Le FN à Paris: la fin d’un cycle ? (par Matthieu Jeanne, juillet 2012)

Working paper n°8 – PDF à télécharger

A propos de l’auteur :

Professeur agrégé, Matthieu Jeanne enseigne l’Histoire-Géographie dans un collège de Seine Saint-Denis. Il est actuellement doctorant à l’Institut Français de Géopolitique. Dans le cadre de ses recherches, il a collaboré à plusieurs reprises avec la rédaction du Nouvel Observateur pour le supplément ParisObs. La thèse qu’il prépare sous la direction de Béatrice Giblin s’intitule Analyse Géopolitique de Paris. Elle accorde une place centrale aux rivalités de pouvoirs qui s’exercent sur la capitale à travers l’analyse spatiale des comportements électoraux et l’étude des mutations sociales et urbaines de Paris.

matthieu.jeanne@club-internet.fr

————————————————————————————————————–

Au premier tour des élections présidentielles de 2012, Marine Le Pen a recueilli près de 13,95% des suffrages des électeurs inscrits à l’échelle nationale. C’est une nouvelle progression après le scrutin présidentiel de 2002, où Jean-Marie Le Pen et Bruno Mégret avaient rassemblé ensemble 13,28% du corps électoral. Ces deux poussées ont suscité une production scientifique importante en sciences politiques et géographie électorale visant à analyser les ressorts politiques et spatiaux du vote frontiste. Ces analyses se sont focalisées tôt sur les espaces les plus favorables au vote d’extrême-droite à l’échelle nationale notamment la France du Nord, de l’Est et l’arc méditerranéen [Alidières, 2004; Alidières 2012] et, à l’échelle régionale, les espaces périurbains et ruraux [Ravenel, Buléon et Fourquet, 2003; Le Bras, 2002]. Peu d’études ont analysé une autre évolution majeure du vote frontiste : le reflux de ce dernier au centre des espaces métropolitains. Le premier d’entre eux, l’agglomération parisienne, fut dans les années 1980 un bastion du FN, quand ce dernier apparut soudainement sur la scène politique nationale. D’abord élu poujadiste en 1956, Jean-Marie Le Pen, son leader fait de Paris son fief dès 1983 [Lacoste, 1986, p.601]. Au contraire, aujourd’hui, la capitale figure parmi les territoires les plus réfractaires à l’extrême-droite. En 2012, Paris intra muros est au sein des communes peuplées de plus de 30 000 habitants celle qui accorde le moins de suffrages au Front National. Cette évolution est-elle unique sur le territoire français ou au contraire caractéristique des centre-villes ? Quelles sont les origines de cette nouvelle géographie électorale ?
Il convient d’abord d’analyser le vote frontiste à Paris en le comparant, à l’échelle nationale, aux autres centres des espaces métropolitains pour en mesurer sa spécificité. Néanmoins, le vote parisien ne peut se comprendre sans l’analyse au plan local du contexte économique, social et culturel [Giblin, 2012], et celui de l’ensemble de l’aire urbaine parisienne, de laquelle on ne peut extraire la capitale. Il faut donc s’interroger sur la spécificité du vote parisien  à l’échelle francilienne[1].

Enfin, au sein du territoire parisien, l’étude des évolutions spatiales du vote FN depuis 1988 apportent des premières clés d’explication du reflux de l’extrême-droite. Cette approche multiscalaire est au coeur même de l’analyse géopolitique.

1. Le vote FN à Paris depuis 1983 : apogée et déclin

Comme sur l’ensemble du territoire français, le Front National connaît une ascension fulgurante dans le paysage politique parisien dans les années 1980. La comparaison des différents scrutins permet d’établir la chronologie précise de l’essor et du déclin du Front National à Paris.

Graphique 1: Le FN à Paris aux différents scrutins, en % des inscrits.

De 1983 à 1992, le parti de Jean-Marie Le Pen surgit brutalement sur la scène parisienne. Marginal aux élections présidentielles de 1974, absent au scrutin de 1981, Jean-Marie Le Pen apparaît soudainement en 1983 en parvenant pour la première fois à se maintenir au second tour des élections municipales de 1983 dans le 20ème arrondissement. Le FN provoque ici sa première triangulaire. Ce succès lui permet de siéger au Conseil de Paris[2] à partir de ce scrutin, sa progression est rapide. En 1984, aux élections européennes, le FN recueille plus de 15% des suffrages exprimés dans l’ensemble de la capitale, soit 8,48% des inscrits. Deux ans plus tard, lors élections législatives qui se déroulent au scrutin proportionnel, le Front National obtient à l’échelle nationale un groupe de 35 députés. Parmi eux figurent deux élus parisiens, Jean-Marie Le Pen et Edouard Frédéric-Dupont. En 1988, au premier tour des élections présidentielles, pour la première fois il rassemble à Paris plus de 10% des inscrits. Enfin, l’année suivante, aux élections municipales, le FN poursuit sons ascension. Il progresse par rapport au scrutin municipal précédent en recueillant plus de 58 000 voix, soit 4,76% des inscrits, et en provoquant quatre triangulaires dans les quartiers populaires de l’Est et du Nord parisien[3]. En 1992, la progression du FN ralentit, mais le parti semble s’installer durablement dans le paysage politique parisien.

Cette courte séquence électorale, 1988-1992, constitue l’apogée du votre frontiste à Paris. En effet dès 1989, malgré sa présence au deuxième tour dans quatre arrondissements, le FN n’obtient aucune représentation au Conseil de Paris. Aucune fusion des listes n’est alors envisagée avec le RPR et lorsque les listes FN se maintiennent, leurs résultats au second tour demeurent trop faibles. Surtout, à partir de 1995, le FN commence à décliner : aux élections présidentielles, il perd alors plus du tiers de ses électeurs.

Ce reflux est en partie lié à la baisse de la participation assez sensible dans les quartiers populaires dans lesquels le FN obtenait ses meilleurs résultats sept années auparavant[4]. Néanmoins, il conserve un « pouvoir de nuisance » [Alidières, 2012, p.27] face à la droite. Aux élections municipales de la même année, il provoque 5 triangulaires dans le Nord et l’Est parisien qui contribuent à la défaite de plusieurs maires de la majorité sortante. En effet, dans 5 arrondissements le FN parvient toujours à dépasser le seuil minimum de 10% des exprimés nécessaire pour se maintenir au second tour.

Enfin, la décennie 2001-2010 confirme le déclin du FN à Paris. En 2001, aux élections municipales, le FN ne parvient à se maintenir nulle part au second tour : il ne rassemble nulle part 10% des exprimés. Malgré les succès qu’elle remporte lors des élections présidentielles de 2002 et des élections régionales de 2004 au niveau national, l’extrême-droite demeure marginale à Paris. à la fin de la période, en 2012, pour la première fois, le FN progresse de nouveau. Il profite en partie de la désaffection dont pâtit Nicolas Sarkozy, notamment dans les quartiers populaires[5].

Mais il ne parvient pas à rassembler plus de 62 000 électeurs, soit deux fois moins qu’en 1988 au même scrutin.

Cette chronologie faite d’une ascension fulgurante et d’un lent déclin entamé dès 1995 se distingue nettement de l’évolution nationale. La comparaison des résultats obtenus aux scrutins présidentiels l’illustre clairement.

Graphique 2 : Evolution comparée du vote FN en France et à Paris au premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

En France, sur le long terme, les positions du FN progressent lentement dans l’électorat de 1988 à 2012. Seul le scrutin présidentiel de 2007 marque une rupture : du fait du transfert massif de voix de l’extrême-droite vers l’UMP dans certaines régions, le FN marque un recul inédit. Néanmoins, si, en 2002, on ajoute aux voix obtenues par Jean-Marie Le Pen celles de Bruno Mégret, l’extrême-droite semble connaître à l’échelle nationale une hausse régulière. La situation est inverse à l’échelle parisienne.

2. L’évolution singulière du territoire parisien au sein des métropoles françaises

A l’échelle nationale, le territoire parisien n’est pas le seul à connaître une baisse importante du vote FN. Au coeur de chaque aire urbaine, dans les centre villes des grandes agglomérations [Ravenel, Buléon et Fourquet, 2003; Lévy et Le Bras, 2012], le FN obtient désormais ses résultats les plus faibles.  Les villes-centre[6] des plus grandes agglomérations connaissent ainsi un reflux du vote FN depuis 1988. L’étude des villes-centre des 10 aires urbaines les plus peuplées en 2009 permet néanmoins de mettre en valeur l’évolution divergente de ces espaces urbains selon leur position dans l’espace français mais aussi la singularité du territoire parisien.

Graphique 3 :Le vote Le Pen aux présidentielles dans les villes-centre des 10 aires urbaines les plus peuplées, en % des inscrits

Sur le long terme, dans l’ensemble des espaces centraux des 10 premières aires urbaines à l’exception de Lille le vote FN décroit. Surtout, le comportement électoral de ces espaces se singularise. En 1988, les villes-centre des métropoles se répartissent de façon presque égale autour de la moyenne nationale du résultat obtenu par Jean-Marie Le Pen. A l’Est, à l’exception de Paris, les métropoles (Marseille-Aix, Nice, Strasbourg, Lyon et Lille) votent plus massivement pour l’extrême-droite que l’ensemble du territoire français. Au contraire, les métropoles situées à l’Ouest accordent moins de suffrages à l’extrême-droite. En 2012 seules les villes-centre de l’arc méditerranéen se distinguent par un vote frontiste plus élevé que la moyenne nationale. Dans la majorité de ces espaces moins de 10% des inscrits accorde son suffrage à l’extrême-droite. Enfin, le territoire parisien se distingue des autres espaces centraux. Dans la capitale, la baisse est plus forte et le FN est presque marginalisé : la formation d’extrême-droite y rassemble moins de 5% des inscrits. De fait, Paris est désormais la ville où l’on vote le moins pour le FN.

La cartographie du vote FN à l’échelle communale sur le territoire français en 2012 permet de préciser les fractures nationales et régionales observées précédemment.

Carte 1 : Le vote Front National à l’échelle des communes.

L’opposition des zones de force en rouge (supérieures à la moyenne nationale) et des zones de faiblesse en bleu (inférieures à la moyenne nationale permet de distinguer deux lignes de fracture dans la géographie électorale du FN : une ligne Le Havre-Valence-Montpellier [Alidières, 2012] et une forte opposition entre les centres et les périphéries à l’échelle des agglomérations. Toutefois, les espaces les plus réfractaires au vote Front National ne recoupent que partiellement les espaces centraux des grandes agglomérations. C’est le cas, à l’Ouest d’une ligne Rouen-Montpellier : on repère facilement les centres des agglomérations de Caen, Rennes, Saint-Nazaire, Nantes, Bordeaux et Toulouse. ils offrent tous peu de suffrages au Front National. Néanmoins, dans cette France occidentale, le vote FN est faible aussi dans des espaces ruraux ou faiblement urbanisés, tels que la Bretagne, le Limousin ou les Pyrénées. A l’Est de cette ligne, les espaces urbains centraux semblent moins réfractaires au vote Front National, où seuls les centres des agglomérations parisienne et lyonnaise se distinguent réellement par la faible adhésion à l’extrême droite. Mais dans l’arc méditerranéen et la vallée du Rhône les bastions frontistes sont aussi des espaces urbains densément peuplés. L’Ile-de-France est un des espaces les plus contrastés : le vote FN y est très faible dans un espace central assez vaste, et au contraire très élevé dans les périphéries régionales.

3. L’exacerbation des contrastes spatiaux du vote FN en Ile-de-France

Graphique 4 : Le Front National en France, en Ile-de-France et à Paris. Premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

L’étude diachronique des résultats obtenus par le FN en Ile-de-France permet de préciser la spécificité de ce territoire parisien. Paris est au coeur d’une région dont l’évolution est inédite. D’abord sur l’ensemble de la période le vote pour l’extrême-doite connaît une forte érosion. Ensuite, depuis 1995, l’Ile-de-France accorde moins de suffrages à l’extrême-droite que l’ensemble du territoire français. Cette tendance s’accentue depuis 2002. En 2012, Marine Le Pen y obtient 4,5 points de moins que sur l’ensemble du territoire français. Ainsi, l’Ile-de-France est devenue la région la plus réfractaire au FN alors qu’elle constituait une zone de force du parti de 1974 à 1986 [Bon, Cheylan, 1986, p.251]. En 1986, sur les 35 députés frontistes élus au scrutin proportionnel, 10 étaient issus des 8 départements franciliens.
Néanmoins, au sein de l’espace francilien, le reflux du vote frontiste n’est pas homogène. Alors que l’extrême-droite se maintient dans les quatre départements périphériques, elle régresse assez fortement à Paris et dans les trois départements de la petite couronne.

