« Un bain de réalisme », la défaite d’Esquerra Republicana de Catalunya aux élections législatives espagnoles du 9 mars 2008 (par Cyril Trépier, mai 2008)

Working-paper n°1 – PDF à télécharger

A propos de l’auteur :

Allocataire de recherche CRAG-IFG, Cyril Trépier est doctorant en géopolitique à l’Institut français de géopolitique. La thèse qu’il prépare sous la direction de Barbara Loyer (Université Paris VIII) et Félix Ovejero (Universitat Autonoma de Barcelona), s’intitule Analyse géopolitique de l’indépendantisme en Catalogne, et accorde une place centrale aux positionnements des entrepreneurs catalans face au mouvement indépendantiste.

ctrepier@yahoo.fr

Résumé

Esquerra Republicana de Catalunya, seul parti catalan ouvertement indépendantiste représenté aux Parlements d’Espagne et de Catalogne, vient de subir une très grave défaite lors des élections générales espagnoles du 9 mars 2008. Le parti indépendantiste a perdu plus de 350.000 voix, cinq des huit députés élus au Congrès de Madrid lors du précédent scrutin de 2004, et son groupe parlementaire. Les socialistes catalans, fédérés et non délégués au PSOE, ont été décisifs dans la deuxième victoire consécutive de José Luis Rodríguez Zapatero. L’indépendance de la Catalogne, bien que présente dans le principal slogan de campagne d’Esquerra, n’était pas au programme de ce scrutin. En mars 2004, le parti indépendantiste catalan avait obtenu une victoire historique mais trompeuse, en passant d’un à huit députés. Sa défaite de 2008 s’explique en partie par le retour de nombreux électeurs de gauche vers le Parti des Socialistes de Catalogne, mais surtout par une forte abstention chez ses électeurs nationalistes.

Summary

Esquerra Republicana de Catalunya, the main Catalan independentist party, was severely defeated in the last Spanish general elections on March 9th of 2008, loosing more than 350,000 votes, 5 of the 8 deputies elected in the former election in 2004, and its parlamentary group in the Congress of Deputies in Madrid. Catalonia was decisive in the victory of the the actual president of Spanish government, José Luis Rodríguez Zapatero, who no longer needs the alliances he formed after his first election in 2004. The independance of Catalonia was mentionned by Esquerra in its main motto, but not really at stake in these elections. In the former general elections, in 2004, Esquerra’s victory was significant, partially thanks to left-wing voters who chose the independent party as a reaction against José Maria Aznar’s right-wing government. In 2008, a large number of these voters returned towards the socialists. But many of the nationalist voters of Esquerra stayed at home in 2008. All the other independentist parties in Catalonia praised abstention. Although Esquerra lost votes in the last three elections in 2006, 2007 and 2008, its last defeat was much more dramatic than the other ones, and for that reason does probably not question the past victories of this independentist party. Esquerra remains member of the Three-part Catalan governement with Catalan socialists and ecosocialists. Convergència i Uniò, the nationalist federation created by Jordi Pujol, has proved in the 2008 elections the strength it conserves. The internal conflicts of Esquerra, have reappeared and are likely to become more and more dramatic while the National Congress, previewed in June, will get closer. The president and the secretary general of the party will be elected in this National Congress. Four candidates have declared themselves at the moment, two of them represent internal contestation movements. The president in charge, Josep-Lluis Carod-Rovira, decided not to renew his candidatorship.

————————————————————————————————————————————————————

Rude coup que celui subit par les indépendantistes catalans d’ERC lors des législatives espagnoles du 9 mars 2008. Grand vainqueur des élections qui lui ont donné cinq sièges supplémentaires, José Luis Rodríguez Zapatero a obtenu, sinon la majorité absolue – avec 169 députés sur 176 requis –, du moins l’assise suffisante pour pouvoir se dispenser de l’appui de ses encombrants alliés indépendantistes. Cette victoire s’explique en grande partie par les performances des socialistes catalans, parti fédéré et non délégué au PSOE. Avec 25 députés, 4 de plus qu’en 2004, le parti conduit par la ministre du Logement Carme Chacón a réédité son record de 1982. Du côté indépendantiste, elle semble bien loin, l’euphorie du scrutin de mars 2004, qui avait vu Esquerra Republicana de Catalunya passer de 5,6 % des voix à 15,9 % et, surtout, d’un à huit élus au Congrès des Députés de Madrid. Cette fois-ci, le parti de Josep-Lluís Carod-Rovira, membre depuis fin 2003 d’un gouvernement de coalition dirigé par les socialistes, et qui pour sa campagne 2008 avait choisi le slogan « Un pays de première (c’est pourquoi nous voulons l’indépendance) » [Un pais de primera (per aixo volem la independència) ], a perdu plus de 350.000 voix, cinq de ses huit députés, et son groupe parlementaire propre puisqu’il faut au minimum cinq élus pour le constituer. Au lendemain du scrutin, les trois députés d’Esquerra, Joan Ridao, tête de liste, Joan Tardà, pour Barcelone, et Francesc Canet, pour Gérone, étaient donc promis au groupe mixte, quitté sans regret en 2004. La formation indépendantiste est donc tombée de très haut ce soir du dimanche 9 mars, ce que reflétaient les visages graves des dirigeants, militants et sympathisants venus suivre la soirée électorale depuis le siège ou l’hôtel de campagne. Là, c’est pour se soutenir que certains s’embrassaient, nullement pour se congratuler.

 

Une nouvelle fois, la campagne des élections générales espagnoles a été endeuillée par le terrorisme, celui de l’organisation basque ETA, qui, le 7 mars 2008 à Arrasate (Mondragón en espagnol), dans la province basque de Guipúzcoa, a assassiné Isaías Carrasco Miguel, 43 ans, ancien conseiller municipal socialiste et receveur de péage d’autoroute. Déjà victime d’un attentat, ce père de famille avait renoncé à son escorte policière. Atteint de plusieurs balles devant son domicile, tirées, en plein jour, par un tireur au visage découvert mais déguisé, il a succombé sous les yeux de sa famille. Cet acte a immédiatement reçu la condamnation unanime de la quasi-totalité des formations politiques en Espagne, dont une grande partie, à commencer par le PSOE et le PP, ont annulé le programme de fin de campagne en signe de deuil. ETA, ainsi que l’extrême gauche indépendantiste basque, avaient appelé à l’abstention aux générales 2008. Le lendemain de l’assassinat, Sandra, fille aînée d’Isaías Carrasco a pris la parole devant la presse et entourée de ses proches et d’anonymes venus soutenir la famille du disparu, et dit que le plus grand hommage que l’on pouvait rendre à son père, aux membres de sa famille et à leur douleur, était d’aller massivement voter. Exercer son droit de citoyen face au terrorisme, c’est aussi le sens du message émis par l’immense majorité des formations politiques en Espagne, Esquerra comprise. La participation à ces élections générales 2008 a été presque égale à celle de 2004 à l’échelle de l’Espagne, avec 75,3 % de votants contre 75,7 % au précédent scrutin.

En Catalogne, où l’on vote traditionnellement beaucoup plus quand l’enjeu du scrutin est espagnol et non uniquement catalan, la participation a atteint 71,2 % des inscrits, et 75,9 % en 2004. Seuls 53,9 % des inscrits catalans avaient voté aux municipales du 27 mai 2007. Au Pays Basque, Sandra Carrasco semble avoir été moins entendue qu’à l’échelle nationale. La participation est passée de 75 % des inscrits en 2004 à 65 % en 2008, et de 73,34 % des inscrits à 59,30 % à Mondragón.

