Au total, ces dernières ont perdu presque neuf points dans la population des ménages parisiens entre 1982 et 1999, alors qu’elle n’en ont perdu que six en France [Clerval, 2008, p.155].

Dans les espaces du vote du FN de 1986, le changement sociologique est radical. Au recensement de 1982, dans les quatre arrondissements les plus favorables au FN, si l’on s’en tient à la seule population française – qui peut donc être inscrite sur les listes électorales – les ouvriers et employés sont majoritaires. 26 années plus tard, ce n’est plus le cas. Seul le 19ème arrondissement compte plus d’ouvriers et d’employés que de cadres et professions intellectuelles supérieures. Ailleurs, c’est le contraire. Et les seconds sont presque deux fois plus nombreux que les premiers dans le 10ème arrondissement (46% de CPIS).

Tableau 1: Les ouvriers et les employés dans la population active française à Paris.

1982 2008
10ème arrondissement 51% 26%
11ème arrondissement 50% 23%
18ème arrondissement 55% 31%
19ème arrondissement 56% 37%
20ème arrondissement 54% 34%
(Source : RGP 1982, 2008.)

Les premiers bastions du FN au Nord et à l’Est ont donc disparu en grande partie du fait du fort renouvellement de population. Désormais dans les 10ème et 11ème arrondissement, on observe une sociologie et une pyramide des âges particulières : les jeunes actifs (25-40 ans), fortement diplômés y sont fortement surreprésentés. Or ce sont ces derniers qui grâce à leur capital culturel sont aujourd’hui les réfractaires aux thématiques de repli identitaire développées par le Front National [Fourquet, Mergier, 2011] et au contraire plus sensibles aux valeurs d’ouverture et de tolérance [Fourquet, 2012]. Ce même phénomène a été aussi observé à l’étranger, notamment en centre ville de la Haye [Wouter, Sako, 2012, p.107].

La dernière explication du repli du FN à Paris tient au jeu des acteurs politiques. Aussi massifs que soient les flux de population, ils ne peuvent à eux seuls expliquer une évolution des comportements électoraux contraire à celle observée à l’échelle nationale. A partir du début des années 1990, le contexte politique parisien devient défavorable à la croissance du FN. Le départ de Jean-Marie Le Pen de la capitale constitue une première brèche. Elu conseiller de Paris en 1983, puis député en 1986, Jean-Marie Le Pen perd successivement ses deux mandats politique parisien : en 1988 lors des élections législatives organisées au scrutin majoritaire et en 1989 lors des élections municipales. Son départ pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur lors des élections régionales de 1992 prive le FN parisien et francilien d’un leader très médiatique. En 1995, l’efficacité de la campagne de Jacques Chirac qui cible un électorat populaire avec des thématiques sociales empêche le FN de progresser dans la capitale. Dans son fief, le Maire de Paris conserve une grande popularité et parvient alors à capter une partie de l’électorat populaire qui s’était tourné vers le FN sept ans plus tôt. La scission de 1998 fragilise ensuite particulièrement l’appareil militant parisien et francilien [Alidières, 2012b] qui peine à se trouver un nouveau leader avant le parachutage éphémère de la fille du leader historique du FN, Marine Le Pen. Cette dernière hésite avant 2007 à choisir une stratégie territoriale claire. Elle est d’abord candidate aux élections législatives à Paris en 1993, dans la 16ème circonscription qui correspond au 17ème arrondissement. Elle est ensuite élue conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais de 1998 à 2004. En 2004, elle se présente cette fois en Ile-de-France : elle est élue au Parlement européen et au conseil régional d’Ile-de-France. Ce n’est qu’en 2007 que Marine Le Pen décide de s’implanter à Hénin-Beaumont, une commune ouvrière de 26 000 habitants située dans l’ancien bassin minier du Pas-de-Calais. Les hésitations politiques de Marine Le Pen achèvent de fragiliser le FN en Ile-de-France, toujours dépourvu de leader depuis 2007.

Conclusion

Après une rapide ascension de 1984 à 1988, et près de 20 ans de déclin, le FN semble assez marginalisé dans le paysage politique parisien. Traditionnellement, l’Ile-de-France, et singulièrement Paris, est un creuset politique, un lieu propice à la formation d’idées neuves [Lacoste, 1986, p.602]. C’est ainsi à Paris que s’est développé le courant écologiste dès les élections municipales de 1977. Apparu spectaculairement à Paris, le FN est désormais solidement ancré dans certains territoires français. Il n’est plus une formation aux idées neuves, pour qui Paris constitue une « scène sur laquelle il est utile de monter pour faire une carrière de haut niveau » [Le Bras, 2002, p.180]. Au-delà des mutations sociologiques profondes de la population parisienne, essentielles pour comprendre le déclin du FN dans la capitale, il faut certainement aussi prendre en compte cette notion de cycle politique qui s’achève désormais.


[1] Les limites de l’aire urbaine ne coïncident pas exactement avec les frontières de l’Ile-de-France. Néanmoins, les résultats électoraux sont collectés à l’échelle départementale puis régionale. L’étude du territoire francilien est donc plus aisée.

[2] Jean-Marie Le Pen est le seul Conseiller de Paris. Il ne peut pas fonder de groupe politique.

[3] Le FN parvient à se maintenir dans les 10ème, 18ème, 19ème et 20ème arrondissement.

[4] Les distributions de la baisse de la participation et du recul du FN sont corrélées positivement (0.19).

[5] Les évolutions du vote Sarkozy et du vote Le Pen sont corrélées négativement (-0.29) et plus encore dans les arrondissements populaires du Nord et de l’Est (-0,31).

[6] Les villes-centre des agglomérations ne recoupent pas exactement les espaces de centre-ville que l’on définit par la spécificité des fonctions urbaines, la densité de population et la morphologie urbaine. Les espaces peuvent déborder des limites administratives des villes-centre. Au contraire, certaines villes-centre intègrent dans leur territoire de façon marginale des espaces s’apparentant à de la banlieue ou du périurbain. C’est le cas de Marseille, dans laquelle les quartiers Nord qui s’apparent à des espaces de banlieue sont pourtant dans le territoire communal (Giblin, 2012). Néanmoins, pour la collecte des résultats électoraux, la prise en compte des limites communales administratives est plus aisée.

[7] Le modèle de Johnston définit le vote théorique comme le vote attendu pour un espace donné en fonction de sa structure sociale. On projette sur cet espace le comportement électoral de chaque CSP au niveau national. Ce modèle permet donc d’estimer le vote d’une zone comme si chaque électeur avait voté conformément au comportement des électeurs sondés nationalement. [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.474]

[8] Tribune de Jean Viard dans Libération, 3 mai 2012.

[9] Frédéric Bon et Jen-Paul Cheylan retiennent deux critères pour mesurer la violence individuelle : le port d’arme prohibée et les outrages et violences envers les agents de l’autorité. A chaque fois, Paris figure dans les territoires les plus touchés par ces formes de violence (Bon, Cheylan, 1988, p.246)

[10] Source : RGP, Insee.

[11] Source : Chiffres de l’INSEE 2006 par quartiers.

Bibliographie

Alidières, B., 2004, « Anciens et nouveaux territoires du vote Front national : le cas du Nord-Pas-de-Calais », Hérodote, 2004/2 N°113, p. 48-67.

Alidières B., 2012a, « Les temps du vote Front national et de ses représentations», Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 18-37.

Le Bras, H., Une autre France, Paris : Odile Jacob, 2002

Alidières B., 2012b, »Le vote Marine Le Pen en 2012 : quelle progression ? », Working-atlas pour l’Institut Français de Géopolitique.

Clerval, A., 2008, La gentrification à Paris intra-muros : dynamiques spatiales, rapports sociaux et politiques publiques, Thèse sous la co-direction de Petros PETSIMERIS et de Catherine RHEIN

Bon, F., Cheylan, J-P.,1988, La France qui vote, Paris : Hachette.

Fourquet, J., Mergier, A., 2011, Le point de rupture, Enquête sur les ressorts du vote FN en milieux populaires, Fondation Jean Jaurès.

Gibin, B. (dir), 2005, Nouvelle géopolitique des régions françaises, Paris: Fayard.

Giblin, B., 2012a, « Extrême droite en Europe : une analyse géopolitique », Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 3-17.

Giblin, B., 2012b, « La géographie du FN, une carte aux contours de plus en plus nets », Libération, 26 avril 2012.

Korsu, Wenglenski, Aguiléra, Proulhac, Massot, 2007, Paris à l’épreuve de la déconcentration, Paris: Belin.

Lévy, J., Le Bras, H., « La France des marges s’est fait entendre le 22 avril », Le Monde, 25 avril 2012, pp.8-9Lacoste, Y, (dir), 1986, Géopolitique des régions françaises, Paris : Fayard.

Le Bras, H., 2002, Une autre France, Paris : Odile Jacob

Mayer, N., 1987, « De Passy à Barbès : deux visages du vote Le Pen à Paris », Revue français de science politique, 37ème année n°6, pp.891-906.

Mayer, N., 2002, Ces Français qui votent Le Pen, Flammarion.

Rivière, J., 2012, « Vote et géographie des inégalités sociales : Paris et sa petite couronne », Métropolitiques, 16 avril 2012. URL : http://www.metropolitiques.eu/Vote-et-geographie-des-inegalites.html

Perrineau, P., 1985, « Le Front National : un électorat autoritaire », Revue politique et parlementaire, p.24-31

Perrineau, P., 1997, Le symptôme Le Pen, Paris : Fayard.

Ravenel, L., Buleon, P. , Fourquet, J., Vote et gradient d’urbanité: les nouveaux territoires des élections présidentielles de 2002″, Espace, populations et sociétés, 2003-3, p.469-482

Salmon, F., 2001, Atlas électoral de la France, Paris : Seuil.

Van Gent Wouter et Musterd Sako, « Les transformations urbaines et l’émergence des partis populistes de la droite radicale en Europe. Le cas de la ville de La Haye », Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 99-112

Le vote Marine Le Pen en avril 2012: quelle progression ? (par Bernard Alidières, mai 2012)

A propos de l’auteur :

Bernard Alidières est docteur en géographie-géopolitique à l’lnstitut Français de Géopolitique de l’Université Paris-VIII.
Il est l’auteur de « Géopolitique de l’insécurité et Front national », chez Armand Colin (2006).

Présentation des choix cartographiques :

Cet ensemble de cartes propose une évaluation du vote Marine Le Pen au premier tour de l’élection Présidentielle d’avril 2012. Il s’agit non seule­ment de mesurer l’évolution du vote lepéniste depuis la dernière Présiden­tielle de 2007 mais surtout de mieux mesurer l’ampleur de la progression des scores de Marine Le Pen par rapport à ceux de J-­M. Le Pen en 2002.

Cette approche cartographique repose sur une présentation des résul­tats en fonction des électeurs inscrits pour tenir compte du différentiel d’abstention selon les scrutins et les départements (Goguel, 1986). Pour l’essentiel, il s’agit de cartes par département, avec un agrandissement pour Paris et les trois départements de la petite couronne (75, 92, 93, 94).

De plus, une représentation cartographique des résultats en 2012 et des évolutions depuis 2002 sera proposée pour traiter du cas des princi­pales villes (celles d’au moins 30 000 électeurs inscrits). Mais, il faut préci­ser que les communes des départements de la région parisienne n’ont pas été retenues (à l’exception de Paris) pour des raisons de lisibilité.

 

Working atlas n°3– PDF à télécharger

Les « communautés » chinoises en Côte d’Ivoire : analyse comparative de l’hétérogénéité des acteurs, de leur intégration et des territoires en Afrique de l’Ouest (par Xavier Aurégan, février 2012)

Working paper n°7 – PDF à télécharger

A propos de l’auteur:

Doctorant à l’Institut Français de Géopolitique, Xavier Aurégan étudie depuis 2006 les relations sino-africaines. La thèse qu’il prépare sous la co-direction d’Alain Gascon et d’Alphonse Yapi-Diahou s’intitule « Géopolitique de la Chine en Côte d’Ivoire ». Elle se veut l’aboutissement de plusieurs années de recherche et d’études de terrains en Afrique de l’Ouest dont deux mémoires sont issus et publiés aux Éditons Universitaires Européennes.

xavierauregan@hotmail.com

Résumé

L’hétérogénéité des migrants chinois en Afrique de l’Ouest et des territoires sur lesquels ils sont implantés révèle les disparités ou similarités inhérentes aux Etats étudiés. Cette contribution propose certains éléments d’analyse, issus d’études de terrain effectuées dans cinq Etats ouest-africains entre 2007 et 2010. De fait, quelle est l’influence des migrations chinoises dans ces capitales, ces quartiers, voire ces rues, transformés pour partie en Chinamarket ? Quelles activités exercent ces « nouveaux » migrants, ont-elles un rapport au territoire pratiqué, et quelles comparaisons pouvons-nous déjà tirer, à l’échelle de l’Afrique de l’Ouest francophone ?

Summary

The heterogeneity of Chinese immigration in West Africa as well as the diversity of the territories on which they are located reveals differences and similarities inherent to each state studied in this article. This contribution offers some analysis built from field studies conducted in five West African states between 2007 and 2010. What is the influence of Chinese migration on these cities, these areas and even those streets which sometimes come across as homegrown Chinamarket. What activities do these ‘new’ migrants have? What is their link to the aforementioned local territories? And finally, what parallel can we already draw on the scale of the French West Africa?

Resumen

La heterogeneidad de los inmigrantes chinos en África Occidental y los territorios en los que se encuentran revela diferencias y semejanzas inherentes a los Estados estudiados. Esta contribución ofrece un análisis, después de estudios realizados en cinco estados de África Occidental entre 2007 y 2010. De hecho, ¿cuál es la influencia de la migración china en estas ciudades, estas zonas, incluso las calles, por parte transformada en Chinamarket?​​ ¿Cuáles son las actividades de estos « nuevos » inmigrantes, tienen una relación con el territorio que practican, y cuáles son las comparaciones que ya se puede dibujar, a escala del África occidental?

————————————————————————————————————————————————————————–

Les ressortissants chinois installés en Côte d’Ivoire seraient environ 2 500. Cette estimation, recoupée auprès des officiels ivoiriens et chinois et ne tenant pas compte des migrants temporaires et expatriés – fonctionnaires, ouvriers, techniciens et ingénieurs employés dans les sociétés de BTP [1]– pourrait donc être revue à la hausse en incluant ces derniers [2]. Quoiqu’il en soit, le nombre de Chinois en Côte d’Ivoire est plus élevé qu’au Mali et au Sénégal, mais inférieur à la Guinée ou au Cameroun[3]. Si les estimations diffèrent, les représentations, elles, sont à peu de choses près identiques dans ces Etats de l’Afrique de l’Ouest. Plus qualitative que quantitative, l’analyse de l’implantation chinoise en Afrique de l’Ouest apparaît paradoxale : si chaque territoire [4] présente ses spécificités économiques, sociales et historiques, une relative homogénéité peut toutefois se dégager, alors même que l’hétérogénéité des migrants, de leurs activités et donc de leurs implantations, fournit des éléments de comparaisons contredisant cette apparente cohésion. De fait, la Côte d’Ivoire et sa capitale économique Abidjan, représente à la fois les multiples activités chinoises exercées en Afrique de l’Ouest mais reste un cas unique dans cette zone géographique étudiée.

Les « politiques » migratoires mises en place localement, plus subies que préparées ou organisées, sont également le reflet des relations bilatérales avec la République populaire de Chine. Plus ou moins ancienne, dense, riche et multisectorielle, cette coopération joue un rôle substantiel dans l’installation des migrants chinois. Les territoires « sinisés », où l’on peut parfois parler de petits chinatown et chinamarkets, sont donc à la fois des représentations matérielles, offrant certaines opportunités géographiques et économiques, et, une volonté individuelle et collective d’organiser ce territoire, propice au développement des activités.

Dans tous les cas de figure, l’implantation des migrants chinois provoque un aménagement, une réorganisation – réelle ou subjective – du territoire. Malgré leur faible nombre, la présence chinoise soumet l’observateur et l’habitant à de nouvelles manières de voir, d’apprécier et de vivre ces capitales ouest-africaines. Pour des raisons pratiques, nous ne retiendrons ici que le cas d’Abidjan. Des éléments de comparaisons (avec les cas maliens et sénégalais) seront néanmoins intégrés. D’autre part, inclure la Mauritanie et le Burkina Faso serait peu pertinent. La République islamique de Mauritanie, car le nombre de ressortissants chinois y est extrêmement faible (500 au maximum, sans les salariés des sociétés). Le Burkina Faso quant à lui, partenaire de Taïwan, n’accueille que très peu de Chinois dits continentaux [5]. En revanche, le Sénégal (environ 1 500 Chinois), le Mali (entre 1 500 et 2 000) et la Côte d’Ivoire, Etats francophones et frontaliers [6], permettent certains parallèles intéressants. Si des ressortissants chinois exercent leurs activités dans plusieurs villes de l’intérieur de la Côte d’Ivoire (Gagnoa, Daloa ou San Pedro par exemple), Abidjan est naturellement l’agglomération où les « communautés » étrangères sont les mieux implantées. Peu orientées vers les relations interétatiques, déjà largement abordées (Aurégan, 2007 et 2008), cette description analytique tente plutôt de mieux comprendre la pluralité des acteurs et de leurs présences. Majoritairement installés à partir des années 2000, les huá qiáo (华侨) [7] d’Abidjan se sont progressivement fixés sur trois territoires distincts, où les activités diffèrent. Ces dernières sont étroitement liées aux fonctions originelles des quartiers (ou communes) et aux catégories sociales qui y vivent. Il s’agit de Marcory (Zone IV), de Cocody (II Plateaux), et d’Adjamé.

1. Adjamé, le carrefour commercial incontournable

La commune d’Adjamé est progressivement devenue le « quartier riz chinois » puis le « quartier rouge » [8]. Situé au Nord du Plateau, Adjamé est un quartier populaire, multiethnique, voire « populeux » (Haeringer, 1969 : 234), où l’habitat de type cour commune (Document 2) représente près de 70 % des logements. Sa gare routière – la plus importante du pays – transporte quotidiennement des milliers de voyageurs en Côte d’Ivoire et dans la sous-région. Par ailleurs, l’insécurité et l’insalubrité font régulièrement la une des journaux abidjanais. Adjamé est malgré tout l’espace choisi par plusieurs dizaines de Chinois qui y ont installé leurs échoppes (Document 1). Les marchandises débarquées du port autonome d’Abidjan et importées de Yiwu ou du Guangdong sont exposées derrière les comptoirs ou à même le sol. Environ 20 % des commerces sont en 2011 gérées par ces ressortissants chinois, ayant acheté ou louant ces petites surfaces aux anciens propriétaires et reconvertis : les commerçants historiques d’Adjamé, les Ivoiriens ou allochtones et migrants d’origine syro-libanaise.

Les commerçants chinois occupent plus d’une trentaine de box, ou échoppes, au rez-de-chaussée des immeubles des rues Dougoutigui, Daouda Diarra et Sorry Traoré et parallèles au boulevard Nangui Abrogoua, situés entre la mairie et le forum des marchés. Autant détaillants que grossistes, ils ouvrent et ferment très tôt leurs commerces « pour la sécurité »[9]. Il est vrai qu’Adjamé ne bénéficie pas d’une excellente réputation, et pour cause, ce quartier volontiers frondeur est régulièrement le théâtre de manifestations et de marches contestataires. Lors de ces évènements auxquels j’ai pu assister, rares sont les rideaux levés. Le « quartier rouge » est alors vidé de l’habituelle agitation – voire tohu-bohu – qui y règne. Ayant principalement quitté les provinces côtières du Sud-Est de la Chine, à l’image du Mali et du Henan (comme au Sénégal où environ 75 % des commerçants sont originaires de cette province rurale), les commerçants chinois emploient toujours des locaux. Servant à la fois de traducteurs, d’hommes à tout faire, de négociateurs voire d’agents de sécurité et de médiateurs, ils sont dans la quasi-totalité des cas des hommes, jeunes de préférence et ayant parfois acquis des bases linguistiques par les bourses offertes par le gouvernement chinois (environ quinze bourses annuelles en Côte d’Ivoire, le triple au Sénégal). En moyenne, ils sont payés 40 000 F CFA par mois (près de 61 €), n’exigent aucune augmentation « sinon on est renvoyé » et affirment être « exploités » par ces commerçants asiatiques « très travailleurs » et « durs en affaires ». L’image du Chinois laborieux, peu soucieux du confort et peu négociateur est ainsi omniprésente en Afrique de l’Ouest, et ce dans l’ensemble des activités occupées par ces ressortissants.

S’ils sont acceptés par la majorité de la population pour l’apport et la vente de marchandises made in China à bas prix – et donc accessibles au plus grand nombre, versus les produits européens vendus dans les supermarchés à capitaux libanais – et pour les emplois directs et indirects créés – employés, vendeurs ambulants et sédentaires[10] – certains acteurs voient la présence des marchands chinois comme une redoutable concurrence qu’il faut à tout prix limiter. La communauté libanaise est ainsi largement hostile et reçoit l’appui des organisations ivoiriennes et sénégalaises. A Dakar, en août 2004, la CNES (Confédération nationale des employeurs du Sénégal), la Chambre de commerce et les commerçants libanais ont répondu à l’appel de l’UNACOIS (Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal). Ils manifestèrent durant trois jours[11] contre la présence des détaillants chinois installés le long de l’historique et symbolique boulevard du général de Gaulle[12]. En Côte d’Ivoire, c’est à Adjamé en novembre 2007 que l’invitation de la FENACCI (Fédération nationale des commerçants de Côte d’Ivoire) à été entendue par des centaines de Libanais et Ivoiriens, soucieux de garder, comme à Dakar, leur monopole commercial. Un commerçant libanais installé à Adjamé, « Sam », a participé à cette grève : il voulait par cette action « faire la guerre contre eux ». Eux, ces Chinois « qui ne paient pas d’impôts, qui ont beaucoup d’avantages et sont protégés ». Ayant fermé son commerce pendant six journées, il affirme, et c’est une constante, que l’arrivée massive des Chinois entre 2006 et 2007 a totalement modifié la physionomie du quartier. Les négoces ne bénéficient pas de marquages visuels spécifiques, contrairement à Dakar. Ces commerces sont hétérogènes : ils peuvent prendre l’apparence de comptoirs – à l’image de Dakar, dans lesquels le client ne peut qu’observer les marchandises – ou de petites surfaces marchandes ouvertes sur la rue et les marchandises vendues par les femmes à même le sol (photographies n° 1 et 2). Essentiellement composé d’échoppes libanaises et « africaines » avant 2005, Adjamé a vu les Chinois racheter progressivement les locaux. M. Zhao par exemple, installé depuis 2008, a lui-même négocié avec un Libanais. Il vend désormais entre mille et deux mille paires de chaussures par jour.

(Intérieur d’une échoppe chinoise à Adjamé et marchandises chinoises vendues par une commerçante ivoirienne non-déclarée. Abidjan, mars 2009.)

Les commerçants chinois implantés au cœur de ce cluster[13], à Adjamé, ont donc profité d’infrastructures existantes dans un quartier historiquement tourné vers le commerce (textile notamment, Document 2).

Carte n° 2 : Les Chinois n’ont pas inventé le commerce à Adjamé

Source : Duchemin A. (1979) Atlas de Côte d’Ivoire, Paris, ORSTOM, Abidjan, IGT, planche D3a. Carte Sphaera n° 15477 de (et avec l’accord) de l’IRD.

Pour d’évidentes questions économiques, de logistique et de sécurité, les nouveaux arrivants ont suivi leurs compatriotes. Seulement, travailler à Adjamé ne veut pas dire y vivre ! Aucun acteur interrogé n’a d’ailleurs démenti cette réalité connue de l’ensemble des abidjanais : les Chinois vivent aux II-Plateaux. Comme à Dakar, les commerces sont plus ou moins éloignés des lieux de résidence.

Au Mali, marché relativement peu attractif, si plusieurs commerçants sont présents à Ségou ou Sikasso, il n’existe à ce jour aucun regroupement spatial « visible » à Bamako – ou « concentration résidentielle » (Fournet-Guérin, 2009 : p. 547). Une dizaine de commerces sont toutefois visibles à proximité de la gare ferroviaire, place de la Liberté. A l’image de M. Chen, originaire du Xinjiang[14] et propriétaire d’une échoppe. Installé depuis 2004 avec sa famille composée de quatre personnes et membre de l’ARCM (Association des ressortissants chinois au Mali)[15], il vend principalement des chaussures pour hommes et des scooters. Car pour des raisons essentiellement économiques, mais également historiques, les Chinois, au Mali, investissent dans des activités peu présentes en Côte d’Ivoire ou au Sénégal. Par exemple, les motocyclettes et scooters nommés Djakarta, la quincaillerie ou l’électroménager. Selon plusieurs témoignages, l’ARCM s’emploie à obtenir des autorités locales un territoire où les commerçants pourraient se regrouper et former un Chinamarket malien. Pour des raisons logistiques, économiques et de visibilité, ce Chinamarket bamakois serait le premier espace urbain sinisé africain créé en partenariat avec l’administration.

Débarqués au port sec de Sotuba, à l’Est de la capitale malienne, les conteneurs ayant transité par Abidjan ou Dakar sont à 80 % composés de marchandises chinoises[16]. Présentées au Grand marché de Bamako mais également dans les villes intérieures (Ségou, Sikasso, Markala…), elles représentent un éventail extrêmement varié (des bijoux au tissu, en passant par le thé, les ustensiles de cuisine à l’électroménager) et peuvent concurrencer la faible industrie locale, telle la pile Sigelec, du nom de la société industrielle de générateurs électriques au Sénégal. Cette concurrence « déloyale » est un reproche fréquemment entendu lors des entretiens, ainsi que la qualité de ces produits made in China. D’ailleurs, « comme je le dis toujours, à Noël, tous les enfants peuvent avoir un cadeau, même s’il ne dure que deux jours ! »[17].

En République islamique de Mauritanie (RIM) et à Ouagadougou, les rares commerçants sont si dispersés que les rencontrer tient parfois du hasard. Surtout, l’intérêt, pour une étude pertinente, demeure faible. L’influence de la Chine en RIM est ailleurs (infrastructures, fer et pêche : Aurégan, 2008). Les marchandises asiatiques sont pourtant visibles. A Nouakchott, sur le marché Capitale, des commerçants maures proposent des jouets, ustensiles et vêtements achetés dans l’un des quatre supermarchés chinois de la capitale mauritanienne. La majorité des produits sont toutefois importés par les Mauritaniens eux-mêmes, tel M. Cheikh Ahmed, qui se déplace deux fois par an en Chine (Yiwu ou Guangdong) ou à Dubaï. D’autres points de vente proposent les made in China : les magasins à 350 Um (environ 1 €), où tous les articles chinois sont donc fixés à ce prix.

Au sein de la capitale sénégalaise, si les échoppes se trouvent sur le boulevard du Centenaire (ou de Gaulle), les appartements et villas sont situés dans le quartier Gibraltar. Ce dernier étant limitrophe du boulevard – ou désormais « Chinamarket », appellation donnée par les Dakarois eux-mêmes. Si le quartier de Gibraltar[18] est de fait propice à leur installation, le Plateau ivoirien (onéreux) et Adjamé (périlleux) ne pouvaient accueillir ces migrants soucieux de tranquillité et de sécurité. Le quartier des II-Plateaux, résidentiel, bien desservi, et à proximité de leurs activités fut donc une solution idoine. Autres intérêts, la présence de l’ambassade (à Cocody) et du Bureau économique et commercial.

2. Les II-Plateaux, cité dortoir chinoise

Recenser ne serait-ce qu’une partie des ressortissants chinois logeant aux II-Plateaux (Document 3) s’avère extrêmement délicat : de par la superficie du quartier, mais surtout par l’absence de symboles, de signes distinguant un habitat supposé accueillir cette population… Une absence de données qui n’empêche en aucun cas la création de fortes représentations. Et ces dernières sont rarement favorables aux derniers arrivés, ce qui est d‘ailleurs fréquemment le cas (Dakar, Douala). Ici aussi, la spéculation induite par l’arrivée des ressortissants chinois est une des critiques formulées. A Dakar par exemple, les loyers ont quadruplé entre 2002 – crise ivoirienne – et 2007, passant de 100 000 à 400 000 FCFA (loyer mensuel pour une villa[19]). D’autres reproches tiennent au style de vie des nouveaux voisins. Bruyants, sales, crachant par terre, cuisinant avec des produits exhalant une odeur peu appréciée, n’entretenant pas leurs jardins et locations, peu aimables, solitaires voire asociaux… sont autant de remarques entendues lors d’entretiens avec plusieurs habitants ivoiriens. Une délicate proximité qui n’inciterait pas certains foyers à s’installer dans ces quartiers. Les nuisances sonores, causées par les allers-retours de voitures emplies des marchandises made in China comptent parmi les nombreux griefs imputés. Car les échoppes d’Adjamé sont relativement vides. Midi venu, afin d’éviter les cambriolages, les commerçants déménagent leurs locaux et transfèrent aux II-Plateaux leurs cartons et ballots aisément reconnaissables par les caractères chinois qui y sont inscrits. Des logements-entrepôts sont également visibles à Dakar. Ils font régulièrement l’objet d’intrusions malhonnêtes.

Certains salariés ivoiriens suivent également leurs employeurs. Mathilde travaille pour Mme Fāng (Shanghai) au restaurant Fāng Fāng à proximité de la Cité administrative, sur le Plateau. Gagnant 30 000 francs CFA par mois (F CFA, ou 45 €), elle œuvre 45 heures par semaine et se rend en sus le samedi aux II-Plateaux où logent deux couples, dont les Fāng. Dans leur logement, elle s’occupe principalement du ménage et de la cuisine. Si certains jeunes hommes connaissent cette situation, ce double-emploi revient plutôt aux jeunes femmes, préférées aux hommes.

Ces quartiers résidentiels retenus par les « communautés » chinoises possèdent, dans chaque capitale, une histoire spécifique. Les différents aménagements successifs ont ainsi, plus ou moins intentionnellement, générés une réelle stratification sociale reflétant le paysage urbain de ces capitales. De fait, la ségrégation spatiale abidjanaise est le produit des plans d’urbanisme. Le « monopole foncier » (Dubresson et Yapi-Diahou, 1988 : p. 1085) dès 1963 puis les études de la SEMA (Société d’économie et de mathématiques appliqués) en 1966, le plan AURA (Agence d’urbanisme de la région d’Abidjan) en 1969 et jusqu’à l’ouverture des premiers centres commerciaux du quartier en 1989[20] ont effectivement contribué et prolongé ces zonalités créées par la puissance coloniale avant 1960.

L’implantation de ces grandes surfaces, ces pôles de la consommation urbaine, avec les activités indirectes qu’ils créent[21], ont – avec les constructions de logements modernes de standing – augmenté la valeur résidentielle de la zone, du quartier. Les propriétaires et locataires, que l’on qualifiera de stables, ou à revenus stables, sont donc les résidents majoritaires des II-Plateaux, à l’image de Cocody, de la zone IV (et de Gibraltar à Dakar) et contrairement à Yopougon (classes médianes ou moyennes[22]) et à Abobo (habitat populaire et spontané). L’arrivée de ces « étrangers », de ces résidents « nouveaux » et « différents », impose fort logiquement les représentations décrites précédemment et cette relative hostilité visible à Dakar et Abidjan.

Le quartier des II-Plateaux a également vu ces dernières années l’implantation d’activités spécifiques, les cliniques chinoises. La CICA (clinique ivoiro-chinoise d’Abidjan, à proximité du Bureau économique chinois) dispose de trois chirurgiens (deux Chinois) et de deux aides-soignantes (dont une jeune chinoise et « Angèle », ivoirienne). Originaires de Shanghai, les praticiens accueillent principalement des patients européens et asiatiques dans le bâtiment loué et subventionné par des médecins ivoiriens. Les Ivoiriens eux, se pressent davantage chez le couple Wang, propriétaires du Centre d’acuponcture de Chine en Côte d’Ivoire (photographies n° 3 et 4), sur le Boulevard Latrille. Ils vivent en Côte d’Ivoire depuis 1998 environ et bénéficient – étant donné le taux de remplissage de la salle d’attente – d’une excellente réputation. Le Centre aurait été créé en 1989 par l’ambassade chinoise.

La CICA et le Centre d’acuponcture chinoise, aux II-Plateaux. Abidjan, février 2010.

Au Sud-Est du quartier se trouve la réputée et fréquentée rue des jardins. Cette artère moderne compte de nombreux commerces et restaurants hauts de gamme[23]. Ces derniers, asiatiques pour la plupart (Coréens, Japonais et Vietnamiens), sont en concurrence directe avec l’Asia et l’Escale des jardins. Présents depuis 2007 et 2005, les responsables sont originaires de Shanghai et vivent ici en famille, respectivement avec leurs enfants et leurs frères. Ils résident également aux II-Plateaux.

Ces regroupements spatiaux ne sont pas le seul fait des « individuels », de ces commerçants et investisseurs chinois. Les techniciens, ingénieurs, ouvriers, médecins et fonctionnaires se logent, ou tentent de le faire, dans des espaces clos, plus ou moins protégés et logiquement proches de leurs activités. C’est le cas des ouvriers et employés de l’AFECC (Anhui foreign economic construction Corporation. Ltd) ayant bâti l’Hôtel des députés de Yamoussoukro (Document 4), des techniciens présents sur le chantier du palais de la Culture d’Abidjan, des médecins de la mission médicale de Markala, des employés de la COMATEX[24] de Ségou, des ouvriers de Henan Chine à Dakar ou des fonctionnaires des ambassades logeant à proximité de l’infrastructure étatique. Rares sont les techniciens encore installés à proximité du Palais de la Culture abidjanais (réalisé en partie par la Gansu overseas engineering Corporation, GOVEC) sur la rive droite de la lagune Ebrié. M. Zhang, l’un des trois expatriés chinois, évoque les mesures de « sécurité » pour qualifier leur isolement. Des mises à l’écart participant de fait à certaines interprétations abusives, voire, à des « fantasmes ». Ils sont en partie dus à l’absence de communication, de notions culturelles et de connaissances. Ils contribuent et/ou créent des représentations spécifiques relayées et grossies par la presse occidentale ou locale. Ainsi, le gouvernement chinois enverrait des milliers de prisonniers sur le continent afin d’y effectuer les travaux ingrats, notamment sur les chantiers de BTP. Le crédit accordé à ces allégations, souvent acceptées sans examen approfondi, est facilité par le manque de transparence, voire l’opacité des contrats sino-africains et des relations bilatérales. De même, les questions salariales et plus largement, les financements étatiques et privés chinois – inhérents aux infrastructures réalisées sur le continent – font régulièrement l’objet de rétentions d’informations, voire de soupçons[25].

L’Hôtel des députés de Yamoussoukro (Nord) et les baraquements

Source : Google Earth.

A Abidjan, cette méfiance est également perceptible. Des réserves et suspicions sont en partie entretenues par l’ensemble des acteurs chinois, peu enclins à répondre aux questions posées et critiqués pour leur faible volonté d’intégration. Au sein de la Zone IV, certains ressortissants contribuent également à ces incompréhensions.

Si le quartier résidentiel des II-Plateaux accueille donc les marchands asiatiques d’Adjamé, il peut sembler étrange d’y retrouver les hôteliers et propriétaires de « salons de massage » de la Zone IV et plus largement, du Sud d’Abidjan. Territoire prisé, à l’image de Cocody au Nord, la Zone IV est également l’un des quartiers les mieux équipés en terme de centres commerciaux « européens », de maquis courus, de discothèques et divers services à la personne. En partie délaissée après novembre 2004, notamment par les ressortissants français, la Zone IV fut l’objet d’une (ré)appropriation par la communauté syro-libanaise, omniprésente. Ce ne sont pas les seuls. Les Chinois ont également profité de la baisse du prix du marché immobilier pour investir. Les activités ne sont toutefois pas toujours celles auxquelles on pourrait s’attendre.

3.  La Zone IV et ses « nouvelles » activités commerciales

La Zone IV, ou Zone 4 C (Document 5), est depuis plus de quarante années, un territoire où cohabitent les foyers aisés et moyens avec les zones industrielles, développées en raison de leur proximité du port autonome d’Abidjan. Ce sont ce que Philippe Haeringer nomme les habitats de « moyen ou de bon confort ». La présence de cliniques et polycliniques, d’établissements scolaires prisés (notamment par les expatriés), de centres de recherche (dont l’Institut de recherche pour le développement, IRD), du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et de grands hôtels ont contribué à attirer une population hétérogène, multiculturelle, mais surtout privilégiée. Située à équidistance de l’aéroport (et du 43e RIMA) et du Plateau, le boulevard VGE (pour Valéry Giscard d’Estaing) est l’axe menant au pont Houphouët-Boigny[26] et donc au centre administratif et financier de l’Etat ivoirien – qui représente encore et malgré tout, en 2011, plus de 30 % du PIB global de l’UEMOA[27].

On y retrouve par ailleurs des restaurants japonais, libanais, indiens mais également chinois et notamment le Beijing (photographies n° 5 et 6). Une restauration sélective qui attire depuis 2007 autant les expatriés européens que les entrepreneurs et investisseurs asiatiques. Mais l’activité la plus prisée parmi les ressortissants chinois demeure les salons de massages : plus prosaïquement, la prostitution (photographies n° 7, 8 et 9). Inexistants à Dakar, Nouakchott et Ouagadougou – du moins très discrets – ces salons se retrouvent également à Bamako. Ils sont, au Mali, intégrés dans les infrastructures hôtelières, extrêmement nombreuses à Bamako (entre 50 et 80). A Abidjan, ils se sont développés depuis 2005 et sont exclusivement présents dans ce quartier. Ils étaient neuf en novembre 2011. Leurs appellations et leurs devantures affichent plus ou moins ostensiblement les services proposés à l’intérieur de ces « commerces ».

La différence substantielle entre Bamako et Abidjan s’explique notamment par l’ancienneté des relations sino-maliennes et par le rôle joué par les Bamakois eux-mêmes. Les Chinois n’y sont effectivement pas toujours propriétaires. Lorsqu’ils le sont – ou employés en tant que gérants, le propriétaire chinois ayant diversifié ses activités – il s’agit généralement d’infrastructures louant des chambres de passes, occupées et louées par les autochtones. Contrairement à Abidjan, les prostituées (ou maîtresses) sont exclusivement maliennes, ou plus généralement, ouest-africaines. Ce phénomène spécifique serait l’ « indice de la décadence de la société malienne » (Bourdarias, 2009 : 12).

Les deux restaurants chinois de la Zone 4. Abidjan, mars 2010.

Les parcours migratoires des propriétaires sont divers. Il est d’ailleurs intéressant d’observer que certains gérants sont des femmes, rares dans le domaine commercial. Xu Fangdong, surnommé Fantôme, est originaire du Zhejiang. Il vit en Côte d’Ivoire avec sa mère et son frère aîné, depuis trois années. Ayant tenté de poursuivre ses études à Toulouse et après avoir effectué de nombreux emplois précaires dans le Sud-Ouest de la France, il s’est laissé persuader d’investir à Abidjan dans une société de savonnerie, en dépôt de bilan en mars 2010. Il s’est donc finalement reconverti : ses « employées », toutes chinoises, auraient paraphé un contrat de six mois renouvelable stipulant le paiement des frais de transport aller-retour. La légalité comme la nature de cette activité sont pour le moins sujettes à caution. Selon plusieurs témoignages anonymes, la prostitution chinoise abidjanaise serait l’un des principaux facteurs de blanchiment d’argent. Pour cause et selon Hughes, employé ivoirien d’un salon de massage dont les propriétaires sont issus de Shenyang, Liaoning, une heure de compagnie serait facturée environ 40 000 F CFA (soit environ 61 €). Une nuit coûterait jusqu’à 120 000 FCFA (183 €) et un mariage « blanc » avoisinerait les 5 millions de FCFA (7 500 €). Selon les jeunes salariés recrutés pour assurer la sécurité, la traduction, les liens intra-communautaires et autres services, un gérant gagnerait jusqu’à 1 500€ quotidiennement. Les « masseuses » disposent, à cet effet, d’un box individuel. Ici aussi, la clientèle est relativement fortunée. A titre d’exemple, le prix d’une simple Flag, bière du Groupe Castel, est multiplié par dix. De ce fait, seuls les Européens, Syro-libanais et marins en escale disposent des moyens nécessaires à ces distractions.

Trois salons de massage de la Zone 4. Abidjan, mars 2010.

Dans les différents Etats ouest africains visités, peu de parallèles existent, hormis Bamako donc, où les « hôtels-restaurants »[28] quadrillent l’ensemble des communes de la capitale. L’activité est contrôlée par la brigade des mœurs : un détachement policier qui doit tout de même inspecter l’ensemble de ces infrastructures, mais également les quelques 700 000 « filles migrantes » installées durant la saison des pluies au sein de la capitale malienne et parfois « employées » dans ces « sociétés » chinoises. Elles sont par ailleurs et en partie suivies par l’AFEM (Association des femmes éducatrices du Mali). A l’origine utilisées comme aide-ménagères dans les foyers bamakois, elles perçoivent environ 5 000 FCFA par mois (7,60 €). Une somme gagnée en une soirée dans certains hôtels-restaurants chinois, voire, des arrière-cours[29].

A Abidjan, la rue Princesse, à Yopougon, était également connue pour la prostitution professionnelle (Kouakou Kouadio, 2009 : p. 16). La clientèle est néanmoins plus populaire, à l’image de Bamako. Le proxénétisme n’est certes pas exclusif à la communauté chinoise implantée en Afrique de l’Ouest francophone, mais ces « nouvelles » activités démontrent l’opportunisme, le pragmatisme caractéristique de ces nouveaux migrants. De la coopération et des coopérants techniques, aux sociétés publiques puis privées, au commerce (import-export, commerce traditionnel, restauration et hôtellerie), à la médecine, à l’investissement industriel et aux activités lucratives aux frontières de la légalité, l’évolution des emplois occupés par les huá qiáo en Afrique est symptomatique d’un ancrage fort et dense dans la micro-économie locale. Une diversification peu appréciée, créant toutefois des emplois – mais en détruisant également par l’importation de marchandises à très bas coût – et concurrençant directement les communautés établies depuis plusieurs décennies (Maures, Dioulas, Syro-Libanais).

La coopération d’ailleurs, fut dans les décennies 1950 et 1960 la principale « arme diplomatique » chinoise, notamment envers le continent africain. Elle permit au gouvernement et à Mao Zedong la propagation de sa politique « tiers-mondiste », opposée aux deux blocs américains et soviétiques. La coopération – plus unilatérale que bilatérale, les Etats africains étant principalement récipiendaires – permit en sus, et dès les années 1960, d’aguerrir les sociétés chinoises aux contraintes internationales. Mais officiellement, les accords de coopération sont dénués de toute arrière-pensée lucrative, notamment dans les secteurs de l’agriculture et de la santé.