Carte 2 : Le vote FN de 2002 à 2012 par commune au premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

La baisse de l’audience de l’extrême-droite entre les scrutins de 2002 et 2012 à l’échelle francilienne cache en réalité des évolutions opposées. La hausse de l’écart-type de la distribution communale du vote FN (5,86 en 2012 contre 4,42 en 2002) traduit bien l’accentuation des contrastes de la géographie du vote frontiste. Au coeur de l’agglomération francilienne (Paris, Hauts-de-Seine, Nord du Val-de-Marne et Ouest de la Seine-Saint-Denis, l’extrême-droite régresse de 2002 à 2012. Bien qu’elle ne soit pas aussi faible en 2012 qu’en 2007, la tendance est à la baisse. Aux limites départementales de la petite et de la grande couronne, le FN paraît assez stable. En revanche, aux marges de l’Essonne et de la Seine-et-Marne, le vote FN prospère. Marine Le Pen dépasse les résultats obtenus par son père et Bruno Mégret dix ans auparavant.
Le clivage politique fondé sur la distance aux villes [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.469] observé dès 2002 ne cesse donc de se renforcer. En effet, depuis ce scrutin, le candidat frontiste obtient dans le coeur des agglomérations un score plus faible que dans les périphéries urbaines et rurales. Le maximum est atteint entre 20 et 50 km du centre des agglomérations. Si les géographes s’accordent sur l’importance de la distance à la ville dans l’explication du vote, les analyses divergent sur l’origine de ce dernier. Jacques Lévy et Hervé Le Bras estiment pour leur part que la localisation de l’habitat est devenu un élément plus prédictif de l’orientation politique que les distinctions socio-économiques [Lévy, Le Bras, 2012]. A l’opposé, Jean Rivière dénonce le piège du spatialisme [Rivière, 2012] et appelle à l’analyse des déterminants sociaux contextuels. De fait, le gradient d’urbanité est bien l’illustration des dynamiques socio-spatiales centrifuges à l’oeuvre dans les grandes agglomérations. Les classes populaires sont aujourd’hui sur-représentées loin des centre-villes du fait du prix du foncier et de la géographie de l’emploi. Du fait de la pénurie de logements sociaux en Ile-de-France et de la hausse du prix du foncier, certaines familles aux revenus modestes ont été contraintes de s’installer dans l’Oise [Giblin, 2012b]. Pour autant, la composante spatiale du vote n’est pas à négliger. Même quand les géographes s’efforcent de neutraliser les effets de la structure sociale, en dissociant vote réel et vote théorique[7], le FN demeure sous-représenté au coeur des aires urbaines et sur-représentés entre 20 et 50 km des centre-villes [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.476]. Le vote FN semble alors exprimer un sentiment d’abandon [Giblin, 2012b] et une part du ressentiment lié à une relégation spatiale subie : à l’évidence, il constitue une défiance à l’égard des élites économiques et politiques qui résident dans les territoires centraux des agglomérations. Le sociologue Jean Viard évoque ainsi les rancoeurs face à « l’indifférence urbaine au prix de l’essence » et à « un certain soutien bobo-écologiste à la hausse répétée des carburants »[8]. Mais le vote FN traduit aussi les angoisses qui président au choix du repli spatial des habitants des espaces périurbains: la volonté de se mettre à distance de la grande ville et la crainte d’être « rattrapé par la banlieue » [Fourquet, 2012, p.51]. Ici géographie sociale et géographie politique se conjuguent. Les différents votes des classes populaires traduisent donc leur localisation dans l’espace urbain mais aussi les stratégies résidentielles qu’elles adoptent.

4. Au coeur de la métropole parisienne, les évolutions du vote parisien

Lorsque Jean-Marie Le Pen se présente en 1974 aux élections présidentielles, il obtient 0,77% des inscrits dans l’ensemble de la capitale. La distribution de ses résultats est relativement homogène à l’échelle de la capitale. Ces derniers oscillent entre 0,47% dans le quartier Monnaie (6ème arrondissement) et 1,16% dans le quartier Chaussée d’Antin (dans le 9ème arrondissement).

Carte 3 : Les zones de force du vote frontiste en 1984 et 1988, en % des inscrits

La période 1983-1986 constitue pour le Front National une phase de « décollage » [Mayer 2002, p.31] au cours de laquelle la géographie du vote frontiste est assez changeante. Après le premier succès de Jean-Marie Le Pen dans le 20ème arrondissement en 1983, le Front National s’implante dans l’ensemble de la capitale et parvient à fédérer des électorats très différents. Aux élections européennes de 1984, l’extrême-droite obtient ses meilleurs résultats dans les arrondissements bourgeois (7ème, 8ème, 16ème) quand le 13ème arrondissement plus populaire est le territoire qui résiste le mieux à la poussée frontiste. Le discours lepéniste s’adresse alors à un électorat de droite déçu, exaspéré par la victoire des socialistes. La mobilisation des beaux quartiers traduit la radicalisation de l’électorat conservateur qui ne se reconnaît pas la candidature de Simone Veil qui symbolise la politique progressiste de Valéry Giscard d’Estaing [Mayer, 1987, p. 902]. Le FN profite d’une crise de représentativité des grands partis traditionnels [Giblin, 2005, p.170].

Le RPR est dépassé par la frange la plus à droite de son électorat. Le PCF perd quant à lui son rôle sa fonction tribunitienne en participant au gouvernement, puis en le soutenant au parlement.

Dès les élections législatives de 1986, le Front National remporte ses plus grands succès dans les quartiers périphériques du Nord et de l’Est parisien d’Epinettes à Charonne. Le discours lepéniste est désormais tourné vers la dénonciation de l’insécurité et la stigmatisation de la présence immigrée. C’est donc dans les quartiers à forte présence étrangère, spécialement maghrébine et turque, que Jean-Marie Le Pen remporte ses plus grands succès. Le FN s’implante dans les quartiers de gauche [Giblin, 2012a, p.5] et séduit un électorat populaire confronté au quotidien aux difficultés que peut poser l’intégration d’une population étrangère qui a rapidement crû. L’électorat conservateur de l’ouest est quant à lui revenu vers l’UDF et le RPR préférant, à l’occasion d’élections décisives, un vote non plus protestataire, mais utile.

Carte 4 : Le FN de 1974 à 2007 aux élections présidentielles, en % des inscrits.

A partir de 1995, la décrue du vote frontiste semble se réaliser en deux temps. Le reflux du FN se concentre d’abord dans les quartiers populaires précédemment décrits. Seuls trois quartiers « résistent » : La Chapelle, Goutte d’or et Pont de Flandres. La géographie du vote frontiste à Paris devient alors plus homogène (écart-type fortement réduit en 1995 et 2002). A partir de 2007, le vote FN se marginalise et, à l’échelle du quartier, seuls trois quartiers dépassent le seuil de 6% des inscrits

Le reflux du FN à Paris paraît de prime abord assez paradoxal. Le territoire parisien réunit en effet de nombreuses caractéristiques sociologiques propices à l’implantation durable de l’extrême-droite : chômage, violence individuelle et fortes proportions d’immigrés maghrébins [Bon, Cheylan, 1988, p.245]. Si le chômage n’atteint pas des records dans la capitale, en revanche la présence des étrangers y est plus forte qu’ailleurs [Pinçon, Pinçon-Charlot, 2004, p. 31] et la violence y demeure très élevée[9].

En effet, quand le FN fait irruption dans le paysage politique parisien entre 1983 et 1988, la capitale connaît tout d’abord une forte augmentation du poids des étrangers depuis plus de 20 ans. à Paris, du fait de la baisse démographique et de la hausse du nombre d’étrangers et de naturalisés, la part des étrangers est exceptionnellement élevée. Elle est passée de 8% en 1962 à 16,61% en 1982[10]. Si l’on compte les naturalisés, près d’un parisien sur cinq est d’origine étrangère en 1982. Malgré cela, dès la période 1984-1986, le FN obtient dans la capitale des résultats plus faibles que l’on attendrait en fonction de la corrélation observée à petite échelle, à l’échelle des départements français, entre le vote frontiste et la présence des immigrés maghrébins [Bon, Cheylan, 1988, p. 256; Perrineau, 1997, p.146]. Alors que Paris est le département accueillant la plus forte proportion d’étrangers avec la Seine-Saint-Denis, la capitale n’arrive qu’en 9ème position des départements accordant le plus de suffrages exprimés au Front National en 1984 et en 20ème position en 1986 [Mayer, 1987]. Néanmoins, à grande échelle, la géographie du vote FN est étroitement corrélée à la présence des populations étrangères dès 1986 : +0.40 avec la proportion des Maghrébins à l’échelle du quartier en 1986 [Mayer, 1987]. Mais la baisse constatée du FN dès 1995 vient contredire cette relation. Elle ne correspond en aucune façon à un recul de la population étrangère à Paris. Si cette dernière a atteint son poids maximum dans la population parisienne en 1982, elle demeure importante au cours des décennies suivantes et sa hausse est continue si on y ajoute les naturalisations. Surtout, cette corrélation a aujourd’hui quasiment disparu. Aux élections présidentielles de 2007, elle est quasi nulle : le coefficient de corrélation entre vote FN et présence étrangère est de 0,008[11](0,086 si l’on prend en compte les immigrés). En 2012, la corrélation est même devenue négative (-0,15 et -0,05). La présence étrangère peut donc expliquer la chronologie de la croissance du vote FN, sa géographie dans la décennie 1980, mais elle se révèle inefficiente pour expliquer sa décrue.

L’insécurité apparaît par ailleurs comme un des éléments les plus prédictifs du vote FN, comme l’a démontré Bernard Alidières.

« Alors que le rôle de l’immigration a éte fortement discuté, la question de l’insécurité a été presque totalement délaisseée dans les analyses du «symptôme Le Pen». Pourtant, ce que l’on a pu observer très précisément à l’échelle d’une ville moyenne comme Tourcoing, où le FN obtient en 1984 son meilleur score pour les villes de plus de 30 000 habitants [Alidières, 2004, 2006], se vérifie pour l’ensemble de la France: la percée électorale du Front national a été précédé par une nette hausse de la délinquance constatée entre le milieu des années 1970 et 1983. (…) Les zones de force du vote FN se localisent dès 1984 (et jusqu’à aujourd’hui) exclusivement à l’est de cette même ligne, là même où est enregistrée la plus forte dégradation de la sureté » [Alidières, 2012a, p. 22]

C’est en Ile-de-France et à Paris que cette violence progresse le plus de 1997 à 2006 [Alidières, 2012a, p.31] et c’est dans ces mêmes espaces que le Front National régresse le plus sur cette même période et qu’il obtient en 2012 ses plus mauvais résultats.

En réalité, plus que l’insécurité ou l’importance relative de la présence des différentes communautés étrangères, ce sont les évolutions des structures sociales et politiques des quartiers où ces dernières sont installées qui éclairent le reflux du vote Le Pen à Paris. En effet, depuis 1982, la population parisienne a connu un important renouvellement et de profondes mutations sociologiques. Si les ménages qui ont quitté la capitale ne sont pas majoritairement issus des classes populaires, en revanche, au sein des arrivants les classes supérieures sont surreprésentées [Korsu, Wenglenski, Aguiléra, Proulhac, Massot, 2007, p.107]. Aujourd’hui la capitale est marquée par une sur-représentation des cadres et professions intellectuelles supérieures (CPIS) et sous-représentation des classes sociales populaires. Au total, ces dernières ont perdu presque neuf points dans la population des ménages parisiens entre 1982 et 1999, alors qu’elle n’en ont perdu que six en France [Clerval, 2008, p.155].

Dans les espaces du vote du FN de 1986, le changement sociologique est radical. Au recensement de 1982, dans les quatre arrondissements les plus favorables au FN, si l’on s’en tient à la seule population française – qui peut donc être inscrite sur les listes électorales – les ouvriers et employés sont majoritaires. 26 années plus tard, ce n’est plus le cas. Seul le 19ème arrondissement compte plus d’ouvriers et d’employés que de cadres et professions intellectuelles supérieures. Ailleurs, c’est le contraire. Et les seconds sont presque deux fois plus nombreux que les premiers dans le 10ème arrondissement (46% de CPIS).

Tableau 1: Les ouvriers et les employés dans la population active française à Paris.

1982 2008
10ème arrondissement 51% 26%
11ème arrondissement 50% 23%
18ème arrondissement 55% 31%
19ème arrondissement 56% 37%
20ème arrondissement 54% 34%
(Source : RGP 1982, 2008.)

Les premiers bastions du FN au Nord et à l’Est ont donc disparu en grande partie du fait du fort renouvellement de population. Désormais dans les 10ème et 11ème arrondissement, on observe une sociologie et une pyramide des âges particulières : les jeunes actifs (25-40 ans), fortement diplômés y sont fortement surreprésentés. Or ce sont ces derniers qui grâce à leur capital culturel sont aujourd’hui les réfractaires aux thématiques de repli identitaire développées par le Front National [Fourquet, Mergier, 2011] et au contraire plus sensibles aux valeurs d’ouverture et de tolérance [Fourquet, 2012]. Ce même phénomène a été aussi observé à l’étranger, notamment en centre ville de la Haye [Wouter, Sako, 2012, p.107].

La dernière explication du repli du FN à Paris tient au jeu des acteurs politiques. Aussi massifs que soient les flux de population, ils ne peuvent à eux seuls expliquer une évolution des comportements électoraux contraire à celle observée à l’échelle nationale. A partir du début des années 1990, le contexte politique parisien devient défavorable à la croissance du FN. Le départ de Jean-Marie Le Pen de la capitale constitue une première brèche. Elu conseiller de Paris en 1983, puis député en 1986, Jean-Marie Le Pen perd successivement ses deux mandats politique parisien : en 1988 lors des élections législatives organisées au scrutin majoritaire et en 1989 lors des élections municipales. Son départ pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur lors des élections régionales de 1992 prive le FN parisien et francilien d’un leader très médiatique. En 1995, l’efficacité de la campagne de Jacques Chirac qui cible un électorat populaire avec des thématiques sociales empêche le FN de progresser dans la capitale. Dans son fief, le Maire de Paris conserve une grande popularité et parvient alors à capter une partie de l’électorat populaire qui s’était tourné vers le FN sept ans plus tôt. La scission de 1998 fragilise ensuite particulièrement l’appareil militant parisien et francilien [Alidières, 2012b] qui peine à se trouver un nouveau leader avant le parachutage éphémère de la fille du leader historique du FN, Marine Le Pen. Cette dernière hésite avant 2007 à choisir une stratégie territoriale claire. Elle est d’abord candidate aux élections législatives à Paris en 1993, dans la 16ème circonscription qui correspond au 17ème arrondissement. Elle est ensuite élue conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais de 1998 à 2004. En 2004, elle se présente cette fois en Ile-de-France : elle est élue au Parlement européen et au conseil régional d’Ile-de-France. Ce n’est qu’en 2007 que Marine Le Pen décide de s’implanter à Hénin-Beaumont, une commune ouvrière de 26 000 habitants située dans l’ancien bassin minier du Pas-de-Calais. Les hésitations politiques de Marine Le Pen achèvent de fragiliser le FN en Ile-de-France, toujours dépourvu de leader depuis 2007.