Un autre événement, intervenu peu de temps avant le lancement de la campagne de ces générales 2008, a été la déclaration d’indépendance du Kosovo. Comme celle du Monténégro en 2006, elle a été applaudie par les indépendantistes catalans, entre autres, et rejetée par le PSOE et le PP. Les indépendantistes d’Esquerra ont demandé en vain au gouvernement espagnol de reconnaître ce nouvel État, ce à quoi il s’est clairement refusé, ce qui a inspiré au candidat tête de liste Joan Ridao ce commentaire, le 23 février 2008 : « Le Kosovo n’est pas la Catalogne, mais l’Espagne ressemble de plus en plus à la Serbie », puis, le lendemain, « ceux qui ressemblent de plus en plus à M. Poutine [qui a plusieurs fois mis en garde l’Espagne contre les conséquences intérieures d’une indépendance du Kosovo] sont MM. Moratinos [ministre espagnol des affaires étrangères] et Zapatero » [La Vanguardia, 25 février 2008]. Esquerra n’a pas non plus obtenu la reconnaissance du Kosovo indépendant par le Parlement catalan ni par la mairie de Barcelone.

 

Une défaite des indépendantistes presque aussi spectaculaire que l’envolée de 2004

Les résultats détaillés dans les tableaux page 4 en témoignent, cette indépendance du Kosovo ne semble pas avoir porté bonheur aux indépendantistes catalans d’Esquerra. Après s’être hissée à la place de quatrième force politique espagnole en sièges au Congrès des Députés, le parti de Josep-Lluís Carod-Rovira a subi la plus forte baisse de ce scrutin.

En Catalogne, la succession des différentes élections depuis 1977 enseigne qu’une partie de l’électorat vote pour des partis différents selon le type d’élections. Ce vote différentiel est difficile à quantifier car la participation varie beaucoup elle aussi selon le type d’élections, autrement dit on ne dispose pas d’un groupe de votants à peu près égal que l’on pourrait suivre par un simple jeu de soustractions. Si cette pratique a toujours donné la victoire au PSC aux générales depuis 1977, celui-ci n’avait pas obtenu 25 députés depuis 1982, année de la première majorité absolue de Felipe González à la tête du PSOE. Les socialistes espagnols ont obtenu cinq sièges de plus au Congrès, les socialistes catalans, quatre, c’est dire le rôle déterminant des seconds dans la victoire de M. Zapatero.

La saignée qu’a subie Esquerra s’observe à toutes les échelles, dans l’ensemble de la Catalogne, les quatre provinces, les capitales comarcales, la ceinture métropolitaine de Barcelone ou les différents districts de la capitale. La formation indépendantiste n’a guère été plus protégée dans ses bastions qu’ailleurs en Catalogne. La carte page 5, qui compare l’envolée d’Esquerra en 2004 aux pertes qu’elle a subies par provinces en 2008, le montre. Elle montre aussi que ce scrutin a partiellement déjoué les pronostics. En effet, états-majors et principaux journaux envisageaient ainsi les mouvements du dernier siège de chaque province : Barcelone : PSC-PSOE vers divers.

Gérone : ERC vers PP.

Lleida : PSOE/ERC vers CiU ou PP.

Tarragone : PSOE vers CiU.

Dans la province de Barcelone, Esquerra perd plus de la moitié des votes reçus en 2004 et subit de loin la plus forte baisse. Dans la capitale elle-même, avec 7 % des voix contre 14,6 % en 2004, le parti indépendantiste cède la moitié de ses voix ou plus dans tous les districts. Son bastion de Gràcia n’est pas épargné : 10% contre 20,4% en 2004. A Lleida, Esquerra perd de plus de 20.000 voix et le siège de député conquis en 2004 au profit du PP. A Tarragone, où le parti cède plus de 40.000 voix, c’est le PSC qui obtient le siège de député perdu par Esquerra. A Gérone, Esquerra perd l’un des deux sièges de députés conquis en 2004 après être restée absente de la province depuis les premières législatives espagnoles. Mais le danger n’est pas venu d’où elle l’attendait. C’est le PSC, et non le PP, qui a ravi le sixième siège de député de Gérone. Le PP, qui n’a réussi à faire élire un député pour Gérone qu’en 1982 et 2000, échoue encore et restera quatre ans de plus absent de cette circonscription.

A Gérone, nombre d’électeurs de gauche, nationalistes ou non, tirent une grande fierté de l’échec répété du Parti Populaire à faire élire un parlementaire dans leur province. Francesc Canet, le député d’Esquerra pour cette province où le parti dispose d’une forte implantation, avait déjà été tête de liste d’ERC pour Gérone lors des élections législatives espagnoles de mars 2004. Comme Joan Tardà, le numéro deux sur la liste d’Esquerra à Barcelone, qui a remplacé le secrétaire général Joan Puigcercós à la tête du groupe parlementaire indépendantiste, Francesc Canet possède donc une réelle expérience du Congrès des Députés. En page 6 figure un tableau expliquant les alliances parlementaires en Espagne de 2004 à 2008, et les alliances parlementaires en Catalogne depuis fin 2003, avec les députés élus en novembre 2006.

En page 5 figure la carte de la défaite d’Esquerra aux législatives de 2008.

En page 6 figure un tableau explicatif des alliances parlementaires en Espagne entre 2004 et 2008, et des alliances parlementaires en Catalogne depuis fin 2003, avec les députés élus en novembre 2006.

A l’égard des écosocialistes d’Iniciativa per Catalunya-Verds, leurs alliés au sein du gouvernement autonome et au Sénat, les indépendantistes d’Esquerra apparaissent toujours favorisés par le mode de scrutin, mais l’écart en sièges des deux formations s’est rétréci depuis 2004. En effet, Iniciativa per Catalunya-Verds est associée au parti Izquierda Unida pour les élections au Congrès des Députés, et cette fédération dirigée par Gaspar Llamazares se présente dans toutes les provinces sans exception. Ce choix les dessert, comme l’explique Francesc de Carreras, professeur de droit constitutionnel à l’Université Autonome de Barcelone, « le système est proportionnel, mais la circonscription est provinciale, et l’immense majorité des provinces d’Espagne ont moins de huit députés. Dès lors, les sciences politiques enseignent que, dans un système de circonscription avec moins de huit députés, le système proportionnel tend dans les faits à être majoritaire, c’est-à-dire à favoriser deux partis » [Entretien avec l’auteur avant le scrutin]. Au contraire, Esquerra ne se présente qu’en Catalogne, dans la communauté de Valence et aux Baléares. La carte page 8 montre le résultat de ces deux stratégies en 2008.

En 2004, Esquerra avait obtenu 8 députés avec 652.196 voix, et IU-ICV, 5 députés avec 1.518.871 voix. En 2008, si certains résultats provisoires ont placé ERC derrière IU-ICV en sièges, les indépendantistes ont finalement obtenu plus de députés que les écosocialistes avec moins de voix : 3 pour ERC avec 274.660 voix, et 2 pour IU-ICV : Gaspar Llamazares à Madrid, et Joan Herrera, tête de liste d’ICV à Barcelone – avec 926.043 voix.

Cette formation perd donc comme Esquerra son groupe parlementaire, et devant la sévère baisse en voix et en sièges subie lors de ces générales, avec près de la moitié des voix de 2004 perdues à Valence et Madrid, le leader d’IU, Gaspar Llamazares a annoncé qu’il ne se présenterait pas à sa propre réélection comme coordinateur fédéral d’IU. Il faut noter qu’ICV regroupe des indépendantistes, parmi d’autres sensibilités, et que des transferts réciproques de voix existent entre Esquerra et ICV.