4. Sociétés et géopolitique de la présence chinoise en Côte d’Ivoire

La « porte d’entrée » de la Chine en Côte d’Ivoire fut, à l’instar du Mali, du Sénégal, du Burkina et de la Mauritanie, l’agriculture avec le projet de coopération rizicole de Guiguidou (Sud-Bandama, document 6). Progressivement, durant les années 1990, les domaines se sont diversifiés. La médecine devient en Afrique de l’Ouest francophone, le second axe de développement et de coopération. Les missions médicales ont été les premières structures chinoises « visibles », car généralement implantées dans les principaux centres urbains. De fait, il n’est pas étonnant que les « médecins aux pieds nus » et/ou les pratiquants de la médecine traditionnelle chinoise furent parmi les premiers à investir et s’implanter dans ces capitales ouest-africaines. Toutefois, ces activités formelles ne représentent pas à elles seules la « santé ». Les représentations ivoiriennes (ou l’imaginaire collectif) associent à ce domaine les revendeurs de médicaments installés sur des étals ou déambulant dans les principales agglomérations (Abidjan, Yamoussoukro). Depuis, les médicaments ont été remplacés par les téléphones portables. A la fin des années 1990, le dynamisme économique conjugué aux réformes chinoises et au rehaussement des relations sino-africaines – dont le premier Forum sino-africain du 10 au 12 octobre 2000 à Beijing – ont permis à de nombreuses sociétés et investisseurs de développer leurs activités en Afrique sub-saharienne.

En Côte d’ivoire, on recense désormais, début 2011, près d’une vingtaine de sociétés chinoises, géographiquement dispersées (Zone 3, Plateau, Cocody). Des multinationales (ZTE, HUAWEI ou COVEC[30]) aux PMI-PME (Datong Entreprises) et aux sept cogestions (Fleoci, Lic-Pharma ou encore Zhundi), les stratégies d’implantations reflètent autant la pluralité des acteurs en jeu que leurs moyens, leurs attentes et finalement l’hétérogénéité d’une Chine trop souvent présentée comme monolithique. Or, les provinces, pour ne citer qu’elles, exercent également une influence substantielle dans ces relations et investissements. Les jumelages en sont l’exemple. Abidjan est jumelée à Tianjin (municipalité autonome près de Beijing), Lakota (Sud-Bandama) à Baoding (Hebei) et Abengourou (Moyen-Comoé) à la province du Hubei[31]. Ces sociétés, intégrées et concurrençant directement les entreprises françaises, sont devenues le reflet d’une Chine en mouvement, puissante et attirante. D’autre part, la gamme des produits made in China est en perpétuelle évolution, en atteste la vente de véhicules Great Wall Motors distribués par Rimco Motors sur le boulevard Giscard d’Estaing ou des Chery par Tiger Motors. Les « chinetoques »[32] ne sont donc plus aussi homogènes que certains Ivoiriens le laisse supposer. L’Afrique, un laboratoire pour ces sociétés amenées à intégrer à terme les marchés occidentaux ?

Soutenues pour partie par l’ambassade et par le Bureau économique et commercial, les sociétés chinoises ne sont pas épargnées par le conflit ivoirien. Fin connaisseur de la région, l’ambassadeur Wei Wenhua – auparavant au Mali – exerce un numéro d’équilibriste, à savoir, ne pas afficher trop ostensiblement sa préférence au camp Gbagbo. Le diplomate a consacré en janvier 2008 Alassane Dramane Ouattara « grand ami de la Chine » et s’est entretenu le 30 mars 2010 à Bouaké avec plusieurs responsables des Forces Nouvelles. Une volonté de la part du gouvernement chinois de ne pas prendre officiellement parti. Une non ingérence devenue maxime depuis 1955 et la conférence de Bandung. Seulement, ce déplacement au Nord de la « zone de confiance » était par ailleurs l’occasion de négocier avec les Com’zones (les commandants de zones issus des FAFN[33]) la sécurité des commerçants et marchandises chinoises transitant entre Abidjan et l’hinterland, soit, le Niger, le Faso et le Mali.

Cette neutralité chinoise affichée est quelque peu démentie par plusieurs faits et réalités économiques. Les échanges économiques ont été multipliés par deux entre 2001 et 2003 et par cinq entre 2001 et 2010[34]. Sur la cinquantaine de visites bilatérales effectuées depuis l’établissement des relations le 2 mars 1983, plus de trente se sont déroulées après l’accession au pouvoir de Laurent Gbagbo le 22 octobre 2000. Les étroites relations entre les deux partis, le PCC (Parti communiste chinois) d’une part et le FPI (Front populaire ivoirien) d’autre part, ont notamment été relayées par la presse locale en 2002 et le 23 avril 2009 lors de la visite d’une délégation chinoise. L’ambigüité de la position chinoise est également perceptible dans le domaine de la Défense. Il y eu trois visites officielles en 2001 et la vente d’armes et munitions pour près de 2,4 millions de dollars en 2007 – certes, à relativiser avec les 18 millions de dollars, la même année, par la Russie. La Côte d’Ivoire sous embargo depuis 2005 a recherché et accueilli cette Chine généreuse et avenante. Indésirable à Paris, Laurent Gbagbo s’est effectivement tourné vers Beijing qui le lui rend bien : à Gagnoa, ville natale du Président sortant, un hôpital est en construction (le seul actuellement en Côte d’Ivoire, photographie n°10 et document 6). La personnalisation des relations bilatérales est exacerbée par la suspension des travaux de la Commission mixte de coopération sino-ivoirienne. Ce dispositif de consultation bipartite, créé en 2001, permettait une relative transparence. Ce n’est plus le cas depuis décembre 2010.

Hôpital de Gagnoa en construction (par la GOVEC). Gagnoa, février 2010.

Le don agricole est à mettre en parallèle avec celui effectué le 8 mars 2011, où l’ambassadeur remettait au ministre de l’Agriculture, le Dr Issa Malick Coulibaly (ancien opposant), des produits agricoles et matériels mécaniques d’une valeur de 1,5 milliards de francs CFA (environ 2,3 millions €). Ce dernier déclarait : « A ce moment précis où notre pays traverse l’une des plus grandes crises de son histoire, ce don de produits agricoles et de matériels mécaniques pour la relance de la riziculture, est un signe fort qui témoigne du soutien indéfectible de la Chine, grand producteur de riz, au peuple souverain de Côte d’Ivoire »[35]. Médiatisé, ce don a en particulier été repris par la RTI (Radio télévision ivoirienne), organe officiel qui y voit ici la reconnaissance implicite par la Chine de l’élection du Président sortant, et du gouvernement Aké N’Gbo. Autre manœuvre politico-économique, la mission en Chine du port autonome d’Abidjan, afin de contourner l’embargo décrété le 15 janvier 2011 par l’Union Européenne et soutenu par la France. Une dizaine de sociétés se sont entretenues avec Marcel Gossio, Directeur Général de la seconde infrastructure portuaire subsaharienne, après Durban. Ces stratégies de contournement sont enfin l’occasion « d’isoler » Alassane Ouattarra, présenté comme proche de Ouagadougou. La capitale burkinabé qui reste encore en 2011, le principal relai africain voire mondial de Taipeh.

Conclusion

Si plusieurs activités chinoises sont visibles sur le Plateau, à Cocody et plus généralement en Côte d’Ivoire (villes de l’intérieur), ces regroupements spatiaux (Adjamé, II-Plateaux et Zone 4) témoignent d’une réelle dispersion urbaine. Contrairement à d’autres minorités (Syro-libanais[36], Dioulas et Maures), les migrants chinois s’installent prioritairement dans ces métropoles dynamiques et accessibles, connues et fréquentées par leurs prédécesseurs. La diffusion spatiale vers les autres centres urbains reste modeste, voire quasi inexistante au Sénégal, en Mauritanie[37] ou au Burkina Faso. Les différentes implantations sont également localisées dans ces quartiers centraux, possédant une certaine valeur symbolique (Dakar, Abidjan).

Ces migrants ne peuvent donc être qualifiés de communautés et de diasporas, ne formant pas un groupe social et/ou économique homogène. Seuls les commerçants installés à Adjamé et Dakar pourraient présenter les caractères spécifiques inhérents (utilisation du même espace urbain, utilisation des réseaux…). A Dakar, les commerçants majoritairement originaires du Henan, plus ou moins en lien avec la société Henan China, ne peuvent aucunement être assimilés aux Chinois de Bamako et d’Abidjan, où la dispersion géographique est manifeste. De plus, très peu de migrants contractuels restés après leurs missions sont visibles en Côte d’Ivoire, contrairement au Mali et au Sénégal, où jusqu’à la fin des années 1980, les diplômés étaient employés dans les entreprises étatiques (Kernen et Vulliet, 2008 : p. 75).

Par ailleurs, ces quartiers ou territoires à visibilité chinoise ne font que très rarement l’objet d’appropriation foncière. La location (qui présente ses avantages en cas de troubles politico-économiques) reste majoritaire. Elle est surtout rendue obligatoire par l’appréhension des Ivoiriens à céder à des « étrangers » des terrains qui font d’ailleurs l’objet récurrent de litiges. De même, l’ancrage des ressortissants chinois reste limité. Rares sont ceux ayant effectué la démarche de l’apprentissage du français par exemple. A l’opposé, de plus en plus nombreux sont les Ivoiriens à se rendre à l’Université de Cocody suivre les cours de chinois qui y sont dispensés. A l’avenant, l’implication dans la vie locale (politique, associative…) est exceptionnelle. Ces cloisonnements sociaux, linguistiques et économiques ne sont pas le seul fait des Chinois, mais la création de l’ARCM au Mali ou de l’ARCCI (Association des ressortissants chinois en Côte d’Ivoire) et le développement des quartiers « sinisés » indiquent cette volonté commune de rassemblement. Un communautarisme, toute proportion gardée, également perceptible en Europe, aux Etats-Unis, au Canada… et en Asie. En comparaison, l’implantation des commerçants chinois au Mali – diffuse sur le territoire – peut être perçue comme le signe d’une intégration réussie. La bienveillance du gouvernement – mais également de la population – symbolise par ailleurs cette relation cinquantenaire empreinte de « solidarité et de fraternité »[38]. De fait, l’orientation politique des dirigeants ouest-africains a en quelque sorte modelé et produit la migration et l’implantation des Chinois dans ces Etats. Les « Chinois de Modibo » versus les « Français d’Houphouët » ?

Les Chinois en Afrique de l’Ouest francophone sont donc à la fois des immigrants récents (Côte d’Ivoire) et lointains (Mali). Ils sont régulièrement victimes de stigmatisations, de déclarations sinophobes, de xénophobie – prenant surtout un aspect économique. Les représentations inhérentes à ces acteurs de la Chine-Afrique sont surtout en rapport avec leurs activités : les « privés » (commerçants), dénoncés et imposant une « concurrence déloyale » et les « publics » (fonctionnaires et contractuels), participant au développement de l’Afrique.

L’autonomie des migrants marchands est prégnante : l’entreprise, le commerce, l’ « emporium », structurent cette population asiatique. Ce « pôle central » qu’est l’entreprise créé des « marchés ethniques du travail », un « réseau de réseaux » où rares sont les Chinois ne profitant pas de ces opportunités socio-économiques (Ma Mung et Guillon, 1992 ; Ma Mung, 2009). La solidarité ethnique permet donc une relative unité, et, une entraide communautariste[39] (prêts, embauche, aides matérielles et conseils divers).[40]

Plus flexibles que les « anciens » (ceux des coopérations économiques et les migrants contractuels), plus hétérogènes, aux parcours et de milieux et profils socio-économiques disparates, souvent diplômés, ces acteurs de la « Chinafrique » par le bas imposent une dynamique permettant une appréhension plus fine de cette thématique globale que sont les relations sino-africaines. En général peu attachés au pays d’accueil, ils perçoivent d’autant plus les territoires d’insertion, d’implantation, comme des centres urbains économiquement intéressants, attrayants, attractifs mais surtout, provisoires. Cette « représentation diasporique » n’est certes pas exclusive au continent africain. Mais plus qu’ailleurs (Paris, San Francisco ou Vancouver par exemple), l’activité et donc la migration en Afrique est, à de rares exceptions, une étape dont il faut se contenter. Motivée par la recherche de meilleures conditions de vie et de profits mercantiles, la migration en Afrique, est finalement un moindre mal, ou, « faute de mieux » (Bourdarias, 2009 : p. 20).

Cette présence ambivalente permet toutefois la création d’emplois, informels notamment. Elle permet également une concurrence, tirant de facto les prix vers le bas – car ayant cassé le monopole des importateurs locaux.

En revanche, leur intégration limitée[41], leur propension à la discrétion (contrairement aux Libanais par exemple, réputés plus expansifs), leur(s) réseau(x) – opaques de l’extérieur – leurs activités et la concurrence directe et indirecte créent les représentations largement reprises par les médias occidentaux et exploitées par certaines organisations patronales, syndicales, voire politiques. Ces clivages existent d’ailleurs également entre les différents groupes composant cette « communauté » chinoise, plus fragmentée qu’elle laisse le supposer et elle-même traversée par certains conflits. Selon leurs origines, leurs ancienneté, leurs souhaits et perspectives, leurs discours s’inscriront de fait dans des temporalités et souhaits très diverses – que l’on retrouve dans toutes les capitales et catégorisables, pour schématiser, selon leurs activités. Multiscalaire, la relation Chine-Afrique souffre de méconnaissances mutuelles. L’apprentissage, pour les uns comme pour les autres, sera inévitablement source de conflits d’intérêts et d’enjeux économico-politiques substantiels. Mais le slogan wéiguó fúwù (为国服务)[42] est trompeur : ces migrants économiques travaillent essentiellement dans un cadre personnel et familial, les liens avec la représentation officielle qu’est l’ambassade devenant rares, hormis dans certains cas exceptionnels[43].

Contrairement au Mali, et en cela plus proche du Sénégal, le marché ivoirien et sa situation géographique permettent cette implantation – que l’on doit ici qualifier de récente. Si les « privés », ces Chinois non étatiques, ne s’occupent finalement que rarement de la (géo)politique, il semble indiscutable que cette dernière ait une influence, même indirecte, sur ces huá qiáo. La construction de la nouvelle ambassade à Cocody (une des plus vastes en Afrique de l’Ouest), le conflit post-2002, l’implantation réussie des commerçants à Adjamé et les excellentes relations avec Laurent Gbagbo sont plusieurs facteurs à prendre en compte dans cette analyse. Cet Etat pivot ouest-africain qui attire pourrait donc voir progressivement plusieurs quartiers se siniser. Déjà, ils remplissent tous un rôle spécifique (commerce, logement, et, prostitution et restauration). La crise de 2002 n’ayant que très modérément affecté leur implantation, celle de 2010-2011 changera-t-elle leurs représentations ?


[1] Henan Chine, CNLC, China Overseas ou COVEC.
[2]Selon M. Tié, du Centre de promotion des investissements, les Chinois seraient 3 000 en Côte d’Ivoire (y compris les migrants contractuels). Ils auraient été jusqu’à 6 000 avant 2000 (coup d’Etat et élection de Laurent Gbagbo).
[3]Se reporter aux mémoires de la bibliographie. Les ressortissants chinois sont estimés à environ 5 000 au Cameroun et 3 000 en Guinée (Conakry).
[4]Mauritanie, Sénégal, Mali, Burkina Faso et Côte d’Ivoire.
[5]Paradoxalement, les Taïwanais installés à Ouagadougou sont moins nombreux que les Chinois (RPC). Malgré la reconnaissance de Taipeh en 1994, plusieurs dizaines de commerçants et entrepreneurs chinois vivent dans la capitale burkinabé et à Bobo Dioulasso. Ce, en l’absence de représentation diplomatique.
[6]Respectivement aux 144e, 160e et 149e rangs de l’indicateur de développement humain du PNUD. Ces États sont classés au 117e, 134e et 100e rang en terme de PIB par parité de pouvoir d’achat (CIA Factbook 2010) et comptent 12,3 ; 13,8 et 21,05 millions d’habitants en 2010 (CIA Factbook 2010).
[7]Terme polysémique désignant les Chinois d’outre-mer (migrants temporaires ou non).
[8]Qualificatifs donnés par les commerçants ivoiriens et libanais.
[9] Entretien avec M. Liu originaire de Quanzhou, Fujian. Ouvrant entre 7 et 8h, il ferme à 13h.
[10] Les vendeurs ambulants ou bana-bana en Wolof, sont des hommes et femmes achetant, parfois à crédit, des marchandises chinoises qu’ils revendent dans les quartiers des capitales africaines voire dans les villes et villages des pays respectifs. En Côte d’Ivoire par exemple, cette démarche est favorisée par la présence de la gare routière à proximité des marchands chinois. A Abidjan comme à Dakar, nombreux, ou plutôt nombreuses sont les femmes installées devant les boutiques chinoises. Elles ne paient pas directement de taxes au propriétaire asiatique mais vendent à l’unité pour son compte. Les chaussures (de 100 à 2 000 F CFA la paire) sont les marchandises les plus prisées et visibles.
[11] L’UNACOIS a également saisi la Commission nationale de la concurrence, une structure de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture dakaroise (Bertoncello et Bredeloup, 2009 : p. 53).
[12]Où est célébrée l’indépendance de la République.

[13]Surface urbaine où les activités présentent une certaine homogénéité (exemple du quartier d’affaires de La Défense à l’Ouest de Paris).
[14] Les ressortissants chinois au Mali sont majoritairement originaires du Sichuan et du Henan.
[15]Présidée par M. Chei, de Tianjin, ancien Directeur de l’UMPP (Usine malienne de produits pharmaceutiques, cogestion sino-malienne). Créée en 2005, suite au match Mali-Togo où plusieurs boutiques et bars chinois furent vandalisés, elle recense plus de 300 adhérents et se veut une organisation d’entraide, de règlement de conflits, de solidarité et de promotion de la culture chinoise.

[16] Selon Aïda Bocoum, commerciale de Maersk Line, société spécialisée dans le transport international de marchandises. Entretien effectué en février 2008.
[17] Phrase de M. Papa Nall Fall, Conseil de la République sénégalaise pour les affaires économiques et sociales.
[18] Encore récemment peuplé de fonctionnaires, ayant déserté le quartier avec la spéculation foncière due en partie par l’achat et la location d’habitats par ces commerçants chinois mais également par le transfert d’organisations internationales et de ses salariés, fuyant le conflit ivoirien. [19]De 150 à 600 Euros environ.

[20] Le premier Super Hayat a ouvert, aux II-Plateaux, rue des Jardins, en 1989.
[21] Les établissements privés d’enseignement supérieur sont par exemple très nombreux dans ce quartier.
[22]Ces « en-haut des en-bas [et] en-bas des en-haut » (Savina, Antoine, Dubresson et Yapi-Diahou, 1985 : p. 56).

[23] On y trouve par exemple des tailleurs réputés ou des commerces proposant du textile fabriqué ou inspiré de la mode occidentale.
[24] La Compagnie malienne des textiles, société anonyme, est une cogestion sino-malienne (80 et 20 %) depuis 1994. Les conflits sociaux y sont récurrents, notamment entre 2000 et 2004. Elle emploie actuellement 1 400 travailleurs.
[25]Depuis 2008, l’ambassade chinoise à Abidjan ne m’a toujours pas accordé d’entretien, malgré mes innombrables relances.

[26] Ce « pouls de la ville ». Le pont Charles de Gaulle est ouvert à circulation en juillet 1967 (Haeringer, 1969 : p. 234).
[27]Union économique et monétaire ouest-africaine. La Côte d’Ivoire y est suspendue depuis le 7 décembre 2010. L’Union reconnaît en effet l’élection de Alassane Dramane Ouattara.

[28] Sujet confirmé par deux articles parus en 2009 (Bertoncello et Bredeloup, 2009 : p.51) ; (Bourdarias, 2009 : p. 12).
[29] Des Chinois arrêtés, Les Echos, n° 3045 du 04 mars 2008.

[30] ZTE et Huawei sont spécialisées dans le secteur des télécommunications ; COVEC dans le BTP.
[31] En Afrique de l’Ouest, Ouagadougou et Dakar – paradoxalement – sont jumelées à Taipeh.
[32] Terme utilisé par les clients ivoiriens pour désigner les marchandises chinoises (notamment de contrefaçon).
[33] Forces Armées des Forces Nouvelles
[34] De 90 à 400 millions d’euros et de 90 à 160 millions d’euros.
[35] Abidjan Tribune, 09 mars 2011.
[36] Que l’on peut considérer comme les anciens « agents essentiels de l’économie de traite classique » (Fournet-Guérin, 2009 : p. 545). Une diffusion spatiale s’est progressivement effectuée durant le XXe siècle.
[37] La présence de ressortissants chinois à Nouadhibou est strictement liée aux activités portuaires.
[38] Discours de Amadou Toumani Touré à Ségou, le 25 octobre 2010 lors du lancement des travaux de l’autoroute Bamako-Ségou : http://french.news.cn/afrique/2010-10/26/c_13576641.htm
[39] Le Centre de promotion des investissements, en Zone 4, apporte une aide aux ressortissants chinois : transport, hébergement, conseils et informations économiques, liens entre les sociétés…
[40] Les premières études de terrain ivoiriennes n’ont pas encore affiné et analysé ces réseaux (selon l’origine géographique, sociale…).
[41] Afin de nuancer ces propos, citons ces deux mères de famille. Yu Hong Wéï à Ségou, mariée à Ahmadou Coulibaly (Directeur commercial de la COMATEX) et mère de quatre garçons et Mme X, à Gagnoa, vivant avec sa fille et son fils. Originaires du Sichuan où son mari, cuisinier, est resté, elle a ouvert une clinique très fréquentée dans le centre-ville après avoir vécu à Abidjan et Daloa.
[42] Servir le pays (de l’étranger).
[43]Pont aérien entre la Chine et la Lybie, février-mars 2011. Le ministère des Affaires étrangères chinois conseille ses ressortissants de quitter la Côte d’Ivoire le 24 mars 2011.

Références bibliographiques

ALDEN Chris (2007) China in Africa, United Kingdom, Zed Books, 154 p.
ALDEN Chris, LARGE Dan et SOARES DE OLIVEIRA Ricardo (2008) Chine-Afrique : facteur et résultante de la dynamique mondiale, Afrique contemporaine, 2008/4, n° 228, pp. 119-133.
AMPIAH Kweku et NAIDU Sanusha (2008) Crouching Tiger, Hidden Dragon: Africa and China, University of Kwazulu Natal Press, 357 p.
ANDRESY Agnès, MARTEAU Jean-François et RABALLAND Gaël (2010) La Chinafrique, mythes et réalités, Etudes, 2010/9, Tome 413, pp. 151-162.
AUREGAN Xavier Les enjeux géopolitiques de la « percée » chinoise au Sénégal, Mémoire de l’Institut Français de Géopolitique, IFG-Paris VIII, 2007, 193 p.
AUREGAN Xavier Les enjeux géopolitiques de la Chine en Afrique de l’Ouest : études de cas au Mali et en Mauritanie, Mémoire de l’Institut Français de Géopolitique, IFG-Paris VIII, 2008, 178 p. BERTONCELLO Brigitte et BREDELOUP Sylvie (2006) La migration chinoise en Afrique : accélérateur du développement ou « sanglot de l’homme noir » ?, Afrique contemporaine, 2006/2, n° 218, pp. 199-224.
BERTONCELLO Brigitte et BREDELOUP Sylvie (2007) De Hong Kong à Guangzhou, de nouveaux « comptoirs » africains s’organisent, Perspectives chinoises, 2007/1, 16 p.
BERTONCELLO Brigitte et BREDELOUP Sylvie (2009) Chine-Afrique ou la valse des entrepreneurs-migrants, REMI, vol. 25, n° 1, pp. 45-70.
BEURET Michel et MICHEL Serge (2008) La Chine a-t-elle un plan en Afrique ?, Afrique contemporaine, 2008/4, n° 228, pp. 49-68.
BEURET Michel et MICHEL Serge (2008) La Chinafrique – Pékin à la conquête du continent noir, Paris, Grasset, 348 p.
BOURDARIAS Françoise (2009) Migrants chinois au Mali : une pluralité de mondes sociaux, REMI, vol. 25, n° 1, pp. 7-24. CAO Huhua,
DEHOORNE Olivier et ROY Vincent (2006) L’immigration chinoise au Canada : logiques spatiales et nouvelles territorialités, Norois, 2006/2, n° 199, pp. 11-22.
CHAPONNIERE Jean-Raphaël (2008) L’aide chinoise à l’Afrique : origines, modalités et enjeux, L’économie politique, 2008/2, n° 38, pp. 7-28.
CHEN Michael-Xiaobao, GOLDSTEIN Andrea, PINAUD Nicolas et REISEN Helmut, China and India: What’s in it for Africa?, OECD Development Centre, 95 p.
CICUREL Michel (2010) La Chine à la quête du monde, Commentaire, vol. 33, n° 131, pp. 659-666.
COURET Dominique (1997) Territoires publics et espace urbain à Abidjan. Quand gestion urbaine revendications citadines composent…, Karthala-ORSTOM, pp. 429-458.
DJEGUEMA Adebayo (2006) Crises et recompositions dans les modes d’habiter et les pratiques sociales à Abidjan, 42ème Congrès ISoCaRP, 2006, 19 p.
DUBRESSON Alain et YAPI-DIAHOU Alphonse (1988) L’Etat, « le bas », les cours : exclusion sociale et petite production immobilière à Abidjan (Côte d’Ivoire), Tiers-Monde, Tome 29, n° 116, pp. 1083-1100.
DUPRE Mathilde et SHI Weijing, La présence chinoise en Afrique de l’Ouest : le cas du Mali et du Bénin, AFD, Paris, août 2008, 49 p.
ETIENNE Gilbert (2010) La Chine et les Chinois de l’extérieur, Relations internationales, 2010/1, n° 141, pp. 99-109.
FOURNET-GUERIN Catherine (2009) Les Chinois de Tananarive (Madagascar) : une minorité citadine inscrite dans des réseaux multiples à toutes les échelles, Annales de Géographie, 2009/5, n° 669, pp. 543-565.
GABAS Jean-Jacques (2008) Les pays émergents et la coopération internationale, in L’enjeu mondial. Les pays émergents, Presses de Sciences Po, pp. 221-234.
GUERIN Emmanuel (2008) Bailleurs émergents et gouvernance mondiale de l’aide au développement : où en est la Chine en Afrique ?, IDDRI, n° 3, pp. 105-118.
GUERRERO Dorothy-Grace et MANJI Firoze (2008) China’s new role in Africa and the South, United Kingdom, Fahamu, 258 p.
HAERINGER Philippe (1969) Structures foncières et création urbaine à Abidjan, Cahiers d’études africaines, vol. 9, n° 34, pp. 219-270.
HAZARD Éric, DE VRIES Lotje, ALIMOU BARRY Mamadou et AKA ANOUAN Alexis, L’impact de l’émergence chinoise et indienne en Afrique – Étude de cas sur le Sénégal,
ENDA Prospectives Dialogues Politiques, 75 p. HUGON Philippe (2010) Les nouveaux acteurs de la coopération en Afrique, Revue internationale de politique de développement, n° 1, pp. 99-118. KERNEN Antoine (2007) Les stratégies chinoises en Afrique : du pétrole aux bassines en plastique, Politique africaine, n°105, pp. 163-180.
KERNEN Antoine et VULLIET Benoît (2008) Petits commerçants et entrepreneurs chinois au Mali et au Sénégal, Afrique contemporaine, 2008/4, n° 228, pp. 69-94.
KIPRE Pierre (1985) Villes de Côte d’Ivoire 1893-1940, Abidjan, Les Nouvelles Editions Africaines, Tome I, pp.5-29, 212-232 ; Tome II, pp. 7-25 ; 255-281.
KOUAKOU KOUADIO Clément (2009) Jeunes et pauvreté urbaine dans les pays en développement : Cas de la côte d’ivoire, Revue africaine de l’Intégration, vol. 3, n° 1, 34 p. LAMBERT Denis (2009) Géopolitique de la Chine, Paris, Ellipses, 549 p.
LEIMDORFER François (1999) Enjeux et imaginaires de l’espace public à Abidjan, Politique africaine, vol. 74, pp. 51-75.
MA MUNG Emmanuel et GUILLON Michelle (1992) Dispositif économique et ressources spatiales : éléments d’une économie de diaspora, REMI, vol. 8, n° 3, pp. 175-193.
MA MUNG Emmanuel (2000) La diaspora chinoise, géographie d’une migration, Paris, Ophrys, 175 p.
MA MUNG Emmanuel (2009) Diaspora et migrations chinoises, in Christophe Jaffrelot (ed.), L’enjeu mondial, Paris, CERI-L’Express, pp. 235-244.
NIQUET Valérie (2006) La stratégie africaine de la Chine, Politique étrangère, pp. 361-374.
PARENTEAU René et CHARBONNEAU François (1992) Abidjan : une politique de l’habitat au service du plan urbain, Cahiers de géographie du Québec, vol. 36, n° 99, pp. 415-437.
PISANI-FERRY Jean (2010) La Chine, l’économie mondiale et l’Europe, Commentaire, vol. 33, n° 131, pp. 649-658.
SAVINA Annie Manou, ANTOINE Philippe, DUBRESSON Alain et YAPI-DIAHOU Alphonse (1985) « Les en-haut des en-bas et les en-bas des en-haut ». Classes moyennes et urbanisation à Abidjan (Côte d’Ivoire), Tiers-Monde, Tome 26, n° 101, pp. 55-68.
SECK Assane, Dakar métropole ouest-africaine, Mémoire de l’Institut fondamental d’Afrique Noire, IFAN-DAKAR, N°85, 1970, pp. 51 à 94 ; 95 à 120 ; 128 à 139 ; 148 à 172 ; 191 à 213 ; 217 à 219 ; 439 à 489.
SEKA Pierre Roche et KOUAKOU KOUADIO Clément (2008) Relations économiques entre la Chine et l’Afrique : Le cas de la Côte d’ivoire, Abidjan, CREA, 27 p.
VIRCOULON Thierry (2007) La nouvelle question sino-africaine, Etudes, 2007/11, Tome 407, pp. 451-462.
YAPI-DIAHOU Alphonse (2000) Manipulations foncières sur les zones industrielles dans les villes africaines, Bulletin de l’APAD, n° 19, 9 p.

Un renouveau du vote Front national ? (par Bernard Alidières, avril 2011)

A propos de l’auteur :

Bernard Alidières est docteur en géographie-géopolitique à l’lnstitut Français de Géopolitique de l’Université Paris-VIII.
Il est l’auteur de « Géopolitique de l’insécurité et Front national », chez Armand Colin (2006).

 

Présentation des choix cartographiques :

Cet ensemble de cartes propose une approche de l’évolution du vote FN aux élections régionales à trois niveaux spatiaux :

­ 1) Le niveau national par département, avec un agrandissement pour Paris et les trois départements de la petite couronne (75, 92, 93, 94)

­

2) Le niveau régional du Nord­ Pas­ de­ Calais pour lequel on a privilégié les principales villes et représenté les résultats par des figurés ponctuels proportionnels au nombre d’électeurs inscrits par commune (au dessus de 3500 électeurs inscrits) plutôt qu’un simple figuré zonal à l’intérieur des limites communales (ce type de re­ présentation masquant les fortes différences du nombre d’inscrits selon les com­munes). Par ailleurs ces cartes font apparaître les limites de l’ancien bassin minier qui, même vingt ans après la fermeture du dernier puits en 1991, conserve certains traits spécifiques, notamment une population d’un million d’habitants répartie dans un chapelet de cités minières sans grand centre urbain ainsi qu’une assez forte pré­ sence de personnes issues de l’immigration maghrébine de Lens à Valenciennes.

­

3) Le niveau infracommunal de la ville de Tourcoing selon le découpage en 49 bureaux de vote (de 1000 à 2000 inscrits chacun). C’est dans cette ville que s’est formé un des premiers et des principaux bastions du FN dans le Nord ­Pas­ de­ Calais de 1984 à 1997 [Alidières 2006].

Cette approche cartographique repose également sur une présentation des ré­ sultats en fonction des électeurs inscrits afin de prendre en compte les fortes varia­ tions de l’abstention selon les lieux et selon les années, suivant en cela les recom­ mandations de François Goguel : « Les pourcentages ont tous été calculés par rap­ port au nombre d’électeurs inscrits et non à ceux des suffrages exprimés : la propor­ tion de ceux­ci varie parfois trop d’un scrutin à un autre, pour que le rapprochement de cartes en pourcentages de suffrages exprimés, successivement consacrées à une même force politique, puisse être valable » (Goguel 1986).

Pourtant, bien que tous les commentateurs aient insisté sur la forte progression de l’abstention en 2010, presque toutes les cartes présentées (y compris celles de l’évolution des votes de 2004 à 2010 ou de 2007 à 2010) dans les diverses publica­ tions se basent sur des résultats en suffrages exprimées (à l’exception notable de celles proposées par F. Salmon).

 

Working atlas Bernard Alidières – PDF à télécharger

 

 

Les forces politiques en Catalogne à la veille des élections autonomiques de 2010 (par Cyril Trépier, mai 2010)

A propos de l’auteur :

Allocataire de recherche CRAG-IFG, Cyril Trépier est doctorant en géopolitique à l’Institut français de géopolitique. La thèse qu’il prépare sous la direction de Barbara Loyer (Université Paris VIII) et Félix Ovejero (Universitat Autonoma de Barcelona), s’intitule Analyse géopolitique de l’indépendantisme en Catalogne, et accorde une place centrale aux positionnements des entrepreneurs catalans face au mouvement indépendantiste.

ctrepier@yahoo.fr

 

Working atlas de Cyril Trépier – PDF à télécharger

 

 

Les enjeux électoraux et géopolitiques du scrutin régional à Paris et en Île-de-France (par Matthieu Jeanne, mars 2010)

Working paper n°6 – PDF à télécharger

A propos de l’auteur :

Professeur agrégé, Matthieu Jeanne enseigne l’Histoire-Géographie dans un collège de Seine Saint-Denis. Il est actuellement doctorant à l’Institut Français de Géopolitique. Dans le cadre de ses recherches, il a collaboré à plusieurs reprises avec la rédaction du Nouvel Observateur pour le supplément ParisObs. La thèse qu’il prépare sous la direction de Béatrice Giblin s’intitule Analyse Géopolitique de Paris. Elle accorde une place centrale aux rivalités de pouvoirs qui s’exercent sur la capitale à travers l’analyse spatiale des comportements électoraux et l’étude des mutations sociales et urbaines de Paris.

matthieu.jeanne@club-internet.fr

Résumé

Malgré l’abstention annoncée par les enquêtes d’opinion, les enjeux électoraux et géopolitiques du scrutin régional des 14 et 21 mars sont de taille. Il s’agit d’abord du contrôle du conseil régional d’Île-de-France, la région la plus peuplée et la plus riche de France. Au-delà de la rivalité médiatique qui oppose le sortant socialiste Jean-Paul Huchon et la ministre Valérie Pécresse, chaque camp politique joue gros dans cette élection. La droite unie, mais affaiblie par l’impopularité de Nicolas Sarkozy, doit prouver qu’elle peut rallier l’électorat de centre-droit. C’est la condition pour reconquérir les collectivités territoriales perdues ces dernières années. A gauche, la concurrence entre les différentes formations au premier tour définira le rapport de forces pour les prochaines échéances électorales : législatives de 2012 et élections des conseillers territoriaux en 2014.

 ————————————————————————————————————————————————————

 

1. Quelle participation ?

L’intérêt porté par les électeurs pour le renouvellement du conseil régional est la première inconnue. En 2004, la mobilisation avait été relativement faible, avec des différences bien marquées spatialement. Les territoires périphériques socialement ou géographiquement avaient ainsi connu une plus forte abstention que les territoires centraux.

Participation aux scrutins de 2004 et 2009 (en %)
Régionales  2004 Européennes 2009
75 62,73 49,67
77 60,90 37,23
78 62,30 43,95
91 62,47 42,20
92 63,08 45,57
93 56,42 32,87
94 60,04 40,82
95 59,25 38,05
Total 61,17 42,06

 

Lors du dernier scrutin, les européennes de 2009, l’abstention et les disparités spatiales se sont accentuées. Alors qu’en 2004 l’écart de participation entre les départements était inférieur à 7 points, il atteint en 2009 près de 17 points. Quand un Parisien sur deux vote, seul un habitant sur trois de Seine-Saint-Denis se rend aux urnes.

Le premier enjeu de ces élections est donc la capacité des formations politiques à mobiliser leur électorat sur l’ensemble des territoires. La gauche pâtira-t-elle de la très faible mobilisation de ses bastions traditionnels ? La droite parviendra-t-elle à remobiliser l’électorat de l’ouest francilien qui, dans une manifestation de défiance inédite, a massivement boudé les urnes en 2009 ?

2. Quel sera le pouvoir de nuisance du Front National ?

L’extrême droite connaît un reflux continu depuis 2004. Son assise électorale s’érode et se fragilise à chaque scrutin. Ainsi, au scrutin présidentiel de 2007, alors que les formations politiques gouvernementales bénéficient toutes du sursaut de participation, le FN enregistre un de ses résultats les plus faibles (en % des suffrages exprimés) et ne parvient pas à mobiliser l’ensemble de son électorat. En cinq ans, entre les deux scrutins européens, l’extrême droite perd la moitié de ses électeurs, en partie du fait du départ de Marine Le Pen. Le FN, dénué de tête de liste populaire, connaîtra-t-il la même évolution au scrutin régional de 2010 ?

L’extrême droite (FN+MNR) en Île-de-France

Suffrages obtenus En % des suffrages exprimés
Régionales 2004 492 159 13,43%
Européennes 2004 242 611 8,85%
Présidentielles 2007 430 562 7,54%
Européennes 2009 123 199 4,40%

La seconde interrogation réside dans la distribution spatiale de son électorat. Le Front National connaît une nouvelle géographie électorale : apparu dans les quartiers populaires de Paris ou de première couronne, il est désormais mieux implanté dans les périphéries de l’Île-de-France, en particulier en Seine et Marne, dans le sud de l’Essonne ou le nord-ouest des Yvelines. Le scrutin de 2009 a confirmé cette distribution spatiale puisque malgré un recul global du vote frontiste, certaines communes ont vu ce vote progresser aux marges de la région. Qu’en sera-t-il en 2010 ?

3. Le double enjeu de l’UMP

Capter les électeurs de centre-droit

La droite obtient depuis plus de 20 ans de bons résultats en Île-de-France, supérieurs à ceux qu’elle obtient au niveau national. Néanmoins, comme sur le reste du territoire français, elle est affaiblie par le positionnement centriste du Modem. Et ce, malgré le niveau élevé atteint au premier tour par la formation politique de Nicolas Sarkozy depuis 2007. En effet, avec la disparition de l’UDF, l’UMP a perdu ses réserves traditionnelles de voix pour le deuxième tour. En 2004, la droite pouvait compter sur le report des suffrages obtenus par André Santini. Le « recentrage » du Modem ne le permet plus, d’autant plus que les résultats obtenus par celui-ci sont plus faibles depuis 2009.

Résultats du centre et de la droite en Île-de-France de 204 à 2009

UDF – Modem UMP et divers droite
Régionales 2004 16,12% 24,79%
Présidentielles 2007 20,01% 35,73%
Européennes 2009 8,52% 35,84%

Surtout, l’électorat du Modem est aujourd’hui beaucoup plus volatile que ne l’était auparavant celui de l’UDF. Il n’est plus constitué majoritairement d’un électorat de centre-droit traditionnel. La comparaison sur le territoire parisien des résultats de l’UDF aux européennes de 2004 et du Modem aux européennes de 2009 éclaire ce changement. Entre les deux scrutins, ce sont les électeurs de l’ouest, les plus conservateurs, qui ont été le moins fidèles à Marielle de Sarnez, candidate à chaque élection. Dans le même temps, les listes UMP ont sensiblement progressé. Au contraire, le parti de François Bayrou résiste le mieux à l’est, là où la droite progresse le moins. Il semble donc que le Modem ait perdu son électorat le plus conservateur au profit de l’UMP. Le repositionnement au centre de François Bayrou mais aussi l’opposition véhémente à Nicolas Sarkozy peuvent expliquer ce reflux du Modem.

Mobiliser dans ses deux fiefs, Paris et les Hauts-de-Seine

Avec le département des Yvelines, Paris et les Hauts de Seine sont des bastions historiques de la droite que Valérie Pécresse doit absolument mobiliser pour espérer conquérir la région. Or, les scrutins récents ont mis en valeur la difficulté de la droite à conserver son électorat dans ses propres fiefs. En effet, c’est à Paris et dans les Hauts-de-Seine que la concurrence de la candidature de François Bayrou en 2007 a le plus affecté l’UMP. Et sur ces deux territoire en 2009, malgré le reflux du Modem, l’UMP n’est pas parvenue à attirer vers elle les électeurs perdus en 2007. Dans ces deux fiefs qui représentent 37% de l’électorat francilien de droite (pour 32% des inscrits) en 2004, la droite a perdu près de 10 points de 2004 à 2009.

Suffrages obtenus par les formations de droite de  2004 à 2009 en Île-de-France

Régionales 2004 Présidentielles 2007 Européennes 2009
75 43,02% 36,33% 34,40%
77 38,04% 36,34% 36,96%
78 46,64% 40,03% 42,12%
91 37,36% 33,82% 35,13%
92 50,30% 39,77% 39,85%
93 29,36% 28,44% 27,06%
94 38,16% 33,52% 32,18%
95 36,93% 34,50% 34,89%
Île-de-France 40,91% 35,73% 35,84%

 

4. La gauche : un scrutin pour mesurer les équilibres internes

A gauche, l’enjeu électoral principal est la bataille d’influence entre les Verts, le PS mais aussi le PCF. Contrairement à 2004, la gauche est cette fois désunie au premier tour. Chaque formation cherche donc à mesurer ses forces. Les Verts espèrent naturellement renouveler leurs bons résultats obtenus aux élections européennes de 2009 (20,85% à l’échelle de la région) et ambitionnent de devancer le PS. Plus modestement, l’objectif est de peser à gauche pour la constitution de l’exécutif régional en cas de victoire de la gauche mais aussi pour revendiquer des circonscriptions législatives gagnables en 2012. Les socialistes souhaitent réaffirmer leur leadership pour limiter les concessions qu’ils risquent de devoir faire si des accords de désistements sont signés pour 2012. Enfin, les communistes, forts de leur ancrage municipal, cherchent à réaffirmer leurs positions notamment face aux socialistes placés « en embuscade » dans de nombreuses municipalités ou cantons. Pour tous, les résultats de cette élection risquent de servir d’étalon pour l’élection des futurs conseillers territoriaux en 2014 : si le scrutin uninominal à un tour était retenu, la gauche devrait pour espérer conserver –ou reconquérir– la région proposer des candidatures uniques. Dans cette perspective, chaque formation cherche à mettre en valeur son implantation territoriale.