Conclusion

Après une rapide ascension de 1984 à 1988, et près de 20 ans de déclin, le FN semble assez marginalisé dans le paysage politique parisien. Traditionnellement, l’Ile-de-France, et singulièrement Paris, est un creuset politique, un lieu propice à la formation d’idées neuves [Lacoste, 1986, p.602]. C’est ainsi à Paris que s’est développé le courant écologiste dès les élections municipales de 1977. Apparu spectaculairement à Paris, le FN est désormais solidement ancré dans certains territoires français. Il n’est plus une formation aux idées neuves, pour qui Paris constitue une « scène sur laquelle il est utile de monter pour faire une carrière de haut niveau » [Le Bras, 2002, p.180]. Au-delà des mutations sociologiques profondes de la population parisienne, essentielles pour comprendre le déclin du FN dans la capitale, il faut certainement aussi prendre en compte cette notion de cycle politique qui s’achève désormais.


[1] Les limites de l’aire urbaine ne coïncident pas exactement avec les frontières de l’Ile-de-France. Néanmoins, les résultats électoraux sont collectés à l’échelle départementale puis régionale. L’étude du territoire francilien est donc plus aisée.

[2] Jean-Marie Le Pen est le seul Conseiller de Paris. Il ne peut pas fonder de groupe politique.

[3] Le FN parvient à se maintenir dans les 10ème, 18ème, 19ème et 20ème arrondissement.

[4] Les distributions de la baisse de la participation et du recul du FN sont corrélées positivement (0.19).

[5] Les évolutions du vote Sarkozy et du vote Le Pen sont corrélées négativement (-0.29) et plus encore dans les arrondissements populaires du Nord et de l’Est (-0,31).

[6] Les villes-centre des agglomérations ne recoupent pas exactement les espaces de centre-ville que l’on définit par la spécificité des fonctions urbaines, la densité de population et la morphologie urbaine. Les espaces peuvent déborder des limites administratives des villes-centre. Au contraire, certaines villes-centre intègrent dans leur territoire de façon marginale des espaces s’apparentant à de la banlieue ou du périurbain. C’est le cas de Marseille, dans laquelle les quartiers Nord qui s’apparent à des espaces de banlieue sont pourtant dans le territoire communal (Giblin, 2012). Néanmoins, pour la collecte des résultats électoraux, la prise en compte des limites communales administratives est plus aisée.

[7] Le modèle de Johnston définit le vote théorique comme le vote attendu pour un espace donné en fonction de sa structure sociale. On projette sur cet espace le comportement électoral de chaque CSP au niveau national. Ce modèle permet donc d’estimer le vote d’une zone comme si chaque électeur avait voté conformément au comportement des électeurs sondés nationalement. [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.474]

[8] Tribune de Jean Viard dans Libération, 3 mai 2012.

[9] Frédéric Bon et Jen-Paul Cheylan retiennent deux critères pour mesurer la violence individuelle : le port d’arme prohibée et les outrages et violences envers les agents de l’autorité. A chaque fois, Paris figure dans les territoires les plus touchés par ces formes de violence (Bon, Cheylan, 1988, p.246)

[10] Source : RGP, Insee.

[11] Source : Chiffres de l’INSEE 2006 par quartiers.

Bibliographie

Alidières, B., 2004, « Anciens et nouveaux territoires du vote Front national : le cas du Nord-Pas-de-Calais », Hérodote, 2004/2 N°113, p. 48-67.

Alidières B., 2012a, « Les temps du vote Front national et de ses représentations», Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 18-37.

Le Bras, H., Une autre France, Paris : Odile Jacob, 2002

Alidières B., 2012b, »Le vote Marine Le Pen en 2012 : quelle progression ? », Working-atlas pour l’Institut Français de Géopolitique.

Clerval, A., 2008, La gentrification à Paris intra-muros : dynamiques spatiales, rapports sociaux et politiques publiques, Thèse sous la co-direction de Petros PETSIMERIS et de Catherine RHEIN

Bon, F., Cheylan, J-P.,1988, La France qui vote, Paris : Hachette.

Fourquet, J., Mergier, A., 2011, Le point de rupture, Enquête sur les ressorts du vote FN en milieux populaires, Fondation Jean Jaurès.

Gibin, B. (dir), 2005, Nouvelle géopolitique des régions françaises, Paris: Fayard.

Giblin, B., 2012a, « Extrême droite en Europe : une analyse géopolitique », Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 3-17.

Giblin, B., 2012b, « La géographie du FN, une carte aux contours de plus en plus nets », Libération, 26 avril 2012.

Korsu, Wenglenski, Aguiléra, Proulhac, Massot, 2007, Paris à l’épreuve de la déconcentration, Paris: Belin.

Lévy, J., Le Bras, H., « La France des marges s’est fait entendre le 22 avril », Le Monde, 25 avril 2012, pp.8-9Lacoste, Y, (dir), 1986, Géopolitique des régions françaises, Paris : Fayard.

Le Bras, H., 2002, Une autre France, Paris : Odile Jacob

Mayer, N., 1987, « De Passy à Barbès : deux visages du vote Le Pen à Paris », Revue français de science politique, 37ème année n°6, pp.891-906.

Mayer, N., 2002, Ces Français qui votent Le Pen, Flammarion.

Rivière, J., 2012, « Vote et géographie des inégalités sociales : Paris et sa petite couronne », Métropolitiques, 16 avril 2012. URL : http://www.metropolitiques.eu/Vote-et-geographie-des-inegalites.html

Perrineau, P., 1985, « Le Front National : un électorat autoritaire », Revue politique et parlementaire, p.24-31

Perrineau, P., 1997, Le symptôme Le Pen, Paris : Fayard.

Ravenel, L., Buleon, P. , Fourquet, J., Vote et gradient d’urbanité: les nouveaux territoires des élections présidentielles de 2002″, Espace, populations et sociétés, 2003-3, p.469-482

Salmon, F., 2001, Atlas électoral de la France, Paris : Seuil.

Van Gent Wouter et Musterd Sako, « Les transformations urbaines et l’émergence des partis populistes de la droite radicale en Europe. Le cas de la ville de La Haye », Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 99-112

Les échecs de la droite parisienne depuis 2001 font-ils de Paris un fief de gauche ? (par Matthieu Jeanne, avril 2009)

Working paper n°5 – PDF à télécharger

A propos de l’auteur :

Professeur agrégé, Matthieu Jeanne enseigne l’Histoire-Géographie dans un collège de Seine Saint-Denis. Il est actuellement doctorant à l’Institut Français de Géopolitique. Dans le cadre de ses recherches, il a collaboré à plusieurs reprises avec la rédaction du Nouvel Observateur pour le supplément ParisObs. La thèse qu’il prépare sous la direction de Béatrice Giblin s’intitule Analyse Géopolitique de Paris. Elle accorde une place centrale aux rivalités de pouvoirs qui s’exercent sur la capitale à travers l’analyse spatiale des comportements électoraux et l’étude des mutations sociales et urbaines de Paris.

matthieu.jeanne@club-internet.fr

Résumé

Les échecs de la droite parisienne depuis 2001 font-ils de Paris un fief de gauche ?

 

Depuis sa victoire historique aux élections municipales de 2001, la gauche a renforcé considérablement son assise électorale en remportant les scrutins locaux (2004, 2008) ou en limitant les succès de la droite lors des scrutins nationaux (2002, 2007). Alors que la capitale était acquise à la droite depuis les débuts de la IIIème République, au point d’en constituer un fief imprenable depuis 1977 sous la domination de Jacques Chirac, elle est contrôlée aujourd’hui solidement par une alliance rassemblant principalement les socialistes et les écologistes qui domine électoralement la majorité du territoire parisien. Comment la gauche, encore minoritaire en voix lors des scrutins nationaux, parvient-elle à contrôler si largement la municipalité ? Quels sont les enjeux du renforcement de la gauche parisienne à l’échelle de la ville de Paris et à celle de la métropole parisienne ? L’analyse géopolitique des nouveaux rapports de forces locaux et l’étude des spécificités de la géographie électorale parisienne permettent de comprendre cette situation non conforme à la sociologie électorale. Elles éclairent les enjeux électoraux des projets de redécoupage administratif du Grand Paris.

 

Summary

Have the failures of the Parisian right since 2001 turned Paris into a left-wing stronghold?

 

Since its historic victory in the municipal elections of 2001, the left has considerably strengthened its electoral base by winning the local elections (2004, 2008) or by limiting the success of the right during the national elections (2002, 2007). Although the capital had been held by the right since the early days of the Third Republic, and had become an unassailable stronghold under the domination of Jacques Chirac from 1977 onwards, it is now controlled by an alliance that is made up mainly of socialists and ecologists that dominates most of the Parisian electoral landscape. How has the left, while remaining the opposition in national elections, come to control the city council to such a clear extent? What are the effects of this strengthening of the Parisian left both in the city of Paris itself and in the greater Parisian metropolitan area? The geopolitical analysis of local power struggles and the study of the specifics of Parisian electoral geography enable us to better understand this situation, which seems to go against electoral sociology. They shed some light on what is at stake with the plans for the administrative break-up of the Greater Paris metropolitan area.

————————————————————————————————————————————————————-

Les échecs de la droite parisienne depuis 2001 font-ils de Paris un fief de gauche ?

En mars 2008, la majorité municipale de gauche est réélue sans difficulté à Paris. L’équipe sortante de Bertrand Delanoë apparaît « largement confortée[1] ». La capitale est incontestablement « rééquilibrée après 100 ans à droite et 7 ans à gauche[2] », selon les propos du Maire de Paris. De fait, sept années après la fragile – mais historique – victoire de la gauche à Paris[3], les rapports de force sont bouleversés : alors que les politistes prédisaient à la suite des élections municipales de 2001 « une relative instabilité politique » [Boy, Chiche, 2002, p.47], la gauche n’a cessé de renforcer ses positions, sept années durant, profitant des échecs électoraux répétés de la droite.

 

Ainsi, en juin 2002, alors que la droite retrouve une majorité confortable à l’Assemblée Nationale, elle perd, à Paris, trois circonscriptions législatives[4]. En mars 2004, elle est minoritaire aux élections régionales[5] à Paris, comme en Île-de-France. En mai 2007, pour la première fois à un scrutin national, la capitale n’a pas amplifié les résultats de la droite, mais a résisté à la « vague bleue » suscitée par Nicolas Sarkozy : ce dernier n’a devancé Ségolène Royal que d’une courte tête[6]. Quelques semaines plus tard, la droite parisienne perd une nouvelle circonscription législative et poursuit son recul territorial amorcé dix ans plus tôt.

 

Ces succès électoraux remportés par la gauche fragilisent l’interprétation conjoncturelle de la victoire de Bertrand Delanoë avancée en 2002 [Boy, Chiche, 2002, p.47]. Alors que la victoire de la gauche plurielle en 2001 est d’abord une défaite de la droite [Subra, 2005, p.151], ses succès ultérieurs dépassent amplement la sanction des pratiques politiques propres à l’équipe conservatrice en place et la demande conjoncturelle d’un renouvellement des politiques municipales. La droite parisienne a perdu à Paris un fief historique entraînée par la défaite du « système Chirac ». Pour autant, le contrôle de positions de pouvoir par les socialistes alliés aux écologistes autour de la personnalité de Bertrand Delanoë donne-t-il naissance à un nouveau « système local » [Subra, 2005, p.131] ?

 

La constitution d’un nouveau fief local est, de fait, une question géopolitique de premier ordre : celle du contrôle du pouvoir et des rivalités qu’il entraîne sur un territoire exceptionnel, celui de la capitale française. Le contrôle de la ville la plus peuplée –à la fois ville et département, à elle seule plus peuplée qu’une bonne partie des régions françaises- est en effet un enjeu de taille : enjeu financier grâce à la concentration des sièges sociaux et des ménages aisés qui offrent d’importantes recettes fiscales, et enjeu politique grâce à l’exceptionnelle densité de postes électifs[7] et le contrôle d’un appareil administratif comparable à certains ministères. Enfin, la ville de Paris est un maillon central de la future structure métropolitaine en gestation, quels que soient le périmètre et la forme de gouvernance qui seront choisis. Son contrôle attise inéluctablement de nombreux appétits.

 

La naissance d’un nouveau système local de gauche à Paris pose en outre une question majeure : comment expliquer que la capitale dont la sociologie et la tradition politique offrent toujours de solides assises électorales à la droite apparaisse aujourd’hui si facilement acquise à la gauche ? Seules l’analyse géopolitique et la géographie électorale permettent de comprendre ce paradoxe électoral, cette situation « curieuse ou non conforme à la sociologie électorale » [Giblin, 2008]. La nature des rivalités de pouvoir sur le territoire parisien a en effet été bouleversée. De nouvelles représentations changent les stratégies politiques de chaque camp. Quels sont les enjeux de la perte de ce fief pour la droite ? La gauche possède-t-elle un nouveau bastion politique ?