Au terme de ce scrutin, CiU, le rival direct d’Esquerra sur le terrain nationaliste, est la seule formation politique catalane ayant conservé un groupe parlementaire propre au Congrès des Députés espagnols. Si de nombreuses voix au sein du PSC se prononcent pour que ce parti obtienne aussi un groupe parlementaire propre, distinct du PSOE, au Congrès des Députés, ce n’est pas encore une réalité. Cette situation du PSC laisse le champ libre aux nationalistes et indépendantistes pour stigmatiser un PSC supposément aux ordres du PSOE aux dépens de la Catalogne, un « ectoplasme », selon l’expression de Joan Ridao pendant la campagne. Les symboles comptent beaucoup dans la vie politique catalane, et la nouvelle situation des nationalistes modérés de CiU leur donne une précieuse image d’indépendance à l’égard du PSOE, image qu’ils confirmeront ou non par leurs choix pendant la nouvelle législature.

Un échec assumé d’emblée comme tel par les dirigeants indépendantistes

Ni Joan Ridao, le premier à prendre la parole devant les journalistes à l’hôtel électoral,ni le président d’Esquerra et vice-président catalan, Josep-Lluís Carod-Rovira, n’ont cherché à minimiser le revers qu’ils venaient de subir.

Les tout premiers mots de Joan Ridao ont été de remercier les votants dans leur ensemble pour être allé aux urnes et avoir ainsi permis le maintien de la « normalité démocratique » en réponse à l’attentat de l’ETA. Puis, le candidat tête de liste a cité une série d’obstacles contribuant selon lui à l’explication de ce mauvais résultat : la difficulté de la campagne de ces générales 2008, marquée par une « forte bipolarisation » qui avait « fait déraper de la centralité politique une force comme Esquerra », la politique « marquée par la crispation » du Parti Populaire, et une sensation de découragement chez les Catalans, due à ses yeux à l’absence d’un « horizon commun encourageant pour ce pays ». Joan Ridao a ajouté en direction du PSC que « cette importante vague de vote qu’ils ont reçue n’est pas un chèque en blanc qu’ils peuvent administrer comme ils le souhaitent, mais une force pour contrecarrer le PP ». Pour détendre quelque peu l’atmosphère malgré la perte de cinq des huit députés, le candidat tête de liste Esquerra a conclu en disant que : « les trois mousquetaires eux aussi étaient trois. Les trois députés d’ERC peuvent faire un très bon travail à Madrid », a-t-il assuré. Enfin, Joan Ridao a appelé à l’union des forces catalanistes pour le financement et la mise en œuvre du Statut d’autonomie.

« Non seulement nous avons fait un résultat inférieur à celui d’il y a quatre ans, mais en plus nous avons fait un mauvais résultat », a renchéri Josep-Lluís Carod-Rovira à sa suite. « Nous savons qu’une partie de l’électorat n’est pas allé aux urnes, et qu’une autre a jugé plus utile, contre le PP, de voter PSOE. Il nous faut savoir voir pourquoi Esquerra n’a pas su mobiliser », a-t-il ajouté. Après avoir félicité les socialistes pour leur succès, le leader indépendantiste a contre-attaqué en leur attribuant la « responsabilité exclusive du financement [de la Catalogne]. Tout est entre leurs mains ».

Si Joan Ridao et les autres leaders d’Esquerra présents dans l’hôtel électoral ont refusé les interviews après la conférence de presse, le premier des « trois mousquetaires » est revenu peu de temps après sur sa défaite dans une interview sur la chaîne de télévision de la Generalitat TV3 : « Nous étions installés dans une bulle, et on nous a donné un bain de réalisme. Les résultats de l’année 2000 [un seul député élu] étaient probablement plus conformes à la réalité actuelle que ceux de 2004. En 2000, nous avions obtenu 90 000 voix, en 2004 nous avons fait une poussée dans un contexte très exceptionnel ». Ce bain de réalisme a toutefois eu toutes les apparences d’une douche froide, comme pour Joan Tardà, lui aussi élu pour Barcelone, qui confiait sa stupeur au principal conseiller de Josep-Lluís Carod-Rovira à la vice-présidence, Marc Marsal, face à un résultat « ascientifique », qu’il n’aurait « jamais imaginé dans la pire de ses hypothèses ». Cet imposant amateur de rugby était sonné. Il n’était pas le seul.

 

Ce qu’Esquerra attendait du scrutin

Si le candidat tête de liste d’Esquerra, Joan Ridao, disait « n’avoir renoncé à rien » avant le scrutin, les dirigeants du parti indépendantiste montraient pendant la campagne qu’ils mesuraient la difficulté de rééditer les scores atteints en 2004 et de conserver huit députés. Selon Marc Marsal, conseiller du vice-président catalan et leader d’Esquerra, Josep-Lluís Carod-Rovira, le parti indépendantiste aspirait pour ces législatives espagnoles 2008 à « être aussi influent ou davantage avec un nombre peut-être inférieur de députés » [Entretien avec l’auteur avant le scrutin]. À ses yeux, en effet, la poussée inédite d’Esquerra en 2004 avait été obtenue « dans des circonstances assez exceptionnelles : le candidat tête de liste était le même que quatre ans auparavant, c’est-à-dire Josep-Lluís Carod-Rovira, un candidat à la forte capacité électorale, qui en outre avait subi les dégâts et les attaques constants du Parti Populaire, et à tout cela se sont ajoutés les lamentables attentats du 11 mars à Madrid, et la tentative du Parti Populaire d’en couvrir la responsabilité » [idem]. A l’époque, en effet, le président d’Esquerra, Josep-Lluís Carod-Rovira, qui avait conduit son parti vers deux réussites successives en 2003, les municipales en mai, puis les autonomiques en novembre, venait d’être contraint à la démission de son poste de numéro deux du gouvernement autonome catalan pour avoir rencontré la direction politique d’ETA à Perpignan en janvier 2004, et négocié une trêve des attentats pour la Catalogne. Déjà très critiqué avant l’affaire de Perpignan en tant qu’indépendantiste par le Parti Populaire et notamment le chef du gouvernement de l’époque, José María Aznar, Josep-Lluís Carod-Rovira ne le fut que davantage dès la révélation de la rencontre, et le PSOE de José Luis Rodríguez Zapatero avec lui, puisque les deux partis avaient conclu une alliance électorale pour les générales de 2004. Or, ces attaques contre Josep-Lluís Carod-Rovira, contribuèrent à créer un élan de sympathie en sa faveur en Catalogne, au-delà des sphères indépendantistes et nationalistes. « Dans ce contexte, poursuit Marc Marsal, avec Josep-Lluís Carod-Rovira, et Esquerra étant le plus grand bastion d’opposition au Parti Populaire, les huit sièges ont été obtenus. Rééditer ce résultat dans un autre contexte, plus calme, avec un candidat tête de liste différent, qui a des vertus mais n’est pas le plus connu de la population, c’est ce que disent les enquêtes de popularité, est assez difficile ».

En termes d’électorat, Joan Ridao soulignait dans une interview [El Periódico de Catalunya, 25 février 2008] à deux semaines du scrutin, la nécessité pour Esquerra de « mobiliser notre électorat, spécialement le noyau dur », autrement dit les indépendantistes, sachant, nous y reviendrons, que tous les électeurs d’Esquerra ne sont pas forcément indépendantistes. « Il s’agit plus d’un positionnement idéologique que d’une répartition territoriale des voix, analysait Marc Marsal [Entretien avec l’auteur avant le scrutin]. Joan Ridao parlait, je crois, du fait de conduire aux urnes l’électeur indépendantiste alors que les élections sont étatiques, c’est-à-dire quand une partie importante de notre électorat pense que ces élections ne sont pas importantes pour eux et, par ailleurs, il évoquait des électeurs qui attendent encore de juger positivement ou non l’action d’Esquerra dans le gouvernement de la Generalitat ».