A ce jeu, les Verts devront prouver que leurs bons résultats de 2009 n’étaient pas simplement l’expression d’une sanction infligée par des électeurs socialistes infidèles à leur parti. L’évolution parisienne des deux formations aux scrutins européens de 2004 et 2009 pourrait le laisser croire. A l’échelle francilienne, les Verts peuvent espérer aussi se maintenir dans des territoires socialement favorisés, traditionnellement acquis à la droite (Plateau de Saclay, ouest de l’Essonne) : l’implantation écologiste peut alors apparaître comme un atout inédit pour les forces de gauche. Enfin, le Parti Socialiste doit quant à lui veiller à conserver son implantation dans les territoires populaires de la première couronne gagnés par l’abstention, mais aussi les périphéries orientales de la Seine et Marne, sans quoi il risque de perdre le contrôle de ce conseil général.

Les échecs de la droite parisienne depuis 2001 font-ils de Paris un fief de gauche ? (par Matthieu Jeanne, avril 2009)

Working paper n°5 – PDF à télécharger

A propos de l’auteur :

Professeur agrégé, Matthieu Jeanne enseigne l’Histoire-Géographie dans un collège de Seine Saint-Denis. Il est actuellement doctorant à l’Institut Français de Géopolitique. Dans le cadre de ses recherches, il a collaboré à plusieurs reprises avec la rédaction du Nouvel Observateur pour le supplément ParisObs. La thèse qu’il prépare sous la direction de Béatrice Giblin s’intitule Analyse Géopolitique de Paris. Elle accorde une place centrale aux rivalités de pouvoirs qui s’exercent sur la capitale à travers l’analyse spatiale des comportements électoraux et l’étude des mutations sociales et urbaines de Paris.

matthieu.jeanne@club-internet.fr

Résumé

Les échecs de la droite parisienne depuis 2001 font-ils de Paris un fief de gauche ?

 

Depuis sa victoire historique aux élections municipales de 2001, la gauche a renforcé considérablement son assise électorale en remportant les scrutins locaux (2004, 2008) ou en limitant les succès de la droite lors des scrutins nationaux (2002, 2007). Alors que la capitale était acquise à la droite depuis les débuts de la IIIème République, au point d’en constituer un fief imprenable depuis 1977 sous la domination de Jacques Chirac, elle est contrôlée aujourd’hui solidement par une alliance rassemblant principalement les socialistes et les écologistes qui domine électoralement la majorité du territoire parisien. Comment la gauche, encore minoritaire en voix lors des scrutins nationaux, parvient-elle à contrôler si largement la municipalité ? Quels sont les enjeux du renforcement de la gauche parisienne à l’échelle de la ville de Paris et à celle de la métropole parisienne ? L’analyse géopolitique des nouveaux rapports de forces locaux et l’étude des spécificités de la géographie électorale parisienne permettent de comprendre cette situation non conforme à la sociologie électorale. Elles éclairent les enjeux électoraux des projets de redécoupage administratif du Grand Paris.

 

Summary

Have the failures of the Parisian right since 2001 turned Paris into a left-wing stronghold?

 

Since its historic victory in the municipal elections of 2001, the left has considerably strengthened its electoral base by winning the local elections (2004, 2008) or by limiting the success of the right during the national elections (2002, 2007). Although the capital had been held by the right since the early days of the Third Republic, and had become an unassailable stronghold under the domination of Jacques Chirac from 1977 onwards, it is now controlled by an alliance that is made up mainly of socialists and ecologists that dominates most of the Parisian electoral landscape. How has the left, while remaining the opposition in national elections, come to control the city council to such a clear extent? What are the effects of this strengthening of the Parisian left both in the city of Paris itself and in the greater Parisian metropolitan area? The geopolitical analysis of local power struggles and the study of the specifics of Parisian electoral geography enable us to better understand this situation, which seems to go against electoral sociology. They shed some light on what is at stake with the plans for the administrative break-up of the Greater Paris metropolitan area.

————————————————————————————————————————————————————-

Les échecs de la droite parisienne depuis 2001 font-ils de Paris un fief de gauche ?

En mars 2008, la majorité municipale de gauche est réélue sans difficulté à Paris. L’équipe sortante de Bertrand Delanoë apparaît « largement confortée[1] ». La capitale est incontestablement « rééquilibrée après 100 ans à droite et 7 ans à gauche[2] », selon les propos du Maire de Paris. De fait, sept années après la fragile – mais historique – victoire de la gauche à Paris[3], les rapports de force sont bouleversés : alors que les politistes prédisaient à la suite des élections municipales de 2001 « une relative instabilité politique » [Boy, Chiche, 2002, p.47], la gauche n’a cessé de renforcer ses positions, sept années durant, profitant des échecs électoraux répétés de la droite.

 

Ainsi, en juin 2002, alors que la droite retrouve une majorité confortable à l’Assemblée Nationale, elle perd, à Paris, trois circonscriptions législatives[4]. En mars 2004, elle est minoritaire aux élections régionales[5] à Paris, comme en Île-de-France. En mai 2007, pour la première fois à un scrutin national, la capitale n’a pas amplifié les résultats de la droite, mais a résisté à la « vague bleue » suscitée par Nicolas Sarkozy : ce dernier n’a devancé Ségolène Royal que d’une courte tête[6]. Quelques semaines plus tard, la droite parisienne perd une nouvelle circonscription législative et poursuit son recul territorial amorcé dix ans plus tôt.

 

Ces succès électoraux remportés par la gauche fragilisent l’interprétation conjoncturelle de la victoire de Bertrand Delanoë avancée en 2002 [Boy, Chiche, 2002, p.47]. Alors que la victoire de la gauche plurielle en 2001 est d’abord une défaite de la droite [Subra, 2005, p.151], ses succès ultérieurs dépassent amplement la sanction des pratiques politiques propres à l’équipe conservatrice en place et la demande conjoncturelle d’un renouvellement des politiques municipales. La droite parisienne a perdu à Paris un fief historique entraînée par la défaite du « système Chirac ». Pour autant, le contrôle de positions de pouvoir par les socialistes alliés aux écologistes autour de la personnalité de Bertrand Delanoë donne-t-il naissance à un nouveau « système local » [Subra, 2005, p.131] ?

 

La constitution d’un nouveau fief local est, de fait, une question géopolitique de premier ordre : celle du contrôle du pouvoir et des rivalités qu’il entraîne sur un territoire exceptionnel, celui de la capitale française. Le contrôle de la ville la plus peuplée –à la fois ville et département, à elle seule plus peuplée qu’une bonne partie des régions françaises- est en effet un enjeu de taille : enjeu financier grâce à la concentration des sièges sociaux et des ménages aisés qui offrent d’importantes recettes fiscales, et enjeu politique grâce à l’exceptionnelle densité de postes électifs[7] et le contrôle d’un appareil administratif comparable à certains ministères. Enfin, la ville de Paris est un maillon central de la future structure métropolitaine en gestation, quels que soient le périmètre et la forme de gouvernance qui seront choisis. Son contrôle attise inéluctablement de nombreux appétits.

 

La naissance d’un nouveau système local de gauche à Paris pose en outre une question majeure : comment expliquer que la capitale dont la sociologie et la tradition politique offrent toujours de solides assises électorales à la droite apparaisse aujourd’hui si facilement acquise à la gauche ? Seules l’analyse géopolitique et la géographie électorale permettent de comprendre ce paradoxe électoral, cette situation « curieuse ou non conforme à la sociologie électorale » [Giblin, 2008]. La nature des rivalités de pouvoir sur le territoire parisien a en effet été bouleversée. De nouvelles représentations changent les stratégies politiques de chaque camp. Quels sont les enjeux de la perte de ce fief pour la droite ? La gauche possède-t-elle un nouveau bastion politique ?

1. La mutation politique de Paris : la capitale n’est plus un fief de droite

Le déclin de la droite, emportée par la faillite du « système Chirac »

L’histoire de la droite municipale parisienne se confond avec celle de la formation géopolitique mise en place par Jacques Chirac de 1977 à 1995. Le président fondateur du RPR a conquis la capitale en 1977 pour organiser une véritable « machine de guerre présidentielle ». La mairie de Paris a conforté sa stature nationale et internationale et lui a permis de résister à deux défaites présidentielles en 1981 et 1988 tout en conservant autour de lui un important vivier d’élus et de hauts fonctionnaires. Organisé pour et autour du dessein personnel de Jacques Chirac, le système mis en place dès 1977 s’est vite délité quand le chef du parti gaulliste est entré à l’Elysée en mai 1995.

 

Tableau 1. La droite aux élections municipales de 1989 à 2008.

 

1989

1995

2001

2008

Suffrages obtenus par l’ensemble des listes droite au premier tour.

54,8%

51,4%

44,2%

33,2%

Sièges au Conseil de Paris.

141

99

71

63

 

Les élections municipales de juin 1995, qui connaissent une forte abstention, marquent un léger repli de la droite municipale. Cette dernière conduite par Jean Tibéri, député-maire du 5ème arrondissement que Jacques Chirac a préféré à Jacques Toubon pour sa bonne maîtrise des rouages de l’Hôtel de Ville parisien, obtient un résultat légèrement inférieur à la performance chiraquienne de 1989 tout en demeurant majoritaire en voix dès le premier tour. Surtout, la droite cède six arrondissements de l’Est parisien[8] à la gauche, alors que Jacques Chirac avait réalisé aux deux scrutins précédents le grand chelem. La droite perd de facto 42 sièges au Conseil de Paris. L’hégémonie du système chiraquien sur la capitale[9], gagnée grâce à une politique très attentive menée envers les arrondissements du Nord-Est[10] [Subra, 2005, p.147] est brisée. En 2001, la droite se présente profondément divisée aux électeurs parisiens. Mis en cause dans plusieurs affaires politico-judiciaires (HLM de la Ville de Paris, affaire du faux rapport de son épouse pour le Conseil Général de l’Essonne), Jean Tibéri est récusé par Jacques Chirac au profit de Philippe Séguin. Avec de nombreux élus écartés par le candidat officiel du mouvement gaulliste, le maire sortant parvient à monter des listes dissidentes dans tous les arrondissements. La division nuit fortement à la droite qui obtient néanmoins dans son ensemble plus de 44% des suffrages au premier tour, devançant ainsi largement les listes conduites par Bertrand Delanoë. Au second tour, le maintien des listes dissidentes annihile les espoirs de la droite. Alors que les listes Séguin et Tibéri sont majoritaires en voix, elles perdent six arrondissements[11] et n’obtiennent que 71 sièges au Conseil de Paris.

 

En 2008, la droite parisienne a compris les erreurs de 2001. Elle aborde le scrutin municipal unie derrière Françoise de Panafieu, maire du 17ème arrondissement, désignée démocratiquement lors de primaires organisées au sein de l’UMP en février 2006. Ce choix veut prouver le changement de la droite parisienne : une équipe renouvelée, ouverte à des personnalités populaires – Rachida Dati et Jean-Marie Cavada- et conduite par une femme qui affiche un franc-parler et une image jeune particulièrement apprêtée[12] pour dissiper son image de « candidate des beaux quartiers ». En effet, les efforts de Françoise de Panafieu masquent mal ses origines, qui font d’elle une « héritière » en politique, mais aussi son implication dans le système politique chiraquien. La candidate UMP est en effet issue d’une longue dynastie familiale gaulliste et conservatrice[13] très ancrée dans le bourgeois 17ème arrondissement et a été adjointe de Jacques Chirac puis de Jean Tibéri de 1980 à 2001[14]. Difficile donc de séduire l’électorat de l’Est parisien, objectif essentiel de la droite, avec un tel profil. Surtout, la candidate est très contestée dans son propre camp suite aux maladresses qu’elle multiplie pendant la campagne[15]. Enfin, la candidate est doublement gênée dans son positionnement politique : la critique du bilan du maire sortant est délicate tant les sondages d’opinion le confortent et la concurrence de Marielle de Sarnez au centre de l’échiquier politique est redoutable. Dopée par le succès de François Bayrou au scrutin présidentiel à Paris en 2007, la candidate du Modem cherche à séduire le même électorat que Françoise de Panafieu : les classes moyennes du centre et de l’Est parisien. Cependant, dans cette tâche Marielle de Sarnez a plus de crédibilité : elle habite et se présente dans le 14ème arrondissement et elle incarne –au moins en apparence- une forme de renouvellement du personnel politique parisien[16]. Au premier tour, l’échec de la droite est sans appel : elle n’obtient qu’un tiers des suffrages quand 13 ans plus tôt elle détenait la majorité absolue. Au second tour, elle ne parvient pas à se rapprocher avec le Modem tenté par une alliance avec Bertrand Delanoë[17]. Malgré l’union du camp conservateur, la droite perd de nouveau 8 sièges au Conseil de Paris. En trois scrutins elle a perdu l’Hôtel de Ville, 12 arrondissements et 78 sièges au Conseil de Paris : elle apparaît profondément défaite.

 

Néanmoins, le déclin de la droite ne se limite pas à la perte du contrôle de l’Hôtel de Ville et ne résulte pas uniquement du délitement du système mis en place par Jacques Chirac. Au-delà des enjeux géopolitiques locaux, les scrutins nationaux offrent une bonne perspective de l’évolution de l’opinion politique parisienne. Ainsi, l’étude des résultats au premier tour des élections présidentielles à Paris depuis 1974 met en valeur un déclin important des suffrages obtenus par les partis de droite traditionnelle. Ce reflux électoral se solde en 2007 par un résultat historique, passé relativement inaperçu : alors que la ville amplifiait jusqu’alors de 5 à 10 points le résultat du candidat de droite, elle a valorisé dans un élan de participation inédit la candidate socialiste de près de 3 points.

 

Tableau 2. Suffrages exprimés à Paris au premier tour des élections présidentielles (en %).

 

1974

1981

1988

1995

2002

2007

Ensemble des formations de droite

56,47

56,51

45,16

51,38

42,88

36,31

 

Si l’on excepte le scrutin de 1995, au cours duquel Jacques Chirac a réalisé une mobilisation inédite de l’électorat parisien grâce à un travail d’encadrement et de maillage politique mené depuis 1977, la décrue de la droite est continue et massive : en 33 ans, elle perd plus du tiers de sa base électorale. Alors qu’elle dominait sans partage l’espace politique (en 1974, la gauche réunie ne représente que 66% des suffrages du camp adverse), la droite est talonnée de près par la gauche en 2007.

 

Tableau 3. Comparaison des rapports Gauche-Droite Paris-France entière (en % des suffrages exprimés, au premier tour).

 

 

1974

1981

1988

1995

2002

2007

Rapport Gauche/Droite niveau national

0,85

0,90

1,18

0,72

0,72

0,80

Rapport Gauche/Droite niveau parisien

0,66

0,67

0,79

0,60

0,76

0,90

Différence

0,21

0,23

0,39

0,12

-0,4

-0,10

 

Cette évolution parisienne se distingue de l’évolution politique nationale. Alors que jusqu’en 1988, le rapport gauche/droite parisien est systématiquement inférieur d’au moins 0,20 (jusqu’à 0,39 en 1988) au même rapport au niveau national, la tendance faiblit dès 1995, et ce, malgré la bonne mobilisation réalisée autour de Jacques Chirac. Les années 1990 sont en effet des années charnières[18]. A la veille de cette décennie, au scrutin de 1988, la droite parisienne résiste exceptionnellement au succès de François Mitterrand. Quatorze années plus tard, le scrutin de 2002, auquel participe pourtant Jacques Chirac, offre un renversement total des perspectives : pour la première fois depuis près de 30 ans, Paris est plus à gauche que le reste de la France, que l’on compte ou non les écologistes qui obtiennent, en 2002, un excellent résultat. En somme, il semble que l’excellente mobilisation autour de Jacques Chirac en 1995 à Paris a masqué –ou retardé- la mutation politique de Paris.

Un déclin de la droite au profit de la gauche ?

Indubitablement, la gauche a profité du discrédit, puis de la faillite du système Chirac.

 

Tableau 4. La gauche aux élections municipales de 1989 à 2008, au premier tour.

 

1989

1995

2001

2008

Suffrages obtenus par la gauche

27,8%

30,2%

31,3%

42,90%

Sièges au Conseil de Paris.

21

58

69

90

Ecologistes

8,2%

7,1%

13,1%

6,8%

Sièges au Conseil de Paris.

1

5

23

9

 

Après la conquête des six arrondissements du Nord-Est parisien en 1995, l’apport décisif en 2001 vient des écologistes, puisque malgré une campagne passionnée et ouverte, les socialistes et leurs alliés progressent faiblement sur l’ensemble de la capitale. Mais s’alliant aux Verts, les socialistes gagnent les électeurs du centre parisien – dans sa définition spatiale (9ème, 2ème, 4ème, 14ème arrondissements) et politique – et une image de modernité indispensable à la victoire de la gauche parisienne. Aux élections municipales de 2008, l’équipe menée par Bertrand Delanoë ne conquiert aucun nouvel arrondissement, mais les positions de l’équipe sortante sont très largement confortées : trois maires socialistes sont élus ou réélus au premier tour[19], les huit autres obtiennent entre 57% et 75% des suffrages[20]. Au total les listes qui ont fusionné autour de Bertrand Delanoë obtiennent, en 2008, 97 sièges, soit 5 de plus qu’en 2001[21]. Les socialistes sont désormais « libres[22] » : ils détiennent la majorité absolue avec leurs alliés historiques du PCF et du MRC[23] sans dépendre des Verts.

Néanmoins, malgré ces succès locaux, la gauche ne connaît pas lors des scrutins nationaux de succès importants. Paradoxalement, la gauche gouvernementale bénéficie peu – au moins aux premiers tours des scrutins – du déclin tendanciel de la droite parisienne.

Tableau 5. L’évolution de la gauche au premier tour des élections présidentielles à Paris (en % des suffrages exprimés).

 

1974

1981

1988

1995

2002

2007

Gauche gouvernementale

37,34

37,65

35,87

30,69

32,52

32,96

Ecologistes

2,32

4,07

3,64

3,63

7,38

1,53

Gauche+Ecologistes

39,66

41,72

39,51

34,32

39,9

34,49

 

Si l’on exclut les écologistes, elle connaît une baisse qui peut se schématiser en trois paliers successifs : elle rassemble 37% des suffrages au cours de la décennie 1970, 36% au cours de la décennie 1980 et 32-33% dans les années 2000. Seul le rattachement des Verts à l’attelage de la gauche plurielle a permis de gommer ce déclin tendanciel. La gauche, écologistes compris, se stabilise alors autour de 40%, exceptés les scrutins de 1995 et de 2007 où la gauche pâtit d’une forte abstention, puis de la concurrence au centre de François Bayrou. De 1974 à 2007, la gauche et la droite traditionnelles réunies passent de près de 95% des suffrages à 69%. Ce déclin se fait au profit des nouvelles forces politiques : l’extrême gauche et l’extrême droite jusqu’en 2002 et le centre avec la candidature de François Bayrou en 2007. En somme, seul le déclin de la droite est à l’origine d’une double mutation politique inédite : Paris paraît plus marqué à gauche que le reste de la France et les deux camps politiques jouent désormais à égalité aux scrutins nationaux.


2. Les modalités de la conquête du territoire parisien par la gauche

L’efficacité de la stratégie de Delanoë, profitant à plein du mode de scrutin.

Comment  expliquer alors le contraste entre la stabilité des résultats de la gauche aux scrutins présidentiels –et même le déclin si l’on exclut les écologistes- et les succès locaux précédemment décrits ? La première explication tient incontestablement aux acteurs politiques locaux et aux stratégies qu’ils mettent en œuvre. L’ampleur des résultats obtenus par les maires d’arrondissement sortants en 2008 et la constance des enquêtes d’opinion montrent la satisfaction des électeurs parisiens pour la majorité municipale conduite par Bertrand Delanoë. Les instituts de sondage évoquent l’amélioration de la qualité de vie au sens large[24] à Paris : le développement des alternatives à la voiture est plébiscité (mise en place de Vélib’, pistes cyclables, transports en commun) et les efforts consentis pour améliorer les services publics sont reconnus. L’opinion demeure réticente sur la circulation automobile et l’accès aux logements, deux problèmes inhérents à l’ensemble des grandes métropoles. Conscient de la complexité de ces enjeux, l’électorat parisien s’est sans doute montré plus indulgent sur ces thèmes que sur la qualité des services publics ou le développement des espaces verts, directement imputables à l’équipe municipale. Globalement les enquêtes ont confirmé la clairvoyance de la stratégie mise en place par Bertrand Delanoë. En accordant une grande place aux Verts -malgré le prix élevé de cette alliance[25] mais aussi les conflits et les frustrations qu’elle a engendrés-, la gauche a su capter et satisfaire la demande d’un électorat profondément renouvelé[26] : celle d’une autre pratique de la ville et de nouvelles politiques urbaines [Subra, 2005, p.152]. Ce « vote métropolitain » [Jeanne, 2005, p.98] est celui de jeunes actifs diplômés, particulièrement nombreux dans le centre rive droite et le centre Est (2ème, 3ème, 10ème et 11ème arrondissement), moins sensibles aux questions sociales traditionnellement défendues par la gauche, mais plus attachés aux problèmes sociétaux et environnementaux défendus par les Verts en 2001. Une fois assuré que les socialistes avaient réalisé leur aggiornamento en portant ces thématiques dans leur programme[27], cet électorat s’est naturellement porté sur les socialistes en 2008.

 

La tentation plus globale du « socialisme municipal[28] », est un des autres facteurs explicatifs du succès de la gauche municipale parisienne. Michel Noblecourt, éditorialiste au Monde, affirme ainsi que le Parti Socialiste a tendance à se replier sur le terrain local plutôt « que de chercher à conquérir le pouvoir d’Etat, au risque de se renier et de ne pas tenir ses promesses de transformation de la société ». L’analyse se vérifie partiellement à Paris. La confiance accordée par les électeurs à l’équipe de Bertrand Delanoë s’inscrit dans un contexte national, dans lequel la gestion socialiste des collectivités locales (développement des services de proximité, politique culturelle) est en phase avec les attentes de l’électorat des grandes métropoles[29]. Néanmoins, la conquête de l’Hôtel de Ville par les socialistes en 2001 ne s’inscrit pas dans une stratégie nationale contrairement à l’opération chiraquienne de 1977. Alors que le chef du mouvement gaulliste avait utilisé la mairie pour affaiblir le leadership giscardien et se constituer une base de repli indispensable à son dessein présidentiel, Bertrand Delanoë n’a pas affiché d’ambitions équivalentes en 2001. Peu connu des électeurs socialistes, il a abandonné son siège de sénateur dès son arrivée à l’Hôtel de Ville, affichant ainsi son refus du cumul des mandats et prouvant aussi son engagement total dans la conduite de la politique municipale. Les ambitions nationales ne sont nées qu’après l’échec de la candidate socialiste aux élections présidentielles de 2007, quand, assuré de sa popularité, Bertrand Delanoë a mesuré le tremplin que pouvait représenter pour lui le contrôle de la Mairie de Paris.

 

Au-delà du cadre municipal strict, le système géopolitique mis en place par Bertrand Delanoë s’est révélé efficace aux autres scrutins. En 2004, aux élections régionales la liste de gauche, conduite par la première adjointe du Maire de Paris, Anne Hidalgo obtient pour la première fois la majorité absolue sur l’ensemble de Paris[30] au second tour. En 2007, aux élections législatives, dont l’enjeu est incontestablement plus national que local, les socialistes et leurs alliés confortent leurs positions spatiales, en dominant totalement l’Est parisien.

La carte met en valeur le succès des candidats socialistes et écologistes locaux qui ont tous, à l’exception de Daniel Vaillant et Jean-Christophe Cambadélis[31], amplifié les résultats obtenus par Ségolène Royal quelques semaines auparavant malgré l’état de grâce dont bénéficiait alors Nicolas Sarkozy dans l’opinion publique[32]. La conquête inédite de la 8ème circonscription et l’amélioration sensible des résultats socialistes dans les 7ème et 9ème circonscriptions[33] mettent en valeur le fort ancrage des élus municipaux de gauche et dépasse largement le léger reflux électoral observé par la droite au niveau national au soir du second tour des élections législatives.

 

La seconde clef d’explication du succès de la gauche locale tient à la nature même du mode de scrutin qui profite particulièrement aux socialistes. En effet, le système électoral établi par la loi PLM  de 1982 qui fixe les modalités de l’élection des conseillers municipaux à Paris, à Lyon et à Marseille, privilégie la domination spatiale et territoriale par rapport au total des suffrages obtenus dans l’ensemble de la capitale.

 

Tableau 6. La répartition des sièges au Conseil de Paris.

Conseil de Paris

Projection des résultats présidentiels 2007

Municipales 2008

Arrondissement

Total des sièges

Minimum attribué à la liste majoritaire

Gauche

Droite

Gauche

Droite

1er

3

2

1

2

1

2

2ème

3

2

2

1

3

0

3ème

3

1

2

1

3

0

4ème

3

2

1

2

2

1

5ème

4

3

3

1

1

3

6ème

3

2

1

2

1

2

7ème

5

4

0

5

0

5

8ème

3

2

0

3

0

3

9ème

4

3

1

3

3

1

10ème

6

5

5

1

5

1

11ème

11

9

9

2

10

1

12ème

10

8

8

2

8

2

13ème

13

10

11

2

11

2

14ème

10

7

8

2

8

1

15ème

17

13

3

14

4

13

16ème

13

10

1

12

1

12

17ème

13

10

2

11

3

10

18ème

14

11

12

2

12

2

19ème

12

9

10

2

10

2

20ème

13

10

11

2

11

0

TOTAL

82

81

91

72

97

63

 

 

Le tableau ci-dessus met tout d’abord en valeur le poids inégal des arrondissements dans la répartition des sièges du Conseil de Paris. Les dix arrondissements les plus peuplés (du 11ème au 20ème) sont des territoires stratégiques : ils représentent 126 sièges sur 163. Sept de ces arrondissements –qui représentent 83 sièges- sont détenus aujourd’hui par la gauche. Y être majoritaire permet donc d’obtenir d’emblée au moins 64 sièges grâce au mode de scrutin en vigueur qui offre plus des trois quarts des sièges au vainqueur.

 

Surtout, la simulation de la composition du Conseil de Paris réalisée avec les résultats du second tour des élections présidentielles de 2007 met en valeur la domination spatiale de la gauche.  Alors que Nicolas Sarkozy devance son adversaire socialiste de près de 4 000 voix, les résultats de Ségolène Royal appliqués au mode de scrutin par arrondissement auraient permis aux socialistes de dominer la droite de 19 sièges. Les mêmes résultats appliqués au même mode de scrutin[34] dans l’ensemble de la capitale et non plus par arrondissement auraient permis à la droite de détenir 123 sièges sur 163. En somme, la gauche, structurellement minoritaire en voix à l’échelle de la capitale, parvient grâce à la répartition spatiale des suffrages à détenir une nette majorité en sièges au Conseil de Paris.

 

Reposant sur une assise territoriale solide, la majorité construite par Bertrand Delanoë en 2001 paraît assez protégée. Même dans un contexte politique favorable à la droite, la gauche demeure majoritaire en possédant un avantage de près de 10 sièges[35]. Et si la droite conserve le 5ème arrondissement et conquiert le 12ème arrondissement[36], la gauche municipale garde un avantage avec 83 sièges au Conseil de Paris.

 

Enfin, la confrontation de  la simulation de 2007 aux résultats de 2008 met en valeur l’ancrage de l’équipe de Bertrand Delanoë et conforte l’existence même d’un système local qui interfère de manière notable avec les tendances nationales, en les renforçant ou les atténuant [Subra, 2005, p.130]. La gauche municipale réalise une plus-value de 6 sièges sur les résultats nationaux obtenus une année plus tôt par Ségolène Royal, quand la droite en perd 9. Le scrutin municipal offre une prime aux sortants dans les 2ème, 3ème et 11ème arrondissements. Il permet à la gauche de conserver les 4ème et 9ème arrondissements, malgré l’avance qu’ils avaient donnée à Nicolas Sarkozy en 2007. Néanmoins, si la gauche a entamé les positions de la droite dans le 17ème arrondissement, elle n’a pu ravir à Jean Tibéri le 5ème arrondissement.

Aux scrutins nationaux, la gauche progresse dans ses fiefs, la droite conserve les siens.

La répartition spatiale des votes explique cette « anomalie de la représentation électorale » qui donne la majorité en sièges à un camp politique minoritaire en voix. En 2007, la carte des résultats du second tour des élections présidentielles est éclairante.

Ségolène Royal domine tout l’Est parisien à l’exception de 3 quartiers : Bel Air dans le 12ème arrondissement, Arsenal et Notre-Dame dans le 4ème arrondissement. Elle est majoritaire dans les quartiers les plus peuplés. Au total Nicolas Sarkozy, lui, n’est majoritaire que dans 36 quartiers sur 80. Le vote de droite apparaît donc nettement plus concentré dans l’espace parisien que ne l’est le vote de gauche. Nicolas Sarkozy atteint au deuxième tour un maximum de 85,87% des suffrages[37], quand sa concurrente socialiste atteint 72,74%[38]. La comparaison statistique des répartitions des votes aux premiers tours des scrutins présidentiels éclaire ces différentes répartitions spatiales des votes.

Tableau 7 : Etude statistique des résultats au premier tour des élections présidentielles, à l’échelle du quartier.

Gauche

Droite

1995

2007

1995

2007

Minimum

12,87%

8,92%

35,29%

18,04%

Maximum

45,93%

55,49%

78,04%

71,97%

Ecart-type

8,8

11,1

10,9

13,1

Coefficient d’asymétrie

-0,94

-0,47

0,78

0,89

 

La répartition des votes de la droite connaît à tous les scrutins une dispersion plus importante : l’étendue de la série est plus élevée. En 1995 comme en 2007, l’écart-type des séries statistiques des votes de droite est nettement supérieur à celui des séries de vote de gauche. Surtout le coefficient d’asymétrie[39] des votes de droite met en valeur une distribution décalée vers les valeurs les plus élevées. La traduction spatiale est simple : à l’échelle de Paris, le vote de droite se concentre massivement donc dans des quartiers où la droite réalise d’excellents résultats.

Surtout, entre les scrutins de 1995 et 2007, on observe un renforcement des oppositions, une forme de polarisation spatiale des votes : les écarts-types s’accroissent, tout comme le coefficient d’asymétrie des votes de droite. Seule l’asymétrie des votes de gauche régresse.

Les deux représentations spatiales des évolutions depuis 1995 éclairent ces statistiques.

A gauche, la carte ci-dessus à l’échelle du quartier administratif met en valeur la concentration spatiale des votes depuis 1995. La gauche progresse exclusivement dans un quart Nord-Est, et plus particulièrement dans ses fiefs historiques (Belleville, La Chapelle, Goutte d’Or).

Cette progression apparaît plus comme un effet de rattrapage après l’excellente mobilisation de 1995 réalisée par Jacques Chirac. En réalité, les arrondissements populaires du Nord-Est s’étaient abstenus massivement au premier tour des élections présidentielles de 1995. Plus qu’une progression réelle des partis de gauche, c’est ici plutôt une meilleure mobilisation de ses électeurs. En mettant fin au « hold-up » électoral réalisé par Jacques Chirac, la gauche retrouve son territoire politique traditionnel qu’elle domine depuis le début de la IIIème République.

En revanche, sur la rive gauche et à l’Ouest, la gauche ne progresse dans aucun quartier. Bien au contraire, dans les fiefs de droite ses résultats perdent près du tiers de leur valeur, confirmant ainsi les variations des minima et des écarts-types observées précédemment. En somme, la gauche n’améliore pas sensiblement ses positions aux scrutins nationaux depuis 1995. En revanche, les suffrages exprimés en sa faveur se concentrent davantage dans ses fiefs du fait du double mouvement de progression à l’ouest et de régression à l’Est.

A droite, l’évolution apparaît à première vue le symétrique inverse de celle de la gauche. La réalité est plus complexe. La droite recule dans les 80 quartiers de Paris, même dans ses fiefs[40]. Ce déclin s’explique par la difficulté à maintenir les bons résultats obtenus par Jacques Chirac en 1995, en particulier dans les quartiers orientaux, et par la concurrence de François Bayrou en 2007. Ce sont les fiefs de droite qui résistent le mieux (triangle 16ème-8ème-7ème). En définitive, l’évolution récente des forces politiques a accentué une dissymétrie spatiale ancienne.

Surtout, cette évolution dessert la droite parisienne. Le renforcement des fiefs respectifs apparaît fort inégal électoralement. Le « triangle d’or » conservateur représente un espace nettement plus restreint que celui dominé par la gauche. Les trois arrondissements qui résistent dans leur intégralité au déclin de la droite pèsent bien peu face aux « fiefs retrouvés » de la gauche parisienne. Quand l’addition des 7ème, 8ème et 16ème arrondissements représente 145 855 électeurs et 21 sièges au sein du Conseil de Paris, les fiefs de gauche de l’Est parisien (10ème-11ème, 13ème, 18ème, 19ème et 20ème arrondissements) pèsent 526 224 électeurs et 69 sièges au Conseil de Paris.

La répartition spatiale des votes fragilise donc fortement la droite parisienne et affaiblit sérieusement ses chances de reconquête de la mairie. En effet, l’atout de la droite –un fief indéfectible à l’Ouest permettant de concentrer les efforts de conquête à l’Est, comme l’avait réalisé Jacques Chirac- s’est transformée en un handicap du fait des progrès de la gauche au Nord-Est et du déclin de la droite sur la rive gauche. Aujourd’hui la droite parisienne apparaît repliée dans des bastions imprenables de l’Ouest face à une gauche municipale dont le territoire politique est plus vaste mais moins fidèle.

 

3. Les nouveaux enjeux géopolitiques

Pour la gauche municipale, conforter l’assise électorale

La réélection de l’équipe de Bertrand Delanoë en 2008 a montré le succès des sortants mais aussi les limites électorales de la gauche. La progression spatiale de cette dernière est aujourd’hui endiguée par la droite le long de la frontière stable opposant l’Est et l’Ouest parisiens. Dans quatre arrondissements, aux confins de la ligne Nord-Sud séparant les deux camps politiques, la gauche a échoué. Dans le 17ème arrondissement, malgré les progrès importants réalisés dans le quartier Epinettes aux scrutins précédents et la bonne implantation de la députée socialiste Annick Lepetit, la gauche n’a pu ravir la mairie à Françoise de Panafieu[41]. Dans le 15ème arrondissement, la présence d’Anne Hidalgo, première adjointe de Bertrand Delanoë, et la division à droite, n’ont pas suffi à inquiéter Philippe Goujon, pourtant devancé par la gauche – de façon inédite- au premier tour[42]. Le 1er arrondissement offrait en 2008 un contexte plus ouvert encore : au soir du premier tour, la gauche réunie autour de Seybah Dagoma, une jeune candidate noire issue de l’immigration, y devance la droite de 79 voix. Une semaine plus tard, l’UMP Jean-François Legaret est réélu avec 352 voix d’avance. Dans ces trois arrondissements, les électeurs du Modem se sont majoritairement reportés à droite au second tour. Deux hypothèses peuvent expliquer ce comportement électoral. La première est celle de la dispersion des électeurs de droite au premier tour : le vote Modem à l’Ouest de Paris apparaît comme une sanction contre les candidats de l’UMP. La seconde tient au caractère légitimiste des électeurs centristes : le report à droite au second tour conforte le sortant et renforce les contre-pouvoirs face à l’équipe socialiste. Enfin, dans un 5ème arrondissement majoritairement à gauche en 2007 et malgré les sondages défavorables[43], Jean Tibéri, sortant UMP, a conservé son siège de maire, bénéficiant d’un exceptionnel ancrage local et de la triangulaire avec le Modem Philippe Meyer qui a sans doute affaibli la candidate socialiste. Il faut voir ici la grande fidélité de l’électorat à un maire dont la gestion municipale se confond avec le contrôle minutieux du territoire. Héritier direct du « système Chirac », Jean Tibéri a reproduit dans le 5ème arrondissement les pratiques politiques de son mentor, notamment une implication personnelle dans l’attribution des subventions aux associations, et dans celle des logements sociaux ou des places en crèche parvenant ainsi à un excellent encadrement du corps électoral. Les leçons électorales du scrutin de 2008 sont pour la gauche très explicites : même dans un contexte politique très favorable, tant au niveau national que local, face à une droite discréditée, la gauche ne parvient pas à accroître sa domination spatiale. Le système géopolitique construit par Bertrand Delanoë semble donc atteindre ses limites. Seule une alliance avec le Modem lui permettrait de renforcer le contrôle territorial de Paris, au risque de fragiliser ses liens avec les autres partenaires de la gauche parisienne[44]. En revanche, le rapport des forces politiques sur le territoire parisien pourrait être modifié par une actualisation de la représentation du Conseil de Paris. En effet, la loi PLM de 1982 prévoit un nombre d’élus au Conseil de Paris proportionnel à la population. Or, le calcul est fondé sur le recensement de 1975. Inutile de préciser qu’en trente ans la population a évolué et que les changements démographiques ont été différents d’un arrondissement à l’autre. Si la loi de 1982 ne prévoit pas explicitement l’actualisation du calcul, il paraît difficile de conserver longtemps cette représentation inéquitable à l’heure où le gouvernement entend procéder au redécoupage des circonscriptions législatives à l’aide du recensement de la population dont la publication complète est prévue en 2009.

 

Tableau 8. L’actualisation de la représentation du Conseil de Paris.

Nouveau calcul

Simulation 2007

Arrondissement

Population au 01/01/2006[45]

Habitants par conseiller

Sièges au Conseil de Paris

Différence

Gauche

Droite

1er

17745

5915

2

-1

0

2

2ème

21259

7086

2

-1

2

0

3ème

34721

11574

3

0

2

1

4ème

29138

9713

3

0

1

2

5ème

61475

15369

5

+1

4

1

6ème

45278

15093

4

+1

1

3

7ème

56612

11322

4

-1

0

4

8ème

39088

13029

3

0

0

3

9ème

58497

14624

4

0

1

3

10ème

92082

15347

7

+1

6

1

11ème

152436

13858

11

0

9

2

12ème

141519

14152

10

0

8

2

13ème

178716

13747

13

0

11

2

14ème

134370

13437

10

0

8

2

15ème

232949

13703

17

0

3

14

16ème

153920

11840

11

-2

1

10

17ème

161327

12410

12

-1

2

10

18ème

190854

13632

14

0

12

2

19ème

186180

15515

14

+2

11

3

20ème

193205

14862

14

+1

12

2

TOTAL

2181371

Moyenne : 13383

163

0

94

69

 

La récente publication de la population légale applicable au 1er janvier 2006 permet de mesurer le caractère obsolète et inéquitable du calcul actuel. La troisième colonne du tableau met ainsi en valeur de grandes disparités dans la représentation des arrondissements au sein du Conseil de Paris. Aussi le ratio du nombre d’habitants par conseiller varie-t-il sur une échelle de 1 à 2,5. Quand un conseiller du premier arrondissement représente moins de 6 000 habitants, un élu du 19ème arrondissement en représente plus de 15 000. Le nouveau calcul proposé dans la quatrième colonne permet d’aboutir à une représentation plus égale : si l’on excepte les petits arrondissements, 1er et 4ème particulièrement, toujours surreprésentés[46] du fait de leur faible population, les autres possèdent une représentation plus homogène dont le ratio varie sur une échelle de 1 à 1,38.

Ce nouveau calcul plus équitable peut apparaître fort partisan aux yeux de la droite parisienne, aujourd’hui pénalisée par les évolutions démographiques de la capitale. Hormis un siège gagné dans le 6ème arrondissement, la droite voit la représentation de ses fiefs diminuée de cinq sièges. Le changement est immédiat : si l’on applique les résultats du scrutin présidentiel de 2007 à ce nouveau calcul, la gauche détient désormais 94 sièges. Le poids des  bastions historiques[47] est conforté : ces territoires peuvent apporter à la gauche de 77 à 79 sièges au Conseil de Paris[48]. Ne manquent alors que trois à cinq sièges pour être majoritaires. Mission relativement aisée soit en conservant un des deux gros arrondissements acquis en 2001 -12ème ou le 14ème (+6 chacun)- soit en détenant deux ou trois petits arrondissements de la rive droite –2ème, 4ème, 9ème – (+5 sièges à eux trois).

Néanmoins, qui prendra le risque de redéfinir le calcul des sièges du Conseil de Paris ? Le ministère de l’Intérieur n’a aucun intérêt à faire un tel cadeau à la gauche malgré l’impératif théorique donné par la Constitution qui impose un « suffrage toujours égal[49] ». La gauche, quant à elle, risquerait d’être suspectée de vouloir conforter sa majorité. En juin 2000, une motion avait été déposée réclamant un amendement à la loi PLM pour rendre automatique la révision du nombre de conseillers après chaque recensement. Daniel Vaillant, ministre de l’Intérieur à cette époque, avait refusé de donner suite à la requête socialiste sans doute par crainte de s’exposer au reproche de « tripatouillage » ou de « dépeçage »[50].

En revanche, de façon désormais certaine, la carte des circonscriptions législatives sera redessinée en 2009. Paris pourrait perdre trois circonscriptions passant de 21 à 18 députés. Au vu des évolutions démographiques récentes, les circonscriptions de droite recouvrant des territoires moins dynamiques démographiquement sont plus menacées que les circonscriptions détenues actuellement par la gauche.

Sur la carte ci-dessus, nous avons représenté les circonscriptions actuelles et leur population au regard du nouveau calcul qui impose une population de 125 000 habitants et non plus de 108 000 habitants[51]. Sur les neuf circonscriptions les plus sous-peuplées, six se situent à l’Ouest et sont détenues par la droite. Sans préjuger du prochain découpage, il semble probable que les territoires privilégiés de la droite soient les plus affectés. Cette nouvelle carte risquerait alors de réduire le nombre de parlementaires de droite et d’affaiblir d’autant l’opposition municipale.

Les enjeux pour la droite

Pour la droite, l’enjeu principal est la reconquête de la capitale. Cette dernière passe par la constitution d’un nouveau leadership après l’échec de Françoise de Panafieu en 2008 et les critiques qu’elle a essuyées au sein de son propre camp. Sans doute passe-t-elle également par le renouvellement d’une politique et d’un personnel peu en phase avec l’électorat de l’Est parisien. Aujourd’hui, la résistance aux projets municipaux illustrée par l’attitude des élus du 16ème arrondissement marginalise la droite parisienne. En effet, depuis 2001, Claude Goasguen, député-maire du « village gaulois[52] », un des principaux rivaux de Françoise de Panafieu, s’est fait le défenseur des intérêts de l’Ouest parisien. Il s’est ainsi opposé, souvent avec succès, à de nombreux aménagements rejetés par la population[53] : construction de logements sociaux dans le Parc Sainte-Périne, création d’une aire d’accueil pour les gens du voyage dans le Bois de Boulogne près de l’hippodrome de Longchamp, rénovation du stade Jean-Bouin et même un projet d’hébergement de SDF contesté à la ministre UMP Christine Boutin[54]. Au cours de ses interventions, il a développé une nouvelle représentation, celle de l’arrondissement délaissé[55] et attaqué par un pouvoir municipal et central malveillant et revanchard[56]. Cette représentation s’est révélée payante électoralement pour s’affirmer dans ce territoire très disputé à droite en écartant ses rivaux[57] et le rejet suscité par l’équipe socialiste en 2008[58] en est la preuve. En revanche, cette représentation et ce positionnement apparaissent largement contre-productifs pour conquérir l’électorat de l’Est parisien, indispensable pour contrôler l’Hôtel de Ville. En effet, vu de l’Est, la représentation développée par Claude Goasguen peut être perçue comme un insoutenable « égoïsme territorial » qui se traduit ici par le syndrome NIMBY – des riverains s’opposant à la construction d’un équipement d’intérêt général- et le refus de la mixité sociale. Comment un candidat sollicitant la représentation politique de l’ensemble des Parisiens peut-il justifier le refus de la construction de logements sociaux dans l’arrondissement qui en est le plus dépourvu[59] et qui concentre le plus grand nombre de ménages favorisés ? A moins de revendiquer le maintien d’une forte ségrégation socio-spatiale et de voir dans chaque Parisien le « complice actif du processus ségrégatif » [Maurin, 2004, p.6] assumant la recherche de la société de l’entre-soi, le pari électoral est risqué. Ce positionnement paraît bien éloigné des grands principes d’égalité républicaine de solidarité territoriale, mais aussi de la politique municipale mise en place dans le passé par l’équipe chiraquienne. La droite parisienne semble devoir renouveler son offre et son discours politiques pour séduire l’ensemble des Parisiens.