1. La mutation politique de Paris : la capitale n’est plus un fief de droite

Le déclin de la droite, emportée par la faillite du « système Chirac »

L’histoire de la droite municipale parisienne se confond avec celle de la formation géopolitique mise en place par Jacques Chirac de 1977 à 1995. Le président fondateur du RPR a conquis la capitale en 1977 pour organiser une véritable « machine de guerre présidentielle ». La mairie de Paris a conforté sa stature nationale et internationale et lui a permis de résister à deux défaites présidentielles en 1981 et 1988 tout en conservant autour de lui un important vivier d’élus et de hauts fonctionnaires. Organisé pour et autour du dessein personnel de Jacques Chirac, le système mis en place dès 1977 s’est vite délité quand le chef du parti gaulliste est entré à l’Elysée en mai 1995.

 

Tableau 1. La droite aux élections municipales de 1989 à 2008.

 

1989

1995

2001

2008

Suffrages obtenus par l’ensemble des listes droite au premier tour.

54,8%

51,4%

44,2%

33,2%

Sièges au Conseil de Paris.

141

99

71

63

 

Les élections municipales de juin 1995, qui connaissent une forte abstention, marquent un léger repli de la droite municipale. Cette dernière conduite par Jean Tibéri, député-maire du 5ème arrondissement que Jacques Chirac a préféré à Jacques Toubon pour sa bonne maîtrise des rouages de l’Hôtel de Ville parisien, obtient un résultat légèrement inférieur à la performance chiraquienne de 1989 tout en demeurant majoritaire en voix dès le premier tour. Surtout, la droite cède six arrondissements de l’Est parisien[8] à la gauche, alors que Jacques Chirac avait réalisé aux deux scrutins précédents le grand chelem. La droite perd de facto 42 sièges au Conseil de Paris. L’hégémonie du système chiraquien sur la capitale[9], gagnée grâce à une politique très attentive menée envers les arrondissements du Nord-Est[10] [Subra, 2005, p.147] est brisée. En 2001, la droite se présente profondément divisée aux électeurs parisiens. Mis en cause dans plusieurs affaires politico-judiciaires (HLM de la Ville de Paris, affaire du faux rapport de son épouse pour le Conseil Général de l’Essonne), Jean Tibéri est récusé par Jacques Chirac au profit de Philippe Séguin. Avec de nombreux élus écartés par le candidat officiel du mouvement gaulliste, le maire sortant parvient à monter des listes dissidentes dans tous les arrondissements. La division nuit fortement à la droite qui obtient néanmoins dans son ensemble plus de 44% des suffrages au premier tour, devançant ainsi largement les listes conduites par Bertrand Delanoë. Au second tour, le maintien des listes dissidentes annihile les espoirs de la droite. Alors que les listes Séguin et Tibéri sont majoritaires en voix, elles perdent six arrondissements[11] et n’obtiennent que 71 sièges au Conseil de Paris.

 

En 2008, la droite parisienne a compris les erreurs de 2001. Elle aborde le scrutin municipal unie derrière Françoise de Panafieu, maire du 17ème arrondissement, désignée démocratiquement lors de primaires organisées au sein de l’UMP en février 2006. Ce choix veut prouver le changement de la droite parisienne : une équipe renouvelée, ouverte à des personnalités populaires – Rachida Dati et Jean-Marie Cavada- et conduite par une femme qui affiche un franc-parler et une image jeune particulièrement apprêtée[12] pour dissiper son image de « candidate des beaux quartiers ». En effet, les efforts de Françoise de Panafieu masquent mal ses origines, qui font d’elle une « héritière » en politique, mais aussi son implication dans le système politique chiraquien. La candidate UMP est en effet issue d’une longue dynastie familiale gaulliste et conservatrice[13] très ancrée dans le bourgeois 17ème arrondissement et a été adjointe de Jacques Chirac puis de Jean Tibéri de 1980 à 2001[14]. Difficile donc de séduire l’électorat de l’Est parisien, objectif essentiel de la droite, avec un tel profil. Surtout, la candidate est très contestée dans son propre camp suite aux maladresses qu’elle multiplie pendant la campagne[15]. Enfin, la candidate est doublement gênée dans son positionnement politique : la critique du bilan du maire sortant est délicate tant les sondages d’opinion le confortent et la concurrence de Marielle de Sarnez au centre de l’échiquier politique est redoutable. Dopée par le succès de François Bayrou au scrutin présidentiel à Paris en 2007, la candidate du Modem cherche à séduire le même électorat que Françoise de Panafieu : les classes moyennes du centre et de l’Est parisien. Cependant, dans cette tâche Marielle de Sarnez a plus de crédibilité : elle habite et se présente dans le 14ème arrondissement et elle incarne –au moins en apparence- une forme de renouvellement du personnel politique parisien[16]. Au premier tour, l’échec de la droite est sans appel : elle n’obtient qu’un tiers des suffrages quand 13 ans plus tôt elle détenait la majorité absolue. Au second tour, elle ne parvient pas à se rapprocher avec le Modem tenté par une alliance avec Bertrand Delanoë[17]. Malgré l’union du camp conservateur, la droite perd de nouveau 8 sièges au Conseil de Paris. En trois scrutins elle a perdu l’Hôtel de Ville, 12 arrondissements et 78 sièges au Conseil de Paris : elle apparaît profondément défaite.

 

Néanmoins, le déclin de la droite ne se limite pas à la perte du contrôle de l’Hôtel de Ville et ne résulte pas uniquement du délitement du système mis en place par Jacques Chirac. Au-delà des enjeux géopolitiques locaux, les scrutins nationaux offrent une bonne perspective de l’évolution de l’opinion politique parisienne. Ainsi, l’étude des résultats au premier tour des élections présidentielles à Paris depuis 1974 met en valeur un déclin important des suffrages obtenus par les partis de droite traditionnelle. Ce reflux électoral se solde en 2007 par un résultat historique, passé relativement inaperçu : alors que la ville amplifiait jusqu’alors de 5 à 10 points le résultat du candidat de droite, elle a valorisé dans un élan de participation inédit la candidate socialiste de près de 3 points.

 

Tableau 2. Suffrages exprimés à Paris au premier tour des élections présidentielles (en %).

 

1974

1981

1988

1995

2002

2007

Ensemble des formations de droite

56,47

56,51

45,16

51,38

42,88

36,31

 

Si l’on excepte le scrutin de 1995, au cours duquel Jacques Chirac a réalisé une mobilisation inédite de l’électorat parisien grâce à un travail d’encadrement et de maillage politique mené depuis 1977, la décrue de la droite est continue et massive : en 33 ans, elle perd plus du tiers de sa base électorale. Alors qu’elle dominait sans partage l’espace politique (en 1974, la gauche réunie ne représente que 66% des suffrages du camp adverse), la droite est talonnée de près par la gauche en 2007.

 

Tableau 3. Comparaison des rapports Gauche-Droite Paris-France entière (en % des suffrages exprimés, au premier tour).

 

 

1974

1981

1988

1995

2002

2007

Rapport Gauche/Droite niveau national

0,85

0,90

1,18

0,72

0,72

0,80

Rapport Gauche/Droite niveau parisien

0,66

0,67

0,79

0,60

0,76

0,90

Différence

0,21

0,23

0,39

0,12

-0,4

-0,10

 

Cette évolution parisienne se distingue de l’évolution politique nationale. Alors que jusqu’en 1988, le rapport gauche/droite parisien est systématiquement inférieur d’au moins 0,20 (jusqu’à 0,39 en 1988) au même rapport au niveau national, la tendance faiblit dès 1995, et ce, malgré la bonne mobilisation réalisée autour de Jacques Chirac. Les années 1990 sont en effet des années charnières[18]. A la veille de cette décennie, au scrutin de 1988, la droite parisienne résiste exceptionnellement au succès de François Mitterrand. Quatorze années plus tard, le scrutin de 2002, auquel participe pourtant Jacques Chirac, offre un renversement total des perspectives : pour la première fois depuis près de 30 ans, Paris est plus à gauche que le reste de la France, que l’on compte ou non les écologistes qui obtiennent, en 2002, un excellent résultat. En somme, il semble que l’excellente mobilisation autour de Jacques Chirac en 1995 à Paris a masqué –ou retardé- la mutation politique de Paris.

Un déclin de la droite au profit de la gauche ?

Indubitablement, la gauche a profité du discrédit, puis de la faillite du système Chirac.

 

Tableau 4. La gauche aux élections municipales de 1989 à 2008, au premier tour.

 

1989

1995

2001

2008

Suffrages obtenus par la gauche

27,8%

30,2%

31,3%

42,90%

Sièges au Conseil de Paris.

21

58

69

90

Ecologistes

8,2%

7,1%

13,1%

6,8%

Sièges au Conseil de Paris.

1

5

23

9

 

Après la conquête des six arrondissements du Nord-Est parisien en 1995, l’apport décisif en 2001 vient des écologistes, puisque malgré une campagne passionnée et ouverte, les socialistes et leurs alliés progressent faiblement sur l’ensemble de la capitale. Mais s’alliant aux Verts, les socialistes gagnent les électeurs du centre parisien – dans sa définition spatiale (9ème, 2ème, 4ème, 14ème arrondissements) et politique – et une image de modernité indispensable à la victoire de la gauche parisienne. Aux élections municipales de 2008, l’équipe menée par Bertrand Delanoë ne conquiert aucun nouvel arrondissement, mais les positions de l’équipe sortante sont très largement confortées : trois maires socialistes sont élus ou réélus au premier tour[19], les huit autres obtiennent entre 57% et 75% des suffrages[20]. Au total les listes qui ont fusionné autour de Bertrand Delanoë obtiennent, en 2008, 97 sièges, soit 5 de plus qu’en 2001[21]. Les socialistes sont désormais « libres[22] » : ils détiennent la majorité absolue avec leurs alliés historiques du PCF et du MRC[23] sans dépendre des Verts.

Néanmoins, malgré ces succès locaux, la gauche ne connaît pas lors des scrutins nationaux de succès importants. Paradoxalement, la gauche gouvernementale bénéficie peu – au moins aux premiers tours des scrutins – du déclin tendanciel de la droite parisienne.

Tableau 5. L’évolution de la gauche au premier tour des élections présidentielles à Paris (en % des suffrages exprimés).

 

1974

1981

1988

1995

2002

2007

Gauche gouvernementale

37,34

37,65

35,87

30,69

32,52

32,96

Ecologistes

2,32

4,07

3,64

3,63

7,38

1,53

Gauche+Ecologistes

39,66

41,72

39,51

34,32

39,9

34,49

 

Si l’on exclut les écologistes, elle connaît une baisse qui peut se schématiser en trois paliers successifs : elle rassemble 37% des suffrages au cours de la décennie 1970, 36% au cours de la décennie 1980 et 32-33% dans les années 2000. Seul le rattachement des Verts à l’attelage de la gauche plurielle a permis de gommer ce déclin tendanciel. La gauche, écologistes compris, se stabilise alors autour de 40%, exceptés les scrutins de 1995 et de 2007 où la gauche pâtit d’une forte abstention, puis de la concurrence au centre de François Bayrou. De 1974 à 2007, la gauche et la droite traditionnelles réunies passent de près de 95% des suffrages à 69%. Ce déclin se fait au profit des nouvelles forces politiques : l’extrême gauche et l’extrême droite jusqu’en 2002 et le centre avec la candidature de François Bayrou en 2007. En somme, seul le déclin de la droite est à l’origine d’une double mutation politique inédite : Paris paraît plus marqué à gauche que le reste de la France et les deux camps politiques jouent désormais à égalité aux scrutins nationaux.


2. Les modalités de la conquête du territoire parisien par la gauche

L’efficacité de la stratégie de Delanoë, profitant à plein du mode de scrutin.

Comment  expliquer alors le contraste entre la stabilité des résultats de la gauche aux scrutins présidentiels –et même le déclin si l’on exclut les écologistes- et les succès locaux précédemment décrits ? La première explication tient incontestablement aux acteurs politiques locaux et aux stratégies qu’ils mettent en œuvre. L’ampleur des résultats obtenus par les maires d’arrondissement sortants en 2008 et la constance des enquêtes d’opinion montrent la satisfaction des électeurs parisiens pour la majorité municipale conduite par Bertrand Delanoë. Les instituts de sondage évoquent l’amélioration de la qualité de vie au sens large[24] à Paris : le développement des alternatives à la voiture est plébiscité (mise en place de Vélib’, pistes cyclables, transports en commun) et les efforts consentis pour améliorer les services publics sont reconnus. L’opinion demeure réticente sur la circulation automobile et l’accès aux logements, deux problèmes inhérents à l’ensemble des grandes métropoles. Conscient de la complexité de ces enjeux, l’électorat parisien s’est sans doute montré plus indulgent sur ces thèmes que sur la qualité des services publics ou le développement des espaces verts, directement imputables à l’équipe municipale. Globalement les enquêtes ont confirmé la clairvoyance de la stratégie mise en place par Bertrand Delanoë. En accordant une grande place aux Verts -malgré le prix élevé de cette alliance[25] mais aussi les conflits et les frustrations qu’elle a engendrés-, la gauche a su capter et satisfaire la demande d’un électorat profondément renouvelé[26] : celle d’une autre pratique de la ville et de nouvelles politiques urbaines [Subra, 2005, p.152]. Ce « vote métropolitain » [Jeanne, 2005, p.98] est celui de jeunes actifs diplômés, particulièrement nombreux dans le centre rive droite et le centre Est (2ème, 3ème, 10ème et 11ème arrondissement), moins sensibles aux questions sociales traditionnellement défendues par la gauche, mais plus attachés aux problèmes sociétaux et environnementaux défendus par les Verts en 2001. Une fois assuré que les socialistes avaient réalisé leur aggiornamento en portant ces thématiques dans leur programme[27], cet électorat s’est naturellement porté sur les socialistes en 2008.