De la même façon, et parce que tous les indépendantistes ne sont pas à Esquerra, mais peuvent être dans une fédération nationaliste comme Convergence et Union bien que son créateur Jordi Pujol, se soit toujours défendu de promouvoir la sécession, Joan Ridao a appelé pendant la campagne ces électeurs à voter Esquerra. La fédération CiU, dirigée par Artur Mas, regroupe en effet deux partis nationalistes, Convergència Democrática de Catalunya, CDC, le plus important et souvent le plus nationaliste, dont Artur Mas est président, et Uniò Democrática de Catalunya, UDC, démocrate-chrétienne généralement plus modérée, et dirigée par Josep Antoni Duran Lleida, tête de liste de CiU pour ces législatives. L’indépendantisme a toujours existé au sein de CiU depuis sa création en 1978, notamment dans les bases militantes de CDC, mais il se fait davantage entendre depuis plusieurs mois, et se traduit notamment par l’apparition de plusieurs courants de contestation interne jugeant la direction trop modérée envers Madrid. Josep Antoni Duran Lleida, est assurément étranger à ces courants souverainistes, et projette au contraire une image de la modération que son adversaire Joan Ridao a cherché à exploiter au cours de la campagne. « Il y a beaucoup de gens souverainistes [au sein de CDC], disait-il le 21 février dans un meeting, et nous devons leur demander de ne pas jeter leur vote à la poubelle, en votant pour un candidat qui se soucie de l’indépendance comme d’une guigne » [La Vanguardia, 22 février 2008]. Parallèlement, le président de CiU, Artur Mas, affirmait quelques jours plus tard « l’inutilité de diviser le vote catalaniste entre CiU et ERC en donnant la clé à ERC » [La Vanguardia, 25 février 2008] Nous y reviendrons, les rivalités internes à CiU et à ERC sont presque indissociables des modalités et motifs de l’affrontement que se livrent ces deux formations.

Il faut reconnaître au candidat tête de liste d’ERC, Joan Ridao, une certaine clairvoyance lorsqu’il affirmait que l’envolée « exponentielle » de son parti aux générales de 2004 avait eu « quelque chose d’un soufflé » [El Periódico de Catalunya, 25 février 2008]. On ne constate pas de rupture sur le fond entre le discours du candidat avant le scrutin et celui qu’il tient depuis.

A Madrid, une alliance d’Esquerra avec le PP était bien sûr inconcevable pour les dirigeants des deux formations. Mais pour envisager une alliance avec le PSOE, seul scénario possible par conséquent, le parti indépendantiste posait comme condition sine qua non la publication avant l’investiture, des « balances fiscales », autrement dit le bilan financier des impôts payés par les Catalans à Madrid au regard de ce qui leur est reversé par l’État. Nationalistes et indépendantistes catalans dénoncent régulièrement un déficit fiscal de la Catalogne au profit de l’État espagnol, et présentent les balances fiscales comme la preuve chiffrée et incontestable de cette réalité. Bien que certains économistes, y compris catalans, comme Josep-Lluís Sureda [Entretien avec l’auteur avant le scrutin], soulignent que l’absence de règles uniques de calcul de ces balances fiscales conduit à des résultats très différents et leur enlève toute pertinence, elles sont abondamment utilisées pour expliquer les nombreux problèmes d’infrastructures que connaît la Catalogne et faire valoir l’idée que c’est son maintien en Espagne, et non sa sécession, qui va contre les intérêts économiques des Catalans. Aux très nombreuses publications déjà produites en Catalogne sur le déficit fiscal de la communauté autonome, Esquerra a récemment ajouté la sienne, qui évalue ce déficit à 10 % du Produit Intérieur Brut catalan. Si ce thème revient régulièrement dans le discours nationaliste et indépendantiste, il a été remis en tête de l’agenda politique en préparation de la discussion prévue à Madrid dans quelques semaines sur le nouveau mode de financement de la Catalogne, ce qui s’annonce comme l’un des plus épais dossiers de la prochaine législature. L’objectif des indépendantistes, entre autres, est de se rapprocher le plus possible du système basque dit des « Concerts économiques », où tous les impôts sont prélevés par les autorités locales, et une partie régulièrement renégociée, reversée à l’État. C’est ce qu’expliquait avant le scrutin, le Secrétaire Esquerra de la Generalitat à l’Industrie, Antoni Soy : « le but consiste précisément à conduire à la limite de ce que prévoit le Statut, c’est-à-dire au maximum possible dans le cadre de la Constitution, et même dans certains cas, à l’extrême limite, pour essayer d’obtenir un système de financement qui permette de réduire le déficit fiscal et de nous rapprocher le plus possible du concert économique » [Entretien avec l’auteur avant le scrutin].

Si, à l’approche du scrutin, José Luis Rodríguez Zapatero ne cachait pas son souhait de gouverner sans alliance avec ERC pendant la prochaine législature, les dirigeants d’Esquerra, son président Josep-Lluís Carod-Rovira en tête, mettaient en garde contre les risques qu’entraînerait selon eux, une majorité absolue du PSOE le 9 mars, et, parmi ces risques, contre une censure du nouveau Statut d’autonomie catalan par le Tribunal Constitutionnel [Avui, 6 mars 2008], saisi de sept recours contre ce texte. Très impliquée dans l’élaboration du premier projet de Statut, celui approuvé par le Parlement catalan fin septembre 2005, Esquerra finit par appeler à voter « non » au référendum organisé en Catalogne sur son adoption, après d’importantes modifications par le Congrès des Députés espagnols. En un mot, les dirigeants indépendantistes ont cherché à conjurer la menace du vote utile. « Bien que le PSC puisse recevoir un vote utile, expliquait le candidat Joan Ridao à deux semaines du scrutin [El Periódico de Catalunya, 25 février 2008], nous le contrecarrons en expliquant qu’on ne peut être utile lorsque l’on est dilué dans un PSOE qui maltraite le PSC lui-même et la Catalogne avec les Cercanías [trains régionaux gérés par la compagnie nationale de chemin de fer espagnole RENFE, et dont les fréquents dysfonctionnements sont l’une des principales pommes de discorde entre la Generalitat et Madrid]. Il est plus utile de voter une force de gauche qui, avec 6, 7 ou 8 députés conditionnera le PSOE ». Ce message d’Esquerra ne semble pas avoir été suffisamment entendu cette fois-ci.

 

Des hypothèses pour expliquer ce résultat. Efface-t-il toutes les réussites précédentes du parti indépendantiste ?

 

Dès le lendemain du scrutin, des observateurs espagnols soulignaient avec raison la forte présence de l’ancien président du gouvernement socialiste Felipe González dans la campagne 2008 du PSOE, tout particulièrement en Catalogne. L’objectif du PSOE semble transparent : mobiliser l’homme de 1982, l’auteur de la première victoire des socialistes, en Espagne à la majorité absolue, et en Catalogne avec le record de députés PSC élus. Si José Luis Rodríguez Zapatero n’a pas obtenu la majorité absolue, les socialistes catalans ont bien réédité le record de 1982.

Pour expliquer une défaite de cette ampleur pour Esquerra, il faut considérer son électorat dans sa diversité, autrement dit, des deux côtés de l’axe nationaliste-non nationaliste. Au crédit de Josep-Lluís Carod-Rovira doit incontestablement être mise la capacité qu’a eue Esquerra d’attirer des électeurs de gauche, notamment non indépendantistes, et pour certains, plus castillanophones que catalanophones. Il faut prendre au pied de la lettre sa phrase de la campagne des dernières élections autonomiques : « Pas besoin d’être indépendantiste pour voter Esquerra ». Géographiquement, cela s’est notamment traduit à partir des municipales de 2003, puis dans les autonomiques la même année, et les générales de 2004, par un gain de voix significatif dans la ceinture métropolitaine de Barcelone. Ce faisant, Esquerra a chassé sur des terres traditionnellement socialistes. On doit garder constamment à l’esprit le fait qu’Esquerra porte aussi un discours social, ne parle pas tout le temps d’une indépendance dont ses dirigeants disent régulièrement ignorer quand elle pourra voir le jour, et qu’en attendant, elle s’insère dans l’ensemble des débats catalans et espagnols comme un parti politique de gauche parmi d’autres. L’annonce il y a quelques mois d’un référendum d’autodétermination de la Catalogne pour 2014, ou le spot télévisé de cette campagne 2008 avec un compte à rebours et la phrase : « A la fin de ce message, il manquera une minute de moins pour l’indépendance » ne doivent pas faire illusion : Esquerra est bien insérée aujourd’hui dans la quotidienneté de la vie politique.