Cependant, comme pour la gauche, la reconquête de Paris pourrait passer pour la droite par une révision totale de la loi PLM, organisant par exemple l’élection du maire au suffrage universel, comme le réclament certains élus pour la présidence des communautés d’agglomérations. Ce changement institutionnel, réclamé par Philippe Séguin en 2001 et Françoise de Panafieu en 2008, aurait peut-être permis à la droite de conserver la mairie en 2001 en obligeant les deux candidats rivaux à se présenter unis devant les électeurs au deuxième tour sans attendre que le Conseil de Paris ne tranche. Au-delà des intérêts partisans et des calculs stratégiques, l’élection du maire au suffrage universel n’est pas dénuée de justifications politiques. Elle évite une forme nouvelle de localisme : le morcellement des vingt campagnes électorales souvent limitées à des enjeux locaux de personne et à des thématiques circonscrites au territoire de l’arrondissement (la propreté, le refus ou la contestation d’un aménagement particulier). Ces problèmes gérés par le conseil d’arrondissement –aux pouvoirs très réduits-, brouillent la hiérarchie des programmes politiques et risquent d’occulter les enjeux fondamentaux qui concernent l’ensemble de la capitale (l’urbanisme, la politique de transports, le logement ou encore la question des inégalités sociospatiales à l’échelle de la ville).

 

Le Grand Paris, ou le retournement du « donjon parisien » ?

Le projet de « Grand Paris » lancé en juin 2007 [Subra, 2008, p.1] par le Président de la République et la réorganisation institutionnelle des collectivités locales de la région parisienne qui en découle pourraient bouleverser le contexte géopolitique. En effet, une nouvelle gouvernance opérera de facto une redistribution complète des pouvoirs politiques et financiers. Le périmètre de la nouvelle structure mais surtout ses compétences, ses revenus fiscaux et sa représentation politique sont aujourd’hui au cœur de rivalités géopolitiques majeures. Ces choix peuvent renforcer le poids politique de la ville sur l’ensemble de l’agglomération ou au contraire l’affaiblir.

Côté parisien, Bertrand Delanoë  a mis en place dès juillet 2006, avec Pierre Mansat, adjoint communiste chargé des relations avec les collectivités territoriales franciliennes, une Conférence métropolitaine, renommée Paris Métropole. Cette structure est un syndicat mixte d’études ayant pour vocation de réfléchir aux nouvelles formes de gouvernance possibles pour la métropole parisienne. La volonté du Maire de Paris est claire : il souhaite se placer au centre du débat institutionnel légitimé par une association réunissant près de 200 collectivités (communes, syndicats, intercommunalités). Paris Métropole est en outre un outil de communication utile au Maire de Paris pour affirmer les grands principes qui lui sont chers : le rôle premier des collectivités territoriales dans l’élaboration de la nouvelle structure métropolitaine et la solidarité fiscale entre les territoires. En privilégiant l’initiative –ou la consultation- et le respect des collectivités existantes, Bertrand Delanoë met en avant son sens de l’innovation politique et son attachement à la démocratie locale. Il s’inscrit dans l’esprit de l’intercommunalité initié par la loi Chevènement de 1999 et dans une démarche opposée à celle de la commission présidée par Edouard Balladur. Il peut alors représenter l’association des collectivités locales en proie à l’Etat jacobin législateur et autoritaire. Dans ce nouveau jeu de représentations, il n’est pas certain que l’Etat sorte vainqueur dans l’opinion publique face à des élus locaux appréciés des électeurs.

Côté Île-de-France, le président socialiste Jean-Paul Huchon est rétif à tout projet de développement du Grand Paris. Pour lui il n’y a qu’une région capitale : l’Île-de-France dans ses limites territoriales actuelles. S’il admet la nécessaire réorganisation de la région, il suggère une série de grandes intercommunalités autour de Paris. La crainte pour la région – qu’elle soit dirigée par la gauche ou par la droite[60]– est la concurrence d’une structure mariant Paris et la proche banlieue qui revendiquerait des compétences (transport, action économique, culture) jusque là dévolues au Conseil Régional ou une partie de ses ressources fiscales.

Enfin, côté gouvernement, la Commission dirigée par Edouard Balladur a remis son rapport à l’Elysée le 5 mars 2009. Si le Président de la République préfère attendre les propositions de Christian Blanc, secrétaire d’Etat du développement de  la région capitale[61], aucune des propositions n’a été rejetée d’emblée. Au nom de « besoins criants de coordination entre les collectivités locales[62] », la Commission propose la mise en place « d’une collectivité territoriale à statut particulier », le Grand Paris. Cette nouvelle collectivité serait créée « en lieu et place » des collectivités existantes. Ainsi, les départements de Paris, des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val de Marne disparaîtraient -tout comme l’ensemble des structures intercommunales – et fusionneraient au sein de la nouvelle structure. Le Grand Paris possèderait alors l’ensemble des compétences des collectivités territoriales supprimées auxquelles devraient s’ajouter le transfert de certaines compétences dévolues aux communes : le logement et l’urbanisme. Le rapport précise ainsi que le Grand Paris définirait le Plan Local de l’Habitat mais aussi les dispositifs locaux de développement urbain, d’insertion économique et sociale et de prévention de la délinquance. Maigre consolation pour les communes : ces dernières pourraient exercer certaines compétences jusqu’alors départementales en matière culturelle ou environnementale. Enfin, pour financer ces nouvelles dépenses, outre les recettes affectées aux départements que le Grand Paris remplacerait, la nouvelle collectivité territoriale se verrait attribuer un montant de l’imposition appelée à remplacer la taxe professionnelle dans les communes. Une nouvelle représentation électorale fondée sur des conseillers territoriaux élus au scrutin de liste à deux tours serait mise en place.

Tableau 9. Représentation politique du Grand Paris, imaginé par le rapport Balladur.

Territoire

Population 2006

Conseillers territoriaux

Habitants/conseillers

Paris

2 181 400

45

48 475

Hauts de Seine

1 536 100

30

51 203

Seine Saint-Denis

1 492 000

30

49 733

Val de Marne

1 298 300

30

43 276

Total

6 508 000

135

Moyenne : 48 2

La conséquence directe pour la Ville de Paris est l’affaiblissement considérable de son poids politique sous la concurrence d’une structure plus vaste aux pouvoirs renforcés. Malgré le maintien de la clause de compétence générale, Paris, actuellement ville et Conseil Général, se verrait retirer des compétences majeures (urbanisme, action sociale, action économique, transports) et l’ensemble des moyens humains et financiers considérables qui en découlent, puisque la commission prévoit logiquement le transfert des services concernés. Le Maire de Paris, à la tête de la commune la plus peuplée et la plus riche de France, se résoudrait alors à être un « super maire d’arrondissement », dirigeant un Conseil de Paris privé de pouvoir et de moyens[63]. En vidant Paris de ses compétences, la droite réaliserait ce que le pouvoir mitterrandien avait rêvé de faire [Ronai, 2004, p.31] : enfermer l’opposition dans un donjon doré, mais cette fois-ci aux pouvoirs très affaiblis. Le contrôle de l’Hôtel de Ville parisien deviendrait de facto un enjeu géopolitique et électoral symbolique de second plan.

Au-delà de l’anéantissement de la citadelle parisienne, la création du Grand Paris permet de dissoudre les trois départements de la petite couronne. Alors que la droite ne contrôle aujourd’hui qu’un quart du territoire métropolitain, elle pourrait prétendre à une domination complète. Elle réduirait ainsi à néant les solides positions socialistes et communistes[64].

Tableau 10. Les rapports de forces politiques du Grand Paris.

Territoire

Résultats des présidentielles 2007

Conseillers élus (estimation)[65]

Sarkozy

Royal

Gauche

Droite

Paris

511 920

508 082

23 à 29

16 à 22

Hauts de Seine

416 666

332 096

6

24

Seine Saint-Denis

245 337

319 205

24

6

Val de Marne

302 513

304 978

12 à 18

12 à 18

Total

1 476 436

1 464 361

65 à 78

58 à 70

 

En effet, le rapport des forces politiques dans la collectivité imaginée par le rapport Balladur est beaucoup plus équilibré que le partage actuel des départements. En 2007, Nicolas Sarkozy y était majoritaire d’une courte tête alors que son camp ne contrôlait qu’une collectivité départementale. Malgré un léger avantage, la représentation de gauche serait donc sérieusement affaiblie.

La carte des rapports de force en 2007 explique l’avantage que conserve la gauche. En effet, à l’image de Paris, la gauche, minoritaire dans l’ensemble, domine légèrement l’espace du Grand Paris grâce à une géographie électorale plus homogène et moins dissymétrique. Les suffrages qu’elle obtient sont moins concentrés que ceux de la droite.

Le nouveau découpage administratif et politique de l’espace métropolitaine pourrait donc fortement rééquilibrer la représentation territoriale actuelle. L’objectif affiché de l’ensemble des acteurs est l’émergence d’un mode de gouvernance moins fragmenté capable de gérer à la bonne échelle l’insuffisance de logement, la saturation des transports, l’essoufflement de l’attractivité économique parisienne et de réduire les inégalités socio-spatiales. Néanmoins, derrière la volonté de dépasser la coupure qui oppose Paris, étouffée dans des frontières inchangées depuis plus d’un siècle, et la banlieue, se cache sans doute le désir gouvernemental d’affaiblir le pouvoir municipal parisien et la banlieue rouge, solidement acquis, l’un comme l’autre, à la gauche. Cette stratégie n’est pas sans risque pour la droite au pouvoir. Les exemples passés prouvent l’inefficacité ou la méfiance suscitée par les découpages électoraux, assimilés à des manœuvres partisanes. En 1983, Jacques Chirac a construit son premier grand chelem grâce à la « Bataille de Paris » contre la loi PLM votée un an plus tôt. Les velléités d’affaiblissement du pouvoir chiraquien ont entraîné la gauche parisienne dans la déroute. En 1986, l’instauration du scrutin proportionnel aux élections législatives n’a pas permis d’éviter le vote sanction contre la gauche gouvernementale.

Surtout, la réorganisation des collectivités territoriales francilienne suscite déjà de vives oppositions dépassant les clivages politiques. Ils risquent de fragiliser de facto le pouvoir gouvernemental qui en est à l’origine. La fin de l’autonomie politique de la ville et l’assimilation aux trois départements franciliens seront-elles appréciées de la population parisienne qui voit souvent dans le périphérique une protection contre la banlieue et qui s’est maintes fois placée dans une position politique singulière par rapport au reste du pays et du pouvoir central[66] ? Il est ainsi frappant que les projets urbains de couverture du périphérique, à la Porte des Lilas par exemple, perpétuent aujourd’hui la séparation entre Paris et la banlieue alors qu’ils affichent l’intention de réunir des espaces longtemps coupés par le boulevard circulaire[67]. En banlieue, le désir d’être traité à égalité avec les Parisiens est contrebalancé par l’attachement identitaire lié au territoire, notamment dans les départements les plus défavorisés [Subra, 2008, p.8]. Néanmoins, les réticences au projet proviennent surtout des acteurs politiques locaux. Ainsi, le Maire de Paris a tout à perdre dans cette nouvelle architecture institutionnelle. C’est sans doute ce scénario qui l’a poussé à développer aussi rapidement sa propre structure, Paris Métropole, tout en veillant à la dissocier de ses ambitions personnelles[68] et à concentrer ses critiques sur le périmètre de la nouvelle collectivité[69]. Enfin, la solidarité fiscale imposée par le projet du Grand Paris est une véritable pierre d’achoppement. Si Bertrand Delanoë semble s’y résoudre, la question est beaucoup plus controversée –et sensible électoralement- dans les Hauts-de-Seine où une autre formation géopolitique pourrait être réduite à néant, celle construire par Charles Pasqua et qui a permis à Nicolas Sarkozy d’accéder à la présidence de la République[70].

*

* *

Après avoir été longtemps un fief de droite, la Mairie de Paris paraît aujourd’hui solidement acquise à la gauche. S’il est difficile d’évoquer un « fief de gauche » alors que la ville offre toujours une majorité à la droite aux scrutins nationaux, un système local efficace s’est incontestablement mis en place reposant sur deux piliers : l’ancrage et le succès de l’équipe de Bertrand Delanoë qui a su développer une stratégie électorale clairvoyante et une tendance plus structurelle, la dynamique de la géographie électorale en faveur de la gauche. Dans le contexte actuel, seule une réorganisation administrative pourrait affaiblir durablement la gauche parisienne.

Néanmoins, à plus long terme, la pérennité de cette formation géopolitique n’est pas assurée. Les bases électorales de l’équipe municipale actuelle demeurent plus fragiles que celles que possédait Jacques Chirac. Le passé récent a en effet montré la volatilité et l’infidélité de l’électorat de gauche souvent sujet à l’abstention[71]. Des bastions de gauche ont élu, dans le passé, un maire de droite[72]. La situation inverse –des fiefs de droite élisant une équipe municipale de gauche- ne s’est jamais produite. Cependant, pour retrouver la domination chiraquienne, la droite devra, à l’instar de ses opposants socialistes et écologistes, élargir son assise électorale et capter les changements de la sociologie parisienne.


[1] Le Monde, 18 mars 2008.

[2] Libération, 16 février 2008. Supplément Paris.

[3] La gauche majoritaire au sein du Conseil de Paris demeure minoritaire en voix en mars 2001. Pour de nombreux commentateurs et pour la droite parisienne, l’alternance est conjoncturelle et accidentelle : elle est le résultat de la dissidence organisée par Jean Tibéri.

[4] Dans la 1ère circonscription, Martine Billard (Verts) est élue et succède à Laurent Dominati. Dans la 11ème circonscription, Yves Cochet (Verts ) succède à Nicole Catala. Enfin, Annick Lepetit (PS) remporte la 17ème circonscription délaissée par Françoise de Panafieu qui a « migré » plus à l’ouest, dans la 16ème circonscription, craignant d’être battue.

[5] Au deuxième tour, dans l’ensemble de la ville de Paris, la gauche est majoritaire pour la première fois sous la Vème République.

[6] Nicolas Sarkozy possède 3 838 voix d’avance sur un total de plus d’un million d’exprimés, soit moins de 0,4%.

[7] 163 conseillers de Paris, 20 mairies d’arrondissements, 21 députés et de nombreuses sociétés d’économies mixtes.

[8] Ce sont les 3ème, 10ème, 11ème, 18ème, 19ème et 20ème arrondissements. Dans les  10ème, 18ème, 19ème et 20ème une triangulaire oppose la droite, la gauche et le Front National.

[9] Le contrôle total de Paris était fondamental dans la stratégie chiraquienne de conquête de l’Elysée. Il permettait au candidat gaulliste d’apparaître comme le candidat de tous les Français comme il était le maire de tous les Parisiens, des quartiers bourgeois, comme des quartiers populaires.

[10] Efforts largement contestés par les élus socialistes de l’Est parisien, notamment Michel Charzat, maire de 20ème arrondissement de 1995 à 2008. Ce dernier a développé une représentation territoriale toute autre, celle de l’arrondissement délaissé et privé d’investissements. Cette représentation avait un double objectif : parer aux critiques des électeurs en reportant la responsabilité sur le Conseil de Paris et renforcer la légitimité de ses propres décisions en matière d’équipement, indispensables, selon lui, pour combler un « retard » accumulé pendant les trois mandatures de Jacques Chirac. Cette posture a été utilisée lors du conflit géopolitique autour de l’aménagement du gymnase de la rue des Vignoles [Jeanne, 2005, p.130-132].

[11] Ce sont les 2ème, 4ème, 9ème, 12ème, 13ème et 14ème arrondissements.

[12] Elle est régulièrement vêtue d’une veste en cuir à l’Assemblée Nationale et s’est affichée à plusieurs reprises en rollers. Elle compte ainsi se démarquer de ses rivaux masculins, encore liés au système chiraquien vieillissant, et surtout séduire les jeunes actifs, qualifiés trop rapidement de « bobos ».

[13] Françoise de Panafieu est la fille de François Missoffe, plusieurs fois député de Paris de 1959 à 1974 et secrétaire d’Etat de 1961 à 1968 et de Hélène Missoffe conseillère de Paris et députée de Paris de 1974 à 1986. Elle est entrée en politique « en douceur » : en 1979, sa mère élue dans le 17ème arrondissement démissionne pour passer la main à sa fille aînée qui est alors son assistante parlementaire. En 1986, Françoise de Panafieu est élue députée…au scrutin proportionnel de listes départementales.

[14] Précisément, elle est adjointe aux affaires périscolaires de 1980 à 1983, puis à la culture de 1983 à 1995 auprès de Jacques Chirac, et enfin adjointe aux parcs et jardins de 1995 à 2001 après avoir été six mois ministre du tourisme du premier gouvernement Juppé.

[15] Face au maire sortant, Françoise de Panafieu a alterné agressivité verbale et surenchère programmatique entraînant les critiques ouvertes de Claude Goasguen et Pierre Lellouche. Enfin, les « parachutés » que sont Jean-Marie Cavada et Rachida Dati ont été mal accueillis dans les sections locales de l’UMP.

[16] Entrée en politique en 1978 et conseillère de François Bayrou depuis 1993, Marielle de Sarnez est élue conseillère de Paris en 2001 sur la liste d’union UDF-RPR de Nicole Catala.

[17] Dès le mois de février 2008, Marielle de Sarnez n’exclut pas un accord avec le PS au second tour en évoquant des « majorités d’idées autour de projets concrets ». Le Nouvel Observateur, 7 février 2008. Cinq jours avant le premier tour elle affiche plus clairement son choix en affirmant que « Bertrand Delanoë a mieux saisi que ceux qui l’ont précédé la mutation de la ville ». Libération, 4 mars 2008.

[18] L’analyse des résultats aux élections européennes dans le 5ème  arrondissement, élections auxquelles l’effet-Chirac n’a pu jouer à plein comme aux élections présidentielles du fait même de la nature du scrutin, corrobore cette chronologie. Alors que l’arrondissement est un fief chiraquien puis tibériste, il connaît un retournement à la fin des années 1990. Jusqu’en 1994, les listes de droite devancent celles de gauche en 1994. A partir de 1999, la situation s’inverse.

[19] Pierre Aïdenbaum et Roger Madec sont réélus dans les 3ème et 19ème arrondissements. Patrick Bloche est élu dans le 11ème arrondissement succédant à Georges Sarre.

[20] Précisément, Pierre Castagnou obtient 57,37% des suffrages dans le 14ème arrondissement et Rémi Féraud 74,96% dans le 10ème arrondissement.

[21] Deux élus socialistes dissidents sont également élus dans le 20ème arrondissement : Michel Charzat et Katia Lopez. La dissidence est née en juin 2007 quand le député-maire sortant  avant maintenu sa candidature face à la candidate investie par le Parti Socialiste, George Pau-Langevin.

[22] Expression reprise de la une de Paris Obs, supplément au Nouvel Observateur n°2263 du 13 au 19 mars 2008.

[23] Les cinq élus du Mouvement républicain et citoyen sont d’anciens élus socialistes issus du courant chevènementiste du CERES qui était majoritaire dans la fédération parisienne jusqu’en 1983. Georges Sarre, ancien maire du 11ème arrondissement, est à la tête de ce mouvement. Les élus ont quitté le PS au moment de la création du Mouvement des Citoyens par Jean-Pierre Chevènement en 1993.

[24] Paris Obs, supplément du Nouvel Observateur, 6 décembre 2007.

[25] Les socialistes concèdent en 2001 une mairie d’arrondissements et 23 sièges au Conseil de Paris

[26] Un tiers des Parisiens recensés en 1999 n’habitait pas Paris en 1990. Ce sont surtout des jeunes actifs diplômés. Sources RGP 1999.

[27] Dans son programme en 2008, Bertrand Delanoë veut faire de Paris une « capitale mondiale de l’énergie solaire » et réduire de 25% par rapport à 2004 l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre à échéance 2020. En matière de transports, prolonger le tramway et interdire progressivement l’usage des voies sur berge au trafic automobile.

[28] Le Monde, 19 février 2008.

[29] Depuis 2008, les socialistes gèrent plus 32 des 49 villes de plus 100 000 habitants.

[30] La liste menée par Anne Hidalgo obtient précisément 50,44% des suffrages, devançant largement Dominique Versini (43,45%) du fait d’une triangulaire avec le Front National.

[31] Tous deux sont élus au Conseil de Paris, mais n’occupent pas une place de premier plan (adjoint, président de groupe…).

[32] A l’échelle nationale, les candidats UMP et leurs alliés rassemblent 45,58% des suffrages au premier tour des élections législatives. Nicolas Sarkozy avait recueilli au premier tour du scrutin présidentiel 31,17% des voix.

[33] Plus de trois points dans les deux cas.

[34] La loi PLM prévoit que la première moitié des sièges est attribuée à la liste arrivée en tête. La seconde moitié est attribuée, elle, à la proportionnelle avec calcul des sièges restants à la plus forte moyenne.

[35] La simulation de 2007 envisage pourtant le basculement à droite des 4ème et des 9ème arrondissements conquis par la gauche en 2001.

[36] Le 5ème arrondissement a placé pour la première fois en 2007 la gauche en tête au second tour des présidentielles, mais avec une maigre avance de 540 voix. Le 12ème arrondissement a offert 2634 voix d’avance à Ségolène Royal. La perte de ces deux arrondissements signifierait 8 sièges en moins pour la droite.

[37] Dans le quartier Porte Dauphine (16ème arrondissement).

[38] Dans le quartier Goutte d’Or (20ème arrondissement).

[39] Ce coefficient caractérise le degré d’asymétrie d’une distribution par rapport à sa moyenne. Une asymétrie positive indique une distribution unilatérale décalée vers les valeurs les plus positives. Une asymétrie négative indique une distribution unilatérale décalée vers les valeurs les plus négatives.

[40] Cela confirme la baisse sensible des maxima de 1995 à 2007.

[41] Françoise de Panafieu est réélue avec 52,75% des voix. Elle devance nettement Annick Lepetit dans les quartiers Ternes et Plaine Monceau. La situation s’inverse dans les quartiers Batignolles et Epinettes.

[42] Malgré une avance de 1515 voix au premier tour, Anne Hidalgo est battue au second tour de plus de 4300 voix. Réunie au second tour, la droite a bien bénéficié du report de voix du Modem.

[43] Un sondage TNS Sofres-Logica effectué par le Nouvel Observateur du 31 janvier au 2 février 2008 donnait Jean Tibéri battu Par Lyne Cohen-Solal à 52% contre 48%. Le Nouvel Observateur, 7 février 2008.

[44] Denis Baupin, tête de liste des Verts, affirme dès le mois de février 2008 qu’il refuse de participer à un « exécutif avec des gens de droite ». Libération, 12 février 2008.  Alors qu’il semble que les Verts aient joué un rôle fondamental en 2001 pour attirer autour de Bertrand Delanoë des électeurs du centre ou du centre-droit, le parti écologiste adopte une position clairement à gauche en affirmant être « la seule formation qui prône une majorité 100% à gauche. »

[45] Nous avons pris en compte ici la population municipale.

[46] Dans le nouveau calcul le 1er arrondissement possède un nouveau ratio d’un conseiller pour 8873 habitants.

[47] 3ème, 10ème, 11ème, 13ème, 18ème, 19ème et 20ème  arrondissements.

[48] Le calcul prend en compte dans l’ensemble des arrondissements le résultat obtenu par Ségolène Royal en 2007 comme hypothèse basse et celui obtenu par l’équipe de Bertrand Delanoë en 2008 comme hypothèse haute.

[49] Article 3 de la Constitution de la Vème République.

[50] Libération, 20 janvier 2001.

[51] Le Monde du 7 janvier 2009.

[52] L’expression est de Eric Nunès, « Le 16ème, un village gaulois » in Le Monde pour Matin plus, 19 janvier 2009.

[53] Nous retrouvons ici la notion d’« aménagement rejeté » censé entraîner des nuisances environnementales et sociales définie par Philippe Subra [Subra, 2007, p.45]).

[54] Malgré un discours accueillant lors de l’inauguration de ce centre d’hébergement d’urgence rue Varize dans un ancien hospice d’une congrégation religieuse, Claude Goasguen s’était opposé à ce projet pourtant provisoire (dans l’attente d’un projet immobilier de plus grande ampleur) en envoyant un courrier à Christine Boutin. Libération, 13 juin 2008.

[55] Dans le courrier adressé à Christine Boutin, il explique « qu’il n’est pas opportun d’ajouter un problème supplémentaire à un quartier déjà enclin à des difficultés ». Libération, 13 juin 2008.

[56] Sur la page d’accueil de son site internet (http://www.claude-goasguen.org) en février figurait un éditorial explicite. « Comme vous le savez, depuis quelques années le XVIème est considéré comme le dernier des derniers arrondissements par le Maire de Paris. A nous le record de saleté, à nous aussi les initiatives les plus décousues tendant à densifier un arrondissement sans tenir compte des caractéristiques environnementales et architecturales ! »

[57] A chaque scrutin, il y a des dissidences au sein de la droite et Claude Goasguen a dû s’imposer face à Bernard Debré, député de la 15ème circonscription, plus au Nord pour succéder à Pierre-Christian Taittinger, maire depuis 1989, mais élu à Paris depuis 1953 (président du conseil municipal de Paris en 1962-1963). En réalité, l’accord tacite initial pour dissiper les rivalités entre les deux hommes prévoyait que malgré sa cinquième position sur la liste de droite, Pierre-Christian Taittinger resterait maire du 16ème arrondissement. Claude Goasguen a finalement été élu le 29 mars 2008.

[58] En 2008, Jean-Yves Mano, le candidat socialiste ne recueille au premier tour que 17% des suffrages, alors que Ségolène Royal avait rassemblé 19,19% un an plus tôt. Le 16ème arrondissement est donc l’un des rares territoires parisiens où l’équipe Delanoë ne dépasse pas les performances de la candidate socialiste au scrutin présidentiel.

[59] Au 1er janvier 2007, seuls 2,4% des résidences principales sont des logements sociaux dans le 16ème arrondissement contre 34,8% dans le 19ème arrondissement. La moyenne parisienne est de 15,4% et pour les arrondissements périphériques de 19,1%. Source : APUR.

[60] Les prétendants de l’UMP à la présidence du Conseil Régional francilien en 2010, Valérie Pécresse et Roger Karoutchi, sont également rétifs au changement institutionnels. Le Monde, 24 février 2009. La première a déclaré très peu de temps après la publication du rapport Balladur que « le Grand Paris c’est tous les départements d’Île-de-France qui se rapprocheraient résolument de la région avec la simplification des échelons ». Libération, 27 février 2008.

[61] Le Monde daté du 7 mars 2009.

[62] Rapport de la Commission Balladur, p.119.

[63] Le rapport prévoit naturellement que les Conseillers de Paris ne soient plus conseillers généraux.

[64] La Seine Saint-Denis a toujours été contrôlée par les communistes jusqu’en 2008. Depuis cette date, la présidence du Conseil Général revient aux socialistes désormais plus nombreux au sein des élus de gauche. L’avance de la gauche sur la droite est moins nette dans le Val de Marne, toujours contrôlé par les communistes.

[65] Cette simulation ne tient pas compte du Modem, dont l’absence ou le maintien au second tour aux municipales 2008 n’ont pas bouleversé le bipartisme. Par ailleurs, le rapport Balladur préconise le découpage du Grand Paris en circonscriptions infra-départementales de 500 000 habitants. Nous pouvons donc en compter 3 pour chaque département de la Petite Couronne et 4 pour Paris. Quel que soit le découpage choisi, la gauche pourrait être majoritaire dans les trois circonscriptions en Seine-Saint-Denis. Il en va de même pour la droite dans les Haut-de-Seine. En revanche, à Paris comme dans le Val-de-Marne les jeux paraissent plus ouverts. Le découpage électoral peut influencer la représentation électoral de chaque camp.

[66] La capitale fut nationaliste quand la France était versaillaise, communiste quand le reste du territoire était radical ou socialiste, chiraquienne quand les Français réélisaient Mitterrand, jusqu’à devenir rétive à l’extrême-droite quand le lépenisme devenait en 2002 la deuxième force politique du pays. En ce sens, Paris a maintes fois exprimé sa singularité. [JEANNE, 2005, p.3]

[67] C’est ce que déplore Eric Hazan ,éditeur et écrivain, auteur de l’Invention de Paris, il n’y a pas de pas perdus, Le Seuil, 2002. Dans une tribune datée du Monde du 8 mars 2009 il évoque la « dernière muraille » : la frontière urbaine et politique qui sépare Paris des communes populaires.

[68] Bertrand Delanoë a affirmé qu’il refusait d’assurer la présidence de Paris Métropole. Libération, 6 mai 2008.

[69] Le Maire de Paris qualifie le nouveau projet de « non-sens ». Selon lui, la nouvelle collectivité identique à celle de l’ancien département de la Seine laisse à l’écart des espaces économiques stratégiques : les deux aéroports, le plateau de Saclay et les villes nouvelles. Les Echos, 2 février 2009.

[70] Les réactions au sein du Conseil Général des Hauts-de-Seine sont déjà vives, notamment par la voix de son président, Patrick Devedjian, très opposé au projet avant qu’il ne soit ministre de la relance. Le Monde, 25 février 2009.

[71] Lors des élections présidentielles de 1995, dans les bastions de gauche du Nord-Est parisien notamment.

[72] Aux élections municipales de 1983 le 11ème arrondissement a élu au premier tour le RPR Alain Devaquet ; au scrutin de 2001, le 13ème est resté à droite quand les 6 autres bastions de la gauche ont basculé.

 

Bibliographie sélective

Boy D., Chiche J. (2002) « Paris à contre-courant » in Dolez B., Laurent A., Le vote des villes. Les élections municipales des 11 et 18 mars 2001, Presses de Sciences Po, Paris, pp. 31 à 47.

Giblin B. (2008), « Géographie, Guerres et Conflits », Hérodote, n°130, pp. 3 à 16.

Maurin E. (2004), Le Ghetto français, La République des idées, Le Seuil, Paris, 2004, 96 pages.

Ronai S. (2004), « Paris et la banlieue : je t’aime, moi non plus », Hérodote, Territoires de pouvoirs en France, n°113, 2004, pp.28 à 47.

Subra P. (2008), Nouvelle gouvernance et réalités géopolitiques : comment réformer l’organisation territoriale de la République ?, Working Paper- Document d’étude pour l’IFG, n°4, décembre 2008.

Subra P. (2007), Géopolitique de l’aménagement du territoire, Armand Colin, Paris, 2007, 328 pages.

Subra P. (2005), Giblin B. (dir),  Nouvelle géopolitique des régions françaises, Fayard, Paris, 2005, 976 pages.

Nouvelle gouvernance et réalités géopolitiques : comment réformer l’organisation territoriale de la République ? (par Philippe Subra, décembre 2008)

Working paper n°4 – PDF à télécharger

A propos de l’auteur :

Philippe Subra est maître de conférences à l’IFG, où il dirige le master professionnel « Géopolitique locale : Aménagement, Gestion et Enjeux de territoires ». Il est membre du comité de rédaction de la revue Hérodote. Il étudie en particulier les rivalités de pouvoir entre acteurs au niveau local  (État, régions, villes, intercommunalités, entreprises, associations) et les conflits autour des projets d’équipements ou d’infrastructures et plus généralement autour des politiques d’aménagement du territoire, en France et en Europe. Il a publié Géopolitique de l’Aménagement du Territoire, Colin, 2007, et est l’un des auteurs de Nouvelle géopolitique des régions françaises, Fayard, 2005.

p.subra@wanadoo.fr

Résumé

Nouvelle gouvernance et réalités géopolitiques : comment réformer l’organisation territoriale de la République ?

 

La Commission Balladur a été chargée par Nicolas Sarkozy de réfléchir à une réforme de l’organisation territoriale de la France. Il est fort probable qu’elle se heurtera à deux obstacles majeurs. D’abord la résistance des institutions elles-mêmes et des élus locaux. La suppression des départements signifierait celle d’autant de présidents de conseils généraux, de centaines de vice-présidents et de nombreux postes de fonctionnaires. La fusion des régions est aussi problématique pour la même raison. Mais c’est la fonction politique et identitaire des territoires locaux qui risque de constituer le problème principal. Car départements et communes jouent un rôle essentiel dans les rapports de forces entre partis politiques et dans la carrière des élus. Et même les nouveaux départements d’Île-de-France, créés il y a 40 ans, et les régions les plus artificielles ont acquis une valeur identitaire pour les populations. On peut se demander si l’urgence n’est pas plutôt dans l’élection directe des exécutifs des intercommunalités, devenues les vrais lieux du pouvoir au niveau local. La porte est ouverte en tout cas, pour la 1ère fois depuis la Révolution française, à une organisation différenciée du territoire, selon les régions. Ce qui constituera une rupture remarquable.

Summary

New Governance and Geopolitical Realties: How to Reform the Territorial Organization of the Republic?

 

Nicolas Sarkozy has charged the Commission Balladur with thinking about a reform of French territorial organization. It is very likely that this commission will encounter two major obstacles. The first will be the resistance of the institutions themselves and of the local elected representatives. The suppression of French départements will lead to that of the presidents of conseils généraux, hundred of vice-presidents, and many civil-servant positions. For the same reason, the fusion of regions will also be problematic. But it is the political and identity functions of these local territories that is likely to be the main problem. For départements, cities, and towns play an essential role in political parties’ power struggles and in elected representatives’ careers. And even the new départements of the Île de France, created 40 years ago, and the most artificial regions have gained an identity value for the populations. One might wonder whether the most urgent issue is not the direct election of the executive branches of the  intercommunalités, which have become the real power centers at the local level. In any case, for the first time since the French Revolution, the door is open for a differentiated organization of the territory, based on regions. This will constitute a remarkable rupture.

————————————————————————————————————————————————————-

Nouvelle gouvernance et réalités géopolitiques : comment réformer l’organisation territoriale de la République ?

 

Début décembre 2008, un mois et demi après son installation par Nicolas Sarkozy, la Commission Balladur vient de commencer ses auditions. La mission que lui a confiée le Président de la République est simple dans son énoncé : proposer une nouvelle architecture de l’organisation territoriale française permettant de gagner en efficacité et d’agir à moindre coût[1]. L’intention est déjà présente dans un autre grand chantier ouvert par Nicolas Sarkozy celui de la rationalisation de l’action de l’Etat, sous l’appellation un peu obscure de « révision générale des politiques publiques » (RGPP).

 

La Commission Balladur accouchera-t-elle d’un big bang institutionnel ?

L’énoncé est simple, mais la réalisation ne l’est certainement pas. C’est ce qu’a d’ailleurs souligné le Président de la République dans son discours du 23 octobre 2008, qualifiant la refonte de l’organisation territoriale de la France de chantier « d’une grande difficulté ». Son intention n’en est pas moins de bousculer les obstacles en agissant vite et en cherchant à dépasser les blocages politiques et institutionnels[2], comme pour le dossier de l’organisation de la région Île-de-France avec le lancement du projet de « Grand Paris » en juin 2007 [Subra, 2008]. Mais la méthode choisie est différente. Alors que l’opération du Grand Paris a été confiée à un homme, Christian Blanc, nommé secrétaire d’Etat au Développement de la région capitale, cette fois c’est plus classiquement une commission qui est chargée de faire des propositions et qui plus est une commission bipartisane, puisque à côté d’Edouard Balladur, de Dominique Perben, député UMP du Rhône et ancien garde des sceaux et de Gérard Longuet, sénateur UMP de la Meuse et ancien président du Conseil régional de Lorraine y siègent Pierre Mauroy et le député socialiste et président du Conseil général de l’Isère André Vallini, ainsi qu’une série d’experts, professeur de droit public, conseiller d’Etat, inspectrice des Finances, préfet (Daniel Canapa, préfet d’Île-de-France et président de l’association du corps préfectoral) et historien (Jacques Julliard, également journaliste au Nouvel Observateur). Cette composition est censée assurer une approche non politicienne et préparer un consensus. Edouard Balladur, ancien patron en politique de Nicolas Sarkozy (qui fut son ministre entre 1993 et 1995 et l’avait soutenu au 1er tour des présidentielles de 1995 contre Jacques Chirac), fait figure de sage de la République depuis son échec de 1995 qui l’a éloigné de la politique active. Il vient de présider une autre commission chargée de la réforme des institutions. Quant à Pierre Mauroy, aujourd’hui sénateur socialiste, il est – faut-il le rappeler ? – l’un des pères des lois de décentralisation de 1982-1983, puisqu’il était alors Premier ministre de François Mitterrand et avait été chargé en 2000 par Lionel Jospin d’un rapport sur l’état de la décentralisation. Parallèlement d’autres groupes de travail ont été mis en place respectivement par le nouveau président du Sénat, Gérard Larcher, et par le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, Jean-François Copé. C’est dire si cette question, qui ne passionne guère l’opinion, apparaît importante aux élus, chacun s’efforçant de marquer des points ou de se préparer au mieux au risque du changement annoncé. Du moins si celui-ci se produit : François Fillon a annoncé que le gouvernement choisirait d’engager – « ou pas » – le débat sur la base des propositions de la Commission Balladur[3]. Visiblement la possibilité d’un échec est déjà envisagée.

 

Supprimer les départements ?

En réalité la question posée par l’initiative de Nicolas Sarkozy et la mise en place de la Commission Balladur est double. Officiellement il s’agit de savoir dans quel sens réformer l’organisation territoriale de la France. Faut-il supprimer un, voire plusieurs échelons territoriaux et lequel (ou lesquels) ? La Révolution française a mis en place en 1790 un système à trois niveaux : l’Etat, les départements et les communes. Il s’est complexifié depuis avec la création des régions, d’abord simples niveaux déconcentrés de l’administration de l’Etat (les circonscriptions d’action régionales ou CAR de 1955-1956), érigées par la suite en établissements publics régionaux par Georges Pompidou (1972), enfin en collectivités territoriales de plein droit (1982), et avec le développement de l’intercommunalité à partir des années 1960 et surtout de la Loi Chevènement de 1999[4]. Cela fait désormais presque partout cinq niveaux, c’est-à-dire plutôt plus que chez nos voisins européens[5]. Mais « plus » ne signifie pas nécessairement « trop ». Une expression s’est imposée pour qualifier cette situation, celle de « millefeuille institutionnel ». C’est surtout le département qui est en ligne de mire. En effet il paraît presque impossible politiquement de supprimer les communes, alors que toutes les enquêtes d’opinion désignent les maires comme les élus les plus populaires, parce que jugés les plus proches des préoccupations des citoyens. De leur côté les régions sont présentées comme plus « modernes » que les départements et mieux adaptées aux enjeux actuels à l’heure de l’intégration européenne et de la compétition entre territoires. Les départements eux sont anciens (plus de deux siècles), leurs dimensions datent de l’époque où l’on se déplaçait à cheval, l’image des conseillers généraux est désuète et ils sont de parfaits inconnus pour leurs concitoyens, sauf en zone rurale (moins de 20% de la population) et pour les électeurs de la commune dont ils sont maires. Bref le département serait ringard.

Cet ensemble d’affirmations pose quelques questions : 1- comment en est-on arrivé à cet empilement institutionnel ? 2- cette situation est-elle préjudiciable et en quoi ? n’a-t-elle pas quelques avantages qui l’emporteraient éventuellement sur ses inconvénients ?  3- est-ce là que se situent les vrais problèmes ?

La coexistence de cinq niveaux de gestion du territoire France résulte d’une pratique poursuivie avec persévérance et qui consiste à toujours réformer en ajoutant une nouvelle structure et jamais en en supprimant. Non seulement la régionalisation de 1982 n’a pas entraîné la disparition des départements, mais elle s’est accompagnée d’un transfert d’importantes compétences de l’Etat vers ceux-ci, avec pour conséquence un renforcement de leur légitimité politique. La réforme constitutionnelle de mars 2003 s’est traduite par de nouvelles compétences pour les départements, avec notamment le transfert de 40% du réseau de routes nationales et elle a inscrit dans la constitution l’interdiction de la tutelle d’une collectivité territoriale sur une autre, prévoyant seulement la possibilité pour une collectivité de jouer le rôle de « chef de file » dans un domaine particulier. De même la loi Chevènement n’a pas entraîné la disparition des communes, se contentant de les vider d’une bonne partie de leurs pouvoirs. A la fois pour des raisons de fond et pour des raisons tactiques. François Mitterrand, comme Jean-Pierre Chevènement étaient des modernisateurs, mais profondément imprégnés de la culture politique républicaine la plus traditionnelle, très attachés au rôle des élus locaux, qu’ils avaient été ou étaient l’un et l’autre[6]. Par ailleurs supprimer une institution c’est voir automatiquement se lever contre la réforme un front d’opposants qui en rendra l’adoption plus difficile.

Double emploi ou émulation ?