 

La tentation plus globale du « socialisme municipal[28] », est un des autres facteurs explicatifs du succès de la gauche municipale parisienne. Michel Noblecourt, éditorialiste au Monde, affirme ainsi que le Parti Socialiste a tendance à se replier sur le terrain local plutôt « que de chercher à conquérir le pouvoir d’Etat, au risque de se renier et de ne pas tenir ses promesses de transformation de la société ». L’analyse se vérifie partiellement à Paris. La confiance accordée par les électeurs à l’équipe de Bertrand Delanoë s’inscrit dans un contexte national, dans lequel la gestion socialiste des collectivités locales (développement des services de proximité, politique culturelle) est en phase avec les attentes de l’électorat des grandes métropoles[29]. Néanmoins, la conquête de l’Hôtel de Ville par les socialistes en 2001 ne s’inscrit pas dans une stratégie nationale contrairement à l’opération chiraquienne de 1977. Alors que le chef du mouvement gaulliste avait utilisé la mairie pour affaiblir le leadership giscardien et se constituer une base de repli indispensable à son dessein présidentiel, Bertrand Delanoë n’a pas affiché d’ambitions équivalentes en 2001. Peu connu des électeurs socialistes, il a abandonné son siège de sénateur dès son arrivée à l’Hôtel de Ville, affichant ainsi son refus du cumul des mandats et prouvant aussi son engagement total dans la conduite de la politique municipale. Les ambitions nationales ne sont nées qu’après l’échec de la candidate socialiste aux élections présidentielles de 2007, quand, assuré de sa popularité, Bertrand Delanoë a mesuré le tremplin que pouvait représenter pour lui le contrôle de la Mairie de Paris.

 

Au-delà du cadre municipal strict, le système géopolitique mis en place par Bertrand Delanoë s’est révélé efficace aux autres scrutins. En 2004, aux élections régionales la liste de gauche, conduite par la première adjointe du Maire de Paris, Anne Hidalgo obtient pour la première fois la majorité absolue sur l’ensemble de Paris[30] au second tour. En 2007, aux élections législatives, dont l’enjeu est incontestablement plus national que local, les socialistes et leurs alliés confortent leurs positions spatiales, en dominant totalement l’Est parisien.

La carte met en valeur le succès des candidats socialistes et écologistes locaux qui ont tous, à l’exception de Daniel Vaillant et Jean-Christophe Cambadélis[31], amplifié les résultats obtenus par Ségolène Royal quelques semaines auparavant malgré l’état de grâce dont bénéficiait alors Nicolas Sarkozy dans l’opinion publique[32]. La conquête inédite de la 8ème circonscription et l’amélioration sensible des résultats socialistes dans les 7ème et 9ème circonscriptions[33] mettent en valeur le fort ancrage des élus municipaux de gauche et dépasse largement le léger reflux électoral observé par la droite au niveau national au soir du second tour des élections législatives.

 

La seconde clef d’explication du succès de la gauche locale tient à la nature même du mode de scrutin qui profite particulièrement aux socialistes. En effet, le système électoral établi par la loi PLM  de 1982 qui fixe les modalités de l’élection des conseillers municipaux à Paris, à Lyon et à Marseille, privilégie la domination spatiale et territoriale par rapport au total des suffrages obtenus dans l’ensemble de la capitale.

 

Tableau 6. La répartition des sièges au Conseil de Paris.

Conseil de Paris

Projection des résultats présidentiels 2007

Municipales 2008

Arrondissement

Total des sièges

Minimum attribué à la liste majoritaire

Gauche

Droite

Gauche

Droite

1er

3

2

1

2

1

2

2ème

3

2

2

1

3

0

3ème

3

1

2

1

3

0

4ème

3

2

1

2

2

1

5ème

4

3

3

1

1

3

6ème

3

2

1

2

1

2

7ème

5

4

0

5

0

5

8ème

3

2

0

3

0

3

9ème

4

3

1

3

3

1

10ème

6

5

5

1

5

1

11ème

11

9

9

2

10

1

12ème

10

8

8

2

8

2

13ème

13

10

11

2

11

2

14ème

10

7

8

2

8

1

15ème

17

13

3

14

4

13

16ème

13

10

1

12

1

12

17ème

13

10

2

11

3

10

18ème

14

11

12

2

12

2

19ème

12

9

10

2

10

2

20ème

13

10

11

2

11

0

TOTAL

82

81

91

72

97

63

 

 

Le tableau ci-dessus met tout d’abord en valeur le poids inégal des arrondissements dans la répartition des sièges du Conseil de Paris. Les dix arrondissements les plus peuplés (du 11ème au 20ème) sont des territoires stratégiques : ils représentent 126 sièges sur 163. Sept de ces arrondissements –qui représentent 83 sièges- sont détenus aujourd’hui par la gauche. Y être majoritaire permet donc d’obtenir d’emblée au moins 64 sièges grâce au mode de scrutin en vigueur qui offre plus des trois quarts des sièges au vainqueur.

 

Surtout, la simulation de la composition du Conseil de Paris réalisée avec les résultats du second tour des élections présidentielles de 2007 met en valeur la domination spatiale de la gauche.  Alors que Nicolas Sarkozy devance son adversaire socialiste de près de 4 000 voix, les résultats de Ségolène Royal appliqués au mode de scrutin par arrondissement auraient permis aux socialistes de dominer la droite de 19 sièges. Les mêmes résultats appliqués au même mode de scrutin[34] dans l’ensemble de la capitale et non plus par arrondissement auraient permis à la droite de détenir 123 sièges sur 163. En somme, la gauche, structurellement minoritaire en voix à l’échelle de la capitale, parvient grâce à la répartition spatiale des suffrages à détenir une nette majorité en sièges au Conseil de Paris.

 

Reposant sur une assise territoriale solide, la majorité construite par Bertrand Delanoë en 2001 paraît assez protégée. Même dans un contexte politique favorable à la droite, la gauche demeure majoritaire en possédant un avantage de près de 10 sièges[35]. Et si la droite conserve le 5ème arrondissement et conquiert le 12ème arrondissement[36], la gauche municipale garde un avantage avec 83 sièges au Conseil de Paris.

 

Enfin, la confrontation de  la simulation de 2007 aux résultats de 2008 met en valeur l’ancrage de l’équipe de Bertrand Delanoë et conforte l’existence même d’un système local qui interfère de manière notable avec les tendances nationales, en les renforçant ou les atténuant [Subra, 2005, p.130]. La gauche municipale réalise une plus-value de 6 sièges sur les résultats nationaux obtenus une année plus tôt par Ségolène Royal, quand la droite en perd 9. Le scrutin municipal offre une prime aux sortants dans les 2ème, 3ème et 11ème arrondissements. Il permet à la gauche de conserver les 4ème et 9ème arrondissements, malgré l’avance qu’ils avaient donnée à Nicolas Sarkozy en 2007. Néanmoins, si la gauche a entamé les positions de la droite dans le 17ème arrondissement, elle n’a pu ravir à Jean Tibéri le 5ème arrondissement.

Aux scrutins nationaux, la gauche progresse dans ses fiefs, la droite conserve les siens.

La répartition spatiale des votes explique cette « anomalie de la représentation électorale » qui donne la majorité en sièges à un camp politique minoritaire en voix. En 2007, la carte des résultats du second tour des élections présidentielles est éclairante.

Ségolène Royal domine tout l’Est parisien à l’exception de 3 quartiers : Bel Air dans le 12ème arrondissement, Arsenal et Notre-Dame dans le 4ème arrondissement. Elle est majoritaire dans les quartiers les plus peuplés. Au total Nicolas Sarkozy, lui, n’est majoritaire que dans 36 quartiers sur 80. Le vote de droite apparaît donc nettement plus concentré dans l’espace parisien que ne l’est le vote de gauche. Nicolas Sarkozy atteint au deuxième tour un maximum de 85,87% des suffrages[37], quand sa concurrente socialiste atteint 72,74%[38]. La comparaison statistique des répartitions des votes aux premiers tours des scrutins présidentiels éclaire ces différentes répartitions spatiales des votes.

Tableau 7 : Etude statistique des résultats au premier tour des élections présidentielles, à l’échelle du quartier.

Gauche

Droite

1995

2007

1995

2007

Minimum

12,87%

8,92%

35,29%

18,04%

Maximum

45,93%

55,49%

78,04%

71,97%

Ecart-type

8,8

11,1

10,9

13,1

Coefficient d’asymétrie

-0,94

-0,47

0,78

0,89

 

La répartition des votes de la droite connaît à tous les scrutins une dispersion plus importante : l’étendue de la série est plus élevée. En 1995 comme en 2007, l’écart-type des séries statistiques des votes de droite est nettement supérieur à celui des séries de vote de gauche. Surtout le coefficient d’asymétrie[39] des votes de droite met en valeur une distribution décalée vers les valeurs les plus élevées. La traduction spatiale est simple : à l’échelle de Paris, le vote de droite se concentre massivement donc dans des quartiers où la droite réalise d’excellents résultats.

Surtout, entre les scrutins de 1995 et 2007, on observe un renforcement des oppositions, une forme de polarisation spatiale des votes : les écarts-types s’accroissent, tout comme le coefficient d’asymétrie des votes de droite. Seule l’asymétrie des votes de gauche régresse.

Les deux représentations spatiales des évolutions depuis 1995 éclairent ces statistiques.

A gauche, la carte ci-dessus à l’échelle du quartier administratif met en valeur la concentration spatiale des votes depuis 1995. La gauche progresse exclusivement dans un quart Nord-Est, et plus particulièrement dans ses fiefs historiques (Belleville, La Chapelle, Goutte d’Or).

Cette progression apparaît plus comme un effet de rattrapage après l’excellente mobilisation de 1995 réalisée par Jacques Chirac. En réalité, les arrondissements populaires du Nord-Est s’étaient abstenus massivement au premier tour des élections présidentielles de 1995. Plus qu’une progression réelle des partis de gauche, c’est ici plutôt une meilleure mobilisation de ses électeurs. En mettant fin au « hold-up » électoral réalisé par Jacques Chirac, la gauche retrouve son territoire politique traditionnel qu’elle domine depuis le début de la IIIème République.

En revanche, sur la rive gauche et à l’Ouest, la gauche ne progresse dans aucun quartier. Bien au contraire, dans les fiefs de droite ses résultats perdent près du tiers de leur valeur, confirmant ainsi les variations des minima et des écarts-types observées précédemment. En somme, la gauche n’améliore pas sensiblement ses positions aux scrutins nationaux depuis 1995. En revanche, les suffrages exprimés en sa faveur se concentrent davantage dans ses fiefs du fait du double mouvement de progression à l’ouest et de régression à l’Est.

A droite, l’évolution apparaît à première vue le symétrique inverse de celle de la gauche. La réalité est plus complexe. La droite recule dans les 80 quartiers de Paris, même dans ses fiefs[40]. Ce déclin s’explique par la difficulté à maintenir les bons résultats obtenus par Jacques Chirac en 1995, en particulier dans les quartiers orientaux, et par la concurrence de François Bayrou en 2007. Ce sont les fiefs de droite qui résistent le mieux (triangle 16ème-8ème-7ème). En définitive, l’évolution récente des forces politiques a accentué une dissymétrie spatiale ancienne.

Surtout, cette évolution dessert la droite parisienne. Le renforcement des fiefs respectifs apparaît fort inégal électoralement. Le « triangle d’or » conservateur représente un espace nettement plus restreint que celui dominé par la gauche. Les trois arrondissements qui résistent dans leur intégralité au déclin de la droite pèsent bien peu face aux « fiefs retrouvés » de la gauche parisienne. Quand l’addition des 7ème, 8ème et 16ème arrondissements représente 145 855 électeurs et 21 sièges au sein du Conseil de Paris, les fiefs de gauche de l’Est parisien (10ème-11ème, 13ème, 18ème, 19ème et 20ème arrondissements) pèsent 526 224 électeurs et 69 sièges au Conseil de Paris.

La répartition spatiale des votes fragilise donc fortement la droite parisienne et affaiblit sérieusement ses chances de reconquête de la mairie. En effet, l’atout de la droite –un fief indéfectible à l’Ouest permettant de concentrer les efforts de conquête à l’Est, comme l’avait réalisé Jacques Chirac- s’est transformée en un handicap du fait des progrès de la gauche au Nord-Est et du déclin de la droite sur la rive gauche. Aujourd’hui la droite parisienne apparaît repliée dans des bastions imprenables de l’Ouest face à une gauche municipale dont le territoire politique est plus vaste mais moins fidèle.