Or, il semble que cette fois, une part importante des électeurs de gauche qu’elle avait séduits lors des précédentes consultations, soient revenus vers le vote socialiste. On semble ainsi avoir assisté en 2004 et 2008 à deux votes anti-PP aux résultats différents, d’abord en faveur d’une formation dont un PP au pouvoir depuis huit ans et dirigé par José María Aznar avait fait sa bête noire, ERC, puis, en faveur du seul parti capable de le vaincre à l’échelle de l’Espagne, le PSOE et le PSC qui lui est fédéré. « Le véritable vainqueur des élections n’est pas Zapatero, mais le PSC. Pour sa capacité à se transformer en refuge, note l’éditorialiste Antoni Puigverd dans le quotidien catalan La Vanguardia. C’est le vote utile catalaniste et le vote espagnol de concorde, le vote libéral et celui des ouvriers »[ « En Catalunya está la explicación », La Vanguardia, 10 mars 2008.].

Toutefois, le tableau de la page 3 montre, tant à l’échelle de la Catalogne que dans chacune des provinces, que les pertes de voix d’Esquerra sont considérablement supérieures aux gains socialistes. Or, comme ceux-ci sont les seuls à avoir réussi une hausse en voix, on arrive à la même conclusion que Josep-Lluís Carod-Rovira le soir de la défaite : certains électeurs qui avaient accordé auparavant leur vote à Esquerra, ont boudé les urnes cette fois-ci. La baisse de la participation par rapport à 2004, année exceptionnelle il est vrai, avec 75,90 % de votants contre 71,20 % en 2008, Esquerra l’a vraisemblablement payée cher. L’explication de la défaite d’Esquerra est donc aussi à chercher du côté du noyau dur d’Esquerra et de CiU, chez ces indépendantistes que Joan Ridao souhaitait convaincre.

Si Esquerra n’est pas tout à fait un parti politique comme un autre, une formation dont l’appui parlementaire à Madrid n’apporterait pas plus de difficultés que d’avantages, il est néanmoins au pouvoir en Catalogne depuis fin 2003 dans deux gouvernements de coalition successifs. Ce parti qui avait presque toujours été dans l’opposition depuis 1980, a perdu en confort idéologique ce qu’il a gagné en prérogatives. Pour certains électeurs indépendantistes convaincus, si la première alliance conclue en 2003 avec les socialistes et les écosocialistes pouvait être compréhensible étant donnée la personnalité très catalaniste du président socialiste Pasqual Maragall, la réactivation de cette alliance fin 2006 après l’expulsion d’Esquerra du gouvernement autonome pour l’appel à voter « non » au référendum statutaire, est moins bien passée. « C’est d’autant moins bien accepté avec un président socialiste né en Andalousie comme José Montilla », estimait le soir du scrutin le journaliste de La Vanguardia Francesc Bracero [Entretien avec l’auteur], qui suit depuis cinq ans le parti indépendantiste. Il faut noter, et cela va dans le même sens, que les courants de contestation interne, comme celui de Joan Carretero, Reagrupament.cat, sont nés après cette deuxième alliance pour la dénoncer comme le signe d’une soumission d’Esquerra aux socialistes catalans et à travers eux, à Madrid.

Or, en dehors même de ces courants internes, Esquerra n’a pas le monopole de l’indépendantisme, pas plus que ne l’ont des partis aussi grands chez qui il est présent mais non publiquement assumé. De petites formations, notamment de jeunes, défendent eux aussi l’indépendantisme, accusant souvent Esquerra d’avoir trahi la cause. Comme ces formations ne se présentent le plus souvent qu’aux municipales, et en aucun cas aux législatives espagnoles, Esquerra était le seul parti ouvertement indépendantiste qui y concourait. Mais c’était aussi le seul à appeler à voter, tous les autres prônant l’abstention. Dans la sphère nationaliste, l’accusation d’avoir trahi ses idéaux est bien plus facile à lancer qu’à combattre, et Josep-Lluís Carod-Rovira, lorsqu’il s’exclamait dans les meetings : « les partis blancs n’ont pas de représentation à Madrid » [El Pais, 10 mars 2008], ne semble pas avoir été suffisamment entendu. Parmi ces petites formations ayant appelé à l’abstention ou au vote blanc, et qui ont montré leurs capacités de nuire localement à Esquerra, figurent les Candidatures d’Unité Populaire (CUP), qui ne se présentent qu’aux municipales, se veulent plus à gauche qu’Esquerra, et associent le militantisme écologique à l’indépendantisme. La carte page 16 montre qu’ils ont su profiter du tassement du parti de Josep-Lluís Carod-Rovira, et, sans pouvoir en aucune façon l’inquiéter à l’échelle de l’ensemble de la Catalogne, peuvent le concurrencer localement. Il ne s’agit que d’un exemple, et d’un parti très minoritaire, mais il illustre les rivalités internes inhérentes à l’indépendantisme.

L’explication de la défaite d’ERC dans ces législatives 2008 ne réside donc pas uniquement dans la progression exceptionnelle des socialistes catalans. Elle est aussi à chercher dans les contradictions internes à l’indépendantisme, que Josep-Lluís Carod-Rovira, et d’autres dirigeants avec lui, comme le secrétaire général et probable futur président d’Esquerra, Joan Puigcercós, avaient momentanément résolues.

Une défaite de cette ampleur conduit à regarder autrement les précédents résultats obtenus par le parti, en particulier pour déterminer s’ils sont annulés. Les cartes des pages 17 et 18 comparent les envolées des municipales et autonomiques de 2003, aux scrutins suivants.

J’ai choisi de placer ces deux cartes l’une après l’autre car elles montrent un même phénomène, celui de la nécessité pour toute formation politique, de pouvoir confirmer une très forte performance électorale lors de la consultation suivante, faute de quoi sa progression risque d’être qualifiée d’accidentelle. Ce sont les municipales, puis les autonomiques de 2003 qui ont propulsé Esquerra sur le devant de la scène politique catalane, et à travers elle, au centre du théâtre politique espagnol. Les élections générales de 2004 s’inscrivaient pour Esquerra dans la même dynamique victorieuse, déployée sur un laps de temps assez court.

Pour les autonomiques – carte page 18 –, si la carte de 2006 fait apparaître des résultats plus nuancés que l’envolée de 2003, le parti indépendantiste n’a pas, loin s’en faut, perdu tout ce qu’il avait obtenu lors de la précédente consultation. Concernant les municipales – carte page 17 –, si le repli est plus marqué par rapport à 2003 qu’entre les deux scrutins autonomiques, les résultats du 27 mai 2007 n’annulent en rien ceux de mai 2003. Certes, le journaliste Francesc Bracero notait au lendemain des résultats que, pour la première fois depuis longtemps, le cava (vin mousseux catalan) était resté au réfrigérateur de l’hôtel électoral d’Esquerra, mais la formation indépendantiste n’en avait pas moins augmenté ses scores dans 17 des 41 comarques catalanes, et arraché à CiU deux des quatre députations provinciales, celles de Gérone et de Lleida, en association avec les socialistes catalans.