En quoi cette situation est-elle préjudiciable ? Le fonctionnement des services des départements, les indemnités des conseillers généraux ne pèsent qu’à la marge dans le budget des départements et on peut considérer que les services rendus, à la fois en termes d’action et de représentativité politique (notamment en zone rurale) les justifient plus ou moins. Il y a par contre des doublons éventuels. Car si les lois de décentralisation de 1982-1983 ont défini pour chaque institution (régions, départements, communes) un « cœur » de compétences (pour les départements : l’action sociale, les routes, les collèges), chaque institution a tendance à sortir de son domaine privilégié pour aller sur les plates-bandes des voisins, surtout quand il y a un profit politique à le faire. Les départements ont par exemple multiplié les actions en matière économique (c’est principalement dans ce domaine que la tendance est manifeste) – création de pépinières d’entreprises, aides diverses – alors qu’il s’agit d’une compétence régionale, et ceci a entraîné des investissements inutiles. Dans certains cas des conseils généraux de droite se sont ligués pour s’opposer à la stratégie d’aménagement du territoire d’une région de gauche (cas du Centre et de la Basse-Normandie). Mais l’impact financier de ces pratiques est limité car les budgets des conseils généraux sont à plus de 80% consacrés à des dépenses contraintes (aides sociales, entretien du réseau routier). Et il faut souligner, à la décharge des départements, que la clause de compétence générale des collectivités locales n’a jamais été abandonnée et qu’ils sont  donc juridiquement fondés à agir dans tous les domaines concernant leur territoire, que l’Etat a donné le mauvais exemple, sollicitant les régions, les départements, les villes et les intercommunalités pour co-financer des investissements relevant de sa compétence – universités ou lignes à grande vitesse -, enfin que cette concurrence entre institutions se traduit par une émulation qui peut être profitable, obligeant chacun à être performant dans son domaine de compétences, s’il ne veut pas que celui-ci soit annexé par une autre institution. Une clarification des champs de compétences des uns et des autres est certainement nécessaire et ce sera certainement une des conclusions de la Commission Balladur, mais elle impliquera sans doute de revenir sur le principe juridique de la compétence générale des collectivités territoriales, dont on ne sait pas d’ailleurs très bien s’il est de nature législative ou constitutionnelle, auquel cas sa remise en cause sera plus difficile à obtenir.

 

Une question de démocratie

Plus préoccupante est la question de la lisibilité du dispositif politico-institutionnel. En réalité les citoyens n’y comprennent rien et sont incapables de répondre à la question : « qui fait quoi ? ». Cette situation est loin d’être satisfaisante car l’on vote pour un élu sans savoir réellement quel sera son pouvoir et ce que l’on peut attendre de lui et pour cette raison (et quelques autres) on vote d’ailleurs de moins en moins, sauf quand il y a un enjeu particulier. La participation politique des citoyens implique la transparence des fonctions et des responsabilités et non un système si compliqué que beaucoup d’étudiants en droit ont des difficultés à le maîtriser. La complexité et l’opacité de l’organisation territoriale jouent contre la vitalité de la démocratie.

De ce point de vue le problème que pose le fonctionnement actuel de l’intercommunalité est bien plus grave que celui des rapports entre départements et régions. La loi Chevènement s’est traduite par un glissement du vrai pouvoir au niveau local, des communes vers de nouvelles structures, les communautés (urbaines, d’agglomération et de communes). Celles-ci sont dirigées par des élus issus du suffrage universel, puisque leur exécutif est élu par un conseil communautaire composé de délégués des communes membres de l’intercommunalité. Mais le système comporte trois défauts majeurs. D’abord les communes ne sont pas représentées en proportion de leur population. La commune centre est sous représentée pour éviter qu’elle ne contrôle totalement l’intercommunalité, lorsqu’elle est majoritaire en habitants. Ensuite les citoyens ne désignent pas eux-mêmes les élus en charge des responsabilités[7] et souvent ils sont d’ailleurs incapables de donner le nom du président de l’intercommunalité qui régit leur vie quotidienne. Tout au plus peuvent-ils le deviner, puisque c’est souvent le maire de la commune principale qui occupe le fauteuil de président. Enfin les campagnes électorales continuent de se dérouler dans le cadre municipal, comme si rien n’avait changé, alors que c’est désormais à un autre niveau, le niveau intercommunal, que tout se joue et que (presque) tout se décide. Il y a donc un divorce croissant ente deux territoires politiques : celui de l’action et de la mise en œuvre des politiques publiques et celui du vote, du débat devant les citoyens et entre eux, de la désignation de qui décidera de l’impôt.

On peut donc se demander si le dossier prioritaire sur lequel la Commission Balladur devrait se pencher n’est pas celui de l’élection au suffrage universel direct des élus des intercommunalités.

 

Des régions trop petites ou pas assez puissantes ?

Reste une autre question, qui est une sorte de serpent de mer du débat sur l’organisation territoriale, celle de la taille et du nombre des régions. De manière récurrente des voix s’élèvent pour dénoncer la taille insuffisante des régions françaises comparées à certaines grosses régions européennes. Seule l’Île-de-France (11,5 millions d’habitants) pèse d’un poids démographique et économique comparable à la Rhénanie du Nord-Westphalie (18 millions), à la Bavière (12,4), au Bade-Wurtemberg (10,7) ou à la Lombardie (9,5). Mais Rhône-Alpes (6 millions) est comparable à la Hesse, à la Catalogne, à l’Andalousie (6,7) ou à la Flandre (6,2), PACA (4,8) à Madrid  (4,9), au Piémont (4,3) ou à la Vénétie (4,7). La France compte moins de régions de moins d’un million d’habitants que l’Italie ou l’Espagne[8]. Et la petite taille est loin d’être toujours un obstacle à la richesse et à la puissance comme le montrent les exemples de Hambourg (1,7 million d’habitants), de Brême (600 000), de Bruxelles (980 000) ou du Luxembourg (460 000). Prenant modèle sur le découpage proposé par l’ex-DATAR en 1964 en huit grandes zones d’études et d’aménagement du territoire (ZEAT) ou sur le découpage du territoire métropolitain en sept grandes régions électorales pour les élections européennes depuis 2004[9], des responsables politiques nationaux ou régionaux et des techniciens de l’aménagement du territoire ont proposé de faire émerger plusieurs grandes régions et certains Conseils régionaux ont fait des avances caractérisées à leurs voisins[10]. Mais ces tentatives ont toutes échoué.

En réalité le problème n’est pas tant le poids démographique et économique, que la puissance des moyens, l’importance des budgets d’intervention et la légitimité politique, les unes et les autres étant étroitement liées, car la légitimité naît souvent de la puissance, mais permet aussi de revendiquer et d’acquérir la puissance. Le budget d’investissement d’une région comme Rhône-Alpes (850.000 € en 2006), 2ème région française par la population, pèse par exemple à peine plus de la moitié de celui des huit départements qui la composent.

 

Deux obstacles majeurs

A côté de la question du contenu de la réforme une autre question est tout aussi importante, c’est celle de sa faisabilité politique. L’éventuelle disparition des départements ou leur fusion (entre eux ou avec leur région), le regroupement des régions actuelles en quelques méga régions et la désignation par les citoyens eux-mêmes des présidents des intercommunalités se heurtent à deux obstacles majeurs.

D’abord la résistance des institutions elles-mêmes et des élus qui les habitent. En 2003 la tentative de Jean-Pierre Raffarin (ancien président de la région Poitou-Charentes) de modifier l’équilibre entre régions et départements au profit des premières, baptisée un peu pompeusement « Acte II de la décentralisation », s’est heurtée à une résistance extrêmement efficace des conseils généraux, par le biais de leur lobby, l’Assemblée des départements de France (ADF), et avec le soutien du Sénat où siègent de nombreux présidents de Conseils généraux (beaucoup parmi les sénateurs étant d’ailleurs conseillers généraux). Les Assises des libertés locales, censées préparer cette réforme, ont tournées à l’avantage des départements et se sont finalement traduites par « beaucoup de bruit pour rien » [Van Cornewall, 2003]. Cette fois-ci aussi les départements sont montés au créneau, notamment à travers les interventions du président de l’ADF, Claudy Lebreton (président socialiste du Conseil général des Côtes-d’Armor), notamment lors du congrès qui vient de se tenir. Le refus des départements de disparaître est compréhensible. La suppression de cent départements signifierait celle d’autant de présidents de Conseils généraux, de plusieurs centaines de vice-présidents, celle de l’ADF, des coupes claires dans la fonction publique territoriale (c’est d’ailleurs sans doute l’un des objectifs de l’initiative de Nicolas Sarkozy, à la recherche d’économies de fonctionnement et d’une baisse de la fiscalité locale) et la disparition de toute une série d’organismes publics départementaux. La technostructure des départements et le corps des élus départementaux cherchent bien sûr à conserver ce qui constitue à la fois leur gagne-pain, la base de leur pouvoir, l’espace où ils déploient leurs qualités professionnelles, celui de leurs réseaux, un territoire auquel ils sont liés affectivement, etc. Il en va de même, mais à plus bas bruit, pour les Régions qui pourraient être fusionnées. S’y ajoutent les enjeux politiques partisans. La redéfinition de la carte territoriale aurait des effets sur le contrôle des institutions locales par les différentes forces politiques. La proposition d’Hervé Morin, ancien député Nouveau Centre de l’Eure et actuel ministre de la Défense, de réunir les deux Normandies, sans être formellement rejetée par les deux présidents de Conseils régionaux (Philippe Duron et Alain Le Vern, tous deux socialistes) est accueillie avec prudence, car personne ne sait à qui elle profiterait politiquement (en d’autres termes : qui, de la droite ou de la gauche serait majoritaire dans le futur Conseil régional d’une région Normandie réunifiée ?)[11]. L’Alsace constitue en apparence une exception, puisque les deux conseils généraux ont proposé de former une collectivité unique avec la Région. Mais le président du Conseil régional, Adrien Zeller (UMP, comme ses collègues présidents du Bas et du Haut-Rhin) s’est déclaré hostile à la fois à cette perspective, qui risque de le priver du contrôle qu’il exerce sur sa collectivité, et à celle d’un grand département alsacien, co-existant avec une région maintenue, qui affaiblirait celle-ci.

Sans aller jusqu’à la fusion Alain Marleix, secrétaire d’Etat aux Collectivités territoriales, suggère que les conseillers généraux, élus dans le cadre des cantons et au scrutin uninominal, deviennent les nouveaux élus des conseils régionaux. Mais cette proposition, qualifiée de « cantonalisation des régions » par Adrien Zeller, comporte le risque d’un clientélisme accru et rendrait impossible l’application de la parité et de la représentation proportionnelle, qui implique un scrutin de liste.

 

Le territoire, fonction identitaire

Le deuxième obstacle renvoie à la question de l’identité locale ou régionale. Les territoires ont en effet plusieurs fonctions. Ils sont le cadre de l’action publique, celui de la vie politique, des rivalités entre courants politiques et entre personnalités[12]. Mais ils ont aussi une fonction d’identification collective. Même si les départements ont pu paraître totalement artificiels lors de leur création[13], le choix volontaire de noms se rapportant à la géographie physique (fleuves, montagnes) pour marquer la rupture avec l’ordre ancien des provinces accentuant encore cette impression de table rase, ils se sont enracinés en deux siècles, au point de devenir avec l’Etat-Nation et la commune la référence territoriale la plus marquante des individus. Cela est vrai même pour des départements de création relativement récente, comme les nouveaux départements de la petite et de la grande couronne parisienne, qui datent des années 1960. La Seine-Saint-Denis en particulier bénéficie d’une forte identité, revendiquée par ses habitants, au point que les deux chiffres qui la désignent dans la nomenclature des départements lui servent de diminutifs familiers sous différentes variantes (le « neuf-trois », le « neuf-cube »). Ici la faible ancienneté est compensée par la force des caractéristiques urbaines, sociales et culturelles. L’épisode du mouvement « Jamais sans mon département » de protestation contre la disparition du numéro des départements sur les plaques d’immatriculation des automobiles, qui, vu du ministère de l’Intérieur, paraît totalement ridicule (car il y a de très bonnes raisons fonctionnelles de changer le système), traduit la force de cet attachement identitaire aux départements. La référence régionale apparaît beaucoup plus faible, à l’exception d’une poignée de régions dotées d’une histoire particulière et surtout d’une langue régionale, comme l’Alsace, la Bretagne, la Corse ou les régions d’outre-mer[14]. Mais elle est pourtant suffisamment installée pour empêcher la fusion de plusieurs régions entre elles (à part sans doute les deux Normandies). Et il y a fort à parier qu’un référendum organisé sur le regroupement de la Bretagne et des Pays de la Loire, de la Franche-Comté et de la Bourgogne, du Limousin et de l’Auvergne se traduirait par un résultat négatif. Sans parler d’une réintégration de la Corse dans une région Arc méditerranéen…

Le redécoupage de la carte régionale ne peut donc se concevoir avec quelque chance de succès, si l’on ne prend pas en compte, à côté des impératifs fonctionnels, la fonction identitaire du territoire régional. Une région ne sert pas seulement à agir, elle sert aussi à se penser collectivement.

La fin d’une organisation uniforme du territoire ?

Une des pistes les plus intéressantes ouvertes à l’occasion du débat actuel est sans doute l’idée qu’on peut imaginer des réponses différentes, en termes d’organisation territoriale, selon les régions et les « parties » du territoire français. L’idée est apparue à la suite du vote de la loi organique de 2003 sur l’organisation décentralisée de la République, qui prévoit un droit à « l’expérimentation ». Une première tentative a eu lieu, concernant la Corse, à l’initiative (déjà) de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur. Elle a échoué en juillet 2003 avec le rejet par référendum, par les électeurs corses, du projet de création d’une collectivité unique, se substituant à la Région[15] et aux Conseils généraux existants. L’innovation avait été justifiée par l’insularité de la Corse et surtout par la nécessité de répondre, dans le cadre de la République, aux revendications du courant autonomiste et d’affaiblir les indépendantistes (bien que ceux-ci aient appelé à voter « oui »).

Cette fois il s’agit d’élargir à l’ensemble du pays le principe d’un traitement différencié et adapté aux spécificités des territoires. Pierre Méhaignerie, ancien président du Conseil général d’Ille-et-Vilaine, fait remarquer que certains départements urbains, comme Paris et les Bouches-du-Rhône, ont beaucoup moins d’utilité que les départements ruraux. On pourrait donc s’orienter vers une organisation territoriale « à la carte », avec la disparition des départements dans les grandes agglomération (l’Île-de-France, le Nord-Pas-de-Calais, l’aire urbaine marseillaise ou celle de Lyon – actuellement étalée sur cinq départements et deux régions, mais aussi Bordeaux, Toulouse, Nantes ou Strasbourg) au profit de puissantes communautés urbaines élargies – les reliquats ruraux des départements actuels étant réunis aux départements voisins ; dans certains cas la fusion de plusieurs régions ou d’une région et des départements correspondants, sur une base volontaire ; une clarification des compétences entre les départements, les régions et ces grandes communautés ; enfin une élection au suffrage universel direct des présidents des intercommunalités, renforçant la légitimité démocratique et la visibilité de ces structures et faisant glisser les anciennes communes vers une fonction de plus en plus assumée de lieu de la démocratie de proximité. Le paysage territorial y gagnerait sans doute en efficacité, sinon en simplicité. Il se peut aussi que tout cela n’aboutisse à rien et que le « big bang institutionnel » annoncé n’ait pas lieu, étouffé par la complexité du sujet, neutralisé par l’effet des contre-feux allumés par les uns et les autres. Ce ne serait pas la première fois et ce ne serait pas une bonne nouvelle.

 


 

[1] Les Français « veulent que les structures soient simplifiées, les compétences clarifiées, les dépenses locales maîtrisées » (N. Sarkozy, 23 octobre 2008).

[2] « Je ne veux pas un nouveau rapport ! Je veux des solutions ! Et ne vous interdisez rien ! » (idem).

[3] Le Monde du 23 octobre 2008.

[4] Il y avait début 2008 14 communautés urbaines, 171 communautés d’agglomération et 2393 communautés de communes regroupant 92% des communes et 86% de la population française (source : DGCL, Ministère de l’Intérieur).

[5] Trois à quatre en Allemagne : l’Etat fédéral, des Länder, des villes (Gemeinden) de la taille de nos communautés urbaines ou d’agglomération et en zone rurale des communes regroupées en districts (Kreise) ; quatre en Italie et en Espagne où l’intercommunalité n’existe pas, mais où le nombre de communes est très inférieur ; à noter que la Sicile a supprimé les provinces ; des comtés et pas de régions en Angleterre, mais autonomie (dévolution) de l’Ecosse, du Pays de Galles et de l’Irlande du Nord.

[6] François Mitterrand a été président du Conseil général de la Nièvre pendant 14 ans (1964-1981) et Jean-Pierre Chevènement était maire de Belfort depuis 16 ans en 1999 et l’est resté huit ans de plus jusqu’à sa défaite en 2007.

[7] C’est en réalité aussi le cas pour les maires, qui sont élus par le conseil municipal de leur commune et non par les citoyens directement, mais dans la quasi-totalité des cas les électeurs savent en votant pour une liste que le candidat placé en tête de la liste majoritaire sera maire.

[8] Deux en métropole – le Limousin (700. 000 habitants) et la Corse (280. 000) – contre quatre en Espagne (sans Ceuta et Melilla, respectivement 70. 000 et 65. 000 habitants) et cinq en Italie.

[9] Nord-Ouest, Ouest, Est, Massif central, Sud-Ouest, Sud-Est, Île-de-France, auquel s’ajoute une circonscription Outre-Mer.

[10] Outre les deux Normandies, déjà citées, c’est le cas de l’Auvergne quand elle était présidée par Valéry Giscard d’Estaing, qui avait proposé une fusion au Limousin, et des Pays-de-la-Loire favorables à la constitution d’une grande région Ouest de 7 millions d’habitants avec la Bretagne [Loyer, 2005]. Le groupe RDSE du Sénat a proposé en 2002 d’aller vers 7 à 10 grandes « provinces » et l’ancien Premier ministre Raymond Barre s’était prononcé la même année en faveur de la constitution de macro régions « de taille européenne ».

[11] La victoire de la gauche en Basse-Normandie en 2004 a constitué une surprise et pourrait ne pas se renouveler aux prochaines élections régionales de 2010.

[12] Ils jouent à ce titre un rôle important dans l’émergence de responsables politiques nationaux, souvent passés d’abord par la case « élu local » ou contraint d’y passer pour conquérir une légitimité personnelle, quitte à être parachutés.

[13] En réalité une partie des départements épouse les limites d’anciennes provinces, comme l’Indre-et-Loire et la Touraine, parfois en regroupant plusieurs petites provinces (comme la Charente-Maritime avec l’Aunis et la Saintonge) ou en se partageant à deux le territoire exact d’une ancienne province (comme le Cher et l’Indre formés à partir du Berry). Le découpage un temps envisagé sur une base purement géométrique (« à l’américaine ») a finalement pris en compte très souvent les habitudes des populations au niveau infrarégional (baillages, aires d’attraction des marchés).

[14] Peu importe au final que cette langue soit pratiquée ou pas. L’exemple de la Bretagne où le breton n’est parlé que par 1/10ème de la population (chiffre en baisse régulière et rapide) et seulement occasionnellement et ne l’a jamais été dans toute la moitié est, le pays gallo, montre bien que la fonction identitaire d’une langue est distincte de sa fonction de communication [Loyer, 2005].

[15] Appelée « Collectivité territoriale de Corse » depuis 1991 et qui bénéficiait déjà de compétences élargies par rapport à une région standard. Dans le projet de 2003 les Conseils généraux devaient survivre sous la forme de deux « Conseils territoriaux » aux pouvoirs très fortement diminués.

 

ELEMENTS DE BIBLIOGRAPHIE 

LOYER, Barbara, Nouvelle géopolitique des régions françaises, Chapitre « Bretagne », Fayard, 2005.

SUBRA, Philippe, « L’aménagement, une question géopolitique ! », in Géographie, guerres et conflits, Hérodote n°130, 2008.

VAN CORNEWALL, Pierre, « Les Assises régionales des libertés locales (octobre 2002-février 2003) : beaucoup de bruit pour rien », in Les pouvoirs locaux, l’eau, les territoires, Hérodote n°110, 2003.

Représentations anciennes et situations géopolitiques contemporaines : Antioche dans l’imaginaire collectif syrien (par Pierre Devaux, septembre 2008)

Working paper n°3 – PDF à télécharger

 pierrdevaux@gmail.com

Résumé

Les textes sacrés font l’objet de multiples interprétations qui sont fonction des objectifs de ceux qui les interprètent et des contextes géopolitiques. Cet article se propose de démontrer la centralité de l’étude des textes sacrés  dans l’analyse de certaines situations géopolitiques complexes. L’espace territorial syrien est propice pour ce genre de démonstration, tant il est imprégné de représentations historiques et religieuses. Le choix d’approfondir l’étude des représentations chrétiennes, syriennes et non syriennes, liées à Antioche s’explique dans la mesure où il semble qu’elle constitue un élément non négligeable et original de la continuité de l’attachement identitaire syrien à l’ancien Sandjak d’Alexandrette. À l’heure où on constate une nette amélioration (structurelle ou conjoncturelle, tel n’est pas l’objet de notre propos) des relations géopolitiques entre la Turquie et la Syrie, se pose avec acuité la question des enjeux des revendications territoriales syriennes sur le Hatay, ancien Sandjak d’Alexandrette.

Summary

It is a fact that the sacred texts are the object of diverse interpretations depending on the goals of those who interpret them and geopolitical contexts. This article aims to demonstrate the centrality of the study of sacred texts in the analysis of some complex geopolitical situations. In this context, the Syrian case is convenient for this kind of demonstration, because it is filled with historical and religious perceptions. It is of particular importance to study the Syrian and non-Syrian Christian perceptions related to Antioch because these representations are really significant in understanding the continuity of the Syrian attachment to the sanjak of Alexandrette, today in Turkish territory and named Hatay. The reading of the New Gospel as well as the history of the primitive Christianity and its expansion outside its original territory partially explains this attachment as well as the deep adequacy between Syria and Antioch in the Syrian and universal Christian minds. This probably does not escape the attention of the Syrian political elites. Thereby, in the Syrian Christian elites minds, if they give up their territorial claims on Antioch, Syria might see itself emptied of its dimension of Christian spiritual centrality, which would have consequences at the levels of its international attraction and its links with some western states. It also asks the question of the compass of the confessional elites’s role in the interstate relations. Finally, while a real geopolitical improvement can be noticed since a few years in the relationships between Turkey and Syria, it arises the question of the issue of the Syrian territorial claims on Hatay, former Sanjak of Alexandrette.

————————————————————————————————————————————————————-

Représentations anciennes et situations géopolitiques contemporaines :

Antioche dans l’imaginaire collectif syrien

Les textes sacrés font l’objet de multiples interprétations qui sont fonction des objectifs de ceux qui les interprètent et des contextes géopolitiques. Cet article a pour objet de démontrer le caractère central de l’étude des textes sacrés  dans l’analyse de certaines situations géopolitiques complexes. En effet, certains territoires sont plus que d’autres chargés de représentations[1] sacrées [Lacoste, 1993, p.1275] et celui d’Alexandrette[2] en est un exemple flagrant. Le choix du cas pratique aurait pu porter sur le Coran et sa manipulation à des fins géopolitiques par des groupes d’acteurs politiques radicaux. De même, il aurait pu porter sur la problématique complexe des colonies israéliennes en Cisjordanie, dont certaines revendications politiques sont basées sur l’instrumentalisation de passages de la Genèse. Les exemples ne manquent pas. Le choix du Sandjak d’Alexandrette s’est imposé dans la mesure où il est peu connu des non spécialistes alors qu’il constitue un véritable cas d’école. En effet, lorsque nous avons commencé nos recherches sur la question de la continuité des représentations identitaires syriennes relatives au Sandjak d’Alexandrette, le Nouveau Testament ne constituait pas une piste de réflexion prioritaire. Or il s’est avéré fondamental de prendre en considération la portée des représentations liées aux textes sacrés chrétiens dans la compréhension de certaines dynamiques et représentations déterminantes en Syrie, souvent sous-estimées.

Pour ce faire, nous nous proposons de retracer le cheminement intellectuel de l’approche géopolitique de certaines problématiques sensibles. Nous avons pour ambition de démontrer l’enjeu de l’étude du Nouveau Testament, et plus précisément de certains passages relatifs à l’Apôtre Paul dans l’analyse géopolitique de l’attachement identitaire et de l’irrédentisme symbolique de nombreux Syriens vis-à-vis de l’ancien Sandjak d’Alexandrette, situé aujourd’hui au sud ouest de la Turquie, à la frontière avec la Syrie. Ainsi, en partant d’une problématique relative à la nature de l’attachement identitaire des Syriens au Sandjak d’Alexandrette, nous allons être amené à nous intéresser à l’attachement particulier des chrétiens à Antioche, désormais entité territoriale turque. Cette grille de lecture n’est guère ou peu abordée dans les discours et ouvrages traitant des relations conflictuelles entre la Syrie et la Turquie au sujet du Sandjak d’Alexandrette. Or l’étude des textes sacrés et de la prégnance de leurs représentations auprès d’un pan important de la population syrienne amène de nouveaux questionnements et observations géopolitiques. D’emblée, quelques remarques s’imposent. Qu’entend-on par « démarche géopolitique » ? Pourquoi ne pas parler simplement de « géopolitique des textes sacrés » ? La géopolitique doit être comprise comme une méthode critique d’analyse des rapports de force entre des acteurs (États, partis politiques, mouvements régionalistes, élites religieuses), à différents niveaux (local, national, régional et international), et ce, à travers l’identification et l’étude de ces acteurs et de leurs rivalités de pouvoir sur des territoires donnés. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une science[3] et ce n’est pas rien de le rappeler tant les dérives ont pu être dramatiques par le passé, la démarche géopolitique est loin d’être hasardeuse, approximative ou floue. Elle répond au contraire à une méthode conceptualisée, systématique, rigoureuse et précise. La géopolitique a pour particularité de recourir systématiquement à l’outil cartographique et à l’analyse des représentations collectives ou individuelles. La spatialisation des phénomènes géopolitiques par la cartographie (des cartes de la répartition des différents acteurs en présence, des cartes officielles du tracé de frontières étatiques, etc.) se révèle particulièrement pertinente pour appréhender et conceptualiser les différentes dynamiques en présence et identifier les représentations des acteurs. À cet effet, l’usage des « cartes historiques » permet d’observer les revendications de « droits historiques » contradictoires en œuvre sur un même territoire. Car dans toute analyse géopolitique, il ne suffit pas de raisonner en termes de pouvoirs, d’États et de territoires. Le rôle des « représentations » est tout aussi fondamental. Qu’entend-on par ce terme qui se trouve au cœur de la démarche géopolitique ? Très succinctement, on peut dire qu’« une représentation, surtout si elle est collective, a une fonction : elle décrit, exprime une partie de la réalité, de façon floue ou précise, déformée ou exacte» [Lacoste, 1993, p.1275]. Elle véhicule une charge émotionnelle qui peut renvoyer à certains moments de la mémoire collective de groupes humains, ce qui explique qu’elle constitue parfois un véritable instrument de mobilisation sociale et/ou politique en reproduisant des idées, des valeurs ou des peurs particulières dans un projet politique bien précis. Certains éléments d’un événement sont passés sous silence tandis que d’autres sont mis en exergue. D’où l’importance à accorder aux acteurs producteurs de ces représentations, aux circonstances dans lesquelles elles ont été pensées, « qui les a reprises récemment, et qui les diffuse aujourd’hui » [Lacoste, 1993, p.1275], et à quelles fins géopolitiques. Dans cette perspective, il est nécessaire de prendre en considération l’ensemble des représentations contradictoires en présence en évaluant la portée réelle des enjeux dont elles sont les dépositaires, portée qui « se révèle souvent très supérieure au territoire en question, lequel peut être d’un médiocre intérêt économique.» [Lacoste, 1993, p.1276]. Par définition, la géopolitique est pluridisciplinaire car il n’existe pas de rivalités de pouvoir ou de conflits qui soient monocausaux. Dès lors, une analyse géopolitique doit envisager ces processus selon un ensemble d’entrées, et, certes, en tenant compte des événements les plus récents, mais aussi des temps plus longs de l’Histoire. Les représentations liées aux textes sacrés et à l’emploi qu’en font certains acteurs intéressent directement l’analyse de certains enjeux géopolitiques, notamment au Proche-Orient. Néanmoins, elles ne sauraient en être exclusives. D’autres paramètres sont à prendre en considération (paramètres politiques, économiques, etc.). C’est dans cette perspective que le choix de la « démarche géopolitique » s’est imposé dans la mesure où nous nous intéresserons exclusivement à la grille de lecture des textes sacrés au sujet du Sandjak d’Alexandrette.

 

Méthodologie géopolitique

Si on se réfère exclusivement aux représentations courantes des médias et des discours officiels français, le dossier libanais semble constituer la pierre d’achoppement autour de laquelle s’expriment les tensions franco-syriennes. Il est en effet fréquent de lire des articles sous-entendant ou même affirmant[4] que la Syrie (prise dans son ensemble, sans aucune distinction des niveaux d’analyse ni mention des acteurs politiques en question) n’aurait jamais intégré dans ses références identitaires « l’amputation » territoriale du Liban et agirait dès lors dans le seul objectif de le réintégrer au territoire « historique » syrien, d’après le projet pansyrien de la « Syrie naturelle »[5].

Analyse cartographique des représentations territoriales syriennes

La démarche géopolitique s’attachant particulièrement à l’étude des cartes, outil de divulgation de représentations[6], nous nous sommes intéressés à la représentation cartographique officielle syrienne du territoire syrien afin d’observer les représentations territoriales officielles syriennes de l’État libanais. Pour ce faire, il convenait de diversifier au maximum les sources cartographiques afin d’observer d’éventuelles nuances dans les représentations. Notre choix, aussi imparfait et partial[7] qu’il soit, s’est porté sur des cartes officielles syriennes affichées dans des bureaux administratifs, des cartes militaires, des cartes de manuels scolaires, et des fonds de carte de jeunes chercheurs syriens en géographie. Toutes ces cartes ont donné lieu à un même constat inattendu: le Liban a toujours été représenté dans ses frontières étatiques internationalement reconnues depuis son indépendance en 1943[8].
En revanche, l’inclusion dans les frontières politiques syriennes du Sandjak d’Alexandrette, au nord ouest de la Syrie, aujourd’hui connu sous le nom de Hatay[9], doit attirer notre attention.  En effet, cette représentation territoriale peut surprendre en 2008, en raison de la très nette amélioration des relations diplomatiques, politiques, culturelles et surtout économiques entre la Syrie et la Turquie[10]. Le choix de la carte reproduite sur la page suivante est à ce titre révélateur. L’affirmation de la revendication territoriale syrienne sur l’ancien Sandjak d’Alexandrette se voit concurrencée par la nécessité affichée de répondre à des considérations de politique internationale (assurer la continuité de la bonne entente turco-syrienne). Par conséquent, l’instrumentalisation de cette carte est particulièrement adroite car il ne s’agit que de suggestion. Ainsi, la disposition de la photographie du site de Saint Siméon, situé au nord ouest de la Syrie, au sud de la frontière syro-turque, située sur le territoire turc de Hatay, fait croire implicitement qu’il existe une continuité territoriale d’Alep jusqu’à la mer.

Représentation de la Syrie et de ses sites historiques, d’après le ministère du tourisme syrien, 2008.

Source : Ministère du tourisme syrien, Cartes, http://www.syriatourism.org/modules, carte consultée en août 2008.

 

Un lecteur non averti s’y ferait facilement prendre. La carte suivante semble vouloir être un peu moins militante, bien que le Hatay soit, là encore, spatialisé dans les frontières politiques de la Syrie contemporaine, sous la désignation ottomane de « Sandjak d’Alexandrette ». Une couleur grise réservée à cette parcelle de territoire suggère qu’il y aurait éventuellement un différend lié à cette zone, sans aucune précision. Notons que ce fond de carte a été réalisé par une étudiante syrienne en Master 2 de géographie à l’université de Damas, ce qui signifie que ces représentations territoriales sont retransmises en milieu universitaire, et d’après nos constatations sur le terrain, sans aucune remise en question de la part des étudiants ni des professeurs.

 

Dès lors, quelques rappels historiques sont nécessaires. Jusqu’en 1936, le Sandjak d’Alexandrette était inclus[11] dans les territoires de la République syrienne sous mandat français[12]. Mais un statut spécifique fut octroyé à ce petit bout de territoire en 1936, relativement à la diversité de sa composition ethnique et des troubles socio-politiques survenus à cette époque entre la majorité arabophone (estimée par certains auteurs[13] aux 2/3 de la population, dont environ 65 % d’alaouites, 20 % de sunnites et 15 % de chrétiens grecs orthodoxes) et l’importante minorité turcophone (qui, toujours d’après ces sources, constituait près d’un tiers de la population) soutenue par le pouvoir kémaliste à Ankara. Il faudrait y ajouter environ 15 000 Arméniens, des Tcherkesses et des Kurdes. Précisons qu’avant l’instauration du mandat français en Syrie, le Sandjak d’Alexandrette était inclus dans la province administrative d’Alep. Cependant, la Turquie a toujours refusé qu’il soit inclus dans les frontières du futur État syrien, en raison de la présence d’une importante minorité turcophone[14]. La Turquie a régulièrement entretenu des tensions qui ont donné lieu à des affrontements entre les deux communautés, et elle y a favorisé l’installation de nombreux immigrés turcophones, afin de modifier la composition démographique du Sandjak à l’avantage de ces derniers. Le contexte de la Seconde Guerre mondiale, avec la montée en puissance de l’Allemagne hitlérienne, fut déterminant et la France céda le Sandjak afin de s’assurer la neutralité de la Turquie dans la guerre européenne à venir.

Pourquoi cet étroit territoire est-il encore aujourd’hui, malgré une nette amélioration des relations turco-syriennes, inclus dans les représentations cartographiques syriennes ? Selon certains acteurs politiques syriens sunnites, la raison de ce phénomène relève d’une évidence absolue, mais pour le moins floue dans ses justifications : « Depuis tout petit, on nous a appris à l’école qu’Alexandrette faisait partie de la Syrie. »[15] « C’est comme ça. » La majorité des Syriens sont attachés à ce référent territorial mais en ignorent la raison. C’est une représentation territoriale inculquée systématiquement dès l’enseignement primaire. Mais pourquoi la représentation cartographique a-t-elle, à l’inverse, intégré la perte territoriale du Liban, d’Israël, de la Jordanie, devenus des États indépendants, et de Mossoul, devenue une ville irakienne ? Sur quelles représentations historiques se fonde l’attachement identitaire syrien au territoire de l’ancien Sandjak Alexandrette, fragilisant le processus de réchauffement des relations avec la Turquie ? Bien que nous n’entendions pas répondre à cette problématique mais seulement proposer une entrée analytique originale par rapport aux études antérieures, il convient d’exposer les hypothèses préliminaires, qui ne sauraient être oubliées dans le cadre d’une analyse géopolitique complète.

 

 

Hypothèses préliminaires

Le territoire du Sandjak d’Alexandrette a longtemps revêtu une importance stratégique de par son accès à la mer via le port d’Alexandrette, débouché portuaire historique de la ville commerçante d’Alep, au nord de la Syrie. Elle a longtemps constitué un important carrefour des caravanes, des épices, de la soie et des produits manufacturés entre l’Occident et l’Arabie heureuse. Toutefois, ce facteur économique ne saurait expliquer la continuité de l’attachement identitaire des Syriens au Sandjak. En effet, il s’est produit une situation équivalente entre le port de Beyrouth et son hinterland de Damas, sans que la représentation cartographique ait nié le nouvel état de fait frontalier, issu des rapports de force du début du XXe siècle : un État libanais et l’État de la République Arabe de Syrie.

Un autre facteur d’explication réside peut-être dans le fait que les populations arabophones expulsées ou ayant fui le canton du Hatay à la suite de sa rétrocession, sont majoritairement des Alaouites, minorité rurale issue de la branche chiite de l’Islam, rejetée depuis des siècles par les populations citadines sunnites qui les qualifient d’« hérétiques », en raison de leurs croyances et de leurs rites syncrétistes remontant au IXe siècle. Or il s’agit de cette même minorité confessionnelle[16] qui a progressivement accaparé l’ensemble des pouvoirs[17] en Syrie et s’est imposée en la personne du général Hafez al Assad qui a pris le pouvoir du parti Baath en 1970.

De plus, le canton d’Alexandrette a constitué le véritable centre de maturation d’idées et de revendications nationalistes[18], pour les Syriens comme pour les Turcs. A ce titre, les Alaouites ont joué un rôle indéniable. Zaki Al Arzouzi, Alaouite dont la famille est originaire de la province du Hatay, adhéra à la Ligue d’action nationaliste d’Antioche[19] à son retour de Paris. Bien que dissout en 1938, ce parti a été un instrument de mobilisation notable dans le canton, passant outre les différences confessionnelles à l’encontre des revendications territoriales turques. Zaki Al Arsouzi crée en 1934 le groupe Al Baath al Arabi, « la résurrection arabe », dont l’objectif est de lutter contre la présence française et contre l’abandon d’Antioche aux Turcs. Ce groupe disparaît en 1945 lorsque Arsouzi est contraint par les Français de quitter Damas. Cependant, d’après le chercheur syrien Maher Sharif [Sharif, p.129], Zaki al Arsouzi aurait très largement influencé l’idéologie développée par Salah al Din Bitar (Sunnite damascène) et Michel Aflaq (Grec orthodoxe damascène), fondateurs du parti Baath actuel. De nombreux nationalistes syriens alaouites et chrétiens originaires du Sandjak reprochèrent violemment à ces deux dirigeants nationalistes originaires de Damas de ne pas avoir tenté d’agir contre cette perte territoriale. C’est dire l’importance du territoire d’Alexandrette dans la construction identitaire nationaliste de la Syrie. Néanmoins, contrairement à ce que l’on aurait pu attendre d’après les faits relatés précédemment, l’arrivée de Hafez al Assad et de ses proches au pouvoir en Syrie n’a pas coïncidé avec les revendications territoriales syriennes sur le Sandjak. La Syrie accède à l’indépendance effective en 1946[20] et dès cette époque, la cartographie officielle syrienne est sans ambiguïté : le Sandjak est et restera syrien.

Dès lors, quels sont les protagonistes et les représentations qui alimentent cet irrédentisme ???,,C’est dans le cadre d’entretiens relatifs aux enjeux géopolitiques des minorités chrétiennes en Syrie, que nous avons réalisés en 2005-2006 en Syrie, que la référence à Alexandrette est apparue de manière quasi-systématique. Pour être plus précis, le nom mentionné n’était autre qu’Antakiya, la ville d’Antioche-sur-l’Oronte. L’objectif de ces entretiens était d’identifier puis d’analyser la prégnance des représentations historiques dans la construction identitaire religieuse de l’ensemble des rites représentatifs chrétiens syriens.[21] « On a perdu le symbole et le centre religieux, spirituel et politique de la chrétienté d’Orient.»[22] De tels discours permettent de prendre conscience de l’ampleur de l’impact de la perte d’Antioche pour l’ensemble de la chrétienté syrienne. Décidemment, on a trop souvent tendance à oublier que « les spiritualités ont une géographie autant qu’une histoire». [Denis, 2007, p.10]

 

 

Place centrale d’Antioche dans la construction des représentations identitaires chrétiennes syriennes

L’appellation « Patriarcat d’Antioche et de tout l’Orient » qu’ont tenu à garder les patriarcats grec catholique, grec orthodoxe et syriaque orthodoxe, présents aujourd’hui à Damas, est révélateur de l’attachement identitaire des chrétiens syriens à leurs particularismes locaux. De tout temps, ils ont revendiqué leur ancrage territorial. Ils sont des rooted[23] avant d’être rattachés à une quelconque autorité ecclésiastique. Au-delà de cet attachement territorial, il semble également s’agir d’un attachement politique au modèle de cité-État hérité des Grecs. La référence à Antioche en témoigne partiellement. « Antioche, ce sont nos racines, notre identité, notre culture, notre patrimoine. »[24]« La rétrocession d’Antioche est une calamité […], c’est une horreur pour le christianisme oriental car c’est le centre sacré du christianisme» ; «[…] c’est une hérésie de l’avoir enlevé aux Syriens alors qu’Alexandre le Grand avait offert ce territoire au général Eskanderoun, d’où le nom, ainsi que la Syrie actuelle. »[25] La diminution du nombre de chrétiens à Antioche et la « turquisation » de la ville sont vécues comme une abomination par les élites religieuses syriennes, dont le sentiment d’appartenance nationale syrienne semble être aussi fort que le sentiment d’appartenance confessionnel. Bien plus qu’un simple sentiment de nostalgie de la part des acteurs religieux, il semblerait que cet attachement renvoie à un enjeu géopolitique bien réel. Afin de mieux appréhender la portée de la revendication territoriale d’Antioche par les élites religieuses chrétiennes et de la situer par rapport aux différents niveaux d’analyse (national, régional et international), il convient de saisir précisément la portée de la représentation symbolique d’Antioche. Il est indispensable de se reporter aux discours officiels mais également aux Écritures Saintes qui    constituent le fondement des représentations en vigueur en Syrie. Du 4 au 8 mai 2001,  à l’occasion du jubilé de l’an 2000, le pape Jean Paul II a effectué un voyage en Grèce, en Syrie et à Malte, intitulé « Pèlerinage sur les pas de saint Paul ». Le pape est resté du 4 au 5 mai au matin à Athènes, puis s’est rendu en Syrie, du 5 au 8 mai. Il a rencontré l’ensemble des représentants des diverses communautés confessionnelles syriennes et il a prononcé une dizaine de discours et homélies officiels[26]. Ces discours sont d’une clarté étonnante quant à l’importance de la Syrie pour l’Église universelle et ils comportent de nombreuses citations des Actes des apôtres : « Maintenant, mon esprit et mon cœur se tournent vers la figure de Saul de Tarse, le grand apôtre Paul, dont la vie fut radicalement transformée sur la route de Damas. Mon ministère, en tant qu’évêque de Rome, est lié de manière particulière au témoignage de Saint Paul, témoignage couronné par son martyre à Rome. […] Comment pourrais-je oublier la magnifique contribution de la Syrie et de la région alentour à l’histoire de la chrétienté ? » [Jean-Paul II, 2001, pp. 26-27] « Construite sur le fondement des Apôtres Pierre et Paul, l’Église en Syrie n’a pas tardé à manifester une extraordinaire floraison de vie chrétienne […]. » [Jean-Paul II, 2001, p. 40]. Jean Paul II rappelle également le rôle des nombreux théologiens syriens qui ont contribué à l’essor des écoles théologiques d’Antioche et d’Édesse (ancienne Ourfa, aujourd’hui Sanliurfa, également en Turquie), des premiers ermitages et monastères chrétiens en Syrie, des missionnaires chrétiens, ainsi que des évêques syriens d’Antioche ayant rempli les charges du ministère de Rome.[27] « Dieu soit loué pour le témoignage et le rayonnement de l’antique patriarcat d’Antioche ! » [Jean-Paul II, 2001, p.41]  Quel décalage avec la réalité contemporaine des frontières étatiques syriennes !

 

 

Antioche dans les Actes des Apôtres: rôle central  de l’apôtre Paul

Antioche-sur-l’Oronte serait la première grande ville de l’Empire romain à avoir été touchée par la prédication chrétienne, par l’effet du déplacement, dans les années 70, du centre de gravité du christianisme, initialement localisé à Jérusalem et dans les provinces palestiniennes qui se sont marginalisées rapidement.