 

3. Les nouveaux enjeux géopolitiques

Pour la gauche municipale, conforter l’assise électorale

La réélection de l’équipe de Bertrand Delanoë en 2008 a montré le succès des sortants mais aussi les limites électorales de la gauche. La progression spatiale de cette dernière est aujourd’hui endiguée par la droite le long de la frontière stable opposant l’Est et l’Ouest parisiens. Dans quatre arrondissements, aux confins de la ligne Nord-Sud séparant les deux camps politiques, la gauche a échoué. Dans le 17ème arrondissement, malgré les progrès importants réalisés dans le quartier Epinettes aux scrutins précédents et la bonne implantation de la députée socialiste Annick Lepetit, la gauche n’a pu ravir la mairie à Françoise de Panafieu[41]. Dans le 15ème arrondissement, la présence d’Anne Hidalgo, première adjointe de Bertrand Delanoë, et la division à droite, n’ont pas suffi à inquiéter Philippe Goujon, pourtant devancé par la gauche – de façon inédite- au premier tour[42]. Le 1er arrondissement offrait en 2008 un contexte plus ouvert encore : au soir du premier tour, la gauche réunie autour de Seybah Dagoma, une jeune candidate noire issue de l’immigration, y devance la droite de 79 voix. Une semaine plus tard, l’UMP Jean-François Legaret est réélu avec 352 voix d’avance. Dans ces trois arrondissements, les électeurs du Modem se sont majoritairement reportés à droite au second tour. Deux hypothèses peuvent expliquer ce comportement électoral. La première est celle de la dispersion des électeurs de droite au premier tour : le vote Modem à l’Ouest de Paris apparaît comme une sanction contre les candidats de l’UMP. La seconde tient au caractère légitimiste des électeurs centristes : le report à droite au second tour conforte le sortant et renforce les contre-pouvoirs face à l’équipe socialiste. Enfin, dans un 5ème arrondissement majoritairement à gauche en 2007 et malgré les sondages défavorables[43], Jean Tibéri, sortant UMP, a conservé son siège de maire, bénéficiant d’un exceptionnel ancrage local et de la triangulaire avec le Modem Philippe Meyer qui a sans doute affaibli la candidate socialiste. Il faut voir ici la grande fidélité de l’électorat à un maire dont la gestion municipale se confond avec le contrôle minutieux du territoire. Héritier direct du « système Chirac », Jean Tibéri a reproduit dans le 5ème arrondissement les pratiques politiques de son mentor, notamment une implication personnelle dans l’attribution des subventions aux associations, et dans celle des logements sociaux ou des places en crèche parvenant ainsi à un excellent encadrement du corps électoral. Les leçons électorales du scrutin de 2008 sont pour la gauche très explicites : même dans un contexte politique très favorable, tant au niveau national que local, face à une droite discréditée, la gauche ne parvient pas à accroître sa domination spatiale. Le système géopolitique construit par Bertrand Delanoë semble donc atteindre ses limites. Seule une alliance avec le Modem lui permettrait de renforcer le contrôle territorial de Paris, au risque de fragiliser ses liens avec les autres partenaires de la gauche parisienne[44]. En revanche, le rapport des forces politiques sur le territoire parisien pourrait être modifié par une actualisation de la représentation du Conseil de Paris. En effet, la loi PLM de 1982 prévoit un nombre d’élus au Conseil de Paris proportionnel à la population. Or, le calcul est fondé sur le recensement de 1975. Inutile de préciser qu’en trente ans la population a évolué et que les changements démographiques ont été différents d’un arrondissement à l’autre. Si la loi de 1982 ne prévoit pas explicitement l’actualisation du calcul, il paraît difficile de conserver longtemps cette représentation inéquitable à l’heure où le gouvernement entend procéder au redécoupage des circonscriptions législatives à l’aide du recensement de la population dont la publication complète est prévue en 2009.

 

Tableau 8. L’actualisation de la représentation du Conseil de Paris.

Nouveau calcul

Simulation 2007

Arrondissement

Population au 01/01/2006[45]

Habitants par conseiller

Sièges au Conseil de Paris

Différence

Gauche

Droite

1er

17745

5915

2

-1

0

2

2ème

21259

7086

2

-1

2

0

3ème

34721

11574

3

0

2

1

4ème

29138

9713

3

0

1

2

5ème

61475

15369

5

+1

4

1

6ème

45278

15093

4

+1

1

3

7ème

56612

11322

4

-1

0

4

8ème

39088

13029

3

0

0

3

9ème

58497

14624

4

0

1

3

10ème

92082

15347

7

+1

6

1

11ème

152436

13858

11

0

9

2

12ème

141519

14152

10

0

8

2

13ème

178716

13747

13

0

11

2

14ème

134370

13437

10

0

8

2

15ème

232949

13703

17

0

3

14

16ème

153920

11840

11

-2

1

10

17ème

161327

12410

12

-1

2

10

18ème

190854

13632

14

0

12

2

19ème

186180

15515

14

+2

11

3

20ème

193205

14862

14

+1

12

2

TOTAL

2181371

Moyenne : 13383

163

0

94

69

 

La récente publication de la population légale applicable au 1er janvier 2006 permet de mesurer le caractère obsolète et inéquitable du calcul actuel. La troisième colonne du tableau met ainsi en valeur de grandes disparités dans la représentation des arrondissements au sein du Conseil de Paris. Aussi le ratio du nombre d’habitants par conseiller varie-t-il sur une échelle de 1 à 2,5. Quand un conseiller du premier arrondissement représente moins de 6 000 habitants, un élu du 19ème arrondissement en représente plus de 15 000. Le nouveau calcul proposé dans la quatrième colonne permet d’aboutir à une représentation plus égale : si l’on excepte les petits arrondissements, 1er et 4ème particulièrement, toujours surreprésentés[46] du fait de leur faible population, les autres possèdent une représentation plus homogène dont le ratio varie sur une échelle de 1 à 1,38.

Ce nouveau calcul plus équitable peut apparaître fort partisan aux yeux de la droite parisienne, aujourd’hui pénalisée par les évolutions démographiques de la capitale. Hormis un siège gagné dans le 6ème arrondissement, la droite voit la représentation de ses fiefs diminuée de cinq sièges. Le changement est immédiat : si l’on applique les résultats du scrutin présidentiel de 2007 à ce nouveau calcul, la gauche détient désormais 94 sièges. Le poids des  bastions historiques[47] est conforté : ces territoires peuvent apporter à la gauche de 77 à 79 sièges au Conseil de Paris[48]. Ne manquent alors que trois à cinq sièges pour être majoritaires. Mission relativement aisée soit en conservant un des deux gros arrondissements acquis en 2001 -12ème ou le 14ème (+6 chacun)- soit en détenant deux ou trois petits arrondissements de la rive droite –2ème, 4ème, 9ème – (+5 sièges à eux trois).

Néanmoins, qui prendra le risque de redéfinir le calcul des sièges du Conseil de Paris ? Le ministère de l’Intérieur n’a aucun intérêt à faire un tel cadeau à la gauche malgré l’impératif théorique donné par la Constitution qui impose un « suffrage toujours égal[49] ». La gauche, quant à elle, risquerait d’être suspectée de vouloir conforter sa majorité. En juin 2000, une motion avait été déposée réclamant un amendement à la loi PLM pour rendre automatique la révision du nombre de conseillers après chaque recensement. Daniel Vaillant, ministre de l’Intérieur à cette époque, avait refusé de donner suite à la requête socialiste sans doute par crainte de s’exposer au reproche de « tripatouillage » ou de « dépeçage »[50].

En revanche, de façon désormais certaine, la carte des circonscriptions législatives sera redessinée en 2009. Paris pourrait perdre trois circonscriptions passant de 21 à 18 députés. Au vu des évolutions démographiques récentes, les circonscriptions de droite recouvrant des territoires moins dynamiques démographiquement sont plus menacées que les circonscriptions détenues actuellement par la gauche.

Sur la carte ci-dessus, nous avons représenté les circonscriptions actuelles et leur population au regard du nouveau calcul qui impose une population de 125 000 habitants et non plus de 108 000 habitants[51]. Sur les neuf circonscriptions les plus sous-peuplées, six se situent à l’Ouest et sont détenues par la droite. Sans préjuger du prochain découpage, il semble probable que les territoires privilégiés de la droite soient les plus affectés. Cette nouvelle carte risquerait alors de réduire le nombre de parlementaires de droite et d’affaiblir d’autant l’opposition municipale.

Les enjeux pour la droite

Pour la droite, l’enjeu principal est la reconquête de la capitale. Cette dernière passe par la constitution d’un nouveau leadership après l’échec de Françoise de Panafieu en 2008 et les critiques qu’elle a essuyées au sein de son propre camp. Sans doute passe-t-elle également par le renouvellement d’une politique et d’un personnel peu en phase avec l’électorat de l’Est parisien. Aujourd’hui, la résistance aux projets municipaux illustrée par l’attitude des élus du 16ème arrondissement marginalise la droite parisienne. En effet, depuis 2001, Claude Goasguen, député-maire du « village gaulois[52] », un des principaux rivaux de Françoise de Panafieu, s’est fait le défenseur des intérêts de l’Ouest parisien. Il s’est ainsi opposé, souvent avec succès, à de nombreux aménagements rejetés par la population[53] : construction de logements sociaux dans le Parc Sainte-Périne, création d’une aire d’accueil pour les gens du voyage dans le Bois de Boulogne près de l’hippodrome de Longchamp, rénovation du stade Jean-Bouin et même un projet d’hébergement de SDF contesté à la ministre UMP Christine Boutin[54]. Au cours de ses interventions, il a développé une nouvelle représentation, celle de l’arrondissement délaissé[55] et attaqué par un pouvoir municipal et central malveillant et revanchard[56]. Cette représentation s’est révélée payante électoralement pour s’affirmer dans ce territoire très disputé à droite en écartant ses rivaux[57] et le rejet suscité par l’équipe socialiste en 2008[58] en est la preuve. En revanche, cette représentation et ce positionnement apparaissent largement contre-productifs pour conquérir l’électorat de l’Est parisien, indispensable pour contrôler l’Hôtel de Ville. En effet, vu de l’Est, la représentation développée par Claude Goasguen peut être perçue comme un insoutenable « égoïsme territorial » qui se traduit ici par le syndrome NIMBY – des riverains s’opposant à la construction d’un équipement d’intérêt général- et le refus de la mixité sociale. Comment un candidat sollicitant la représentation politique de l’ensemble des Parisiens peut-il justifier le refus de la construction de logements sociaux dans l’arrondissement qui en est le plus dépourvu[59] et qui concentre le plus grand nombre de ménages favorisés ? A moins de revendiquer le maintien d’une forte ségrégation socio-spatiale et de voir dans chaque Parisien le « complice actif du processus ségrégatif » [Maurin, 2004, p.6] assumant la recherche de la société de l’entre-soi, le pari électoral est risqué. Ce positionnement paraît bien éloigné des grands principes d’égalité républicaine de solidarité territoriale, mais aussi de la politique municipale mise en place dans le passé par l’équipe chiraquienne. La droite parisienne semble devoir renouveler son offre et son discours politiques pour séduire l’ensemble des Parisiens.

Cependant, comme pour la gauche, la reconquête de Paris pourrait passer pour la droite par une révision totale de la loi PLM, organisant par exemple l’élection du maire au suffrage universel, comme le réclament certains élus pour la présidence des communautés d’agglomérations. Ce changement institutionnel, réclamé par Philippe Séguin en 2001 et Françoise de Panafieu en 2008, aurait peut-être permis à la droite de conserver la mairie en 2001 en obligeant les deux candidats rivaux à se présenter unis devant les électeurs au deuxième tour sans attendre que le Conseil de Paris ne tranche. Au-delà des intérêts partisans et des calculs stratégiques, l’élection du maire au suffrage universel n’est pas dénuée de justifications politiques. Elle évite une forme nouvelle de localisme : le morcellement des vingt campagnes électorales souvent limitées à des enjeux locaux de personne et à des thématiques circonscrites au territoire de l’arrondissement (la propreté, le refus ou la contestation d’un aménagement particulier). Ces problèmes gérés par le conseil d’arrondissement –aux pouvoirs très réduits-, brouillent la hiérarchie des programmes politiques et risquent d’occulter les enjeux fondamentaux qui concernent l’ensemble de la capitale (l’urbanisme, la politique de transports, le logement ou encore la question des inégalités sociospatiales à l’échelle de la ville).

 

Le Grand Paris, ou le retournement du « donjon parisien » ?

Le projet de « Grand Paris » lancé en juin 2007 [Subra, 2008, p.1] par le Président de la République et la réorganisation institutionnelle des collectivités locales de la région parisienne qui en découle pourraient bouleverser le contexte géopolitique. En effet, une nouvelle gouvernance opérera de facto une redistribution complète des pouvoirs politiques et financiers. Le périmètre de la nouvelle structure mais surtout ses compétences, ses revenus fiscaux et sa représentation politique sont aujourd’hui au cœur de rivalités géopolitiques majeures. Ces choix peuvent renforcer le poids politique de la ville sur l’ensemble de l’agglomération ou au contraire l’affaiblir.

Côté parisien, Bertrand Delanoë  a mis en place dès juillet 2006, avec Pierre Mansat, adjoint communiste chargé des relations avec les collectivités territoriales franciliennes, une Conférence métropolitaine, renommée Paris Métropole. Cette structure est un syndicat mixte d’études ayant pour vocation de réfléchir aux nouvelles formes de gouvernance possibles pour la métropole parisienne. La volonté du Maire de Paris est claire : il souhaite se placer au centre du débat institutionnel légitimé par une association réunissant près de 200 collectivités (communes, syndicats, intercommunalités). Paris Métropole est en outre un outil de communication utile au Maire de Paris pour affirmer les grands principes qui lui sont chers : le rôle premier des collectivités territoriales dans l’élaboration de la nouvelle structure métropolitaine et la solidarité fiscale entre les territoires. En privilégiant l’initiative –ou la consultation- et le respect des collectivités existantes, Bertrand Delanoë met en avant son sens de l’innovation politique et son attachement à la démocratie locale. Il s’inscrit dans l’esprit de l’intercommunalité initié par la loi Chevènement de 1999 et dans une démarche opposée à celle de la commission présidée par Edouard Balladur. Il peut alors représenter l’association des collectivités locales en proie à l’Etat jacobin législateur et autoritaire. Dans ce nouveau jeu de représentations, il n’est pas certain que l’Etat sorte vainqueur dans l’opinion publique face à des élus locaux appréciés des électeurs.