On le comprend, les spectaculaires résultats d’Esquerra aux générales de 2004 apparaissent bien plus accidentels que ceux des municipales et autonomiques de 2003 à la lumière des scrutins intermédiaires. La défaite presque aussi vertigineuse que vient d’essuyer le parti n’annule donc pas tout ce qu’il a conquis jusqu’à présent, mais prouve à propos des seules générales de 2004, que l’on a lu comme la norme ce qui était exceptionnel et conjoncturel. Elle prouve aussi qu’Esquerra n’est à l’abri dans aucun des bastions qu’elle a récemment édifiés ou confortés.

 

« CiU n’a pas de date de péremption » : l’affrontement ERC-CiU au Pla de l’Estany

La carte page 20 apporte un exemple de ces bastions d’Esquerra où la formation indépendantiste n’a pas été épargnée par la perte de voix subie lors des générales 2008 dans l’ensemble de la Catalogne. Principalement rurale et touristique en dehors de sa capitale, Banyoles, la comarque de Pla de l’Estany est située au nord-est de la Catalogne, dans la province de Gérone où la forte implantation d’ERC ne l’a pas empêchée de perdre 43,3 % des voix obtenues en 2004. A chaque élection au Parlement catalan depuis 1980 jusqu’à 2006, cette comarque très nationaliste a donné à CiU et ERC des scores supérieurs à leur moyenne pour l’ensemble de la Catalogne. En 1999, c’est la seule où Esquerra obtient 20 % des voix, quatre ans plus tard, le parti franchit ce seuil dans 23 comarques sur 41.

En mars 2004, après plus de vingt ans de présidence de Jordi Pujol et de CiU, dont l’essentiel passés dans l’opposition, Esquerra parvient à faire baisser les voix de son rival nationaliste dans toutes les municipalités du Pla de l’Estany, et ce de – 11,77 % à -23,41 % -. Dans le même temps, le parti indépendantiste gagne 9,67 % points dans l’ensemble de la comarque, quadruple son score de 2000 à Crespià, et le double dans les dix autres municipalités. En mars 2008 au contraire, Esquerra baisse en pourcentage dans les onze municipalités du Pla de l’Estany, et en voix dans cinq d’entre elles. Simultanément, son rival nationaliste CiU reprend de la vigueur, en augmentant dans sept municipalités. La fédération si souvent taxée de vieillissante par Esquerra, n’a pas de « date de péremption », selon l’expression de l’un de ses dirigeants au lendemain du 9 mars 2008. Le contexte a changé. En s’alliant au PP de José María Aznar de 1995 à 2003, Jordi Pujol avait ouvert un boulevard idéologique à Esquerra, tant sur la fidélité à la cause nationale catalane, que sur l’ancrage à gauche face à la droite, deux thèmes abondamment utilisés par les indépendantistes. Cette même alliance avait d’ailleurs provoqué de vives critiques au sein même de CiU. Depuis, malgré quelques soubresauts, Esquerra est au pouvoir en Catalogne, et CiU, dans l’opposition.

A l’échelle de la Catalogne, non seulement CiU est le seul parti à avoir résisté à la bipolarisation, mais la coalition nationaliste modérée a obtenu un siège de député de plus qu’en 2004. A l’échelle des provinces, CiU a augmenté en pourcentage à Barcelone et Gérone avec un nombre légèrement inférieur de voix. Nous l’avons dit, CiU est aussi la seule formation de Catalogne à avoir conservé son groupe parlementaire au Congrès des Députés, et il a fallu un certain humour à son secrétaire général et tête de liste, Josep Antoni Duran Lleida, pour dire le 10 mars 2008 qu’il regrettait cette situation. Il suffit pour s’en convaincre, d’adopter un instant le point de vue de la fédération sur les résultats du scrutin : son principal adversaire, le PSC, est au zénith, mais son rival sur le terrain nationaliste, Esquerra, est en grande difficulté, de même qu’Iniciativa per Catalunya-Verds (ICV), que les nationalistes modérés détestent cordialement. Leur position à Madrid sera d’autant plus déterminante que l’autre grande formation nationaliste, le Parti Nationaliste Basque (PNV) a perdu un siège au Congrès des Députés, et surtout quatre au Sénat, où l’appui de CiU est par conséquent indispensable au PSOE pour l’élection du président de la chambre haute. La coalition dirigée par Artur Mas a mal accepté d’être évincée du pouvoir en Catalogne alors qu’elle était arrivée en tête en sièges en 2003, et en sièges et en voix en 2006. Toutefois, ses résultats lors de ces élections générales 2008 montrent qu’il faudra encore compter avec elle près de cinq ans après le retrait de son charismatique fondateur Jordi Pujol.

PORTRAIT :

Joan Ridao i Martín, 40 ans, tête de liste d’ERC aux générales de 2008, marié, une fille. 8 ans à la mort de Franco.

 Son parcours en sept dates :

27 juillet 1967 : Naissance à Rubí (comarque du Vallès Occidental).

1983-1985 :   Membre du parti Independentistes dels Països Catalans.

1988  :    Entre à ERC, dont il intègre deux ans plus tard l’Exécutif national.

1991-1996 :    Conseiller municipal à Rubí et jusqu’à 1993 membre du conseil comarcal.

1995-2008 :    Député au Parlement de Catalogne, où il est réélu quatre fois.

30 septembre 2005 : Le Parlement de Catalogne vote le nouveau Statut d’autonomie catalan.

9 mars 2008 :   Elu au Congrès des Députés de Madrid avec Joan Tardà et Francesc Canet.

« De loin, je suis conscient de projeter une image trop sérieuse », reconnaissait Joan Ridao avant le scrutin qui allait le faire passer du Parlement catalan, où il siège depuis 1995, au Congrès des députés, à Madrid, comme premier des « trois mousquetaires » d’Esquerra. Si ce professeur de droit constitutionnel de l’université Rovira i Virgili de Tarragone n’est pas le seul universitaire, et moins encore le seul enseignant, à la direction d’Esquerra, que l’on pense, entre autres, au professeur de lettres Josep-Lluís Carod-Rovira, ou au nouveau directeur de l’Institut Ramón Llull, Josep Bargalló Valls, membre du Conseil de la même université tarragonaise, c’est souvent par là que l’on commence le portrait de Joan Ridao. « Son indépendantisme est authentique, bien que ses méthodes soient différentes de celles d’autres secteurs, plus impatients, de son parti », note le journaliste de La Vanguardia Sergi Pàmies [La Vanguardia, 20 février 2008]. Ancien militant des Jeunesses d’ERC puis du parti lui-même, Narcís Sastre [Entretien avec l’auteur avant le scrutin] le décrit pour sa part comme « un historique de l’indépendantisme, et l’un des éléments de l’image de dialogue qu’ERC veut renvoyer ». De fait, l’intéressé se décrit implicitement lorsqu’il évoque le surgissement de politiciens d’un « nouveau modèle, moins idéologisé mais plus préparé » [« Soy insomne por culpa del Estatut », La Vanguardia, 28 février 2008].

Après avoir fréquenté les écoles des frères maristes et de l’Opus Dei, Joan Ridao a suivi des cours de nuit en vue du baccalauréat, pour travailler pendant la journée. Après une licence en droit à l’Université de Barcelone, il devient avocat et poursuit des études de sciences politiques et d’administration à l’Université Autonome de Barcelone. Grâce à une riche thèse consacrée aux coalitions politiques en Catalogne, notée excellente cum laude, et publiée peu après [RIDAO J., 2006], il devient docteur. Entré à ERC en 1988, soit un an seulement après Josep-Lluís Carod-Rovira et Joan Puigcercós, il en intègre l’Exécutif national deux ans plus tard. Il a vingt-trois ans et va vivre les épisodes les plus marquants de l’histoire récente d’ERC, à commencer par les réunions d’Esquerra avec la direction de l’organisation terroriste catalane Terra Lliure à l’issue desquelles celle-ci va déposer les armes et intégrer le parti. Initialement proche du secrétaire général Àngel Colom, celui qui a inscrit l’indépendantisme dans les statuts d’ERC en 1991, Joan Ridao s’en éloigne par la suite et, à l’approche du Congrès de 1996, contribue à la création d’une liste « troisième voie ».