« L’Église qu’ils y ont fondée, dans le quartier juif, est vite devenue un centre international et libéral du christianisme primitif. C’est dans ce milieu cultivé et fortement hellénisé qu’ont pris forme les premiers éléments de confession de foi et de réflexion christologique (1 Co 11, 23-26 ; 15, 3-5). » [Vouga, 2007, pp. 29-31]

« Ils » renverrait aux Juifs hellénisés de Jérusalem, cultivés et aisés, qui auraient opposé au ritualisme de l’Église de Jérusalem une interprétation morale de la Loi. « Ils s’autorisent ainsi de la liberté de Jésus pour juger secondaires la préservation de la pureté rituelle et les interdits alimentaires […]. Leur position libérale entraîne des tensions à l’intérieur de la communauté (Ac 6). » [Marguerat, 2007, p.26]  Ces premiers convertis au christianisme ont dû émigrer et se sont installés principalement à Antioche-sur-l’Oronte où « ils vont répercuter l’annonce de l’Évangile auprès des non-juifs. » [Marguerat, 2007, p.26]  C’est d’ailleurs à Antioche que, selon Saint Paul, la dénomination « chrétien » aurait été pour la première fois adoptée pour désigner les adeptes du Christ (Ac 11, 26). Ainsi, ces derniers auraient été reconnus en tant qu’entité religieuse autonome à Antioche. De plus, Saul de Tarse, devenu saint Paul, représente incontestablement « l’agent missionnaire » le plus important de l’Église d’Antioche, ce qui a conféré à cette dernière ses lettres de noblesse dans les représentations chrétiennes ultérieures. Il n’a pas connu Jésus de son vivant puisqu’il s’est converti plusieurs années après la mort du Christ. En vingt ans, de 40 à 58 environ, il a mené trois voyages d’évangélisation en Asie mineure et en Grèce. À ce titre, il est considéré par certains historiens et élites religieuses comme le fondateur de l’Église universelle, d’autant plus qu’il ne s’est pas adressé exclusivement aux Juifs (contrairement à Pierre) mais également aux païens. En effet, à l’occasion du concile de Jérusalem (en 48 ou 49), « après débat, la vocation de Paul à évangéliser les nations est reconnue. A Céphas-Pierre, il est donné l’évangélisation des Juifs, à Paul celle des païens. » [Marguerat, 2007, p. 27]  Paul, par ses voyages, ses écrits et des discours, a concouru au détachement progressif du christianisme vis-à-vis du judaïsme. Par la suite, le christianisme s’est constitué en tant que religion autonome, organisée en réseaux de collaborateurs à travers les grands centres urbains méditerranéens et exportée en dehors de son terroir original à partir de la cité d’Antioche.

Les  trois voyages missionnaires de Saint Paul (de 45 à 58 environ)

Source : Wikipédia, Paul de Tarse, http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Paul_de_Tarse&oldid=32073191, page consultée le 8 août 2008[28].

La perte du Sandjak étant manifestement un fait irréversible, bien que rejeté par les élites religieuses chrétiennes, il a fallu  réaffirmer l’enracinement historique des chrétiens en Syrie. En effet, la Syrie étant composée majoritairement de musulmans sunnites, les représentations chrétiennes se cristallisent sur l’image d’« îlots » qui se réduiraient progressivement, à mesure que l’émigration des nouvelles générations chrétiennes s’accroît[29] et que la forte démographie sunnite se maintient. La violence, relayée par les médias arabes, qui menace l’intégrité physique des chrétiens coptes en Égypte et qui tue ou fait fuir les Assyro-Chaldéens d’Irak[30], contribue à alimenter les préoccupations des chrétiens syriens face à la montée du « fanatisme islamique »[31]. Certes la Syrie est un État qui revendique la sécularité, les minorités chrétiennes sont largement privilégiées par rapport aux autres confessions, grâce à leur position économique et politique,[32] et aucune agressivité n’a jamais été relevée à l’encontre des chrétiens depuis l’avènement du Baath au pouvoir. Ils construisent des églises, portent des signes ostentatoires[33], célèbrent Noël et les autres fêtes chrétiennes[34] avec éclat dans l’ensemble des villes et villages syriens. Il n’en demeure pas moins que la radicalisation des comportements sociaux de la majorité sunnite se traduisant par l’adoption du voile et de longs manteaux sombres pour les femmes, par la place centrale de la mosquée et par la prière publique pour les hommes, provoque un sentiment de menace imminente[35] que le Vatican prend très au sérieux. Dès lors, quels référents identitaires et territoriaux les chrétiens doivent-ils choisir afin de rappeler leur ancrage identitaire et territorial syrien?


Légitimation et transfert de la centralité territoriale vers Damas et requalification d’Antioche en centralité symbolique

L’attachement à Antioche, bien que primordial, se voit concurrencé par d’autres revendications territoriales sur fond de relecture du Nouveau Testament. On assiste ainsi à une stratégie[36] fondée sur l’évolution de la lecture du texte sacré pour légitimer la présence territoriale des chrétiens en Syrie. La figure de Saint Paul ressurgit, non pas à travers ses voyages à partir d’Antioche[37], mais à travers l’utilisation du passage de sa conversion. Sans conversion, pas de mission évangélisatrice. Or que nous apprennent les Actes des Apôtres 9 à ce propos?

« 3. Comme il était en chemin, et qu’il approchait de Damas, tout à coup une lumière venant du ciel resplendit autour de lui. »

« 4. Il tomba par terre, et il entendit une voix qui lui disait : Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? »

« 8. Saul se releva de terre, et, quoique ses yeux fussent ouverts, il ne voyait rien ; on le prit par la main, et on le conduisit à Damas. »

« 10. Or, il y avait à Damas un disciple nommé Ananias. Le Seigneur lui dit dans une vision : Ananias ! Il répondit : Me voici, Seigneur ! »

« 11. Et le Seigneur lui dit : Lève-toi, va dans la rue qu’on appelle la droite, et cherche, dans la maison de Judas, un nommé Saul de Tarse. »

« 15. Mais le Seigneur lui dit : Va, car cet homme est un instrument que j’ai choisi, pour porter mon nom devant les nations, devant les rois, et devant les fils d’Israël »

« 16. et je lui montrerai tout ce qu’il doit souffrir pour mon nom. »

« 17. Ananias sortit ; et, lorsqu’il fut arrivé dans la maison, il imposa les mains à Saul, en disant : Saul, mon frère, le Seigneur Jésus, qui t’est apparu sur le chemin par lequel tu venais, m’a envoyé pour que tu recouvres la vue et que tu sois rempli du Saint-Esprit. »

« 18. Au même instant, il tomba de ses yeux comme des écailles, et il recouvra la vue. Il se leva, et fut baptisé. » [T.O.B, 2008, pp.2657-2658]

Dans les discours religieux syriens, mais également au niveau politique[38], Damas se voit réintroduite dans les représentations chrétiennes et syriennes comme un lieu saint historique incontournable en Syrie, et ce, de par son rôle dans la conversion de Saul de Tarse. Les référents territoriaux des acteurs religieux évoluent sans que les référents identitaires en soient affectés. Les lieux saints chrétiens[39] localisés à l’intérieur des frontières politiques actuelles de la Syrie se voient privilégiés par les guides touristiques locaux, étrangers et à travers les discours politiques syriens,[40] tandis que la référence symbolique à Antioche est maintenue dans les discours des élites religieuses. Tout bon pèlerin ou touriste étranger passe nécessairement par la chapelle Saint Ananias, située à une centaine de mètres de la Via Recta, la rue Droite de la Bible, et visite les monastères et églises de la chaîne de montagnes du Qalamoun, etc.

Le Sandjak d’Alexandrette suscite l’attention de multiples acteurs dont certains ont vraisemblablement instrumentalisé les textes sacrés à des fins politiques. Ces fins semblent être de plusieurs ordres et cristalliser des enjeux différents, selon les acteurs en présence. Le Vatican s’est toujours intéressé de près à la Syrie en raison de la présence continue des communautés chrétiennes syriennes et de son rôle dans l’accueil de nombreuses populations chrétiennes réfugiées, dont certaines de rite catholique, du XIXe au XXIe siècle.[41] Il ne faut pas négliger l’impact décisif sur les représentations vaticanes du processus politique d’homogénéisation du territoire qui s’est déroulé en Turquie au début du XXe siècle, et qui a eu pour effet la fuite de l’ensemble des fidèles chrétiens locaux en direction notamment de la Syrie, de la Grèce et du Liban. De même, la « déchristianisation »[42] d’Antioche a marqué les consciences des puissances occidentales chrétiennes. Il semble que cet aspect politique soit un élément déterminant dans l’implication du Vatican en Syrie, ce dernier ne cessant de perdre ses alliés dans le Moyen-Orient et en Afrique[43]. En outre, il semble que les inquiétudes vaticanes convergent avec certains intérêts locaux. Ainsi, de nombreux Syriens se focalisent sur la perte de l’identité arabe d’Antioche, contrairement aux représentations du Liban, de la Jordanie et des territoires occupés palestiniens qui demeurent, par leur culture et par l’usage officiel de la langue, arabes. De plus, l’affaiblissement (voire dans certains cas, la disparition) du rayonnement politique et religieux des anciens patriarcats d’Orient pour des raisons historiques ou politiques ne peut que renforcer l’intérêt du Vatican pour le statut particulier de la Syrie, pays prônant la coexistence et la tolérance religieuse, en raison, entre autres, du maintien au pouvoir d’une minorité confessionnelle qui cherche à atténuer les ressentiments de la majorité sunnite[44] en privilégiant sur le plan culturel les périodes préislamiques, notamment celle du christianisme[45]. Malheureusement, l’analyse des articulations entre les intérêts des acteurs politiques syriens et les acteurs religieux locaux et étrangers sort de notre propos. Enfin, l’intérêt du Vatican pour la Syrie est incontestablement lié aux innombrables lieux saints cités dans l’Ancien et le Nouveau Testaments. Au-delà des discours, ce sont les actions initiées ou financées par le Vatican sur le terrain qui retiennent l’attention. Ainsi, un mémorial en l’honneur de saint Paul a été érigé à la demande du pape Paul VI à Damas, près de Bab Touma et un édifice a été construit sur le chemin de Damas, au sud, en direction de Kaubab, au milieu de terres arides désertées et de terrains militaires : le monastère Patriarcal de la Vision de l’apôtre Paul. De nombreux monastères chrétiens, catholiques et orthodoxes, ont été réinvestis par des religieux venus du monde entier, et restaurés entièrement, souvent à l’instigation des dignitaires du Vatican et avec l’aide de subventions vaticanes ou d’autres donateurs européens (religieux ou laïcs). Le monastère Cherubim, situé au-dessus du monastère de Saïdnaya, dans le Qalamoun, en est une parfaite illustration. Le Vatican a financé la route parfaitement goudronnée et équipée de lampadaires, qui relie le monastère à Saïdnaya. Des donateurs locaux et occidentaux ont également contribué à la restauration de la chapelle et à la construction du monastère. De même, toujours dans cette région à forte présence chrétienne, le Vatican a construit un centre de formation théologique pour les rites catholiques. La liste est loin d’être exhaustive. Enfin, il est à noter que le Vatican a choisi la Syrie pour la tenue de la cinquième conférence du dialogue entre le Vatican et les Églises orientales en 2008, suite à la visite du vice-président syrien Farouk al Charaa au Saint Père le 5 septembre 2007.[46]

 

L’analyse des textes sacrés suscite des questionnements en géopolitique, qu’il est fondamental d’approfondir afin de mieux appréhender certaines situations et d’anticiper leurs éventuels contrecoups. En nous intéressant à la représentation cartographique officielle du Sandjak d’Alexandrette en Syrie, nous avons choisi d’approfondir la grille d’analyse religieuse chrétienne. Nous avons vu que cette entrée analytique s’est imposée dans la mesure où elle constitue un élément crucial et original dans la formation des représentations relatives au Sandjak d’Alexandrette et qu’elle est systématiquement négligée dans les analyses. Il existe dans les représentations chrétiennes syriennes et universelles une véritable adéquation entre la Syrie et Antioche[47]. La lecture du Nouveau Testament ainsi que l’histoire du christianisme primitif et et de son expansion en dehors de son territoire originel expliquent partiellement cet attachement. Si les élites chrétiennes syriennes renonçaient à leurs revendications  territoriales sur Antioche, la Syrie se verrait vidée de sa dimension de centre spirituel chrétien, et de son rôle, soi-disant primordial, dans l’universalisation de l’Église chrétienne[48]. Cela aurait pour la Syrie des conséquences au niveau de son attrait international et des relations qu’elle entretient avec certaines puissances catholiques, directement ou via certaines autorités religieuses syriennes[49].

A un autre niveau, on peut s’interroger sur les motivations politiques des acteurs syriens non chrétiens dans leurs rapports avec le Vatican et certains États européens (ainsi que l’Union européenne). De nombreuses hypothèses existent. Les acteurs religieux chrétiens ne constitueraient-ils pas les leviers d’entente (ou de discorde) et d’influence entre la Syrie et ces États ? De même, quelle est la portée des relations entre le Vatican et le pouvoir syrien et dans quel projet géopolitique se situe-t-elle ? Le Vatican instrumentaliserait-il les représentations syriennes relatives à Antioche, les inquiétudes des élites religieuses chrétiennes et des acteurs politiques alaouites syriens face à la majorité sunnite et ce, afin de réaffirmer sa présence territoriale dans une région où le fait religieux chrétien est en perte de vitesse, menacé par des situations de crise en Palestine, en Irak, au Liban et en Égypte ? Partant du constat que le troisième millénaire chrétien est censé être consacré à l’évangélisation de l’Asie (après l’Europe et l’Afrique), il ne serait pas surprenant que le Vatican cherche à consolider ses positions géographiques dans le Moyen Orient, carrefour entre l’Europe et l’Asie. La question demeure ouverte. Enfin, le début de l’article met clairement en évidence l’absence d’étude précise portant sur l’articulation entre les représentations des acteurs politiques alaouites, des acteurs religieux chrétiens et des acteurs politiques turcs. Or une telle étude pourrait contribuer à déterminer avec rigueur les véritables enjeux géopolitiques de la représentation cartographique syrienne du sandjak d’Alexandrette et de leurs  conséquences dans le processus de formation des identités nationales syrienne et turque. Quels pourraient être les impacts du rapprochement géopolitique turco-syrien sur ce type de représentation ?


[1] Une représentation est une construction, un ensemble d’idées plus ou moins logiques et cohérentes, qui repose plus ou moins sur des éléments concrets et qui comporte un pouvoir de mobilisation politique important, en raison de la charge émotionnelle qu’elle véhicule. Ce qui explique la nécessité de prendre les représentations en considération pour comprendre « des comportements qui peuvent paraître parfois absurdes, suicidaires ou monstrueux », [Lacoste, 1993, p.1275]

[2] Iskenderun en turc et Eskandarun en arabe.

[3] La géopolitique ne peut être considérée comme une science. La considérer ainsi renverrait aux heures sombres de la géopolitique allemande qui commit les pires atrocités lors de la seconde guerre mondiale, au nom de la mise en application de cette prétendue science. La géopolitique peut formuler des hypothèses de scénario mais en aucune façon il n’y a de déterminisme. La géopolitique sert à mieux appréhender et anticiper des situations complexes à travers une approche particulière mais il ne peut y avoir de schémas géopolitiques prédéfinis dans la mesure où le hasard, l’instabilité et l’imprévisibilité des actions humaines sont des données incontournables à prendre en considération.

[4] Voir, entre autres, les innombrables articles du Monde, rédigés essentiellement par Mona Naïm, traitant de l’échéance présidentielle au Liban. Systématiquement, la Syrie y est désignée comme la force extérieure unique bloquant le processus électoral en cours, selon une « vérité » gravée dans le marbre, à savoir la non-intégration dans les mentalités syriennes de l’indépendance du Liban.

[5] Notre propos ne portant pas sur ce concept idéologique qui nécessiterait un article à lui seul, nous nous contenterons de rappeler brièvement les espaces territoriaux auquel il renvoie. Il s’agirait de la République arabe de Syrie, le Liban, le Sandjak d’Alexandrette, Mossoul, Israël et les Territoires palestiniens occupés, et la Jordanie, d’après l’idéologue libanais Antoun Saadé.

[6] Il est important de rappeler que certaines représentations peuvent parfois n’être conceptualisées, implicitement ou explicitement, que sous forme cartographique.

[7] Parce que non exhaustif.

[8] Il va sans dire que les détails du tracé de la frontière entre la Syrie et le Liban ne sont pas précis, notamment au niveau de certaines localités, telles que les fermes de Chebaa, qui sont l’objet de rapports de force régionaux qui dépassent l’objet de notre propos.

[9] Canton syrien rétrocédé à la Turquie par les autorités mandataires françaises en 1939.

[10] Que cet « état de grâce » soit conjoncturel ou purement structurel n’intéresse pas notre présente étude, mais cela nécessiterait une recherche à part entière.

[11] Sous diverses formes juridiques : en 1920, autonomie du territoire ; en 1925, rattachement à l’Etat d’Alep, etc.

[12] Mandat octroyé par la SDN à la France en 1920, qui avait pour objectif de mener les populations autochtones à l’indépendance effective en les aidant à constituer des institutions politiques, administratives et économiques et à les mettre en œuvre.

[13] Voir Onassis G. (2007), « Le Hatay (ou Golfe d’Alexandrette). Un litige entre la Turquie et la Syrie », in Le Tigre, n°9, www.le-tigre.net/Le-Hatay-ou-Golfe-d-Alexandrette.html, page consultée le 8 août 2008 et Gilquin M. (2000), D’Antioche au Hatay : l’histoire oubliée du Sandjak d’Alexandrette, Paris, L’Harmattan.

[14] Là encore, il y aurait beaucoup à analyser, notamment en ce qui concerne le développement du nationalisme turc et ses impacts sur l’enjeu du Sandjak d’Alexandrette.

[15] Entretien le 28 décembre 2007, Damas, Syrie. La plupart des acteurs syriens que nous avons interrogés exigent systématiquement l’anonymat, ce qui est tout à fait compréhensible dans la mesure où ils risquent leur vie en témoignant puisque la Syrie relève d’un pouvoir dictatorial ne reconnaissant aucune liberté politique individuelle et bannissant strictement  les questions confessionnelles du débat public (en effet, une minorité confessionnelle honnie par la majorité  sunnite est au pouvoir).

[16] On estime entre 15 et 20 % la part démographique des Alaouites au sein de la population syrienne. Ceci dit, ces estimations n’ont aucune base statistique, les recensements de la population en fonction de leur confession ou de leur ethnie étant interdits en Syrie.

[17] Il faut entendre par « pouvoirs » les pouvoirs exécutifs réels et non pas les postes de fonction honorifique tels que des postes gouvernementaux, etc.

[18] Le cœur du nationalisme arabe au XIXe siècle est incontestablement la Syrie, avec ses grands noms, tels que Zaki al Arsouzi, Boutros al Boustani, Sati al Husri, Michel Aflaq, etc.

[19] ‘Usbat Al-Amal al-Qawmî « qui s’oppose aux demandes des minorités turques, et au Bloc National qui est plus porté au compromis avec la puissance coloniale. Le parti était particulièrement actif de 1936 à 1938, quand les autorités françaises ont accordé la région du Hatay à la Turquie », Wikipédia, Zaki al Arzouzi, http://fr.wikipedia.org/wiki/Zaki_al-Arzouzi, page consultée le 8 août 2008. Voir également Carré O. (1993), Le Nationalisme arabe, Paris, Payot, p. 41.

[20] Jusqu’à l’avènement de Hafez al Assad à la tête de l’État syrien, les hommes politiques qui se succèdent lors des différents coups d’Etat sont issus de l’ensemble des confessions et des régions syriennes.

[21] Grecs orthodoxes, Grecs catholiques, Maronites, Latins, et Syriaques orthodoxes. Les autres rites ont été écartés dans cette étude par manque de représentativité démographique ou politique en Syrie.

[22] Entretien avec un prêtre grec orthodoxe, Damas, mars 2006.

[23] Entretien avec le Docteur Shehayed, Damas, mars 2006.

[24] Entretien avec un évêque grec catholique, Damas, mars 2006.

[25] Entretiens avec un prêtre franciscain et des religieuses grecques catholiques, février-mars 2006, Damas et Qâraa.

[26] Discours et/ou homélies lors de la cérémonie de bienvenue à l’aéroport de Damas ; lors de la rencontre oecuménique dans la cathédrale grecque orthodoxe de la Dormition de la Vierge Marie ; au stade Abbassyine de Damas ; lors de la rencontre avec la communauté musulmane dans la cour de la grande mosquée des Omeyyades à Damas ; lors de la rencontre avec le clergé, les religieux, les religieuses et les laïcs engagés des églises orthodoxes et catholiques dans la cathédrale syro-orthodoxe de Damas ; lors de la rencontre avec les patriarches et les évêques de Syrie au patriarcat grecque-melkite de Damas, etc.

[27] En effet, « l’Ecole d’Antioche a irradié toute la région. Les clercs y venaient se former d’Arménie, de Géorgie. C’était le centre intellectuel hellénistique le plus important, comparable à Alexandrie et Constantinople un peu plus tard », [Vouga, 2007, pp. 29-31].

[28] Ces trois cartes ont le mérite d’être particulièrement claires car elles ne sont pas surchargées en informations, ce qui explique qu’elles figurent dans cet article, bien que tirées du site Internet Wikipédia. Notons qu’il manque le dernier voyage de Paul en Italie qui s’est terminé par son martyre à Rome, épisode crucial pour comprendre la position du pape. [Dictionnaire culturel de la Bible, 1990, p. 193].

[29] Il s’agit là de représentations qui ne sont pas forcément fondées puisque les musulmans émigrent tout autant et que le phénomène d’émigration syrienne ne semble pas augmenter, en raison des difficultés accrues d’obtention de visa et de sortie du territoire syrien.

[30] Dont nombreux sont ceux qui se sont installés en Syrie.

[31] Terme utilisé par certains de mes interlocuteurs chrétiens, en particulier des Maronites et des Melkites.

[32] On parle en Syrie de « pouvoir des minorités », qui se seraient implicitement alliées face à la majorité sunnite.

[33] Au même titre que les musulmans.

[34] Certaines fêtes chrétiennes, dont Pâques, sont des jours chômés dans l’administration syrienne.

[35] Face aux autorités religieuses musulmanes syriennes, le pape a précisé : « Votre terre est chère aux chrétiens : ici notre religion a connu des périodes vitales pour sa croissance et son développement doctrinal. » Les référents religieux communs dans le Coran et les Evangiles Évangiles ont été mis en avant, tels que l’attachement au prophète Jean Baptiste, à la Vierge Marie, « la vierge de Nazareth, la Dame de Saïdnaya », Jean Paul II (2001), En Grèce, en Syrie et à Malte. Pèlerinage sur les pas de saint Paul. 4-8 mai 2001, Paris, Pierre Tequi éditeur, p. 61.

[36] Stratégie consciente ou inconsciente ? Quels en sont les acteurs ? Telles sont les questions en suspens.

[37] Ils ne sont pas pour autant oubliés mais ils sont moins mis en avant dans les discours.

[38] Voir les sites Internet des Ministères du tourisme et de la culture syriens, qui font la part belle à la dimension chrétienne de la Syrie. Il conviendrait d’étudier plus précisément l’articulation entre les élites religieuses (notamment chrétiennes) et les élites politiques syriennes.

[39] Jusqu’au au début du XXe siècle, lors du démembrement de l’Empire ottoman et de la division des provinces syriennes en de petits Etats États comme le Liban, Israël, etc., il est intéressant de noter que les voyageurs et les hommes politiques parlaient de la « Syrie » lorsqu’ils désignaient les lieux saints de Palestine (Jérusalem, etc.) et du Liban.

[40] Voir Valter S. (2002), La Construction nationale syrienne. Légitimation de la nature communautaire du pouvoir par le discours historique, Paris, CNRS éditions.

[41] Notamment les Arméniens et les Jacobites qui ont fui le génocide de 1915 et ces dernières années, les Assyro-Chaldéens qui ont fui les violences en Irak.

[42] Certains chrétiens ont fui vers le sud, dans les frontières actuelles de la Syrie, mais d’autres, tels que les Arméniens, mais aussi les Assiris et les Grecs pontiques, ont été éliminés physiquement lors du génocide de 1915.

[43] Les explications sont multiples et propres aux États en question. Cependant, certaines récurrences peuvent être observées, notamment les conversions au sein d’Églises évangéliques ou à l’Islam.

[44] Voir Valter S., op.cit.

[45] Pour s’en convaincre, il suffit de se reporter aux  guides touristiques syriens (et également européens) dont les cartes et les itinéraires touristiques recommandés renvoient à une nette majorité de sites chrétiens.

[46] Eucharistie miséricordieuse, Communiqué de la salle de presse du Saint Siège, 5 septembre 2007, http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=0509076_chareh, page consultée le 8 août 2008.

[47] Il est à noter que c’était également le cas avec les Lieux saints de Palestine, avant le découpage de la région dans l’entre-deux-guerres par les puissances mandataires française et britannique. Le fait que certaines anciennes provinces « syriennes », sous l’Empire ottoman (Liban, Israël, Jordanie), soient devenues des Etats États indépendants au XXe siècle constitue-t-il un élément explicatif de la différence d’attitude de la Syrie et de l’existence ou de l’absence de revendications territoriales syriennes ?

[48] Dans la mesure où la majorité des personnages importants de la chrétienté orientale mais également occidentale était issue ou a vécu à Antioche.

[49] Le rôle des élites religieuses, notamment latines, maronites et melkites dans la continuité des relations entre la Syrie et les pays européens, surtout en temps de crise politique, comme c’est le cas depuis l’assassinat de Rafic Hariri le 14 février 2005, nous semble devoir attirer particulièrement l’attention des chercheurs.

————————————————————————————————————————————————————

BIBLIOGRAPHIE

 

Aoyama H. (révisé par Salman M.)  (1993), «A Bibliography of Zaki al-Arsuzi», in The Spiritual Father of the Ba’ath : the Ideological and Political Significance of Zaki al Arzusi in Arab Nationalist Movements, Tokyo, I.D.E Studies Series.

Batatu H. (1999), Syria’s Peasantry, the Descendants of Its Lesser Rural Notables, and Their Politics, Princeton University Press.

Carré O. (1993), Le nationalisme arabe, Paris, Payot

Daoudy M. (2005), Le partage des eaux entre la Syrie, l’Irak et la Turquie : Négociation, sécurité et asymétrie des pouvoirs, Paris, CNRS.

Denis J.-P. (octobre 2007), « Religions, Dieu change de réseau », in Atlas des Religions, La Vie et Le Monde, Hors-série, p.10.

Gilquin M. (2000), D’Antioche au Hatay – L’histoire oubliée du Sandjak d’Alexandrette, Paris, L’Harmattan, Comprendre le Moyen-Orient.

Jean Paul II (2001), En Grèce, en Syrie et à Malte. Pèlerinage sur les pas de saint Paul. 4-8 mai 2001, Paris, Pierre Tequi éditeur.

Lacoste Y. (dir.) (1993), Dictionnaire de géopolitique, Paris, Flammarion.

Marguerat D. (novembre-décembre 2007), « De Jérusalem à la diaspora. Les Judéochrétiens », in Le Monde des Religions, n°26, pp. 24-26.

Onassis G. (avril 2007), « Le Hatay (ou Golfe d’Alexandrette), Un litige entre la Turquie et la Syrie », in Le Tigre, n°9, avril 2007, www.le-tigre.net/Le-Hatay-ou-Golfe-d-Alexandrette.html, page consultée le 8 août 2008.

Sharif M. (1993), « Zaki al Arsouzi and his Contribution to the Arab Nationalist Ideology », in The Spiritual Father of the Ba’ath : the Ideological and Political Significance of Zaki al Arzusi in Arab Nationalist Movements, Tokyo, I.D.E Studies Series.

Traduction œcuménique de la Bible, (T.O.B), Ac 9, 1-25, p. 2657- 2658, http://bibliotheque.editionsducerf.fr/par%20page/120/acces_livre.htm#, pages consultées le 8 août 2008.

Valter S. (2002), La construction nationale syrienne. Légitimation de la nature communautaire du pouvoir par le discours historique, Paris, CNRS éditions.

Vouga F. (novembre-décembre 2007), « Antioche, Ephèse, Alexandrie. Etre chrétien en l’an 100 », in Le Monde des Religions, n°26, pp. 29-31.

Weulersse J. (1934), « Antioche : essai de géographie urbaine », Bulletin d’Études Orientales, tome 4, Institut français de Damas.

Yilmaz R. (2006),  « Le sandjak d’Alexandrette, baromètre des relations entre la Turquie et la Syrie », Outre Terre, n° 14, http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=OUTE_014_0109#no20, pages consultées en mars 2008.

Primaires américaines: les paradoxes de la démocratisation (par Frédérick Douzet, juillet 2008)

Working paper n°2 – PDF à télécharger

 

A propos de l’auteur :

Frédérick Douzet est maître de conférences à l’IFG, membre junior de l’Institut Universitaire de France et membre du comité de rédaction de la revue Hérodote. Américaniste, elle étudie en particulier les évolutions géopolitiques de la Californie. Elle a publié La couleur du Pouvoir, Géopolitique de l’immigration et de la ségrégation à Oakland, Californie, Belin, 2007, et The New Political Geography of California, avec Thad Kousser et Kenneth P. Miller, Berkeley Public Policy Press, 2008.

douzet@wanadoo.fr

Résumé

Primaires américaines : Les paradoxes de la démocratisation

 

Face à la toute puissance des apparatchiks de la “machine politique”, les militants américains ont progressivement réformé et démocratisé le processus d’investiture du candidat de leur parti pour l’élection présidentielle. Totalement décentralisé et excessivement complexe, ce système confère une puissance extraordinaire aux électeurs et aux États qui se placent tôt dans les primaires, aussi peu représentatifs soient-ils de l’électorat et de la population. Dans le cadre d’une élection totalement ouverte comme il n’y en a pas eu depuis 1928, la compétition fit rage entre les candidats mais aussi les Etats et les militants qui souhaitent peser dans le choix final. Une compétition trop serrée chez les démocrates a pourtant permis de restaurer —techniquement— le pouvoir mis à mal de l’appareil de parti, laissant le choix du candidat entre les mains des superdélégués. Mais pour des raisons politiques, c’est bien la démocratisation qui l’a emporté.

Summary

Presidential Primaries: The paradoxes of democratization

 

Fighting the power of political machines, activists and reformers have progressively imposed a democratization of their party nomination process for the presidential election. The system is so decentralized and complex that it gives tremendous power to voters and States who come early in the process, no matter how little representative they are of the entire electorate or population. The 2008 election is the most open since 1928, which encouraged strong competition between candidates but also between states and voters who all want to weigh in the final choice. Yet the competition has been so tight among the democratic candidates that it ended up restoring —technically at least— the power of the party elite. But for political reasons, democratization prevailed.

 

 

————————————————————————————————————————————————————

Primaires américaines :

Les paradoxes de la démocratisation*

 

Enfin ! Il a fallu arriver au terme de la campagne des primaires pour qu’Hillary Clinton concède enfin la victoire à son rival, Barack Obama, et se retire de la campagne pour la nomination comme candidat à la présidence de la république. Jusqu’au tout dernier scrutin, Hillary Clinton refusait de s’avouer vaincue et considérait pouvoir légitimement, jusqu’à la convention nationale, rester dans la course. Si tel avait été le cas, le parti démocrate se serait trouvé plongé dans sa première véritable crise institutionnelle depuis la généralisation du système des primaires à la fin des années 1960. Il aura fallu le basculement de la grande majorité des superdélégués en faveur d’Obama pour qu’elle ne puisse techniquement plus prétendre à l’investiture et que la course s’arrête enfin. Or les superdélégués, qui se sont trouvés en position de trancher, ne sont pas élus par les militants et sympathisants mais nommés par les élites du parti. Est-ce à dire que le processus des primaires est moins démocratique qu’il n’y paraît ?

Avant de pouvoir se présenter à l’élection présidentielle, aux États-Unis, les candidats républicains et démocrates doivent d’abord être investis par leur parti. La campagne commence près de deux ans avant l’élection présidentielle car il leur faut réunir des fonds considérables, s’entourer d’une armada d’experts et de conseillers et organiser leur base afin d’espérer remporter la première manche : les primaires. Cette campagne électorale longue et coûteuse, largement médiatisée, emmène les candidats dans chacun des 50 États où ils doivent convaincre électeurs et militants de leur apporter leur soutien, pour remporter l’investiture lors de la convention nationale du parti.

Or ce système de primaires est relativement récent. Historiquement, les candidats étaient désignés par l’élite nationale du parti, un petit nombre d’apparatchiks qui décidaient entre eux de qui serait le mieux placé pour l’emporter en novembre face au parti adverse. Le système des primaires s’est développé au début du XXe siècle, sous l’impulsion du mouvement progressiste, dans un esprit de démocratisation du processus de nomination. Il ne s’est généralisé qu’à partir des années 1970.

En raison de sa démocratisation, le système est devenu totalement décentralisé et excessivement complexe. La bataille fait rage non seulement entre les candidats et les militants mais aussi entre les États qui souhaitent tous peser sur la désignation du candidat —au point que le Michigan et la Floride se trouvent privés de représentants pour avoir avancé la date de leurs primaires en violation des règles du parti—, alors que les médias, qui se perçoivent souvent comme le « quatrième pouvoir » depuis le Watergate, contribuent largement à façonner l’image des candidats dans l’opinion publique.

Les primaires de 2008 se sont avérées particulièrement compétitives. Le républicain John McCain fut certain d’être investi par son parti après sa série de victoires en mars et le retrait des autres candidats. Du côté démocrate, en revanche, la course s’est rapidement trouvée réduite au duel Obama-Clinton, dans lequel les candidats sont restés au coude à coude jusqu’au bout.

Or, paradoxalement, une compétition trop serrée chez les démocrates aurait conduit à restaurer le pouvoir mis à mal de l’appareil de parti, en remettant la décision de nomination entre les mains des superdélégués, nommés par le parti et non élus – du moins du point de vue technique, car politiquement la décision est plus difficile pour les superdélégués qui doivent se déterminer en fonction d’une équation complexe et de leur propre représentation de la démocratie, sous la pression de militants attentifs à ce que leur vote soit respecté.

La démocratisation des primaires, dans le cadre d’une compétition très serrée, conduit ainsi à de grands questionnements sur la source de légitimité démocratique des candidats et de beaux affrontements en perspective si l’écart entre les deux candidats n’est pas clairement significatif à l’approche de la convention. Or une légitimité trop fragile du candidat pourrait affecter la mobilisation des électeurs du parti et donc ses chances de réussite, tout en appelant à une nouvelle réforme d’un système extrêmement complexe et bien peu lisible.

Pour saisir les enjeux démocratiques de la nomination démocrate, il faut comprendre le processus de démocratisation des primaires, la façon dont il fonctionne désormais, mais aussi les enjeux spécifiques à la campagne de 2008, afin de cerner les déterminants du vote des superdélégués au moment de trancher en faveur de l’un des deux candidats.

 

La démocratisation du processus d’investiture et la naissance des primaires

Les Pères Fondateurs n’avaient pas anticipé l’existence de partis politiques « modernes », structurés, sur le mode militant, tel que construit par Martin Van Buren avec les démocrates en 1828. Ils n’envisageaient que des factions contre lesquelles ils se targuaient de se prémunir par les équilibres institutionnels prévus dans la Constitution. Lors de l’apparition des partis, il n’y avait donc pas un mot dans la Constitution qui pût guider leur mode d’organisation, pas plus que leur fonction ou leur rôle dans la vie politique.

Jusqu’en 1820, les membres Républicain-démocrates comme les Fédéralistes du Congrès se réunissaient pour désigner leur candidat unique. Le président étant élu de manière indirecte par le collège électoral, il ne jouissait donc pas de cette légitimation populaire dont on redoutait qu’elle conférât trop de pouvoir au président, conduisant potentiellement à un exercice abusif de l’autorité. Chaque grand électeur avait droit à deux votes. Le candidat qui arrivait en tête des voix devenait président, le second était élu vice-président. En cas de conflit entre les deux candidats, le système était ingérable. C’est d’ailleurs ce qui se produisit en 1796, conduisant à l’élection d’un président et d’un vice-président appartenant à deux partis différents. Puis en 1800, Thomas Jefferson et son vice-président arrivèrent à égalité malgré les stratégies des grands électeurs pour que Aaron Burr ait une voix de moins que Thomas Jefferson et arrive second. Il fallut une semaine et la voix d’Alexander Hamilton pour que Jefferson soit enfin élu. En conséquence, un XIIe amendement permettant l’élection d’un « ticket » fut finalement voté en 1804[1].

 

La toute première convention démocrate se tint à la veille de la réélection d’Andrew Jackson en 1832, alors que son opposant direct, l’Anti-Masonic Party, avait tenu la sienne l’année précédente. Président ayant oeuvré pour l’élargissement de la participation citoyenne, Andrew Jackson se targuait d’avoir obtenu un mandat populaire, ce dont il jouait pour bousculer les équilibres institutionnels (checks and balances). Cette toute première convention démocrate offrit un début de légitimation populaire du candidat et donc de la présidence. « La convention nationale conféra au président une base de pouvoir indépendante du Congrès. Elle contribua à ouvrir la présidence à de plus larges forces sociales et au nouveaux groupes d’intérêt émergents dans la société. En d’autres termes, elle fournit à la présidence une assise populaire qui, en fin de compte, allait conduire à l’accroissement des pouvoirs du président. » [Vergniolle de Chantal, 2007, p.90]. Le système fonctionna jusqu’au début du XXe siècle, la participation à ces primaires restant limitée aux élites nationales du parti, « a few white men in smoke filled rooms », puis devint de plus en plus critiquée.

 

Dans le contexte du mouvement progressiste du début du siècle, le débat fut engagé sur la nécessité de démocratiser le processus. La dénonciation du pouvoir des machines politiques, de la collusion des intérêts des grands industriels et des politiques, les dysfonctionnements d’une société en croissance très rapide appelaient à la réforme dans de nombreux domaines. Un début de rébellion s’opéra donc contre les élites du parti, visant à ouvrir la possibilité aux militants de participer au processus de nomination en tant qu’électeurs voire de gagner les primaires en tant que candidat. Une telle démocratisation permettait de mettre le fonctionnement du parti démocrate en accord avec les idéaux démocratiques américains d’égalité des chances.

Le sénateur du Wisconsin Robert M. La Folette, l’un des leaders du mouvement progressiste, remporta la toute première élection dans le Dakota du Nord en 1912. Il y en eut une douzaine dans le pays cette année-là. Dès 1920, le New Hampshire établit sa tradition – non remise en question depuis – de tenir la première primaire de la nation. Les caucus qui existaient dans certains États furent élargis aux militants et progressivement, au fil des élections, les primaires s’organisèrent dans un nombre de plus en plus important d’États à travers le pays. Entre 1912 et 1968, les primaires connaissent cependant des hauts et des bas, apparaissant et disparaissant sporadiquement ici et là. Mais à partir de 1968, elles furent généralisées et le processus entièrement démocratisé. Autrement dit, le processus de nomination devint entièrement contrôlé par les délégués qui émergeaient des primaires au niveau local. Ceci n’empêcha pas une convention particulièrement houleuse cette année-là, assombrie par l’assassinat de Robert Kennedy – inopportunément évoquée par Hillary Clinton pour justifier son maintien dans la course fin mai 2008 – et par de violentes altercations entre les forces de police et les manifestants contre la guerre du Vietnam.  Hubert Humphrey, vice-président de Lyndon B. Johnson, emporta la nomination sans avoir participé aux primaires, ce qui fut une grande déception pour les réformateurs du parti. Richard Nixon fut élu grâce à la présence d’un troisième candidat, le ségrégationniste George Wallace. S’en suivirent une série de réformes au début des années 1970, élaborées au sein d’une commission interne du parti présidée par George McGovern, afin d’assurer un mode de fonctionnement plus démocratique encore. La réforme donna plus de poids aux primaires dans la sélection des délégués, afin d’éviter une investiture comme celle d’Humphrey. McGovern lui-même emporta d’ailleurs la nomination en 1972.

Cette même année, le caucus de l’Iowa prit une importance nationale grâce à une série d’articles dans le New York Times qui le placèrent sous les projecteurs. Il n’a cessé depuis d’être observé nationalement  comme la première étape des primaires qui indique une tendance, même si au final moins de la moitié des candidats l’ayant emporté dans l’Iowa a remporté l’élection présidentielle.

 

En 1982, les élites du parti démocrate se rendirent compte que les candidats émergeant du processus démocratisé des primaires n’étaient pas toujours de taille à remporter l’élection de novembre, les militants choisissant des candidats de trop faible envergure, comme George McGovern en 1972, écrasé par Nixon. Les élites décidèrent alors de réintroduire des superdélégués afin de contrebalancer les effets polarisant de l’excès de démocratie. L’idée était de nommer des officiels et d’autres militants, capables d’un jugement indépendant, se déterminant au moment de la convention seulement en fonction du candidat le mieux à même d’emporter l’élection présidentielle.

 

Le processus de nomination des démocrates a donc évolué d’un système totalement démocratisé à un système mixte dans lequel, techniquement en tout cas, les superdélégués peuvent se trouver en position de trancher lors d’une compétition particulièrement serrée comme ce fut le cas de celle entre Hillary Clinton et Barack Obama. Ce système mixte est cependant hautement complexe et opaque pour les observateurs extérieurs et les électeurs.

 

Un système complexe et peu lisible

À la fin de mai 2008, Barack Obama avait techniquement réussi à réunir une majorité des pledged delegates, ce qui le mit en position de force face à sa rivale sans pour autant clore le processus. Le caractère inclusif de la politique du parti démocrate – parti des minorités par excellence – exige de ses élites qu’elles assurent une représentation juste et équitable des différentes composantes de son électorat. Le système des primaires démocrates, en raison de son niveau de décentralisation favorisant  l’autonomie locale et la répartition proportionnelle des délégués, a contribué à prolonger le processus. La durée de la compétition reflète ainsi fidèlement la division de l’électorat entre deux candidats difficiles à départager. En cherchant la représentation exhaustive de l’électorat dans toute sa diversité géographique, socio-démographique et stratégique, le système met en rivalité différentes sources de légitimation des candidats, rendant le choix d’autant plus complexe pour les superdélégués, et la légitimité du candidat finalement choisi d’autant plus fragile.

 

L’organisation décentralisée des primaires démocrates offre en effet un empilement de systèmes dont certains datent du début du siècle. Il s’agit d’une série d’élections qui se tiennent dans chaque État et dont le mode varie d’un État à l’autre, et qui permet de désigner les délégués qui se rendront à la convention nationale du parti pour désigner le candidat à l’élection présidentielle. La nomination officielle se produit lors de la convention nationale, arrêtée cette année du 25 au 28 août à Denver (Colorado) – et du 1er au 4 septembre à Minneapolis-Saint Paul (Minnesota) pour les républicains. Ce système possède l’avantage d’obliger les candidats à faire campagne dans chacun des États où ils peuvent ainsi se faire connaître des électeurs, diffuser leur message par le biais des médias locaux, tenir des meetings de campagne et ainsi susciter un début d’intérêt et de mobilisation pour l’élection de novembre. Dans un pays où les médias sont également très décentralisés, centrés sur les informations locales et où peu d’électeurs lisent les journaux nationaux, c’est une démarche salutaire, permettant aussi l’émergence de candidats nouveaux grâce à leur charisme ou leurs idées, à défaut d’une notoriété nationale ou de soutiens politiques ou financiers puissants. De ce point de vue, Mike Huckabee, candidat républicain proche des organisations religieuses, a réalisé un parcours assez extraordinaire puisqu’il a remporté 7 États et 240 délégués. Côté démocrate, le candidat devait obtenir une majorité des 4 047 délégués, soit 2 024, pour être investi, alors qu’il n’y avait que 2 380 délégués côté républicain, requérant une majorité de 1 191. La majorité est passée à 2 118 le 31 mai 2008 (pour un total de 4233.5 délégués), en raison de l’intégration des délégués de la Floride et du Michigan, comme nous le verrons plus bas.