Côté Île-de-France, le président socialiste Jean-Paul Huchon est rétif à tout projet de développement du Grand Paris. Pour lui il n’y a qu’une région capitale : l’Île-de-France dans ses limites territoriales actuelles. S’il admet la nécessaire réorganisation de la région, il suggère une série de grandes intercommunalités autour de Paris. La crainte pour la région – qu’elle soit dirigée par la gauche ou par la droite[60]– est la concurrence d’une structure mariant Paris et la proche banlieue qui revendiquerait des compétences (transport, action économique, culture) jusque là dévolues au Conseil Régional ou une partie de ses ressources fiscales.

Enfin, côté gouvernement, la Commission dirigée par Edouard Balladur a remis son rapport à l’Elysée le 5 mars 2009. Si le Président de la République préfère attendre les propositions de Christian Blanc, secrétaire d’Etat du développement de  la région capitale[61], aucune des propositions n’a été rejetée d’emblée. Au nom de « besoins criants de coordination entre les collectivités locales[62] », la Commission propose la mise en place « d’une collectivité territoriale à statut particulier », le Grand Paris. Cette nouvelle collectivité serait créée « en lieu et place » des collectivités existantes. Ainsi, les départements de Paris, des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val de Marne disparaîtraient -tout comme l’ensemble des structures intercommunales – et fusionneraient au sein de la nouvelle structure. Le Grand Paris possèderait alors l’ensemble des compétences des collectivités territoriales supprimées auxquelles devraient s’ajouter le transfert de certaines compétences dévolues aux communes : le logement et l’urbanisme. Le rapport précise ainsi que le Grand Paris définirait le Plan Local de l’Habitat mais aussi les dispositifs locaux de développement urbain, d’insertion économique et sociale et de prévention de la délinquance. Maigre consolation pour les communes : ces dernières pourraient exercer certaines compétences jusqu’alors départementales en matière culturelle ou environnementale. Enfin, pour financer ces nouvelles dépenses, outre les recettes affectées aux départements que le Grand Paris remplacerait, la nouvelle collectivité territoriale se verrait attribuer un montant de l’imposition appelée à remplacer la taxe professionnelle dans les communes. Une nouvelle représentation électorale fondée sur des conseillers territoriaux élus au scrutin de liste à deux tours serait mise en place.

Tableau 9. Représentation politique du Grand Paris, imaginé par le rapport Balladur.

Territoire

Population 2006

Conseillers territoriaux

Habitants/conseillers

Paris

2 181 400

45

48 475

Hauts de Seine

1 536 100

30

51 203

Seine Saint-Denis

1 492 000

30

49 733

Val de Marne

1 298 300

30

43 276

Total

6 508 000

135

Moyenne : 48 2

La conséquence directe pour la Ville de Paris est l’affaiblissement considérable de son poids politique sous la concurrence d’une structure plus vaste aux pouvoirs renforcés. Malgré le maintien de la clause de compétence générale, Paris, actuellement ville et Conseil Général, se verrait retirer des compétences majeures (urbanisme, action sociale, action économique, transports) et l’ensemble des moyens humains et financiers considérables qui en découlent, puisque la commission prévoit logiquement le transfert des services concernés. Le Maire de Paris, à la tête de la commune la plus peuplée et la plus riche de France, se résoudrait alors à être un « super maire d’arrondissement », dirigeant un Conseil de Paris privé de pouvoir et de moyens[63]. En vidant Paris de ses compétences, la droite réaliserait ce que le pouvoir mitterrandien avait rêvé de faire [Ronai, 2004, p.31] : enfermer l’opposition dans un donjon doré, mais cette fois-ci aux pouvoirs très affaiblis. Le contrôle de l’Hôtel de Ville parisien deviendrait de facto un enjeu géopolitique et électoral symbolique de second plan.

Au-delà de l’anéantissement de la citadelle parisienne, la création du Grand Paris permet de dissoudre les trois départements de la petite couronne. Alors que la droite ne contrôle aujourd’hui qu’un quart du territoire métropolitain, elle pourrait prétendre à une domination complète. Elle réduirait ainsi à néant les solides positions socialistes et communistes[64].

Tableau 10. Les rapports de forces politiques du Grand Paris.

Territoire

Résultats des présidentielles 2007

Conseillers élus (estimation)[65]

Sarkozy

Royal

Gauche

Droite

Paris

511 920

508 082

23 à 29

16 à 22

Hauts de Seine

416 666

332 096

6

24

Seine Saint-Denis

245 337

319 205

24

6

Val de Marne

302 513

304 978

12 à 18

12 à 18

Total

1 476 436

1 464 361

65 à 78

58 à 70

 

En effet, le rapport des forces politiques dans la collectivité imaginée par le rapport Balladur est beaucoup plus équilibré que le partage actuel des départements. En 2007, Nicolas Sarkozy y était majoritaire d’une courte tête alors que son camp ne contrôlait qu’une collectivité départementale. Malgré un léger avantage, la représentation de gauche serait donc sérieusement affaiblie.

La carte des rapports de force en 2007 explique l’avantage que conserve la gauche. En effet, à l’image de Paris, la gauche, minoritaire dans l’ensemble, domine légèrement l’espace du Grand Paris grâce à une géographie électorale plus homogène et moins dissymétrique. Les suffrages qu’elle obtient sont moins concentrés que ceux de la droite.

Le nouveau découpage administratif et politique de l’espace métropolitaine pourrait donc fortement rééquilibrer la représentation territoriale actuelle. L’objectif affiché de l’ensemble des acteurs est l’émergence d’un mode de gouvernance moins fragmenté capable de gérer à la bonne échelle l’insuffisance de logement, la saturation des transports, l’essoufflement de l’attractivité économique parisienne et de réduire les inégalités socio-spatiales. Néanmoins, derrière la volonté de dépasser la coupure qui oppose Paris, étouffée dans des frontières inchangées depuis plus d’un siècle, et la banlieue, se cache sans doute le désir gouvernemental d’affaiblir le pouvoir municipal parisien et la banlieue rouge, solidement acquis, l’un comme l’autre, à la gauche. Cette stratégie n’est pas sans risque pour la droite au pouvoir. Les exemples passés prouvent l’inefficacité ou la méfiance suscitée par les découpages électoraux, assimilés à des manœuvres partisanes. En 1983, Jacques Chirac a construit son premier grand chelem grâce à la « Bataille de Paris » contre la loi PLM votée un an plus tôt. Les velléités d’affaiblissement du pouvoir chiraquien ont entraîné la gauche parisienne dans la déroute. En 1986, l’instauration du scrutin proportionnel aux élections législatives n’a pas permis d’éviter le vote sanction contre la gauche gouvernementale.

Surtout, la réorganisation des collectivités territoriales francilienne suscite déjà de vives oppositions dépassant les clivages politiques. Ils risquent de fragiliser de facto le pouvoir gouvernemental qui en est à l’origine. La fin de l’autonomie politique de la ville et l’assimilation aux trois départements franciliens seront-elles appréciées de la population parisienne qui voit souvent dans le périphérique une protection contre la banlieue et qui s’est maintes fois placée dans une position politique singulière par rapport au reste du pays et du pouvoir central[66] ? Il est ainsi frappant que les projets urbains de couverture du périphérique, à la Porte des Lilas par exemple, perpétuent aujourd’hui la séparation entre Paris et la banlieue alors qu’ils affichent l’intention de réunir des espaces longtemps coupés par le boulevard circulaire[67]. En banlieue, le désir d’être traité à égalité avec les Parisiens est contrebalancé par l’attachement identitaire lié au territoire, notamment dans les départements les plus défavorisés [Subra, 2008, p.8]. Néanmoins, les réticences au projet proviennent surtout des acteurs politiques locaux. Ainsi, le Maire de Paris a tout à perdre dans cette nouvelle architecture institutionnelle. C’est sans doute ce scénario qui l’a poussé à développer aussi rapidement sa propre structure, Paris Métropole, tout en veillant à la dissocier de ses ambitions personnelles[68] et à concentrer ses critiques sur le périmètre de la nouvelle collectivité[69]. Enfin, la solidarité fiscale imposée par le projet du Grand Paris est une véritable pierre d’achoppement. Si Bertrand Delanoë semble s’y résoudre, la question est beaucoup plus controversée –et sensible électoralement- dans les Hauts-de-Seine où une autre formation géopolitique pourrait être réduite à néant, celle construire par Charles Pasqua et qui a permis à Nicolas Sarkozy d’accéder à la présidence de la République[70].

*

* *

Après avoir été longtemps un fief de droite, la Mairie de Paris paraît aujourd’hui solidement acquise à la gauche. S’il est difficile d’évoquer un « fief de gauche » alors que la ville offre toujours une majorité à la droite aux scrutins nationaux, un système local efficace s’est incontestablement mis en place reposant sur deux piliers : l’ancrage et le succès de l’équipe de Bertrand Delanoë qui a su développer une stratégie électorale clairvoyante et une tendance plus structurelle, la dynamique de la géographie électorale en faveur de la gauche. Dans le contexte actuel, seule une réorganisation administrative pourrait affaiblir durablement la gauche parisienne.

Néanmoins, à plus long terme, la pérennité de cette formation géopolitique n’est pas assurée. Les bases électorales de l’équipe municipale actuelle demeurent plus fragiles que celles que possédait Jacques Chirac. Le passé récent a en effet montré la volatilité et l’infidélité de l’électorat de gauche souvent sujet à l’abstention[71]. Des bastions de gauche ont élu, dans le passé, un maire de droite[72]. La situation inverse –des fiefs de droite élisant une équipe municipale de gauche- ne s’est jamais produite. Cependant, pour retrouver la domination chiraquienne, la droite devra, à l’instar de ses opposants socialistes et écologistes, élargir son assise électorale et capter les changements de la sociologie parisienne.


[1] Le Monde, 18 mars 2008.

[2] Libération, 16 février 2008. Supplément Paris.

[3] La gauche majoritaire au sein du Conseil de Paris demeure minoritaire en voix en mars 2001. Pour de nombreux commentateurs et pour la droite parisienne, l’alternance est conjoncturelle et accidentelle : elle est le résultat de la dissidence organisée par Jean Tibéri.

[4] Dans la 1ère circonscription, Martine Billard (Verts) est élue et succède à Laurent Dominati. Dans la 11ème circonscription, Yves Cochet (Verts ) succède à Nicole Catala. Enfin, Annick Lepetit (PS) remporte la 17ème circonscription délaissée par Françoise de Panafieu qui a « migré » plus à l’ouest, dans la 16ème circonscription, craignant d’être battue.

[5] Au deuxième tour, dans l’ensemble de la ville de Paris, la gauche est majoritaire pour la première fois sous la Vème République.

[6] Nicolas Sarkozy possède 3 838 voix d’avance sur un total de plus d’un million d’exprimés, soit moins de 0,4%.

[7] 163 conseillers de Paris, 20 mairies d’arrondissements, 21 députés et de nombreuses sociétés d’économies mixtes.

[8] Ce sont les 3ème, 10ème, 11ème, 18ème, 19ème et 20ème arrondissements. Dans les  10ème, 18ème, 19ème et 20ème une triangulaire oppose la droite, la gauche et le Front National.

[9] Le contrôle total de Paris était fondamental dans la stratégie chiraquienne de conquête de l’Elysée. Il permettait au candidat gaulliste d’apparaître comme le candidat de tous les Français comme il était le maire de tous les Parisiens, des quartiers bourgeois, comme des quartiers populaires.

[10] Efforts largement contestés par les élus socialistes de l’Est parisien, notamment Michel Charzat, maire de 20ème arrondissement de 1995 à 2008. Ce dernier a développé une représentation territoriale toute autre, celle de l’arrondissement délaissé et privé d’investissements. Cette représentation avait un double objectif : parer aux critiques des électeurs en reportant la responsabilité sur le Conseil de Paris et renforcer la légitimité de ses propres décisions en matière d’équipement, indispensables, selon lui, pour combler un « retard » accumulé pendant les trois mandatures de Jacques Chirac. Cette posture a été utilisée lors du conflit géopolitique autour de l’aménagement du gymnase de la rue des Vignoles [Jeanne, 2005, p.130-132].

[11] Ce sont les 2ème, 4ème, 9ème, 12ème, 13ème et 14ème arrondissements.

[12] Elle est régulièrement vêtue d’une veste en cuir à l’Assemblée Nationale et s’est affichée à plusieurs reprises en rollers. Elle compte ainsi se démarquer de ses rivaux masculins, encore liés au système chiraquien vieillissant, et surtout séduire les jeunes actifs, qualifiés trop rapidement de « bobos ».

[13] Françoise de Panafieu est la fille de François Missoffe, plusieurs fois député de Paris de 1959 à 1974 et secrétaire d’Etat de 1961 à 1968 et de Hélène Missoffe conseillère de Paris et députée de Paris de 1974 à 1986. Elle est entrée en politique « en douceur » : en 1979, sa mère élue dans le 17ème arrondissement démissionne pour passer la main à sa fille aînée qui est alors son assistante parlementaire. En 1986, Françoise de Panafieu est élue députée…au scrutin proportionnel de listes départementales.

[14] Précisément, elle est adjointe aux affaires périscolaires de 1980 à 1983, puis à la culture de 1983 à 1995 auprès de Jacques Chirac, et enfin adjointe aux parcs et jardins de 1995 à 2001 après avoir été six mois ministre du tourisme du premier gouvernement Juppé.

[15] Face au maire sortant, Françoise de Panafieu a alterné agressivité verbale et surenchère programmatique entraînant les critiques ouvertes de Claude Goasguen et Pierre Lellouche. Enfin, les « parachutés » que sont Jean-Marie Cavada et Rachida Dati ont été mal accueillis dans les sections locales de l’UMP.

[16] Entrée en politique en 1978 et conseillère de François Bayrou depuis 1993, Marielle de Sarnez est élue conseillère de Paris en 2001 sur la liste d’union UDF-RPR de Nicole Catala.