Le parti traverse alors l’une des crises les plus retentissantes de son histoire récente, autour de la contestation du secrétaire général Àngel Colom et de Pilar Rahola, alors seule élue d’Esquerra au Congrès des Députés, par un courant réformateur dirigé par Josep-Lluís Carod-Rovira et Joan Puigcercós. A la veille du Congrès du parti, c’est Joan Ridao que Pilar Rahola appelle en dernier recours pour essayer d’empêcher le départ du leader souhaitée notamment par Josep-Lluís Carod-Rovira et Joan Puigcercós [AGUILERA G., 2003]. Mais Joan Ridao est resté inflexible, Àngel Colom et Pilar Rahola ainsi que d’autres militants ont quitté le parti, et depuis, celle-ci est revenue à sa profession initiale de journaliste politique. A ce titre, elle a interviewé Joan Ridao pendant la campagne, et celui-ci lui a notamment répondu : « cela ne me dérangerait pas qu’ Àngel Colom revienne à ERC » [La Vanguardia, 5 mars 2008]. S’il appartient plutôt à la famille de Joan Puigcercós qu’à celle de Josep-Lluís Carod-Rovira, Joan Ridao ne donne pas l’image d’un homme de clans, au sein d’un parti où l’on n’enterre jamais très profondément la hache de la guerre interne. Fin 1995, Joan Ridao est élu député au Parlement catalan. Réélu trois fois de suite dans cette chambre, il y vit une période centrale de son parcours politique et devient porte-parole du parti, puis de son groupe parlementaire. Pour Narcís Sastre, Joan Ridao se distingue au sein d’Esquerra comme : « l’un de ceux qui apportent le plus d’idées ». Président de la fondation Josep Irla liée à Esquerra, ses essais alimentent régulièrement les rayons des libraires. Citons parmi ses titres les plus connus outre sa thèse : Retalls de societat, Nació, ètica i transformació social, Les contradiccions del catalanisme et le dernier en date, publié en 2007, El pla B.

C’est surtout l’un des pères du nouveau Statut d’autonomie, dans la version originale, celle du 30 septembre 2005, qui définissait la Catalogne comme une nation. « Il a beaucoup porté le poids de la négociation et de la rédaction de ses articles », souligne le conseiller de Josep-Lluís Carod-Rovira à la vice-présidence, Marc Marsal [Entretien avec l’auteur avant le scrutin]. Joan Ridao assure que les trois longues années de gestation du Statut lui ont enlevé le sommeil et douze kilos [La Vanguardia, 28 février 2008]. Juriste comme lui, Marc Marsal estime que c’est le trait le plus significatif pour décrire le premier des trois mousquetaires, candidat au poste de secrétaire général d’Esquerra sur la liste de Joan Puigcercós pour le Congrès National de juin 2008 : « C’est un républicain classique, il valorise la méritocratie, et les vertus de tous dans leur juste mesure. Il agit avec lui-même avec la même rigueur républicaine. Ce n’est pas une personne d’obéissance aveugle, mais de réflexion et d’argumentation » [Entretien avec l’auteur avant le scrutin]. Hors de la politique, Joan Ridao aime les films noirs des années 1950. Détail piquant, son frère milite à CiU : « Personne n’est parfait », sourit-il [La Vanguardia, 28 février 2008].

 

Le retour des rivalités internes : des générales 2008 au 25e Congrès d’Esquerra

Si, pendant la campagne, les vives rivalités de pouvoir internes au parti avaient été mises entre parenthèses par leurs protagonistes, elles ont ressurgi avec toute leur force dès le soir des résultats.

La plus connue et la plus ancienne de ces rivalités oppose l’actuel président du parti, Josep- Lluís Carod-Rovira (Cambrils de Mar, 1952), au secrétaire général Joan Puigcercós (Ripolls, 1966). Dans le fonctionnement quotidien du parti, la ligne de fracture entre « ceux de Carod » et « ceux de Puigcercós » est depuis des années omniprésente. Entre ces deux hommes qui n’ont pas toujours été opposés, et ont tout autant l’un que l’autre façonné le parti, se joue un combat pour le leadership, mais pas seulement. « Il existe [entre eux] des différences de culture politique », reconnaissait ainsi Joan Ridao avant le scrutin [El Periódico de Catalunya, 25 février 2008]. Si Josep-Lluís Carod-Rovira et Joan Puigcercós sont tous les deux de gauche et ont ancré Esquerra dans ce sens, le premier se définit comme un libéral de gauche, et le second apparaît plus social-démocrate.

A leur rivalité de pouvoir, se sont ajoutées deux autres, qui tendent à unir les deux leaders face aux courants de contestation interne Reagrupament.cat, dirigé par l’ancien conseiller de Gouvernement de la Generalitat Joan Carretero (Tremp, 1955), et Esquerra independentista, mené par Uriel Bertran (Badalona, 1976) et Héctor López Bofill. En quelques mots, ces deux courants non associés entre eux, reprochent à la direction du parti le renouvellement de l’alliance avec les socialistes catalans et les accusent d’avoir renoncé dans les faits à l’objectif de l’indépendance en échange de leviers de pouvoir plus immédiats. Joan Carretero a notamment montré sa force en encourageant avec succès les assemblées de militants d’Esquerra à demander le vote « non » plutôt que l’abstention lors du référendum sur le nouveau Statut d’autonomie catalan, et Uriel Bertran a prouvé la sienne lorsque une motion présentée par son mouvement a recueilli 40 % de voix chez les militants lors du dernier congrès du parti. Membre de l’Exécutif d’Esquerra, Uriel Bertran en a été exclu quelques mois avant les générales 2008.

Logiquement, comme l’a noté le journaliste de La Vanguardia Francesc Bracero, Uriel Bertran a donné le signal de la reprise des hostilités internes depuis l’hôtel électoral d’Esquerra, en disant publiquement qu’il avait prévu un résultat semblable et qu’on ne l’a pas écouté, puis en publiant un communiqué exigeant un changement de cap du parti. Les événements sont allés assez vite à partir de là. Prévu initialement en automne 2008, le 25e Congrès d’ERC a été avancé aux 14 et 15 juin prochains. Dans ce parti « assembléariste », mais doté d’une structure de direction qui le gouverne au quotidien, le Congrès est réuni tous les quatre ans seulement. C’est le moment où sont élus le président et le secrétaire général notamment, et surtout, c’est le moment par excellence où les assemblées de militants votent, à main levée sur les décisions, à bulletins secrets sur les personnes. Nombre des précédents Congrès ont vu les rivalités internes atteindre leur paroxysme, et le prochain pourrait bien rebattre les cartes.

Peu après cette décision de la direction d’Esquerra, Joan Puigcercós a choisi de démissionner de son poste de conseiller de Gouvernement de la Generalitat pour, selon ses propres termes, « se consacrer au parti », un parti dont même ses ennemis lui reconnaissent une connaissance exceptionnelle. Mais le secrétaire général d’Esquerra a choisi d’en avertir d’abord le président socialiste de la Generalitat, José Montilla, et ensuite seulement Josep-Lluís Carod-Rovira, choix que celui-ci a publiquement critiqué. Remplacé au gouvernement par un autre membre d’Esquerra, Jordi Ausàs, Joan Puigcercós a annoncé par la suite qu’il devenait président du groupe Esquerra au Parlement catalan. Tous ces événements internes du parti indépendantiste, comme les suivants, sont suivis avec la plus grande attention par le PSC, à qui les dirigeants d’Esquerra ont promis que le pacte de gouvernement en Catalogne ne serait pas remis en cause, et par CiU, dans l’espoir de revenir au pouvoir si l’occasion se présente. Rappelons-le, les rivalités internes que connaissent Esquerra et CiU sont presque indissociables de leur affrontement, autrement dit, peu de militants claquent la porte de l’un pour ne pas pousser, tôt ou tard, celle de son rival.