 

Les différents types de primaires

La complexité du système tient tout d’abord à l’existence de différents modes d’élection. Il y a presque autant de règles que d’États mais on peut néanmoins les classer en deux grandes catégories : les caucus et les primaires, sachant qu’il existe aussi des variantes et autres formes hybrides mais qui ne concernent que très peu d’États. Ces règles qui varient par État varient aussi dans le temps, chaque État étant libre, en accord avec les autorités du parti, de modifier son mode de scrutin d’une élection à l’autre.

Le caucus est un bel exemple de démocratie directe. Il concerne seulement une douzaine d’États dans le processus de nomination démocrate et se présente comme l’équivalent du town meeting, rassemblement sur la place publique. L’Iowa est traditionnellement le premier État à tenir son caucus et ouvre ainsi la campagne des primaires. Les militants et électeurs locaux se réunissent par bureau de vote pour choisir les délégués qui les représenteront dans les réunions au niveau du comté, puis de l’État, puis enfin de la convention. On se réunit dans les écoles, les gymnases, les salles municipales où les électeurs se regroupent derrière leur « capitaine », un militant local qui soutient tel ou tel candidat. Dans la plupart des États, un minimum de 15% d’électeurs est nécessaire pour que les voix en faveur d’un candidat soient prises en compte. Au dernier moment, les partisans d’un candidat sous ce seuil cherchent à attirer des électeurs ou se répartissent dans les autres groupes. Les militants se hèlent d’un bout à l’autre de la pièce, essaient de convaincre leur voisin, leur cousine ou leur épouse. On vote ainsi en se déplaçant physiquement et non à bulletin secret, sauf exception. Le comptage est assez complexe et tient compte de la participation.

Le vote se déroule à un horaire précis et pendant une durée très limitée. Il est donc impératif pour les candidats d’amener leurs partisans au bureau de vote, massivement et à l’heure. On organise des petites fêtes pour s’assurer qu’ils arriveront un peu avant. Ceci signifie qu’il faut une réelle capacité de mobilisation et une base militante très bien organisée pour s’assurer la présence des électeurs. Ce fut très largement le cas de Barack Obama.

Celui-ci a crée la surprise en remportant la primaire de l’Iowa, donnant d’entrée une tonalité à la campagne très différente de celle que les observateurs et sa principale rivale avaient imaginée. Sa candidature a suscité une mobilisation exceptionnelle, plus du double (15%) de celle observée lors de la campagne précédente et la participation massive d’électeurs indépendants en sa faveur. Surtout, Obama a démontré d’entrée de jeu qu’il pouvait convaincre et gagner auprès d’un électorat blanc. En l’occurrence, l’Iowa compte 95% de Blancs et moins de 3% de Noirs. Dans un petit État de 3 millions d’habitants, il est possible de mener une véritable campagne de proximité, et le charisme d’Obama a pu agir d’autant plus efficacement que la proximité avec les électeurs était importante. Ceci permet à des candidats moins connus de percer, comme Mike Huckabee qui malgré un budget très faible (moins de $2 millions en début de campagne), a également pu remporter l’État et créer la surprise.

Barack Obama a remporté tous les caucus à l’exception de celui du Nevada, où Clinton l’a emporté par 51% des voix contre 45% pour Obama. Encore pourrait-on considérer qu’au Nevada, en raison du système de comptage, Obama a gagné puisqu’il a remporté 14 délégués contre 11 pour Clinton. Hillary Clinton a fait peu de cas de ces victoires, arguant qu’elles concernent pour l’essentiel des États peu peuplés qui ne pèsent de toute façon que très peu dans l’élection finale dans la mesure où ils sont essentiellement en territoire républicain. Les conseillers de campagne s’accordent à dire que John Kerry n’a perdu la présidentielle en 2004 que de 500 000 voix dans l’Ohio. Et Barack Obama considère justement pouvoir mobiliser les électeurs indépendants et démocrates, voire capter une partie de l’électorat républicain modéré dans ces États. Car pour remporter l’élection, il faudra faire basculer des États du rouge vers le bleu, autrement dit faire passer un certain nombre d’Etats d’une majorité républicaine à une majorité démocrate.

Les autres élections que l’on nomme « primaires », pour l’essentiel, se tiennent à bulletin secret, avec une possibilité de vote par correspondance, et quelques États qui combinent les deux systèmes. Le Texas, par exemple, a tenu des primaires le 4 mars puis organisé dans la foulée des conventions de circonscriptions pour choisir les délégués des comtés.

Les primaires, comme les caucus, peuvent être ouvertes, semi-ouvertes ou fermées ; la nature de l’électorat change donc en fonction du système adopté, ce qui rend toute mesure du vote populaire à l’échelle nationale nécessairement imprécise. Dans les primaires ouvertes, tous les électeurs qui le désirent peuvent voter, quelle que soit leur affiliation[2], soit dans la primaire démocrate, soit dans la républicaine (mais pas dans les deux, ils doivent choisir). Techniquement donc, un électeur républicain peut choisir le candidat démocrate et vice-versa, mais la démarche est rare. Les primaires semi-ouvertes permettent aux électeurs affiliés au parti ainsi qu’aux indépendants de voter pour le candidat de leur parti. Les indépendants peuvent voter soit pour le candidat républicain, soit pour le candidat démocrate. Dans les primaires fermées, seuls les électeurs affiliés au parti peuvent choisir le candidat de leur camp.

La popularité de Barack Obama auprès des électeurs indépendants et sa capacité de mobilisation de cette frange de l’électorat l’ont avantagé dans les élections ouvertes ou semi-ouvertes. Hillary Clinton, à l’issue de la série de primaires du super-mardi, s’est targuée d’avoir remporté les grands États les plus peuplés, alors que Barack Obama affichait un nombre d’États remportés et une diversité géographique nettement supérieure. Et pourtant, en termes de nombre de délégués, l’écart est resté très faible car le mode d’attribution des délégués reflète la division des États en deux électorats. Et là encore, il y a presque autant de modes de répartition que d’États.

 

Le comptage des délégués

Le nombre de délégués de chaque État est prédéfini par un calcul complexe qui tient compte de la taille de la population mais aussi de sa loyauté envers le parti en fonction de sa loyauté envers le parti, mesurée par les résultats des élections précédentes. Les délégués se divisent en pledged delegates (délégués) et unpledged delegates (superdélégués). Les délégués s’engagent à voter pour un candidat lors de la convention nationale et sont élus lors des primaires. Une minorité d’entre eux sont des leaders du parti et des élus (Party Leaders and Elected Officials, PLEOs), d’autres sont de simples militants. Tous ont choisi leur candidat à l’avance et ne peuvent, dans la plupart des États, revenir sur leur engagement, même s’il n’y a pas véritablement de procédure prévue pour ceux qui dérogeraient – chose rarissime qui serait très mal perçue.

Les superdélégués, eux, ne sont pas élus mais nommés par le parti. La très grande majorité d’entre eux sont des leaders du parti et des élus, les PLEO, d’autres sont choisis pour leurs bons et loyaux services au moment de la convention d’État (add-ons).

La différence fondamentale entre le système démocrate et le système républicain est que pour le premier, les délégués sont répartis de façon proportionnelle alors que pour le second, ils sont répartis sur la base du winner-take-all – le candidat qui remporte une circonscription remporte tous les délégués de la circonscription et celui qui remporte l’État remporte tous les délégués attribués par État et tous les superdélégués de l’État. Dans certains États comme New York, le gagnant remporte même tous les délégués et le système comprend peu de superdélégués. Il y a au total 796 superdélégués chez les démocrates (823,5 depuis le 31 mai, voir plus bas) contre 123 chez les républicains[3].

En revanche, chez les démocrates, pour chaque élection primaire, une partie des délégués est attribuée à la proportionnelle sur la base des résultats par district, et une partie sur la base des résultats pour l’ensemble de l’État. Les superdélégués, eux, sont simplement désignés et restent libres de leur vote.

En Californie par exemple, la primaire du 5 février 2008 a permis l’élection de 370 pledged delegates. Les 71 superdélégués (dont 5 PLEOs) furent officiellement désignés lors de la convention du 18 mai. Sur les 370 délégués, 241 furent répartis de façon proportionnelle sur la base des résultats dans chacune des 53 circonscriptions du Congrès, le nombre de délégués variant d’un district à l’autre de 2 à 6; 129 (dont 48 PLEOs) furent répartis sur la base des résultats à l’échelle de l’État. Hillary Clinton remporta 51% des voix contre 43% pour Obama, soit respectivement 204 et 166 délégués.

Les calculs sont d’une complexité extrême car beaucoup ne sont pas définitifs tant que les conventions d’État ne se sont pas tenues. De plus, de nombreux médias tentent d’intégrer dans leurs calculs les voix des superdélégués qui se sont déjà prononcés. Or ceux-ci changent parfois d’avis, ne se déclarent pas toujours auprès de tous les reporters ou entretiennent une ambiguïté interprétée parfois différemment par les journalistes. Il y a donc une part de créativité dans le comptage réalisé par les médias, ce qui explique que d’un site d’information à l’autre, les totaux ne sont pas exactement les mêmes.

Le système est devenu si complexe qu’il en a perdu sa lisibilité, entretenant le flou dans une compétition que peu d’électeurs comprennent vraiment, et qu’il brouille les pistes de la légitimité démocratique. Or les enjeux démocratiques sont tels pour cette élection que la mobilisation des électeurs, des États, des donateurs, et l’attention médiatique sont à leur comble, démultipliant l’effet de crise.

 

Des enjeux démocratiques exceptionnels

L’élection présidentielle de 2008 est sans doute la plus ouverte depuis 1928, puisque ni le président sortant, ni le vice-président ne se présentent et que, par ailleurs, l’administration sortante est devenue tellement impopulaire qu’aucun des candidats ne revendique son héritage. Au début de la campagne, aucun prétendant républicain ne se détachait comme le candidat naturel du parti. Les trois principaux, John McCain, Mike Huckabee et Mitt Romney incarnaient trois segments bien distincts de l’électorat et l’enjeu pour chacun était donc de s’imposer le plus vite possible pour remporter suffisamment de délégués et creuser l’écart. Malgré une popularité et des scores surprenants en considération de ses maigres moyens financiers, le pasteur évangélique Huckabee n’a pu s’imposer que dans les États où ses convictions religieuses étaient porteuses. De même Mitt Romney, en dépit de dépenses somptuaires, n’a pu se démarquer de son image de riche mormon et convaincre au-delà d’une petite frange de l’électorat. John McCain, candidat atypique s’il en est[4], s’est trouvé l’élu par défaut d’un parti profondément divisé, après que sa campagne ait connu un trou d’air dans lequel il a bien failli disparaître avant sa victoire en Caroline du Sud, le 26 janvier 2008.

Du côté démocrate, la compétition était tout aussi ouverte mais avec trois candidats qui, au contraire, incarnaient chacun l’ensemble des valeurs du parti. Mis en compétition, ils ont cependant progressivement conduit à une division de leur électorat. Malgré sa popularité, John Edwards n’a pas résisté longtemps à la renommée et au professionnalisme d’Hillary Clinton, ni au charisme de Barack Obama. Surtout, les électeurs se sont trouvés face à un dilemme exceptionnel : nommer pour la première fois de l’histoire soit une femme, soit un Noir comme candidat à l’élection présidentielle américaine.

Une élection historique

On se trouve ainsi dans un enjeu démocratique inédit, élargissant l’accès aux plus hautes fonctions à des candidats de couleur et de sexe différent. Or l’enjeu ethno-racial ne se limite pas, dans cette élection, à la candidature d’Obama. On comptait 30% d’Hispaniques parmi les électeurs en Californie et malgré leur moindre taux de citoyenneté et de participation, ils se trouveront en situation d’apporter une aide déterminante aux candidats dans quelques États clés pour l’élection, notamment la Floride et Nouveau-Mexique. La mobilisation de la population noire, galvanisée par la candidature d’Obama, pourrait également se révéler déterminante —à défaut d’être suffisante— dans quelques États du sud.

Le rôle de l’argent dans la campagne s’est révélé fondamental mais non déterminant, comme l’ont montré les candidatures de Romney et Huckabee. Quant à la primaire de Pennsylvanie, $20 millions de dollars plus tard, les résultats d’Obama et Clinton furent sensiblement les mêmes que dans l’Ohio, État aux caractéristiques démographiques et économiques similaires. Nerf de la guerre, l’argent est indispensable sur la durée mais n’a pas empêché l’émergence de candidats moins connus qui se sont révélés capables d’attirer les dons au fur et à mesure qu’ils gagnent en popularité et en crédibilité. De la même façon, au fur et à mesure qu’elle perdait du terrain, Hillary Clinton perdait de sa capacité à lever des fonds, au point d’effectuer des prêts personnels à sa campagne s’élevant à un total de 11,5 millions de dollars.

La nouveauté de l’élection est le rôle clé joué par l’Internet dans la collecte des fonds. En 2004 déjà, Howard Dean avait démontré l’efficacité du réseau pour toucher les petits donateurs. Les démocrates s’en étaient largement servi comme relais d’opinion et instrument de mobilisation. Barack Obama a su investir le cyberespace comme aucun autre candidat et donner à la campagne virtuelle une tout autre dimension. Alors que Clinton s’en est tenue au soutien traditionnel des grandes corporations et des lobbies, Obama a récolté des millions de dollars sous forme de dons inférieurs à 200 dollars récoltés en permanence par l’Internet. En l’espace de deux mois, de janvier à février 2008, il a recueilli près de 3,5 millions de dollars, provenant de plus d’un million de donateurs, contre seulement 370 000 pour Clinton. La technologie a ainsi permis une diffusion plus ample de l’information mais aussi une participation plus vaste des électeurs à l’effort de campagne. On peut y voir un signe de démocratisation, comme un indicateur d’une possible mobilisation lors de l’élection.

Les États en première ligne

Cette compétition a suscité un intérêt accru de tous les acteurs, à commencer par les États. Le mécanisme médiatique et financier qui permet de porter un candidat tout au long de sa campagne requiert de s’imposer tôt dans la course aux primaires pour créer le fameux « momentum », l’élan qui permet de finir la course en tête sans être inquiété, comme l’a fait John McCain. La campagne étant longue et coûteuse, les candidats qui perdent dans les premières primaires finissent généralement par abandonner assez vite et se rallier à l’un des candidats. Du coup, l’intensité de la campagne et l’attention médiatique qui lui est porté chutent généralement fortement après Super Tuesday, le fameux mardi où sont programmées un grand nombre de primaires et qui permet au leader de la campagne de se démarquer. Or cette année, étant donné l’importance des enjeux, de nombreux États ont décidé d’avancer la date de leurs primaires afin de peser dans le processus de nomination. Le but était de se faire entendre des candidats et de voir leurs intérêts représentés, la visite des candidats engendrant par ailleurs des bénéfices indirects.

Les États du nord-est victimes des délocalisations massives d’emplois et de la crise des subprimes, les États-frontières en prise avec l’immigration et une forte croissance démographique, la Floride soumise aux ouragans et aux problèmes d’assurance immobilière, la Californie préoccupée par l’énergie et l’environnement… tous avaient de bonnes raisons de se placer tôt dans la course. Vingt-quatre États ont ainsi tenu leurs primaires le mardi 5 février 2008, rebaptisé « Super Duper Tuesday » ou « Tsunami Tuesday », et le caucus de l’Iowa, qui ouvre traditionnellement la campagne, a été programmé dès le 3 janvier. La Floride et le Michigan décidèrent d’avancer leur primaire avant le 5 février, violant ainsi les règles du parti démocrate qui ne font exception que pour quelques États. La sanction est tombée immédiatement des instances nationales : les deux États seraient privés de délégués à la convention.

Côté républicain, cinq États dont la Floride et le Michigan se sont vus privés de la moitié de leurs délégués pour les mêmes raisons. Les électeurs de Floride, déjà privés de leur voix en 2000 lorsque la Cour suprême décida d’interrompre le recompte des voix et de déclarer George Bush vainqueur, risquaient de s’en trouver quelque peu démobilisés.

Les candidats ont tout d’abord approuvé cette décision, ne faisant pas campagne dans les États en question. Mais au fur et à mesure que la campagne avançait, Hillary Clinton s’est mise à revendiquer les délégués de Floride et du Michigan au nom de la légitimité démocratique. Elle l’avait emporté haut la main dans ces États où elle bénéficiait clairement de sa renommée à un moment où Obama était encore très peu connu du grand public. Le comité national du parti a tranché le 31 mai 2008 en faveur d’un compromis, ne laissant qu’un demi-vote aux délégués de Floride et du Michigan. La majorité des délégués s’est alors déplacée à 2 118 pour emporter l’investiture et le nombre de voix des superdélégués est passé de 796 à 823,5. Les recours juridiques d’ici à la convention restent possibles mais seraient fortement nuisibles à l’image du parti, affaiblissant ainsi la légitimité du candidat démocrate et donc ses chances de l’emporter en novembre.

Le choix des superdélégués

Hillary Clinton s’est accrochée jusqu’au bout, espérant rattraper le retard pris sur Obama dans le nombre de pledged delegates et convaincre, quoi qu’il arrive, les superdélégués restants de se rallier à sa candidature. Une fois la majorité des pledged delegates acquise à Barack Obama, il était encore techniquement possible pour Hillary Clinton de l’emporter. L’était-ce politiquement ?

Clinton n’a cessé d’avancer un certain nombre d’arguments, espérant démontrer qu’elle était la mieux placée pour l’emporter. Elle a longtemps argué du fait qu’elle avait remporté les États les plus peuplés, qui seront indispensables à la victoire au mois de novembre. Ces États sont cependant majoritairement démocrates, et l’on imagine mal que son rival ne puisse les conquérir à son tour.

Les résultats montrent que Clinton réussit mieux qu’Obama auprès de l’électorat ouvrier blanc, auprès des Hispaniques, des femmes et des personnes âgées. Clinton s’estime ainsi être la mieux placée pour faire basculer les swing states – c’est-à-dire les quelques Etats à la majorité incertaine, susceptibles de basculer en faveur d’un candidat ou de l’autre – en faveur du parti démocrate. Les sondages montrent qu’elle serait effectivement mieux placée dans l’Ohio, la Pennsylvanie ou la Floride, mais Barack Obama semble mieux placé dans le Colorado, la Virginie ou l’Iowa. Or il aurait sans doute suffi que John Kerry remporte l’Iowa en 2004 pour gagner l’élection.

Barack Obama peut par ailleurs se targuer de sa popularité auprès des jeunes, des indépendants, des Noirs et des électeurs au niveau d’éducation et de revenus les plus élevés. Il bénéficie de solides soutiens dans la communauté hispanique, dont le gouverneur de Nouveau-Mexique, brièvement candidat à l’investiture, Bill Richardson. Il a par ailleurs remporté beaucoup plus d’États qu’Hillary Clinton, à travers tout le territoire et tire ainsi sa légitimité d’une représentation géographique plus étendue.

Par ailleurs, les sondages opposants McCain à Obama et McCain à Clinton sont extrêmement similaires et fluctuent régulièrement. Le vote des primaires reflète le choix des militants et sympathisants de chaque parti et non celui de l’ensemble des électeurs d’un État. Ils ne sont donc pas vraiment indicatifs de l’issue du vote de l’élection générale. Enfin, les prévisions sont basées sur les cartes électorales des élections précédentes. Or il se peut que celles-ci aient beaucoup changé avec la dégradation de la situation économique des classes ouvrières, la vertigineuse chute de popularité de l’administration Bush, inversement corrélée à l’augmentation du prix de l’essence. À l’heure de la clôture des scrutins, le 3 juin, il était impossible de déterminer objectivement qui de Barack Obama ou Hillary Clinton serait le candidat le mieux placé pour l’emporter en novembre.

Enfin et surtout, Barack Obama a remporté la majorité des pledged delegates et du vote populaire. Si les superdélégués sont théoriquement censés trancher en toute indépendance pour le candidat le mieux placé pour l’emporter, ils sont aussi tenus de respecter le processus démocratique. En allant contre la décision des électeurs, ils auraient pris le risque d’investir un candidat —ou plutôt une candidate— à la légitimité fortement contestable. Sommés de ne pas attendre la convention pour se déterminer, les superdélégués qui n’avaient pas encore annoncé leur choix se sont ainsi massivement ralliés à Barack Obama. Atteignant la majorité des 2118 délégués requis pour l’investiture, Barack Obama a pu se déclarer vainqueur, ne laissant d’autre choix à Hillary Clinton que de concéder la victoire et se rallier à sa candidature.

 

Cette campagne des primaires révèle deux apparents paradoxes. La démocratisation des primaires visait à remettre la décision d’investiture, trop longtemps confisquée par les élites du parti, entre les mains des militants et des sympathisants. Les superdélégués n’avaient été introduits que pour corriger les excès de la démocratisation. Or ces membres du parti, non-élus, se sont trouvés techniquement en position de trancher, en fonction de leur appréciation indépendante du candidat le plus à même de l’emporter en novembre. Cependant, le ralliement massif à Obama a démontré que la volonté démocratique l’emportait, et que politiquement les superdélégués se sentaient tenus de respecter le choix des électeurs. In fine, c’est bien la démocratisation qui l’emporte.

Second paradoxe apparent, les démocrates ressortent de la campagne profondément divisés après une bataille très longue et intense, alors qu’ils avaient abordé les primaires bien plus unis que les républicains. Nombre de partisans d’Hillary Clinton ont déclaré qu’ils ne voteraient pas pour Barack Obama. Reste que, lorsqu’ils se trouveront devant les urnes, les électeurs démocrates jaugeront la candidature d’Obama à l’aune de celle de McCain et non de celle de Clinton. Les femmes démocrates, en particulier, réfléchiront sans doute à deux fois avant de donner leur voix à un président républicain, susceptible de nommer un juge conservateur de plus à la Cour suprême, celui qui pourrait par exemple chercher à remettre en cause le droit à l’avortement.

 

 


* Article paru dans le prochain numéro de la revue Politique Américaine (n° 11/été 2008), et publié ici avec son aimable autorisation.

 

[1] Un ticket est une liste électorale présentée par un parti. Dans ce contexte, il s’agit de l’élection simultanée d’un président et de son vice-président, choisi avant l’élection.

[2] Lors de leur inscription sur les listes électorales, les électeurs peuvent choisir de se déclarer Démocrates, Républicains, Indépendants ou refuser de se déclarer. Dans certains États, ils peuvent également s’inscrire comme Verts ou Libertaires.

[3] Il y a beaucoup moins de superdélégués chez les républicains que chez les démocrates et le mode de répartition des délégués, « winner-take-all », peut difficilement les mettre en position de trancher.

[4] Sur certains sujets comme l’immigration, le financement des partis politiques, les baisses d’impôt ou encore l’homosexualité, le sénateur de l’Arizona a des positions beaucoup plus proches des démocrates que des républicains, au point que John Kerry aurait envisagé, en 2004, de faire de lui son colistier.

 


 

BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE

Hall Jamieson, K. (ed.), Electing the President 2004. The Insiders’ View, University of Pennsylvania Press, Philadelphie, 2006.

Polsby, N. W. et Wildavsky, A., Presidential Elections, Strategies and Structures of American Politics, 11ème édition, Rowman&Littlefield Publishers, New York, 2004.

Milkis, S., American Government. Balancing Democracy and Rights, Cambridge UP, New York, 2008.

Vergniolle de Chantal, F., L’empire de l’exécutif : la présidence des États-Unis de Franklin D. Roosevelt à George W. Bush (1933-2006), Armand Colin, Paris, 2007

 

Sites internet

www.thegreenpapers.com

www.realclearpolitics.com

http://www.cqpolitics.com/wmspage.cfm?docid=news-000002650765

http://www.rothenbergpoliticalreport.blogspot.com/

 

« Un bain de réalisme », la défaite d’Esquerra Republicana de Catalunya aux élections législatives espagnoles du 9 mars 2008 (par Cyril Trépier, mai 2008)

Working-paper n°1 – PDF à télécharger

A propos de l’auteur :

Allocataire de recherche CRAG-IFG, Cyril Trépier est doctorant en géopolitique à l’Institut français de géopolitique. La thèse qu’il prépare sous la direction de Barbara Loyer (Université Paris VIII) et Félix Ovejero (Universitat Autonoma de Barcelona), s’intitule Analyse géopolitique de l’indépendantisme en Catalogne, et accorde une place centrale aux positionnements des entrepreneurs catalans face au mouvement indépendantiste.

ctrepier@yahoo.fr

Résumé

Esquerra Republicana de Catalunya, seul parti catalan ouvertement indépendantiste représenté aux Parlements d’Espagne et de Catalogne, vient de subir une très grave défaite lors des élections générales espagnoles du 9 mars 2008. Le parti indépendantiste a perdu plus de 350.000 voix, cinq des huit députés élus au Congrès de Madrid lors du précédent scrutin de 2004, et son groupe parlementaire. Les socialistes catalans, fédérés et non délégués au PSOE, ont été décisifs dans la deuxième victoire consécutive de José Luis Rodríguez Zapatero. L’indépendance de la Catalogne, bien que présente dans le principal slogan de campagne d’Esquerra, n’était pas au programme de ce scrutin. En mars 2004, le parti indépendantiste catalan avait obtenu une victoire historique mais trompeuse, en passant d’un à huit députés. Sa défaite de 2008 s’explique en partie par le retour de nombreux électeurs de gauche vers le Parti des Socialistes de Catalogne, mais surtout par une forte abstention chez ses électeurs nationalistes.

Summary

Esquerra Republicana de Catalunya, the main Catalan independentist party, was severely defeated in the last Spanish general elections on March 9th of 2008, loosing more than 350,000 votes, 5 of the 8 deputies elected in the former election in 2004, and its parlamentary group in the Congress of Deputies in Madrid. Catalonia was decisive in the victory of the the actual president of Spanish government, José Luis Rodríguez Zapatero, who no longer needs the alliances he formed after his first election in 2004. The independance of Catalonia was mentionned by Esquerra in its main motto, but not really at stake in these elections. In the former general elections, in 2004, Esquerra’s victory was significant, partially thanks to left-wing voters who chose the independent party as a reaction against José Maria Aznar’s right-wing government. In 2008, a large number of these voters returned towards the socialists. But many of the nationalist voters of Esquerra stayed at home in 2008. All the other independentist parties in Catalonia praised abstention. Although Esquerra lost votes in the last three elections in 2006, 2007 and 2008, its last defeat was much more dramatic than the other ones, and for that reason does probably not question the past victories of this independentist party. Esquerra remains member of the Three-part Catalan governement with Catalan socialists and ecosocialists. Convergència i Uniò, the nationalist federation created by Jordi Pujol, has proved in the 2008 elections the strength it conserves. The internal conflicts of Esquerra, have reappeared and are likely to become more and more dramatic while the National Congress, previewed in June, will get closer. The president and the secretary general of the party will be elected in this National Congress. Four candidates have declared themselves at the moment, two of them represent internal contestation movements. The president in charge, Josep-Lluis Carod-Rovira, decided not to renew his candidatorship.

————————————————————————————————————————————————————

Rude coup que celui subit par les indépendantistes catalans d’ERC lors des législatives espagnoles du 9 mars 2008. Grand vainqueur des élections qui lui ont donné cinq sièges supplémentaires, José Luis Rodríguez Zapatero a obtenu, sinon la majorité absolue – avec 169 députés sur 176 requis –, du moins l’assise suffisante pour pouvoir se dispenser de l’appui de ses encombrants alliés indépendantistes. Cette victoire s’explique en grande partie par les performances des socialistes catalans, parti fédéré et non délégué au PSOE. Avec 25 députés, 4 de plus qu’en 2004, le parti conduit par la ministre du Logement Carme Chacón a réédité son record de 1982. Du côté indépendantiste, elle semble bien loin, l’euphorie du scrutin de mars 2004, qui avait vu Esquerra Republicana de Catalunya passer de 5,6 % des voix à 15,9 % et, surtout, d’un à huit élus au Congrès des Députés de Madrid. Cette fois-ci, le parti de Josep-Lluís Carod-Rovira, membre depuis fin 2003 d’un gouvernement de coalition dirigé par les socialistes, et qui pour sa campagne 2008 avait choisi le slogan « Un pays de première (c’est pourquoi nous voulons l’indépendance) » [Un pais de primera (per aixo volem la independència) ], a perdu plus de 350.000 voix, cinq de ses huit députés, et son groupe parlementaire propre puisqu’il faut au minimum cinq élus pour le constituer. Au lendemain du scrutin, les trois députés d’Esquerra, Joan Ridao, tête de liste, Joan Tardà, pour Barcelone, et Francesc Canet, pour Gérone, étaient donc promis au groupe mixte, quitté sans regret en 2004. La formation indépendantiste est donc tombée de très haut ce soir du dimanche 9 mars, ce que reflétaient les visages graves des dirigeants, militants et sympathisants venus suivre la soirée électorale depuis le siège ou l’hôtel de campagne. Là, c’est pour se soutenir que certains s’embrassaient, nullement pour se congratuler.

 

Une nouvelle fois, la campagne des élections générales espagnoles a été endeuillée par le terrorisme, celui de l’organisation basque ETA, qui, le 7 mars 2008 à Arrasate (Mondragón en espagnol), dans la province basque de Guipúzcoa, a assassiné Isaías Carrasco Miguel, 43 ans, ancien conseiller municipal socialiste et receveur de péage d’autoroute. Déjà victime d’un attentat, ce père de famille avait renoncé à son escorte policière. Atteint de plusieurs balles devant son domicile, tirées, en plein jour, par un tireur au visage découvert mais déguisé, il a succombé sous les yeux de sa famille. Cet acte a immédiatement reçu la condamnation unanime de la quasi-totalité des formations politiques en Espagne, dont une grande partie, à commencer par le PSOE et le PP, ont annulé le programme de fin de campagne en signe de deuil. ETA, ainsi que l’extrême gauche indépendantiste basque, avaient appelé à l’abstention aux générales 2008. Le lendemain de l’assassinat, Sandra, fille aînée d’Isaías Carrasco a pris la parole devant la presse et entourée de ses proches et d’anonymes venus soutenir la famille du disparu, et dit que le plus grand hommage que l’on pouvait rendre à son père, aux membres de sa famille et à leur douleur, était d’aller massivement voter. Exercer son droit de citoyen face au terrorisme, c’est aussi le sens du message émis par l’immense majorité des formations politiques en Espagne, Esquerra comprise. La participation à ces élections générales 2008 a été presque égale à celle de 2004 à l’échelle de l’Espagne, avec 75,3 % de votants contre 75,7 % au précédent scrutin.

En Catalogne, où l’on vote traditionnellement beaucoup plus quand l’enjeu du scrutin est espagnol et non uniquement catalan, la participation a atteint 71,2 % des inscrits, et 75,9 % en 2004. Seuls 53,9 % des inscrits catalans avaient voté aux municipales du 27 mai 2007. Au Pays Basque, Sandra Carrasco semble avoir été moins entendue qu’à l’échelle nationale. La participation est passée de 75 % des inscrits en 2004 à 65 % en 2008, et de 73,34 % des inscrits à 59,30 % à Mondragón.

Un autre événement, intervenu peu de temps avant le lancement de la campagne de ces générales 2008, a été la déclaration d’indépendance du Kosovo. Comme celle du Monténégro en 2006, elle a été applaudie par les indépendantistes catalans, entre autres, et rejetée par le PSOE et le PP. Les indépendantistes d’Esquerra ont demandé en vain au gouvernement espagnol de reconnaître ce nouvel État, ce à quoi il s’est clairement refusé, ce qui a inspiré au candidat tête de liste Joan Ridao ce commentaire, le 23 février 2008 : « Le Kosovo n’est pas la Catalogne, mais l’Espagne ressemble de plus en plus à la Serbie », puis, le lendemain, « ceux qui ressemblent de plus en plus à M. Poutine [qui a plusieurs fois mis en garde l’Espagne contre les conséquences intérieures d’une indépendance du Kosovo] sont MM. Moratinos [ministre espagnol des affaires étrangères] et Zapatero » [La Vanguardia, 25 février 2008]. Esquerra n’a pas non plus obtenu la reconnaissance du Kosovo indépendant par le Parlement catalan ni par la mairie de Barcelone.

 

Une défaite des indépendantistes presque aussi spectaculaire que l’envolée de 2004

Les résultats détaillés dans les tableaux page 4 en témoignent, cette indépendance du Kosovo ne semble pas avoir porté bonheur aux indépendantistes catalans d’Esquerra. Après s’être hissée à la place de quatrième force politique espagnole en sièges au Congrès des Députés, le parti de Josep-Lluís Carod-Rovira a subi la plus forte baisse de ce scrutin.

En Catalogne, la succession des différentes élections depuis 1977 enseigne qu’une partie de l’électorat vote pour des partis différents selon le type d’élections. Ce vote différentiel est difficile à quantifier car la participation varie beaucoup elle aussi selon le type d’élections, autrement dit on ne dispose pas d’un groupe de votants à peu près égal que l’on pourrait suivre par un simple jeu de soustractions. Si cette pratique a toujours donné la victoire au PSC aux générales depuis 1977, celui-ci n’avait pas obtenu 25 députés depuis 1982, année de la première majorité absolue de Felipe González à la tête du PSOE. Les socialistes espagnols ont obtenu cinq sièges de plus au Congrès, les socialistes catalans, quatre, c’est dire le rôle déterminant des seconds dans la victoire de M. Zapatero.

La saignée qu’a subie Esquerra s’observe à toutes les échelles, dans l’ensemble de la Catalogne, les quatre provinces, les capitales comarcales, la ceinture métropolitaine de Barcelone ou les différents districts de la capitale. La formation indépendantiste n’a guère été plus protégée dans ses bastions qu’ailleurs en Catalogne. La carte page 5, qui compare l’envolée d’Esquerra en 2004 aux pertes qu’elle a subies par provinces en 2008, le montre. Elle montre aussi que ce scrutin a partiellement déjoué les pronostics. En effet, états-majors et principaux journaux envisageaient ainsi les mouvements du dernier siège de chaque province : Barcelone : PSC-PSOE vers divers.

Gérone : ERC vers PP.

Lleida : PSOE/ERC vers CiU ou PP.

Tarragone : PSOE vers CiU.

Dans la province de Barcelone, Esquerra perd plus de la moitié des votes reçus en 2004 et subit de loin la plus forte baisse. Dans la capitale elle-même, avec 7 % des voix contre 14,6 % en 2004, le parti indépendantiste cède la moitié de ses voix ou plus dans tous les districts. Son bastion de Gràcia n’est pas épargné : 10% contre 20,4% en 2004. A Lleida, Esquerra perd de plus de 20.000 voix et le siège de député conquis en 2004 au profit du PP. A Tarragone, où le parti cède plus de 40.000 voix, c’est le PSC qui obtient le siège de député perdu par Esquerra. A Gérone, Esquerra perd l’un des deux sièges de députés conquis en 2004 après être restée absente de la province depuis les premières législatives espagnoles. Mais le danger n’est pas venu d’où elle l’attendait. C’est le PSC, et non le PP, qui a ravi le sixième siège de député de Gérone. Le PP, qui n’a réussi à faire élire un député pour Gérone qu’en 1982 et 2000, échoue encore et restera quatre ans de plus absent de cette circonscription.

A Gérone, nombre d’électeurs de gauche, nationalistes ou non, tirent une grande fierté de l’échec répété du Parti Populaire à faire élire un parlementaire dans leur province. Francesc Canet, le député d’Esquerra pour cette province où le parti dispose d’une forte implantation, avait déjà été tête de liste d’ERC pour Gérone lors des élections législatives espagnoles de mars 2004. Comme Joan Tardà, le numéro deux sur la liste d’Esquerra à Barcelone, qui a remplacé le secrétaire général Joan Puigcercós à la tête du groupe parlementaire indépendantiste, Francesc Canet possède donc une réelle expérience du Congrès des Députés. En page 6 figure un tableau expliquant les alliances parlementaires en Espagne de 2004 à 2008, et les alliances parlementaires en Catalogne depuis fin 2003, avec les députés élus en novembre 2006.

En page 5 figure la carte de la défaite d’Esquerra aux législatives de 2008.

En page 6 figure un tableau explicatif des alliances parlementaires en Espagne entre 2004 et 2008, et des alliances parlementaires en Catalogne depuis fin 2003, avec les députés élus en novembre 2006.

A l’égard des écosocialistes d’Iniciativa per Catalunya-Verds, leurs alliés au sein du gouvernement autonome et au Sénat, les indépendantistes d’Esquerra apparaissent toujours favorisés par le mode de scrutin, mais l’écart en sièges des deux formations s’est rétréci depuis 2004. En effet, Iniciativa per Catalunya-Verds est associée au parti Izquierda Unida pour les élections au Congrès des Députés, et cette fédération dirigée par Gaspar Llamazares se présente dans toutes les provinces sans exception. Ce choix les dessert, comme l’explique Francesc de Carreras, professeur de droit constitutionnel à l’Université Autonome de Barcelone, « le système est proportionnel, mais la circonscription est provinciale, et l’immense majorité des provinces d’Espagne ont moins de huit députés. Dès lors, les sciences politiques enseignent que, dans un système de circonscription avec moins de huit députés, le système proportionnel tend dans les faits à être majoritaire, c’est-à-dire à favoriser deux partis » [Entretien avec l’auteur avant le scrutin]. Au contraire, Esquerra ne se présente qu’en Catalogne, dans la communauté de Valence et aux Baléares. La carte page 8 montre le résultat de ces deux stratégies en 2008.

En 2004, Esquerra avait obtenu 8 députés avec 652.196 voix, et IU-ICV, 5 députés avec 1.518.871 voix. En 2008, si certains résultats provisoires ont placé ERC derrière IU-ICV en sièges, les indépendantistes ont finalement obtenu plus de députés que les écosocialistes avec moins de voix : 3 pour ERC avec 274.660 voix, et 2 pour IU-ICV : Gaspar Llamazares à Madrid, et Joan Herrera, tête de liste d’ICV à Barcelone – avec 926.043 voix.

Cette formation perd donc comme Esquerra son groupe parlementaire, et devant la sévère baisse en voix et en sièges subie lors de ces générales, avec près de la moitié des voix de 2004 perdues à Valence et Madrid, le leader d’IU, Gaspar Llamazares a annoncé qu’il ne se présenterait pas à sa propre réélection comme coordinateur fédéral d’IU. Il faut noter qu’ICV regroupe des indépendantistes, parmi d’autres sensibilités, et que des transferts réciproques de voix existent entre Esquerra et ICV.

Au terme de ce scrutin, CiU, le rival direct d’Esquerra sur le terrain nationaliste, est la seule formation politique catalane ayant conservé un groupe parlementaire propre au Congrès des Députés espagnols. Si de nombreuses voix au sein du PSC se prononcent pour que ce parti obtienne aussi un groupe parlementaire propre, distinct du PSOE, au Congrès des Députés, ce n’est pas encore une réalité. Cette situation du PSC laisse le champ libre aux nationalistes et indépendantistes pour stigmatiser un PSC supposément aux ordres du PSOE aux dépens de la Catalogne, un « ectoplasme », selon l’expression de Joan Ridao pendant la campagne. Les symboles comptent beaucoup dans la vie politique catalane, et la nouvelle situation des nationalistes modérés de CiU leur donne une précieuse image d’indépendance à l’égard du PSOE, image qu’ils confirmeront ou non par leurs choix pendant la nouvelle législature.

Un échec assumé d’emblée comme tel par les dirigeants indépendantistes

Ni Joan Ridao, le premier à prendre la parole devant les journalistes à l’hôtel électoral,ni le président d’Esquerra et vice-président catalan, Josep-Lluís Carod-Rovira, n’ont cherché à minimiser le revers qu’ils venaient de subir.

Les tout premiers mots de Joan Ridao ont été de remercier les votants dans leur ensemble pour être allé aux urnes et avoir ainsi permis le maintien de la « normalité démocratique » en réponse à l’attentat de l’ETA. Puis, le candidat tête de liste a cité une série d’obstacles contribuant selon lui à l’explication de ce mauvais résultat : la difficulté de la campagne de ces générales 2008, marquée par une « forte bipolarisation » qui avait « fait déraper de la centralité politique une force comme Esquerra », la politique « marquée par la crispation » du Parti Populaire, et une sensation de découragement chez les Catalans, due à ses yeux à l’absence d’un « horizon commun encourageant pour ce pays ». Joan Ridao a ajouté en direction du PSC que « cette importante vague de vote qu’ils ont reçue n’est pas un chèque en blanc qu’ils peuvent administrer comme ils le souhaitent, mais une force pour contrecarrer le PP ». Pour détendre quelque peu l’atmosphère malgré la perte de cinq des huit députés, le candidat tête de liste Esquerra a conclu en disant que : « les trois mousquetaires eux aussi étaient trois. Les trois députés d’ERC peuvent faire un très bon travail à Madrid », a-t-il assuré. Enfin, Joan Ridao a appelé à l’union des forces catalanistes pour le financement et la mise en œuvre du Statut d’autonomie.

« Non seulement nous avons fait un résultat inférieur à celui d’il y a quatre ans, mais en plus nous avons fait un mauvais résultat », a renchéri Josep-Lluís Carod-Rovira à sa suite. « Nous savons qu’une partie de l’électorat n’est pas allé aux urnes, et qu’une autre a jugé plus utile, contre le PP, de voter PSOE. Il nous faut savoir voir pourquoi Esquerra n’a pas su mobiliser », a-t-il ajouté. Après avoir félicité les socialistes pour leur succès, le leader indépendantiste a contre-attaqué en leur attribuant la « responsabilité exclusive du financement [de la Catalogne]. Tout est entre leurs mains ».

Si Joan Ridao et les autres leaders d’Esquerra présents dans l’hôtel électoral ont refusé les interviews après la conférence de presse, le premier des « trois mousquetaires » est revenu peu de temps après sur sa défaite dans une interview sur la chaîne de télévision de la Generalitat TV3 : « Nous étions installés dans une bulle, et on nous a donné un bain de réalisme. Les résultats de l’année 2000 [un seul député élu] étaient probablement plus conformes à la réalité actuelle que ceux de 2004. En 2000, nous avions obtenu 90 000 voix, en 2004 nous avons fait une poussée dans un contexte très exceptionnel ». Ce bain de réalisme a toutefois eu toutes les apparences d’une douche froide, comme pour Joan Tardà, lui aussi élu pour Barcelone, qui confiait sa stupeur au principal conseiller de Josep-Lluís Carod-Rovira à la vice-présidence, Marc Marsal, face à un résultat « ascientifique », qu’il n’aurait « jamais imaginé dans la pire de ses hypothèses ». Cet imposant amateur de rugby était sonné. Il n’était pas le seul.