[17] Dès le mois de février 2008, Marielle de Sarnez n’exclut pas un accord avec le PS au second tour en évoquant des « majorités d’idées autour de projets concrets ». Le Nouvel Observateur, 7 février 2008. Cinq jours avant le premier tour elle affiche plus clairement son choix en affirmant que « Bertrand Delanoë a mieux saisi que ceux qui l’ont précédé la mutation de la ville ». Libération, 4 mars 2008.

[18] L’analyse des résultats aux élections européennes dans le 5ème  arrondissement, élections auxquelles l’effet-Chirac n’a pu jouer à plein comme aux élections présidentielles du fait même de la nature du scrutin, corrobore cette chronologie. Alors que l’arrondissement est un fief chiraquien puis tibériste, il connaît un retournement à la fin des années 1990. Jusqu’en 1994, les listes de droite devancent celles de gauche en 1994. A partir de 1999, la situation s’inverse.

[19] Pierre Aïdenbaum et Roger Madec sont réélus dans les 3ème et 19ème arrondissements. Patrick Bloche est élu dans le 11ème arrondissement succédant à Georges Sarre.

[20] Précisément, Pierre Castagnou obtient 57,37% des suffrages dans le 14ème arrondissement et Rémi Féraud 74,96% dans le 10ème arrondissement.

[21] Deux élus socialistes dissidents sont également élus dans le 20ème arrondissement : Michel Charzat et Katia Lopez. La dissidence est née en juin 2007 quand le député-maire sortant  avant maintenu sa candidature face à la candidate investie par le Parti Socialiste, George Pau-Langevin.

[22] Expression reprise de la une de Paris Obs, supplément au Nouvel Observateur n°2263 du 13 au 19 mars 2008.

[23] Les cinq élus du Mouvement républicain et citoyen sont d’anciens élus socialistes issus du courant chevènementiste du CERES qui était majoritaire dans la fédération parisienne jusqu’en 1983. Georges Sarre, ancien maire du 11ème arrondissement, est à la tête de ce mouvement. Les élus ont quitté le PS au moment de la création du Mouvement des Citoyens par Jean-Pierre Chevènement en 1993.

[24] Paris Obs, supplément du Nouvel Observateur, 6 décembre 2007.

[25] Les socialistes concèdent en 2001 une mairie d’arrondissements et 23 sièges au Conseil de Paris

[26] Un tiers des Parisiens recensés en 1999 n’habitait pas Paris en 1990. Ce sont surtout des jeunes actifs diplômés. Sources RGP 1999.

[27] Dans son programme en 2008, Bertrand Delanoë veut faire de Paris une « capitale mondiale de l’énergie solaire » et réduire de 25% par rapport à 2004 l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre à échéance 2020. En matière de transports, prolonger le tramway et interdire progressivement l’usage des voies sur berge au trafic automobile.

[28] Le Monde, 19 février 2008.

[29] Depuis 2008, les socialistes gèrent plus 32 des 49 villes de plus 100 000 habitants.

[30] La liste menée par Anne Hidalgo obtient précisément 50,44% des suffrages, devançant largement Dominique Versini (43,45%) du fait d’une triangulaire avec le Front National.

[31] Tous deux sont élus au Conseil de Paris, mais n’occupent pas une place de premier plan (adjoint, président de groupe…).

[32] A l’échelle nationale, les candidats UMP et leurs alliés rassemblent 45,58% des suffrages au premier tour des élections législatives. Nicolas Sarkozy avait recueilli au premier tour du scrutin présidentiel 31,17% des voix.

[33] Plus de trois points dans les deux cas.

[34] La loi PLM prévoit que la première moitié des sièges est attribuée à la liste arrivée en tête. La seconde moitié est attribuée, elle, à la proportionnelle avec calcul des sièges restants à la plus forte moyenne.

[35] La simulation de 2007 envisage pourtant le basculement à droite des 4ème et des 9ème arrondissements conquis par la gauche en 2001.

[36] Le 5ème arrondissement a placé pour la première fois en 2007 la gauche en tête au second tour des présidentielles, mais avec une maigre avance de 540 voix. Le 12ème arrondissement a offert 2634 voix d’avance à Ségolène Royal. La perte de ces deux arrondissements signifierait 8 sièges en moins pour la droite.

[37] Dans le quartier Porte Dauphine (16ème arrondissement).

[38] Dans le quartier Goutte d’Or (20ème arrondissement).

[39] Ce coefficient caractérise le degré d’asymétrie d’une distribution par rapport à sa moyenne. Une asymétrie positive indique une distribution unilatérale décalée vers les valeurs les plus positives. Une asymétrie négative indique une distribution unilatérale décalée vers les valeurs les plus négatives.

[40] Cela confirme la baisse sensible des maxima de 1995 à 2007.

[41] Françoise de Panafieu est réélue avec 52,75% des voix. Elle devance nettement Annick Lepetit dans les quartiers Ternes et Plaine Monceau. La situation s’inverse dans les quartiers Batignolles et Epinettes.

[42] Malgré une avance de 1515 voix au premier tour, Anne Hidalgo est battue au second tour de plus de 4300 voix. Réunie au second tour, la droite a bien bénéficié du report de voix du Modem.

[43] Un sondage TNS Sofres-Logica effectué par le Nouvel Observateur du 31 janvier au 2 février 2008 donnait Jean Tibéri battu Par Lyne Cohen-Solal à 52% contre 48%. Le Nouvel Observateur, 7 février 2008.

[44] Denis Baupin, tête de liste des Verts, affirme dès le mois de février 2008 qu’il refuse de participer à un « exécutif avec des gens de droite ». Libération, 12 février 2008.  Alors qu’il semble que les Verts aient joué un rôle fondamental en 2001 pour attirer autour de Bertrand Delanoë des électeurs du centre ou du centre-droit, le parti écologiste adopte une position clairement à gauche en affirmant être « la seule formation qui prône une majorité 100% à gauche. »

[45] Nous avons pris en compte ici la population municipale.

[46] Dans le nouveau calcul le 1er arrondissement possède un nouveau ratio d’un conseiller pour 8873 habitants.

[47] 3ème, 10ème, 11ème, 13ème, 18ème, 19ème et 20ème  arrondissements.

[48] Le calcul prend en compte dans l’ensemble des arrondissements le résultat obtenu par Ségolène Royal en 2007 comme hypothèse basse et celui obtenu par l’équipe de Bertrand Delanoë en 2008 comme hypothèse haute.

[49] Article 3 de la Constitution de la Vème République.

[50] Libération, 20 janvier 2001.

[51] Le Monde du 7 janvier 2009.

[52] L’expression est de Eric Nunès, « Le 16ème, un village gaulois » in Le Monde pour Matin plus, 19 janvier 2009.

[53] Nous retrouvons ici la notion d’« aménagement rejeté » censé entraîner des nuisances environnementales et sociales définie par Philippe Subra [Subra, 2007, p.45]).

[54] Malgré un discours accueillant lors de l’inauguration de ce centre d’hébergement d’urgence rue Varize dans un ancien hospice d’une congrégation religieuse, Claude Goasguen s’était opposé à ce projet pourtant provisoire (dans l’attente d’un projet immobilier de plus grande ampleur) en envoyant un courrier à Christine Boutin. Libération, 13 juin 2008.

[55] Dans le courrier adressé à Christine Boutin, il explique « qu’il n’est pas opportun d’ajouter un problème supplémentaire à un quartier déjà enclin à des difficultés ». Libération, 13 juin 2008.

[56] Sur la page d’accueil de son site internet (http://www.claude-goasguen.org) en février figurait un éditorial explicite. « Comme vous le savez, depuis quelques années le XVIème est considéré comme le dernier des derniers arrondissements par le Maire de Paris. A nous le record de saleté, à nous aussi les initiatives les plus décousues tendant à densifier un arrondissement sans tenir compte des caractéristiques environnementales et architecturales ! »

[57] A chaque scrutin, il y a des dissidences au sein de la droite et Claude Goasguen a dû s’imposer face à Bernard Debré, député de la 15ème circonscription, plus au Nord pour succéder à Pierre-Christian Taittinger, maire depuis 1989, mais élu à Paris depuis 1953 (président du conseil municipal de Paris en 1962-1963). En réalité, l’accord tacite initial pour dissiper les rivalités entre les deux hommes prévoyait que malgré sa cinquième position sur la liste de droite, Pierre-Christian Taittinger resterait maire du 16ème arrondissement. Claude Goasguen a finalement été élu le 29 mars 2008.

[58] En 2008, Jean-Yves Mano, le candidat socialiste ne recueille au premier tour que 17% des suffrages, alors que Ségolène Royal avait rassemblé 19,19% un an plus tôt. Le 16ème arrondissement est donc l’un des rares territoires parisiens où l’équipe Delanoë ne dépasse pas les performances de la candidate socialiste au scrutin présidentiel.

[59] Au 1er janvier 2007, seuls 2,4% des résidences principales sont des logements sociaux dans le 16ème arrondissement contre 34,8% dans le 19ème arrondissement. La moyenne parisienne est de 15,4% et pour les arrondissements périphériques de 19,1%. Source : APUR.

[60] Les prétendants de l’UMP à la présidence du Conseil Régional francilien en 2010, Valérie Pécresse et Roger Karoutchi, sont également rétifs au changement institutionnels. Le Monde, 24 février 2009. La première a déclaré très peu de temps après la publication du rapport Balladur que « le Grand Paris c’est tous les départements d’Île-de-France qui se rapprocheraient résolument de la région avec la simplification des échelons ». Libération, 27 février 2008.

[61] Le Monde daté du 7 mars 2009.

[62] Rapport de la Commission Balladur, p.119.

[63] Le rapport prévoit naturellement que les Conseillers de Paris ne soient plus conseillers généraux.

[64] La Seine Saint-Denis a toujours été contrôlée par les communistes jusqu’en 2008. Depuis cette date, la présidence du Conseil Général revient aux socialistes désormais plus nombreux au sein des élus de gauche. L’avance de la gauche sur la droite est moins nette dans le Val de Marne, toujours contrôlé par les communistes.

[65] Cette simulation ne tient pas compte du Modem, dont l’absence ou le maintien au second tour aux municipales 2008 n’ont pas bouleversé le bipartisme. Par ailleurs, le rapport Balladur préconise le découpage du Grand Paris en circonscriptions infra-départementales de 500 000 habitants. Nous pouvons donc en compter 3 pour chaque département de la Petite Couronne et 4 pour Paris. Quel que soit le découpage choisi, la gauche pourrait être majoritaire dans les trois circonscriptions en Seine-Saint-Denis. Il en va de même pour la droite dans les Haut-de-Seine. En revanche, à Paris comme dans le Val-de-Marne les jeux paraissent plus ouverts. Le découpage électoral peut influencer la représentation électoral de chaque camp.

[66] La capitale fut nationaliste quand la France était versaillaise, communiste quand le reste du territoire était radical ou socialiste, chiraquienne quand les Français réélisaient Mitterrand, jusqu’à devenir rétive à l’extrême-droite quand le lépenisme devenait en 2002 la deuxième force politique du pays. En ce sens, Paris a maintes fois exprimé sa singularité. [JEANNE, 2005, p.3]

[67] C’est ce que déplore Eric Hazan ,éditeur et écrivain, auteur de l’Invention de Paris, il n’y a pas de pas perdus, Le Seuil, 2002. Dans une tribune datée du Monde du 8 mars 2009 il évoque la « dernière muraille » : la frontière urbaine et politique qui sépare Paris des communes populaires.

[68] Bertrand Delanoë a affirmé qu’il refusait d’assurer la présidence de Paris Métropole. Libération, 6 mai 2008.

[69] Le Maire de Paris qualifie le nouveau projet de « non-sens ». Selon lui, la nouvelle collectivité identique à celle de l’ancien département de la Seine laisse à l’écart des espaces économiques stratégiques : les deux aéroports, le plateau de Saclay et les villes nouvelles. Les Echos, 2 février 2009.

[70] Les réactions au sein du Conseil Général des Hauts-de-Seine sont déjà vives, notamment par la voix de son président, Patrick Devedjian, très opposé au projet avant qu’il ne soit ministre de la relance. Le Monde, 25 février 2009.

[71] Lors des élections présidentielles de 1995, dans les bastions de gauche du Nord-Est parisien notamment.

[72] Aux élections municipales de 1983 le 11ème arrondissement a élu au premier tour le RPR Alain Devaquet ; au scrutin de 2001, le 13ème est resté à droite quand les 6 autres bastions de la gauche ont basculé.

 

Bibliographie sélective

Boy D., Chiche J. (2002) « Paris à contre-courant » in Dolez B., Laurent A., Le vote des villes. Les élections municipales des 11 et 18 mars 2001, Presses de Sciences Po, Paris, pp. 31 à 47.

Giblin B. (2008), « Géographie, Guerres et Conflits », Hérodote, n°130, pp. 3 à 16.

Maurin E. (2004), Le Ghetto français, La République des idées, Le Seuil, Paris, 2004, 96 pages.

Ronai S. (2004), « Paris et la banlieue : je t’aime, moi non plus », Hérodote, Territoires de pouvoirs en France, n°113, 2004, pp.28 à 47.

Subra P. (2008), Nouvelle gouvernance et réalités géopolitiques : comment réformer l’organisation territoriale de la République ?, Working Paper- Document d’étude pour l’IFG, n°4, décembre 2008.

Subra P. (2007), Géopolitique de l’aménagement du territoire, Armand Colin, Paris, 2007, 328 pages.

Subra P. (2005), Giblin B. (dir),  Nouvelle géopolitique des régions françaises, Fayard, Paris, 2005, 976 pages.