Le secrétaire général d’Esquerra, Joan Puigcercós, n’a jamais caché sa volonté de succéder à Josep-Lluís Carod-Rovira comme président du parti, et à l’approche du Congrès, est plus que jamais candidat à ce poste. Joan Carretero a lui aussi annoncé son entrée en lice. De son côté, Uriel Bertran a annoncé qu’il présentera sa candidature à la présidence d’Esquerra en alliance avec le militant indépendantiste historique Jaume Renyer [Avui], ancien dirigeant de Catalunya Lliure [BUCH i ROS, 2002], l’une des deux structures politiques issues de l’organisation terroriste catalane Terra Lliure, disparue au milieu des années 1990. Mais la surprise est venue de Josep-Lluís Carod-Rovira lui-même, lorsqu’il a annoncé sur Catalunya Radio, mardi 25 mars 2008, qu’il ne se présenterait pas à sa propre succession au 25e Congrès du parti.

Le président Carod-Rovira a déclaré que « le parti réclame unité et rénovation », et qu’il convient « de laisser la place à une autre génération qui puisse apporter de nouvelles idées ». Il a renouvelé l’engagement d’Esquerra à rester dans le pacte de gouvernement jusqu’à la fin de la législature, « car aucun processus de souveraineté ne s’est fait depuis l’opposition », appelé Esquerra à l’adoption d’une structure « de grand parti afin de garantir la démocratie interne et de le rendre plus aéré et plus ouvert, avec beaucoup plus de contacts avec l’ensemble de la société », et s’est dit « à la disposition du parti » pour être candidat à la présidence de la Generalitat en 2010 bien que « ce ne soit pas un débat qu’il convient de mener maintenant ». Sur ce dernier point, son rival et favori pour lui succéder, Joan Puigcercós, lui a donné raison dès le lendemain [El País, 28 mars 2008]. Dans une interview où il a confirmé son intention de briguer la présidence du parti, il a décrit Josep-Lluís Carod-Rovira comme « un capital politique pour ERC », mais lui a reproché de dire « je » plutôt que « nous » lorsqu’il rappelle les bons résultats que son parti a obtenus quand il en a été tête de liste. Simultanément, l’Exécutif national d’Esquerra a approuvé pour le 25e Congrès des modifications dans son fonctionnement, en particulier l’organisation préalable d’une journée de vote des militants au suffrage universel pour départager les candidats aux postes de secrétaire général et de président.

 

Les nouveaux rapports de force à Madrid.

La défaite du parti indépendantiste dans ces élections générales de 2008 crée un changement majeur dans les rapports de force entre le futur gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero et Esquerra. On le mesure entre autres dans le fait que, quelques jours seulement après le scrutin, l’éditorialiste Patxo Unzueta [El País, 13 mars 2008, du quotidien espagnol El País, journal traditionnellement proche de la gauche, a suggéré que l’alliance du candidat puis du président Zapatero avec Esquerra et IU-ICV lors de son premier mandat, aurait uniquement visé à les neutraliser politiquement en vue de la seconde législature. Intégrer dans un gouvernement un adversaire politique plus petit pour mieux le disqualifier, c’est ce qu’avait très bien su faire le président François Mitterrand à l’égard des communistes, la référence ouvre d’ailleurs l’éditorial de Patxo Unzueta. En Catalogne même, Jordi Pujol l’avait fait avec Esquerra au début des années 1980, en intégrant brièvement un député républicain à son gouvernement, avec un résultat électoral désastreux pour le parti indépendantiste. CiU était en revanche au faîte de sa puissance, et depuis, aucun militant d’Esquerra n’a pardonné ce cadeau empoisonné à la fédération nationaliste.

Toutefois, l’alliance de Zapatero avec les indépendantistes, conclue avant les élections, lui a valu de violentes et continuelles attaques de la droite espagnole, mais aussi d’une partie de son propre camp. Rappelons à cet égard que dans le discours du PP depuis début 2004, Esquerra, parce que son président Josep-Lluís Carod-Rovira, avait rencontré des dirigeants d’ETA à Perpignan, était assimilée à l’organisation terroriste, et le PSOE aussi, puisque il s’était allié à Esquerra. Il faut rappeler la force rhétorique qu’a eue le syllogisme suivant : « Si Esquerra=ETA, et si PSOE=Esquerra, alors PSOE=ETA ». On comprend dès lors que le seul fait que cette hypothèse soit avancée quelques jours après le scrutin, constitue en lui-même une information. Il est sans doute trop tôt encore pour savoir avec certitude si Zapatero a d’emblée eu l’intention de neutraliser Esquerra en s’alliant avec eux, ou s’il a changé d’avis au cours de la législature, mais le résultat est là. Le parti indépendantiste ne pourra plus, ou très ponctuellement, « conditionner le PSOE » comme il le souhaitait, et ce sera un argument de moins pour le Parti Populaire contre José Luis Rodríguez Zapatero. Fait peu commun dans l’histoire de la démocratie espagnole, le candidat Zapatero a été investi le 11 avril 2008 à la majorité simple, autrement dit par son seul groupe parlementaire sans alliance avec aucun autre parti.

Autour d’eux, les « trois mousquetaires » d’Esquerra ne pourront plus compter sur le renfort des représentants de deux partis amis, privés de députés pour cette législature : le parti indépendantiste basque Eusko Alkartasuna, allié d’Esquerra aux européennes, et le parti nationaliste aragonais Chunta Aragonesista, proche de la direction actuelle de la formation indépendantiste catalane. Toutefois, au moment de la rédaction de cet article, Esquerra et IU-ICV venaient de conclure un accord pour former à elles deux un groupe parlementaire. Les deux formations catalanes échappent ainsi au groupe mixte.

Autre consolation, bien légère il est vrai, pour les indépendantistes d’Esquerra : l’absence au Congrès des Députés de leur plus récent adversaire, le petit parti post-nationaliste catalan Ciutadans de Catalunya, né en 2006 d’une plate-forme de réflexion créé par des intellectuels de renom comme le professeur de droit constitutionnel Francesc de Carreras ou le dramaturge Albert Boadella. Présent au Parlement catalan depuis fin 2006, Ciutadans a fait de l’opposition à la politique linguistique en faveur du catalan l’un de ses axes majeurs. En revanche, il n’a pas réussi à faire alliance avec un autre petit parti créé lui aussi tout récemment pour contrer les nationalistes périphériques en Espagne : Unión Progreso y Democracia (UPD), lancé en 2007 par le philosophe basque Fernando Savater et l’ancienne dirigeante socialiste Rosa Díez, élue pour cette législature.

 

BIBLIOGRAPHIE SELECTIVE

AGUILERA G., Carod-Rovira, saltar la paret, Llibres del índex, Barcelona, 2003, 211 p.

ARGELAGUET J., « L’Esquerra Republicana de Catalunya, la troisième force de l’échiquier politique catalan », Pôle sud n°20, Montpellier, mai 2004, p. 9-24.

COLLECTIF, Esquerra Republicana de Catalunya, 70 anys d’història, Columna, Barcelona, 2002, 404 p.

LOYER B., Géopolitique de l’Espagne, Armand Colin, Paris, 2006, 336 p.

RIDAO, J., Les coalicions polítiques a Catalunya, 1980-2006, Atelier Llibres Jurídics, Barcelone, 2006, 415 p.

SANCHÍS V., Què pensa Josep-Lluis Carod-Rovira, Prosa Deria editors; Barcelona, Octobre 2003, 189 p.