 

Ce qu’Esquerra attendait du scrutin

Si le candidat tête de liste d’Esquerra, Joan Ridao, disait « n’avoir renoncé à rien » avant le scrutin, les dirigeants du parti indépendantiste montraient pendant la campagne qu’ils mesuraient la difficulté de rééditer les scores atteints en 2004 et de conserver huit députés. Selon Marc Marsal, conseiller du vice-président catalan et leader d’Esquerra, Josep-Lluís Carod-Rovira, le parti indépendantiste aspirait pour ces législatives espagnoles 2008 à « être aussi influent ou davantage avec un nombre peut-être inférieur de députés » [Entretien avec l’auteur avant le scrutin]. À ses yeux, en effet, la poussée inédite d’Esquerra en 2004 avait été obtenue « dans des circonstances assez exceptionnelles : le candidat tête de liste était le même que quatre ans auparavant, c’est-à-dire Josep-Lluís Carod-Rovira, un candidat à la forte capacité électorale, qui en outre avait subi les dégâts et les attaques constants du Parti Populaire, et à tout cela se sont ajoutés les lamentables attentats du 11 mars à Madrid, et la tentative du Parti Populaire d’en couvrir la responsabilité » [idem]. A l’époque, en effet, le président d’Esquerra, Josep-Lluís Carod-Rovira, qui avait conduit son parti vers deux réussites successives en 2003, les municipales en mai, puis les autonomiques en novembre, venait d’être contraint à la démission de son poste de numéro deux du gouvernement autonome catalan pour avoir rencontré la direction politique d’ETA à Perpignan en janvier 2004, et négocié une trêve des attentats pour la Catalogne. Déjà très critiqué avant l’affaire de Perpignan en tant qu’indépendantiste par le Parti Populaire et notamment le chef du gouvernement de l’époque, José María Aznar, Josep-Lluís Carod-Rovira ne le fut que davantage dès la révélation de la rencontre, et le PSOE de José Luis Rodríguez Zapatero avec lui, puisque les deux partis avaient conclu une alliance électorale pour les générales de 2004. Or, ces attaques contre Josep-Lluís Carod-Rovira, contribuèrent à créer un élan de sympathie en sa faveur en Catalogne, au-delà des sphères indépendantistes et nationalistes. « Dans ce contexte, poursuit Marc Marsal, avec Josep-Lluís Carod-Rovira, et Esquerra étant le plus grand bastion d’opposition au Parti Populaire, les huit sièges ont été obtenus. Rééditer ce résultat dans un autre contexte, plus calme, avec un candidat tête de liste différent, qui a des vertus mais n’est pas le plus connu de la population, c’est ce que disent les enquêtes de popularité, est assez difficile ».

En termes d’électorat, Joan Ridao soulignait dans une interview [El Periódico de Catalunya, 25 février 2008] à deux semaines du scrutin, la nécessité pour Esquerra de « mobiliser notre électorat, spécialement le noyau dur », autrement dit les indépendantistes, sachant, nous y reviendrons, que tous les électeurs d’Esquerra ne sont pas forcément indépendantistes. « Il s’agit plus d’un positionnement idéologique que d’une répartition territoriale des voix, analysait Marc Marsal [Entretien avec l’auteur avant le scrutin]. Joan Ridao parlait, je crois, du fait de conduire aux urnes l’électeur indépendantiste alors que les élections sont étatiques, c’est-à-dire quand une partie importante de notre électorat pense que ces élections ne sont pas importantes pour eux et, par ailleurs, il évoquait des électeurs qui attendent encore de juger positivement ou non l’action d’Esquerra dans le gouvernement de la Generalitat ».

De la même façon, et parce que tous les indépendantistes ne sont pas à Esquerra, mais peuvent être dans une fédération nationaliste comme Convergence et Union bien que son créateur Jordi Pujol, se soit toujours défendu de promouvoir la sécession, Joan Ridao a appelé pendant la campagne ces électeurs à voter Esquerra. La fédération CiU, dirigée par Artur Mas, regroupe en effet deux partis nationalistes, Convergència Democrática de Catalunya, CDC, le plus important et souvent le plus nationaliste, dont Artur Mas est président, et Uniò Democrática de Catalunya, UDC, démocrate-chrétienne généralement plus modérée, et dirigée par Josep Antoni Duran Lleida, tête de liste de CiU pour ces législatives. L’indépendantisme a toujours existé au sein de CiU depuis sa création en 1978, notamment dans les bases militantes de CDC, mais il se fait davantage entendre depuis plusieurs mois, et se traduit notamment par l’apparition de plusieurs courants de contestation interne jugeant la direction trop modérée envers Madrid. Josep Antoni Duran Lleida, est assurément étranger à ces courants souverainistes, et projette au contraire une image de la modération que son adversaire Joan Ridao a cherché à exploiter au cours de la campagne. « Il y a beaucoup de gens souverainistes [au sein de CDC], disait-il le 21 février dans un meeting, et nous devons leur demander de ne pas jeter leur vote à la poubelle, en votant pour un candidat qui se soucie de l’indépendance comme d’une guigne » [La Vanguardia, 22 février 2008]. Parallèlement, le président de CiU, Artur Mas, affirmait quelques jours plus tard « l’inutilité de diviser le vote catalaniste entre CiU et ERC en donnant la clé à ERC » [La Vanguardia, 25 février 2008] Nous y reviendrons, les rivalités internes à CiU et à ERC sont presque indissociables des modalités et motifs de l’affrontement que se livrent ces deux formations.

Il faut reconnaître au candidat tête de liste d’ERC, Joan Ridao, une certaine clairvoyance lorsqu’il affirmait que l’envolée « exponentielle » de son parti aux générales de 2004 avait eu « quelque chose d’un soufflé » [El Periódico de Catalunya, 25 février 2008]. On ne constate pas de rupture sur le fond entre le discours du candidat avant le scrutin et celui qu’il tient depuis.

A Madrid, une alliance d’Esquerra avec le PP était bien sûr inconcevable pour les dirigeants des deux formations. Mais pour envisager une alliance avec le PSOE, seul scénario possible par conséquent, le parti indépendantiste posait comme condition sine qua non la publication avant l’investiture, des « balances fiscales », autrement dit le bilan financier des impôts payés par les Catalans à Madrid au regard de ce qui leur est reversé par l’État. Nationalistes et indépendantistes catalans dénoncent régulièrement un déficit fiscal de la Catalogne au profit de l’État espagnol, et présentent les balances fiscales comme la preuve chiffrée et incontestable de cette réalité. Bien que certains économistes, y compris catalans, comme Josep-Lluís Sureda [Entretien avec l’auteur avant le scrutin], soulignent que l’absence de règles uniques de calcul de ces balances fiscales conduit à des résultats très différents et leur enlève toute pertinence, elles sont abondamment utilisées pour expliquer les nombreux problèmes d’infrastructures que connaît la Catalogne et faire valoir l’idée que c’est son maintien en Espagne, et non sa sécession, qui va contre les intérêts économiques des Catalans. Aux très nombreuses publications déjà produites en Catalogne sur le déficit fiscal de la communauté autonome, Esquerra a récemment ajouté la sienne, qui évalue ce déficit à 10 % du Produit Intérieur Brut catalan. Si ce thème revient régulièrement dans le discours nationaliste et indépendantiste, il a été remis en tête de l’agenda politique en préparation de la discussion prévue à Madrid dans quelques semaines sur le nouveau mode de financement de la Catalogne, ce qui s’annonce comme l’un des plus épais dossiers de la prochaine législature. L’objectif des indépendantistes, entre autres, est de se rapprocher le plus possible du système basque dit des « Concerts économiques », où tous les impôts sont prélevés par les autorités locales, et une partie régulièrement renégociée, reversée à l’État. C’est ce qu’expliquait avant le scrutin, le Secrétaire Esquerra de la Generalitat à l’Industrie, Antoni Soy : « le but consiste précisément à conduire à la limite de ce que prévoit le Statut, c’est-à-dire au maximum possible dans le cadre de la Constitution, et même dans certains cas, à l’extrême limite, pour essayer d’obtenir un système de financement qui permette de réduire le déficit fiscal et de nous rapprocher le plus possible du concert économique » [Entretien avec l’auteur avant le scrutin].

Si, à l’approche du scrutin, José Luis Rodríguez Zapatero ne cachait pas son souhait de gouverner sans alliance avec ERC pendant la prochaine législature, les dirigeants d’Esquerra, son président Josep-Lluís Carod-Rovira en tête, mettaient en garde contre les risques qu’entraînerait selon eux, une majorité absolue du PSOE le 9 mars, et, parmi ces risques, contre une censure du nouveau Statut d’autonomie catalan par le Tribunal Constitutionnel [Avui, 6 mars 2008], saisi de sept recours contre ce texte. Très impliquée dans l’élaboration du premier projet de Statut, celui approuvé par le Parlement catalan fin septembre 2005, Esquerra finit par appeler à voter « non » au référendum organisé en Catalogne sur son adoption, après d’importantes modifications par le Congrès des Députés espagnols. En un mot, les dirigeants indépendantistes ont cherché à conjurer la menace du vote utile. « Bien que le PSC puisse recevoir un vote utile, expliquait le candidat Joan Ridao à deux semaines du scrutin [El Periódico de Catalunya, 25 février 2008], nous le contrecarrons en expliquant qu’on ne peut être utile lorsque l’on est dilué dans un PSOE qui maltraite le PSC lui-même et la Catalogne avec les Cercanías [trains régionaux gérés par la compagnie nationale de chemin de fer espagnole RENFE, et dont les fréquents dysfonctionnements sont l’une des principales pommes de discorde entre la Generalitat et Madrid]. Il est plus utile de voter une force de gauche qui, avec 6, 7 ou 8 députés conditionnera le PSOE ». Ce message d’Esquerra ne semble pas avoir été suffisamment entendu cette fois-ci.

 

Des hypothèses pour expliquer ce résultat. Efface-t-il toutes les réussites précédentes du parti indépendantiste ?

 

Dès le lendemain du scrutin, des observateurs espagnols soulignaient avec raison la forte présence de l’ancien président du gouvernement socialiste Felipe González dans la campagne 2008 du PSOE, tout particulièrement en Catalogne. L’objectif du PSOE semble transparent : mobiliser l’homme de 1982, l’auteur de la première victoire des socialistes, en Espagne à la majorité absolue, et en Catalogne avec le record de députés PSC élus. Si José Luis Rodríguez Zapatero n’a pas obtenu la majorité absolue, les socialistes catalans ont bien réédité le record de 1982.

Pour expliquer une défaite de cette ampleur pour Esquerra, il faut considérer son électorat dans sa diversité, autrement dit, des deux côtés de l’axe nationaliste-non nationaliste. Au crédit de Josep-Lluís Carod-Rovira doit incontestablement être mise la capacité qu’a eue Esquerra d’attirer des électeurs de gauche, notamment non indépendantistes, et pour certains, plus castillanophones que catalanophones. Il faut prendre au pied de la lettre sa phrase de la campagne des dernières élections autonomiques : « Pas besoin d’être indépendantiste pour voter Esquerra ». Géographiquement, cela s’est notamment traduit à partir des municipales de 2003, puis dans les autonomiques la même année, et les générales de 2004, par un gain de voix significatif dans la ceinture métropolitaine de Barcelone. Ce faisant, Esquerra a chassé sur des terres traditionnellement socialistes. On doit garder constamment à l’esprit le fait qu’Esquerra porte aussi un discours social, ne parle pas tout le temps d’une indépendance dont ses dirigeants disent régulièrement ignorer quand elle pourra voir le jour, et qu’en attendant, elle s’insère dans l’ensemble des débats catalans et espagnols comme un parti politique de gauche parmi d’autres. L’annonce il y a quelques mois d’un référendum d’autodétermination de la Catalogne pour 2014, ou le spot télévisé de cette campagne 2008 avec un compte à rebours et la phrase : « A la fin de ce message, il manquera une minute de moins pour l’indépendance » ne doivent pas faire illusion : Esquerra est bien insérée aujourd’hui dans la quotidienneté de la vie politique.

Or, il semble que cette fois, une part importante des électeurs de gauche qu’elle avait séduits lors des précédentes consultations, soient revenus vers le vote socialiste. On semble ainsi avoir assisté en 2004 et 2008 à deux votes anti-PP aux résultats différents, d’abord en faveur d’une formation dont un PP au pouvoir depuis huit ans et dirigé par José María Aznar avait fait sa bête noire, ERC, puis, en faveur du seul parti capable de le vaincre à l’échelle de l’Espagne, le PSOE et le PSC qui lui est fédéré. « Le véritable vainqueur des élections n’est pas Zapatero, mais le PSC. Pour sa capacité à se transformer en refuge, note l’éditorialiste Antoni Puigverd dans le quotidien catalan La Vanguardia. C’est le vote utile catalaniste et le vote espagnol de concorde, le vote libéral et celui des ouvriers »[ « En Catalunya está la explicación », La Vanguardia, 10 mars 2008.].

Toutefois, le tableau de la page 3 montre, tant à l’échelle de la Catalogne que dans chacune des provinces, que les pertes de voix d’Esquerra sont considérablement supérieures aux gains socialistes. Or, comme ceux-ci sont les seuls à avoir réussi une hausse en voix, on arrive à la même conclusion que Josep-Lluís Carod-Rovira le soir de la défaite : certains électeurs qui avaient accordé auparavant leur vote à Esquerra, ont boudé les urnes cette fois-ci. La baisse de la participation par rapport à 2004, année exceptionnelle il est vrai, avec 75,90 % de votants contre 71,20 % en 2008, Esquerra l’a vraisemblablement payée cher. L’explication de la défaite d’Esquerra est donc aussi à chercher du côté du noyau dur d’Esquerra et de CiU, chez ces indépendantistes que Joan Ridao souhaitait convaincre.

Si Esquerra n’est pas tout à fait un parti politique comme un autre, une formation dont l’appui parlementaire à Madrid n’apporterait pas plus de difficultés que d’avantages, il est néanmoins au pouvoir en Catalogne depuis fin 2003 dans deux gouvernements de coalition successifs. Ce parti qui avait presque toujours été dans l’opposition depuis 1980, a perdu en confort idéologique ce qu’il a gagné en prérogatives. Pour certains électeurs indépendantistes convaincus, si la première alliance conclue en 2003 avec les socialistes et les écosocialistes pouvait être compréhensible étant donnée la personnalité très catalaniste du président socialiste Pasqual Maragall, la réactivation de cette alliance fin 2006 après l’expulsion d’Esquerra du gouvernement autonome pour l’appel à voter « non » au référendum statutaire, est moins bien passée. « C’est d’autant moins bien accepté avec un président socialiste né en Andalousie comme José Montilla », estimait le soir du scrutin le journaliste de La Vanguardia Francesc Bracero [Entretien avec l’auteur], qui suit depuis cinq ans le parti indépendantiste. Il faut noter, et cela va dans le même sens, que les courants de contestation interne, comme celui de Joan Carretero, Reagrupament.cat, sont nés après cette deuxième alliance pour la dénoncer comme le signe d’une soumission d’Esquerra aux socialistes catalans et à travers eux, à Madrid.

Or, en dehors même de ces courants internes, Esquerra n’a pas le monopole de l’indépendantisme, pas plus que ne l’ont des partis aussi grands chez qui il est présent mais non publiquement assumé. De petites formations, notamment de jeunes, défendent eux aussi l’indépendantisme, accusant souvent Esquerra d’avoir trahi la cause. Comme ces formations ne se présentent le plus souvent qu’aux municipales, et en aucun cas aux législatives espagnoles, Esquerra était le seul parti ouvertement indépendantiste qui y concourait. Mais c’était aussi le seul à appeler à voter, tous les autres prônant l’abstention. Dans la sphère nationaliste, l’accusation d’avoir trahi ses idéaux est bien plus facile à lancer qu’à combattre, et Josep-Lluís Carod-Rovira, lorsqu’il s’exclamait dans les meetings : « les partis blancs n’ont pas de représentation à Madrid » [El Pais, 10 mars 2008], ne semble pas avoir été suffisamment entendu. Parmi ces petites formations ayant appelé à l’abstention ou au vote blanc, et qui ont montré leurs capacités de nuire localement à Esquerra, figurent les Candidatures d’Unité Populaire (CUP), qui ne se présentent qu’aux municipales, se veulent plus à gauche qu’Esquerra, et associent le militantisme écologique à l’indépendantisme. La carte page 16 montre qu’ils ont su profiter du tassement du parti de Josep-Lluís Carod-Rovira, et, sans pouvoir en aucune façon l’inquiéter à l’échelle de l’ensemble de la Catalogne, peuvent le concurrencer localement. Il ne s’agit que d’un exemple, et d’un parti très minoritaire, mais il illustre les rivalités internes inhérentes à l’indépendantisme.

L’explication de la défaite d’ERC dans ces législatives 2008 ne réside donc pas uniquement dans la progression exceptionnelle des socialistes catalans. Elle est aussi à chercher dans les contradictions internes à l’indépendantisme, que Josep-Lluís Carod-Rovira, et d’autres dirigeants avec lui, comme le secrétaire général et probable futur président d’Esquerra, Joan Puigcercós, avaient momentanément résolues.

Une défaite de cette ampleur conduit à regarder autrement les précédents résultats obtenus par le parti, en particulier pour déterminer s’ils sont annulés. Les cartes des pages 17 et 18 comparent les envolées des municipales et autonomiques de 2003, aux scrutins suivants.

J’ai choisi de placer ces deux cartes l’une après l’autre car elles montrent un même phénomène, celui de la nécessité pour toute formation politique, de pouvoir confirmer une très forte performance électorale lors de la consultation suivante, faute de quoi sa progression risque d’être qualifiée d’accidentelle. Ce sont les municipales, puis les autonomiques de 2003 qui ont propulsé Esquerra sur le devant de la scène politique catalane, et à travers elle, au centre du théâtre politique espagnol. Les élections générales de 2004 s’inscrivaient pour Esquerra dans la même dynamique victorieuse, déployée sur un laps de temps assez court.

Pour les autonomiques – carte page 18 –, si la carte de 2006 fait apparaître des résultats plus nuancés que l’envolée de 2003, le parti indépendantiste n’a pas, loin s’en faut, perdu tout ce qu’il avait obtenu lors de la précédente consultation. Concernant les municipales – carte page 17 –, si le repli est plus marqué par rapport à 2003 qu’entre les deux scrutins autonomiques, les résultats du 27 mai 2007 n’annulent en rien ceux de mai 2003. Certes, le journaliste Francesc Bracero notait au lendemain des résultats que, pour la première fois depuis longtemps, le cava (vin mousseux catalan) était resté au réfrigérateur de l’hôtel électoral d’Esquerra, mais la formation indépendantiste n’en avait pas moins augmenté ses scores dans 17 des 41 comarques catalanes, et arraché à CiU deux des quatre députations provinciales, celles de Gérone et de Lleida, en association avec les socialistes catalans.


On le comprend, les spectaculaires résultats d’Esquerra aux générales de 2004 apparaissent bien plus accidentels que ceux des municipales et autonomiques de 2003 à la lumière des scrutins intermédiaires. La défaite presque aussi vertigineuse que vient d’essuyer le parti n’annule donc pas tout ce qu’il a conquis jusqu’à présent, mais prouve à propos des seules générales de 2004, que l’on a lu comme la norme ce qui était exceptionnel et conjoncturel. Elle prouve aussi qu’Esquerra n’est à l’abri dans aucun des bastions qu’elle a récemment édifiés ou confortés.

 

« CiU n’a pas de date de péremption » : l’affrontement ERC-CiU au Pla de l’Estany

La carte page 20 apporte un exemple de ces bastions d’Esquerra où la formation indépendantiste n’a pas été épargnée par la perte de voix subie lors des générales 2008 dans l’ensemble de la Catalogne. Principalement rurale et touristique en dehors de sa capitale, Banyoles, la comarque de Pla de l’Estany est située au nord-est de la Catalogne, dans la province de Gérone où la forte implantation d’ERC ne l’a pas empêchée de perdre 43,3 % des voix obtenues en 2004. A chaque élection au Parlement catalan depuis 1980 jusqu’à 2006, cette comarque très nationaliste a donné à CiU et ERC des scores supérieurs à leur moyenne pour l’ensemble de la Catalogne. En 1999, c’est la seule où Esquerra obtient 20 % des voix, quatre ans plus tard, le parti franchit ce seuil dans 23 comarques sur 41.

En mars 2004, après plus de vingt ans de présidence de Jordi Pujol et de CiU, dont l’essentiel passés dans l’opposition, Esquerra parvient à faire baisser les voix de son rival nationaliste dans toutes les municipalités du Pla de l’Estany, et ce de – 11,77 % à -23,41 % -. Dans le même temps, le parti indépendantiste gagne 9,67 % points dans l’ensemble de la comarque, quadruple son score de 2000 à Crespià, et le double dans les dix autres municipalités. En mars 2008 au contraire, Esquerra baisse en pourcentage dans les onze municipalités du Pla de l’Estany, et en voix dans cinq d’entre elles. Simultanément, son rival nationaliste CiU reprend de la vigueur, en augmentant dans sept municipalités. La fédération si souvent taxée de vieillissante par Esquerra, n’a pas de « date de péremption », selon l’expression de l’un de ses dirigeants au lendemain du 9 mars 2008. Le contexte a changé. En s’alliant au PP de José María Aznar de 1995 à 2003, Jordi Pujol avait ouvert un boulevard idéologique à Esquerra, tant sur la fidélité à la cause nationale catalane, que sur l’ancrage à gauche face à la droite, deux thèmes abondamment utilisés par les indépendantistes. Cette même alliance avait d’ailleurs provoqué de vives critiques au sein même de CiU. Depuis, malgré quelques soubresauts, Esquerra est au pouvoir en Catalogne, et CiU, dans l’opposition.

A l’échelle de la Catalogne, non seulement CiU est le seul parti à avoir résisté à la bipolarisation, mais la coalition nationaliste modérée a obtenu un siège de député de plus qu’en 2004. A l’échelle des provinces, CiU a augmenté en pourcentage à Barcelone et Gérone avec un nombre légèrement inférieur de voix. Nous l’avons dit, CiU est aussi la seule formation de Catalogne à avoir conservé son groupe parlementaire au Congrès des Députés, et il a fallu un certain humour à son secrétaire général et tête de liste, Josep Antoni Duran Lleida, pour dire le 10 mars 2008 qu’il regrettait cette situation. Il suffit pour s’en convaincre, d’adopter un instant le point de vue de la fédération sur les résultats du scrutin : son principal adversaire, le PSC, est au zénith, mais son rival sur le terrain nationaliste, Esquerra, est en grande difficulté, de même qu’Iniciativa per Catalunya-Verds (ICV), que les nationalistes modérés détestent cordialement. Leur position à Madrid sera d’autant plus déterminante que l’autre grande formation nationaliste, le Parti Nationaliste Basque (PNV) a perdu un siège au Congrès des Députés, et surtout quatre au Sénat, où l’appui de CiU est par conséquent indispensable au PSOE pour l’élection du président de la chambre haute. La coalition dirigée par Artur Mas a mal accepté d’être évincée du pouvoir en Catalogne alors qu’elle était arrivée en tête en sièges en 2003, et en sièges et en voix en 2006. Toutefois, ses résultats lors de ces élections générales 2008 montrent qu’il faudra encore compter avec elle près de cinq ans après le retrait de son charismatique fondateur Jordi Pujol.

PORTRAIT :

Joan Ridao i Martín, 40 ans, tête de liste d’ERC aux générales de 2008, marié, une fille. 8 ans à la mort de Franco.

 Son parcours en sept dates :

27 juillet 1967 : Naissance à Rubí (comarque du Vallès Occidental).

1983-1985 :   Membre du parti Independentistes dels Països Catalans.

1988  :    Entre à ERC, dont il intègre deux ans plus tard l’Exécutif national.

1991-1996 :    Conseiller municipal à Rubí et jusqu’à 1993 membre du conseil comarcal.

1995-2008 :    Député au Parlement de Catalogne, où il est réélu quatre fois.

30 septembre 2005 : Le Parlement de Catalogne vote le nouveau Statut d’autonomie catalan.

9 mars 2008 :   Elu au Congrès des Députés de Madrid avec Joan Tardà et Francesc Canet.

« De loin, je suis conscient de projeter une image trop sérieuse », reconnaissait Joan Ridao avant le scrutin qui allait le faire passer du Parlement catalan, où il siège depuis 1995, au Congrès des députés, à Madrid, comme premier des « trois mousquetaires » d’Esquerra. Si ce professeur de droit constitutionnel de l’université Rovira i Virgili de Tarragone n’est pas le seul universitaire, et moins encore le seul enseignant, à la direction d’Esquerra, que l’on pense, entre autres, au professeur de lettres Josep-Lluís Carod-Rovira, ou au nouveau directeur de l’Institut Ramón Llull, Josep Bargalló Valls, membre du Conseil de la même université tarragonaise, c’est souvent par là que l’on commence le portrait de Joan Ridao. « Son indépendantisme est authentique, bien que ses méthodes soient différentes de celles d’autres secteurs, plus impatients, de son parti », note le journaliste de La Vanguardia Sergi Pàmies [La Vanguardia, 20 février 2008]. Ancien militant des Jeunesses d’ERC puis du parti lui-même, Narcís Sastre [Entretien avec l’auteur avant le scrutin] le décrit pour sa part comme « un historique de l’indépendantisme, et l’un des éléments de l’image de dialogue qu’ERC veut renvoyer ». De fait, l’intéressé se décrit implicitement lorsqu’il évoque le surgissement de politiciens d’un « nouveau modèle, moins idéologisé mais plus préparé » [« Soy insomne por culpa del Estatut », La Vanguardia, 28 février 2008].

Après avoir fréquenté les écoles des frères maristes et de l’Opus Dei, Joan Ridao a suivi des cours de nuit en vue du baccalauréat, pour travailler pendant la journée. Après une licence en droit à l’Université de Barcelone, il devient avocat et poursuit des études de sciences politiques et d’administration à l’Université Autonome de Barcelone. Grâce à une riche thèse consacrée aux coalitions politiques en Catalogne, notée excellente cum laude, et publiée peu après [RIDAO J., 2006], il devient docteur. Entré à ERC en 1988, soit un an seulement après Josep-Lluís Carod-Rovira et Joan Puigcercós, il en intègre l’Exécutif national deux ans plus tard. Il a vingt-trois ans et va vivre les épisodes les plus marquants de l’histoire récente d’ERC, à commencer par les réunions d’Esquerra avec la direction de l’organisation terroriste catalane Terra Lliure à l’issue desquelles celle-ci va déposer les armes et intégrer le parti. Initialement proche du secrétaire général Àngel Colom, celui qui a inscrit l’indépendantisme dans les statuts d’ERC en 1991, Joan Ridao s’en éloigne par la suite et, à l’approche du Congrès de 1996, contribue à la création d’une liste « troisième voie ».

Le parti traverse alors l’une des crises les plus retentissantes de son histoire récente, autour de la contestation du secrétaire général Àngel Colom et de Pilar Rahola, alors seule élue d’Esquerra au Congrès des Députés, par un courant réformateur dirigé par Josep-Lluís Carod-Rovira et Joan Puigcercós. A la veille du Congrès du parti, c’est Joan Ridao que Pilar Rahola appelle en dernier recours pour essayer d’empêcher le départ du leader souhaitée notamment par Josep-Lluís Carod-Rovira et Joan Puigcercós [AGUILERA G., 2003]. Mais Joan Ridao est resté inflexible, Àngel Colom et Pilar Rahola ainsi que d’autres militants ont quitté le parti, et depuis, celle-ci est revenue à sa profession initiale de journaliste politique. A ce titre, elle a interviewé Joan Ridao pendant la campagne, et celui-ci lui a notamment répondu : « cela ne me dérangerait pas qu’ Àngel Colom revienne à ERC » [La Vanguardia, 5 mars 2008]. S’il appartient plutôt à la famille de Joan Puigcercós qu’à celle de Josep-Lluís Carod-Rovira, Joan Ridao ne donne pas l’image d’un homme de clans, au sein d’un parti où l’on n’enterre jamais très profondément la hache de la guerre interne. Fin 1995, Joan Ridao est élu député au Parlement catalan. Réélu trois fois de suite dans cette chambre, il y vit une période centrale de son parcours politique et devient porte-parole du parti, puis de son groupe parlementaire. Pour Narcís Sastre, Joan Ridao se distingue au sein d’Esquerra comme : « l’un de ceux qui apportent le plus d’idées ». Président de la fondation Josep Irla liée à Esquerra, ses essais alimentent régulièrement les rayons des libraires. Citons parmi ses titres les plus connus outre sa thèse : Retalls de societat, Nació, ètica i transformació social, Les contradiccions del catalanisme et le dernier en date, publié en 2007, El pla B.

C’est surtout l’un des pères du nouveau Statut d’autonomie, dans la version originale, celle du 30 septembre 2005, qui définissait la Catalogne comme une nation. « Il a beaucoup porté le poids de la négociation et de la rédaction de ses articles », souligne le conseiller de Josep-Lluís Carod-Rovira à la vice-présidence, Marc Marsal [Entretien avec l’auteur avant le scrutin]. Joan Ridao assure que les trois longues années de gestation du Statut lui ont enlevé le sommeil et douze kilos [La Vanguardia, 28 février 2008]. Juriste comme lui, Marc Marsal estime que c’est le trait le plus significatif pour décrire le premier des trois mousquetaires, candidat au poste de secrétaire général d’Esquerra sur la liste de Joan Puigcercós pour le Congrès National de juin 2008 : « C’est un républicain classique, il valorise la méritocratie, et les vertus de tous dans leur juste mesure. Il agit avec lui-même avec la même rigueur républicaine. Ce n’est pas une personne d’obéissance aveugle, mais de réflexion et d’argumentation » [Entretien avec l’auteur avant le scrutin]. Hors de la politique, Joan Ridao aime les films noirs des années 1950. Détail piquant, son frère milite à CiU : « Personne n’est parfait », sourit-il [La Vanguardia, 28 février 2008].

 

Le retour des rivalités internes : des générales 2008 au 25e Congrès d’Esquerra

Si, pendant la campagne, les vives rivalités de pouvoir internes au parti avaient été mises entre parenthèses par leurs protagonistes, elles ont ressurgi avec toute leur force dès le soir des résultats.

La plus connue et la plus ancienne de ces rivalités oppose l’actuel président du parti, Josep- Lluís Carod-Rovira (Cambrils de Mar, 1952), au secrétaire général Joan Puigcercós (Ripolls, 1966). Dans le fonctionnement quotidien du parti, la ligne de fracture entre « ceux de Carod » et « ceux de Puigcercós » est depuis des années omniprésente. Entre ces deux hommes qui n’ont pas toujours été opposés, et ont tout autant l’un que l’autre façonné le parti, se joue un combat pour le leadership, mais pas seulement. « Il existe [entre eux] des différences de culture politique », reconnaissait ainsi Joan Ridao avant le scrutin [El Periódico de Catalunya, 25 février 2008]. Si Josep-Lluís Carod-Rovira et Joan Puigcercós sont tous les deux de gauche et ont ancré Esquerra dans ce sens, le premier se définit comme un libéral de gauche, et le second apparaît plus social-démocrate.

A leur rivalité de pouvoir, se sont ajoutées deux autres, qui tendent à unir les deux leaders face aux courants de contestation interne Reagrupament.cat, dirigé par l’ancien conseiller de Gouvernement de la Generalitat Joan Carretero (Tremp, 1955), et Esquerra independentista, mené par Uriel Bertran (Badalona, 1976) et Héctor López Bofill. En quelques mots, ces deux courants non associés entre eux, reprochent à la direction du parti le renouvellement de l’alliance avec les socialistes catalans et les accusent d’avoir renoncé dans les faits à l’objectif de l’indépendance en échange de leviers de pouvoir plus immédiats. Joan Carretero a notamment montré sa force en encourageant avec succès les assemblées de militants d’Esquerra à demander le vote « non » plutôt que l’abstention lors du référendum sur le nouveau Statut d’autonomie catalan, et Uriel Bertran a prouvé la sienne lorsque une motion présentée par son mouvement a recueilli 40 % de voix chez les militants lors du dernier congrès du parti. Membre de l’Exécutif d’Esquerra, Uriel Bertran en a été exclu quelques mois avant les générales 2008.

Logiquement, comme l’a noté le journaliste de La Vanguardia Francesc Bracero, Uriel Bertran a donné le signal de la reprise des hostilités internes depuis l’hôtel électoral d’Esquerra, en disant publiquement qu’il avait prévu un résultat semblable et qu’on ne l’a pas écouté, puis en publiant un communiqué exigeant un changement de cap du parti. Les événements sont allés assez vite à partir de là. Prévu initialement en automne 2008, le 25e Congrès d’ERC a été avancé aux 14 et 15 juin prochains. Dans ce parti « assembléariste », mais doté d’une structure de direction qui le gouverne au quotidien, le Congrès est réuni tous les quatre ans seulement. C’est le moment où sont élus le président et le secrétaire général notamment, et surtout, c’est le moment par excellence où les assemblées de militants votent, à main levée sur les décisions, à bulletins secrets sur les personnes. Nombre des précédents Congrès ont vu les rivalités internes atteindre leur paroxysme, et le prochain pourrait bien rebattre les cartes.

Peu après cette décision de la direction d’Esquerra, Joan Puigcercós a choisi de démissionner de son poste de conseiller de Gouvernement de la Generalitat pour, selon ses propres termes, « se consacrer au parti », un parti dont même ses ennemis lui reconnaissent une connaissance exceptionnelle. Mais le secrétaire général d’Esquerra a choisi d’en avertir d’abord le président socialiste de la Generalitat, José Montilla, et ensuite seulement Josep-Lluís Carod-Rovira, choix que celui-ci a publiquement critiqué. Remplacé au gouvernement par un autre membre d’Esquerra, Jordi Ausàs, Joan Puigcercós a annoncé par la suite qu’il devenait président du groupe Esquerra au Parlement catalan. Tous ces événements internes du parti indépendantiste, comme les suivants, sont suivis avec la plus grande attention par le PSC, à qui les dirigeants d’Esquerra ont promis que le pacte de gouvernement en Catalogne ne serait pas remis en cause, et par CiU, dans l’espoir de revenir au pouvoir si l’occasion se présente. Rappelons-le, les rivalités internes que connaissent Esquerra et CiU sont presque indissociables de leur affrontement, autrement dit, peu de militants claquent la porte de l’un pour ne pas pousser, tôt ou tard, celle de son rival.

Le secrétaire général d’Esquerra, Joan Puigcercós, n’a jamais caché sa volonté de succéder à Josep-Lluís Carod-Rovira comme président du parti, et à l’approche du Congrès, est plus que jamais candidat à ce poste. Joan Carretero a lui aussi annoncé son entrée en lice. De son côté, Uriel Bertran a annoncé qu’il présentera sa candidature à la présidence d’Esquerra en alliance avec le militant indépendantiste historique Jaume Renyer [Avui], ancien dirigeant de Catalunya Lliure [BUCH i ROS, 2002], l’une des deux structures politiques issues de l’organisation terroriste catalane Terra Lliure, disparue au milieu des années 1990. Mais la surprise est venue de Josep-Lluís Carod-Rovira lui-même, lorsqu’il a annoncé sur Catalunya Radio, mardi 25 mars 2008, qu’il ne se présenterait pas à sa propre succession au 25e Congrès du parti.

Le président Carod-Rovira a déclaré que « le parti réclame unité et rénovation », et qu’il convient « de laisser la place à une autre génération qui puisse apporter de nouvelles idées ». Il a renouvelé l’engagement d’Esquerra à rester dans le pacte de gouvernement jusqu’à la fin de la législature, « car aucun processus de souveraineté ne s’est fait depuis l’opposition », appelé Esquerra à l’adoption d’une structure « de grand parti afin de garantir la démocratie interne et de le rendre plus aéré et plus ouvert, avec beaucoup plus de contacts avec l’ensemble de la société », et s’est dit « à la disposition du parti » pour être candidat à la présidence de la Generalitat en 2010 bien que « ce ne soit pas un débat qu’il convient de mener maintenant ». Sur ce dernier point, son rival et favori pour lui succéder, Joan Puigcercós, lui a donné raison dès le lendemain [El País, 28 mars 2008]. Dans une interview où il a confirmé son intention de briguer la présidence du parti, il a décrit Josep-Lluís Carod-Rovira comme « un capital politique pour ERC », mais lui a reproché de dire « je » plutôt que « nous » lorsqu’il rappelle les bons résultats que son parti a obtenus quand il en a été tête de liste. Simultanément, l’Exécutif national d’Esquerra a approuvé pour le 25e Congrès des modifications dans son fonctionnement, en particulier l’organisation préalable d’une journée de vote des militants au suffrage universel pour départager les candidats aux postes de secrétaire général et de président.

 

Les nouveaux rapports de force à Madrid.

La défaite du parti indépendantiste dans ces élections générales de 2008 crée un changement majeur dans les rapports de force entre le futur gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero et Esquerra. On le mesure entre autres dans le fait que, quelques jours seulement après le scrutin, l’éditorialiste Patxo Unzueta [El País, 13 mars 2008, du quotidien espagnol El País, journal traditionnellement proche de la gauche, a suggéré que l’alliance du candidat puis du président Zapatero avec Esquerra et IU-ICV lors de son premier mandat, aurait uniquement visé à les neutraliser politiquement en vue de la seconde législature. Intégrer dans un gouvernement un adversaire politique plus petit pour mieux le disqualifier, c’est ce qu’avait très bien su faire le président François Mitterrand à l’égard des communistes, la référence ouvre d’ailleurs l’éditorial de Patxo Unzueta. En Catalogne même, Jordi Pujol l’avait fait avec Esquerra au début des années 1980, en intégrant brièvement un député républicain à son gouvernement, avec un résultat électoral désastreux pour le parti indépendantiste. CiU était en revanche au faîte de sa puissance, et depuis, aucun militant d’Esquerra n’a pardonné ce cadeau empoisonné à la fédération nationaliste.

Toutefois, l’alliance de Zapatero avec les indépendantistes, conclue avant les élections, lui a valu de violentes et continuelles attaques de la droite espagnole, mais aussi d’une partie de son propre camp. Rappelons à cet égard que dans le discours du PP depuis début 2004, Esquerra, parce que son président Josep-Lluís Carod-Rovira, avait rencontré des dirigeants d’ETA à Perpignan, était assimilée à l’organisation terroriste, et le PSOE aussi, puisque il s’était allié à Esquerra. Il faut rappeler la force rhétorique qu’a eue le syllogisme suivant : « Si Esquerra=ETA, et si PSOE=Esquerra, alors PSOE=ETA ». On comprend dès lors que le seul fait que cette hypothèse soit avancée quelques jours après le scrutin, constitue en lui-même une information. Il est sans doute trop tôt encore pour savoir avec certitude si Zapatero a d’emblée eu l’intention de neutraliser Esquerra en s’alliant avec eux, ou s’il a changé d’avis au cours de la législature, mais le résultat est là. Le parti indépendantiste ne pourra plus, ou très ponctuellement, « conditionner le PSOE » comme il le souhaitait, et ce sera un argument de moins pour le Parti Populaire contre José Luis Rodríguez Zapatero. Fait peu commun dans l’histoire de la démocratie espagnole, le candidat Zapatero a été investi le 11 avril 2008 à la majorité simple, autrement dit par son seul groupe parlementaire sans alliance avec aucun autre parti.

Autour d’eux, les « trois mousquetaires » d’Esquerra ne pourront plus compter sur le renfort des représentants de deux partis amis, privés de députés pour cette législature : le parti indépendantiste basque Eusko Alkartasuna, allié d’Esquerra aux européennes, et le parti nationaliste aragonais Chunta Aragonesista, proche de la direction actuelle de la formation indépendantiste catalane. Toutefois, au moment de la rédaction de cet article, Esquerra et IU-ICV venaient de conclure un accord pour former à elles deux un groupe parlementaire. Les deux formations catalanes échappent ainsi au groupe mixte.

Autre consolation, bien légère il est vrai, pour les indépendantistes d’Esquerra : l’absence au Congrès des Députés de leur plus récent adversaire, le petit parti post-nationaliste catalan Ciutadans de Catalunya, né en 2006 d’une plate-forme de réflexion créé par des intellectuels de renom comme le professeur de droit constitutionnel Francesc de Carreras ou le dramaturge Albert Boadella. Présent au Parlement catalan depuis fin 2006, Ciutadans a fait de l’opposition à la politique linguistique en faveur du catalan l’un de ses axes majeurs. En revanche, il n’a pas réussi à faire alliance avec un autre petit parti créé lui aussi tout récemment pour contrer les nationalistes périphériques en Espagne : Unión Progreso y Democracia (UPD), lancé en 2007 par le philosophe basque Fernando Savater et l’ancienne dirigeante socialiste Rosa Díez, élue pour cette législature.

 

BIBLIOGRAPHIE SELECTIVE

AGUILERA G., Carod-Rovira, saltar la paret, Llibres del índex, Barcelona, 2003, 211 p.

ARGELAGUET J., « L’Esquerra Republicana de Catalunya, la troisième force de l’échiquier politique catalan », Pôle sud n°20, Montpellier, mai 2004, p. 9-24.

COLLECTIF, Esquerra Republicana de Catalunya, 70 anys d’història, Columna, Barcelona, 2002, 404 p.

LOYER B., Géopolitique de l’Espagne, Armand Colin, Paris, 2006, 336 p.

RIDAO, J., Les coalicions polítiques a Catalunya, 1980-2006, Atelier Llibres Jurídics, Barcelone, 2006, 415 p.

SANCHÍS V., Què pensa Josep-Lluis Carod-Rovira, Prosa Deria editors; Barcelona, Octobre 2003, 189 p.

 

 

 

Working Papers, Working Atlas

Le carnet des Working Papers et Working Atlas de l’IFG a pour objet de diffuser des recherches novatrices de doctorants, docteurs, ou chercheurs associés à notre laboratoire.
Ce carnet vise également à la publication d’articles ou atlas répondant à l’actualité sous l’angle de la démarche géopolitique. Cette démarche analyse sous une forme spatialisée les rivalités de pouvoirs sur des territoires (ou au sujet de territoires), en prenant en compte les représentations contradictoires des acteurs impliqués. Ceci afin de permettre au lecteur de prendre la mesure des motifs du conflit ou de la rivalité étudié, et des stratégies mises en oeuvre dans les différents camps, partis, mouvements, etc.
Les working paper sont des articles d’une dizaines de pages avec des cartes illustrant le raisonnement géopolitique. Les working atlas sont quant à eux une présentation innovante du raisonnement spatialisé et diatopique (utilisant le diatope lacostien).